Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 4. Médias indépendants : quelques expériences québécoises

10. Radio centre-ville, 30 ans de radio communautaire au Québec

Isabelle Gusse et Robert Laplante

Texte intégral

1En 2005, Radio Centre-Ville est la seule station de radio de Montréal qui soit à la fois communautaire et multilingue. Elle est aussi la seule radio de ce genre dans tout le Québec. Ses émissions sont destinées à refléter plus particulièrement la réalité et les préoccupations des citoyens des diverses communautés ethniques qui habitent le quartier Saint-Louis et, plus largement, tout le territoire montréalais. La station diffuse donc des émissions en sept langues : espagnol, grec, portugais, mandarin-cantonais, créole, anglais et français. Mais pour chacune de ces langues, l’origine géographique des auditeurs est multiple tout comme leur groupe ethnique d’appartenance.

2L’objectif et le défi premiers de Radio Centre-Ville demeurent aujourd’hui sensiblement les mêmes que ceux que la station se donnait, il y a trente ans, à sa naissance : produire des émissions de qualité qui suscitent la réflexion et servent à la promotion des droits des diverses communautés montréalaises privées d’espace d’expression au sein des médias traditionnels commerciaux et publics.

1. HISTORIQUE ET DÉVELOPPEMENT DE RADIO CENTRE-VILLE

  • 1 Dans les années 1970, on assiste également à la multiplication des organes de presse, des réseaux (...)

3La genèse de Radio Centre-Ville remonte à 1972 et se produit dans un contexte déterminé par deux phénomènes. D’une part, dans la mouvance de la Révolution tranquille au Québec, divers mouvements sociaux revendiquent d’importants changements sociaux (réseau de garderies, centres de femmes, mouvements de jeunes, comités de citoyens, mouvements contre-culturels et indépendantistes, etc.). D’autre part, des innovations technologiques majeures permettent l’avènement de nouveaux médias commerciaux et publics, entre autres, des stations FM1.

4Richard Barrette, coordonnateur de la première heure de l’équipe francophone, décrit bien les caractéristiques de la station à cette époque :

En 1972, Radio Centre-Ville, radio multiethnique, diffuse beaucoup de jazz, relève d’une idéologie de gauche et se définit comme une radio alternative ou contre-culturelle vouée à la défense des citoyens et à la diffusion d’une information populaire. (Barette et al., 1993 : 57-66)

5Il faut attendre jusqu’au 27 février 1975 pour que Radio Centre-Ville obtienne officiellement son permis de diffuser sur bande FM (Barette et al., 1993). Précisons que sa création est imputable aux efforts et à la volonté d’une dizaine de personnes issues des divers groupes communautaires et ethniques du quartier Saint-Louis. Occupant les locaux exigus de l’édifice Cooper sur le boulevard Saint-Laurent au coin de la rue Duluth, Radio Centre-Ville diffuse alors en cinq langues. D’où l’acronyme « CINQ FM ». Dotée d’une puissance d’émetteur de 7,5 watts, elle émet sur la fréquence 99,3 FM. En octobre 1976, CINQ FM obtient une nouvelle fréquence qu’elle occupe encore aujourd’hui : 102,3 FM. Simultanément, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) l’autorise à augmenter sa puissance. En passant de 7,5 à 36 watts, la station peut ainsi élargir sensiblement son auditoire sur le territoire de l’île de Montréal.

6Malgré ses progrès et les défis relevés en peu de temps, de 1976 à 1981, les fondateurs de Radio Centre-Ville traversent une période critique. Aux prises avec des ressources financières très limitées, ils ne sont pas en mesure de déménager dans des locaux plus adaptés et plus spacieux. Pire encore, en 1979, une tempête s’abat sur la région de Montréal et brise l’antenne de diffusion, compliquant davantage la situation. Mais en dépit de toutes ces contraintes, Radio Centre-Ville va survivre, les efforts de ses responsables et bénévoles prenant le dessus sur les embûches.

7En 1982, Radio Centre-Ville déménage un peu plus au nord toujours boulevard Saint-Laurent, au 5212, et intègre les locaux qu’elle occupe encore aujourd’hui. Puis en 1983, elle rajoute aux cinq langues de départ le chinois (mandarin et cantonais) et le créole. Trois ans après son déménagement, Radio Centre-Ville obtient du CRTC une nouvelle augmentation de sa puissance (de 36 à 50 watts) et l’autorisation de diffuser en stéréophonie. Cependant, compte tenu des besoins sans cesse croissants des communautés desservies par la station, cette augmentation s’avère nettement insuffisante. En 1991, le CRTC accepte de porter la puissance de diffusion de CINQ FM à 1 300 watts. Désormais, la station peut rejoindre un public plus large et rayonner au-delà des limites de l’île de Montréal.

8Au début des années 1990, environ 300 bénévoles réalisent et animent les émissions de la station (Barette et al, 1993). En 2005, ils sont près de 350. Radio qui favorise les échanges interculturels et la compréhension interculturelle, elle dessert un auditoire d’origines diverses, rarement desservi par les autres médias commerciaux et publics, écrits et électroniques. Radio Centre-Ville est aussi un lieu de formation en réalisation radio, un lieu de participation des bénévoles et d’expression des citoyens, un lieu de propagation de nouveautés culturelles et une tribune pour les organisations communautaires et culturelles qui en font la demande.

9Radio Centre-Ville est donc depuis ses débuts une radio participative à plusieurs titres. Ses artisans favorisent en effet :

  1. l’apprentissage de nouvelles modalités de fonctionnement (gestion participative) ;
  2. la participation aux prises de décision ;
  3. le partage des responsabilités ;
  4. la réalisation de projets d’émission en fonction de l’identification à l’une des sept équipes de production.

10En juin 2004, la station a été honorée du prix Jacques-Couture, attribué par le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles dans le cadre des Prix québécois de la citoyenneté, pour souligner son apport et ses efforts en matière de rapprochement interculturel au Québec.

2. LE MANDAT DE RADIO CENTRE-VILLE

  • 2 Il convient ici de distinguer les radios ethniques des radios communautaires. Les radios communaut (...)

11Aujourd’hui, le mandat de Radio Centre-Ville, en lien avec ses trente ans d’histoire, est déterminé par deux piliers indissociables : sa Déclaration de principe, dont l’acceptation est une condition pour devenir membre de Radio Centre-Ville, et sa Politique d’information. Par ailleurs, lors du renouvellement de sa licence par le CRTC une fois tous les 7 ans (dernier renouvellement en 2005), les conditions de licence auxquelles la station est soumise déterminent en quelque sorte la teneur même de sa programmation et de ses émissions. Précisons ici que ces conditions de licence autorisent Radio Centre-Ville, en tant que radio communautaire2, à diffuser 40 % de sa programmation dans une autre langue que le français ou l’anglais.

2.1. La Déclaration de principe de Radio Centre-Ville

12Dans sa Déclaration de principe, Radio Centre-Ville stipule qu’elle entend respecter impartialement l’hétérogénéité de la communauté. Le droit à la programmation des groupes ethniques minoritaires étant autant respecté que celui des groupes majoritaires, les groupes ethniques peuvent s’exprimer sur les ondes dans leur langue d’origine. La station veut encourager le développement des relations et le dialogue entre différents groupes ethniques et linguistiques de manière à permettre leur compréhension mutuelle. En somme, les efforts de la station visent à créer des conditions objectives pour assurer la participation active et effective des immigrants au sein de la société québécoise.

13Pour répondre aux intérêts et besoins de son auditoire, Radio Centre-Ville entend offrir une programmation équilibrée et de qualité, et mettre l’accent notamment sur l’information et les activités culturelles locales. Partant de ce principe, Radio Centre-Ville privilégie l’accès aux ondes d’abord aux citoyens et regroupements communautaires du quartier, en particulier à ceux qui n’ont pas accès aux autres médias d’information.

14Considérant que la population de Montréal peut être mieux servie si elle est en mesure de participer activement à ses émissions, la Déclaration de principe de Radio Centre-Ville prévoit mettre divers moyens à la disposition de ses auditeurs et auditrices :

  • Accès aux ondes : ce sont uniquement des bénévoles qui produisent les 168 heures hebdomadaires de programmation. Ces bénévoles sont recrutés par des appels de projets d’émission en ondes et dans des publications montréalaises (Voir, Le Devoir, médias ethniques, etc.).
  • Offre continue d’un apprentissage et d’une formation à la production d’émissions : trois salariés à temps plein travaillent à la formation et au soutien des bénévoles dans leurs activités de programmation radiophonique et de gestion de la station. Radio Centre-Ville offre des sessions de formation, sur une base permanente, en journalisme, en animation, mise en ondes et montage.
  • Mise en évidence des talents musicaux et littéraires locaux : citons à titre d’exemple et principalement l’émission quotidienne (du lundi au jeudi) Planète Montréal, qui est un magazine interculturel (entrevues avec des artistes, des auteurs, débats sur des sujets qui touchent le dialogue entre les cultures, etc.).
  • Organisation ou implication dans des forums où des sujets d’intérêt public sont l’objet de discussions : par exemple lors de la dernière campagne électorale provinciale (2003), Radio Centre-Ville a répondu à l’invitation de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI) et diffusé un débat sur l’immigration au Québec mettant en ondes les représentants des quatre principaux partis briguant le pouvoir.
  • Soutien d’approches nouvelles et d’intérêt public en ce qui a trait aux contenus des émissions : par exemple, Radio Centre-Ville est un espace important de visibilité pour des partis politiques comme Projet Montréal, l’Union des forces progressistes (UFP) ou Option citoyenne (tous deux fusionnés, au printemps 2006, dans le nouveau parti Québec solidaire). Des organismes à but non lucratif comme Équiterre ou Greenpeace y trouvent également une belle tribune pour promouvoir des approches nouvelles en termes de consommation équitable ou de choix de vie environnementaux.
  • Soutien d’approches nouvelles et innovatrices spécifiques au média radio : selon les époques et les équipes, surtout dans les périodes nocturnes de diffusion, certains producteurs conçoivent des émissions axées sur la fiction et la création radiophonique (ambiance sonore, performance narrative, etc.).
  • Productions d’émissions visant à développer l’esprit critique plutôt que la conformité : les programmations hispanophone et hellénique, par exemple, comportent des émissions de commentaires qui incitent l’auditeur à définir sa position sur divers sujets sociaux d’actualité. En français, l’émission hebdomadaire Planète internationale traite de dossiers méconnus en matière d’information internationale (en particulier sur l’actualité politique dans divers pays d’Amérique latine) et, plus localement, l’émission Montréal 17 h aborde elle aussi des dossiers de fond (grève des étudiants québécois en 2005, échec à la guerre et mouvement antiguerre contre l’Irak en 2003, etc.).

15La Déclaration de principe précise également que Radio Centre-Ville est une station indépendante qui n’appuie aucun parti, aucune secte ou doctrine. Mais la station n’entend pas pour autant limiter l’accès aux ondes, mais, au contraire, assurer une ouverture permettant à chacun et à chacune de s’exprimer dans le cadre d’une distribution équitable du temps d’antenne. Radio Centre-Ville est donc libre de réfuter tout dogme.

16En tout temps, l’orientation de la programmation de Radio Centre-Ville vise la promotion des intérêts des citoyennes et citoyens à faible revenu habitant dans sa zone de diffusion et d’écoute. Par exemple, le bulletin de nouvelles francophone diffusé du lundi au jeudi à midi et à 16 heures présente des nouvelles émanant des organisations syndicales, communautaires ou environnementales. Plutôt que de parler de la hausse des prix de l’essence, comme le font abondamment tous les autres médias, le bulletin va plutôt se pencher sur la situation du transport en commun à Montréal. Le Magazine Centre-Ville, diffusé du lundi au vendredi sur l’heure du midi, est également un bon exemple de contenus destinés à des auditeurs plus démunis puisque son agenda communautaire propose toute une gamme d’activités gratuites se déroulant à Montréal (activités culturelles des Maisons de la culture de Montréal, rencontres politiques, manifestations, etc.). Le programme grec du samedi fait également la promotion de ces mêmes activités auprès des auditeurs helléniques.

17Radio Centre-Ville diffuse également depuis 5 ans Radio Enfants, une émission hebdomadaire entièrement produite par des enfants de 10 à 12 ans issus d’écoles primaires situées dans les quartiers défavorisés de Montréal. Tout y est réalisé par les enfants : choix des sujets (les réalités sociales et culturelles de leurs pays d’origine, leur intégration à la société québécoise, la mode, la garde partagée, la musique, etc.), recherche, rédaction des textes, animation, interviews et mise en ondes.

2.2. La Politique d’information de Radio Centre-Ville

18La politique d’information de Radio Centre-Ville repose sur quatre principes :

  1. Le respect de la Déclaration de principe de Radio Centre-Ville.
  2. Le traitement prioritaire de l’information locale. Dans cette optique, l’information locale doit permettre aux citoyens et citoyennes des quartiers desservis par la station de mieux comprendre les enjeux de leurs conditions de vie, les problèmes qu’ils vivent ainsi que les conditions qui permettent leur propre épanouissement culturel. On trouve cette information, par exemple, dans le bulletin de nouvelles francophone du Magazine Centre-Ville, à Montréal 17 h et Planète Montréal.
  3. Le traitement de l’information nationale et internationale doit s’effectuer en fonction des intérêts et des besoins de ces mêmes citoyens et citoyennes des quartiers desservis par la station. Les bulletins de nouvelles des équipes linguistiques comportent donc une proportion variable, mais importante, de nouvelles en provenance des pays d’origine des auditeurs qui représentent leurs publics cibles.
  4. Le contenu de l’information diffusée à Radio Centre-Ville est intrinsèquement lié à la nature même de sa programmation, et vise donc la promotion des intérêts des citoyens et citoyennes à faible revenu résidant dans les quartiers desservis. L’information diffusée témoigne donc d’une approche critique et non sectaire ; permet une vision globale des différents rouages et mécanismes qui régissent l’ensemble de la société et offre par ce biais aux citoyens et citoyennes des quartiers desservis la possibilité de s’orienter dans l’action collective pour la transformation des pratiques sociales, politiques et culturelles. Il va de soi que les concepts de neutralité et d’objectivité n’ont pas leur place à Radio Centre-Ville.

3. LA PROGRAMMATION DE RADIO CENTRE-VILLE

19Si la langue de travail à Radio Centre-Ville est le français, conformément aux conditions de licence que lui impose le CRTC, sa programmation se divise en émissions dont les contenus sont livrés en sept langues : le français, l’anglais, l’espagnol, le portugais, le grec, le chinois (mandarin et cantonais) et le créole. Plus exactement :

  • la programmation francophone occupe 60 % du temps d’antenne, soit 79 heures de diffusion par semaine (entre 6 heures et minuit, soit 126 heures) ; auditoire – cible : Maghrébins, Français, Québécois, Haïtiens, Africains, etc. ;
  • l’anglais, 17 heures 30 de diffusion par semaine ;
  • l’espagnol, 12 heures 30 par semaine, auditoire – cible : Latino-Américains, Espagnol ;
  • le portugais, 13 heures par semaine, auditoire – cible : Portugais, Brésiliens ;
  • le grec, 12 heures 30 par semaine ;
  • le créole, 12 heures par semaine ;
  • le chinois, 5 heures par semaine.

20La programmation est conçue en s’appuyant sur le principe d’autogestion. Les sept équipes sont autonomes, voire souveraines dans la gestion de leur tranche horaire et de leur programmation. Chaque équipe se dote de son mode de fonctionnement spécifique, est gérée par un responsable d’équipe et un comité de programmation. Les sept équipes sont liées, sans aucune exception, au respect de la Déclaration de principe et de la Politique d’information de Radio Centre-Ville.

21La programmation annuelle se divise en deux périodes : automne-hiver et printemps-été. Pour chaque période, les comités de programmation des sept équipes linguistiques reçoivent des projets d’émission et les évaluent, émission-pilote à l’appui. Lorsque leur choix est fait, ils soumettent le tout au conseil d’administration de la station qui entérine les décisions des comités ou les modifie, s’il y a lieu. Enfin, la programmation de Radio Centre-Ville traduit les exigences du CRTC en termes de teneur des émissions. Elle comporte donc :

  • Des nouvelles (reportages et lecture des informations d’actualité sur des événements locaux, régionaux, nationaux et internationaux) et autres créations orales. Depuis le changement de politique de la radio communautaire par le CRTC en 2000, la station n’est plus tenue de respecter des quotas de créations orales. Elle se pose cependant résolument comme une radio parlée.
  • De la musique générale, soit de la musique populaire, rock et de danse ; de la musique country ; de la musique du monde ; du folklore, etc. ; en provenance des quatre coins de la planète et, occasionnellement, de la musique classique. En 2005, Radio Centre-Ville est encore et toujours une tribune de diffusion d’artistes émergents et des styles musicaux, souvent boudés dans les autres stations FM (commerciales et publiques) : hip-hop, jazz expérimental, musique électronique.

22Enfin, la programmation de Radio Centre-Ville est conçue de manière à respecter :

  • Les directives concernant la représentation non sexiste des personnes et exposées dans le Code d’application concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision, de l’Association canadienne des radiodiffuseurs privés (ACR).
  • Les dispositions du Code de la publicité radio-télévisée destinée aux enfants, également publiée par l’ACR.
  • L’avis public du CRTC 1992-59 intitulé Mise en œuvre d’une politique d’équité en matière d’emploi.

4. LA GESTION DE RADIO CENTRE-VILLE

23Organisme à but non lucratif (OBNL), Radio Centre-Ville est administrée démocratiquement par ses membres bénévoles provenant des différentes communautés représentées en ondes. Convoquée une fois par an, son assemblée générale élit un nouveau conseil d’administration (CA) appelé à mettre en œuvre ses recommandations. Le CA est la seule instance habilitée à recruter du personnel qui l’aidera dans ses tâches. La direction générale rend des comptes au CA, qui à son tour rend des comptes à l’assemblée générale. Le conseil d’administration se compose d’un président, d’un trésorier, d’un secrétaire et de quatre administrateurs. Pendant la durée de son mandat, le CA est chargé de trois comités.

24Comme son nom l’indique, le comité « accueil et adhésion » se charge de l’accueil des nouveaux membres, soit des personnes qui participent aux activités de la station (gestion ou programmation) depuis au moins trois mois et qui ont prouvé leur engagement envers les objectifs de la station.

25Le comité « embauche » est pour sa part responsable du recrutement, de l’embauche et de l’évaluation du personnel de la station. C’est également cette instance qui intervient en cas de manquement d’un employé à son contrat de travail. La personne qui assume la direction générale de la station en fait partie.

26Enfin, le comité « inter-équipes » se compose d’un représentant de chacune des sept équipes linguistiques de la station et d’un membre du conseil d’administration. On y discute par exemple de programmation, d’émissions spéciales et d’autofinancement.

27Quant au financement de la station, il se répartit annuellement selon les proportions suivantes :

  • La publicité représente environ 25 % des revenus de la station. Les revenus publicitaires ont connu une baisse depuis plusieurs années (la radio a déjà frôlé les 50 % de revenus publicitaires dans les années 1990) en raison de la fragmentation du marché induite par la multiplication des médias ethniques imprimés et électroniques.
  • Les subventions de fonctionnement représentent 25 % des revenus : elles proviennent de l’organisme Centraide et du ministère de la Culture et des Communications du Québec.
  • Les projets de type contrats de service, à raison de 40 % des revenus, avec l’apport de différents ministères. Par exemple, l’émission Radio Enfants est soutenue financièrement par le ministère de l’Éducation du Québec.
  • Les activités d’autofinancement de la station représentent 10 % de ses revenus : loterie annuelle, campagne des Ami-e-s de Radio Centre-Ville.

5. RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE SUR LE BÉNÉVOLAT À RADIO CENTRE-VILLE

28En 2005, Radio Centre-Ville a célébré ses 30 ans. Après la dynamique innocence de la jeunesse, la douce anarchie de l’adolescence et l’enthousiasme communicatif des premiers pas dans le monde adulte, Radio Centre-Ville a atteint la maturité, une période clé où se réalisent tous les espoirs, où se concrétisent toutes les attentes si longtemps promises. Loin d’être un moment de questionnements existentialistes, la trentaine est au contraire une occasion privilégiée pour se redécouvrir, se remettre en question et se projeter vers le futur. Radio Centre-Ville ne fait pas exception à cette règle. Après 30 ans d’interventions radiophoniques, cet anniversaire a donc été propice pour dresser un bilan et envisager l’avenir.

29Il va sans dire que Radio Centre-Ville n’existerait pas sans les 350 bénévoles qui s’y donnent corps et âme. Mais qui sont-ils vraiment ? Même si, au sein de la station, nombre d’entre eux se connaissent, individuellement, il reste que les grands traits du bénévolat qui soutient les activités de Radio Centre-Ville restent assez mystérieux. En mars 2005, la direction de Radio Centre-Ville a donc décidé de tâter le pouls du bénévolat à la station. Une enquête a été réalisée sur la base d’un questionnaire rempli par 116 bénévoles. De la compilation de leurs réponses, il ressort deux types d’informations. D’une part, un nouvel éclairage sur l’état de santé du bénévolat à Radio Centre-Ville se traduisant par une meilleure connaissance de certaines caractéristiques sociales des bénévoles, mais aussi de leurs besoins et de leurs attentes envers la station. D’autre part, une meilleure compréhension du rôle que joue Radio Centre-Ville en matière d’intégration des communautés culturelles à la société montréalaise et québécoise.

30Il est important de souligner que les résultats livrés sont seulement indicatifs et non pas scientifiques. En effet, tous les bénévoles de Radio Centre-Ville ont été invités à remplir ce questionnaire, sans se préoccuper de la représentativité de chacune des équipes de production linguistique, des groupes d’âge et des autres classifications utilisées habituellement dans ce genre d’enquête. Toutefois le nombre de participants (116 répondants sur 350 bénévoles) semble assez représentatif.

31Il faut noter enfin que les pourcentages évoqués dans le cadre des résultats de cette enquête sont représentatifs des répondants du sondage et non pas du nombre de bénévoles œuvrant dans chaque équipe. Certaines équipes sont en réalité beaucoup plus nombreuses que ne le laissent paraître les chiffres de l’enquête. Il faut donc les utiliser avec nuance et retenue.

5.1. Portrait des bénévoles de Radio Centre-Ville

32Radio interculturelle dans l’esprit, Radio Centre-Ville l’est aussi dans la réalité puisque 44,8 % des répondants sont nés à l’extérieur du Québec comparativement à 50,9 % qui sont natifs du Québec. Cette diversité témoigne de la position privilégiée de Radio Centre-Ville, en tant que carrefour culturel où les différentes communautés se rencontrent, se découvrent et partagent dans un espace public commun leur passion de la radio.

5.1.1. Appartenance des bénévoles à une équipe de production

  • L’équipe francophone demeure l’équipe la plus nombreuse avec 42,2 %.
  • L’équipe haïtienne représente 12,9 %.
  • L’équipe hellénique représente 12,1 %.
  • L’équipe anglophone représente 11,2 %.
  • L’équipe lusophone représente 7,8 %.
  • L’équipe chinoise représente 6,9 %.
  • L’équipe hispanophone représente 6,0 %.

33Ce portrait quantitatif des équipes de production diffère de celui des premières années d’existence de la station où les Haïtiens et les Chinois n’étaient pas encore présents dans sa programmation.

5.1.2. Langue maternelle des bénévoles

34Même si Radio Centre-Ville se donne des airs d’ONU, elle est loin d’être une tour de Babel revisitée puisque l’utilisation de la langue française y est largement répandue. La langue de Molière est en effet la langue maternelle de 39,7 % des répondants, tandis que l’anglais est la langue maternelle de 12,1 % d’entre eux ; le grec et le portugais, de 10,3 % ; le créole, de 7,8 % ; le chinois, de 6,9 % ; et l’espagnol, de 5,2 %.

5.1.3. Langue parlée à la maison par les bénévoles

35Il faut également souligner la francisation réussie des bénévoles de la station puisque que 49,1 % des répondants parlent principalement le français à la maison alors que 46,6 % d’entre eux affirment le parler dans leur lieu de travail. Plus exactement, à la maison, les principales langues utilisées sont les suivantes :

  • français 49,1 %
  • anglais 9,5 %
  • grec 9,5 %
  • chinois 6,0 %
  • portugais 3,4 %
  • créole 2,6 %
  • espagnol 2,6 %

5.1.4. Scolarisation et emploi des bénévoles

36Les bénévoles de la station sont très scolarisés par rapport à la moyenne québécoise :

  • 67,2 % d’entre eux sont détenteurs de diplômes postsecondaires ;
  • 64,7 % ont 16 ans et plus de scolarité, ce qui équivaut à des études universitaires ;
  • 19 % des répondants étudient à temps plein.

37En ce qui a trait à la situation d’emploi :

  • 28,4 % sont des travailleurs à temps plein ;
  • 16,4 % sont des travailleurs à temps partiel ;
  • 10,3 % sont des travailleurs autonomes.

38Il ne faut pas oublier la présence des retraités, qui se chiffre à 9,5 % des répondants et témoigne d’un heureux mélange intergénérationnel.

5.1.5. Âge des bénévoles

  • Entre 18 et 24 ans 20,7 %
  • Entre 25 et 34 ans 29,3 %
  • Entre 35 et 44 ans 12,1 %
  • Entre 45 et 54 ans 16,4 %
  • 55 ans et plus 18,1 %

39Fait très réjouissant pour l’avenir de la station, la majorité des bénévoles sont dans la trentaine. On note également la participation significative aux activités de la station de bénévoles plus âgés, appartenant à la tranche des 55 ans (18,1 %). La configuration par tranches, d’âge du bénévolat de Radio Centre-Ville témoigne donc d’un souci de transmission intergénérationnelle des savoirs, à l’heure où l’on préconise de plus en plus le mentorat.

5.1.6. Durée de l’implication bénévole à Radio Centre-Ville

40Le constat le plus encourageant de l’enquête demeure l’heureux métissage entre les nouveaux et les anciens bénévoles qui se côtoient constamment et qui peuvent ainsi garder vivant l’esprit de la station.

41En effet, en regardant les chiffres, on note que :

  • 24,1 % des bénévoles ont plus de 10 ans d’ancienneté à la station ;
  • 19 % ont de 5 à 10 ans d’expérience à la radio ;
  • 10,3 % s’y impliquent depuis une période variant entre 3 et 5 ans ;
  • 44 % sont présents à la station depuis moins de 3 ans.

42La dynamique d’implication bénévole qui s’est installée à Radio Centre-Ville permet que des échanges enrichissants et un partage du savoir se produisent entre les plus expérimentés et ceux qui le sont moins.

5.2. Motivations des bénévoles

43Quelles motivations amènent des bénévoles à s’impliquer à Radio Centre-Ville ?

  • Pour 61,2 % des répondants, l’implication sociale semble être un facteur déterminant d’engagement dans les activités de Radio Centre-Ville. Ils considèrent en effet la station comme un espace leur permettant de combler leur besoin d’être utile à la communauté.
  • Par ailleurs, 50,9 % des répondants affirment que leur présence au sein de la station leur permet de s’impliquer dans un milieu communautaire.
  • Élément non négligeable, 60,3 % des répondants confirment l’importance d’aider Radio Centre-Ville à atteindre ses objectifs.
  • Enfin, 64,7 % des répondants se disent passionnés pour le sujet de leur émission et 81,9 % d’entre eux aiment tout simplement le médium radiophonique.
  • Pour 16,4 % des répondants seulement, les motivations sont surtout professionnelles. Ces bénévoles espèrent acquérir au sein de la station une expérience qui leur permette par la suite d’entreprendre une carrière professionnelle en communication.

5.3. Adhésion des bénévoles au mandat de Radio Centre-Ville

44L’implication communautaire reste donc une priorité pour les bénévoles de Radio Centre-Ville. Une priorité qui se traduit par une connaissance et une adhésion plus que satisfaisante à la teneur des documents fondateurs qui soutiennent l’esprit et les activités de la station (Déclaration de principe et Politique d’information), des règlements généraux, des règlements des équipes, de la promesse de réalisation et des mandats de Radio Centre-Ville.

45Une grande majorité des répondants se sont donc dits généralement ou totalement d’accord :

  • avec la Déclaration de principes 75,9 %
  • avec les règlements généraux 67,3 %
  • avec la Politique d’information 66,4 %
  • avec les règlements de l’équipe dans laquelle ils œuvrent 55,1 %

46En ce qui a trait à l’information locale, 44 % des répondants se disent être plutôt en accord avec le fait que la station privilégie ce type d’information dans sa programmation alors que 35 % d’entre eux se disent être totalement en accord avec ce principe, pour un total de 79 %.

47Il y a également une quasi-unanimité sur le mandat de la station ; 42 % des répondants se disent être en effet plutôt en accord avec le fait que Radio Centre-Ville réponde en priorité aux besoins des minorités culturelles résidant dans la zone quelle dessert, alors que 35 % d’entre eux se disent être totalement en accord avec cet énoncé du mandat, pour un total de 77 %.

48Toujours sur la question du mandat, 38 % des bénévoles se disent être plutôt en accord avec le fait que la station privilégie l’intégration des immigrants à la société d’accueil, alors que 38 % se disent être totalement en accord avec cet autre énoncé du mandat, pour un total de 76 %.

49Les données suivantes complètent ce tableau éloquent qui témoigne de l’adhésion des bénévoles au mandat de Radio Centre-Ville.

  • Pour 80 % des répondants, la station devrait privilégier les débats de sociétés.
  • Pour 81 % des répondants, Radio Centre-Ville doit être la voix des organismes communautaires.
  • Pour 83,6 % des répondants, la station doit aussi privilégier la mise en valeur des artistes, des talents locaux, en particulier ceux de la relève.

50À noter également que 50 % des répondants se disent être totalement en accord avec la diffusion d’émissions radiophoniques de qualité professionnelle alors que 33 % d’entre eux se disent être plutôt en accord avec cette affirmation. Ce portrait contredit les légendes urbaines sur le manque de professionnalisme des radios communautaires. Colportées par des humoristes comme François Pérusse, ces légendes continuent d’avoir la vie dure dans le milieu radiophonique, comme si la qualité n’était pas un souci constant chez les animateurs bénévoles. À la lumière des résultats du questionnaire, les bénévoles de Radio Centre-Ville se font un point d’honneur à réaliser des émissions de qualité qui n’ont rien à envier aux productions des diffuseurs dits professionnels.

51Enfin, il est important de souligner que 83,9 % des répondants expriment leur fierté de participer aux activités de Radio Centre-Ville.

5.4. L’avenir de Radio Centre-Ville

52Quelles devront être les orientations futures de la station dans un Montréal de plus en plus cosmopolite et dans un Québec multiculturel ? Pour 80,2 % des répondants, Radio Centre-Ville devra s’ouvrir aux nouvelles communautés culturelles qui habitent désormais Montréal. Cependant, 14,7 % d’entre eux s’opposent à cette ouverture ainsi qu’à la nécessaire réorganisation permettant d’accomplir le mandat de la station.

53Par ailleurs, sur la question des équipes linguistiques de bénévoles de la station qui pourront accueillir ces nouvelles communautés, les réponses se présentent ainsi :

  • 18,1 % des répondants pensent que l’équipe francophone devrait les accueillir ;
  • 2,6 % des répondants préfèrent que ce soit l’équipe anglophone qui les accueille ;
  • Toutefois, pour la majorité des répondants, soit 52,6 %, ces communautés devraient pouvoir s’exprimer en ondes dans leurs langues d’origine.

54Ces pourcentages illustrent un autre défi d’intégration des communautés culturelles que Radio Centre-Ville devra relever dans les prochaines années et un heureux casse-tête dans cette ère de brassage des peuples et de remodelage des identités nationales et culturelles à l’échelle mondiale. L’essentiel étant que Radio Centre-Ville continue de rester à l’image des nombreuses horloges qui tapissent les murs de ses locaux de la rue Saint-Laurent : En avance sur son temps !

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barette, Richard, Évelyne Foy, Éric Loiseau et Louise Boivin (1993). « Savoir innover : Radio Centre-Ville à Montréal », p. 57-66, dans La passion radio : 23 expériences de radio participative et communautaire à travers le monde, Paris, Éditions Syros, coll. « Ateliers du développement », Fondation pour le progrès de l’homme (FPH), Groupe de recherche et d’échanges technologiques (GRÉT), 275 p.

SITE INTERNET

Radio Centre-Ville, <www.radiocentreville.com>.

Notes

1 Dans les années 1970, on assiste également à la multiplication des organes de presse, des réseaux et chaînes de télévision, à l’avènement de la vidéo, etc

2 Il convient ici de distinguer les radios ethniques des radios communautaires. Les radios communautaires ont l’obligation de diffuser 60 % de leur programmation dans une des deux langues officielles du Canada. En d’autres termes, le CRTC autorise les radios communautaires à diffuser jusqu’à 40 % de leur programmation dans une langue autre que le français et l’anglais. Pour leur part, les radios ethniques – qui sont des radios commerciales – sont autorisées à diffuser 100 % de leur programmation dans une langue minoritaire. En d’autres termes, les radios ethniques n’ont aucune obligation de diffusion dans une des deux langues officielles.

Auteurs

Professeure au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal et directrice du programme de premier cycle en Communication, Politique et Société. S’intéresse à l’étude des acteurs (médias, agences de communication, organisations politiques) et outils communicationnels qui assurent la médiatisation du politique dans l’espace public auprès des citoyens ainsi qu’aux techniques d’argumentation dans la communication politique.

ROBERT LAPLANTE œuvre dans le milieu de la radio communautaire depuis près de 15 ans. Détenteur d’une maîtrise en communication de l’Université du Québec à Montréal, où il est actuellement doctorant en communication. Coordonnateur à l’information et à la formation à Radio Centre-Ville 102,3 FM, la radio communautaire et multilingue de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540