Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 3. Médias indépendants d'ailleurs

8. Radio popolare à Milan, une radio plus grande que son antenne

Marcello Lorrai

Texte intégral

1Pour mieux situer l’expérience de Radio Popolare, il est préférable de commencer avec la présentation de quelques données historiques et contextuelles. Radio Popolare a vu le jour à Milan en 1976, au tout début du phénomène de l’explosion des radios libres en Italie. Très rapidement, Radio Popolare s’impose comme l’une des plus importantes parmi les centaines de radios de gauche vouées à l’information, qui sont nées en Italie dans la deuxième moitié des années 1970.

2Mais après une première décennie, déjà beaucoup de choses avaient changé dans la jungle de la radiophonie italienne et, de ces centaines de radios, elles ne sont pas nombreuses celles qui survivent. Parmi elles, Radio Popolare est la seule qui offre une information de niveau national et d’envergure internationale, et qui affiche un style bien à elle et reconnu comme tel. Radio Popolare est la seule également à disposer d’une programmation bien structurée et d’une réelle capacité de production de programmes et de création de langages radiophoniques originaux.

1. DE LA PROPRIÉTÉ COLLECTIVE A L’ACTIONNARIAT POPULAIRE

  • 1 Principalement : FIM (métallurgistes), FIOM, UIL, la gauche du PSI (le Parti socialiste italien), (...)

3Fondée par des militants de différentes factions politiques et syndicales de la gauche milanaise1, qui investissent la rédaction de Radio Milano Centrale pour en faire une radio d’information gérée selon une formule coopérative, Radio Popolare a souvent par la suite modifié ses statuts pour améliorer son mode de gestion participative, son indépendance et son financement. En 1983, on crée une société à responsabilité limitée partagée également entre la Coopérative (des travailleurs) de Radio Popolare et des groupes politiques et syndicaux. Une étape majeure est franchie en 1990 avec la création de la société par actions Errepi, et une campagne originale d’actionnariat populaire est lancée le 1er mai : plus de 10 000 actions sont alors achetées en moins de six mois par environ 8 000 personnes.

  • 2 La valeur approximative de 1€ est 1,50 $CA.

4Aujourd’hui, la radio compte environ 15 000 actionnaires, mais la Coopérative de Radio Popolare détient un contrôle effectif avec près de 40 % du capital-actions de la société, qui totalise environ 200 000 euros (ou 300 000 dollars canadiens2). Pour l’actionnariat populaire, fort diffus, la moyenne est de 1,2 action par personne, ce qui rend pratiquement impossible toute velléité d’intervention dans la gestion et l’activité de la radio. D’ailleurs, les statuts interdisent à quiconque de détenir plus de 200 actions sans l’aval du conseil d’administration de la société Errepi Spa.

5Seuls les travailleurs salariés (après deux ans) et les collaborateurs réguliers (après trois ans) de Radio Popolare peuvent devenir membres de la Coopérative, et le demeurer même s’ils quittent la radio, à la condition de participer activement à son fonctionnement démocratique. Les revenus obtenus avec la vente des actions ont permis à Radio Popolare de connaître un nouveau développement structurel dans les années 1990 : investissements dans de nouveaux bureaux, nouveaux studios, équipements informatiques et mise en règle du personnel salarié. La radio est aujourd’hui propriétaire de l’immeuble qu’elle occupe presque entièrement, via Ollearo, au cœur de Milan.

6Pendant cette même décennie, Radio Popolare a aussi perfectionné un nouveau système de souscription populaire pour financer une partie de ses frais courants. Les auditeurs ont été invités à s’« abonner » à la radio en lui payant directement une quote-part annuelle d’environ 135 $CA (précisément 90 €), une simple signature autorisant un prélèvement trimestriel sur leur compte bancaire. Les « abonnés » de la radio se chiffrent aussi à plus ou moins 15 000 personnes et, bien sûr, certains auditeurs sont à la fois actionnaires et abonnés, ce double appui leur permettant d’écouter Radio Popolare en toute tranquillité d’esprit !

2. L’INFORMATION À RADIO POPOLARE : UNE DIALECTIQUE LOCAL/NATIONAL

7Le budget annuel de Radio Popolare est d’un peu plus de cinq millions de dollars. Presque la moitié de cette somme provient effectivement des souscriptions des auditeurs, l’autre moitié est surtout imputable aux recettes publicitaires, même si quelques activités ou événements promotionnels contribuent aussi aux revenus de la radio. Comme les salaires sont assez bas, ce budget permet à Radio Popolare de rémunérer près de 50 salariés, dont 80 % affectés à la production et pour plus de la moitié à l’information. Le salaire est égal pour tout le monde, journalistes, techniciens et personnel de l’administration confondus. Seuls ceux qui occupent des postes de responsabilité, notamment le directeur éditorial, l’administrateur délégué ou le directeur de la programmation reçoivent un salaire légèrement supérieur. Le traitement des travailleurs de Radio Popolare est de 40 % à 50 % moins élevé que celui des journalistes de la presse nationale ou ceux de la RAI (Radiotélévision italienne), mais tout de même plus élevé que celui prévu au contrat de base national du secteur de la radio-télévision locale.

8Si l’administrateur délégué est responsable de la gestion quotidienne de Radio Popolare, c’est le directeur éditorial qui en assume la responsabilité « politique ». Les candidatures à ce poste névralgique doivent être accompagnées d’un projet d’intention et soumises au conseil d’administration de la Coopérative des travailleurs, puis la désignation du directeur éditorial doit faire l’objet d’un vote d’agrément au cours d’une assemblée spéciale de tous les travailleurs, et pas seulement des journalistes, avant d’être ratifiée par le conseil d’administration de la société Errepi Spa.

9Radio Popolare émet directement son signal sur la fréquence FM 101,5 dans la région immédiate de Milan et sur la fréquence FM 107,6 pour tout le territoire de la Lombardie, qui compte plus ou moins 10 millions d’habitants, ce qui en fait la région la plus importante d’Italie sur le plan démographique et économique. Selon les divers sondages de l’agence Audiradio, qui mesure l’audience des radios en Italie, Radio Popolare rejoint quotidiennement 250 000 auditeurs, et un demi-million sur une base hebdomadaire.

10La majorité des rares stations qui constituent l’héritage du mouvement des radios libres de gauche des années 1970 sont aujourd’hui regroupées dans Popolare Network. Créé en 1992, ce réseau, avec Radio Popolare à sa tête, se fonde sur l’idée de développer une dialectique local/national. Popolare Network regroupe en ce moment une vingtaine de radios, plus particulièrement basées dans le nord de la péninsule italienne, dans des villes comme Turin, Vérone, Trieste, Venise, Bologne, Florence, Rome, Bari. Les radios membres du réseau Popolare Network diffusent en simultané par satellite la quinzaine d’éditions de nouvelles produites quotidiennement (incluant le samedi et le dimanche) par l’équipe de Radio Popolare à Milan, et qui sont transmises sur leurs ondes entre six heures et demie et minuit et demi. C’est là leur seule obligation d’affiliation : diffuser les bulletins de nouvelles (et quelques émissions spéciales d’information) ; avec les bulletins de nouvelles vient la publicité nationale, et les recettes en seront partagées entre les stations du réseau selon des critères de parité, de couverture géographique et d’audience.

11Début 2006, Radio Popolare travaillait à un projet de redéploiement d’une station de radio basée à Rome, Radio BBS, présente sur la fréquence FM 103,6, mais dont la diffusion était entravée par des problèmes d’interférence. Radio Popolare est entrée à hauteur de 40 % au capital même de Radio BBS, et compte y développer une salle de nouvelles propre à renforcer le travail d’information de Popolare Network.

3. LA CONSTANCE DES ORIENTATIONS IDÉOLOGIQUES ET POLITIQUES DE RADIO POPOLARE

12Pour tenter d’expliquer ou de comprendre les raisons du succès de Radio Popolare, il faut d’abord mentionner que ce succès découle de sa fidélité – mais toujours dans une dynamique d’innovation – à l’inspiration qui a motivé ses concepteurs à ses origines. Il est donc important de revenir encore sur les débuts de son histoire. À sa naissance en 1976, Radio Popolare a eu la chance de profiter du dernier grand moment de vitalité économique et sociale de la ville de Milan. En effet, dans la deuxième moitié des années 1970, Milan est encore une ville dotée d’une puissante structure industrielle, une ville qui témoigne d’une remarquable vivacité politique et sociale nourrie par la contestation étudiante de 1968 et par les grandes luttes ouvrières qui ont eu cours en 1969 à Turin, Milan et Venise, notamment.

13Depuis le début des années 1980 cependant, en Italie comme ailleurs en Europe, la classe ouvrière a peu à peu cessé d’être la source et le point de référence des changements sociaux et politiques, sous l’effet de la désindustrialisation, de la montée du chômage, des délocalisations et de la mondialisation. Le phénomène a touché Milan de façon particulière en raison de l’importance historique de sa classe ouvrière et de son abondant tissu industriel. Ces changements, combinés au coût du logement et à l’immigration, ont modifié la composition démographique, les valeurs sociales, le militantisme et les solidarités collectives. Même la corruption politique, révélée avec éclat en 1992 par l’opération judiciaire mani pulite (mains propres), a ébranlé la classe politique plus fortement à Milan qu’ailleurs, en raison de la puissance locale du Parti socialiste et de son dirigeant d’alors, Bettino Craxi, plus compromis encore que les dinosaures de la Démocratie chrétienne.

14Malgré ce contexte changeant et parfois turbulent, Radio Popolare a continué à se développer son projet de départ, axé sur l’information, a bien servi ses auditeurs et son mode de gestion participative et collégiale lui a permis de traverser ces débats et ces remises en question malgré certains déchirements internes. Aujourd’hui, nous avons pris l’habitude de la logique du travail en réseau et de la convergence de forces différentes qui décident d’aller dans la même direction pour atteindre les mêmes fins, les mêmes objectifs. Mais cette dynamique de convergence des forces n’était pas très prisée par les mouvements de la gauche italienne des années 1970, chaque organisation voulant à l’époque avoir, posséder et contrôler SES propres instruments de communication et de propagande.

15Dans ce sens, la manière dont est née Radio Popolare constitue une anticipation de la logique du réseau. En effet, à l’inverse de cette tendance « centralisatrice » liant l’idée du contrôle médiatique à celle du pouvoir idéologique, la naissance de Radio Popolare se distingue du fait qu’un groupe constitué de forces très différentes émanant de la gauche politique et syndicale, gauche réformiste ou extrême, et dont les intérêts et les projets politiques sont par conséquent très contrastés, se met d’accord pour bâtir un projet de communication et d’information vraiment « populaire ».

16À l’époque de la fondation de Radio Popolare, comme il y avait beaucoup de « patrons » concepteurs et maîtres d’œuvre du projet, personne ne pouvait être LE patron de la radio. Un certain principe de réalité s’imposait et il y a eu un consensus sur l’idée que Radio Popolare ne devait pas être un média idéologique et propagandiste chargé de donner « la ligne juste ». Au contraire, ses artisans et travailleurs souhaitent couvrir les diverses positions politiques, les différentes « lignes » politiques, sur la base d’un travail journalistique qui soit en contact avec la réalité et avec les faits. Ce désir de couverture de la diversité des options politiques se retrouve également dans la pratique continue du microfono aperto (micro ouvert), qui permet à la fois la diffusion des opinions des auditeurs et le constant dialogue avec eux dans des tribunes téléphoniques régulières et, quand le débat politique et social l’exige, prolongées.

17C’est un fait probant que l’orientation politique de la radio est la référence à la classe ouvrière, mais les artisans de Radio Popolare ne veulent pas en faire pour autant une station qui s’adresse strictement aux militants et aux masses de gauche, mais bien une station dont les émissions sont destinées à tous. Il y avait donc, à l’origine, d’un côté, cette nécessité objective, ce point d’accord entre les différentes forces fondatrices quant à l’unicité du projet radio et, de l’autre, bien évidemment, le principe d’une saine éthique journalistique à la base de l’activité d’information.

18À bien y regarder, il y avait aussi quelque chose de « maoïste » dans cette approche et cette orientation que prend, dès ses débuts, Radio Popolare. En effet, il ne s’agit pas tant de résoudre les contradictions qui se produisent dans la réalité (une usine qui pollue, mais qui donne de l’emploi) et de donner une solution toute préparée sous forme de ligne politique (fermer l’usine !). Il s’agit plutôt de garder ouvertes ces contradictions, de leur donner, dans le cadre des émissions d’information, une représentation qui témoigne de leur complexité, sans prétendre faire forcément synthèse, sans fermer la réalité. La contradiction a un sens et révèle bien souvent les aspects compliqués d’une situation, qu’une solution simple ne saurait résoudre véritablement. C’est en cette posture que réside d’ailleurs tout le sens que Radio Popolare donne au « micro ouvert », puisque le fait de donner en ondes la parole aux auditeurs constitue une rupture historique des traditionnels mécanismes de l’information paternaliste et unidirectionelle typique de la radiotélévision publique, celle de l’État. La RAI (radiotélévision publique italienne) était lourdement investie et contrôlée par la Démocratie chrétienne, qui dominait la fonction gouvernementale depuis l’après-guerre, et Radio Popolare et les autres radios de gauche entraient en concurrence journalistique avec elle ainsi qu’avec la presse écrite.

4. RADIO POPOLARE : UNE PROGRAMMATION DE SERVICE PUBLIC

19Par cette décision très importante de concurrencer directement les autres médias sur le terrain de l’information, les responsables de l’information de Radio Popolare désiraient et désirent encore aujourd’hui offrir aux auditeurs un véritable service « public » (cette notion était inscrite dans le projet dès le début). Par ce biais, dans le domaine de l’information, le rôle de Radio Popolare ne se réduit pas à la diffusion de commentaires alternatifs sur des faits déjà traités par les autres médias, ne se résume pas à faire de l’interprétation de ces faits après coup. Évidemment, ce n’est pas une mauvaise chose que de faire des commentaires différents sur les faits déjà couverts par les autres médias, c’est même très bien de le faire. Mais pour avoir un poids aussi bien politique que communicationnel, il est d’abord nécessaire de livrer les informations, et si possible de les livrer plus vite, mieux et d’une manière plus complète que les autres médias.

20Pour ne prendre que cet exemple parmi de très nombreuses primeurs, Radio Popolare a été le premier média à annoncer aux Italiens l’attaque sur Bagdad, lors de la guerre du Golfe première version : il s’en est suivi plus de 700 heures d’antenne ininterrompues, véritable contrepoids populaire à la propagande américaine qui muselait les médias de l’ordre établi en cet hiver 1991. Ou encore, la couverture par Radio Popolare du sommet du G-8 à Gênes, en juillet 2001, et de l’incroyable brutalité policière qui l’a caractérisé a fait époque dans le monde journalistique italien et européen.

21Les premiers journalistes de Radio Popolare étaient, il est vrai, des militants rattachés aux forces politiques qui ont fondé la radio. Mais très vite, plusieurs facteurs, entre autres la préoccupation de bien servir les auditeurs, une certaine fierté de faire un travail d’information de qualité ainsi que la nouveauté et l’originalité communicationnelles de Radio Popolare, dotent les militants-journalistes d’un fort sentiment d’appartenir à la radio elle-même bien plus qu’à ses forces d’origine.

22Au fil du temps se sont développés une tradition, un style dans le travail d’information et de production radiophonique, un esprit de corps, un pragmatisme et un art de la débrouillardise, une éthique de service, de service « public » pourrait-on dire. Radio Popolare diffuse ses bulletins de nouvelles 365 jours par année, incluant le jour de Noël et le jour de l’an. Jamais, en presque trente ans, Radio Popolare n’a interrompu ses émissions. C’est probablement la raison pour laquelle, entre autres raisons, beaucoup d’auditeurs ont très vite développé un fort lien d’appartenance à cette expérience très particulière.

23Si on fait référence à l’utilisation courante de l’expression « radio communautaire », il faut bien dire que Radio Popolare n’est pas une radio communautaire typique. On pourrait dire que ce qui la distingue de la radio communautaire « typique », c’est l’idée même de communauté qui est implicite dans l’histoire de Radio Popolare. Comme nous l’avons vu, jamais Radio Popolare ne s’est adressée seulement aux gens de gauche, pas plus qu’à un ensemble d’auditeurs liés à des catégories sociales particulières, comme c’est le cas dans beaucoup de radios alternatives en Europe : jeunes gens en opposition à leur époque, minorités sexuelles, sociales (féministes, groupes ethniques ou religieux), etc. Peut être que cette orientation de Radio Popolare de ne pas diffuser en fonction d’un public idéologiquement ciblé (et de la sorte « communautarisé »), c’est d’avoir comme référence non pas une communauté déjà donnée, mais une communauté que l’on construit chaque jour grâce au travail radiophonique et à la nature des communications diffusées. En d’autres termes, la communauté à laquelle s’adresse Radio Popolare est constituée par l’ensemble de ceux et celles qui écoutent Radio Popolare, de ceux et celles qui ont un sentiment d’appartenance à cette expérience radiophonique singulière, et qui, à travers cette radio en particulier, entrent et sont en contact avec les autres membres de cette communauté.

24Radio Popolare ne se limite pas à constater le développement de ce sentiment d’appartenance : elle lui donne de la force, l’utilise comme partie du jeu radiophonique et essaie de créer « sa » communauté d’auditeurs. Mais cette communauté ne se constitue pas seulement autour de l’existence sur ses ondes d’une information de qualité, caractérisée par l’indépendance de ses journalistes, mais aussi par le biais de la diffusion de beaucoup d’autres émissions beaucoup moins sérieuses ou complexes. En effet, si les auditeurs écoutent Radio Popolare, c’est aussi parce que pendant des années nous avons inscrit dans notre programmation toute une gamme d’émissions qui n’empruntent pas les formules propres à l’information, même si elles demeurent informatives et ne renient pas la dimension politique de l’intervention radiophonique.

  • 3 Ces deux exemples illustrent bien comment Radio Popolare procède d’une utilisation parasitaire et (...)

25C’est le cas par exemple d’une émission pionnière en langue arabe, Radio Shabi, qui par sa nouveauté dans les années 1980 était aussi très écoutée par les auditeurs non arabophones. S’ils n’y comprenaient rien du tout ou pas grand-chose, ils aimaient sa sonorité et goûtaient volontiers la dimension insolite de ses contenus. Mentionnons également la réalisation en direct, par les animateurs homosexuels de l’émission gaie de Radio Popolare, L’altro Martedi, d’une parodie radiophonique des chansons interprétées dans le cadre du Festival de la chanson italienne de Sanremo, simultanément avec la diffusion de cet événement par la télévision italienne. Dans le même esprit, les commentaires comiques et à bâtons rompus des animateurs de l’émission Bar Sport fusent sur les ondes de Radio Popolare en même temps que la télédiffusion en direct des matchs de football3 (on écoute Radio Popolare et on regarde le match à la télé le son coupé !). Radio Popolare diffuse également des émissions qui proposent des chasses au trésor radioguidées, avec des épreuves absolument surréelles, comme compter les marches des escaliers roulants de la gare centrale ou, plus fantasmagorique, traverser pendant la nuit une piazza fontana (une grande place avec fontaine) en reproduisant la scène de la Dolce Vita de Fellini !

26La réalité métropolitaine, à Milan et en région lombarde, a beaucoup changé depuis l’Italie des années 1970. Dans les décennies subséquentes, le climat social a été en effet marqué par plusieurs facteurs, entre autres, la crise de légitimité et de représentation des partis politiques et la chute de la participation ouvrière dans les organisations syndicales, devant le phénomène de la désindustrialisation et les très grands changements qui ont affecté le monde du travail, comme les délocalisations et la mondialisation des entreprises et la financiarisation de l’économie.

27Dans ce contexte mouvant, les relations entre les gens se tissent beaucoup plus difficilement, alors que croissent l’anomie et l’isolement. Dès lors, la raison d’être de Radio Popolare c’est d’avoir donné et de donner encore à ses auditeurs un important sentiment d’appartenance à au moins une communauté, constituée par ceux et celles qui se retrouvent dans l’espace de Radio Popolare. Sa programmation à la fois locale et internationale leur permet d’être en contact, non seulement avec le village global – ce qui leur permet une ouverture sur le monde – mais aussi avec un village métropolitain riche de sa forte spécificité locale. Dans ce sens, peut-être plus que dans tout autre sens, Radio Popolare est une véritable radio communautaire, offrant des repères, suscitant le débat et le dialogue.

28Pour terminer, une petite réflexion ! Règle générale, quand on parle de radio communautaire, on pense d’habitude à des stations de radio pas tellement développées, peu structurées et qui n’ont pas une très grande audience. La tendance est ironiquement de croire que la radio communautaire, « ça fait petit, ça fait pauvre, ça fait communautaire », ce qui réduit dans un sens la radio communautaire à une vision assez limitée du concept de communauté.

29Plusieurs questions se posent alors relativement à l’idée d’élargir cette vision de la radiophonie communautaire. Dans l’univers de radios communautaires, Radio Popolare constitue-t-elle un modèle d’exception, qui n’a pas vocation à se répandre ? Ou au contraire, comme le pensent les artisans de Radio Popolare, ce type de radio communautaire, grande, structurée, qui attire beaucoup d’auditeurs, dispose d’assez de moyens (financiers et ressources humaines), émet ses programmes dans une concentration métropolitaine socialement et politiquement centrale (comme celle de Milan et de la Lombardie), qui exerce tout un poids journalistique, joue un rôle de service public et dont l’influence politique est remarquable, est-il peu répandu précisément parce que l’on pense toujours à la radio communautaire comme étant une petite expérience ?

30Plus encore, les mêmes mouvements de gauche, qui se battent actuellement contre la libéralisation globalitaire, ne sont-ils pas hypnotisés par la télévision et fascinés par Internet, à un point tel qu’ils ne tiennent pas compte de tout le potentiel politique et des possibilités de changement social qui résident dans la radio indépendante et participative ? Serait-il possible alors que la radio communautaire de grande dimension ne soit pas répandue à cause d’une sorte d’autocastration générée par ceux-là mêmes qui devraient la soutenir et applaudir à son développement ? Nous, à Radio Popolare, pensons que la radio communautaire de grande taille est de l’ordre du possible, qu’elle est un besoin, pas seulement à Milan, mais aussi ailleurs dans le monde, et qu’il faut essayer de la faire fructifier.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Radio Popolare sur Internet : <www.radiopopolare.it>.

Radio Popolare édite une revue semestrielle (en italien), Errepi, diffusée à plus de 20 000 exemplaires.

Radio Popolare a tenu un important colloque à Milan, du 18 au 20 avril 2005, sous le thème : La radio, média de masse démocratique ?

Les actes du colloque sont disponibles :
- en italien La Radio : Mass media democratico ? L’importanza della radio nelle società della communicazione (a cura di Radio Popolare), Milan, Edizioni Unicopli (2005 :7).
- en anglais The Radio: Democratic mass media ? The importance of radio in the communication society (edited by Radio Popolare), Milan, 2005.

Notes

1 Principalement : FIM (métallurgistes), FIOM, UIL, la gauche du PSI (le Parti socialiste italien), Lotta Continua, Movimento Lavoratori per il Socialismo, Avanguardia Operaia.

2 La valeur approximative de 1€ est 1,50 $CA.

3 Ces deux exemples illustrent bien comment Radio Popolare procède d’une utilisation parasitaire et du détournement de la télévision pour alimenter certaines de ses émissions. Précisons cependant que l’émission Bar Sport – probablement en raison de son succès – a été à son tour imitée par la radio commerciale et ensuite, également, par la télévision commerciale.

Auteur

Président de la Coopérative des travailleurs de Radio Popolare, à Milan en Italie. Diplômé en philosophie de l’Université d’État de Milan, il s’est joint à Radio Popolare dès le milieu des années 1980, pour en devenir rapidement le directeur des émissions. Plusieurs fois appelé à la gestion collégiale de la radio, il est aujourd’hui responsable des relations extérieures de Radio Popolare et édite sa revue semestrielle Errepi.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search