Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 3. Médias indépendants d'ailleurs

7. Les défis des radios communautaires dans le monde

Marcelo Solervicens

Texte intégral

1Les radios communautaires constituent un secteur spécifique des communications à côté de la radio publique et de la radio commerciale. Un secteur dont la présence dans toutes les régions du monde et l’importance pour les populations locales ne font pas de doute, malgré la nature différente des défis spécifiques auxquels il doit faire face au Nord et au Sud. Raconter l’histoire de ce secteur permet de lever le voile sur l’apparente complexité et les contours parfois flous qui le caractérisent tout en établissant des liens entre sa dimension locale, illustrée par Radio Centre-Ville à Montréal, et sa dimension internationale faite de l’« agglutination » des expériences locales.

2En 30 années d’existence, Radio Centre-Ville est devenue au fil des ans une institution mature dont la survie ne dépend plus de ses fondateurs ou d’individus particuliers. Son développement relève dorénavant de l’adhésion de ses membres :

  • à sa mission, qui consiste à donner une voix à ceux qui ne peuvent pas s’exprimer à travers les médias traditionnels, privés ou publics ;
  • à son projet de communication, qui repose sur l’impossibilité dans la pratique de mettre en œuvre le principe de neutralité journalistique ;
  • à l’accueil des différences exprimées dans une programmation fondée sur sept langues.

3Sa pérennité est tout particulièrement liée à l’intérêt que lui portent des individus à titre individuel ou en tant que membres de groupes de tout ordre de la communauté d’accueil, anglophone et francophone, de même que des communautés linguistiques desservies par la station. Cet intérêt s’exprime par une participation volontaire à la production d’émissions et à la gestion de la radio qui ne s’est jamais démentie depuis sa naissance. Depuis 1975, c’est par milliers que des bénévoles sont passés par les locaux de la rue Saint-Laurent, ceux de l’édifice Cooper d’abord, puis ceux du 5212, au coin de la rue Fairmount.

4Or, au-delà des conflits sur les décisions à prendre relativement à la grille de la programmation ou sur le style de cette programmation, au-delà des échanges passionnés, entre autres, sur la nature de la mission de la radio auprès des communautés culturelles et sur l’insuffisance récurrente des moyens financiers et matériels de la station qui appelle à un activisme constant pour éviter des déficits, ceux qui y œuvrent depuis des années et ceux qui s’ajoutent au fil des ans activent une expérience concrète d’appropriation citoyenne d’un média. Ce faisant, ses artisans, comme ceux qui s’impliquent dans d’autres radios communautaires, autant au Québec que dans le monde, donnent vie à l’expérience de Radio Centre-Ville, qui est à la fois unique, comme l’est l’auditoire qu’elle dessert dans l’île de Montréal, tout en faisant partie du mouvement international de radios communautaires.

1. UN MOUVEMENT MONDIAL EN DEVENIR

  • 1 Voir Marcelo Solervicens et al. (novembre 1996). Médias communautaires et société, Actes du colloq (...)

5Radio Centre-Ville est née de l’initiative de militants francophones, anglophones, grecs, portugais, hispanophones dans le contexte du développement des mouvements sociaux au Québec dans les années 19701. D’où l’appellation originale de CINQ FM en référence aux cinq langues diffusées sur ses ondes. Par la suite, le créole et le chinois sont venus s’ajouter par souci de représentativité linguistique de la mosaïque pluriculturelle montréalaise. Ainsi, les artisans de Radio Centre-Ville ont exprimé leur désir de se mettre ensemble pour rejoindre les communautés qu’ils desservent, ce qui, plus largement, est l’une des caractéristiques fondamentales des radios communautaires au Québec et dans le reste du monde. C’est un réflexe analogue à celui des mineurs boliviens qui, dans les années 1950, firent naître la première radio populaire communautaire en Amérique latine. Radio Centre-Ville, malgré son caractère local unique, s’inscrit plus largement dans la mouvance des radios communautaires sur le plan mondial.

1.1. L’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC)

6La dimension internationale de la radio communautaire trouve ses origines dans la première assemblée mondiale des radios communautaires tenue à Montréal en 1983. Cette rencontre s’est cristallisée sur un mouvement qui prenait de l’ampleur depuis les années 1970, un mouvement porté par les avancées de la technologie qui se traduisaient par la réduction des coûts de radiodiffusion grâce au FM et des coûts des récepteurs grâce aux transistors. La radio communautaire est étroitement liée à la première vague de démocratisation des médias qui annonce la révolution technologique des années 1980 et 1990. Organisée par un groupe de passionnés de la radio communautaire, cette première rencontre est pour eux l’occasion de prendre conscience de l’existence d’un mouvement mondial de radios communautaires qui les lie les unes aux autres. Les radios communautaires populaires de l’Amérique latine, de l’Afrique, de l’Europe, des États-Unis, du Canada, et du Québec, telles CIBL, CKRL, Radio Centre-Ville, y ont participé.

7Trois ans plus tard, en 1986, à Vancouver, avec la tenue d’une 2e assemblée mondiale, le mouvement spontané de 1983 devient officiellement l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC). Cette seconde rencontre va permettre à ses participants venus d’Afrique, d’Amérique latine, d’Europe et d’Amérique du Nord de mieux définir le secteur, d’ébaucher des politiques de communication correspondantes, d’avancer sur des stratégies et des activités de coordination et d’échanges et de dégager les enjeux spécifiques du secteur, soit son caractère non lucratif, la participation de la communauté dans la programmation et dans la gestion du média et le rôle de la radiodiffusion en tant qu’instrument de transformation sociale.

8En 1987, en vue de la 3e conférence, qui se tiendra à Managua l’année suivante (1988), l’association se constitue juridiquement et devient également une organisation non gouvernementale.

9À Dublin en 1990, les discussions de la 4e conférence mondiale de l’AMARC se concentrent sur l’affirmation du droit à la communication, qui réfère non seulement au droit d’être informé, tel qu’il est proposé par l’article 19 de la Charte universelle des droits de la personne des Nations Unies, mais également au droit de s’exprimer et, ce qui est encore plus important, au droit d’être entendu. C’est également à Dublin qu’un groupe de femmes propose la création d’un réseau international de femmes œuvrant dans le secteur de la radio communautaire. Mais il faut attendre la 5e conférence d’Oaxtepec au Mexique, en 1992, pour que la création du Réseau international des femmes (RIF) de l’AMARC soit adoptée. Depuis, le Réseau international des femmes a participé activement à la Conférence mondiale de Beijing et s’est impliqué dans les actions entourant la Marche mondiale des femmes. Les principes soutenus par ce réseau concernent plus exactement l’égalité des sexes aussi bien dans la société qu’au sein même des radios communautaires, qui, elles aussi, tendent à reproduire l’exclusion et la marginalisation des femmes qui sévissent dans la société tout entière.

10En 1995, la 6e conférence de Dakar permet la mise sur pied effective du Réseau international des femmes de l’AMARC (RIF) et s’inscrit dans l’affirmation d’un mouvement enraciné localement par le biais de bureaux régionaux forts et autonomes en Afrique, en Amérique latine et en Europe, mais évoluant efficacement dans un contexte international de mondialisation. À l’été 1998, l’AMARC tient sa septième conférence internationale à Milan. Elle s’inscrit dans la continuité de celle de Dakar en facilitant le passage de trois nouvelles frontières.

11Premièrement, la frontière légale, alors que le travail de l’AMARC vise la reconnaissance des médias communautaires dans les législations internationales. Sur le plan international, les déclarations de l’UNESCO qui reconnaissent les médias communautaires ou la radio communautaire sont successivement celles de Windhoeck, en Namibie, en 1991, d’Alma Ata, au Kazakhstan, en 1992, de Santiago, au Chili, en 1992, et de Sana’h, au Yémen, en 1997. Toutes ces déclarations ont été ratifiées par les conférences générales de l’UNESCO.

12Deuxièmement, la frontière technique, alors que FAMARC aide ses membres à négocier le virage technologique occasionné par l’introduction de la technologie numérique et l’accès à Internet. Ceci permet la mise sur pied de l’Agence de nouvelles Pulsar en Amérique latine, alimentée grâce aux courriers électroniques, et du site Internet du projet Moebius. Ces avancées techniques permettent également aux radios communautaires de collaborer avec des médias écrits ou qui utilisent la vidéo, et font naître le mouvement des médias communautaires.

13Troisièmement, la frontière géographique, alors que l’AMARC effectue une percée en Asie et dans les pays arabes par suite de la consolidation de son travail en Afrique. Les efforts en Asie sont fragilisés par le fait que la fin du monopole d’État sur les médias dans cette région du monde tend à s’étirer et que cette forme de contrôle étatique se maintient même encore aujourd’hui dans certains pays. C’est à cause de cette fragilité que la Conférence prévue initialement en Australie se tiendra finalement à Milan en 1998.

  • 2 Voir Plan d’action stratégique 2003-2006 : <www.amarc.org>.
    La 9e conférence de l’AMARC doit se ten (...)

14En février 2003, la 8e conférence et l’assemblée générale de FAMARC à Katmandu, au Népal, est la plus importante rencontre de radiodiffuseurs communautaires jamais tenue dans la région de l’Asie-Pacifique. Cette rencontre est devenue la pierre angulaire du développement du mouvement de la radio communautaire dans la région. Par ailleurs, ses participants y ont adopté le plan d’action stratégique de l’AMARC pour2003-20062.

15De nos jours, FAMARC se définit toujours comme une association et un organisme non gouvernemental (ONG) international au service du mouvement des radios communautaires, un réseau d’échanges et de solidarité qui entend défendre et promouvoir le droit à la communication. Plus exactement, sa Déclaration de principes énonce, entre autres, que ses membres :

  • contribuent à l’expression de différents mouvements sociaux, politiques et culturels, ainsi qu’à la promotion de toutes les initiatives en faveur de la paix, de l’amitié entre les peuples, de la démocratie et du développement ;
  • reconnaissent le rôle fondamental et particulier des femmes dans l’établissement de nouvelles pratiques de communication ;
  • diffusent une programmation respectant les principes suivants :
    • la souveraineté et l’indépendance des peuples ;
    • la solidarité et la non-intervention dans les affaires internes d’autres pays ;
    • la coopération internationale basée sur la création de liens permanents et généralisés sur la base de l’égalité, de la réciprocité et du respect mutuel ;
    • la non-discrimination fondée sur la race, le sexe, l’orientation sexuelle ou la religion ;
    • le respect de l’identité culturelle de tous les peuples.
  • 3 Voir les textes de ces chartes et déclarations sur <www.amarc.org>, en activant le lien : Principe (...)

16Par ailleurs, les principes promulgués et promus par les membres de l’AMARC sont également exprimés et actualisés dans différentes chartes et déclarations3 :

  • la déclaration de Katmandu (27 février 2003) ;
  • la charte africaine de la radiodiffusion : Windhoek +10 (3 mai 2002) ;
  • la déclaration de Milan (29 août 1998) ;
  • la charte européenne des radios de type communautaire (18 septembre 1994) ;
  • Carta de las Radios Comunitarias y Ciudadanas (1998) ;
  • la charte populaire de la communication (24 mars 1999) ;
  • la déclaration des « radiopassionnés » et « télévisionnaires » (24 novembre 1995).

17Quant à ses membres, l’AMARQ en compte désormais aux quatre coins de la planète : en Afrique de l’Est et en Australie, en Afrique de l’Ouest et du Centre, en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Amérique du Nord, en Asie, en Europe de l’Est, en Europe de l’Ouest, au Maghreb et au Moyen-Orient. Son site Internet <http://www.amarc.org)> en comporte la liste. Plus exactement, l’AM ARC regroupe quelque 3 000 radios communautaires ainsi que des fédérations nationales de radios communautaires dans 110 pays. Ces chiffres ne rendent pas compte de l’envergure totale du secteur, qu’on peut estimer à quelque 20 000 radios.

18Dès les années 1980, les successives conférences mondiales de l’AMARC (Vancouver, 1986 ; Managua, 1988 ; Dublin, 1990 ; Mexique ; 1992) donnent naissance à un secrétariat permanent situé à Montréal, et à l’ouverture d’un bureau régional à Quito, en Équateur, en Amérique latine. En 1995, la conférence de Dakar crée les conditions pour l’ouverture d’un bureau régional à Johannesburg, en Afrique du Sud. C’est à Milan, en 1998, et à Katmandu, en 2003, que se décide l’ouverture d’un bureau pour la région d’Asie-Pacifique.

19Fruit de plusieurs années de travail, ce processus de développement institutionnel et organisationnel mis en œuvre par l’AMARC a permis, en même temps que l’expansion géographique des radios communautaires, la propagation de leurs principes, critères et missions, tout en leur permettant d’échanger entre elles lors des couvertures mondiales sur des sujets tels que la discrimination raciale (le 21 mars de chaque année, le projet Radio Voix sans frontières s’inscrit dans le cadre de la journée de l’ONU contre le racisme et la discrimination raciale) et de participer à des projets de développement, tels que le programme de nouvelles technologies en Afrique (CATIA) ou de l’agence de nouvelles Pulsar en Amérique latine.

20C’est ainsi que, dans le cadre des conférences mondiales de l’AMARC qui se tiennent depuis plus de 20 ans, la dimension internationale aura permis de mettre en valeur la contribution des radios communautaires à la construction d’un monde meilleur, s’appuyant sur un autre type de communication, favorisant du même coup la création de nouvelles expériences de radios communautaires.

1.2. Survol de l’histoire des radios communautaires dans le monde depuis les années 1980

21Dans les sillons de la radio publique et de la radio commerciale sur la bande AM puis sur la bande FM, la filiation première des radios communautaires un peu partout dans le monde s’ancre dans des radios éducatives, des radios religieuses ou encore dans les initiatives de communicateurs visionnaires tels que Lewis Hill, le créateur de Radio Pacifica aux États-Unis dans les années 1940.

22Cependant, c’est en Bolivie dans les années 1950, en tant que soutien des mouvements sociaux des mineurs boliviens, que la radio communautaire devient un instrument de changement social et que l’appropriation de la radio par l’auditoire devient une réalité. À cette radio « populaire » liée au mouvement ouvrier, s’ajoutent les radios dites « alternatives » aux radios commerciales, qui sont encore illégales, entre autres, en Colombie, en Équateur, au Nicaragua ; ces radios sont fortement influencées par le contexte des transformations révolutionnaires ou faisant partie des mouvements révolutionnaires qui animent les masses populaires latino-américaines dans les années 1960 et 1970.

  • 4 Voir Ernesto Lamas (avril 2005). « Community Radio in Latin America: Past and present », dans Inte (...)

23Par la suite, dans les années 1980 et 1990, règle générale, ces radios populaires et alternatives latino-américaines obtiennent de leurs autorités gouvernementales respectives des licences de radiodiffusion. Elles deviennent ainsi des radios communautaires, participatives, et des outils au service de la démocratisation des sociétés postdictatures en Amérique du Sud (Argentine, Chili, Colombie, Bolivie) ou des sociétés postconflits en Amérique centrale (Salvador, Nicaragua, Honduras, Guatemala). En 2005, il y avait plus de 2 000 radios communautaires en Amérique latine et dans les Caraïbes4.

24En Amérique du Nord, c’est aux États-Unis que la radio Pacifica, fondée par Lewis Hill le 15 avril 1949 à Berkeley en Californie, fait émerger pour la première fois l’idée d’une radio communautaire guidée par un projet de changement social et se positionnant en faveur de la paix mondiale. Toutefois, il faut attendre les années 1970, pour que les radios communautaires, de campus et autochtones, fassent leur apparition en Amérique du Nord avec la création à Madison, dans le Wisconsin, de la National Federation of Community Broadcasters (NFCB, site Internet : <wwww.nfcb.org)>). Au Canada et au Québec, c’est également dans les années 1970 et 1980 que se développent les radios communautaires, de campus et autochtones, par suite de leur reconnaissance législative et réglementaire par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Les radios CKRL, à Québec en 1974, et Radio Centre-Ville, à Montréal en 1975, seront les premières radios communautaires au Québec.

25En Europe, la mouvance vers le développement des radios libres, communautaires ou populaires devient une réalité dans les années 1970 et 1980. Tous les pays d’Europe connaissent alors des expériences de radio communautaire. Entre autres, celles de Radio Popolare en Italie et de Radio Lora en Suisse sont remarquables, en ce sens que ces deux stations ont réussi à marier stabilité financière et mission de communication favorable au changement social. En France, la victoire de la gauche socialiste en 1981 donne tout un essor au mouvement des radios libres. Dans les années 1990, le démantèlement de l’URSS et la chute des socialismes en Europe de l’Est ouvrent également la voie au développement des radios communautaires, notamment en Ukraine, en Bosnie et en Slovénie.

26En Afrique, le mouvement de développement des radios communautaires prend de l’ampleur dans les années 1990 à la suite de la mise en échec du monopole étatique dans la plupart des pays africains, à commencer par le Mali et l’Afrique du Sud. Ce processus accompagne le développement de la société civile. Par société civile, nous entendons ici les organisations qui ne font partie ni de l’État ni du secteur privé. Dans le cas africain, il s’agit principalement du mouvement pour les droits de la personne, des organisations de travailleurs et des ONG. Ces organisations travaillent à créer les conditions qui permettent d’entreprendre des projets de développement dans les domaines de la santé publique et de la lutte contre la désertification, entre autres. En 1985, il n’y a pas plus de 10 radios indépendantes en Afrique. Ce sont toutes des radios rurales indépendantes de l’État, nées de projets appuyés par des instances multilatérales comme l’Agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, ainsi que les clubs de radio étatiques lancés par l’UNESCO dans les années 1960, implantés également dans les régions rurales de l’Afrique de l’Ouest. En 1994, par suite de la victoire de la lutte contre l’apartheid et l’installation à la présidence de Nelson Mandela, les radios communautaires ont éclos en Afrique du Sud. L’expérience de Bush Radio représente l’une des plus intéressantes (site Internet : <www.bushradio.co.za>). Actuellement, il y a plus de 114 radios communautaires en Afrique du Sud.

27Depuis 1995, grâce à l’ouverture généralisée des ondes, elle-même permise par la fin des monopoles étatiques, les radios communautaires et indépendantes se sont développées dans la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne. L’AMARC compte 362 radios communautaires affiliées, mais il existe plus de 800 radios communautaires dans la région. En Afrique de l’Ouest, francophone, on peut relever l’expérience du Mali (86 stations de radio affiliées à l’URTEL), du Burkina Faso, du Bénin où la législation reconnaît la radio communautaire depuis 1997. Au Sénégal, la récente ouverture du gouvernement a permis la création d’une trentaine de radios communautaires. En Côte d’ivoire, en Gambie, au Togo, en Guinée-Bissau, dans les deux Congo, au Tchad et au Gabon, la situation est difficile du fait que la libéralisation des ondes est encore très timide. En Afrique anglophone, l’exemple de l’Afrique du Sud est fondamental. On y trouve également des radios communautaires en Namibie. En Afrique de l’Est, des radios se sont implantées au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda. Dans l’Afrique lusophone, on compte 35 stations de radio communautaires au Mozambique. Seule l’Afrique du Nord reste en dehors de ce mouvement malgré certaines ouvertures, notamment au Maroc.

28La croissance de la radio communautaire en Afrique est liée à sa reconnaissance par les instances multilatérales, notamment l’UNESCO, depuis la déclaration de Windhoek en Namibie, en 1991. Cette reconnaissance est liée à l’effet qu’elle exerce dans la lutte contre la pauvreté, à son rôle en regard de :

  • l’amélioration des conditions de vie (formulée dans le cadre du projet de développement des possibilités numériques) ;
  • sa capacité à maintenir la diversité culturelle ;
  • la prise en charge par les communautés de leur développement ;
  • la démocratisation des savoirs dans la société de l’information.

29Dans la région de l’Asie-Pacifique, l’Australie suit la mouvance des pays européens et de l’Amérique du Nord. Pour ce qui est des sous-régions qui composent l’Asie-Pacifique, il faut souligner que ce n’est que vers la fin des années 1990 que s’amplifie le mouvement de création des radios indépendantes et communautaires. Ceci résulte du processus de libéralisation qui accompagne l’imposition des diktats de la mondialisation par les organisations multilatérales, notamment la Banque mondiale. Précisons que l’ouverture des ondes qui accompagne la fin des monopoles étatiques sur les communications ne s’accompagne pas d’une législation qui différencie radio commerciale et radio communautaire. Le terme « indépendant » est le plus employé par certains analystes pour caractériser les radios commerciales dans ces pays où la radio commerciale et la radio communautaire affichent des niveaux de développement semblables.

30Au Népal, à la suite de l’ouverture démocratique de 1990 soutenue par le roi, le pays devient un exemple d’ouverture des ondes pour la région. En 2001, les radios indépendantes et communautaires népalaises obtiennent un arrêt de la Cour suprême qui leur permet de diffuser des nouvelles dans le cadre de bulletins d’informations, un contenu qui leur était interdit jusque-là. Cet arrêt contribue à briser le monopole qu’exerce la radio d’État en matière d’information. Mais le développement de ces radios reste cependant fragile. À la suite du coup d’État royal du 1er février 2005, le gouvernement du Népal a de nouveau interdit aux radios communautaires et indépendantes de diffuser des nouvelles et des émissions d’affaires publiques sur leurs ondes et une ordonnance vient d’être publiée qui confirme cette interdiction. En Indonésie, la chute du président Suharto en mai 1998 a favorisé une ouverture des ondes qui donna lieu à la création de plus de 2 000 radios dans ce pays, dont au moins 500 radios communautaires. En Thaïlande, la situation est semblable depuis 1999, mais la reconnaissance du secteur des radios communautaires est encore à venir. Ailleurs dans cette région du monde, il existe des radios communautaires qui résultent de projets entrepris par l’UNESCO (Sri Lanka), par la Banque mondiale (Timor Oriental), ou encore d’initiatives entreprises par des universités (Philippines), des ONG (Vanuatu et Philippines), par des communautés religieuses (Papouasie-Nouvelle-Guinée) ou bien par des groupes autonomes comme Mediact (Corée du Sud et Japon). Au Cambodge, on réalise des expériences de radio communautaire rurale.

31Dans les pays où la radio communautaire n’est pas reconnue, comme en Thaïlande et en Inde, les radios communautaires doivent se disputer les fréquences avec les radios commerciales ou indépendantes et payer des licences très onéreuses, ce qui ne leur permet pas de s’épanouir en fonction d’une mission sociale. Les radios communautaires doivent faire un choix. Dans d’autres pays, comme en Indonésie, la radio communautaire est reconnue mais la réglementation limite la puissance de transmission de ses antennes à quelques watts seulement, ce qui l’empêche de bien servir certaines communautés, surtout dans les zones rurales.

32Plus près de nous, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en particulier en Jordanie et au Maroc, on assiste à une naissance du mouvement des radios communautaires. En Jordanie, en 2004 seulement, la première licence de radiodiffusion est octroyée à Ammannet, une radio communautaire née tout d’abord sur Internet et contournant par ce biais la censure. En 2006, l’AMARC projette d’ailleurs de tenir sa 9e conférence mondiale à Amman, en Jordanie, afin d’appuyer la naissance du mouvement dans la région.

2. LA RADIO COMMUNAUTAIRE : UN TIERS SECTEUR EN DÉFINITION

33Malgré la croissance du nombre de radios communautaires dans le monde depuis plus de 20 ans et en dépit du fait que le mouvement des radios communautaires soit de plus en plus reconnu comme un secteur à part entière, distinct de la radio publique et de la radio commerciale, par des instances multilatérales comme l’UNESCO, l’Union internationale des télécommunications (ITU), les gouvernements des pays du Nord et un nombre croissant de gouvernements de pays du Sud, l’absence de législation et d’une réglementation appropriées aux radios communautaires représente un obstacle important au renforcement du secteur.

34À cause de l’existence d’une législation très diversifiée ou de l’absence de législation spécifiquement consacrée aux radios communautaires, certains nient l’existence du secteur des radios communautaires sur le plan mondial. Au Canada, la législation distingue les radios communautaires des radios de campus et des radios autochtones. Au Chili, la réglementation n’octroie qu’un watt de puissance aux radios communautaires. En Bolivie, le décret qui régit les radios communautaires considère que celles-ci ne doivent exister que dans les zones rurales ou desservir de petites agglomérations de moins de 10 000 habitants. Ailleurs, comme dans certains pays d’Afrique ou en Thaïlande, la législation permet à la radio communautaire d’exister à condition qu’elle accepte de fonctionner comme une radio privée. Ailleurs encore, comme par exemple au Brésil, il y a une discrimination à l’égard de la radio communautaire qui se trouve acculée au bout du spectre des fréquences disponibles et se voit accusée d’interférence avec les ondes de la sécurité publique.

2.1. In nomine rosa

35Il faut tout d’abord aborder la question de la désignation de ces radios. Comment les nommer ? En Amérique latine, on les connaît sous plusieurs appellations : radios populaires, radios alternatives, radios rurales, radios éducatives. De son côté, le mouvement des radios françaises, de tradition républicaine universaliste, préfère les appeler radios libres, associatives ou de proximité, mais surtout pas radios communautaires. Il s’agit d’éviter ici toute référence au communautarisme, associé au cloisonnement et aux ghettos ethniques. Au Québec et au Canada, de même qu’aux États-Unis, le terme communautaire est généralement accepté, autant par les radios elles-mêmes que par la législation canadienne du CRTC et par la Commission fédérale des communications (FCC) américaine. S’il y a débat cependant au Canada et aux États-Unis, il concerne la nature « communautaire » des radios de campus et des radios autochtones, qui font l’objet d’une réglementation distincte.

36En Afrique et en Asie, le débat sur le vocable des radios communautaires est moins prononcé à cause de la jeunesse du mouvement des radios communautaires. Dans la plupart des pays de ces deux continents, dans les années 1980 et 1990, la radio communautaire naît en même temps que la radio privée, par suite de la fin du monopole des radios d’État. Il faut également souligner dans ces deux régions l’absence relative de législation ou de réglementation propre aux radios communautaires. La réglementation existante leur donne le même statut que celui des radios privées, ce qui explique que la frontière entre les radios communautaires et les radios commerciales, qui sont également identifiées et connues sous le vocable de radios indépendantes, ne soit pas étanche. Le fait que la radio communautaire soit née dans un contexte de fin des monopoles d’État et que les enjeux soient liés à la problématique de la démocratisation, de la lutte contre la corruption, de la radio comme outil de développement des communautés, ce fait donc explique que les radios communautaires et les radios commerciales ou « indépendantes » peuvent partager des solidarités. Entre autres, elles font face ensemble à la répression étatique sur le terrain de la lutte pour la liberté d’expression. Ceci se répète en Asie-Pacifique et l’expérience récente du Népal illustre clairement cette situation.

37La diversité des vocables et termes utilisés à travers le monde pour les désigner s’explique par le fait que les radios communautaires sont généralement nées d’expériences de terrain et qu’elles fonctionnent dans un contexte juridique et politique donné. La diversité des noms qu’elles se donnent ne témoigne surtout pas de l’existence de différences irréductibles, politiques ou conceptuelles, entre elles.

2.2. Le pourquoi...

38La radio est la technique de communication la moins chère qui soit. Partout dans le monde elle est le moyen privilégié de dissémination de l’information parce que le coût des appareils de réception est minime, surtout depuis l’arrivée des transistors sur le marché dans les années 1960. Également, le développement de la radiodiffusion FM dans les années 1960 a fortement contribué à rendre accessible la radiodiffusion communautaire. Elle permet, au Nord comme au Sud, de s’adresser aux exclus et marginalisés, mais aussi d’ouvrir les vannes créatrices de la société civile, ce qui favorise le développement d’expériences culturelles nouvelles, de participation citoyenne, de recherche de solutions pratiques qui vont au-delà du divertissement.

39En général, la programmation des radios communautaires dans le monde, comme celle de Radio Centre-Ville, cherche à induire un changement social. C’est en cela que réside la force de la radio communautaire, qui se pose dès lors comme un agent de changement social : elle inscrit dans sa programmation des objectifs de communication qui répondent aux besoins spécifiques des diverses communautés desservies. Tout d’abord, la programmation remplit le vide laissé par d’autres formes de communication traditionnelles. Au Nord, la radio communautaire est un agent de développement de la nouveauté culturelle et explore l’interdit, les sources des changements culturels et sociaux et s’adresse aux exclus du discours public, aux pauvres et aux marginalisés. Au Sud, la radio communautaire permet le maintien de la diversité culturelle et de la propriété intellectuelle locale (produits traditionnels) et la diffusion d’informations destinées aux femmes sur des thèmes tabous et concernant des pratiques telles les mutilations génitales. Elle provoque également une prise en charge par la communauté de son propre développement en permettant une prise de conscience de problématiques liées à la santé, la pauvreté, l’éducation, l’exercice de la démocratie, et se constitue dès lors en instrument de transformation sociale. Elle permet ensuite l’accès à la parole à des secteurs et des acteurs sociaux exclus du discours. Ce faisant, elle détruit la hiérarchisation liée à l’exercice du pouvoir de la communication en permettant l’éclosion d’alternatives d’organisation sociale nouvelle et la construction des communautés. En ce qui a trait à ses contenus, la radio communautaire s’affranchit de la dictature des cotes d’écoute et de l’objectif étatique de la radio publique, ce qui lui permet d’aborder des problématiques relatives aux enjeux de la communauté et l’élaboration de solutions.

40Plus spécifiquement, pour établir un parallèle entre les tendances et principes soutenus par les radios communautaires à l’échelle internationale et une radio locale, penchons-nous sur la mission de Radio Centre-Ville telle quelle est précisée dans sa Déclaration de principes (<www.radiocentreville.com>). Adopté il y a plus de 25 ans, ce document soutient encore aujourd’hui une vision partagée par ses membres. En 2005, la mission de Radio Centre-Ville est en effet intrinsèquement liée aux enjeux essentiels de la société québécoise et des communautés desservies. Sa particularité est de diffuser des émissions en sept langues de manière à soutenir :

  • l’intégration harmonieuse des immigrants et des membres des communautés culturelles à la société québécoise ;
  • l’ouverture de la société d’accueil à la richesse d’autres accents et réalités. Mentionnons que Radio Centre-Ville a gagné plusieurs prix, entre autres, à deux reprises le prix Communautés culturelles décerné par le gouvernement du Québec pour souligner la contribution de la station à l’intégration harmonieuse, au sein de la société d’accueil francophone, des groupes ethniques qu’elle dessert par des émissions diffusées dans leur propre langue ;
  • l’inclusion des démunis et des populations sujettes à la discrimination ;
  • le développement de la citoyenneté, du mouvement populaire, communautaire et de la solidarité internationale ;
  • l’objectif de participation citoyenne, afin d’améliorer la qualité de vie et l’inclusion des communautés desservies.

41C’est ainsi que tout au long de son histoire, marquée par les vagues successives d’immigration qui se sont produites au Québec, Radio Centre-Ville a mis en valeur, dans sa programmation, les débats de société et les analyses des événements sociaux, politiques, économiques et culturels, ayant animé épisodiquement la société québécoise – et la scène internationale-, portés par les mouvements progressistes, politiques, syndicaux et populaires, tout en restant cependant éloignée de la politique partisane, du prosélytisme religieux ou de la ghettoïsation des immigrants.

42Règle générale, la radio communautaire dans le monde permet de contribuer efficacement aux entreprises de protection de la diversité culturelle, entre autres en diffusant des contenus en langues autochtones et dans les langues parlées par diverses populations minoritaires. En Amérique latine, en Afrique, en Asie et partout dans le monde, la radio communautaire se transforme souvent en outil destiné à assurer la pérennité ou la survie de langues minoritaires ou en voie de disparition, par exemple les langues autochtones en Bolivie et la langue maya au Guatemala. Dans certains cas, elle permet également de faire face aux problèmes créés par le déplacement de secteurs plus ou moins vastes de population à l’occasion de guerres militaires ou civiles ou encore de catastrophes naturelles, et plus spécifiquement dans les camps de réfugiés. En témoigne, par exemple, l’expérience de Radio Mandeleo en République démocratique du Congo.

43Précisons ici que les radios communautaires implantées dans les pays du Nord tendent à remplir en ondes les vides informationnels et culturels laissés par les radios publiques et commerciales. Ceci explique leur réussite en ce qui a trait à la dissémination des nouvelles qui intéressent les populations locales. L’exemple le plus évident est celui des radios en région. Aux îles-de-la-Madeleine, nul n’est intéressé à entendre ce qu’il en est de la situation de la circulation à Montréal. Et pourtant, c’est ce genre d’informations que les grandes stations têtes de réseau distribuent dans les régions. Par ailleurs, en ce qui a trait à la programmation musicale ou culturelle, les radios commerciales et la radio publique ont tendance à diffuser les valeurs reconnues, tandis que les radios communautaires cherchent la diffusion précisément d’artistes de la relève. Il en est de même pour la problématique de la violence familiale ou de la violence faite aux femmes, surtout en ce qui concerne les femmes immigrantes. Les radios communautaires renforcent également l’existence des mouvements sociaux et des groupes communautaires en diffusant leurs activités et leurs débats, tout en donnant une tribune aux secteurs marginalisés par leur orientation sexuelle.

44Les radios communautaires en zone urbaine tendent à avoir une programmation fragmentée qui s’adresse à des auditoires spécifiques : aux amateurs de jazz, aux Chinois, aux poètes et aux enfants. Dans les régions, elles ont plutôt tendance à proposer une programmation généraliste, c’est-à-dire qui s’adresse à toutes les couches de la population.

45Au Québec, la concentration de la propriété des médias et la diminution du nombre de salles de nouvelles induit une rareté des nouvelles locales dans les grands médias commerciaux, ce qui renforce d’autant le rôle des radios communautaires comme outils de diffusion d’informations locales.

46Enfin, les radios communautaires implantées dans les pays du Sud tendent à favoriser la prise en charge par les communautés de leur propre développement, à travers la participation dans des projets de développement ou bien en relation avec la problématique du VIH-SIDA, ce qui a été reconnu par l’ONUSIDA. Elles jouent un rôle fondamental dans le processus de démocratisation des sociétés, ainsi que le démontrent l’intervention des radios communautaires du « Alto » de la ville de La Paz et leur rôle dans la chute du président de Bolivie en 2005. Pour sa part, la Banque mondiale reconnaît également le rôle des médias en général et de la radio communautaire en particulier lorsqu’il est question de la lutte contre la corruption et de rendre imputables les gouvernements devant leurs citoyens. À cet égard, il est important de noter le rôle de Bush Radio dans la construction d’une société pluriraciale solidaire en Afrique du Sud. Il est essentiel également de noter l’impact des dénonciations faites sur les ondes de Radio La Luna, en Équateur, en ce qui concerne le gouvernement du président Lucio Gutierrez. La FAO reconnaît aussi le rôle primordial de la radio communautaire dans la démocratisation des sociétés africaines. La radio permet l’expression de débats sur les problématiques de l’eau, de la déforestation, de la pollution, liées à la question du développement durable, et sur le respect des droits de la personne, de l’inclusion des femmes et des acteurs sociaux marginalisés en tant que citoyens responsables du développement local (<www.fao.org et www.unesco.org>).

2.3... et le comment

47La Politique d’information de Radio Centre-Ville (<www.radiocentreville.com>) précise que l’objectivité journalistique est une notion impossible à mettre en œuvre dans la pratique journalistique et qu’en matière d’information, il convient plutôt au journaliste d’assumer la responsabilité de prendre position et de reconnaître que celui qui parle défend toujours un point de vue particulier. Le libellé de cette politique d’information témoigne donc d’une approche de la communication qui se distingue de celle de la neutralité soutenue par les médias commerciaux ou publics : il s’agit d’une approche qui mise sur une pratique communicationnelle et informationnelle alternative.

48Dans les faits, il est plus courant de trouver un tel énoncé, qui remet en question l’objectivité journalistique et se centre sur l’idée de la responsabilité des journalistes en regard du traitement de l’information, dans le cadre d’une analyse épistémologique de la communication que dans l’exercice de la pratique journalistique qui prévaut dans les grands médias de masse commerciaux. Cet énoncé suppose qu’en matière d’information, le média et le journaliste doivent favoriser la pensée critique de l’auditeur et encourager la formation de la citoyenneté, essentielle au développement démocratique. Dans cette vision de ce qu’est la communication alternative de l’information, il ne s’agit pas seulement de disséminer l’information auprès d’un auditoire, mais également de développer la communication. L’émetteur ne doit donc pas se contenter de faire entendre, mais il doit aussi laisser parler, donner voix à ceux et celles qui n’ont pas accès à la parole publique et médiatique.

49Cette approche de la communication alternative n’est pas unique à Radio Centre-Ville. Elle a servi, au Québec et un peu partout dans le monde, d’inspiration aux tenants de l’approche du droit de la communication, depuis le rapport MacBride et la proposition, dans les années 1980, d’un nouvel ordre mondial de l’information et de la communication, jusqu’aux théoriciens comme Cees Hamelink, Manuel Castels, Armand Mattelart, ou à des activistes du mouvement populaire et syndical comme Luis Ramiro Bertran, de Bolivie.

50C’est cette idée même de la communication alternative qui explique le rôle prépondérant que Radio Centre-Ville accorde aux bénévoles qui œuvrent à titre de producteurs d’émissions et au sein de son comité de programmation. Radio Centre-Ville reste par ailleurs toujours tiraillée entre deux choix. L’obligation de concrétiser la communication alternative va en effet de pair avec la question suivante : l’accessibilité aux ondes de producteurs bénévoles n’étant pas toujours garante d’émissions d’information ou de divertissement de qualité, comment maintenir un équilibre satisfaisant entre ces deux principes cardinaux pour la pérennité de la station ? Il semble que la formation continue, sur le tas, constitue un élément essentiel à l’établissement et au maintien de cet équilibre et de ce projet de communication alternative, vu comme une interaction entre l’auditoire et le producteur radiophonique. En la matière, Radio Centre-Ville est un point de référence dans la radiophonie communautaire.

51Ailleurs, surtout dans les pays d’Afrique, la présence de journalistes professionnels dans les radios communautaires est souvent plus importante que dans les radios communautaires du Québec. Néanmoins, le projet de communication alternative, en termes de diffusion d’émissions qui intéressent la communauté, de participation de la communauté dans la programmation et la gestion de la radio, et d’accès des auditeurs au micro, est toujours présent grâce à la formation. Au fil des ans, les radios communautaires ont offert à leurs auditeurs l’accès à leurs ondes et formé des générations de journalistes. Certains d’entre eux sont allés travailler par la suite autant dans le secteur de la radio publique que dans celui de la radio commerciale. Au Mali, en Afrique du Sud, de même qu’au Québec, les radios communautaires perdent constamment des journalistes attirés par des emplois plus rentables dans la radio publique ou qui travaillent à titre de correspondants au sein d’agences de nouvelles.

52Il est tout aussi important de souligner que les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), contre l’opinion initiale de ceux qui croyaient que les jours de la radio étaient comptés à cause de l’arrivée d’un nouveau média, ont donné un véritable coup de pouce aux radios communautaires, aussi bien dans le Nord que dans le Sud. Internet, les logiciels d’édition comme audacity, le courriel, le téléphone cellulaire et par satellite, toutes ces technologies ont permis des échanges entre radios à moindres coûts et un meilleur accès à l’information. Ce faisant, elles ont permis de démocratiser la circulation de l’information à un point tel que la radio communautaire peut maintenant se produire directement sur Internet. Ceci dit, il reste que l’essentiel de la radio communautaire se trouve dans la communication avec l’auditoire.

53En décembre 2003 à Genève, le secrétaire général des Nations Unies a lancé la première phase du Sommet mondial de la société de l’information, suivie d’une seconde phase ayant eu lieu à Tunis en novembre 2005. Dans le cadre des débats qui ont animé ce sommet, tel qu’il est indiqué dans le préambule de la déclaration de décembre 2003, l’enjeu relatif à la mise sur pied d’une société de l’information véritablement démocratique, axée sur les droits de la personne formulés dans la Charte universelle des Nations Unies, a renforcé la campagne des organisations de la société civile. C’est le cas de l’AMARC qui participe, avec d’autres ONG, à la campagne visant la reconnaissance du droit à la communication comme étant un droit fondamental, tout en signalant l’importance de considérer le spectre radiophonique comme un bien commun, tel qu’il est proposé dans la déclaration de la société civile dans le cadre du sommet (<www.crisinfo.org>). Le spectre radiophonique doit en effet être considéré comme une propriété publique, ses fréquences peuvent être allouées par les États selon des formules transparentes, mais leur distribution ne peut pas être l’objet de discrimination empêchant leur accès à cause de considérations commerciales.

54De nos jours, dans le secteur de la radio communautaire, les NTIC, tels Internet, le téléphone portable, les logiciels numériques de traitement du son en source libre, permettent la réalisation d’échanges auparavant insoupçonnés et l’ouverture d’une fenêtre sur le monde, entre autres aux radios communautaires rurales. Depuis 1995, elles favorisent également la mise sur pied d’agences de nouvelles comme ALAI, IPS, Indymédia, et Pulsar en Amérique latine et, depuis 2003, Simbani en Afrique.

55De même, les NTIC permettent de mettre en ligne des émissions diffusées dans le cadre de campagnes mondiales, comme celle organisée par l’AMARC, le 21 mars de chaque année, pour commémorer la journée mondiale contre le racisme et la discrimination, ainsi que la campagne organisée en l’honneur des soixante-six personnes qui, en 1960 à Soweto, ont été les victimes de la répression caractéristique de la politique de l’apartheid. Le 8 mars de chaque année, dans le cadre de la Journée internationale de la femme, les NTIC, par le biais d’Internet, permettent de coordonner la radiodiffusion du Réseau international des femmes de l’AMARC. L’occasion est alors propice pour développer des contenus et des plaidoyers en vue de renforcer la position des femmes, autant au sein des radios communautaires que dans la société, et de contrecarrer l’image négative des femmes véhiculée dans les autres médias.

2.4. L’appropriation des médias par la communauté

56Bâtie sur le même modèle d’organisation – sans but lucratif et participative – que l’ensemble des groupes communautaires québécois, Radio Centre-Ville facilite la participation des bénévoles à tous les paliers décisionnels de sa structure, autant au palier de la gestion organisationnelle que de la définition de la programmation. La prise en charge et l’appropriation du média par les producteurs bénévoles permet une participation large, de plus de 300 volontaires, à la programmation.

57Le débat ouvert dernièrement par le CRTC portant sur la reconnaissance du caractère « fermé » de l’effectif, c’est-à-dire lorsque les membres sont des usagers directs de l’organisation et non pas du public en général, peut devenir un enjeu important pour Radio Centre-Ville dans le futur. La réglementation du CRTC et la définition de l’effectif des organisations suit plutôt une approche de contrôle du milieu externe à l’organisation. N’importe qui, sans devenir un producteur de la radio, peut devenir membre de la radio selon cette approche dite d’effectif « ouvert ». Toutefois, c’est cette forme particulière d’appropriation de la radio par les producteurs d’émissions qui explique la résilience et le caractère durable du modèle de Radio Centre-Ville, au-delà des hauts et des bas résultant des défis que doivent relever les organisations fondées sur la participation sociale.

58Le défi de la gestion se pose de manière particulière dans les radios communautaires. La nécessité de créer des modèles de gestion qui leur sont propres vient de leur besoin de se trouver à mi-chemin entre les ONG et les radios traditionnelles commerciales ou publiques. À cet égard, mentionnons l’existence de plusieurs manuels de gestion visant l’organisation de la participation. Ils contiennent plusieurs clés permettant aux organisations qui les utilisent de trouver un équilibre entre l’accessibilité et la qualité de la radiodiffusion, entre le fonctionnement des instances décisionnelles démocratiques et les exigences opérationnelles des bailleurs de fonds, entre les contraintes des structures réglementaires et celles de la saine gestion financière. L’expérience de Radio Centre-Ville, qui consiste à éviter les chevauchements entre les structures décisionnelles de volontaires (conseil d’administration, comité inter-équipes, comité de programmation de l’équipe de production linguistique) et d’employés, est l’une des solutions possibles aux conflits qui résulteraient du chevauchement des compétences.

59Par ailleurs, Radio Centre-Ville, tout comme d’autres radios communautaires partout dans le monde, éprouve la difficulté de ne pas pouvoir compter sur un financement stable. Pour aller chercher des fonds, la station s’appuie sur le milieu, entre autres, en organisant annuellement la campagne des Amis de Radio Centre-Ville et l’activité Le microphone est à vous, qui permettent de ramasser des fonds en comptant sur le soutien financier des individus et des organismes de la communauté. Ce financement permet d’assurer un tiers de son budget de fonctionnement. Elle organise également des projets financés par le ministère de l’Éducation, tel Radio Enfants qui donne la parole aux élèves des écoles primaires. Elle bénéficie également du Programme d’aide aux médias communautaires (PAMEC) du gouvernement du Québec. Les subventions comptent généralement pour un tiers du financement. Enfin, elle diffuse de la publicité (selon un code de déontologie qui exclut les annonces des multinationales, des compagnies qui vendent des armes, de l’alcool ou qui sont de nature religieuse). Dans l’ensemble, les artisans de Radio Centre-Ville doivent consacrer beaucoup de temps et d’efforts pour contribuer aux moyens financiers dont la station a besoin pour réaliser ses activités.

60Cette problématique de l’insuffisance des moyens financiers est généralisée dans l’ensemble des radios communautaires. L’essentiel cependant réside dans la participation de la communauté desservie au financement de la radio pour au moins un tiers.

61Par ailleurs, le besoin exprimé par le mouvement des radios communautaires de créer un fonds des médias communautaires à même des fonds publics se justifie par la fonction sociale du secteur communautaire. C’est là une revendication importante des radios communautaires sur le plan national et sur le plan mondial, surtout dans les pays du Sud où la radio peut faire la différence dans le développement local. Le plaidoyer de l’AMARC et des radios communautaires en faveur d’un tel fonds a donné des résultats dans certains pays du Nord, comme au Québec avec le Programme d’aide aux médias communautaires ou en Australie où il existe un programme semblable. Toutefois, ces fonds s’avèrent encore insuffisants et restent un enjeu majeur pour la consolidation du secteur.

3. DÉFIS LIÉS A LA VIABILITÉ DES RADIOS COMMUNAUTAIRES ET DROIT À LA COMMUNICATION

62De nos jours, la mondialisation économique se traduit par l’internationalisation de l’ensemble des opérations de nature économique (commerciales, financières, productives) et la création d’une sphère d’activité qui a échappé au contrôle des États-nations. La mondialisation a pris, dans les dernières décennies, une orientation néolibérale. Dans l’univers des médias, elle se traduit par la concentration de la propriété entre les mains d’une poignée de conglomérats mondiaux qui contrôlent non seulement les contenants mais également les contenus disséminés dans le monde (Vivendi Universal, AOL Time Warner, Disney, News Corporation, Viacom, Bertelsmann, General Electric, Microsoft, Telefonica, France Telecom). Comme le soutient Ignacio Ramonet dans l’édition d’octobre 2003 du Monde diplomatique, ces conglomérats disposent ainsi d’un pouvoir réel et exercent parfois plus de pouvoir que les gouvernements. Les cinq conglomérats les plus puissants des États-Unis contrôlent la majorité des chaînes de radio et de télévision. Dans d’autres pays, la dérégulation et la fin des monopoles d’État a donné lieu à la monopolisation des médias par le secteur privé. Même dans les pays du Nord, le droit à la diversité des sources d’information est menacé. De plus, il résulte d’un mélange des genres induit par l’arrivée d’Internet une marchandisation de l’information, de la culture de masse et du divertissement. Les grands conglomérats mondiaux étant multimédias, ils vendent leurs produits indistinctement sur différents supports (radio, télévision, journaux, films, vidéos, cinémas, théâtres, etc.). Ce phénomène est structurant dans la mesure où il s’inscrit dans le processus de convergence, qui anime désormais les médias privés, et de création d’une poignée de conglomérats médiatiques qui caractérise l’économie mondiale contemporaine.

63Ce processus de concentration des médias se traduit par la diminution de la diversité des contenus médiatiques. Les grandes chaînes d’information en continu, comme CNN ou la BBC, imposent quotidiennement une douzaine de nouvelles à l’échelle planétaire qui écrasent la diversité des représentations qui pourraient témoigner de la réalité politique et sociale internationale. Il est également vérifiable au Québec, où la convergence est au cœur des stratégies d’affaires de Quebecor et où quelques conglomérats, comme Astral ou Corus, sont dominants dans le secteur de la radio commerciale. Au Québec, au chapitre de l’information, la fermeture de la salle de nouvelles de CKAC semble s’inscrire dans une tendance irréversible.

64Par ailleurs, la mondialisation et la révolution des communications se traduisent également par l’apparition du secteur des médias communautaires un peu partout dans le monde. L’émergence des radios communautaires redessine en effet le tableau des communications mondiales, alors que le développement des nouvelles technologies de la communication et des informations (NTIC) favorise la démocratisation des communications par l’individualisation des outils et des accès. Du même coup, l’interaction entre des interlocuteurs les plus divers est rendue possible et facilitée grâce aux nouvelles technologies. Les blogues, ou cybercarnets, sont l’expression la plus achevée de cette tendance.

65Dans le contexte de la mondialisation économique, les radios communautaires répondent au besoin des communautés locales de renforcer la dimension locale (information et culture) de leurs programmations, de manière à établir une sorte de rempart qui serve à contrer l’homogénéisation des cultures, favorisée par les grands conglomérats médiatiques, tout en étant un outil de défense de la diversité culturelle. Il reste cependant que l’application et le respect du droit à la communication, à l’information, du droit de pouvoir informer et être entendu, se trouvent fortement limités par son ancrage dans un mode d’accès aux nouvelles technologies qui est contrôlé par ces grands conglomérats. Dans cette perspective, l’établissement d’une « société de l’information » véritablement démocratique est lié à la reconnaissance du droit à la communication comme étant un droit humain fondamental, dont la défense ne peut pas être laissée à des médias de communication enclins à ne reconnaître que les lois du marché.

66Depuis plus de 20 ans, sur tous les continents de la planète, l’émergence et le développement des radios communautaires, et plus largement des médias communautaires, façonnent le contour d’un nouveau secteur des communications qui exprime une résistance au processus d’homogénéisation et de marchandisation des contenus médiatiques aussi bien dans le champ de l’information que dans celui de la culture. Dans cette perspective, par leurs pratiques alternatives de communication et en regard de la proximité qu’elles entretiennent avec leurs producteurs et leurs auditoires, les radios communautaires créent les conditions pour faire valoir toute la question du droit des citoyens à la communication, qui implique à la fois le droit de s’informer et celui de s’exprimer, ce droit étant posé comme un droit humain fondamental. Par conséquent, le mandat des radios communautaires et les conditions d’une communication par définition citoyenne échappent aux règles marchandes. Quant au spectre des fréquences, il faut le considérer comme un bien commun qui doit être réglementé par les pouvoirs publics nationaux et non pas vendu au conglomérat médiatique le plus offrant.

67Dans les pays du Sud, la radio communautaire peut aider à répondre aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), fixés pour l’an 2015 par l’ONU, et même aller au-delà, car la démocratisation des communications vise aussi à démocratiser les sociétés du Sud. Cependant, dans notre ère de mondialisation économique, les défis sociaux posés par l’exclusion et la pauvreté se ressemblent de plus en plus au Nord et au Sud. Il est donc fondamental de tisser des liens entre les radios et de développer les solidarités propices au développement de solutions de rechange en communication.

68Radio Centre-Ville et les radios communautaires participent activement à la création de conditions favorables au développement de la société civile (groupes citoyens, ONG, groupes populaires), à l’exercice de la surveillance citoyenne des pouvoirs politiques et à la participation sociale. D’un côté, ces radios aident à constituer les communautés en acteurs de leur propre développement ; de l’autre, elles permettent de disséminer une information diversifiée. En 2005, lors du dernier Forum social mondial à Porto Alegre, il est devenu clair pour les participants que les médias communautaires constituent le point d’appui fondamental des mouvements sociaux mondiaux en termes de communication de leurs réalités, et qu’ils sont des acteurs centraux de la construction de solutions de rechange citoyennes.

69Le caractère durable et la viabilité des radios communautaires sur le plan mondial sont des qualités étroitement liées à leur implantation dans les communautés qu’elles desservent. Cependant, en tant que mouvement mondial représenté par l’Association mondiale des radios communautaires, elles doivent œuvrer tant sur le plan local que sur le plan international.

70Tout d’abord, les radios communautaires doivent assurer la création d’un environnement positif pour leur reconnaissance légale. En d’autres termes, elles doivent travailler de manière à ce que les législations internationales de l’Union internationale des télécommunications (UIT), de l’UNESCO, de l’OMC, reconnaissent le secteur des radios communautaires. Les radios communautaires doivent étendre également cette reconnaissance à la législation nationale qui les encadre respectivement. Il s’agit aussi d’obtenir que, par sa nature de service social, le mouvement soit appuyé financièrement par un fonds de développement des radios communautaires sur le plan national et international.

71Il est également nécessaire que le mouvement des radios communautaires veille et lance des campagnes de solidarité pour faire respecter le droit des radios communautaires à la radiodiffusion, un droit qui relève du droit international fixé par l’article 19 de la Charte universelle des droits de l’homme des Nations Unies et enchâssé dans les constitutions de la plupart des pays.

72Ensuite, afin d’assurer le développement du secteur, il est nécessaire de renforcer en ondes les contenus médiatiques proposés aux auditeurs par le développement de dossiers radiophoniques, qui abordent les thématiques des femmes, des populations immigrées, le rôle de la radio dans des situations de conflit, la diversité culturelle, la thématique économique, les expériences de commerce équitable et d’autres, qui intéressent particulièrement leurs communautés. Cet effort est l’un des enjeux fondamentaux de la radio communautaire dans le monde. Dans cette perspective, il est nécessaire de favoriser l’échange des expériences entre radios à travers le monde (jumelages, campagnes, échanges de musique, d’émissions, de producteurs), de favoriser la formation continue sur les techniques radiophoniques, sur la programmation, sur la gestion des radios et de soutenir le plaidoyer en matière et en faveur des droits de la personne. À cet égard, il est intéressant de noter, par exemple, en plus des manuels et des séances de formation de formateurs, ainsi que des manuels développés par l’AMARC ou par l’UNESCO, l’existence des manuels en ligne du projet I train on line qui propose de la formation en ligne (<www.itrainonline.org>).

73L’expérience de Radio Centre-Ville est unique, car elle représente la communauté des producteurs qui la forment et facilitent la relation avec les communautés linguistiques desservies. Ce faisant, la station participe également de ce mouvement plus large des médias communautaires, un mouvement de nature mondiale dont elle partage les objectifs d’amélioration de la qualité de vie des populations, de démocratisation des communications et de développement citoyen.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aprea, Gustav. La sociedad, informaciôn y el conocimiento ante la difusion de las TIC, <www.littec.ungs.edu.ar>.

Berqué, Pascal, Evelyne Foy et Bruce Girard (SOUS la direction de) (1993). La passion radio : 23 expériences de radio participative et communautaire à travers le monde, Paris, Éditions Syrros, coll. « Ateliers du développement », 275 p.

Castels, Manuel (1999). La era de la informaciôn : economía, sociedad y cultura (en 3 volumes), México, Siglo XXI, 345 p.

Dévelopment support communication branch (2004). Communication: A Key to Human Development, Rome, FAO, 36 p.

Duchesne, Martin et al. (1991). Radio communautaire : introduction à la gestion, Montréal, ARCQ, 199 p.

Forde, Susan, Michael Meadows et Kerrie Foxwell (2003). Culture, Commitment, Community: The Australian community radio sector, Brisbane, Griffith University, 128 p.

Fraser, Colin et Sonia Restrepo Estrada (2001). Community Radio Handbook, Paris, UNESCO, 96 p.

Gester, Richard et al. (2003). Information and Communication Technologies and Poverty Reduction in Sub-Saharan Africa, La Haye, IICD (Institut international pour la communication et le développement), 92 p.

Girard, Bruce (2003). The One to Match: Radio New ICTs and Interactivity, Rome, FAO, 243 p.

GKP (2004). The Media & the Information Society, Kuala Lumpur, GKP, 24 p.

Léon, Osvaldo, Sally Burch et Eduardo Tamayo (2001). Movimientos Sociales en la Red, Quito, ALAI, 223 p.

Mukhopadhyay, Bandana, (2004). Community Radio in India, Step by Step: A Resource Guide for Community Radio, New Delhi, Voices & UNDP, 106 p.

NTAB, Michelle et al. (2000). The African Community Radio Manager’s Handbook: A Guide to Sustainable Radio, AMARC Afrique, 184 p.

Peugeot, Valérie (2001). Réseaux humains et réseaux électroniques : de nouveaux espaces pour l’action collective, Paris, Charles Léopold Mayer, 183 p.

Ramonet. Ignacio (octobre 2003). « Le cinquième pouvoir », dans Le Monde Diplomatique.

Solervicens, Marcelo et al. (avril 2005). InteRadio, vol. 12, no 1, 43 p.

Solervicens, Marcelo (novembre 1996). Médias communautaires et société, Actes du colloque d’orientation de Radio Centre-Ville, Montréal, 110 p.

SMSI (8 décembre 2003). « Définir des sociétés de l’information centrées sur les besoins des êtres humains », Déclaration de la société civile au Sommet mondial sur la société de l’information, <http://www.itu.int/wsis>.

Villamayor, Claudia et Ernesto Lamas (1998). Gestion de la radio comunitaria y ciudadana, Quito, AmarcLac, 258 p.

SITES INTERNET

<http://www.fao.org>.

<http://www.amarc.org>.

<http://www.crisinfo.org>.

<http://www.crtc.gc.ca>.

<http://www.fcc.gov>.

<http://www.iicd.org/articles/IICDnews.import1806>.

<http://www.itrainonline.org>.

<http://www.itu.int/wsis>.

<http://www.radiocentreville.com>.

<http://www.unesco.org>.

Notes

1 Voir Marcelo Solervicens et al. (novembre 1996). Médias communautaires et société, Actes du colloque d’orientation de Radio Centre-Ville, Montréal.

2 Voir Plan d’action stratégique 2003-2006 : <www.amarc.org>.
La 9e conférence de l’AMARC doit se tenir en Jordanie en 2006.

3 Voir les textes de ces chartes et déclarations sur <www.amarc.org>, en activant le lien : Principes de l’AMARC.

4 Voir Ernesto Lamas (avril 2005). « Community Radio in Latin America: Past and present », dans InteRadio, vol. 12, no 1, p. 17-18.

Auteur

Secrétaire général de l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) depuis 2003. Détenteur d’un doctorat en sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal. A une expérience polyvalente dans les domaines de la communication et des nouvelles technologies.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search