Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 2. Médias indépendants au Québec (presse, télévision et radio)

6. Les radios communautaires québécoises

Lucie Gagnon

Texte intégral

1Après plus de 30 ans d’existence au Québec, la situation des radios communautaires ne peut être comprise qu’à la lumière d’un rappel historique des acteurs et du contexte social qui ont présidé à son implantation et à l’évolution de son modèle de développement. Dans un contexte d’effervescence sociale et communautaire, les artisans des premières radios communautaires leur ont imprimé des valeurs, des objectifs et un mode de fonctionnement qui se sont perpétués jusqu’à aujourd’hui : l’accès à la parole publique, la démocratisation des ondes et un mode de gestion participatif. Cependant, la consolidation du secteur, dans les années 1980, a conduit à une première redéfinition du modèle, qui s’est appuyé sur un nouvel ensemble de valeurs : proximité d’intérêts, programmation de qualité, rentabilité et viabilité financière. Aujourd’hui, le contexte social et l’évolution de l’industrie des médias forcent les acteurs de la radiodiffusion communautaire à questionner, encore une fois, leur offre radiophonique et leur fonctionnement. Dans le même temps, ce type de médias suscite un nouvel intérêt dans de nombreuses communautés du Québec qui entendent se doter de stations communautaires. La radio communautaire québécoise, qui est peut-être le dernier bastion de la radiophonie locale et indépendante au pays, fait face à un avenir aussi menaçant que prometteur.

1. CONDITIONS D’EMERGENCE DES RADIOS COMMUNAUTAIRES QUEBECOISES : 1960-1970

1. 1. Contexte social québécois dans les années 1960 et 1970

2Dans le contexte d’effervescence sociale qui caractérise le Québec des années 1960 et du début des années 1970, la radiophonie communautaire est née d’une volonté populaire de s’approprier la parole publique. Sa création répond alors à des besoins de communication spécifiés par des acteurs en provenance, le plus souvent, de milieux communautaires et culturels qui se sentent mal desservis par les médias traditionnels commerciaux et publics.

3Au Québec, cette époque est marquée par un dynamisme communautaire porteur de nombreuses innovations sociales. Les groupes populaires, associations et organismes communautaires se multiplient et deviennent particulièrement actifs dans de nombreux domaines de l’activité sociale culturelle, touristique et économique, entre autres. De plus, la société québécoise a profondément changé. Plus particulièrement en milieu urbain, elle se constitue désormais d’une mosaïque démographique et culturelle de plus en plus diversifiée.

4Cette effervescence donne lieu à la multiplication des points de vue sur la réalité sociale, communautaire et économique du Québec ; des discours politiques (féministe, indépendantiste, contre-culturel et syndicaliste) et des expressions culturelles diverses. C’est en effet une période où la notion de diversité, considérée comme une richesse et une source de progrès, s’ancre dans les valeurs sociales, culturelles et politiques du Québec.

  • 1 Par « paternalisme », il est ici question d’une forme de dirigisme, d’approche des médias d’informa (...)

5Mais les médias de masse traditionnels (presse écrite, télévision, stations de radio), publics et privés, donnent généralement peu de place dans leurs tribunes, sur leurs écrans et sur les ondes à ces réalités communautaires, sociales, culturelles et artistiques aussi nouvelles que diverses. De nombreux acteurs de la société civile s’inquiètent de cette insuffisance médiatique et déplorent qu’une certaine forme de paternalisme1 détermine le traitement de l’information.

6En matière de radio et télévision, l’offre médiatique est alors relativement limitée. C’est aussi à cette époque que la radio FM commence à se développer.

1.2. Principes modelant le développement de la radio communautaire dans les années 1970

  • 2 CKRL, à Québec en 1973, CINQ, à Montréal en 1975.

7Au début des années 1970, les premières radios communautaires se développent sur la bande FM dans une ambiance de contestation du discours dominant dont les médias de masse se font l’écho2. La revendication du droit de parole et du droit à la liberté d’expression, l’affirmation de la capacité du citoyen de communiquer sa réalité et de contrôler, avec d’autres, collectivement, un moyen de diffusion, telles sont les préoccupations qui vont servir de fondation au modèle de développement de la radiophonie communautaire au Québec. Globalement, la création de radios communautaires, à tout le moins dans les années 1970, constitue une critique des médias en place. Elles leur opposent une alternative à la fois sur le plan de la structure organisationnelle et décisionnelle, mais aussi en matière d’information et de choix musical, ce dernier aspect reposant sur une valorisation de la diversité culturelle, du patrimoine culturel local, de l’expérimentation et de l’innovation. En bref, la musique est considérée comme partie prenante d’un patrimoine artistique plutôt que comme un bien de consommation.

8Les artisans de la première heure de la radiophonie communautaire québécoise soutiennent des valeurs et une philosophie de la communication bien à eux qu’ils vont transposer dans la structure même des stations émergentes. Ils auront, par ce biais, un impact important sur leurs orientations. Partageant des valeurs démocratiques, ils créent des organisations collectives à gestion participative dont la structure décisionnelle inverse le rapport hiérarchique traditionnel en donnant le pouvoir aux membres, aux usagers.

  • 3 Par exemple, les demandes de licence de ces stations au CRTC, les politiques internes des stations, (...)

9Règle générale, l’analyse des constitutions et statuts et règlements des premières stations et l’étude de la documentation disponible sur l’émergence du modèle de la radio communautaire québécoise3 font ressortir trois grands principes qui vont déterminer le mode de fonctionnement, le mode de financement et la programmation des radios communautaires de cette époque :

  • l’accès aux ondes ;

  • l’appropriation collective de la radio ;

  • la création d’une alternative aux médias conventionnels.

1.2.1. L’accès aux ondes

10L’accès aux ondes pour les « sans-voix » est une des préoccupations centrales des premiers promoteurs de radios communautaires. Les projets de radios communautaires se définissent ainsi en fonction des besoins d’expression et de communication de groupes, organismes et citoyens qui défendent des causes sociales diverses, mais aussi en tenant compte des besoins des artistes et producteurs de contenus culturels. Tous ont en commun de se sentir négligés par les grands médias de masse et de ne pas disposer d’un support médiatique pour pouvoir témoigner de leur existence et de leur réalité.

11Valorisant la parole du simple citoyen, les radios communautaires offrent donc leurs micros à des voix diverses, peu entendues jusque-là. Dans une perspective de développement social et de formation populaire, l’appropriation du discours public par les divers acteurs de la société civile vise, à cette époque, l’amélioration de leur compréhension mutuelle. Il s’agit également de démythifier la communication en remettant en cause la nécessité d’être un professionnel pour pouvoir prendre le micro.

  • 4 CINQ à Montréal, CHOC à Jonquière, CKRL à Québec, CKLE à Rimouski.

12La revue des archives de quelques stations4 démontre une volonté de porter les discours divergents ou marginaux de même que les messages provenant de diverses organisations sociales et culturelles. On y dénote un souci d’éduquer les auditoires, de les rendre plus critiques face au discours politique et social dominant véhiculé par les médias traditionnels et plus réceptifs à un choix musical varié, différent, alternatif.

13Dans les radios communautaires, cette notion d’accès aux ondes à de nombreux groupes et individus est corollaire de l’expression d’une diversité de points de vue, aussi bien dans le domaine de l’information que de la culture. D’où leur proposition de programmations musicales, de type mosaïque, favorisant la diffusion de genres musicaux variés, peu commercialisés et, souvent, d’œuvres innovatrices et peu diffusées.

  • 5 Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, 2003. Avis public CRTC 2000-13 (...)

14Ce principe fondateur de l’accessibilité aux ondes pour les usagers va faire du chemin et se retrouver dans un autre espace que celui de son application concrète sur les ondes des stations communautaires. Dès 1975, il est en effet intégré au cadre réglementaire de la radio communautaire, adopté la même année par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Au fil des ans, cet élément clé a résisté aux successives révisions de la politique du CRTC sur la radio communautaire, puisque le Conseil stipule encore aujourd’hui que : « Les stations communautaires ont le mandat d’offrir l’accès aux ondes à tous les membres de leurs collectivités, et de présenter des émissions diversifiées qui répondent à leurs besoins et servent leurs intérêts5. » L’un des objectifs fondamentaux de la Loi canadienne sur la radiodiffusion (1991), soit l’obligation à laquelle sont soumis les radiodiffuseurs d’assurer la diversité en matière de programmation, est ainsi directement associé à ce principe de l’accessibilité des ondes pour les usagers, une qualité clairement conçue comme garante d’une programmation diversifiée.

  • 6 Voir page 238, Guide de la radio communautaire, Association des radiodiffuseurs communautaires du Q (...)

15Dans les années 1970, plusieurs producteurs bénévoles réalisent des émissions sur les ondes des radios communautaires sans trop se soucier de ceux qui les écoutent, bref des auditeurs. Un gestionnaire de la station CKLE FM raconte que : « Au cours de sa première année en ondes, CKLE FM (Rimouski) a surtout cherché à parler, sans vraiment se soucier d’être écoutée6. » Cette réalité est alors le lot de plusieurs stations. On part du principe que les auditeurs doivent, a priori, être intéressés par les diverses émissions des radios communautaires du simple fait qu’elles sont originales et différentes.

16Dès la fin des années 1970, avec l’implantation de stations en région, le principe d’accès aux ondes va être graduellement mis à l’épreuve. Les membres des radios communautaires doivent résoudre le difficile compromis entre les besoins et les demandes de leurs usagers auditeurs, d’une part, et le désir de communication (la teneur éducative de l’information produite) des producteurs, de l’autre. Généralement, l’équilibre s’est installé : comme il fallait accéder à la parole pour être écouté, cela impliquait de donner au message une forme plus radiophonique et connectée aux besoins de l’auditoire.

17À ces débats autour de la question de la reconnaissance, par les producteurs, des besoins des auditeurs, il faut ajouter, dès les années 1980, d’autres préoccupations relatives à la survie des stations en regard de la faiblesse relative des auditoires rejoints par des programmations trop variées et changeantes, peu sujettes à susciter une fidélité d’écoute.

18Ainsi, l’accès aux ondes, tout en demeurant un objectif important de la radiophonie communautaire québécoise, fera éventuellement l’objet de divers compromis qui permettront, comme on le verra, d’ajuster le modèle de la radiophonie communautaire à un environnement des plus complexes.

1.2.2. L’appropriation collective

19La création des premières radios communautaires s’inscrit également dans une démarche d’appropriation collective. Ses promoteurs se proposant de démocratiser les médias, en plus de devenir « producteurs » d’un contenu par essence « différent », le citoyen jusqu’alors strictement considéré comme un consommateur de contenus médiatiques devient le « propriétaire » d’un outil de diffusion. Le principe de la propriété collective, au surplus sans but lucratif, présuppose l’égalité des membres en matière de décision ainsi que la primauté des usagers en matière d’orientations. Calquées sur le modèle des groupes communautaires du Québec, les radios communautaires se constituent en organismes sans but lucratif (3e partie de la Loi sur les compagnies). À ce titre, leurs assemblées générales sont « souveraines ». Leur fonctionnement est donc principalement assuré par des bénévoles. Quant à leur financement, il s’avère des plus aléatoires. Pour ainsi dire sans revenus publicitaires, elles dépendent alors de la générosité du public et de subventions gouvernementales, comme le programme d’assistance financière du ministère des Communications du Québec, à partir de 1973.

20La radio communautaire des années 1970 relève donc d’une organisation relativement informelle, où l’implication spontanée des membres est généralement suscitée par leur attachement à sa mission. Cependant, le contexte réglementaire va favoriser une rapide formalisation des rapports entre les instances, mais aussi du fonctionnement des stations. Les dirigeants des stations et les producteurs des émissions doivent réaliser leurs activités en tenant compte d’une réglementation assez complexe, soit :

  • La politique canadienne de radiodiffusion de la Loi sur la radiodiffusion de 1968 ;

  • Des politiques du CRTC sur la radio (contenu canadien, francophone, musique spécialisée, etc.) ;

  • À partir de 1975, le règlement du CRTC sur les radios communautaires ;

  • Enfin, leur promesse de réalisation, soit l’engagement individuel des stations relativement à leur programmation, et dont le respect des termes est déterminant au moment du renouvellement de leur licence.

  • 7 Si ce courant de pensée dominant aux débuts de la radiophonie communautaire est encore présent de n (...)

21Le principe de la propriété collective se concrétise également sur le plan du financement des stations. Fortement inspirées d’un discours militant de gauche, les radios communautaires des années 1970 se réclament d’une démarche purifiée de toute activité marchande ou commerciale et considèrent donc que la publicité peut être potentiellement néfaste à leur autonomie7.

  • 8 Selon les données de l’Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec, en 2003, la partic (...)

22Par ailleurs, dans les premières années d’existence des radios, l’apport des bénévoles est considérable puisqu’ils produisent, pour ainsi dire, l’ensemble de la programmation8. L’essoufflement de l’enthousiasme des débuts, le peu de ressources financières, humaines et techniques disponibles pour assurer l’encadrement, ainsi que le nombre restreint de bénévoles disponibles dans les petites communautés en région éloignée sont autant de facteurs qui amènent graduellement les stations à trouver d’autres modes de participation : chroniques, recherche documentaire, entrevues, etc.

23En soi, le principe de la propriété collective a favorisé l’appropriation de la parole publique et d’une technologie de diffusion très accessible à l’auditoire, la radio, un média facile à maîtriser sur le plan de la production et qui offre un fort potentiel de pénétration puisque chacun dispose d’un récepteur.

  • 9 Mentionnons que, de nos jours, les radios éprouvent encore plusieurs problèmes de relève et de recr (...)

24En contrepartie, l’application de ce principe a généré son lot de responsabilités. La radio communautaire constitue en effet à l’époque un patrimoine collectif complexe à gérer9. Cette complexité est liée à sa structure démocratique, son modèle de participation à la programmation, son processus de production, son infrastructure technologique, son mode de financement mixte (publicité, communauté, gouvernement) ainsi que son cadre réglementaire. Assurer sa pérennité constitue un défi de taille que doivent relever les tenants d’une appropriation d’une radio par les citoyens.

  • 10 Voir Avis public CRTC 2000-13, op. cit.

25En 2003, dans la Politique sur la radio communautaire10, le CRTC continue d’intégrer cette notion de propriété collective dans sa définition de la radio communautaire. La propriété collective, sans but lucratif, est une condition d’obtention de licence. De la sorte, la radio communautaire est protégée de tout risque de vente à des entreprises à but lucratif ou de prise de contrôle par des intérêts commerciaux. Cette mesure réglementaire, en plus du mode de financement mixte, contribue à assurer aux radios communautaires leur caractère indépendant.

1.2.3. L’alternative aux médias traditionnels

  • 11 Voir pages 17 et 20, Guide de la radio communautaire, Association des radiodififuseurs communautair (...)

26Le principe de l’alternative est un principe cardinal ayant contribué à la définition du projet de la radio communautaire. Il fait office de ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui un positionnement stratégique. Plusieurs slogans des radios communautaires de l’époque en témoignent : « Écouter la différence » (CIBL FM, Montréal), « Une voie nouvelle » (CIHO FM, Charlevoix)11.

27Tant la documentation des premières radios communautaires que la réglementation réfèrent à cette idée d’être l’alternative à la radio publique et commerciale. L’intention des radiodiffuseurs communautaires d’ouvrir les ondes à des contenus informationnels et culturels jusque-là peu diffusés rejoint d’ailleurs l’objectif du CRTC d’assurer la diversité de l’offre radiophonique. Cependant, force est de constater que définir la radio communautaire comme l’alternative aux autres radios comporte à l’époque, et comporte toujours, des pièges difficiles à éviter. En effet, en se différenciant de l’offre des radios commerciales et publiques, les radios communautaires prennent en charge un mandat qui les dote de plusieurs responsabilités aussi bien dans le domaine de l’information que dans le domaine musical :

  • Diffuser des émissions au format différent, dont le contenu n’est ni abordé ni traité sur les ondes privées et publiques, comme des émissions d’information communautaire et de quartier ;

  • Donner la parole au citoyen ;

  • Favoriser la création radiophonique (contenus informationnels et culturels originaux distinctifs des traditionnels formats d’émission) ;

  • Offrir un contenu musical varié, présenter les musiciens de la relève, des genres musicaux peu diffusés ou novateurs.

28À cette époque, principalement dans les radios urbaines, les programmations très éclectiques peuvent facilement surprendre l’auditeur, par exemple quand une émission de poésie succède à une émission de heavy metal. Et cette diversité constitue un élément de différenciation de la programmation des radios communautaires par rapport à la radio commerciale ou publique, plus homogène, uniforme et linéaire.

29Mais le fait d’offrir une radio communautaire par essence différente la confine à occuper l’espace laissé vacant par les autres radiodiffuseurs. Au début des années 1970, la radio commerciale, très majoritairement constituée de stations AM, n’a pas encore pris le virage musical que la technologie FM lui permettra de réaliser dans les années subséquentes. L’offre radiophonique est donc peu diversifiée. Le terrain d’exploration de la radio communautaire qui diffuse sur la bande FM est vaste et inexploité. Graduellement, le goût des auditeurs pour des musiques spécialisées se développe et la radio communautaire profite bien de cet engouement.

  • 12 Plus près de nous, la multiplication, depuis quelques années, de nouvelles radios commerciales FM s (...)

30Mais d’autres acteurs radiophoniques entrent alors en scène. Tout au long des années 1970 et 1980, la radio commerciale FM se développe de manière phénoménale et se spécialise dans le créneau musical. Dès la fin des années 1980, on assiste à la création, au Québec, de plusieurs radios de campus qui proposent également des programmations musicales dites alternatives12.

31Règle générale, les radiodiffuseurs commerciaux tendent à ignorer ou à délaisser des émissions de musique alternative dans leurs programmations tant et aussi longtemps qu’ils considèrent que ces formats ne sont pas rentables. Mais au fur et à mesure que les radios communautaires réussissent à développer le goût des auditoires pour certains genres musicaux ou certains types d’émissions, ces radiodiffuseurs commerciaux – et publics – commencent à s’y intéresser puisqu’une masse critique d’auditeurs potentiels a été créée. Dans une telle dynamique, la radio communautaire est condamnée à s’adresser à des segments non rentables d’auditoires, ceux-ci devenant par ailleurs de plus en plus congrus, au fur et à mesure que les radios commerciales et publiques cherchent à se les gagner en copiant les émissions alternatives à condition qu’elles leur rapportent des profits.

32Toujours dans les radios urbaines, l’information alternative, souvent présentée dans le cadre d’émissions de type magazine, aborde des contenus sociaux, politiques, locaux, nationaux et internationaux qui sont peu entendus dans les médias traditionnels. Cependant, le même phénomène d’attrait croissant pour ces contenus suscite de nouveaux intérêts parmi les auditeurs que les médias privés et publics vont rapidement récupérer.

  • 13 Les stations têtes de réseau diffusent des émissions à partir des grands centres urbains, sur les o (...)

33Le principe d’alternative se bute à une tout autre réalité en région. Dès que le modèle de développement de la radio communautaire, qui émerge d’abord en milieu urbain, est implanté en région, il fait face à la nécessité de redéfinir l’offre alternative. En effet, en l’absence de radio commerciale régionale dans de nombreux secteurs géographiques du Québec, les radios communautaires en région doivent répondre à des besoins différents, entre autres en matière d’information locale de base (information municipale, sécurité publique, météo, marées, information économique). Ces stations, qui à leurs débuts vont d’abord offrir une programmation semblable à celles des radios urbaines, doivent rapidement réajuster leurs contenus informationnels et leurs choix musicaux. Dès lors, la teneur de leurs programmations alternatives se définit par rapport à l’offre médiatique nationale, soit bien souvent les programmes des stations dites têtes de réseau13, privées et publiques, seules disponibles dans ces communautés.

34Pour établir un lien entre le principe de l’appropriation collective et celui de l’alternative, l’expérience démontre qu’une programmation cohérente, dont les émissions s’inscrivent dans une certaine continuité, favorise l’assiduité des auditeurs. Graduellement, les radios communautaires développent des approches en matière de programmation qui prennent en compte à la fois les objectifs de diversité des contenus et les habitudes d’écoute des auditeurs. Au fil des ans, jusqu’à nos jours, « l’autre radio » en région se veut moins alternative aussi bien dans la forme que dans le contenu.

  • 14 Voir Avis public CRTC 2000-13, op. cit.

35Ce principe fondateur de l’alternative est toujours intégré dans la Politique sur la radio communautaire14 du CRTC qui, en 2003, l’a défini comme un objectif du secteur.

2. CONSOLIDATION DE LA RADIOPHONIE COMMUNAUTAIRE DANS LES ANNÉES 1980-1990

  • 15 Voir page 15, Guide de la radio communautaire, Association des radiodiffuseurs communautaires du Qu (...)
  • 16 Répertoire des mandats confiés à l’ARCQ - 1979-1985, Association des radiodififuseurs communautaire (...)

36Au début des années 1980, la radiophonie communautaire au Québec compte dix-huit stations, alors que quatre projets sont en phase d’implantation15. En 1979, désireuses d’échanger sur leur expérience et de se doter d’une structure de représentation, les radios communautaires créent l’Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec (ARCQ). Les mandats qui sont alors confiés16 à cette dernière, en matière d’échange d’expertise et de formation notamment, mettent en évidence le besoin de consolidation qui se fait sentir dans les radios communautaires. Le modèle de développement des radios communautaires, jusque-là mis en œuvre, présente des failles, principalement des problèmes de rentabilité qui mettent la survie des stations en péril. La recherche de solutions, tout en favorisant le renforcement des principes d’accès aux ondes, d’appropriation collective et d’alternative, généralement présents dans la culture de la radiodiffusion communautaire, doit désormais prendre une place plus prépondérante dans la définition de ses objectifs. Ces solutions se traduisent dans les notions de proximité d’intérêts, de qualité de la programmation et de viabilité financière liée à un souci de rentabilité des radios.

2.1. Proximité d’intérêts

37L’expression « proximité d’intérêts » est apparue dans le discours de la radiophonie communautaire dans les années 2000. Elle reflète cependant une réalité qui prend forme dès les années 1980 et fait référence à une volonté de produire des émissions qui répondent aux besoins des auditoires et de s’ancrer dans leur réalité.

  • 17 Connu à titre de « spécialiste de la mesure de l’auditoire », Sondages BBM est un organisme sans bu (...)

38Principalement présent d’abord dans les radios régionales, ce principe de pertinence de la forme et du contenu révolutionne la radiodiffusion communautaire, ses objectifs de programmation étant ainsi définis d’abord en fonction des besoins des auditeurs plutôt que de ceux des producteurs qui souhaitent accéder aux ondes et produire des émissions. Cette approche va donc de pair avec des modèles de gestion de la programmation désormais orientés sur le développement d’une réponse radiophonique aux besoins des auditoires. Les sondages BBM17 et les sondages privés (SOM, Léger Marketing) deviennent graduellement des outils d’évaluation de ces besoins et des résultats obtenus. La radio communautaire se veut désormais complice de l’auditoire et souhaite partager les aspirations de développement social et culturel des populations desservies.

39En continuité avec l’orientation des années 1980, durant les années 1990 les programmations des radios régionales, notamment, prennent une forme plus conventionnelle et proposent moins de diversité musicale. Mais dans leur ensemble, continuant de s’inscrire dans une pratique alternative, les radios communautaires en région développent malgré tout des chroniques et des émissions d’affaires publiques communautaires et culturelles laissant une large place aux organismes et artistes locaux tout en respectant leur capacité de participation. Cet ancrage local est d’autant plus le bienvenu que pendant cette période, la radio commerciale, lorsqu’elle est présente dans le même marché que celui des radios communautaires, réduit de façon importante sa production locale, lui préférant la diffusion d’émissions en provenance des stations têtes de réseau des grands centres urbains. Objet de compressions répétées de ses crédits parlementaires annuels perpétrées par le gouvernement fédéral, la radio publique de Radio-Canada emboîte le pas en réduisant, elle aussi, ses ressources en région.

40En milieu urbain, toujours dans les années 1980-1990, la radio communautaire développe pour sa part le créneau des émissions d’information. Son approche locale l’amène à accroître son expertise en matière d’information municipale et sociocommunautaire. Radio Centre-Ville (CINQ FM, Montréal) devient, pour sa part, une référence en information internationale, notamment par la qualité de sa couverture des événements politiques et sociaux qui se produisent dans plusieurs pays d’Amérique latine ou dans les Caraïbes (crises politiques répétées en Haïti, le Chili sous la dictature de Pinochet).

41Dans les années 1980, c’est donc en s’intéressant davantage aux intérêts de ses auditeurs et en les redéfinissant comme ses principaux usagers que la radio communautaire renouvelle son modèle de développement. Cette période est marquée par une forte popularité et notoriété du secteur alors que les sondages tendent à démontrer que les auditoires atteignent des sommets.

42Cette popularité des ondes communautaires auprès des auditeurs favorise également à cette époque la réalisation concrète des objectifs visant la diversité des contenus ainsi que leur caractère alternatif. Grâce à une plus grande capacité de s’adjoindre des partenaires (organismes culturels, commanditaires, etc.) soucieux de visibilité et de notoriété, les radios communautaires, notamment urbaines, réalisent des activités de diffusion culturelle et de création radio. Les débuts du Festival International de Jazz de Montréal (1979), le Coup de cœur francophone (1986), la Quinzaine de la radio libre, sont autant d’exemples d’un dynamisme culturel né de ce type de collaborations.

2.2. Programmations de qualité

43Dans les années 1970, le principe d’accès aux ondes permettant à des producteurs bénévoles de produire des émissions se développe dans les radios communautaires en quasi-opposition aux approches professionnelles qui sont le propre de la radio traditionnelle publique et commerciale.

44Le souci de développer l’assiduité et la fidélité des auditeurs est certainement à l’origine d’une mutation ou d’un adoucissement de cette opposition. En effet, l’idée qu’il est impossible d’atteindre un objectif d’accès aux ondes si l’auditoire n’est pas quantitativement conséquent est de plus en plus présente dans les documents de gestion des radios communautaires des années 1980 et 1990. Cependant, la notion de qualité de la programmation continue de se distinguer des pratiques professionnelles et se définit plutôt en termes de pertinence des programmes en regard des besoins exprimés par les auditeurs, mais aussi en termes d’éthique en matière d’information et de publicité.

  • 18 Dans les années 1990, la reconnaissance de la qualité de la programmation des radios communautaires (...)

45Plusieurs radios communautaires se dotent ainsi de politiques d’information, de codes de déontologie en matière publicitaire et de programmes de formation des bénévoles, où le respect des besoins de l’auditoire sert de toile de fond aux pratiques visant à réaliser les objectifs d’accessibilité aux ondes, de programmation alternative et de rentabilité des stations. Il est probable que ces nouvelles pratiques aient contribué à la reconnaissance de la radiophonie communautaire comme une pépinière de talents en journalisme, en production publicitaire et en animation radiophonique18.

46Pendant ces deux décennies, cette valeur nouvelle relative à une programmation de qualité contribue à atténuer certaines caractéristiques de la radio communautaire auxquelles quelques artisans sont encore attachés. La liberté en ondes est ainsi plus balisée : les interventions des animateurs ne peuvent plus durer indéfiniment, les feuilles de route doivent être respectées, le choix musical est de plus en plus encadré par les politiques internes des stations. De façon plus ou moins importante, selon les stations, la programmation est l’objet de normes et elle est structurée de façon accrue par les instances décisionnelles. Pour certains producteurs, ces changements trahissent le modèle fondateur de développement de la radio communautaire, qu’ils considèrent désormais plus inspiré par des visées commerciales que par les objectifs fondamentaux d’accessibilité aux ondes et de contenus alternatifs.

47Il convient de rappeler ici que dès leur création, les activités des radios communautaires sont encadrées par la Loi sur la radiodiffusion (1968, révisée en 1991) et le Règlement du CRTC sur la radio qui leur confèrent des responsabilités à l’égard du respect des auditoires. De plus, force est de constater que les stations qui réussissent à développer leurs revenus grâce à la publicité disposent de ressources financières additionnelles qu’elles consacrent généralement à la réalisation des principes et à l’atteinte des objectifs d’accès aux ondes et d’émissions alternatives de qualité.

2.3. Rentabilité et viabilité financière

48Le mode de financement mixte (publicité, communauté, gouvernement) de la radiodiffusion communautaire est essentiel à sa survie. Les stations de ce secteur œuvrent généralement dans une faille de marché, ce qui signifie que leurs services s’adressent à un auditoire qui n’est pas suffisant pour générer des revenus publicitaires permettant d’assumer totalement leurs coûts de production.

49Dès leur création, comme nous l’avons vu, elles mettent en œuvre divers moyens d’autofinancement. Depuis la fin des années 1970, l’État québécois contribue également à leur financement. Toutefois, à partir des années 1990, sa contribution ne cesse de diminuer. Il n’est donc pas étonnant qu’au cours de ces années, presque toutes les radios communautaires québécoises aient connu des crises financières plus ou moins importantes.

50Dans la plupart des cas, l’ancrage profond de ces stations dans les communautés qu’elles desservent favorise un mouvement de solidarité et d’appui permettant aux radios en difficulté de survivre à leurs crises financières. Cependant, la fragilité financière permanente des radios communautaires met en péril la réalisation même de leur mission, qui se précise de plus en plus en termes d’offre radiophonique de qualité, d’auditoires à desservir et de besoins à combler. La viabilité financière, qui est certainement un objectif important des stations depuis les débuts de la radiodiffusion communautaire, ne peut cependant être atteinte sans que soit soulevée la question de la rentabilité des activités de financement.

51Dans les années 1990, des stations commencent à remettre en cause certains modes de financement (spectacles-bénéfice, loteries et autres) qui génèrent moins de revenus qu’ils ne leur en coûtent. Elles cherchent également à augmenter le rendement des activités de financement les plus prometteuses en améliorant les concepts de leurs radiothons, en organisant des bingos radiophoniques (qui peuvent s’avérer significativement lucratifs) et en bonifiant leurs approches marketing (système d’information sur les clients, redéfinition de l’offre, promotion, prix de vente, etc.).

  • 19 La publicité de prestige ne mentionne que le nom, l’adresse du commanditaire et le produit ou servi (...)
  • 20 Notons que lors de la révision de la Politique sur la radio communautaire en 2000, le CRTC a levé t (...)

52En 1985, les radios communautaires, qui n’ont jusqu’alors accès qu’à de la publicité de prestige19, demandent et obtiennent du CRTC le droit de diffuser de la publicité commerciale (4 minutes à l’heure)20. Pour cette dernière catégorie, il s’agit d’être en mesure de répondre aux besoins des commerces qui désirent annoncer sur leurs ondes les avantages de leurs produits plutôt que de simplement signaler leur existence comme le permet la publicité de prestige. La vente de publicité, adéquatement encadrée par des codes de déontologie ou des politiques relatives à la publicité, devient ainsi la plus importante source de financement des radios communautaires, sauf pour les stations implantées dans des communautés où il y a très peu d’activité commerciale.

53Ainsi, graduellement, les valeurs évoluent et l’expertise financière se développe au sein des radios communautaires. Il reste que dans les années 1980 et 1990, dans bien des cas, leur viabilité financière ne peut être atteinte qu’au prix de réductions budgétaires ayant pour effet d’entraîner de difficiles réductions de services : disparition de certains services d’information, réduction de l’encadrement des bénévoles, réduction du personnel affecté à la programmation communautaire ou encore réduction du nombre d’heures de diffusion. Il est cependant difficile d’évaluer jusqu’à quel point ces crises financières et ces décisions économiques ont contribué à éloigner les stations des principes fondateurs de la radiodiffusion communautaire. Cependant, ces mesures vont permettre à plusieurs collectivités en région, à des citoyens de diverses origines culturelles et à des auditeurs avides de découvertes de conserver un média indépendant qui leur appartient et de maintenir des services qui n’existeraient pas autrement.

3. LA RADIO COMMUNAUTAIRE QUEBECOISE DANS LES ANNEES 2000

3.1. Le bilan

  • 21 Voir l’étude Diagnostic sectoriel de la radiophonie communautaire réalisée pour le compte de l’ARCQ (...)

54En 2002, l’Association des radiodiffuseurs communautaires (ARCQ) a réalisé une vaste enquête21 auprès de ses membres (voir la liste des membres de l’ARCQ, en 2005, à l’annexe 6.1) visant à élaborer un diagnostic sectoriel et à alimenter une réflexion stratégique sur le développement du secteur. L’enquête a permis de mesurer de nombreux indicateurs de performance (nombre de membres et de bénévoles, quantité d’information locale produite, taux de diffusion des nouveaux disques, nombre d’organismes soutenus par la radio) liés aux principes fondateurs de la radiophonie communautaire (accès aux ondes, appropriation collective et teneur alternative). S’il ressort de cette enquête que les radios communautaires parviennent, quoique inégalement, à réaliser leur mission, ce diagnostic révèle de nouveaux signes d’essoufflement et des faiblesses qui assombrissent leurs perspectives d’avenir.

55Sur le plan de l’offre de programmation, les radios communautaires membres de l’ARCQ réalisent en moyenne chaque semaine près de 150 heures de programmation culturelle spécialisée (musiques du monde, jazz, poésie et littérature, actualités culturelles) et une centaine d’heures d’émissions à caractère sociocommunautaire. Hebdomadairement, elles diffusent près de 110 heures d’information locale et régionale et 100 heures d’émissions d’affaires publiques. Elles proposent 150 heures de programmation à l’intention des communautés culturelles dans une douzaine de langues dont le français et l’anglais. La programmation musicale de chaque station s’enrichit d’une quinzaine de nouveaux disques par semaine. Ainsi, en matière de programmation diversifiée, sur les plans culturel et informationnel, les radios communautaires s’en tirent encore bien.

56Si l’accès aux ondes est assuré par environ 800 bénévoles par semaine, la participation bénévole à la production d’émissions affiche une tendance à la baisse. Cependant, chaque année environ 8 000 personnes issues des groupes communautaires et organismes locaux ainsi que 5 000 artistes accèdent aux ondes par le biais d’interviews. Ces entrevues font souvent office de promotion et de publicité gratuite offerte à ces groupes, artistes et spectacles, et assurent donc une visibilité promotionnelle sur les ondes dont l’ARCQ estime la valeur annuelle à près de deux millions de dollars.

  • 22 La gouvernance comprend les différentes instances de l’organisation (assemblée générale, conseil d’ (...)

57En matière de vie démocratique, les radios communautaires membres de l’ARCQ regroupent 18 000 membres. Leurs conseils d’administration sont composés en moyenne de sept personnes. De plus, la moitié des stations dispose de comités qui soutiennent les activités de programmation, de gestion et de financement. Cependant, la gouvernance22 des radios communautaires est fragilisée par le manque d’outils et de formation en la matière. Le vieillissement de la population, l’exode qui frappe les régions ainsi que l’affaiblissement de l’implication sociale des citoyens sont autant de phénomènes actuels qui engendrent des problèmes de relève au sein des conseils d’administration et dans les équipes de producteurs bénévoles.

  • 23 Sondage sur les caractéristiques de l’auditoire des radios communautaires, Écho Sondage, automne 20 (...)

58Par ailleurs, un sondage réalisé pour le compte de l’ARCQ en 2003 par la firme Écho Sondages23 fait état de résultats dont les radios communautaires peuvent se montrer satisfaites.

59Selon ce sondage :

  • Leurs auditeurs démontrent un intérêt plus marqué pour la vie communautaire de leur communauté que les non-auditeurs et consomment plus de produits culturels. Par exemple, selon le sondage, ces auditeurs font 33 % plus de bénévolat que les personnes qui n’écoutent pas les radios communautaires.

  • Le profil des auditeurs démontre également que les radios communautaires réussissent à joindre tous les groupes sociodémographiques, ce qui est conforme à l’atteinte de leurs objectifs de conceptualisation et de mise en œuvre d’une programmation diversifiée répondant aux besoins de la communauté en général.

60Toujours selon les données tirées du sondage réalisé par Écho Sondages, l’auditoire global des radios communautaires fléchit, particulièrement en milieu urbain, à la faveur, très probablement, de la concurrence occasionnée par les nouveaux médias (Internet), ainsi que par la radio et la télévision spécialisées.

61Le bilan laisse cependant entrevoir d’autres difficultés. Les radios communautaires sont encore et toujours des organisations relativement fragiles sur le plan financier. Les équipes salariées sont surchargées et souvent mal rémunérées. La main-d'œuvre est de plus en plus difficile à recruter. La gouvernance de plusieurs stations est affaiblie par des problèmes de relève, par des déficiences en matière de formation à l’intention des administrateurs bénévoles et par une insuffisance en matière de marketing, d’outils d’information, de promotion, de planification et de gestion.

62De nos jours, la santé financière de plusieurs stations est précaire. D’autres stations dont la fiche de santé est meilleure n’ont aucune marge de manœuvre pour faire face à une éventuelle situation de crise économique locale. Dans l’ensemble, les radios communautaires ne disposent que très rarement des moyens nécessaires pour renouveler leurs équipements, améliorer leurs capacités de générer de nouveaux revenus, consolider leur planification et leur gestion ou encore pour investir dans leur développement et ainsi l’assurer. Elles sont donc très peu outillées pour faire face à l’évolution d’un environnement médiatique très fluctuant et concurrentiel, ainsi qu’aux changements des habitudes d’écoute des populations qu’elles desservent.

63Les radios communautaires parviennent donc, généralement, à réaliser leur mission. Toutefois, certaines d’entre elles ont déjà renoncé à certains services, en matière d’information par exemple, pour tenter d’équilibrer leur capacité de générer des revenus et leurs coûts de fonctionnement. Bien souvent, elles atteignent cet équilibre toujours précaire en payant le prix fort, soit l’implication intensive des bénévoles et des conditions de travail difficiles pour les salariés.

3.2. À l’heure de la concentration et de la spécialisation des médias

64Depuis plusieurs années, la question de la concentration dans les médias fait sporadiquement l’objet de commissions parlementaires et préoccupe divers comités, mandatés par les gouvernements fédéral et provincial. En 2005, à l’échelle fédérale, la concentration des médias au Canada est l’objet d’une étude poussée confiée au Comité sénatorial permanent des transports et des communications. Règle générale, ces études et analyses abordent fort peu l’impact de la concentration et de la multiplication des médias électroniques spécialisés sur l’offre de programmation locale. En fait, aucun organisme, pas même le CRTC, ne se préoccupe de colliger des données qui permettraient d’analyser cette question de façon sérieuse.

  • 24 CRTC. Rapport de surveillance de la politique sur la radiodiffusion, 2003, <http://www.crtc.gc.ca/frn/publications/reports/PolicyMonitoring/2003/bpmr2003.htm>.
  • 25 Selon les données financières annuelles des radios colligées par l’ARCQ, 2004.

65Toutefois, certains indicateurs sont pour le moins inquiétants. Selon le Rapport annuel de surveillance de la politique sur la radiodiffusion, produit en 2004 par le CRTC24, au Québec les radios d’Astral Média (Énergie, Rock-Détente et Boom) accaparent 40 % de l’auditoire. Les ventes publicitaires de ces mêmes radios représentent à elles seules 57 % des ventes totales de publicité radiophonique au Québec. Les implications de cette situation sont évidentes. Les radios qui desservent l’autre portion de l’auditoire n’ont accès qu’à 40 % des revenus publicitaires. Cela créée une situation de très forte concurrence dont les petites stations commerciales indépendantes et communautaires font les frais. En effet, les revenus de publicité des radios communautaires subissent une baisse quand leurs coûts de mise en marché et de vente de publicité sont à la hausse. En 2003-2004, les radios communautaires affichaient une perte de revenus nets de publicité nationale avoisinant les 20 % par rapport à 2002-200325.

  • 26 Ibidem.

66Par ailleurs, la multiplication des médias spécialisés, particulièrement en milieu urbain, tend à hausser très rapidement le niveau de concurrence. La radio communautaire n’est plus seule à rejoindre les amateurs de culture, les passionnés de jazz ou de musique classique, les membres des communautés culturelles. En quelques années seulement, son auditoire s’est effrité et les revenus publicitaires locaux ont diminué de 50 % dans la moitié des stations urbaines26.

67La stratégie d’intégration des réseaux radiophoniques privés et publics a également des conséquences sur la disponibilité de contenus locaux et sur la diversité des programmations. En région, de plus en plus de citoyens n’ont accès qu’à des radios qui rediffusent des émissions produites dans les stations des grands centres urbains. Subissant également les contrecoups des pressions économiques liées à la concentration des médias, les radios commerciales locales sont vendues à des réseaux nationaux ou s’intègrent à des réseaux régionaux, comme cela a été le cas avec Antenne Bleue rachetée par Radio Nord (2003-2004).

68Il en résulte une perte nette de production locale et de diffusion d’information locale dans les radios privées et publiques. Dans ce contexte, de plus en plus de collectivités se mobilisent pour créer de nouvelles radios communautaires. Une quinzaine de projets ont vu le jour depuis quelques années. Une ou deux nouvelles stations entrent annuellement en ondes depuis le début des années 2000. S’il faut espérer que cette effervescente multiplication de projets permette d’améliorer la couverture territoriale de la radiophonie communautaire au Québec, elle pose également la question d’une volonté politique se traduisant par la disponibilité de l’aide gouvernementale québécoise (Programme d’aide aux médias communautaires).

69Outre la multiplication des médias spécialisés, d’autres phénomènes technologiques ou encore sociaux sont également susceptibles de contribuer à modifier les comportements des auditeurs. L’avènement de la radiodiffusion numérique par satellite, de la radio sur Internet, la modernisation des récepteurs radios dans les voitures, le vieillissement de la population, l’exode rural dans certaines régions sont autant de facteurs qui pourraient contribuer à fragiliser davantage les radios communautaires.

70En 2002, l’enquête de l’ARCQ (Darvida Conseil) met en évidence la nécessité pour les radios communautaires de rechercher une nouvelle efficacité organisationnelle. Cette étude démontre, par exemple, que les radios communautaires intègrent peu les nouvelles technologies de la communication et de l’information (NTCI) dans leurs processus de production (numérisation des contenus, production et diffusion assistées par ordinateur, Internet, etc.), quelles tendent plutôt à utiliser comme des outils traditionnels de production.

71Ces nouvelles technologies contribuent pourtant à réduire le fardeau des tâches de contrôle visant à faire concorder la programmation avec la réglementation et les objectifs de la station, ainsi que les tâches relatives à la diffusion de la publicité (pour les annonceurs). Les NTCI facilitent aussi la gestion de la courbe musicale (progression quotidienne et hebdomadaire du son musical des stations, permettant d’opérer une harmonisation des genres musicaux diffusés en ondes). Elles permettent aussi aux petites radios qui ont une faible capacité de production de maintenir une présence en ondes par une programmation automatisée plutôt que de devoir rediffuser les programmations des radios commerciales.

72Par ailleurs, de plus en plus de stations communautaires diffusent leurs émissions en direct par le biais d’Internet, permettant, par exemple, à des citoyens ayant quitté une région de maintenir le contact avec elles. Mais les possibilités de l’automation, de la production assistée par ordinateur et de la diffusion sur Internet sont encore sous-exploitées dans les radios communautaires et n’ont pas engendré de modifications significatives dans les tâches, les structures organisationnelles ou les méthodes de production.

73Dans un monde où les radios communautaires devront faire plus et mieux avec moins de moyens financiers, les questions d’efficacité deviendront de plus en plus pressantes. Les possibilités de stratégies d’affaires sont multiples, par exemple :

  • réduction des coûts de gestion et de production ;

  • amélioration de la qualité de la production publicitaire par la création d’une banque de concepts publicitaires ;

  • partage (autrement nommé mutualisation) de certains services (gestion musicale, vente de publicité, administration de la paye).

74La mise en œuvre de telles stratégies permettrait aux stations communautaires de concentrer leurs ressources et de les orienter vers la prestation de services, le soutien à la participation, l’amélioration de leur programmation.

3.3. Appropriation de nouvelles valeurs dans les radios communautaires

75Au cours des années, en dépit d’un contexte difficile, le secteur de la radio communautaire a globalement su démontrer sa pertinence. Son développement est lié à la capacité d’adaptation des personnes qui l’ont créé, puis des entreprises qu’il a générées.

76Selon l’ARCQ, la complexité de l’environnement médiatique dans lequel la radio communautaire du Québec évolue aujourd’hui, de même que la décroissance de ses ressources financières et humaines, appellent de nouvelles compétences, de nouvelles façons de réaliser sa mission fondamentale et de concrétiser ses principes fondateurs dans ses activités de diffusion et de gestion. L’effet de ces changements se conjugue à l’intégration de nouvelles valeurs qui définissent la culture organisationnelle des stations.

77Depuis quelques années, on assiste à l’émergence d’un sentiment plus aigu d’appartenance à un véritable réseau d’entreprises parmi les gestionnaires des radios communautaires. Les particularismes régionaux qui dominaient leur discours, il y a encore quelques années, font en effet place à une nouvelle reconnaissance de valeurs dominantes et de principes fondateurs communs. Ce renouveau de l’esprit d’appartenance favorise la mise en œuvre de stratégies collectives, les échanges et les partenariats entre les stations. Des projets de productions nationales et de réseaux régionaux voient le jour, notamment sur la Côte-Nord et dans le Nord du Québec.

78S’agit-il d’une prise de conscience qu’au-delà des réalités locales et régionales, le citoyen vit dans un monde globalisé qui n’est pas sans influencer son univers de proximité ? Les radios communautaires ont-elles un rôle de liaison à jouer entre le local, le national et le monde ? Déjà quelques acteurs de la radio communautaire se posent ce genre de question. À l’échelle de la radiophonie communautaire québécoise, ils sont encore marginaux. Toutefois, ce niveau d’interrogation permet d’ouvrir les horizons du secteur et d’entrevoir un éventuel élargissement de sa mission sociale et communautaire.

79Depuis les débuts, l’innovation sociale est un moteur du projet de la radiophonie communautaire. Dans les années 1970, en donnant le micro au citoyen, les radios communautaires du Québec ont changé son rapport à l’événement, à la culture et à la société. Ses artisans ont élaboré des projets d’entreprise qui redéfinissent la notion de rentabilité en fonction d’objectifs sociaux établis par les usagers. Plus tard, ces stations ont également démontré l’utilité des nouvelles technologies pour favoriser l’accès et la participation. Elles récupèrent aujourd’hui certaines des stratégies d’affaires traditionnellement mercantiles, les adaptent et les implantent toujours en tenant compte des grands principes qui les distinguent. D’où l’apparition de projets d’organisations communautaires propriétaires de plusieurs stations ou de plusieurs médias (Côte-Nord et Nord du Québec), d’une radio, CILE à Havre-Saint-Pierre, qui a créé une entreprise de service d’entretien d’équipements électroniques ou encore d’un service national de mise en marché de la publicité géré par l’ARCQ. Dans cette perspective, il semble que des notions comme diversification, intégration, concentration et impartition (sous-traitance) peuvent être mises au service des objectifs sociaux et communautaires.

80Curieusement, si l’innovation a toujours été la marque des radios communautaires, cette caractéristique ne fait pas partie pour autant de leur discours ni des textes qui précisent leur identité respective, leurs missions, leurs mandats ou les grands principes qui président à leurs orientations. On constate ici un paradoxe : ces organisations innovatrices sont très attachées à leurs valeurs, soit à un modèle démocratique et à une approche de la communication axée sur la proximité. La reconnaissance et la valorisation de leur capacité d’innovation viennent généralement de l’extérieur, de leurs partenaires (bailleurs de fonds, organismes de soutien et de réseautage communautaires), d’observateurs du secteur (instances gouvernementales, chercheurs universitaires). Cependant, l’accroissement du réseautage (partage sur le plan de la production, de la structure sur le de ventes, etc.), le développement de partenariats entre les stations ainsi que l’arrivée d’une nouvelle génération de jeunes gestionnaires favorisent la mise en valeur de ces projets innovateurs au sein du secteur. C’est une valeur qui est en gestation dans ce que l’ARCQ désigne comme étant la culture organisationnelle des radios.

81Selon l’ARCQ, la radiophonie communautaire vient d’entrer dans une nouvelle phase d’expansion et de consolidation. Les moyens mis en œuvre pour assurer sa pérennité, les stratégies de développement adoptées ainsi que les approches d’intégration des nouvelles technologies de la communication et de l’information ne seront pas sans laisser des traces sur ses principes fondateurs, ses valeurs et sa culture. Les notions de stratégie d’affaires et de réseau d’entreprises communautaires s’incrustent déjà dans son discours. Elle s’appropriera sans doute une valeur d’innovation à la faveur des succès de ses nouvelles stratégies d’affaires.

3.4. Gouvernance : leadership et compétence stratégique

82Selon l’ARCQ, c’est l’engagement envers la mission et les grands principes de leur organisation qui a permis aux artisans de la radiophonie communautaire de s’approprier des technologies de diffusion, des outils et stratégies de gestion ou encore de nouvelles valeurs. Sans doute, les administrateurs et les gestionnaires ont porté sur leurs épaules des projets de développement, de changement et même de sauvetage de leurs stations. Il est clair que ces projets ont contribué à modifier les valeurs et les cultures organisationnelles des radios. Mais leur succès réside toutefois dans leur capacité de préserver les valeurs fondatrices de leur organisation. Plus que jamais, la radiophonie communautaire a besoin de conseils d’administration qui assument un leadership éclairé, capable de définir des stratégies innovatrices qui serviront la réalisation de sa mission.

  • 27 En gestion, l’efficacité réfère à l’atteinte d’un objectif, l’efficience, pour sa part, tient compt (...)

83Comme de nombreux organismes communautaires et entreprises d’économie sociale, les radios communautaires connaissent des difficultés de gouvernance. Fragilité des structures démocratiques, absence de relève aux conseils d’administration, faiblesse des outils de gestion des rôles (définition de tâches, politiques) et de gestion des pouvoirs (règlements de régie interne) sont autant de complications qui peuvent miner leur efficience27 organisationnelle et stratégique ainsi que leur indépendance éditoriale. L’expérience démontre que la gestion démocratique est un exercice complexe et périlleux. Les radios communautaires ne sont pas à l’abri de situations de renversements de pouvoir au conseil d’administration, de leadership trop faible. C’est la raison pour laquelle en 2004, elles ont confié à l’ARCQ le mandat de proposer l’implantation d’un cadre de gouvernance de la radiophonie communautaire.

84Face aux défis qu’elle doit relever, la radiodiffusion communautaire s’approprie graduellement les nouvelles technologies, repense ses stratégies d’affaires et s’investit dans la recherche de solutions qui la rendront plus efficace socialement et économiquement. Mais ces changements risquent d’occasionner une dérive dans l’application des principes qui l’animent. Par ailleurs, la complexité de l’environnement médiatique, démographique et économique, ainsi que la rapidité de son évolution font appel à des compétences nouvelles et à une capacité de décision rapide et éclairée. C’est avant tout le leadership des radios communautaires qui est ainsi interpellé. Conséquemment, le renforcement de la gouvernance des radios communautaires constitue un enjeu de survie pour le secteur.

85L’évolution de la radiophonie communautaire au cours de ses trente ans d’histoire est marquée par des phases de développement qui ont enrichi le projet initial. Prise individuellement, chacune des stations n’est certainement pas passée par toutes ces phases et n’a pas suivi cette évolution de façon linéaire. Aujourd’hui encore, des stations qui naissent se réclament du projet alternatif original. Cependant, on peut retracer, à travers les grandes « époques » de sa petite histoire, des moments clés du développement du secteur qui ont contribué à faire évoluer le projet.

86Dans les années 1970, poussés par un objectif de prise de la parole publique et par l’idée de proposer des contenus alternatifs au discours médiatique dominant, les artisans de la radiophonie communautaire ont d’abord élaboré un projet axé sur les contenus. Dans les années 1980, dans un contexte caractérisé par l’effervescence liée à l’expansion des radios en région, la prise de conscience de l’existence et des besoins de l’auditoire a suscité la redéfinition du projet. Dès lors, la radio communautaire s’est définie comme un média tout aussi soucieux du contenu de ses émissions que de leur réception par les auditeurs. Devant la nécessité de consolider leur organisation pour en assurer la pérennité, les stations ont dû se structurer et formaliser leur gestion. La radiophonie communautaire est alors devenue un projet d’entreprise média. Les dernières années ont amené les radios communautaires à se redéfinir par rapport à l’industrie des médias en général. Le renforcement de leurs valeurs sociales et communautaires a favorisé une redéfinition du projet qui est ancré plus profondément dans ses valeurs fondatrices précédemment mises à mal par les préoccupations de viabilité financière. Aujourd’hui, la radiophonie communautaire est un projet d’entreprise médiatique d’économie sociale : elle est à la recherche d’un équilibre entre rentabilité sociale et rentabilité économique.

87Tout au long de son développement, la radiophonie communautaire s’est approprié de nouveaux principes qui ont enrichi un projet qui semblait bien utopique au départ. Les artisans d’une radio qui dénonçaient les règles médiatiques sont aujourd’hui devenus acteurs d’un secteur reconnu dans l’industrie des médias. Les radios communautaires du Québec occupent désormais un espace médiatique bien à elles. Elles ont prouvé que le développement des médias pouvait servir des objectifs sociaux dans une dynamique économique d’entreprise qui leur est propre.

88À l’aube d’une nouvelle phase d’expansion et de consolidation, la radiophonie communautaire du Québec commence à s’identifier en termes de réseau. Réseau de radios fondamentalement locales et régionales. Réseau d’entreprises diversifiées plutôt que réseau de diffusion d’un contenu uniformisé. Réseau conçu comme un collectif qui peut s’approprier des valeurs d’efficacité, de saine gouvernance et d’innovation. Et, pourquoi pas, réseau producteur d’émissions originales, diffusées par toutes les stations, carrefour de rencontre entre les régions, les villes et le monde. De la sorte, la radiophonie communautaire pourrait redéfinir sa vision dans le cadre d’un projet qui permettrait aux communautés locales et régionales de se connaître, de se reconnaître et de se faire connaître.

Bibliographie

ANNEXE 6.1. LISTE DES MEMBRES DE L’ARCQ EN 2005

Nom des stations communautaires

Ville d’implantation au Québec

CFBS89.9FM
CFBS93.1 FM

Lourdes-de-Blanc-Sablon

CFID 103,7 FM

Acton Vale

CFIM 92,7 FM

Cap-aux-Meules

CFIN 100,5 FM
CFIN 103,9 FM
CFIN 105,5 FM

Lac Etchemin

CFLX 95.5 FM

Sherbrooke

CFMF 103,1 FM

Fermont

CFNJ 99,1 FM

Saint-Gabriel-de-Brandon

CHAA 103,3 FM

Longueuil

CHAI 101,9 FM

Châteauguay

CHEF 99,9 FM

Matagami

CHGA 97,3 FM

Maniwaki

CHIP 101,7 FM

Fort-Coulonge

CHOC 104,9 FM

Saint-Rémi

CIAU 103,1 FM

Radisson

CIBL 101,5 FM

Montréal

CIBO 100,5 FM

Senneterre

CIEU 94,9 FM
CIEU
106,1 FM

Carleton

CIH0 88,1 FM
CIHO 96,3 FM
CIHO 92,1 FM
CIHO 105,9 FM

Saint-Hilarion

CILE 95,1 FM

Havre-Saint-Pierre

CINQ 102,3 FM

Montréal

CJBE 90,1 FM

Port-Menier

CJRG 94,5 FM

Gaspé

CJTB 94,5 FM

Tête-à-la-Baleine

CKAJ 92,5 FM

Jonquière

CKIA 88,3 FM

Québec

CKMN 96,5 FM

Rimouski

CKNA 104,1 FM

Natashquan

CKRL 89,1 FM

Limoilou

Source : site Internet de l’ARCQ, novembre 2005

BIBLIOGRAPHIE

Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec (2004). Données financières annuelles des radios colligées par l’ARCQ.

Association des radiodiffiiseurs communautaires du Québec (1985). Répertoire des mandats confiés à l’ARCQ -1979-1985.

Association des radiodiffiiseurs communautaires du Québec (1984). Guide de la radio communautaire, 279 p.

Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (mars 2003). Avis public CRTC 2000-13 : Politique relative à la radio communautaire, <http://www.crtc.gc.ca/archive/FRN/Notices/2000/PB2000-13.htm>.

Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (2003). Rapport de surveillance de la politique sur la radiodiffusion 2003, <http://www.crtc.gc.ca/frn/publications/reports/PolicyMonitoring/2003/bpmr2003.htm>.

Darvida conseil (2002). Diagnostic sectoriel de la radiophonie communautaire, réalisé pour le compte de l’Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec.

Écho sondage (2003). Sondage sur les caractéristiques de l’auditoire des radios communautaires, automne 2003, <http://www.arcq.qc.ca/pub/> (consulté le 27 octobre 2005).

Groupe DBSF, Diagnostic et plan d’action relatifs au développement de la main-d’oeuvre dans les médias communautaires, réalisé pour le compte de l’Association des radiodiffiiseurs communautaires du Québec (non daté).

Ministère des communications du Québec (juin 1979). Politique de développement des médias communautaires, 27 p.

Site Internet de l’Association des radiodiffiiseurs communautaires du Québec, <www.arcq.qc.ca>.

Notes

1 Par « paternalisme », il est ici question d’une forme de dirigisme, d’approche des médias d’information bien-pensants qui déterminent auprès de leurs publics respectifs « la façon » de bien penser.

2 CKRL, à Québec en 1973, CINQ, à Montréal en 1975.

3 Par exemple, les demandes de licence de ces stations au CRTC, les politiques internes des stations, le Guide de la radio communautaire du Québec, ARCQ, 1984.

4 CINQ à Montréal, CHOC à Jonquière, CKRL à Québec, CKLE à Rimouski.

5 Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, 2003. Avis public CRTC 2000-13 - Politique relative à la radio communautaire, <http://www.crtc.gc.ca/archive/FRN/Notices/2000/PB2000-13.htm>.

6 Voir page 238, Guide de la radio communautaire, Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec, 1984, 279 p.

7 Si ce courant de pensée dominant aux débuts de la radiophonie communautaire est encore présent de nos jours dans certaines stations, avec les années et tout au long des années 1990, il va céder le pas à une volonté d’assurer la pérennité des stations en développant leur autonomie financière, entre autres en ayant recours à plus de publicité. Toutefois, une certaine culture de la méfiance à l’égard de l’influence potentielle de la publicité sur les contenus subsiste dans certaines stations.

8 Selon les données de l’Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec, en 2003, la participation des bénévoles à la production constitue toujours un apport important évalué à environ 1,4 million de dollars par an pour ses radios membres. Le principe de l’appropriation collective se traduit également par une contribution des usagers au financement. Au-delà des revenus d’adhésion, généralement peu élevés pour favoriser l’adhésion de tous, la population desservie par les stations contribue aussi à leur financement en participant à diverses activités comme les radiothons, les spectacles-bénéfice ou les loteries. Cette contribution constitue aujourd’hui près de 20 % des revenus des radios communautaires.

9 Mentionnons que, de nos jours, les radios éprouvent encore plusieurs problèmes de relève et de recrutement au sein des conseils d’administration. La complexité de la gestion et du type d’entreprise ainsi que l’importance des responsabilités légales sont des motifs souvent invoqués pour expliquer ces difficultés. C’est ce qui ressort de deux études réalisées en 2002 par Darvida Conseil, Diagnostic sectoriel de la radiophonie communautaire, et par le Groupe DBSF, Diagnostic et plan d’action relatifs au développement de la main-d’oeuvre dans les médias communautaires, pour le compte de l’Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec (ARCQ).

10 Voir Avis public CRTC 2000-13, op. cit.

11 Voir pages 17 et 20, Guide de la radio communautaire, Association des radiodififuseurs communautaires du Québec, 1984, 279 p.

12 Plus près de nous, la multiplication, depuis quelques années, de nouvelles radios commerciales FM spécialisées, essentiellement musicales, qui diffusent en milieu urbain, et la réorganisation de la programmation de la Chaîne culturelle de la Société Radio-Canada en 2004 ont permis une diversification accrue de l’offre radiophonique. Ainsi, il faut craindre que les radios communautaires manquent d’espace, dans ce paysage médiatique, pour renouveler leurs programmations musicales tout en se maintenant dans une position alternative face aux autres stations.

13 Les stations têtes de réseau diffusent des émissions à partir des grands centres urbains, sur les ondes de leurs stations affiliées en région.

14 Voir Avis public CRTC 2000-13, op. cit.

15 Voir page 15, Guide de la radio communautaire, Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec, 1984, 279 p.

16 Répertoire des mandats confiés à l’ARCQ - 1979-1985, Association des radiodififuseurs communautaires du Québec, 1985.

17 Connu à titre de « spécialiste de la mesure de l’auditoire », Sondages BBM est un organisme sans but lucratif consacré à la recherche sur les auditoires, fondé en 1944 par l’Association canadienne des radiodiffuseurs et l’Association canadienne des annonceurs à titre de coopérative tripartite de l’industrie : <http://www.bbm.ca/fr/bienvenue.html> (consulté le 27 octobre 2005).

18 Dans les années 1990, la reconnaissance de la qualité de la programmation des radios communautaires a d’ailleurs fait l’objet d’une campagne de promotion orchestrée par l’ARCQ. L’outil principal de cette activité était un concours annuel permettant de mettre en valeur le journalisme, les émissions à caractère communautaire et les productions publicitaires des radios communautaires.

19 La publicité de prestige ne mentionne que le nom, l’adresse du commanditaire et le produit ou service offert, sans aucune référence à leurs avantages, à leur prix ou à une promotion offerte.

20 Notons que lors de la révision de la Politique sur la radio communautaire en 2000, le CRTC a levé toute contrainte de temps en matière de publicité.

21 Voir l’étude Diagnostic sectoriel de la radiophonie communautaire réalisée pour le compte de l’ARCQ par Darvida Conseil en 2002.

22 La gouvernance comprend les différentes instances de l’organisation (assemblée générale, conseil d’administration, direction générale, comités), mais aussi les règles et politiques qui définissent leurs rôles et responsabilités, les relations formelles qu’elles ont entre elles, la façon dont elles communiquent et rendent compte de leur travail. Il s’agit de l’ensemble des éléments qui définissent le partage du pouvoir et l’imputabilité des instances dans les radios communautaires.

23 Sondage sur les caractéristiques de l’auditoire des radios communautaires, Écho Sondage, automne 2003, <http://www.arcq.qc.ca/pub/> (consulté le 27 octobre 2005).

24 CRTC. Rapport de surveillance de la politique sur la radiodiffusion, 2003, <http://www.crtc.gc.ca/frn/publications/reports/PolicyMonitoring/2003/bpmr2003.htm>.

25 Selon les données financières annuelles des radios colligées par l’ARCQ, 2004.

26 Ibidem.

27 En gestion, l’efficacité réfère à l’atteinte d’un objectif, l’efficience, pour sa part, tient compte des ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs.

Auteur

LUCIE GAGNON a occupé depuis 1984 diverses fonctions de direction dans les radios communautaires, notamment à CHAA-FM (Longueuil), à Radio Centre-Ville puis à l’Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec (ARCQ). Détentrice d’un M.B.A. en gestion des entreprises collectives de l’Université du Québec à Montréal, sa formation a également touché aux domaines des relations publiques et des communications.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search