Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 2. Médias indépendants au Québec (presse, télévision et radio)

5. La télévision communautaire : une solidarité à haute résolution

Isabelle Voyer

Texte intégral

1Il y a une différence énorme entre la télévision de 1970 et la télévision d’aujourd’hui. Cependant, les besoins de communication des citoyens, eux, sont restés exactement les mêmes : se parler, se voir, être en contact les uns avec les autres. Nous disposons de plus en plus de moyens technologiques qui nous permettent de regarder la télévision, mais les raisons qui amènent les habitants d’une ville, d’une région, à faire appel à leur télévision communautaire sont exactement les mêmes que lorsqu’il n’y avait que 12 canaux sur la roulette des téléviseurs qui diffusaient en noir et blanc. Câblée, numérique, satellite, écran plat, en format 9 :16 tout cela n’est finalement que de la quincaillerie. Ce qui compte, ce qui a toujours compté, c’est ce qu’on dit, pourquoi on le dit, qui le dit et à qui on le dit. Il y a encore des télévisions en noir et blanc, il y a encore des gens qui n’ont que leurs antennes en forme d’oreilles de lapin pour la capter, mais ces gens parlent la même langue qu’il y a 30 ans et ils ont encore quelque chose à se dire.

2Depuis plus de 30 ans, plusieurs raisons ont poussé les régions à se doter d’une télévision communautaire : pour montrer l’autre face d’une réalité, pour donner la parole aux exclus, pour répondre à une absence en information locale, pour permettre l’expression de talents émergents. Quelle qu’en soit la raison, il s’agissait de se doter d’un outil de communication collectif. Ça signifie qu’on mettait à la disposition d’une population un instrument qui serait à sa portée, dont elle pourrait se servir pour prendre la parole et transmettre des idées. Dans l’esprit de la région des Bois-Francs, on appelait cela une tribune populaire, un espace de parole libre, un véhicule de solidarité sociale ! Les artisans de la télévision communautaire de cette région croient que cette approche doit encore les guider.

3Dans les années 1970, quand il n’y avait encore que douze canaux, les gens ordinaires étaient peu présents au petit écran. Le contenu des émissions était l’affaire des spécialistes qui savaient faire de l’information. Le public, lui, n’en était que le récepteur.

1. POUR UNE COMMUNICATION SOLIDAIRE ET ÉGALITAIRE

4C’est une époque où circulait aussi au Québec un grand idéal démocratique, où les citoyens se regroupaient, déterminaient leurs besoins et mettaient en place des ressources à la portée de tous. Les causes étaient multiples et couvraient tous les aspects de la vie sociale : l’alphabétisation, la santé, la consommation, la justice, etc. Ces groupes de citoyens étaient porteurs d’une vision égalitaire de la société, de valeurs nobles et mobilisatrices qui appelaient à l’action : redistribuer la richesse, réparer les injustices, combattre l’isolement et l’exclusion, promouvoir une citoyenneté éclairée et active. La Télévision communautaire (TVC) des Bois-Francs et bien d’autres télévisions communautaires ailleurs au Québec sont nées de ce terreau fertile.

5La diffusion par câble a pris son envol à la fin des années 1960. La réception des signaux par antenne étant souvent mauvaise, le câble est venu corriger cette situation. On a vu se répandre partout sur le territoire du Québec des petits systèmes de câblodistribution. En région, ils étaient centralisés dans les parties urbaines puisqu’en zone rurale, là où les maisons sont à une grande distance les unes des autres, il était beaucoup trop coûteux d’implanter ces systèmes. Cela explique pourquoi, encore aujourd’hui, dans les campagnes, les gens sont peu câblés. À cette époque, les territoires de diffusion correspondaient généralement à un territoire d’appartenance assez bien défini : Buckingham, Saint-Jérôme, Normandin, etc. Même les plus petites municipalités ont vu le virage de la modernité prendre le chemin de leur rue principale !

6En même temps que le câble se ramifiait de région en région, la technologie de la vidéo rendait la production télévisée beaucoup plus conviviale et mettait sa maîtrise à la portée de tous. Cette rencontre de la vidéo et du câble a donc favorisé l’apparition d’un canal communautaire, destiné à la diffusion d’une programmation locale. Saint-Raymond-de-Port-neuf, Mont-Laurier et d’autres villes encore revendiquent le statut de première communauté desservie par un tel canal. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), sans doute sensible lui aussi à ce courant social, a vivement encouragé l’émergence du canal communautaire qui devait servir aux citoyens des collectivités câblées. Dès 1975, il en a fait une obligation pour les entreprises de câble, qui, jusqu’en 1998, bien installées dans un cadre réglementaire monopolistique, se sont même vu forcer d’exploiter un tel canal en échange du privilège d’engranger, à tous les mois, des revenus d’abonnement.

2. LA TVC AUTONOME, UN MODÈLE QUÉBÉCOIS

  • 1 Câblovision, Câble Laurentien, Beauce Distribution, Câblo G inc., Vidéotron, Vidéo Déry, Cogéco, e (...)

7Au milieu des années 1990, au Québec seulement, il y avait certainement plus d’une centaine de villes et de régions dotées d’un canal de télévision avec, sur ses ondes, une production locale originale produite par les citoyens. Et, au Québec seulement, la prise en charge du canal communautaire s’est faite par des groupes populaires autonomes, constitués en organismes sans but lucratif, les TVC ! De simple service de télévision auquel participait la population, on a vu se déployer une véritable prise en charge du média, un espace ouvert, habité, un lieu d’échanges sur ses orientations. Les câblodistributeurs1 ont fait de la place sur les ondes à ces organismes, certains leur ont même laissé toute la place. Quant au gouvernement du Québec, il a encouragé et soutenu financièrement l’émergence de ces TVC autonomes, au moyen d’un programme régulier de subventions qu’il a institué dès le début des années 1970. Dynamique et encouragé, ce modèle québécois des TVC autonomes a longtemps été une référence mondiale en termes de prise en charge citoyenne de l’information et de la communication.

8Autonomes, les TVC ? L’expression a ses limites, il faut l’admettre puisque, contrairement à leurs cousines, les radios communautaires, les TVC ne sont pas détentrices d’une licence de radiodiffusion, mais se retrouvent plutôt sous la gouverne de celle du câblodistributeur. Conscientes du fait que le siège de l’autonomie, c’est d’abord dans la tête, depuis les années 1970, les TVC autonomes ont régulièrement fait des représentations auprès du CRTC pour qu’il crée une catégorie de licence spécifique à la télévision communautaire et, ainsi, qu’elles s’affranchissent complètement de la tutelle des entreprises de câble. Ce à quoi l’organisme de réglementation s’est toujours refusé, jusqu’à ce qu’il leur entrouvre finalement la porte en 2002.

9À l’image des groupes populaires des années 1970 et 1980, la mission de la TVC visait à redistribuer le pouvoir de la parole et de la communication. L’accès aux moyens de communication était un droit pour tous, les opinions des petites gens valaient autant que celles des bien-pensants. On affirmait alors que chacun pouvait avoir accès aux outils de la télévision, apprendre à manier la caméra, fabriquer une émission et la voir diffuser à la télévision. Et même, pourquoi pas, la présenter dans des assemblées de cuisine, là où le câble ne se rendait pas. L’objectif visé était de prendre part aux débats, de les provoquer même. On vivait dans une culture du risque, où les non-dits se faisaient entendre. La télévision communautaire, tout comme le privé, était politique et ses artisans en étaient fiers !

10Avec une approche aussi populaire venait également le petit côté amateur qui les caractérise encore. Parce que, non seulement les travailleurs y ont appris leur métier sur le tas, émission par émission, mais, en plus, ils faisaient appel à des gens dont ce ne serait jamais le métier. Dans les TVC les plus militantes, autant derrière que devant la caméra, il y avait un refus du glamour, de l’artifice. Ni technicien professionnel ni communicateur professionnel, ce qui était recherché, c’était l’action citoyenne, l’authenticité ! Les solidarités étaient claires et englobaient une majorité de gens, les Monsieur-Madame Tout-le-Monde étant plus nombreux que les élites locales.

3. SORTIR DE LA MARGE

11Avec le temps, au fil des ans, à mesure que les TVC prenaient de l’expérience et que leur place au petit écran se confirmait et se consolidait, les façons de faire se sont raffinées. La télévision ayant des codes, il ne servait à rien de se marginaliser. Déjà, dans les années 1980, nous avions envie de faire de la belle télévision, mieux organisée mais tout aussi engagée. Les équipements de montage sont devenus plus précis, les plans d’émission aussi. Les programmations ont été structurées, l’éclairage s’est rajouté. Les artisans des TVC se sont donné de la formation en animation, en journalisme, en réalisation. Les TVC ont élargi leur mandat en développant davantage la dimension de « télévision de service ». Elles ont également agrandi leurs champs d’intervention pour répondre aux besoins de communication et de visibilité de l’ensemble de la communauté locale : les groupes sportifs, les paroisses, les représentants économiques, les institutions publiques. Plusieurs TVC, telles que TV-CO à Baie-Saint-Paul, sont devenues avec les années plus professionnelles, jouant davantage un rôle de média local. Certaines, comme la TVC de la région de l’amiante, à Thetford-Mines, ont introduit un volet d’information et recherché des compétences journalistiques.

  • 2 En 1987, le ministère des Communications du Québec se retire complètement du financement des journ (...)

12De 1987 à 1996, le désengagement financier du gouvernement du Québec2 les a aussi forcées à déployer leurs capacités entrepreneuriales et à marchander certains services pour assurer leur propre survie. La production de vidéos d’entreprises, la tarification de certains services, la location d’équipement, la copie de cassettes, la vente de commandite locale (un domaine hautement réglementé par le CRTC), la diffusion de vœux de Noël, le recours aux téléthons et l’introduction des télé-bingos ne sont que quelques-uns des moyens de financement que les TVC ont dû mettre en place.

13Évidemment, la recherche de rendement commande la qualité, la stabilité, le professionnalisme. C’est beau quand c’est bien fait. Et de plus, c’est sérieux. On ne peut plus faire n’importe quoi. Dans le secteur de la télévision, la concurrence est féroce, on peut se faire zapper d’un simple coup de pouce. Et la multiplication des chaînes dans le marché de la télévision est allée bon train et de pair avec la multiplication des maisons de production. Dans les années 1990, on a assisté à la création de plus en plus de compagnies de production télévisuelle. Elles ont pointé leurs caméras vers d’autres horizons, ont raffiné les expertises, ont fait appel aux nouveaux outils de production, sans cesse plus performants. Les budgets de production ont donc augmenté et le nombre de convives autour de l’assiette au beurre publicitaire a explosé. En télévision, c’est bien connu, il y a de l’argent à faire pour quiconque veut jouer à ce jeu. Pour cela, il faut jouer dur. Il faut faire preuve d’originalité, réinventer sans cesse les genres pour ensuite les cloner. Les entreprises commerciales de câblodistribution, de diffusion par satellite et, maintenant, de téléphonie, déploient inlassablement la toile de leurs nouvelles technologies sans cesse renouvelées, mettent à contribution tous leurs outils de promotion afin de faire adhérer des hordes d’abonnés. Et pour que les gens soient prêts à payer, il faut que ce soit attrayant !

14Dans un tel marché, les TVC ont-elles leur place ou, plus exactement, est-ce leur place ? Peut-on encore laisser les ondes à ceux dont ce n’est pas le métier ? Peut-on encore laisser des bénévoles, remplis de bonne volonté mais de peu d’expérience, prendre le micro, la caméra, et produire leur propre émission de télévision ? Peut-on encore afficher un visage amateur même si nous y mettons tout notre cœur ? Est-ce encore possible ? Et dans quelle proportion ?

4. LA QUÊTE DU SENS

15Depuis quelques années, dans le milieu de la télévision communautaire mais aussi fréquemment dans le discours des câblodistributeurs, la notion de qualité est devenue le maître mot. Les erreurs techniques, l’inexpérience, l’amateurisme sont maintenant des tares qu’il faut éradiquer. Ça fait petit, ça fait pauvre, ça fait communautaire. Mais surtout, ça fait peur aux commanditaires. Désormais, pour faire de la télévision, il faut produire des émissions dans des formats standards. Il faut aussi des émissions bien montées, des diplômés et des gestionnaires de carrière. On ne peut plus se permettre de laisser Monsieur-Madame Tout-le-Monde produire ou prendre la parole sans que ce soit scénarisé et bien peigné. L’authenticité à la télévision, ça ne peut plus être improvisé ! En cette ère impitoyable de la performance qui est la nôtre, il n’y a pas de temps à perdre ni de risque à courir. L’erreur n’a plus sa place.

16Alors, où est cette place qui permet l’essai, l’inexpérience, le non-conforme ? Que faut-il faire avec les canettes cabossées, les pommes piquées et les carottes « croches » ? Il ne s’agit pas de nier qu’il est important de produire des émissions ayant un niveau minimal de qualité : on n’attire pas les téléspectateurs avec du vinaigre. Par contre, il est possible de penser que plus on professionnalisera les ondes, plus on éloignera les non-professionnels de la télévision communautaire, plus la maîtrise de cet outil de communication populaire se restreindra à ceux qui savent faire de la télévision. Comme avant, comme dans l’ancien temps. N’y a-t-il pas un danger que, en cherchant à resserrer leurs normes et en calquant celles qui président au marché sacré de la télévision, les TVC réduisent les possibilités d’accès à ceux qui voudraient participer. Dans ces conditions, quel rôle réserve-t-on à Monsieur-Madame Tout-le-Monde ? À qui reviendra le privilège de se servir des ondes ? La télévision est un outil puissant, un instrument de pouvoir. Le pouvoir, ça vaut de l’or. Même en région. L’or, ça vaut de l’argent, en région aussi. L’argent, ça mène le monde. Même dans le communautaire.

17Bien sûr, les TVC ont besoin d’argent, pour subsister d’abord, pour réaliser leurs projets ensuite. L’argent ne tombe pas du ciel. Il faut travailler fort pour le gagner. Tout le monde manque d’argent, les hôpitaux, les écoles, les soupes populaires, les médias communautaires, jusqu’au gouvernement ! Il faudra faire des choix, établir des priorités. La télévision communautaire est-elle une priorité pour la société québécoise ? Quelle est donc son utilité alors qu’elle est enclavée dans sa région, captive du câble ?

18La télévision du XXIe siècle est désormais d’envergure planétaire. Internet a pris le relais pour répondre aux besoins de communication citoyenne et l’écran d’ordinateur est le nouveau rendez-vous qui permet l’expression des paroles progressistes. Les technologies de production télévisuelle sont maintenant à la portée de presque tous les porte-monnaie et permettent l’éclosion d’une création originale portée par de jeunes vidéastes. Nombre de familles possèdent leur caméra numérique et chaque chaîne de télévision populaire diffuse une émission hebdomadaire de drôles de vidéos. Même nos chats peuvent se voir faire des gaffes sur les réseaux nationaux de télévision.

19Soutenu par cette explosion de nouvelles technologies de production accessibles à quiconque, le noble objectif « soixante-dizard » de démocratisation de la communication serait-il donc atteint, voire dépassé ? Il est permis d’en douter. Bien sûr, la télévision offre aujourd’hui à ses téléspectateurs plus d’occasions de donner leur opinion, de transmettre des idées, de signifier leurs désaccords. Bien sûr, l’accès à plus d’informations a permis à ceux qui accèdent aux médias de développer leur esprit critique. Les tribunes téléphoniques et les boîtes de courriels pour téléspectateurs leur offrent de nouveaux canaux d’expression et d’influence.

5. LE CHOIX OBSTINÉ DE L’ACCESSIBILITÉ

20La démocratisation de la communication réfère plus exactement à la présence et à la possibilité pour les gens des collectivités d’habiter eux aussi l’espace de la communication télévisée. La télévision est une fenêtre sur nos réalités, le miroir de nos réalités, nous en avons encore besoin ajourd’hui. Nous avons le même besoin de communication qu’il y a 30 ans, le même besoin d’être en relation les uns avec les autres. C’est la raison pour laquelle la télévision communautaire dans les régions est encore une priorité. Une TVC accessible, qui permet aux citoyens de générer les contenus, de manipuler les appareils, de toucher aux pitons et de tenir bien en main les destinées de leur télévision. C’est une tâche exigeante qui demande qu’on se batte pour elle.

21Comme les artisans de la TVC se sont déjà battus contre la dérive d’affaires de Vidéotron quand sa direction a décidé d’évincer la TVC des ondes pour faire place à son Canal Vox. On se souviendra qu’au lendemain de la déréglementation du CRTC, en 1998, qui libérait les câblodistributeurs de plusieurs des obligations liées au canal communautaire, Vidéotron a entrepris de faire prendre à son canal communautaire un grand virage professionnel. Affichant sa nouvelle image de marque, le Canal Vox, Vidéotron a cherché à faire de la programmation communautaire un véhicule promotionnel d’entreprise. Du coup, près d’une dizaine de TVC autonomes et de communautés locales se sont vu retirer l’accès aux ondes du canal communautaire. Une grande partie de la programmation a alors été déterminée et produite à Montréal et diffusée dans toutes les régions où Vidéotron était établi. C’est grâce à la pression populaire que le CRTC a imposé à Vidéotron de surseoir à ce projet et qu’il a, lui-même, entamé une révision de sa propre réglementation au début des années 2000.

  • 3 Cadre stratégique des médias communautaires, Avis public de radiodiffusion, CRTC 2002-61.

22Par ailleurs, le principe d’accessibilité à la télévision communautaire n’a pas fini de nous faire travailler. Cette fois, ce sera pour étendre son rayonnement. En effet, en 2002, la révision réglementaire du CRTC3, rafraîchissant ainsi sa Politique relative au canal communautaire, est une source de changements significatifs. Alors que la câblodistribution est le siège de diffusion originel des TVC depuis plus de 30 ans, le Conseil a enfin admis formellement leur existence et, ce faisant, a créé une nouvelle catégorie de licence propre aux TVC. Cet instrument d’émancipation leur permettra, outre la diffusion par câble, de diffuser également par le biais d’antennes de faible puissance. Les TVC pourront ainsi prendre la route de l’autonomie complète, avec tout ce que cela implique de responsabilités et de zones inconnues. C’est un grand saut que les TVC auront à faire. Ça élargit complètement leur perspective. Ça donne le vertige. Plusieurs y songent, certaines évaluent déjà les moyens à prendre pour y accéder, mais ce n’est pas pour tout de suite et toutes ne le feront pas. Cela demande de la prudence, des connaissances techniques, notamment en termes de télédiffusion hertzienne, et l’ajout de personnel qualifié. Le tout nécessitera, on s’en doute, des moyens financiers très importants.

23On le voit, la question du financement revient sans cesse. L’assiette publicitaire est sursollicitée et les gouvernements, on le sait, n’ont pas beaucoup de deniers à donner aux TVC. Le gouvernement fédéral n’offre aucune mesure de financement aux télévisions communautaires, autres que les sempiternels programmes d’emplois. Du côté des administrations régionales et locales, leur participation tient principalement à des projets ponctuels ou à l’achat de services bien précis tels que la retransmission de leurs séances publiques. Quant au ministère de la Culture et des Communications du Québec, l’enveloppe de subvention du Programme d’aide aux médias communautaires (PAMEC), rétablie en 2000, est à peine plus grande qu’une peau de chagrin, couvrant à peine 10 à 12 % des besoins actuels d’une TVC.

24Qui plus est, plus ça va, plus le gouvernement veut des garanties de rendement. Sur le grand échiquier des priorités, qui seront les gagnants ? Ceux qui jouent le mieux des coudes ? Au jeu des beaux yeux ? À qui est le plus professionnel ? À la meilleure part de marché ? À qui saura se prêter aux règles impitoyables de la concurrence ? Dans les régions où les TVC sont implantées, quand viendra le temps de faire un choix, c’est entre tous les médias communautaires, télévisions, radios et journaux communautaires, que devra choisir le gouvernement.

25Où en sommes-nous dans nos solidarités ? Est-ce qu’elles se tissent encore ou nous glissent-elles entre les doigts ? Ce rêve de solidarité qui a présidé autrefois à la création de nombre de TVC, comme de nombreux autres groupes communautaires, est-il relégué à l’état de relique folklorique ? Solidarité entre citoyens, pour qui l’accès aux ondes est un droit inaliénable, solidarité entre organismes, entre médias communautaires dans le respect de nos différences. Sur la liste de nos priorités, est-il encore possible de placer nos solidarités en avant des considérations financières ?

26S’il est important de lier de nos jours la télévision communautaire à cette idée de solidarité à haute résolution, c’est parce que la solidarité sera l’ingrédient principal pour assurer notre avenir. C’est de l’idée de la solidarité qu’est issue notre existence. En matière de médias communautaires, il nous faut toujours tenir à notre rêve d’origine.

Annexes

ANNEXE 5.1.

TABLEAU DES 44 TELEVISIONS COMMUNAUTAIRES DU QUEBEC EN EXPLOITATION EN 2005 (NOMS, REGIONS ET VILLES D’IMPLANTATION)

TVC

Régions et villes

1) Télévision de la Mitis

Bas Saint-Laurent (01) Mont-Joli

2) TVC Kamouraska

Bas Saint-Laurent (01) Saint- Pascal

3) TVC du Témiscouata

Bas Saint-Laurent (01) Cabano

4) TVC Vallée-de-la-Matapédia

Bas Saint-Laurent (01) Amqui

5) Société d’information Lac-Saint-Jean (TVC Dolbeau-Mistassini)

Saguenay-Lac-Saint-Jean (02) Dolbeau-Mistassini

6) TVC de Roberval

Saguenay-Lac-Saint-Jean (02) Roberval

7) TVC de Normandin

Saguenay-Lac-Saint-Jean (02) Normandin

8) Télévision d’ici

Québec (03) Côte-de-Beaupré

9) TVC de Saint-Raymond-de-Portneuf

Québec (03) Saint-Raymond-de-Portneuf

10) TVC Vents et Marées (Charlevoix-Est)

Québec (03) La Malbaie

11) TVC Charlevoix-Ouest

Québec (03) Baie-Saint-Paul

12) TVC de Frontenac

Montréal (06) Montréal (Tours Frontenac)

13) TVC de Buckingham

Outaouais (07) Buckingham

14) CCTV 13 Canal de télévision communautaire

Abitibi-Témiscamingue (08) Témiscaming

15) TVC d’Amos Région

Abitibi-Témiscamingue (08) Amos

16) TV Témis

Abitibi-Témiscamingue (08) Notre-Dame-du-Nord

17) CK Munotairinc.

Abitibi-Témiscamingue (08) Macamic

18) Télévision régionale de la Haute-Côte-Nord

Côte-Nord (09) Les Escoumins

19) TVC de Colombier

Côte-Nord (09) Colombier

20) TVC du Littoral

Côte-Nord (09) Forestville

21) Radio-télévision communautaire Havre-Saint-Pierre

Côte-Nord (09) Havre-Saint-Pierre

22) TVC de la Péninsule

Côte-Nord (09) Chute-aux-Outardes

23) TVC Chapais-Chibougamau

Nord du Québec (10) Chapais

24) Télé Forillon (TVC de Gaspé)

Gaspésie/îles-de-la-Madelaine (11) Gaspé

25) TVC de Grande-Rivière

Gaspésie/îles-de-la-Madelaine (11) Grande-Rivière

26) Télé-Soleil

Gaspésie/îles-de-la-Madelaine (11) Mont-Louis

27) Télé-Sourire

Gaspésie/îles-de-la-Madelaine (11) Petite-Vallée

28) TéléVag

Gaspésie/îles-de-la-Madelaine (11) Saint-Godefroi

29) TVC de la région de l’Amiante

Chaudière-Appalaches (12) Thetford Mines

30) TVC de Beauceville

Chaudière-Appalaches (12) Beauceville

31) TVC de Saint-Victor

Chaudière-Appalaches (12) Saint-Victor

32) CTRB-TV Berthierville

Lanaudière (14) Berthierville

33) TVC Saint-Gabriel-de-Brandon (CTB inc.)

Lanaudière(14) Saint-Gabriel-de-Brandon

34) Télévision régionale des Moulins

Lanaudière (14) Mascouche

35) TVC Laurentides-Lanaudière

Laurentides (15) Mont-Tremblant

36) Corporation de télécommunautaire comté Labelle

Laurentides (15) Mont-Laurier

37) TVC du Grand Saint-Jérôme

Laurentides (15) Saint-Jérôme

38) TVC d’Argenteuil

Laurentides (15) Lachute

39) Corporation de télédiffusion du Grand Châteauguay

Montérégie (16) Châteauguay

40) TVC Rive-Sud (TCBV)

Montérégie (16) Saint-Hubert

41) TVCVallée-du-Richelieu

Montérégie (16) Belceil

42) TVC Waterloo

Montérégie (16) Waterloo

43) TVC de l’Érable

Centre-du-Québec (17) Plessisville

44) TVC des Bois-Francs

Centre-du-Québec (17) Victoriaville

Notes

1 Câblovision, Câble Laurentien, Beauce Distribution, Câblo G inc., Vidéotron, Vidéo Déry, Cogéco, etc.

2 En 1987, le ministère des Communications du Québec se retire complètement du financement des journaux et des télévisions communautaires autonomes. Ce désengagement durera dix ans.

3 Cadre stratégique des médias communautaires, Avis public de radiodiffusion, CRTC 2002-61.

Auteur

Agente de recherche et de développement à la Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec depuis juin 2003. S’implique depuis 25 ans dans le développement et la défense de la télévision communautaire dans sa région et au Québec. Coordonnatrice de la Télévision communautaire des Bois-Francs (TVCBF) de 1990 à 2001. Membre du groupe fondateur de la Fédération des TVC autonomes du Québec en 1998.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search