Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 2. Médias indépendants au Québec (presse, télévision et radio)

4. La presse écrite indépendante québécoise : état de la situation

Jean-Marc Fontan

Texte intégral

  • 1 Sous la direction de Jean-Marc Fontan (novembre 2001). Regards croisés sur la presse alternative a (...)

1En 2001, nous avions réalisé une recherche sur le thème de la presse écrite indépendante québécoise1. Avec le recul, il nous semble aujourd’hui intéressant de vérifier si la situation décrite dans cette étude est toujours la même. Plus précisément, il s’agit de voir si, pour la presse écrite indépendante québécoise, il se pose des constats différents ou de nouveaux défis par rapport aux trois enjeux que nous avions observés et relevés en 2001.

2Par presse écrite alternative, nous entendons l’ensemble des initiatives qui se démarquent des médias écrits de masse par :

  • les urgences, aspirations et besoins dont elle traite (identitaire, communautaire, idéologique) ;
  • la nature de son contenu qui se veut plus politique et qui s’occupe du non-dit, de l’occulté par les médias de masse ;
  • une diversité de types de projets médiatiques (format, contenu, styles, périodicité) ;
  • un environnement artisanal à gestion démocratique, une relative indépendance financière et l’insertion dans un marché solidaire.

3Cette presse repose sur une tradition médiatique contemporaine riche et innovante – très liée aux mouvements sociaux –, une capacité insertive, formative, créative qui se renouvelle constamment, un rapport tendu à l’économie qui se traduit par une précarité économique et une tension évidente face à la marchandisation (publicité ; gratuité), une richesse sociale marquée par le don de soi, laquelle est propice au réseautage et à la militance et enfin par une performance duale partagée entre le recours aux standards éditiques de la presse de masse et les standards éditoriaux de la pensée critique (altermondialisation, néolibéralisme).

4Le premier enjeu portait sur la délicate question de la reconnaissance par le législateur du secteur de la presse écrite indépendante. Selon le constat qui se dégageait au moment de l’étude, la reconnaissance du travail réalisé par les artisans et les artistes de la presse écrite indépendante n’était pas du tout une chose acquise. Notre analyse indiquait que dans un monde où la concentration de la presse engendre un déficit d’information, souvent au prix d’une désinformation, le travail quasi souterrain réalisé par la presse écrite indépendante ne représentait pas pour l’État une action devant être appuyée de façon particulière. L’absence de reconnaissance politique rendait alors difficile l’existence des médias écrits indépendants les plus progressistes et posait le défi des innovations à mettre en place pour assurer leur viabilité économique.

5Le deuxième enjeu concernait la question de la diversité des horizons idéologiques au sein même de ce qui se dit indépendant. Notre recherche indiquait bien que la presse écrite indépendante est constituée d’un foisonnement d’univers, riches en imaginaire, précaires dans leur quotidien et surtout en situation quasi continue de renouvellement des idées et de mise en questionnement des pratiques. Dès lors, cet enjeu posait le défi de voir se développer un ou des projets qui proposeraient à un public large un discours indépendant, par exemple par la création d’un journal ou d’une revue à grand tirage.

6Le troisième enjeu abordait la question du projet démocratique porté, au sein des médias écrits indépendants, par l’ensemble des médias écrits alternatifs. Nous avions observé que ce projet se définissait à partir d’une multitude de propositions, toutes aussi intéressantes les unes que les autres, sans avenue apparente de possible convergence. Nos travaux nous ont permis de voir que le grand projet démocratique qui anime la modernité occidentale constitue l’ossature justificatrice à partir de laquelle les artisans et les artistes de la presse écrite alternative puisent leur énergie et leur légitimité d’action afin de réaliser des activités qui relèvent profondément du don de soi et du don collectif.

7Dans un premier temps, nous présentons le cadre de la recherche conduite en 2001 et surtout nous faisons état de la réflexion à partir de laquelle nous avons dégagé les enjeux et les défis qui se présentaient pour la presse écrite indépendante. Dans un deuxième temps, nous nous penchons sur la période actuelle où nous tentons, à partir de quelques éléments d’observation sur l’évolution récente de la presse écrite indépendante, de mettre à jour nos constats de 2001.

1. FAITS SAILLANTS DE L’ÉTUDE DE 2001 SUR LA PRESSE ÉCRITE INDÉPENDANTE AU QUÉBEC2

  • 2 Cette section reprend les grandes lignes du document synthèse (Fontan, 2001) des trois rapports de (...)
  • 3 Pour illustrer le caractère progressiste des médias indépendants, nous avions étudié dix médias in (...)

8Précisons d’abord que par la formulation « presse écrite indépendante », nous entendons l’ensemble des médias utilisant les moyens écrits traditionnels de publication pour produire et diffuser un contenu informationnel qui se démarque de celui produit par les médias écrits de masse. Cette presse se distingue par la nature de son contenu. Elle est généralement porteuse d’une mission visant la promotion d’une identité territoriale, sectorielle ou communautaire. En son sein, se retrouvent des médias plus critiques, plus engagés, plus militants. De façon globale, la presse écrite indépendante s’occupe du non-dit ou du non-couvert par les grands médias commerciaux3.

TABLEAU 4.1. Portrait approximatif de la presse indépendante québécoise en 2000

Presse écrite

Presse électronique

Communautaire

103

2

Progressiste

18

17

Ethnique

8

0

Étudiante

56

7

Syndicale

4

0

Hebdomadaire

35

0

Source : Tremblay, M., 2001 :14.

9Cette presse indépendante regroupe, au sein d’un spectre large de tendances politiques, un ensemble hétérogène de projets médiatiques. À un extrême du spectre, nous retrouvons des projets privilégiant une information vouée au développement d’une communauté territoriale locale ou identitaire (La Gazette populaire ; Le Jumelé). À l’autre extrême, nous retrouvons des organisations spécialisées dans la diffusion d’une information sectorielle (syndicale, satirique, environnementale ou anarchiste) très campée sur le plan politique (L’aut’Journal ; Le Couac ; Rebelles). Cette presse écrite se définit avant tout en fonction d’un projet, d’une intention, ou d’une finalité sociale ou politique avant d’être un projet économique.

10La presse écrite indépendante se dit et se veut autonome face aux grands conglomérats de la presse de masse. Ce qui ne veut pas dire qu’elle le soit en termes financiers. Elle est généralement gérée par une forme de propriété participative où le projet démocratique occupe souvent, mais pas toujours, une place importante. Cette presse est généralement autogérée au sein d’une structure organisationnelle fondée sur la démocratie participative. À l’image du défunt média Recto Verso, la forme organisationnelle participative suppose la présence d’un conseil d’administration et d’une équipe de travail sous la direction d’une personne directement redevable audit conseil. Dans certains cas, un comité exécutif assure un soutien constant à la gestion du média et des comités ad hoc sont formés pour appuyer la réalisation de certains projets ou initiatives (souvent autour de campagnes de financement ou d’activités spéciales de promotion ou de diffusion).

11Enfin, la presse écrite indépendante regroupe un ensemble d’attributs que l’on qualifie d’artisanaux. Artisanat au sens où les personnes qui œuvrent à la produire sont des artisans et artisanes de l’information. Les journalistes doivent en effet toucher à divers sujets et réaliser différentes tâches entourant la vie au quotidien du média (production des articles ; gestion et administration du projet ; promotion). En comparaison, les professionnels des médias de l’information de masse œuvrent au sein de grandes manufactures et conglomérats de l’information, où les tâches sont segmentées et spécialisées et où une équipe de spécialistes voit à toutes les opérations liées à la vie quotidienne du média. Cette presse artisanale dispose de moyens et de ressources limités, ce qui n’enlève rien à la qualité du produit.

12Au sein de ces médias indépendants, il est clair qu’il n’y a pas de consensus sur la définition ni sur le libellé que nous utilisons pour qualifier la presse indépendante. Nous avons associé dans cette définition des médias écrits qui ne disent pas nécessairement faire partie de la même famille ou de la même appellation. Certains se disent ou se disaient communautaires (journal Le Haut Saint-François) ; étudiants (Le Fameux) ; alternatifs (Alternatives) ; ou encore progressistes (Rebelles).

1.1. Une tradition bien ancrée

  • 4 Voir André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, tome 1 :1764-1 (...)

13Le fait que la presse, en général, et la presse écrite, en particulier, se concentrent entre les mains de quelques grands propriétaires commerciaux ayant une vue bien précise et limitée du type d’information à présenter à la population a pour conséquence que des besoins en information sont non comblés auprès du grand lectorat. Il s’ensuit un déficit informationnel, une réduction de la possibilité de rendre accessible à grande échelle de l’information pertinente pour appuyer le processus de prise de décision démocratique dans la société. Cette réalité de besoins non comblés, d’aspirations non satisfaites, a favorisé, depuis au moins les deux derniers siècles sur l’espace québécois, l’émergence de projets médiatiques proposant de se démarquer de l’information de masse (Vindicator ; Le Coin du feu ; Quartier Latin ; L’Action universitaire)4. Depuis au moins une cinquantaine d’années, une partie de cet « espace informationnel non comblé » est occupée par de petits médias libéraux dits locaux ou identitaires. Une autre partie est investie par des médias dits alternatifs voulant faire de l’information dans l’optique de changer les choses et d’apporter un point de vue critique (Recto Verso ; Relations ; La Vie en rose).

14Au Québec, la tradition portée par la presse écrite indépendante est historiquement traversée par un ensemble de tendances plus ou moins liées à des mouvements sociaux, à des tendances culturelles ou à des courants politiques :

  • communautarismes libéral ou progressiste
  • humanismes chrétien ou laïc
  • analyse critique dans la tradition de l’École de Francfort
  • anarchismes individualiste ou collectiviste
  • avant-gardismes social ou culturel
  • socialismes et communismes de différentes tendances
  • écologismes ou environnementalismes
  • anticonsumérismes
  • végétarismes
  • cultures émergentes
  • cultures sexuées, etc.

15Depuis une vingtaine d’années, au sein de la presse écrite indépendante, la presse alternative se définit généralement en opposition au néolibéralisme. Il s’agit d’une opposition qui s’inspire des traditions socialistes et anarchistes du XIXe siècle et dont le projet porte en partie (pour les moins radicaux) sur la consolidation ou le renouvellement de la social-démocratie. La presse alternative québécoise est donc caractérisée par un discours politisé se démarquant par ses principes, ses idées, ses valeurs et ses comportements qui questionnent les normes courantes et les élites au pouvoir.

16Le portrait de la presse écrite indépendante québécoise de 2001 révèle la présence, au sein de celle-ci, d’une tradition forte, d’une vitalité organisationnelle faisant montre d’innovation, et d’une capacité continue de renouvellement. Cette presse écrite s’habille de formats très diversifiés (du tabloïd au format revue) et s’adresse, par la vente ou la gratuité, à un lectorat très spécialisé ou composé de « petits publics ».

17Ce n’est donc pas le fait d’être un « mini-média » qui donne à cette presse sa couleur indépendante, mais bien le fait de présenter un point de vue nuancé à l’égard du produit et du contenu informationnel diffusé par les médias de masse. Ces derniers ont adopté un point de vue libéral fortement centré sur la défense de l’ordre social établi. Leur mode de fonctionnement indique aussi une volonté et témoigne d’un intérêt à dire oui au processus de concentration de la propriété privée. L’intégration de cette presse au sein d’autres filières économiques crée un phénomène de convergence rendant difficile la diffusion d’une information critique sur l’actualité. Ce dernier point ne veut pas dire qu’il n’existe aucune information critique au sein de certains médias de la presse écrite de masse, mais que cette information est inégalement présentée, souvent noyée dans des publireportages ou des publicités. Le positionnement critique au libéralisme au sein des médias de masse est faiblement valorisé, pour ne pas dire fortement dévalorisé, par la politique éditoriale. Si positionnement critique il y a, il se situe la plupart du temps dans le cadre même du système libéral qui est défendu, soit pour mieux vendre des produits, soit pour dénoncer des pratiques sociales jugées inadéquates par les élites.

1.2. Un univers où cohabitent richesse du don de soi et précarité économique

18En 2001, la presse écrite indépendante regroupe au sein des médias étudiés des journalistes salariés, des bénévoles, des annonceurs et un lectorat bien particulier dans le cadre d’organisations à but non lucratif (OBNL) ou d’entreprises privées. Le projet médiatique lié à des entreprises privées n’a pas été abordé par notre étude.

19La presse indépendante à but non lucratif est généralement gérée à partir d’une structure participative. Cette presse dépend beaucoup du don de soi de journalistes militants et de bénévoles. Elle dépend aussi d’un sentiment d’appartenance de son lectorat à la ou aux causes défendues par le média indépendant (investissement collectif dans une cause : le féminisme, le consumérisme responsable, l’écologie, etc.). Ces éléments constituent un autre aspect de la précarité observée au sens où la survie du média dépend de conditions très spécifiques de fidélisation d’un lectorat et d’un bénévolat. Lorsque le sentiment d’appartenance du lectorat s’étiole, le média voit à la fois s’effriter la base de son lectorat et fondre le nombre de bénévoles impliqués dans la réalisation de ses activités.

20Cette double précarité, à la fois de nature économique et dans le projet politique porté ou soutenu, fait en sorte que les médias de la presse écrite indépendante ont souvent une durée de vie éphémère (parution de moins de quatre numéros par exemple). Lorsque la longue durée est au rendez-vous, ce qui est le cas par exemple de la revue Relations qui existe depuis 1941, il y a tout avantage, pour le milieu de la presse indépendante, à essayer de déterminer, ce qui n’est pas encore fait, les conditions qui favorisent cette pérennisation.

21La précarité dans laquelle se trouve placée la presse écrite indépendante fait en sorte que l’équipe de travailleurs ou d’artisans qui produit le média constitue le noyau dur des ressources mobilisées par le projet. Cette équipe assume principalement le « poids » de la survie de l’organisation. Cette équipe est petite. Elle fait état d’un fort taux de roulement des ressources humaines mobilisées. Au sein de la presse écrite indépendante, notre impression est donc que le gros du travail repose souvent sur les épaules d’un noyau restreint de personnes, lequel est partagé entre des bénévoles et un ou une journaliste qui assume la direction du média.

22Fait important à noter, les artisans et les artisanes de la presse écrite indépendante se définissent plus souvent comme des militants, moins souvent comme des journalistes et certainement pas comme des entrepreneurs. Notre regard extérieur nous permet de statuer que le travail accompli par ces artisans et artisanes relève certes du métier de journaliste, mais que l’immense travail accompli pour faire survivre leur projet médiatique requiert et met en scène des compétences différentes de l’entreprenariat libéral et proches de l’entreprenariat social. Il s’agit moins de faire porter le projet sur les habiletés et le charisme d’une personne, mais bien de mobiliser un réseau pour appuyer la réalisation du projet. Il s’agit aussi d’un entreprenariat qui tient compte de préoccupations sociales dans la facture du produit. Nous tenons à préciser qu’il s’agit d’un entreprenariat social au sens où le projet défendu répond avant tout à des impératifs sociopolitiques : en termes de valeurs et d’objectifs poursuivis (informer sur la réalité régionale en fonction des intérêts de la population par exemple ; ou encore, défendre une cause identitaire, territoriale ou écologique). Les impératifs socioéconomiques, bien qu’importants, sont considérés de façon secondaire (un moyen et non une fin). Le fort taux de roulement des ressources à l’intérieur du média écrit indépendant s’explique aussi par le fait que ces médias attirent souvent des personnes qui sont en début de carrière professionnelle. Leur implication bénévole ou salariée leur permet d’être formées « au métier ». Les médias indépendants constituent donc pour plusieurs un tremplin, un mécanisme propice à leur insertion au travail.

23Bien que la presse écrite indépendante baigne dans un environnement de précarité, cela n’empêche pas les artisans qui s’en réclament de s’adapter au virage des nouvelles technologies de communication et d’information. D’ailleurs, un des enjeux de la survie de cette presse passe actuellement par l’utilisation d’Internet, non pas pour remplacer l’information que cette presse diffuse sur un support traditionnel, le papier, mais pour compléter ce type de produit par de l’information présentée sur un support dit virtuel. L’utilisation d’Internet est souvent perçue comme un complément et un prolongement « naturel » au support papier (la revue Relations par exemple).

1.3. Le financement de la presse écrite indépendante en 2001

24Les médias écrits indépendants québécois disposent de sources de revenus partagées entre un financement organisationnel, des ventes par abonnements, des subventions gouvernementales et la vente de publicité. Ces médias tirent souvent profit d’un financement public lié au soutien de la mission de base du média : l’information. Les autres types de financement public sont alloués pour la réalisation de projets particuliers développés par un média pour lancer une intervention visant à former ou insérer des personnes sur le marché du travail, ou pour appuyer la création d’emplois dans une optique de lutte à la pauvreté.

25Le recours à la publicité n’est pas toujours bienvenu au sein de la presse écrite indépendante reliée à une organisation à but non lucratif, et quand il l’est, toutes les formes de publicité ne sont pas acceptées. La publicité ne constitue qu’une partie du financement des journaux écrits alternatifs. Elle représente souvent moins de 20 % du budget du média.

26Règle générale, les médias québécois ne disposent pas d’un code de déontologie formel en matière de publicité qui définirait ce qui est permis ou non d’annoncer, ou encore les raisons pour accepter ou refuser un placement de publicité. Les médias écrits indépendants semblent attirer les faveurs d’annonceurs locaux, sociaux, publics, culturels et associatifs. Au Québec, l’État, par ses ministères ou sous la forme d’annonces commandées par des élus, est souvent présent dans les publicités insérées dans les journaux écrits indépendants.

27Outre la vente de publicité, les médias écrits indépendants proposent à des partenaires des vitrines pour présenter ou faire la promotion de leurs activités. Rappelons, par exemple, le fascicule publié dans Recto Verso sur l’économie sociale, lequel était produit par le Chantier de l’économie sociale. Le contenu du média permet ainsi la promotion de causes ou d’actions sociales. Même si le fait de promouvoir une cause n’apporte souvent aucun revenu publicitaire au média, s’agit-il là d’une forme de publicité indirecte ? Où commence et où finit l’espace publicitaire ? Cette réalité renvoie-t-elle à l’existence d’un marketing social qui reposerait sur des bases autres que le marketing libéral ?

1.4. Continuité et rupture de la presse écrite indépendante en 2001

28Le portrait de la presse écrite indépendante révèle la situation paradoxale dans laquelle se trouvent placés ces médias. Dans un premier temps, il est clair que la presse écrite indépendante, même si elle ne se situe pas dans le marché des médias dits libéraux, est fortement influencée par les avancées technologiques et les mouvances rédactionnelles présentes dans la presse libérale. Le fait d’être en périphérie ou en marge de celle-ci ne protège pas les journaux alternatifs d’une tendance au mimétisme, d’une certaine forme de « normativité » qui serait imposée par le centre occupé par les médias écrits libéraux (dans le sens où des pressions sont exercées par le lectorat pour que soient respectés les standards techniques et rédactionnels tant sur le plan de la qualité du support de l’information que de l’information elle-même).

29Dans un deuxième temps, il est tout aussi clair que la presse indépendante qui n’est pas privée évolue au sein d’un marché différent de celui de la presse libérale, un marché que nous qualifions non pas de libéral mais de « marché social ou solidaire » qui répond à une logique territoriale, identitaire ou politique. Chaque média tend à définir son existence par un projet distinct qui lui assure un créneau pour la diffusion de son information. Le fait d’être indépendant n’élimine donc ni le problème de la concurrence, tant avec la presse libérale qu’avec les autres médias alternatifs, ni le problème de la rentabilité sociale ou économique du projet porté.

30Lorsque le « marché social » gravite autour d’une communauté représentée par une organisation centrale – une communauté culturelle, religieuse ou un regroupement de communautés ; un syndicat ou un regroupement de syndicats – ou à partir d’un territoire, une communauté locale par exemple, la survie du média dépend alors du dynamisme socio-économique propre à cette communauté.

31Lorsque le « marché social ou solidaire » gravite autour d’un mouvement social fortement centré sur de nouvelles valeurs, du type des mouvements sociaux qui sont apparus à partir des années i960 (femmes, droits sociaux, environnement, paix, etc.), la survie du média dépend de la qualité du lien (légitimité, crédibilité, qualité de l’information, etc.) qui s’établit avec les membres du mouvement.

32Dès lors, dans ces deux cas de figure quand les situations de soutien s’estompent et que s’effrite la relation privilégiée entre une cause politique et un média défendant cette cause, ce dernier doit faire face à une crise de positionnement. Pour survivre, si telle est l’intention de l’équipe qui l’anime, le média procède généralement à une nouvelle mobilisation de ressources pour renouveler son lectorat et ses bénévoles. Le média peut alors être diffusé gratuitement, et il sera ainsi lié à un lectorat hétéroclite plus ou moins concerné par le projet global du média.

33À partir du moment où un média opte pour la gratuité, il développe un type particulier de relation avec le lectorat, puisque ce dernier n’a pas à entrer dans un rapport marchand pour se le procurer. La question de l’impact de la gratuité sur la nature de la relation entre le lectorat et le média est fort complexe. Pour survivre, le média gratuit, à moins d’être financé par un mécène complètement détaché de tout intérêt individuel ou d’entreprise, n’a d’autre choix que de recourir à plus de publicité ou à plus de subventions gouvernementales.

2. ÉVOLUTION RÉCENTE DE LA PRESSE ÉCRITE INDÉPENDANTE

34L’étude exploratoire que nous avons réalisée en 2001 a certes des limites, mais elle nous a permis de relever l’importance qu’il y a à approfondir la recherche sur les médias écrits indépendants. Le peu d’informations que nous avons regroupées représente à peine « la pointe de l’iceberg » des connaissances à rassembler sur la question. C’est donc dire que le sujet est riche, délaissé et qu’il y a encore beaucoup à faire et à explorer. Il serait donc approprié de mobiliser des ressources pour conduire une étude exhaustive sur l’évolution de la presse écrite indépendante québécoise.

35En quelques années, la situation des médias écrits indépendants a relativement peu changé. Au sein de la grande famille des médias écrits indépendants, la situation est différente entre les médias écrits communautaires à vocation privée ou relevant de l’économie sociale, qui composent la majorité de la presse indépendante, et les médias écrits alternatifs.

36Pour mieux saisir la réalité récente de la presse écrite indépendante, il faudrait entreprendre une étude en profondeur qui nous permettrait de poser un regard évaluatif plus rigoureux que ce que nous avons pu faire à partir de la recherche conduite en 2001. Une telle recherche pourrait porter entre autres choses sur l’analyse des situations organisationnelles et institutionnelles observées au sein de la presse écrite indépendante, tant en ce qui a trait aux modes juridiques de constitution qu’aux missions poursuivies, aux éléments ayant trait aux relations de travail et aux modalités démocratiques de gouvernance mises en scène par ces organisations.

37La recherche pourrait aussi porter sur l’analyse des contenus pour mieux cerner la façon dont est traitée l’information : thèmes, angles d’analyse, méthodes de captation et de traitement de l’information. Enfin, un des volets de la recherche pourrait porter très spécifiquement sur la socio-économie de ce secteur, sur la situation économique des médias écrits indépendants, sur leur rapport à la publicité, au publi-reportage et sur l’incidence qu’ils exercent sur la santé socio-économique du territoire ou du secteur qu’ils desservent.

38La grande force de la presse écrite indépendante repose sur l’aspect mobilisateur que représente son projet. Cette force nous fait dire, et telle est depuis 2001 notre hypothèse de travail, qu’il existe un marché solidaire pour une information critique eu égard au modèle libéral de développement. Dès lors, si les forces progressistes, de gauche, éclairées, avant-gardistes, anarchistes ou autres pouvaient minimalement s’entendre sur un média écrit à grand tirage, nous pensons qu’il serait tout à fait envisageable de faire paraître un quotidien écrit alternatif au Québec en concertant les efforts et les ressources à la disposition de la presse indépendante. Cela constituerait un premier pas pour réduire le déficit d’information critique au sein de notre société.

39De nos jours, la situation de la presse indépendante se présente de la façon suivante. Il y aurait pas moins de 86 médias communautaires au Québec. Le tiers d’entre eux utilisent le Web pour présenter leur produit médiatique. Ce dernier est écoulé sous différentes formes, du tabloïd hebdo au magazine mensuel, entre 220 et 71 000 copies, en fonction d’une mission territoriale (locale ou régionale) ou identitaire au sein de l’espace national, c’est-à-dire centrée sur des questions ou des préoccupations présentes au sein du territoire national. Cette presse écrite indépendante comprend aussi sept journaux, trois revues et six médias Internet (cyberpresse) qui se disent alternatifs. La presse écrite alternative se veut et se dit préoccupée par des questions nationales mais aussi par des thèmes et des enjeux relevant de l’international.

  • 5 Voir le site Internet du CMAQ : <www.cmaq.net>. Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ) est un point d</www> (...)
  • 6 Voir le site Internet du Réseau des médias alternatifs (RMA) : <http://reseaumedia.info>. Le RMA se définit comme un espace</http> (...)

40À noter que depuis 2001 nous avons assisté à la disparition de plusieurs médias alternatifs – dont Recto Verso et Rebelles –, à l’apparition de nouveaux médias – la revue Aube et la revue À Bâbord ! par exemple –, à la disparition du réseau Altermédia-Qc (1999), et à l’apparition de nouveaux réseaux, tels le Centre des médias alternatifs du Québec (1999), qui s’est converti à l’open source en 20015, et le Réseau des médias alternatifs (2003)6. C’est donc dire que malgré l’environnement précaire qui caractérise tant les médias indépendants dits communautaires qu’alternatifs, il y a capacité de rebondissement et d’innovation.

41En ce qui concerne les enjeux et les défis de la presse indépendante québécoise, et plus particulièrement de la presse tant communautaire qu’alternative, l’état de la situation indique des avancées et des reculs. La question de la concentration et de la convergence au sein des médias de masse est encore plus aiguë qu’elle ne l’était en 2001 puisque concentration et convergence sont à la hausse. L’indépendance des médias de masse face aux grands intérêts commerciaux de firmes multinationales devient de plus en plus difficile à assurer étant donné la mainmise du grand capital, non seulement sur la majorité des médias écrits et électroniques mais aussi sur la formation de grandes chaînes. De grands journaux, de grandes stations de radio et de grandes chaînes de télévision se trouvent ainsi sous la même coupe financière.

  • 7 Voir le site Internet d’Indymédia : <www.indymedia.org.fr>. Indymédia est un collectif regroupant des organisations de m</www> (...)

42Comment réagir ? L’alter-concentration est-elle une solution ? Faut-il aussi envisager la concentration et une certaine mise en convergence au sein de la presse indépendante ? Les questions peuvent être posées et certaines avancées sont observables en termes de mise en relation, comme dans le réseau Indymedia7 par exemple.

43La question de la reconnaissance politique et publique témoigne d’une avancée par rapport à 2001, puisqu’il est sans cesse question de l’importance de soutenir une presse indépendante, et que la survie de la démocratie en dépend ! Toutefois, force est de constater que les gouvernements, tant fédéral que provincial, sont très frileux sur ce point et bougent peu pour assurer à la presse indépendante un cadre de financement adéquat.

44La question de la reconnaissance sociale ou solidaire révèle aussi de bonnes intentions de la part de la population en général, des mouvements sociaux et des groupes sectoriels (groupes de femmes, syndicats, économie sociale, environnement, communautés identitaires, mouvement communautaire, etc.). Toutefois, là encore, les bonnes intentions ne se traduisent pas en termes de politiques et d’outils communs (agence de presse ; agence de communication en marketing social ; agence de publicité à vocation social-démocrate ; média commun). Est-ce possible, souhaitable, envisageable ? Nous pensons que oui, en autant que plus de travail soit fait au nom de l’intérêt général, et non, de l’intérêt particulier. Ceci permettrait minimalement de doter le Québec d’un grand journal quotidien progressiste, d’assurer l’existence de journaux et de revues sectoriels, bref de rendre possible une expression nuancée et critique sur le vivre-ensemble au sein de la société québécoise et avec les autres grandes communautés de la planète.

45Nous disposons maintenant d’outils très sophistiqués pour réaliser une presse qui soit plus critique. Ces outils rendent possible le déploiement d’une idéologie plurielle qui serait non cadenassée par l’utopie utilitariste voulant faire du marché et de ses lois de rentabilité économique le passage obligé de toute initiative sociale. Ce dernier point soulève la question des partenariats à tisser entre les mouvements sociaux, entre de grandes organisations sociales afin de s’entendre non seulement sur des outils communs mais aussi sur des pressions communes à exercer sur l’État et sur le marché pour faire passer en priorité le projet d’une presse indépendante.

46Si tout le monde s’entend pour reconnaître et proclamer l’importance d’une presse indépendante pour favoriser un réel vivre-ensemble au sein des espaces international, national, régional et local, il importe de se donner collectivement les moyens pour que cette réalité prenne forme autrement que dans la précarité. Il ne s’agit certes pas d’empêcher l’existence d’une presse indépendante informelle, il s’agit de défendre l’existence d’une presse indépendante qui puisse être à la hauteur des défis et des ambitions qu’elle s’est donnés et qui sont largement reconnus comme indispensables au bon fonctionnement d’une société démocratique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beaulieu, André et Jean Hamelin (1973). La presse québécoise des origines à nos jours, tome 1 :1764-1859, Québec, Presses de l’Université Laval.

Buono, Yolande (1980). Imprimerie et diffusion de l’imprimé à Montréal, 1776-1820, mémoire de maîtrise en bibliothéconomie, Montréal, Université de Montréal.

Cauchon, Francis, sous la direction de Jean-Marc Fontan et de Lina Trudel (2001). Recto Verso ; cinquante ans d’histoire, Montréal, Service aux collectivités et Observatoire montréalais du développement.

Fontan, Jean-Marc (sous la direction de) (novembre 2001). Regards croisés sur la presse alternative au Québec et le magazine Recto Verso, Service aux collectivités de l’UQÀM, 149 p.

Garneau, Jean-François et Mylène Tremblay (2001). Regards croisés sur dix journaux alternatifs québécois et européens, Montréal, Service aux collectivités et Observatoire montréalais du développement.

Tremblay, Mylène, sous la direction de Jean Marc Fontan et de Lina Trudel (2001). Portrait de la presse alternative au Québec : de l’engagement politique aux préoccupations socioculturelles, 30 ans d’évolution (1970-2000), Montréal, Service aux collectivités et Observatoire montréalais du développement.

Lamonde, Yvan (décembre 1974). « La recherche sur l’histoire de l’imprimé et du livre québécois », p. 405-414, dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. XXVIII, no 3.

Notes

1 Sous la direction de Jean-Marc Fontan (novembre 2001). Regards croisés sur la presse alternative au Québec et le magazine Recto Verso, Service aux collectivités de l’UQÀM, 149 pages. L’équipe avec laquelle j’ai travaillé en 2001 était composée de Lina Trudel, du Service aux collectivités de l’UQÀM, et des étudiants de maîtrise de la même institution, Francis Cauchon, Jean-François Garneau et Mylène Tremblay.

2 Cette section reprend les grandes lignes du document synthèse (Fontan, 2001) des trois rapports de l’étude menée sous la direction de Jean-Marc Fontan et de Lina Trudel, par Francis Cauchon (2001), Recto Verso : cinquante ans d’histoire, Montréal, Service aux collectivités et Observatoire montréalais du développement ; Mylène Tremblay (2001), Portrait de la presse alternative au Québec : de l’engagement politique aux préoccupations socioculturelles, 30 ans d’évolution (1970-2000), Montréal, Service aux collectivités et Observatoire montréalais du développement ; JeanFrançois Garneau et Mylène Tremblay (2001), Regards croisés sur dix journaux alternatifs québécois et européens, Montréal, Service aux collectivités et Observatoire montréalais du développement.

3 Pour illustrer le caractère progressiste des médias indépendants, nous avions étudié dix médias indépendants dits alternatifs en 2001 : six médias québécois, à savoir Droit de parole, L’aut’journal, L’Itinéraire, La Gazette populaire, Le Journal du Haut Saint-François, Le Mouton Noir ; et quatre médias européens dits alternatifs : Le Courrier (Suisse) ; L’Objectif (Suisse) ; C4 (Belgique) ; Marianne (France).

4 Voir André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, tome 1 :1764-1859, Québec, Presses de l’Université Laval, 1973 ; Yolande Buono, Imprimerie et diffusion de l’imprimé à Montréal, 1776-1820, mémoire de maîtrise en bibliothéconomie, Montréal, Université de Montréal, 1980 ; Yvan Lamonde, « La Recherche sur l’histoire de l’imprimé et du livre québécois », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 28, no 3, déc. 1974, p. 405-414.

5 Voir le site Internet du CMAQ : <www.cmaq.net>. Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ) est un point de rencontre physique et une plate-forme virtuelle d’information indépendante et alternative. Le CMAQ se présente comme : 1) un lieu de convergence des médias alternatifs et des journalistes indépendants ; 2) un lieu démocratique d’échange et de réflexion, par et pour les citoyens ; 3) un carrefour d’échange et de services ; 4) un outil d’éducation populaire, entre autres, par l’organisation d’ateliers sur les moyens de trouver ou de diffuser l’information alternative en utilisant les nouveaux médias et l’organisation de rencontres, de conférences, de projections vidéo sur des thèmes divers (mondialisation, changements climatiques, commerce équitable, etc.) ; 5) un lieu de mobilisation permettant de mettre la réflexion en pratique. Le principe de publication ouverte (open publishing) a été mis de l’avant pour la première fois par les Independant Media Center (IMC) à Seattle en 1999. Sur la base de ce principe, tout citoyen ou toute organisation indépendante qui souhaite diffuser de l’information, mettre en relief une analyse critique, promouvoir un événement ou simplement fournir une couverture alternative des événements en cours, trouve dans l’exercice de la presse ouverte un outil précieux et inédit.

6 Voir le site Internet du Réseau des médias alternatifs (RMA) : <http://reseaumedia.info>. Le RMA se définit comme un espace d’alternatives médiatiques et de solidarité entre journaux, radios, collectifs télé/vidéo et cybermédias indépendants québécois. Le portail du RMA offre quotidiennement une information libre, à laquelle les internautes peuvent contribuer de différentes façons. Le RMA a été créé dans une visée claire de changement social qui s’effectue, entre autres, par la diversification des modes de fonctionnement et de la production de contenus dans les médias. Le réseau entend démontrer par sa structure et sa composition plurielle, une implication active dans les luttes pour une société juste, solidaire, égalitaire, participative et diversifiée. En mai 2005, le RMA comptait vingt-quatre membres :
• Presse écrite : À Bâbord !, Aube, L’aut’journal, Conjonctures, Le Couac, Hors Champ, L’Itinéraire, Alternatives, Le Mouton noir et Relations ;
• Radios : CHOQ, CIBL, CINQ, CISM et CRUT ;
• Télé/vidéo : Les Lucioles ; Télé sans frontières, Télévision communautaire des BoisBois-Francs ;
• Internet : CMAQ, Cybersolidaire, Le Périscope, La Tribu du verbe, Unseulmonde.ca et ZOMBIE.

7 Voir le site Internet d’Indymédia : <www.indymedia.org.fr>. Indymédia est un collectif regroupant des organisations de médias indépendants et des centaines de journalistes cherchant à offrir une couverture non marchande, à partir de la base. Son objectif est de produire démocratiquement des récits radicaux, exacts et passionnés sur la réalité.

Auteur

Professeur au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal. Membre du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES). Codirecteur, avec Nancy Neamtan, du Chantier de l’économie sociale, de l’Alliance de recherche universités communautés en économie sociale (ARUC-ÉS). Ses recherches portent principalement sur les mécanismes de reconversion industrielle mis en œuvre par des organisations de la société civile en milieu métropolitain.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search