Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 1. Indépendance des médias, diversité et démocratie au Québec

3. Éducation citoyenne, démocratie et médias

Claude Béland

Texte intégral

1Les États généraux sur la réforme des institutions démocratiques, en février 2003, ont permis de constater la profondeur du cynisme d’une large part des citoyens et citoyennes à l’égard des pratiques démocratiques dans les institutions publiques et politiques du Québec. En certains milieux, les citoyens ricanaient à entendre définir la démocratie « comme étant le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple », tel que le proclamait jadis le président des États-Unis, Abraham Lincoln. Ils n’en croient rien. Tout comme les citoyens au temps de la Révolution française et de la renaissance de la démocratie, ils ont plutôt conscience de vivre dans un système dans lequel une minorité domine la majorité ; l’égalité non seulement des droits – mais aussi l’égalité des chances – est bafouée ; la fraternité (ou la solidarité) est encore à venir.

  • 1 À ce sujet, voir l’étude de l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP) publiée dans la (...)

2La participation électorale, tant sur le plan fédéral que provincial, municipal et scolaire, est en perte de vitesse. Bon nombre baissent les bras, ne votent plus1 et se soumettent à la fatalité des inégalités qui seraient inhérentes à la condition de l’être humain. D’autres voudraient agir, mais en sont incapables – à défaut de connaissances ou d’informations – et sont impuissants devant les fortes influences du corporatisme, des forces de la concentration tant du capital que des informations. Lorsqu’ils ont l’occasion d’exprimer leur vision, comme dans le cadre des consultations préalables aux états généraux sur la réforme des institutions démocratiques à l’automne 2002 et au début de 2003, alors que les neuf membres du comité directeur de cet événement ont tenu 27 séances publiques dans 20 villes du Québec, les citoyens et citoyennes souhaitent majoritairement un retour à une démocratie par laquelle la participation citoyenne est institutionnalisée.

3Autrement dit, la démission citoyenne à l’égard des affaires de l’État ne tient pas uniquement à des pratiques démocratiques qui, pour plusieurs, sont des simulacres de démocratie mais aussi aux effets négatifs d’une mondialisation économique dont les promoteurs annonçaient de grands bienfaits pour l’humanité, tels que la création de nouvelles richesses profitant à tous et une occasion pour tous les producteurs du monde d’avoir accès aux marchés mondiaux. Des bienfaits, toutefois, qui tardent à se manifester et qui contribuent au sentiment d’impuissance en croissance.

1.EFFETS DE LA RUPTURE DE L’ÉQUILIBRE ENTRE LES POUVOIRS ÉCONOMIQUES, POLITIQUES ET CIVILS

  • 2 Voir Michel Beaud. Le basculement du monde, Paris, La Découverte, 2000, 306 p.

4Aujourd’hui, les effets de la révolution technologique rapprochent non seulement les continents et les peuples, mais aussi et surtout les marchés. Nous assistons, sous l’effet de l’accélération de la mondialisation, à une rupture de l’équilibre entre le pouvoir économique, politique et civil. Nous assistons à une nouvelle révolution et à un véritable « basculement du monde2 » ! Les influences dominantes sont puissantes. En voici quelques exemples.

  • 3 Voir Hans-Peter Martin et Harald Schumann, Le piège de la mondialisation, Arles, Solin/Actes Sud, (...)

5Sur le plan culturel et identitaire, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, plus de 500 satellites actifs répandent sur la planète Terre les signaux radio de ce qu’on appelle « la modernité ». Des images uniformes, sur plus d’un milliard d’écrans télévisés, nourrissent les mêmes envies et portent les mêmes messages pratiquement partout sur la planète. Jamais autant de monde n’a reçu en même temps les mêmes messages et, subtilement, la propagande de valeurs telles que la passion du marché, l’individualisme, le consumérisme. Pour la première fois de son histoire, l’humanité est unie par une imagination commune3. Plus de 90 millions de personnes ont déjà régulièrement recours au réseau Internet et ce nombre augmente d’un demi-million chaque semaine ! Une invitation en somme à devenir des « citoyens du monde ».

  • 4 Voir Jean Ziegler, Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Paris, Fayard, 2002, (...)
  • 5 Change : opération qui consiste à vendre ou à échanger des valeurs, notamment la monnaie d’un pays (...)

6Sur le plan de la finance, les marchés financiers s’internationalisent. Ils sont devenus si puissants qu’on les qualifie de « nouveaux maîtres du monde4 ». La finance internationale a connu une croissance phénoménale : le montant des transactions sur les marchés des changes (là où s’échangent les devises) a quintuplé entre 1980 et 2000 pour atteindre 1600 milliards de dollars américains par jour !5 Ces transactions n’ont aucun rapport avec le financement de la production et des échanges de biens et de services : ils sont la source de larges profits provenant de la spéculation. D’après le Bureau des règlements internationaux (BRI), le montant des transactions financières internationales est 50 fois plus important aujourd’hui que la valeur du commerce international portant sur les marchandises et les services. La finance est ainsi largement déconnectée de la production. Ce qui est nouveau ! En même temps, l’épargne s’est délocalisée. En conséquence, l’épargne est de moins en moins au service du développement local. Alors que l’internationalisation de la finance donnait lieu à l’espoir d’une meilleure allocation des ressources financières entre les pays, les tendances sont contraires. La finance internationale profite essentiellement aux pays les plus riches !

7Sur le plan commercial, la nouvelle ouverture des frontières a permis aux entreprises qui en avaient les moyens de conquérir de nouveaux marchés. De là l’apparition de concurrences nouvelles, de plus en plus coriaces, qui obligent les entreprises locales et régionales à se protéger afin de conserver leurs acquis. En conséquence, on assiste à une vague de fusions d’entreprises, d’alliances, de partenariats et surtout d’acquisitions. Mais aussi à une vague de fermetures d’usines et aussi à de nombreuses délocalisations. Les entreprises cherchent à se donner plus de muscles pour affronter la concurrence et s’inscrivent dans la lutte pour le profit à tout prix. Le Small is beautiful est remplacé par le Bigger is better !

  • 6 Voir le Rapport sur le développement humain, Bruxelles, DeBoeck Université, 1999, p. 3 et 38-39.

8Sur le plan des valeurs, ce sont les valeurs individuelles qui dominent. Chacun cherche à protéger ses acquis : les uns, leurs entreprises, les autres, leurs emplois. Les valeurs économiques prennent toute la place. Sous l’effet de la mondialisation, nous assistons aussi à une grande concentration de la richesse. L’écart de revenu entre le cinquième des êtres humains vivant dans les pays les plus riches et le cinquième des êtres humains vivant dans les pays les plus pauvres est passé de 30 à 1 en 1960, à 60 à 1 en 1990 pour atteindre 74 à 1, en 19976.

  • 7 Jean Ziegler, op. cit.

9Sur le plan politique, les gouvernements de la plupart des pays – sauf ceux qui en profitent – subissent aussi les effets de la mondialisation. Les marchés financiers que Jean Ziegler qualifie de « nouveaux maîtres du monde7 » dictent maintenant les règles du jeu.

10Sur le plan environnemental, l’économie devenue prioritaire, il devient de plus en plus difficile de concilier développement économique et protection de l’environnement. Au cours des années 1980, dans le monde, les compagnies d’assurances ont été sollicitées, annuellement, pour 50 catastrophes naturelles. Or, au cours des années 1990, on relevait environ, non pas 50, mais 125 grands événements dévastateurs par année reliés à des changements environnementaux. Et les coûts sont astronomiques !

11Bref, l’ouverture des marchés, l’interdépendance étroite des économies de tous les pays, la libre circulation des capitaux, la suppression des barrières tarifaires douanières et des réglementations et l’intensification du commerce et du libre-échange n’apportent pas au monde la richesse promise et l’assurance du mieux-être du plus grand nombre. Au contraire, à ce jour, l’expérience de la mondialisation démontre que l’interdépendance de plus en plus étroite des économies de tous les pays est plutôt une dépendance de la plupart des États aux États les plus puissants faisant partie du fameux Groupe des Huit (G8).

12Nous savons maintenant que la suppression des tarifs douaniers, si elle existe entre certains territoires, n’existe pas entre tous les pays. Les nations les plus puissantes n’hésitent pas à empêcher l’entrée sur leur territoire de produits trop concurrentiels. Ici au Canada, nous avons en mémoire le dossier du bois d’œuvre et celui de la vache folle.

13Nous savons que pour des raisons de sécurité liées au terrorisme international, la libre circulation des personnes, dont nous avons tant parlé comme étant un des effets positifs de la mondialisation, est de plus en plus contrôlée.

  • 8 Voir Ignacio Ramonet, Nouveaux pouvoirs, nouveaux maîtres du monde, Montréal, Fides, coll. « Les G (...)

14Or, comme l’écrit Ignacio Ramonet, directeur du journal mensuel Le Monde diplomatique : « Ces conditions de liberté absolue des marchés sont aussi utopiques et aussi dogmatiques que l’ambition révolutionnaire de l’égalitarisme absolu.8 »

2. PENSER UN AUTRE MONDE : ÉDUCATION CITOYENNE, OUTIL DE LA CITOYENNETÉ ET DE LA DÉMOCRATIE

  • 9 Voir William F. Fisher et Thomas Ponniah, Un autre monde est possible : le Forum social mondial, P (...)

15En divers points du globe, tels le Brésil, Seattle, Londres, Paris, Québec et combien d’autres, des groupes de citoyennes et de citoyens réagissent à ces tendances et manifestent leurs désaccords, convaincus qu’un « autre monde est possible9 ». Ils savent surtout qu’ils ne peuvent attendre la manne espérée de cette mondialisation des marchés, constatent que leur avenir est entre leurs mains et qu’ils sont et seront, chacun dans leur milieu de vie, responsables de leur propre destin. Les effets de cette « mondialisation » font naître, un peu partout sur la planète, une mouvance qui exprime le désir des peuples vivant dans des régimes officiellement démocratiques d’obtenir le droit à la participation politique et le droit de faire entendre leur voix de manière effective.

16C’est dans ce contexte que se discutent, depuis déjà quelque temps, les questions de l’éducation citoyenne, de l’éthique, de l’amélioration des compétences civiques, de la démocratie, du pouvoir des citoyennes et des citoyens, de la diversité de l’information, de la citoyenneté, du désir de « mieux vivre ensemble ».

17C’est dans ce contexte également qu’au Québec, l’expression citoyenne au moment des états généraux réclame la mise en place d’une démocratie davantage participative. Les citoyens ne veulent plus confier LE pouvoir aux élus sans pouvoir intervenir en cours de mandat. Ils souhaitent très majoritairement, pour le futur, une démocratie qui combine la démocratie directe et la démocratie participative afin que la sphère politique soit revitalisée en permettant à la population de s’impliquer davantage. Bon nombre d’entre eux découvrent que les règles de gouvernance démocratique qu’ils pratiquent dans des associations privées (coopératives, mutuelles, syndicats, organisations à but non lucratif), dont les fondements sont l’égalité des droits, la participation, la solidarité et aussi, à certains égards, le bénévolat, sont aussi possibles au sein des institutions démocratiques de l’État. Tous ceux-là connaissent les mérites d’une démocratie directe lorsqu’il s’agit d’adopter la constitution ou les statuts fondamentaux de leur organisation ou lorsqu’il s’agit d’évaluer le travail de leurs élus. Or, pourquoi n’en serait-il pas ainsi lorsqu’il s’agit des institutions politiques ? Ces citoyens ne veulent plus de ces disparités entre les pratiques démocratiques de leurs organisations privées et celles des institutions publiques.

  • 10 Efficience : capacité de rendement, performance ; efficacité : qualité d’une chose qui produit l’e (...)

18D’autres, pour leur part, témoins du changement, constatent que cette notion de gouvernance démocratique et participative s’impose progressivement afin d’appréhender les nouveaux mécanismes du monde contemporain, lesquels invitent à apporter les réformes nécessaires aux organisations nationales et régionales afin de les rendre plus efficaces. De nos jours, les politiques des gouvernants se modifient au gré des évènements planétaires et sont, à court terme, imprévisibles. Les États sont contraints de prendre des décisions non annoncées dans leurs programmes ou lors de leurs campagnes électorales. Ils sont de plus soumis aux forces des marchés financiers, ce qui impose le respect de ce que certains économistes appellent la règle des trois E : l’économie, l’efficience et l’efficacité10. À cette règle des trois E, les citoyens veulent en ajouter deux autres, soit l’équité et l’éducation.

19De toute évidence, au Québec, ces citoyennes et citoyens, déçus des pratiques démocratiques contemporaines, veulent des changements. Ils souhaitent un nouveau mode de scrutin où chaque vote compte et qui favorise une meilleure représentation des femmes, des jeunes et des communautés culturelles à l’Assemblée nationale. Ils souhaitent également :

  • la mise en œuvre de mesures d’initiative populaire ;
  • la création d’espaces publics permettant des débats politiques non partisans aux fins d’éducation aux affaires de l’État et d’information.
  • 11 Voir John Rawls, Collected Papers, Cambridge, Harvard University Press, 1999, p. 579-580. Professe (...)

20En somme, la démocratie en termes de scrutin et d’élections est beaucoup trop étroite et exige une voie beaucoup plus large aux fins, comme l’écrit John Rawls, de « l’exercice de la raison publique11 » puisque le concept fondamental d’une démocratie est fondé sur la délibération et le débat.

21Plus globalement, les citoyens, au moment des états généraux, ont souhaité fortement que la priorité soit accordée à l’éducation citoyenne. Ils craignent et déplorent l’influence du grand capital, des grandes corporations, des grands syndicats, des mouvements puissants malgré les lois sur le lobbyisme, l’influence du corporatisme sur les élus et les fonctionnaires. Ils déplorent également la concentration des médias et son influence souvent néfaste sur la pensée et l’opinion des gens. À leur avis, la conception élitiste de la démocratie ne convient plus. Ils espèrent la démocratisation de la démocratie et la multiplication des sources d’information nécessaires à la participation démocratique.

22En mars 2003, le rapport du Comité directeur des états généraux sur la réforme des institutions démocratiques a fait écho à ces revendications. Or, peu de suite a été donnée à ses recommandations jusqu’à ce jour. Autrement dit, cette volonté populaire clairement exprimée n’a pas fait contrepoids à la volonté des élus. Ni probablement contrepoids aux forces du capital, du corporatisme, des grands réseaux de ceux qui préfèrent monopoliser le contrôle des influences à exercer sur les représentants de l’État.

  • 12 Par exemple, les commissions Pépin-Robarts et Laurendeau-Dunton dont les recommandations n’ont pas (...)

23En fait, ce n’est pas nouveau. Ces débats sur l’éducation citoyenne, l’éthique, la démocratie, la réforme des institutions démocratiques, le mode de scrutin, le corporatisme, la concentration et la diversité des médias, le lobbyisme, sont à l’ordre du jour depuis déjà longtemps, non seulement des groupes de citoyens mais aussi des partis politiques, sans que soit apportée quelque amélioration ou solution. On se souvient tous, par exemple, des commissions chargées de faire des recommandations sur la question constitutionnelle12 ou encore des recommandations de groupes de citoyens relativement à la décentralisation des pouvoirs vers les régions. La plupart du temps, ces recommandations, malgré le sérieux de la démarche citoyenne et la volonté forte exprimée, ne font pas le poids face aux pouvoirs du corporatisme, comme nous le disions plus avant.

24On peut en dire autant lorsqu’il s’agit de la question de la concentration des médias. Combien de recommandations par différents comités ou commissions d’enquête ont été publiées, commentées, diffusées au cours des dernières années ? Même des hauts dirigeants politiques, tels que Claude Ryan par exemple, pourtant vu comme l’un des gardiens des valeurs libérales au Québec, à l’occasion d’un séminaire organisé par le Centre d’études sur les médias de l’Université Laval et le Conseil de presse du Québec, en novembre 2002, proposa que :

  • 13 Voir Michel Venne, dans Le Devoir du 16 novembre 2002.

[...] les gouvernements prennent des mesures légales pour imposer des limites à la concentration de la propriété de la presse et investissent des montants d’argent considérables pour soutenir la naissance et le développement de nouveaux titres afin d’assurer la diversité de l’information13.

25Aucune suite n’a été donnée à cette proposition.

  • 14 Armande Saint-Jean, professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke, a présidé le Comité consei (...)

26Quelques mois plus tard, le Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information, présidé par Madame Armande Saint-Jean, professeure à l’Université de Sherbrooke, déposait son rapport final14 et soumettait 12 recommandations en vue d’assurer la diversité médiatique et de faire contrepoids à la concentration des médias écrits et électroniques au Québec. Encore là, peu de suites y furent données. Au contraire : les tendances à une plus grande concentration n’ont guère cessé depuis.

27Lorsqu’il s’agit de concentration de l’information, la puissance des magnats des médias est évidente. Ils ont l’appui du capital, de réseaux, et l’audience d’une large part de la population. Ils s’inscrivent fort bien dans ces tendances creusées par les effets d’une gouvernance mondiale qui appuie ces efforts de création d’une plus grande richesse qu’on n’arrive pas à partager. Ces magnats de l’information ont aussi le soutien des grands annonceurs qui paient le gros prix pour atteindre autant de gens ! Ce qui fait comprendre que malgré les dizaines ou centaines de personnes qui participent activement à la lutte contre la concentration de la presse et la lutte en faveur d’une information citoyenne de qualité et diversifiée, malgré le fait qu’une bonne partie de la population est en attente d’une offre informationnelle plus variée, les législateurs, d’une part, ne bougent guère et la grande majorité des consommateurs, d’autre part, continuent à consommer ce qui leur est offert par les grandes entreprises médiatiques et à négliger l’offre des diffuseurs indépendants et de petite taille ! Pourtant, acheter, c’est voter !

28La solution viendra-t-elle de ceux qui détiennent le pouvoir politique ? Nous pouvons en douter. Pourtant, le gouvernement du Québec pourrait imiter des gouvernements comme ceux des pays Scandinaves qui, contrairement au Canada, financent non pas les grands tirages, mais les petits, justement pour soutenir la diversité de l’information. Il y aurait là une solution possible. Mais celle-ci apparaît utopique dans cette mouvance guidée par une pensée unique proclamée par les promoteurs d’un vigoureux néolibéralisme qui réclame moins d’interventions de la part de l’État. Par une législation ? Il est également permis d’en douter. Alors, où est l’espoir ?

3. CONTRE-POUVOIR CITOYEN

  • 15 Voir William F. Fisher et Thomas Ponniah, page 13, Un autre monde est possible, Paris, Paragan, 20 (...)
  • 16 Voir Michael Albert, page 168, L’élan du changement, Écosociété, 2004,174 p. Cette expression « cu (...)

29L’espoir réside dans la création d’un certain contrepoids – ou contre-pouvoir. Comme l’ont entrepris d’ailleurs des groupes, dans plusieurs coins de la planète, en vue de contrer les effets négatifs de la mondialisation de l’économie par l’instauration d’une démocratie participative et la permanence d’une éducation citoyenne. Mythe, disait-on au début. Pourtant, ces groupes font progresser leur idée et recrutent de plus en plus de militants. Ils ont même réussi la création du Forum social mondial, lequel est la tentative la plus prometteuse à ce jour de création d’un espace dans lequel les groupes de la société civile de toutes les parties du monde peuvent apprendre à mieux se connaître et approfondir leur connaissance des processus de la mondialisation néolibérale, prévoir des actions collectives et le développement des solutions de rechange à l’ordre mondial actuel15. Ce forum a d’abord été pensé en 1996 comme une alternative au Forum économique de Davos, en Suisse, et a été présenté pour la première fois à Porto Alegre, au Brésil, en 1999. Un forum devenu depuis annuel et qui fait contrepoids au Forum annuel de Davos. Les deux forums sont différents : le premier déborde d’une foule innombrable de participants tandis que le second est réservé à une petite élite, soit les grands financiers et les grands marchands de ce monde, protégés par des gardes armés. Le contraste entre la chaleur brésilienne et la neige suisse est symbolique et reflète l’opposition entre les deux stratégies politiques. Le Forum social mondial n’est pas uniquement un lieu de palabre et de dénonciations. Il sert plutôt à guider l’action des promoteurs d’un meilleur monde et contribue à vaincre « ce culte de l’impotence16 », cette pernicieuse idéologie, aujourd’hui dominante, selon laquelle les tendances du monde nouveau sont incontournables et sont un destin contre lequel il serait illusoire et inutile de se battre. Au contraire, ces forums annuels sociaux aident à mobiliser.

30Dans la préface à l’édition française du livre de Michael Albert, un des chefs de file de ces mouvements, Normand Baillargeon écrit :

  • 17 Michael Albert, op. cit., Préface de Normand Baillargeon.

On ne peut ni ne doit se contenter de répéter la litanie bien connue de son auditoire privilégié sur les misères du monde et il faut articuler une vision de ce qu’il serait possible et souhaitable de réaliser. Avoir un modèle, comme nous y invite Michael Albert. Avoir un programme concret et positif à proposer17.

31En fait, il s’agit d’unir la puissance des producteurs, des distributeurs, des écologistes, des défenseurs de la qualité de vie et de la nature, des défenseurs de la liberté de la presse, de la diversité de l’information et surtout des consommateurs, afin de créer un contre-pouvoir intéressant pour ceux qui légifèrent et gouvernent.

32L’espoir et l’avenir résident donc dans le regroupement des forces citoyennes. Un tel regroupement peut se concrétiser par la création d’associations, d’entreprises, de coopératives, de mutuelles, d’organisations fraternelles, de comités de citoyens ou encore d’organismes à but non lucratif réunissant des gens qui partagent tous le même projet : celui de se créer, chez eux, une société prospère, c’est-à-dire une société où chacune et chacun a une place et un rôle à jouer, en toute dignité et en toute citoyenneté. Il s’agit de réunir en somme tous ceux et toutes celles qui savent, dans leur for intérieur, que la qualité de vie, la construction d’un milieu de vie qui les rassemble et leur ressemble ne réside pas dans l’attente de la manne de la mondialisation de l’économie mais dans l’effort collectif de chacun et de chacune à réaliser le projet de société que nous souhaitons. Ce qui exige de tous un effort quotidien, non pas seulement en dénonciations ou démonstrations, mais en actions concrètes, en faisant l’effort constant de vivre, de penser, de consommer et de dépenser.

33Tant et aussi longtemps que les citoyens et citoyennes ne décideront pas, en nombre croissant, de bâtir ce contre-pouvoir, ceux qui détiennent le pouvoir – le pouvoir de capital, le pouvoir politique, le pouvoir du réseautage, le pouvoir médiatique – chercheront toujours à développer et diffuser une pensée unique tendant à convaincre de la générosité de leur projet. Ce projet mise sur la passion des marchés au lieu de la passion du mieux-être des populations ainsi que sur la lutte et la médiatisation des succès individuels et ignore les succès sociaux et collectifs. Ces lieux de pouvoir chercheront moins à informer les gens qu’à les influencer, les émouvoir, entre autres en se servant des médias qui les représentent abondamment. Et tant et aussi longtemps que les citoyens et citoyennes ne seront pas mieux informés sur les véritables enjeux sociaux, politiques, économiques et culturels, ils se laisseront émouvoir, ils feront des choix que leur suggèrent les sondages ou les images que veulent bien projeter des détenteurs du pouvoir dans l’espace public et médiatique. Plus aussi se développera l’individualisme, cette lutte pour la vie au lieu de l’union pour la vie.

34Pourtant, rien ne peut résister à l’action collective. Cette force de milliers de gens, engagés dans le même projet, est la plus grande force qu’on peut imaginer ! Ici au Québec, l’histoire nous rapporte des exemples éloquents : l’action collective des petits épargnants a permis la création du grand réseau Desjardins, un noyau dur dans l’économie québécoise. Il en va de même des coopératives agricoles et des mutuelles d’assurance. Dès lors, plusieurs questions se posent :

  • N’y a-t-il pas de place dans le monde d’aujourd’hui pour d’autres valeurs que l’individualisme et l’égoïsme ?
  • Ne faudrait-il pas travailler à l’union des forces sociales ?
  • À défaut des forces du capital, ne faudrait-il pas remettre à l’ordre du jour l’union des intelligences et des volontés et, en plus du salariat, miser sur les forces du bénévolat ?
  • Ne serait-il pas souhaitable, en effet, de remplacer la puissance du capital par la création de la puissance du réseau, laquelle se traduit par la puissance du nombre, dans lequel il faut nécessairement compter de nombreux bénévoles ?
  • 18 Voir Sa-SKYA Pandita, Maximos, Bagot, 1946.

35Le Mouvement Desjardins s’est bâti pendant plus d’un siècle avec des milliers de bénévoles, et il en a été de même pour le mouvement coopératif agricole. En fait, il en va ainsi de tout le mouvement coopératif ainsi que du mouvement syndical ou des autres mouvements citoyens. Bref, ne faut-il pas miser sur la force collective, qui trouve toute son illustration dans ce proverbe africain qui dit : « Un lionceau succombera sous un rassemblement de fourmis18 » ?

  • 19 Jean Ziegler, op. cit.

36Cette vision de l’action citoyenne est d’ailleurs partagée par plusieurs observateurs. Jean Ziegler, rapporteur des Nations Unies sur la question de la faim dans le monde, propose les mêmes solutions dans son livre intitulé Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent. À la question : « Où est l’espoir face à la mondialisation ? », il répond sans hésiter : « [Il] est dans la société civile planétaire... [Il] est le lieu où se déploient de nouveaux mouvements sociaux, où s’affirment des fonctions et des structures inédites, où s’inventent des rapports nouveaux entre les hommes et les nations19. » Autrement dit, l’espoir réside dans les associations de citoyennes et de citoyens.

  • 20 Voir Hillary Clinton, Civiliser la démocratie, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, 100 p.

37Madame Hillary Clinton pense de la même façon : « C’est grâce à la société civile, dit-elle, que la vie vaut la peine d’être vécue et non pas uniquement grâce aux marchés ou à l’État. La société civile, c’est la substance de la vie20. » Et parlant aux gens d’affaires, elle leur explique qu’il faut rétablir l’équilibre entre la société civile, le politique et l’économique.

38Autant de propositions, et il y a bien d’autres, qui sont des cris de ralliement à bâtir, par le regroupement des forces et des intelligences, une économie sur laquelle nous exercerons un certain contrôle. Pour cela, il apparaît essentiel de rendre permanente l’éducation citoyenne par l’instauration d’une démocratie participative dynamique et d’une diversité exemplaire de l’information et des médias.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Albert, Michael (2004). L’élan du changement : stratégies nouvelles pour changer la société, Montréal, Éditions Écosociété, 174 p.

Beaud, Michel (2000). Le basculement du monde, Paris, La Découverte, 306 p.

Centre de recherche et d’information sur le Canada (CRIC), Communiqué, <www.cric.ca/pdf/cahierscric_com_nov2001.pdf>.

Clinton, Hillary Rodham (1998). Civiliser la démocratie, Paris, Desclée de Brouwer, 100 p.

Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information (janvier 2003). Les effets de la concentration des médias au Québec : Analyse et recommandations, Rapport final, tome 1, <www.mcc.gouv.qc.ca/publications/rapportst-jeantome_1.pdf>.

Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information (janvier 2003). Les effets de la concentration des médias au Québec : problématique, recherche et consultations, Rapport final, tome 2, <www.mcc.gouv.qc.ca/publications/rapportst-jeantome_2.pdf>.

David, Robert M. « D’où vient le déclin de la participation électorale ? », Le Devoir, 21 juillet 2004, p. A7.

Fisher, William F. et Thomas Ponniah (2003). Un autre monde est possible : le Forum social mondial, Paris, Paragon, 307 p.

Institut de recherche en politiques publiques (IRPP) (juin 2005). Are young canadians becoming political dropouts ? : A comparative perspective, revue Choices, vol. 11, no 3, ISNN 0711-0677

Martin, Hans-Peter et Harald Schumann (1997). Le Piège de la mondialisation, Arles, Solin/Actes Sud, 326 p.

Ramonet, Ignacio (1996). Nouveaux pouvoirs, nouveaux maîtres du monde, Montréal, Fides, coll. « Les Grandes Conférences », 28 p.

Rapport sur le développement humain (1999). Bruxelles, De Boeck Université, p. 3 et 38-39.

Rawls John (1999). Collected Papers, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, p. 579-580.

Sa-Skya, Pandita (1946). Maximos, Bagot.

Ziegler, Jean (2002). Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Paris, Fayard, 361 p.

Notes

1 À ce sujet, voir l’étude de l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP) publiée dans la revue Choices, vol. 11, juin 2005, ISNN 0711-0677, sous le titre « Are young Canadians becoming political dropouts ? » Aussi, le journal Le Devoir, édition du 21 juillet 2004, « D’où vient le déclin de la participation électorale ? », par Robert M. David. Aussi, le communiqué du Centre de recherche et d’information du Canada (CRIC) publié sur le site <www.cric.ca/pdf/cahierscric_com_nov2001.pdf>.

2 Voir Michel Beaud. Le basculement du monde, Paris, La Découverte, 2000, 306 p.

3 Voir Hans-Peter Martin et Harald Schumann, Le piège de la mondialisation, Arles, Solin/Actes Sud, 1997,326 p.

4 Voir Jean Ziegler, Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Paris, Fayard, 2002, 361 p.

5 Change : opération qui consiste à vendre ou à échanger des valeurs, notamment la monnaie d’un pays contre celle d’un autre pays. Marché des changes : marché où se font les offres et les demandes de devises étrangères.

6 Voir le Rapport sur le développement humain, Bruxelles, DeBoeck Université, 1999, p. 3 et 38-39.

7 Jean Ziegler, op. cit.

8 Voir Ignacio Ramonet, Nouveaux pouvoirs, nouveaux maîtres du monde, Montréal, Fides, coll. « Les Grandes Conférences », 1996, 28 p.

9 Voir William F. Fisher et Thomas Ponniah, Un autre monde est possible : le Forum social mondial, Paris, Paragon, 2003, 307 p.

10 Efficience : capacité de rendement, performance ; efficacité : qualité d’une chose qui produit l’effet attendu.

11 Voir John Rawls, Collected Papers, Cambridge, Harvard University Press, 1999, p. 579-580. Professeur de philosophie à l’université Harvard, célèbre pour son livre A Theory of Justice (1971) qui a eu un immense succès dans le monde entier et qui synthétise les concepts clés de la démocratie libérale. Auteur également de Justice et Démocratie (Seuil, 1993) et de Libéralisme politique (PUF, 1995).

12 Par exemple, les commissions Pépin-Robarts et Laurendeau-Dunton dont les recommandations n’ont pas eu l’écoute des dirigeants du pays. Il en va de même dans le cas de la Commission sur l’avenir constitutionnel du Québec.

13 Voir Michel Venne, dans Le Devoir du 16 novembre 2002.

14 Armande Saint-Jean, professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke, a présidé le Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information, dont le rapport final (tomes 1 et 2) a été publié en janvier 2003.

15 Voir William F. Fisher et Thomas Ponniah, page 13, Un autre monde est possible, Paris, Paragan, 2003, 307 p.

16 Voir Michael Albert, page 168, L’élan du changement, Écosociété, 2004,174 p. Cette expression « culte de l’impotence » est de Linda McQuaig, qui parle du syndrome TINA : There Is No Alternative. En bref, l’état du monde serait un destin et une fatalité contre laquelle on ne peut absolument rien.

17 Michael Albert, op. cit., Préface de Normand Baillargeon.

18 Voir Sa-SKYA Pandita, Maximos, Bagot, 1946.

19 Jean Ziegler, op. cit.

20 Voir Hillary Clinton, Civiliser la démocratie, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, 100 p.

Auteur

Professeur associé au Département d’organisation et ressources humaines de l’École des sciences de la gestion, et président du conseil d’administration de la chaire de responsabilité sociale et de développement durable à l’Université du Québec à Montréal. Également président du Mouvement démocratie et citoyenneté du Québec. Siège au conseil d’administration de l’Institut du Nouveau Monde et au Comité conseil du Fonds d’investissement en développement durable. Fort actif dans le mouvement coopératif au Québec, il a été président du Mouvement des caisses Desjardins de 1987 à 2000.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search