Version classiqueVersion mobile

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Partie 1. Indépendance des médias, diversité et démocratie au Québec

2. Médias indépendants : D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?

Normand Baillargeon

Texte intégral

1Les médias indépendants – on s’en tiendra à cette appellation – ont tout particulièrement dans le contexte actuel un rôle social, politique et pédagogique absolument essentiel à jouer. Depuis environ dix ans, les personnes œuvrant dans ces médias ont développé une conscience de plus en plus aiguë de ce rôle. Il est essentiel de réfléchir non seulement aux tenants et aboutissants de cette forte prise de conscience survenue dans l’histoire récente des médias indépendants, mais aussi à trois autres aspects. Tout d’abord, à la spécificité du rôle de ces médias indépendants ; ensuite, au chemin parcouru depuis une dizaine d’années ; enfin, à la route qui s’ouvre devant eux. À ce propos, notre proposition de quelques avenues d’action et de réflexion pourrait aider ces médias et leurs artisans à la fois à mieux définir où ils vont et à décider de la route la plus appropriée à prendre pour y parvenir. Tout se ramène donc, au fond, à ces trois questions qu’une toile de Gauguin posait : d’où venons-nous ? que sommes-nous ? où allons-nous ?

1. D’OÙ VENONS-NOUS ? QUE SOMMES-NOUS ?

2L’expression médias indépendants recouvre une très grande variété de pratiques. Pour les besoins de cet exposé et compte tenu des questions abordées, il est utile de les caractériser d’abord et avant tout par cette prise de conscience de plus en plus précise et articulée d’une mission sociale et politique propre. Celle-ci est née d’une profonde insatisfaction face aux grands médias de masse. À cet effet, un moment de l’histoire récente, plus que tout autre, a pu susciter cette prise de conscience. C’est celui où l’AMI (Accord multilatéral sur l’investissement) est apparu dans la sphère publique canadienne et mondiale, en 1998.

  • 1 L’Accord multilatéral sur l’investissement a commencé à être négocié en 1995, au sein de l’OCDE (O (...)
  • 2 L’auteur livre quelques données rapportées dans une de ses publications précédentes, La Lueur d’un (...)

3Cet accord et ses enjeux étaient d’une immense importance1. Mais il avait pourtant dû être coulé sur Internet pour qu’on en apprenne la simple existence, ce qui portait à sérieusement s’interroger sur la justesse de la prétention à ce rôle de chien de garde de la démocratie que s’attribuent volontiers les grands médias. Quoi qu’il en soit, sitôt ce projet dévoilé, on aurait pu s’attendre à ce que les grands médias s’en emparent et l’examinent avec toute l’attention qu’il méritait. Il n’en fut pourtant rien, et cela durant très longtemps, et ce furent plutôt les médias indépendants et les mobilisations populaires qui accomplirent ce travail et amenèrent les grands médias de masse à entreprendre cet examen à leur tour, au moins minimalement2.

4C’est au printemps 1997 que l’on apprenait que, depuis de très nombreux mois, des négociations étaient menées en secret au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris, en vue d’établir une Charte des droits des multinationales. On peut donc admettre, pour le besoin de l’argumentation, qu’avant le printemps 1997 cet « AMI qui nous voulait du mal », comme l’affirmaient ses détracteurs, ne pouvait être connu des journaux et des grands médias d’information puisque, par définition, il était élaboré dans le plus grand secret. Soit. Mais il reste tout de même intéressant de se demander comment ces journaux et grands médias ont parlé de l’AMI à partir du moment où son existence était connue, que la mobilisation citoyenne prenait une ampleur considérable et que se multipliaient, de manière fulgurante, les analyses de l’AMI au sein des médias et regroupements indépendants.

  • 3 L’auteur prend ici La Presse, Le Droit, Le Devoir et Le Soleil.
  • 4 L’Opération SalAMI ! est née dans la mouvance d’une campagne citoyenne d’actions contre l’Accord m (...)

5Prenons pour ce faire quelques grands quotidiens francophones lus au Québec, à l’exclusion du Journal de Montréal3. Et pour aller au plus court, contentons-nous d’une analyse quantitative, sans nous attarder au contenu des articles publiés. Du 1er janvier au 31 décembre 1997, en le cherchant sous ce nom, on trouvera 12 articles sur l’Accord multilatéral sur l’investissement dans ces journaux, dont 10 proviennent du Devoir, un journal indépendant – le seul qu’il nous reste. Ce qui témoigne d’une remarquable mais peu étonnante servilité des médias, propriété des puissants, à l’endroit des puissants et de leurs intérêts. Car enfin, cet AMI, au même moment, soulève passions et légitimes inquiétudes chez les citoyens, qui se mobilisent fortement pour le contrer, ici comme ailleurs dans le monde où des formations sont dispensées pour le comprendre et où des mobilisations s’organisent. C’est d’ailleurs de cela dont les quotidiens québécois ne pourront plus éviter de parler, en 1998. Entre le 1er juin et le 31 décembre 1998, 50 articles sont donc publiés sur le sujet par ces mêmes quotidiens. Un nombre important de ces articles (près de la moitié) sont en tout ou en partie consacrés à cette mobilisation citoyenne, au premier rang de laquelle on trouvait alors, au Québec, l’action exemplaire de l’organisation SalAMI4. Notons encore une fois que la majorité des articles (36) ont paru dans Le Devoir et rappelons que certains de ces articles traitaient de la mobilisation citoyenne pour la dénigrer. Une petite comparaison peut donner une idée plus claire de ce que cela veut dire. Prenons la même période et un sujet trivial – au lieu de l’AMI, coup d’État des multinationales –, prenons Céline Dion.

6Les mêmes médias ont parlé de Céline Dion dans 482 articles au cours de cette même période – du début juin à la fin décembre 1998.

7À travers l’AMI, nous étions ainsi amenés à nous interroger sérieusement sur notre forme bien particulière de démocratie qui permet ce type de pratique puis, dans la foulée de cette réflexion, sur la représentation du monde qui est donnée dans les grands médias de masse, où des faits de cette importance pouvaient être largement ignorés. Le militantisme altermondialiste qui se mettait au même moment en branle allait favoriser, au sein des médias indépendants, un riche bouillonnement d’idées et de pratiques dont une des retombées a été ce rapport critique aux médias de masse.

8On se pencha alors sur le phénomène de la concentration des médias et on découvrit qu’il était présent non seulement au Québec mais, à des degrés divers, dans toutes les démocraties libérales où l’information avait été livrée, avec bien peu de freins, au seul mécanisme du marché – si on accepte de nommer ainsi nos mécanismes de socialisation des risques et de privatisation des profits. Ce phénomène, qui est avec raison d’emblée apparu profondément troublant pour quiconque a à cœur la santé et la vitalité de la démocratie, prenait une importance cruciale pour les personnes œuvrant dans les médias indépendants.

9On le sait : rien n’a changé depuis lors et la situation, à bien des égards, n’a fait qu’empirer. La concentration des médias, aujourd’hui, c’est un double mouvement, d’une part, de réduction du nombre de propriétaires des médias (journaux, radio, télévision, magazines) ; de l’autre, de convergence de leurs médias qui, sous le parapluie d’une propriété unique, fait circuler des contenus qu'elle peut resservir et alimenter les uns par les autres.

  • 5 Données compilées par Marco Silvestro à partir des sources suivantes :
    • Magazine Recto Verso, numé (...)

10Au Québec, comme l’illustre le tableau récemment produit par Marco Silvestro5 (annexe 2.1), avec essentiellement Gesca, Québécor, le Groupe Transcontinental et Rogers Communication, on arrive à une tragique situation où une poignée de propriétaires contrôlent la plus grande part de l'out-put médiatique écrit.

11C’est bien souvent l’aspect démagogique et racoleur des contenus des grands médias marchands qui est d’abord décrié par les observateurs critiques. Typiquement, on leur reproche de se livrer à cette supposée inévitable course à l’audimat qui les entraîne de plus en plus bas sur la dangereuse pente de la complaisance, du fait divers spectaculaire et du sensationnalisme. De telles accusations semblent largement fondées et il sera inutile de nous appesantir ici sur les effets de ces armes de diversion massive que sont la téléréalité, la télé–poubelle et toutes ces nouvelles formules dont les médias nous ont affligés au cours des dernières années. Disons seulement que ce mot de Coluche prend soudain une résonance nouvelle et tragique : « On ne peut plus dire la vérité à la télévision : il y a trop de gens qui regardent ! »

12Mais ayant convenu de cela, on n’a rien dit de l’essentiel. Car le plus grave n’est pas ce fait, prévisible, que nos grands médias marchands deviennent de plus en plus des acteurs de la grande mise en scène de la société du spectacle assumant par là ces fonctions de divertissement et de diversion que l’on ne connaît que trop bien. Le plus grave, c’est que puisqu’ils sont, en droit, des outils politiques fondamentaux d’élaboration d’un espace public de discussion, ils sont en passe de renoncer à cette tâche pour ne plus exercer qu’une fonction de propagande et d’occultation du réel. Pour le dire autrement : s’il est vrai que le fait que la télévision verse de plus en plus dans le reality show et autres spectaculaires stupidités n’a rien de réjouissant, la véritable tragédie se joue désormais chaque soir, au téléjournal et dans le recul et l’oubli de la mission politique et citoyenne d’information qui est, en droit, celle des médias.

13Les médias indépendants disposent d’une conscience de plus en plus nette de tout cela et de la lourde signification de cet état de fait. Dans une importante mesure et par-delà leur diversité, cette prise de conscience les unit et les définit. Par elle, ils ont approfondi notre compréhension du rôle politique des médias au sein des démocraties. Nous savons tous, désormais, et mieux qu’hier, que la démocratie qui fait de chacun de nous un dirigeant en puissance, demande que chacun de nous soit éduqué et préparé à exercer les fonctions que ce statut présuppose. Les médias (avec l’école, bien entendu) sont en ce sens des creusets absolument incontournables de la santé, voire de la survie de la vie démocratique : c’est là, essentiellement, à travers l’indispensable libre circulation des idées, des informations, des faits, des interprétations et des analyses que se joue, dans une importante mesure, la poursuite de la conversation démocratique. C’est là un truisme, bien entendu, mais la vérité mérite d’être répétée. Voici comment un auteur célèbre exprimait cette même idée :

  • 6 Letter front James Madison to W. T. Barry (4 août 1822), reproduite par Gaillard Hunt dans The Wri (...)

Rien ne pourrait être plus déraisonnable que de donner le pouvoir au peuple tout en le privant de l’information sans laquelle se commettent les abus de pouvoir. Un peuple qui veut se gouverner lui-même doit s’armer du pouvoir que procure l’information. Un gouvernement du peuple par un peuple qui n’est pas informé, ou qui n’a pas les moyens d’acquérir l’information, cela ne saurait être qu’un prélude à une farce ou à une tragédie – et peut-être même aux deux6.

14Quel est l’auteur de ces mots et de cette citation ? Bien souvent, les gens tendent à l’attribuer à quelque gauchiste actuel. Ils sont en fait de James Madison, 4e président des États-Unis (1809-1817) ! Tentons de préciser où se situent aujourd’hui les périls qu’il évoque. Ce n’est guère difficile.

15Intuitivement, en effet, on conçoit rapidement l’hypothèse que si les médias appartiennent aux institutions dominantes – ou, pire encore, à quelques-unes d’entre elles, oligopolistiques –, il se pourrait alors que la représentation du monde qu’ils offrent soit de manière dramatiquement univoque celle de leurs possédants. Cette hypothèse a non seulement pour elle le bon sens mais elle est aussi, dans les faits, une des théories les mieux vérifiées de toutes celles des sciences sociales.

  • 7 Voir Noam Chomsky et Edward Herman. La fabrique de l’opinion publique : la politique économique de (...)
  • 8 L’auteur propose une introduction accessible aux idées linguistiques et politiques de Noam Chomsky (...)

16Noam Chomsky (éminent linguiste et philosophe, il est également un militant libertaire ; il a passé toute sa carrière au Massachussetts Institute of Technology [MIT]) et Edward Herman (qui est professeur de finance à la Wharton School de l'University of Pennsylvania) en ont donné une formulation particulièrement claire et utile sous le nom de modèle propagandiste des médias7. Les idées de ces deux auteurs sont relativement BIEN connues et elles ont inspiré de nombreux et nombreuses activistes8. Rappelons donc très brièvement leur teneur ici. Disons simplement que l’on a pu montrer que les médias sont en quelque sorte surdéterminés par un certain nombre d’éléments structurels et institutionnels qui conditionnent – certes non pas entièrement, mais du moins très largement – le type de représentation du réel qui y est proposé ainsi que les valeurs, les normes et les perceptions qui y sont promues. Les médias de masse sont caractérisés par les éléments ou filtres suivants.

17Le premier est celui que constituent la taille, l’appartenance et l’orientation vers le profit des médias. C’est ce que nous appelions parfois la règle d’or des médias : ceux qui ont l’or font les règles.

18Le deuxième est celui de la dépendance des médias envers la publicité. Les médias, rappelle-t-on ici, vendent moins des informations à un public que du public à des annonceurs. C’est ainsi que celui qui achète un quotidien ne s’en doute peut-être pas mais, pour une part significative, il est lui-même le produit dans ce qu’il considère n’être qu’une transaction dans laquelle il achète de l’information. Patrick Le Lay, grand patron de TF1, la principale chaîne de télévision privée en France, a déclaré en 2004 à l’auteur d’un ouvrage (pensant que cela resterait confidentiel) :

  • 9 Les associés d’EIM. Les dirigeants face au changement, Paris, Éditions du huitième jour, 2004. Cet (...)

Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit [...] Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible9.

19Cette déclaration a le mérite d’être vraie. De façon plus cavalière sans doute mais très efficace, Rod Sterling (1924-1975, auteur de la célèbre émission The Twilight Zone) parlait également de ces choses :

  • 10 Vidéo de Rod Serling interrogé par Mike Wallace. Source : <http://fanac.org/worldcon/AussieCon/w99-rpt.html> (lien consulté le 7 octobre 2005).

Les mass media sont créés et entretenus par des entités commerciales. Et les Corn Flakes et Shakespeare, que voulez-vous, ne font pas bon ménage. Leonard Bernstein et les soutiens-gorges sont incompatibles. Et vous ne pouvez pas produire une œuvre adulte, pertinente et significative lorsque vous êtes interrompu à toutes les douze minutes par douze lapins qui dansent en chantant les vertus d’un papier hygiénique10.

20Le troisième filtre est constitué par la dépendance des médias à l’égard de certaines sources d’information : le gouvernement, les entreprises elles-mêmes – notamment par le biais des firmes de relations publiques dont l’importance est croissante –, les groupes de pression, les agences de presse. Tout cela crée, par symbiose si l’on peut dire, une sorte d’affinité autant bureaucratique qu’économique et idéologique entre les médias et ceux qui les alimentent, affinité née de la coïncidence des intérêts des uns et des autres.

21Le quatrième filtre est celui des flaks, c’est-à-dire les critiques que les puissants adressent aux médias et qui servent à les discipliner. Au total, on tend dès lors à reconnaître qu’il existe des sources fiables, communément admises, et on s’épargne du travail et d’éventuelles critiques en référant quasi exclusivement à celles-là et en accréditant leur image d’expertise. Ce que disent ces sources et ces experts est de l’ordre des faits ; le reste est de l’ordre de l’opinion, du commentaire, subjectif et par définition de moindre valeur. Il va de soi que l’ensemble de ces commentaires est encore largement circonscrit par tout ce qui précède.

22Le cinquième et dernier filtre est baptisé par Herman et Chomsky l’anticommunisme. Cette dénomination est à l’évidence marquée par la conjoncture américaine : elle renvoie en fait, et plus largement, à l’hostilité des médias à l’endroit de toute perspective de gauche, socialiste, progressiste, etc.

23Un des intérêts non négligeables d’un tel modèle est qu’on peut le soumettre à l’épreuve des faits. Chaque fois, et avec une remarquable constance, les observations sont alors largement conformes aux prédictions du modèle. En pratique, cela signifie notamment, si l’on se place du point de vue de la démocratie participative, d’une part, que des faits qui devraient absolument être connus de tous ne le sont pas ou trop peu ; d’autre part, que des interprétations des événements qui devraient être entendues et discutées ne le sont pas ou trop peu.

24En un mot, voilà ce que les recherches menées à l’aide de ce modèle propagandiste des médias nous ont appris. Qu’il s’agisse de commerce, de libre-échange, d’accords internationaux, de mondialisation de l’économie, de la décision d’entrer ou non en guerre, de politique internationale et nationale, de questions relevant du bien commun, de la santé, de l’écologie ou de l’éducation, au fil des ans, avec une constance aussi prévisible que remarquable, les grands médias corporatistes ont, sur chacun de ces sujets et sur mille autres aussi cruciaux, tendu à exposer, défendre et propager le point de vue des élites qui possèdent ces mêmes médias et celui des élites politiques, qui est bien souvent exactement le même. Les grands médias, en ce sens, comme l’écrivent Herman et Chomsky :

  • 11 Voir Noam Chomsky et Edward Herman, p. xi dans Manufacturing Consent: The Political Economy of the (...)

[...] servent à mobiliser des appuis en faveur des intérêts particuliers qui dominent les activités de l’État et celles du secteur privé ; leurs choix, insistances et omissions peuvent être au mieux compris – et parfois même compris de manière exemplaire et avec une clarté saisissante – lorsqu’ils sont analysés en ces termes11.

25Qui s’étonnerait de l’existence de tels biais, occultations, omissions ? Mais leur existence ne peut manquer de conduire à une sérieuse limitation de la portée du débat démocratique, voire à sa profonde dénaturation. À une démocratie de participants qui sont simultanément gouvernants et gouvernés se substitue dès lors une démocratie de spectateurs sommés de regarder ailleurs ou d’acquiescer. Il fut un temps, c’était hier, où les journalistes se targuaient d’avoir pour mission d’inquiéter les satisfaits et de satisfaire les inquiets : les médias corporatistes semblent aujourd’hui se contenter de satisfaire les satisfaits tout en décervelant tous les autres. Disons-le parce que c’est vrai : c’est alors à une nouvelle trahison des clercs qu’on assiste.

  • 12 Ce tableau présente quelques-uns des résultats d’une enquête menée durant les années 1990 au Canad (...)

SINGULIÈRES OMISSION
Médias canadiens, 1993-199512
1. Les politiques environnementales que les États-Unis proposent seront dommageables à l’air et à l’eau au Canada (1995)
2. L’armée américaine voudrait altérer la ionosphère (1995)
3. Les atteintes aux droits de l’homme au Mexique (1995)
4. Ventes d’armes au Abbotsford International Airshow (1995)
5. Quelle part a joué la recherche de pétrole dans l’intervention humanitaire en Somalie ? (1993)
6. Les Conservateurs réécrivent une règle vieille de 21 ans et permettent aux plus riches de ne pas payer des millions en impôts (1993)
7. La douillette relation du Canada avec la dictature indonésienne (1993)
8. Les entreprises médiatiques et leur lien avec le pouvoir (1993)
9. Le tiers-monde se bat contre le GATT à propos de brevets (1994)
10. La significative diminution de la couverture de la criminalité des cols blancs et des entreprises (1977-1994).

26Cette prise de conscience est un élément central – et peut-être même l’élément central – par quoi les médias indépendants se caractérisent aujourd’hui et par quoi ils devraient se définir. Mais c’est là, en quelque sorte, leur définition négative : elle nous dit ce à quoi ils s’opposent et ce qu’ils ne sont pas. Mais il est également possible, souhaitable et nécessaire d’en donner une définition positive, qui dit ce qu’ils sont et ce en faveur de quoi ils sont. Celle-ci est moins nette et nous manque terriblement. Il reste qu’en traitant la dernière question (Où allons-nous ?) on pourra contribuer à la production d’un telle définition, positive, des médias indépendants.

2. OÙ ALLONS-NOUS ?

  • 13 L’auteur doit ces métaphores à son ami Michael Albert, créateur de l’économie participative (ou Éc (...)

27Où irons-nous à partir d’ici et si on tient pour valides les analyses qui précèdent ? En soumettant des réponses à cette question, il convient de poser comme allant de soi que les médias indépendants devraient contribuer à la réalisation du programme démocratique correctement entendu et donc se vouer à la poursuite du vaste et indispensable dialogue démocratique. Si on accepte cette prémisse, la réponse à la question « Où allons-nous ? » pourrait commodément être représentée par les trois objets suivants : un manuel, un mégaphone et une longue-vue13. Il faut d’abord s’en expliquer, en prenant ces objets un à un. Après quoi, nous avancerons deux propositions très concrètes qui pourraient permettre d’accomplir les objectifs identifiés et qui, prises conjointement, constituent à la fois un programme d’action et notre définition, cette fois positive, des médias indépendants.

2.1. Un programme d’action en trois métaphores : le manuel, le mégaphone et la longue-vue

2.1.1. Le manuel

28Commençons par le manuel. L’usage de cette métaphore, c’est évidemment d’illustrer la poursuite de l’effort pédagogique destiné à expliquer clairement le rôle joué par les médias dans la fabrication de consentement au sein de nos démocraties et la signification politique de cet état de fait. Il y a d’excellentes raisons de penser que ce travail est loin d’être achevé.

29Sitôt que l’on sort de certains milieux plus militants ou universitaires, en effet, l’essentiel du message n’a en général pas encore été entendu – ce qui explique notamment que l’on puisse encore, avec une déconcertante légèreté, l’assimiler parfois à une théorie « conspirationniste » des médias. Hors de ces milieux, le message reste donc trop largement inaudible, même si l’on y est bien conscient que quelque chose ne va pas, sans pouvoir exactement dire de quoi il s’agit.

30Rappelons-nous ce qui s’est passé en 2001. Cette année-là, en effet, lors de l’achat du groupe Unimédia (les quotidiens Le Soleil de Québec, Le Quotidien du Saguenay et Le Droit d’Ottawa-Gatineau) par Gesca, la Commission de la culture de l’Assemblée nationale étudie les impacts des mouvements de propriété dans l’industrie des médias au Québec. Or très peu de voix se sont exprimées pour dénoncer la poussée concentrationnaire que constituait cette transaction. Mais il faut être singulièrement aveugle à ce que signifie et suppose l’existence d’une véritable démocratie pour ne pas s’être inquiété de cette transaction. Claude Ryan, seul de son camp parmi les politiciens, trouve le courage de dire tout haut certaines choses qui devaient être dites. Il écrivait par exemple :

  • 14 Voir Claude Ryan, « À qui doivent appartenir les journaux quotidiens ? Une commission parlementair (...)

[L]e contrôle trop grand d’un même groupe entraîne aussi des dangers sérieux pour la liberté de l’information et des opinions. Partout où un groupe financier exerce un contrôle direct sur une entreprise de presse, on ne saurait s’attendre à ce que celle-ci traite avec une réelle liberté des sujets reliés aux intérêts de son propriétaire, et ce tant dans ses pages d’information que dans ses pages d’opinion14.

  • 15 Ibidem.

31Et encore : « Je déplore, en conséquence, la passivité du gouvernement du Québec à l’endroit de ce dossier qui met en cause des valeurs chères à tout démocrate15. » Il concluait :

  • 16 Ibidem.

Je suis franchement scandalisé de voir le peuple du Québec investir chaque année, à même nos épargnes et à l’instigation de son gouvernement, des milliards de dollars dans les loteries, les jeux, la spéculation immobilière et les placements à l’étranger, alors que ce même gouvernement et des organismes comme le Mouvement Desjardins et le Fonds de solidarité, dont la raison d’être est la défense de nos intérêts, sont absents du débat lorsqu’il s’agit d’assurer le maintien au Québec d’une presse quotidienne digne de ce nom16.

32Rappelons qu’il s’agit de Claude Ryan, qui fut comme chacun sait un dangereux gauchiste...

  • 17 L’auteur s’est essayé à synthétiser certaines de ces indispensables informations dans le chapitre (...)

33Notre tâche sera accomplie quand l’habitude de penser de manière critique sera répandue ; quand les principaux acteurs de la fabrication des consentements seront connus de tous ; quand, par exemple, tout le monde saura qui sont les principales firmes de relations publiques ; quand leurs méthodes et les moyens qu’ils emploient seront familiers à chacun au point où des réflexes d’autodéfense intellectuelle seront devenus une seconde nature17 ; et enfin quand les groupes militants et le milieu des médias indépendants montreront, par leur propre pratique, qu’ils savent parfaitement, même en ce qui les concerne, faire la différence entre information et propagande.

34Car disons-le : ni moi, ni vous, ni les médias alternatifs dans leur ensemble ou pris un par un, personne en fait, n’est à l’abri des partis pris, occultations, erreurs, distorsions que nous reprochons aux grands médias commerciaux. Chacun de nous et chacun des acteurs et participants du grand dialogue démocratique possède des valeurs et des visions du monde qui colorent et orientent ce qu’il décrit et propose. Pour chacun de nous et pour tout le monde l’idéal d’un vaste et fécond dialogue démocratique reste précisément un idéal, qu’il faut le plus sincèrement et le plus lucidement viser. Cet idéal pédagogique et citoyen a parfaitement été exprimé par le sociologue américain William Graham Sumner quand il écrivait :

  • 18 Voir Wiliam Graham Sumner. Folkways: A Study of the Sociological Importance of Usages, Manners, Cu (...)

Si l’habitude de penser de manière critique se répandait au sein d’une société, elle prévaudrait partout puisqu’elle est une manière de faire face aux problèmes de la vie. Les propos dithyrambiques de quelconques orateurs ne sauraient faire paniquer des personnes éduquées de la sorte. Celles-ci mettent du temps avant de croire et sont capables, sans difficulté et sans besoin de certitude, de tenir des choses pour probables à des degrés divers. Elles peuvent attendre les faits, puis les soupeser sans jamais se laisser influencer par l’emphase ou la confiance avec laquelle des propositions sont avancées par un parti ou par un autre. Ces personnes savent résister à ceux qui en appellent à leurs préjugés les plus solidement ancrés ou qui usent de flatterie. L’éducation à cette capacité critique est la seule éducation dont on peut dire qu’elle fait les bons citoyens18.

  • 19 Voir Robert Dutrisac et al. « Le Gouvernement Bouchard se fie à la bonne volonté de Power Corp » ( (...)

35Il semble en attendant, et pour en revenir au débat de 2001 sur la transaction Unimédia-Gesca, que la majorité des observateurs partagèrent plutôt le point de vue du premier ministre d’alors, Bernard Landry, qui conclut : « Qu’un gouvernement intervienne de façon législative dans un cas de concentration de presse, aujourd’hui, serait en dehors des normes occidentales19. »

36Voilà pour le manuel. En annexe 2.2, on trouvera une liste de stratégies permettant de conserver un rapport critique aux médias qui pourrait en constituer un chapitre.

2.1.2. Le mégaphone

37Ce programme pédagogique conduit tout droit à un autre problème et à une autre métaphore, celle du mégaphone, qui signifie que nous devons rejoindre des gens, nous devons les rejoindre de plus en plus et nous devons le faire de mieux en mieux. Il n’y a pas grand-chose de neuf à dire ici sinon qu’il est du devoir de ceux et celles qui partagent un ethos démocratique de défendre et soutenir les médias indépendants. Certes ils existent, c’est vrai, mais, et il faut le répéter, leur existence est fragile et précaire, comme le rappelait à l’été 2004 la mort de Recto Verso, une de plus vieilles publications indépendantes du Québec. Les autres médias indépendants sont typiquement de santé à tout le moins fragile. Il faut donc les appuyer, les lire, les diffuser et s’y abonner. Ce besoin est d’autant plus pressant que, chose incroyable, les grands groupes médiatiques sont, eux, subventionnés par le ministère du Patrimoine canadien, parfois à hauteur de centaines de milliers de dollars. Il est d’autant plus important d’insister sur cet appui qu’internet a créé chez bien des gens l’illusion, dangereuse et même informaticide, de la gratuité des informations alternatives.

38Cherchant à se passer de publicité, soucieux de leur indépendance, les médias indépendants ont par le fait même, et plus que tous les autres, besoin du soutien de leurs lecteurs et lectrices pour continuer à exister. Tout en préservant leur nécessaire indépendance, il faut assurer la survie économique des médias indépendants et chercher à garantir un salaire décent à ceux qui y œuvrent – à tout le moins certains de celles et de ceux qui y œuvrent plus régulièrement et plus assidûment. Il y a moyen de parvenir à faire cela sans vendre son âme et sans reproduire à l’interne ce que l’on veut combattre ; mais il y a aussi une grande urgence à le faire, faute de quoi l’existence même de ces organes d’information demeure précaire – quand ils ne sont pas à court terme voués à la fermeture, tout simplement.

39Il ne faut surtout pas cacher que cet objectif est plus facile à formuler qu’à atteindre. Il s’agit, en fait, pour les médias indépendants :

  • d’atteindre une autonomie financière tout en n’étant pas commerciaux ;
  • de rejoindre un public qui soit vaste sans être essentiellement pris au sein de l’« élite » économique et intellectuelle, et surtout sans le « vendre » à des annonceurs ;
  • d’assurer, enfin, un fonctionnement interne non hiérarchique, non sexiste et non discriminatoire.

2.1.3. La longue-vue

40La troisième métaphore, la longue-vue, réfère au fait que finalement ce qui manque le plus aux médias indépendants pour accomplir ces tâches, pour rejoindre et conserver un auditoire et jouer le rôle qui est le leur dans la poursuite du dialogue démocratique en ces heures plutôt sombres, c’est un programme positif. C’est cela que représente la longue-vue : notre déficit de vision.

  • 20 Voir Pierre Kropotkine, Mémoires d’un révolutionnaire, Paris, Éditions Scala, 1989, p. 432.
  • 21 Voir Normand Baillargeon, « L’écopar : enfin des idées libertaires pour l’économie », dans Possibl (...)

41Nous empruntons ces mots magnifiques à Pierre Kropotkine, géographe et anarchiste russe : « C’est l’espérance, et non le désespoir, qui fait le succès des révolutions20. » Où sont les nôtres, nos espoirs ? Que voulons-nous ? Quel programme positif, crédible, plausible défendons-nous ? En l’absence de telle vision, nous risquons fort d’être bien peu attirants pour ceux à qui l’on s’adresse, qui se voient en nous comme dans un miroir qui les décrit comme bernés par les grands médias, mal ou pas informés sur l’état du monde. Ce miroir n’encourage guère à l’action et invite plutôt à fuir. Il n’y a pas de réponse simple – il n’y en a d’ailleurs sans doute pas – à donner au problème soulevé ici, sinon pour dire que nous avons pour notre part essayé de faire connaître un modèle économique qui paraît donner un exemplaire modèle du travail à accomplir21.

42Depuis trop longtemps nos luttes souffrent de n’envisager tous les problèmes que dans le cadre que lui donnent les institutions dominantes. Il nous faut aller plus loin, imaginer des solutions qui sortent de ce cadre : posséder des modèles aide justement à le faire. C’est d’ailleurs un bel indice de nos carences sur tous ces plans que nos mouvements aient si longtemps été désignés comme « opposés à la mondialisation » et ce n’est que tout récemment qu’on les nomme « altermondialistes ». Mais ce n’est pas encore aller assez loin : nous devons avoir une désignation positive qui dise ce qu’est cet autre, ce en faveur de quoi nous nous battons.

43Disons-le : tant que nous n’aurons pas des mouvements larges, vraiment inclusifs et où seront intensément vécus et le plaisir de lutter et le goût de la victoire, nous n’irons pas très loin sur la route de la transformation radicale de nos sociétés. Mais nous n’aurons rien de tout cela si nous manquons de vision. C’est que la lutte est aussi dans les têtes et elle exige des combattants de l’intelligence, de la générosité, de l’imagination et de l’audace. C’est donc aussi par là qu’elle sera gagnée ou qu’elle sera perdue.

2.2. Deux ultimes – et modestes – propositions concrètes

  • 22 FAIR est l’acronyme de Fairness and Accuracy in Reporting. Cette organisation américaine a été fon (...)

44Pour terminer, deux propositions concrètes. La première est qu’il est grand temps qu’au Québec soit mis sur pied un observatoire des médias, citoyen et non partisan, qui aurait pour fonction de coordonner des actions de vigilance médiatique et de protestation contre les déformations, partis pris, préjugés, mensonges et omissions qui s’y commettent. Ces démarches doivent s’étendre à la radio et à la télévision d’État si et quand elles n’accomplissent pas leur mandat. La structure d’un tel observatoire doit être souple et peu coûteuse, sur le modèle de ce que fait FAIR aux États-Unis par exemple, et qui pourrait essentiellement fonctionner sur Internet22.

45La deuxième et dernière proposition s’adresse directement aux centrales syndicales du Québec, qui sont bien absentes quand vient le moment d’appuyer des publications indépendantes. Ces centrales (et peut-être aussi le Mouvement Desjardins, pour reprendre une idée de Claude Ryan) ont en effet un rôle crucial à jouer ici, un rôle citoyen et qui dépasse largement la seule défense corporatiste des intérêts de leurs membres. Voici donc la proposition : le moment est venu de créer au Québec un quotidien indépendant et populaire. Ce quotidien serait indépendant même de ces centrales syndicales, bien entendu. Elles (seules ?) semblent avoir aujourd’hui les ressources permettant de réaliser cette tâche, désormais vitale pour la démocratie. Il faut le dire sans plus de préambule : le Fonds de solidarité serait mille fois mieux investi s’il l’était dans un tel projet puisque la solidarité n’est pas qu’économique : elle est aussi politique et démocratique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Albert, Michael (2004). L’élan du changement : stratégies nouvelles pour changer la société, Montréal, Éditions Écosociété, 174 p.

Albert, Michael (2003). Après le capitalisme : éléments d’économie participaliste. Marseille, Éditions Agone, 193 p.

Badgikian, Ben (2000). The Media Monopoly, Boston, 6e édition, Beacon Press, 288 p.

Baillargeon, Normand (2005). Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Montréal, Lux, 338 p.

Baillargeon, Normand (Printemps 2005). « L’écopar : enfin des idées libertaires pour l’économie », p. 131-148 dans Possibles, vol. 29, no 2.

Baillargeon, Normand (2001). « Une proposition libertaire : L’économie participative », paru dans Les chiens ont soif, Montréal, Comeau-Nadeau et Marseille, Éditions Agone, 180 p.

Baillargeon, Normand (2001). La lueur d’une bougie, Montréal, coll. Les Grandes Conférences, Fides, 58 p.

Baillargeon, Normand et David Barsamian (2002). Entretiens avec Chomsky, Montréal, Éditions Écosociété, 246 p.

Barsamian, David et Noam Chomsky (2001). Propaganda and the Public Mind: Conversations with Noam Chomsky, Cambridge (Mass.), South End Press, 252 p.

Berthiaume, Pierre (1981). Le journal piégé ou l’art de trafiquer l’information, Montréal, VLB éditeur, 194 p.

Carey, Alex (1997). Taking the Risk out of Democracy – Corporate Propaganda versus Freedom and Liberty, Chicago, Urbana: University of Illinois Press, 215 p.

Chomsky, Noam (1989). Necessary Illusions: Thought Control in Democratic Societies, Anansi, Concord, Ontario, 422 p.

Chomsky, Noam et Edward Herman (2003). La fabrique de l’opinion publique : la politique économique des médias américains, Paris, Le Serpent à plumes, 329 p.

Collectif (2004). Informer sur l’information : petit manuel de l’observateur critique des médias, Paris, PLPL et Acrimed, 24 p.

Collon, Michel (1992). Attention médias ! – Les médiamensonges du Golfe – Manuel anti–manipulation, Bruxelles, Éditions EPO, 278 p.

Ewen, Stuart (1996). PR!: A Social History of SPIN, New York, Basic Books, 480 p.

Hackett, Robert A., Richard Gruneau et al. (2000). The Missing News: Filters and Blind Spots in Canada’s Press, Ottawa, Canadian Center for Policy Alternatives/Garamond Press, 258 p.

Hunt, Gaillard (dir.) (1910). The Writings of James Madison, New York, G. P. Putnam’s Sons, vol. 9.

Kropotkine, P. (1989). Mémoires d’un révolutionnaire, Paris, Éditions Scala, 545 p.

Les associés d’EIM (2004). Les dirigeants face au changement, Paris, Éditions du huitième jour.

Ryan, Claude (2000). « À qui doivent appartenir les journaux quotidiens ? Une commission parlementaire doit analyser la transaction Unimedia », Le Devoir, 20 novembre 2000, p. A7.

Sumner, W. G. (1940). Folkways: A Study of the Sociological Importance of Usages, Manners, Customs, Mores, and Morals, New York, Ginn and Co., 692 p.

Annexes

ANNEXE 1. LA CONCENTRATION DE LA PRESSE ÉCRITE AU QUÉBEC

Sources : Données compilées par Marco Silvestro à partir des sources suivantes :
• Magazine Recto Verso, numéros de l’été 2003 ;
• Centre d’étude des médias. Université Laval, fiches sur les grands groupes médiatiques disponibles sur : <http://www.cem.ulaval.ca/​concentration.html>;;
• Armande Saint-jean et Charles-Olivier Saint-Jean (2003). Les effets de la concentration des médias au Québec : problématique, recherche et consultations. Rapport final (tome 2), Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information, disponible sur : <http://www.mcc.gouv.qc.ca/publications/rapportst-jeantome_2.pdf>;
• Patrimoine canadien, sites Internet du Fonds du Canada pour les magazines <http://www.patrimoinecanadien.gc.ca/​fcm/​> et du Programme d’aide aux publications <www.patrimoinecanadien.gc.ca/pap>.

ANNEXE 2.2. 27 STRATÉGIES POUR ENTRETENIR UN RAPPORT CRITIQUE AUX MÉDIAS23

(Adapté de : BAILLARGEON, Normand [2005]. Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Montréal, Lux, 338 pages.)

1. Faites-vous l’avocat du diable. Face à une assertion ou une thèse, cherchez ce qu’on pourrait alléguer contre elle tout en vous demandant s’il existe un autre point de vue et des raisons de le soutenir.

2. Substitution de mots. Amusez-vous à remplacer certains mots utilisés par d’autres mots ayant des connotations, voire des dénotations différentes et demandez-vous si les nouvelles significations ne pourraient pas elles aussi être défendues. Parle-t-on de libre-échange ? Mettez à sa place « échanges administrés ». Bien souvent, cela correspond bien mieux à la réalité. Parle-t-on d’éducation ? Mettez « endoctrinement ». Parle-t-on d’écologie et de protection de l’environnement ? Vous mettez... à vous de jouer !

3. Écrivez ou téléphonez aux médias. Vous avez lu ou vu une chose inacceptable ? Plaignez-vous. Les journalistes et leurs patrons sont sensibles aux critiques du public.

4. Soyez rigoureux. Votre cerveau est un territoire qu’un ennemi veut occuper en vous persuadant de certaines choses. Prenez le maquis et ne prenez pas à la légère l’organisation de la résistance. Pratiquez une écoute et une lecture actives. Prenez des notes, enregistrez, découpez. Prenez la saine habitude de noter soigneusement toutes les informations relatives à un événement dont vous voulez parler : Qui ? Quoi ? Quand ? Dans quel contexte ?

5. Devenez danseur ou danseuse. Pratiquer cet art de danser avec les idées qu’évoquait Nietzsche est pour vous crucial. Soit un événement donné tel qu’il est décrit dans les grands médias. Amusez-vous à l’examiner dans des cadres conceptuels différents et multipliez les points de vue. Comment le décrirait-on dans le tiers-monde ? Dans les quartiers défavorisés de Montréal ? Dans les quartiers très favorisés de la même ville ?

6. Repérez les connivences et les renvois d’ascenseur. Les gens des médias font partie d’une certaine élite et entretiennent entre eux et avec cette élite des rapports qu’il est important de repérer. X invite Y à son émission, qui parle en retour de son livre dans sa chronique, Z l’invite à une conférence en France et ainsi de suite...

7. Méfiez-vous de la trompeuse symétrie. En 1996, aux États-Unis, la Society of Professional Journalists a retiré le concept d’objectivité de son Code d’éthique et l’a remplacé par divers autres concepts comme « équité », « équilibre », « précision », « complétude », « justesse ». On a justifié cette décision en expliquant que bon nombre de journalistes considèrent désormais que le mot objectivité ne traduit ni ce que les journalistes sont en mesure d’accomplir, ni ce qu’il est souhaitable d’attendre d’eux. La mutation que traduit ce changement de terminologie est importante : elle fait passer d’une recherche d’objectivité désormais tenue pour illusoire à une volonté d’équilibre dans la présentation des points de vue divergents sur une question donnée. Se montrer sensible à une large diversité de positions est sans doute une chose tout à fait louable. Mais l’abandon du concept d’objectivité qui la précède et la commande fait craindre la pire dérive relativiste, et cela, pour une raison philosophique que Platon avait déjà parfaitement énoncée. Le cas du réchauffement planétaire est intéressant à plus d’un titre. À ce sujet, il y a, en effet, une très grande convergence des opinions informées. Le fait de mettre en face les unes des autres, comme si elles étaient comparables et pouvaient s’équilibrer, les opinions des experts et celles de groupes de pression, donne une illusion profondément trompeuse de symétrie.

8. Comparez, par exemple à l’aide d’Internet, les traitements qui sont proposés des mêmes événements dans deux pays différents.

9. Connaissez parfaitement, de manière à pouvoir en reconnaître les pratiquants, les dix commandements de l’Église d’idéologie (adapté de P. Steven, The No-Nonsense Guide to Global Media : 113) :

1) Tu feras passer le singulier pour l’universel.

2) Tu occulteras le travail accompli, faisant ainsi passer pour naturels les marchandises et les textes culturels.

3) Tu te serviras de fausses analogies.

4) Tu donneras l’impression de l’objectivité, de manière à occulter ton parti pris particulier.

5) Sur tout sujet ou débat, tu traceras soigneusement les limites de ce qui est acceptable – en d’autres termes, tu contrôleras l’ordre du jour.

6) Tu donneras l’explication la plus simple comme étant nécessairement la meilleure – ce qui est un sophisme.

7) Tu rendras ordinaire ce qui est hors de l’ordinaire – par exemple, en disant que nos dirigeants sont des gens ordinaires, pareils à nous.

8) Tu embrouilleras et feras en sorte que l’on s’attarde à la surface des choses plutôt qu’au phénomène en son entier.

9) Tu créeras et alimenteras l’illusion que l’histoire conduit exactement au moment présent et à la situation actuelle.

10) Tu deviendras expert dans l’art et la pratique de l’OPFA : On ne peut pas faire autrement.

10. Sachez reconnaître ce que l’Observatoire des médias, en France, appelle les figures imposées24. L’observateur critique des médias portera notamment une attention toute particulière aux pratiques qui ont pour effets :

• La domination : la mise en mots et en scène des ouvriers et employés, et particulièrement des femmes.

• Le paternalisme élitaire et masculin qui suinte dans les reportages sur la vie professionnelle et la vie privée.

• Le « racisme de classe » et le « racisme de l’intelligence », qui conduisent des journalistes à évoquer avec condescendance ou mépris le monde des classes populaires qu’ils ne connaissent pas. (Les dirigeants éditoriaux sont souvent issus des classes dominantes ; ils sortent de plus en plus fréquemment d’écoles de journalisme et parfois de grandes écoles, où ils intériorisent une sociabilité bourgeoise ; leurs revenus les rapprochent des cadres supérieurs ou des professions libérales. Tout cela enracine chez eux des intérêts particuliers ainsi qu’une manière particulière de voir le monde.)

• La dépolitisation : le fait divers « qui fait diversion », et la transformation de toute question (sociale ou internationale) en fait divers.

• La personnalisation à outrance (et la multiplication des portraits, y compris parfois avec le consentement de responsables de mouvements collectifs qui affirment combattre l’individualisme).

• La présentation politicienne de toutes les questions politiques et la présentation technicienne de toutes les questions économiques.

• La promotion : les renvois d’ascenseur, complaisances et connivences qui permettent de constituer une prétendue « élite » à laquelle le « peuple » devrait rendre des comptes de son « irrationalité » et de son « populisme ».

• La dépossession : l’art de priver de parole ceux-là mêmes à qui on la donne. À analyser par exemple et concrètement : « Maisonneuve en direct » (Radio-Canada), les micros-trottoirs, les témoignages, les débats devant des « panels », les questions par courrier électronique, les sondages...

11. Collectionnez les premières pages de votre quotidien préféré pendant un mois et faites-en l’analyse. Pour cela, décidez des critères que vous retiendrez ; définissez-les le mieux possible ; construisez votre grille de lecture ; appliquez-la. Montrez vos résultats à un ami qui, idéalement, ne partage pas vos idées sociales et politiques et discutez-en ensemble. Si possible, comparez vos résultats avec les siens s’il a accepté de faire la même démarche.

12. Réunissez les 50 derniers éditoriaux ou les 50 dernières chroniques d’un même journaliste et analysez-les sous différents angles. Quels sont les sujets traités ? Quelles sources sont citées ? Quel vocabulaire est employé ? Et ainsi de suite.

13. Considérez le titre donné à un article ou une nouvelle. Est-il conforme à ce que vous avez lu ? Quel autre titre aurait été possible ? Souhaitable ? Y a-t-il des raisons qui pourraient expliquer pourquoi ce titre plutôt qu’un autre a été retenu ? Rappelez-vous que si les chroniqueurs et éditorialistes titrent eux-mêmes leurs textes en général, ce n’est pas le cas des nouvelles et autres types de textes.

14. Déterminez les sources qui alimentent les médias que vous ne connaissez pas et cherchez à en savoir plus long sur elles. Si vous pratiquez une écoute et une lecture actives, vous ne tarderez pas à repérer des sources citées de manière récurrente : l’institut Fraser, le FMI, le Conseil canadien des chefs d’entreprise, l’Institut économique de Montréal (IÉDM), par exemple. De quoi et de qui s’agit-il ? Internet vous sera sans doute utile pour le déterminer. Visitez les sites Internet de ces institutions. Lisez leurs publications. Repérez leurs traces dans les médias. Quand, par qui, à quelle fréquence, comment et à quelles fins ces études sont-elles utilisées ?

15. Apprenez ce que sont les légendes urbaines et ne tombez pas dans ces grossiers panneaux.

16. Enregistrez sur magnétoscope quelques présentations de votre bulletin de nouvelles télé favori. Visionnez ensuite vos cassettes après vous être muni d’une montre. Inscrivez sur une feuille de papier les sujets traités, l’ordre dans lequel ils le sont et le temps consacré à chacun. Consultez ensuite divers autres médias pour savoir ce qui aurait pu être traité ces jours-là. Concluez.

17. Consultez régulièrement, mais surtout en temps de crise, les sites Internet d’Amnistie internationale et de Human Rights Watch. Vous y trouverez de précieuses informations peu ou pas du tout reprises dans les grands médias.

18. Suivez systématiquement des thèmes et des sujets dans la longue durée, par exemple dans un même média.

19. Comparez le traitement proposé par un même média pour deux sujets donnés qu’on peut raisonnablement penser comparables sur tous les plans sauf un. Par exemple, comparez le traitement réservé à des actes criminels commis par des ennemis et celui qui est réservé à des actes comparables mais commis par des amis. Comparez parfois des événements qui ne sont pas comparables. Un syndicaliste est-il accusé d’avoir fracassé une porte ? Comparez le traitement qui est fait de cet événement avec celui d’un patron ayant commis un crime beaucoup plus grave, entraînant des morts, par exemple.

20. Transcrivez, si vous en avez la patience, tout ce qui se dit durant un téléjournal. Analysez ensuite votre texte quantitativement : combien de mots ont été prononcés sur tel ou tel sujet ? Par qui ? À combien de pages de votre quotidien préféré cela correspond-il ? Comparez vos résultats avec différents textes écrits. Ne m’en veuillez pas si vous concluez, avec raison, que vous ne regarderez plus jamais les informations à la télé.

21. Devant chaque information, posez-vous plusieurs questions. Qui parle ? A-t-il un intérêt dans ce dont il est question ? Quelles sont ses valeurs et présuppositions ? Les autres points de vue possibles sont-ils présentés ? Le sujet est-il traité superficiellement ou en profondeur ? Quelles contremanifestations historiques et sociales (le cas échéant) sont proposées pour comprendre les causes et la complexité du phénomène ?

22. Les sources utilisées sont-elles précisées ? Sont-elles multiples ? Fiables ? Il y a lieu de vous méfier si on vous parle des « sources autorisées » ou « d’observateurs ».

23. Le spectacle et le vécu. Ce qui est rapporté l’est-il avec le souci manifeste et presque exclusif de susciter l’intérêt, en particulier en s’en tenant au sensationnalisme, au divertissement, au spectacle et à l’« intérêt humain » ? En ce cas, méfiez-vous. Mieux encore : fermez la télé ou le journal – vous ne perdrez rien.

24. Les experts. Il faut apprendre à reconnaître non seulement qui parle et d’où il parle, mais aussi quel point de vue n’est pas représenté, n’est pas invité ou n’a pas droit de parole. Portez donc une grande attention à l’appartenance institutionnelle des experts, en particulier de ceux qui reviennent sans cesse dans les médias pour s’exprimer sur certains sujets donnés, ou en temps de crise.

25. Étudiez la philosophie politique. Chacun de nous voit le monde à travers le prisme de convictions plus ou moins consciemment adoptées. Ces convictions peuvent commodément se ventiler en deux catégories : valeurs et conceptions du monde. Bon nombre de débats sont fondamentalement des conflits entre des valeurs et des visions du monde différentes auxquelles les protagonistes adhèrent fermement. Pour connaître les valeurs et conceptions du monde qui sous-tendent les visions du monde, prenez la résolution d’étudier les grands systèmes qui les organisent de manière systématique. Vous ne pouvez pas adopter une attitude critique par rapport aux médias si vous ne savez pas ce que sont le « libertarianisme », le libéralisme, la social-démocratie, le keynésianisme, l’utilitarisme, le monétarisme, le socialisme, l’anarchisme, le féminisme, le communautarisme et ainsi de suite.

26. Lisez régulièrement d’autres sources d’information. Lisez et fréquentez non seulement la presse et les médias indépendants et alternatifs, mais aussi la presse et les médias spécialisés.

27. Méfiez-vous de l’influence de vos propres valeurs et présuppositions sur ce que vous percevez. Rappelez-vous que vous n’êtes pas immunisé contre la perception sélective, la dissonance cognitive et ainsi de suite.

Notes

1 L’Accord multilatéral sur l’investissement a commencé à être négocié en 1995, au sein de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), laquelle comptait alors 29 (riches) pays membres - elle en compte aujourd’hui 30. Cet accord, du moins sous ce nom et cette forme (et bien que l’essentiel des politiques qu’il mettait de l’avant se poursuivent par d’autres moyens), a connu une fin abrupte en 1998 alors qu’il a été abandonné - d’abord par la France, puis par la GrandeBretagne, enfin par l’ensemble de l’OCDE. Cet abandon a généralement été attribué au militantisme citoyen qui se mit en branle dès qu’une version de travail de l’AMI eut été coulée sur Internet : son examen montra alors rapidement et hors de tout doute raisonnable qu’il s’agissait d’un authentique coup de force des entreprises transnationales portant sérieusement atteinte à la souveraineté des pays et à la possibilité même des citoyens d’y agir politiquement. L’AMI compromettait en outre très sérieusement les possibilités de développement des pays les plus pauvres, en plus d’ouvrir partout la voie au démantèlement de lois sociales et environnementales, toujours au bénéfice des sociétés transnationales. L’OCDE veille à ce qu’elle appelle la « bonne gouvernance des secteurs public et privé », cherche à aider les gouvernements à « maintenir compétitifs les secteurs économiques clefs » : pour ce faire, elle promeut notamment la passation d’accords multilatéraux et d’autres ententes qui sont essentiellement des mécanismes de socialisation des risques et des coûts et de privatisation des profits.

2 L’auteur livre quelques données rapportées dans une de ses publications précédentes, La Lueur d’une bougie, Montréal, Fides, coll. « Les Grandes Conférences », 2001, 58 p.

3 L’auteur prend ici La Presse, Le Droit, Le Devoir et Le Soleil.

4 L’Opération SalAMI ! est née dans la mouvance d’une campagne citoyenne d’actions contre l’Accord multilatéral sur l’investissement. Son principal coup d’éclat a été son blocage pacifique du site de la Conférence de Montréal sur la mondialisation des économies, en mai 1998, au Centre Sheraton. L’Opération SalAMI ! réclamait le retrait du Canada des négociations autour de l’AMI. Profitant de la présence sur place de Donald Johnston, secrétaire général de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), parrain de l’AMI, le blocage du Sheraton constitue l’une des trois actions les plus importantes menées contre le projet d’accord à l’échelle internationale.

5 Données compilées par Marco Silvestro à partir des sources suivantes :
• Magazine Recto Verso, numéros de l’été 2003 ;
• Centre d’étude des médias, Université Laval, fiches sur les grands groupes médiatiques disponibles sur : <http://www.cem.ulaval.ca/concentration.html> ;
• Armande Saint-Jean et Charles-Olivier Saint-Jean (2003). Les effets de la concentration des médias au Québec : problématique, recherche et consultations, Rapport final (tome 2), Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information, disponible sur : <http://www.mcc.gouv.qc.ca/publications/rapportst-jeantome_2.pdf> ;
• Patrimoine Canadien, sites Internet du Fonds du Canada pour les magazines : <http://www.patrimoinecanadien.gc.ca/fcm/> et du Programme d’aide aux publications : <www.patrimoinecanadien.gc.ca/pap>.

6 Letter front James Madison to W. T. Barry (4 août 1822), reproduite par Gaillard Hunt dans The Writings of James Madison, New York, G. P. Putnam’s Sons, 1910, vol. 9, p. 103.

7 Voir Noam Chomsky et Edward Herman. La fabrique de l’opinion publique : la politique économique des médias américains, Paris, Le Serpent à Plumes, 2003.

8 L’auteur propose une introduction accessible aux idées linguistiques et politiques de Noam Chomsky dans la préface des Entretiens avec Chomsky publiés (avec David Barsamian) en 2002 aux éditions Écosociété. L’auteur propose également dans cet ouvrage une bibliographie d’oeuvres de et sur Chomsky (p. 239-246) qui guidera dans son exploration la personne désireuse d’en savoir plus, notamment sur le modèle propagandiste des médias.

9 Les associés d’EIM. Les dirigeants face au changement, Paris, Éditions du huitième jour, 2004. Cet extrait a été reproduit dans une dépêche de l’AFP le 9 juillet 2004 et a notamment été repris dans Libération (10-11/07/04) sous le titre : « Patrick Le Lay, décerveleur ».

10 Vidéo de Rod Serling interrogé par Mike Wallace. Source : <http://fanac.org/worldcon/AussieCon/w99-rpt.html> (lien consulté le 7 octobre 2005).

11 Voir Noam Chomsky et Edward Herman, p. xi dans Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media, New York, Pantheon Books, 1988.

12 Ce tableau présente quelques-uns des résultats d’une enquête menée durant les années 1990 au Canada anglais sous les auspices du Centre canadien des politiques alternatives, et qui a cherché à systématiquement relever les biais et omissions des grands médias écrits du Canada anglais. Des précisions sur la méthodologie employée et sur les moyens de vérification et de contre-vérification utilisés se trouvent principalement dans la section « Acknowledgements » (p. 1 à 4) et au chapitre 5 de l’ouvrage cité, qui présente les résultats de cette recherche. Les auteurs ont surtout eu recours au Carrent Business and Carrent Affairs Periodical Index, à des recherches en ligne sur Infomart et Infoglobe, aux CD-ROM du The Globe and Mail et du Maclean’s ainsi qu’au CD-ROM Canada News Disk. Voir Hackett, Gruneau et al. The Missing News: Filters and Blind Spots in Canada’s Press, Ottawa, Canadian Center for Policy Alternatives/Garamond Press, 2000.

13 L’auteur doit ces métaphores à son ami Michael Albert, créateur de l’économie participative (ou Écopar) et animateur du magazine Z Mag ainsi que du site Internet ZNet. Sur Albert et son travail, voir notamment : Michael Albert, L’élan du changement, Montréal, Éditions Écosociété, 2003, dont Normand Baillargeon a signé une introduction qui dresse un portrait de l’auteur et de ses idées.

14 Voir Claude Ryan, « À qui doivent appartenir les journaux quotidiens ? Une commission parlementaire doit analyser la transaction Unimedia », Le Devoir, 20 novembre 2000, p. A7.

15 Ibidem.

16 Ibidem.

17 L’auteur s’est essayé à synthétiser certaines de ces indispensables informations dans le chapitre 5 du Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Montréal, Lux, 2005, 338 p.

18 Voir Wiliam Graham Sumner. Folkways: A Study of the Sociological Importance of Usages, Manners, Customs, Mores, and Morals, New York, Ginn and Co., 1940, p. 632-633.

19 Voir Robert Dutrisac et al. « Le Gouvernement Bouchard se fie à la bonne volonté de Power Corp » (sic), dans Le Devoir, 11 novembre 2000, p. A1.

20 Voir Pierre Kropotkine, Mémoires d’un révolutionnaire, Paris, Éditions Scala, 1989, p. 432.

21 Voir Normand Baillargeon, « L’écopar : enfin des idées libertaires pour l’économie », dans Possibles, vol. 29, no 2, printemps 2005, p. 131-148. L’économie participative propose des institutions destinées à permettre la réalisation des fonctions d’allocation de ressources, de production et de consommation dans le respect des valeurs suivantes : l’équité, définie par la rémunération selon l’effort ; l’autogestion, entendue comme la possibilité pour chacun ou chacune d’influer sur des décisions proportionnellement à l’influence qu’elles auront sur lui ou elle ; la solidarité, entendue comme la considération égale du bien-être des autres ; la variété, enfin, définie comme diversité des outputs. L’Écopar propose notamment des ensembles équilibrés de tâches plutôt que des emplois tels que nous les connaissons, la propriété publique des moyens de production ainsi qu’une planification participative décentralisée. On lira : Michael Albert. Après le capitalisme : éléments d’économie participaliste, Marseille, Éditions Agone, 2003, et Normand Baillargeon. « Une proposition libertaire : l’économie participative », paru dans : Les chiens ont soif, Montréal, Comeau-Nadeau et Marseille, Éditions Agone, 2001. Disponible en ligne sur : <http://www.bibliolib.net/article.php3?id_article=i4> (lien vérifié le 7 octobre 2005).

22 FAIR est l’acronyme de Fairness and Accuracy in Reporting. Cette organisation américaine a été fondée en 1986 et travaille à déceler, à faire connaître et à contrer les biais, omissions, erreurs et préjugés des médias ainsi que tous les moyens et procédés par lesquels les médias marginalisent le bien commun et l’intérêt public. Elle travaille aussi à faire advenir une plus grande diversité de points de vue au sein des médias ainsi qu’une plus grande ouverture de leur part aux points de vue alternatifs ou dissidents. FAIR publie depuis 1987 un magazine appelé Extra !. Son site Internet est : <http://mw.fair.org/index.php> (lien consulté le 8 octobre 2005).

23 Un précieux outil de recherche ! On peut utiliser des bases de données pour faire de la recherche (par mots clés, auteurs et ainsi de suite) simultanément dans plusieurs journaux et périodiques et en remontant très loin dans le temps. C’est un outil très utile, accessible de chez vous par Internet. J’utilise pour ma part le site <www.eureka.cc>. Il faut payer un abonnement, mais l’institution où vous travaillez ou celle où vous étudiez est peut-être déjà abonnée.

24 Collectif Informer sur l’information, Petit manuel de l’observateur critique des médias, Paris, PLPL et Acrimed, 2004, p. 14-15.

Table des illustrations

Légende Sources : Données compilées par Marco Silvestro à partir des sources suivantes :• Magazine Recto Verso, numéros de l’été 2003 ;• Centre d’étude des médias. Université Laval, fiches sur les grands groupes médiatiques disponibles sur : <http://www.cem.ulaval.ca/​concentration.html>;;• Armande Saint-jean et Charles-Olivier Saint-Jean (2003). Les effets de la concentration des médias au Québec : problématique, recherche et consultations. Rapport final (tome 2), Comité conseil sur la qualité et la diversité de l’information, disponible sur : <http://www.mcc.gouv.qc.ca/publications/rapportst-jeantome_2.pdf>;• Patrimoine canadien, sites Internet du Fonds du Canada pour les magazines <http://www.patrimoinecanadien.gc.ca/​fcm/​> et du Programme d’aide aux publications <www.patrimoinecanadien.gc.ca/pap>.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 478k

Auteur

Professeur au Département d’éducation et pédagogie de l’Université du Québec à Montréal. Enseigne les fondements de l’éducation. Collabore depuis de nombreuses années à des revues indépendantes. A publié des ouvrages et des articles en sciences humaines, en littérature, en philosophie et en éducation, dont Éducation et liberté, Montréal, Lux, 2005 et Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Montréal, Lux, 2005.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search