Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diversité et indépendance des médias

 | 
Isabelle Gusse

Introduction

Texte intégral

1Ainsi, les médias ne seraient pas indépendants par essence, par nature, comme leur attribut de « quatrième » pouvoir nous le laisse présumer ? Un siècle entier d’observation permet de douter de cette indépendance, tant les exemples et les incidents qui peuvent la mettre en cause abondent. Et pourtant la contrepartie est bien réelle, car l’impact positif et l’importance des médias sur la vie publique, sur la res publica, proviennent bel et bien de l’aptitude de ceux-ci à dévoiler, plutôt qu’à rendre compte — et de preuves de ce phénomène, l’histoire abonde aussi.

2Quels sont donc les enjeux entourant cette indépendance relative ? Et pourquoi y accoler cette autre idée de « diversité » des médias, alors que ce qui pourrait clore le débat à propos de la première pourrait entrer en contradiction avec la seconde ou la restreindre ? Mais dans l’esprit des coauteurs de ce livre, aucune dichotomie ne surgit, bien que l’on aurait pu traiter de façon distincte et l’indépendance et la diversité des médias. Au contraire, c’est plutôt d’une convergence des deux termes qu’il est constamment question, l’un et l’autre mis à mal par l’effet déstructurant de l’actuelle « convergence », justement, des médias dominants.

3Dans cet ouvrage, deux maîtres mots, démocratie et service public, sous-tendent l’exposé, l’analyse, voire le plaidoyer, des auteurs. Les médias n’ont en effet de sens, de rôle à jouer, que dans une société tendant vers la démocratie, aussi imparfait que soit le degré de développement de cette démocratie. Quant à la notion de service public, elle concerne à la fois la fonction et la finalité, aucun média ne pouvant se justifier par lui-même, en dehors de son utilité réelle en regard du bien commun.

4Ces questions essentielles se retrouvant en toile de fond, il convenait d’aborder le plus concrètement possible la thématique de cet ouvrage en s’appuyant sur l’état actuel des réflexions théoriques et des expériences médiatiques en la matière. L’occasion en fut d’abord donnée au printemps 2005, lors d’un colloque soulignant le 30e anniversaire de Radio CentreVille, la radio communautaire multilingue de Montréal. Les chapitres de ce livre sont pour l’essentiel issus de ce colloque tenu à l’Université du Québec à Montréal. Mais chacun des textes a par la suite été approfondi, longuement remanié, avec l’objectif de contribuer à une appropriation nécessaire des éléments de base d’une réflexion critique sur les enjeux actuels de la diversité et de l’indépendance des médias. L’étudiant universitaire trouvera ici une matière ample, aussi bien théorique que descriptive et analytique, ouvrant sur des horizons dynamiques alimentés par des références bilbiographiques fort nombreuses. Le lecteur citoyen appréciera pour sa part la simplicité d’écriture et l’autonomie de chacun des chapitres.

5Dans la première partie, nous posons la question du rapport à la démocratie, la notion d’espace public étant perturbée par la marchandisation et l’homogénéisation des contenus informatifs et culturels (chapitre 1). Le silence des grands médias sur plusieurs questions cruciales, leur rôle propagandiste au profit des intérêts dominants, exigent de tout un chacun un regard vigilant et critique (chapitre 2), mais aussi un engagement au sein des médias indépendants qui saurait les servir. Cette notion participative, qui procède de l’éducation citoyenne, doit d’urgence prendre le pas sur le scepticisme ambiant à l’égard de leur fonctionnement et des institutions démocratiques (chapitre 3), que la concentration du capital et la mondialisation de l’économie ont contribué à affaiblir.

6Le Québec a une longue pratique des médias communautaires, que ce soit la presse écrite, la télévision ou la radio, et la deuxième partie de ce livre en dresse l’état des lieux. La presse « alternative » repose sur une tradition médiatique riche et innovante, très liée aux mouvements sociaux (chapitre 4). Elle est présente tout autant en région que sur Internet (cyberpresse) ; sa précarité économique semble constante mais sa richesse sociale est en revanche manifeste. La télévision communautaire (TVC) s’est développée en parallèle avec la câblodistribution, ce qui a facilité sa diffusion mais aussi fortement encadré son existence, sa réglementation spécifique étant tributaire de celle du câble (chapitre 5). La télévision ayant beaucoup changé, le public étant très peu porté à l’indulgence, les artisans de la télévision communautaire sont aujourd’hui tenus à faire preuve d’un haut degré de professionnalisme. Mêmes exigences du côté de la radio communautaire, qui diffuse pour sa part en ondes hertziennes sur la bande FM. Ici l’évolution est en quelque sorte générationnelle, puisque à l’appropriation collective de la parole des débuts a succédé une phase obligée de consolidation (chapitre 6), que les défis actuels poussent à une nécessité plus grande encore de compétence stratégique.

7Qu’en est-il ailleurs dans le monde ? C’est là l’apport de la troisième partie de notre ouvrage, qui met l’accent sur l’examen de la radio comme média indépendant. Plus d’un quart de siècle après le rapport MacBride, qui appelait à un « nouvel ordre mondial de l’information », la radio demeure le média local par excellence sur chacun des continents. La radio communautaire pullule en Amérique latine et en Afrique, alors qu’elle se développe lentement en Asie et se fait encore attendre au Moyen-Orient (chapitre 7). L’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires, fondée à Montréal en 1983, soutient pas à pas son développement. Rares sont les radios indépendantes de grande taille, mais des exemples existent, qui s’appuient sur des forces sociales et politiques à l’origine pour puiser ensuite dans la détermination et l’inventivité de leurs artisans des formes structurelles pérennes ; le cas de Radio Popolare à Milan (chapitre 8) est à cet égard remarquable. Par ailleurs, le paysage audiovisuel étant réglementé par l’État, quelle part le « tiers secteur » radiophonique peut-il espérer s’assurer pour pouvoir survivre ? La France est ici l’objet d’un examen attentif et détaillé (chapitre 9), son Fonds de soutien à l’expression radiophonique étant vu partout comme un modèle du genre.

8Revenant au Québec, et plus particulièrement à Montréal, pour la quatrième et dernière partie, et retournant à l’origine du projet de Radio CentreVille et de son développement comme radio communautaire et multilingue (cinq langues à ses débuts, sept aujourd’hui), on constate l’aptitude de cette radio à accueillir la parole des nouveaux arrivants et à faciliter leur intégration à la vie montréalaise, y compris, bien sûr, à travers ses équipes de production (chapitre 10). L’immigration a beaucoup changé à Montréal, reflétant d’emblée les situations de crise nationales, internationales parfois, qui provoquent l’arrivée de contingents toujours plus diversifiés (chapitre 11). Cette évolution rapide pose tout le défi de l’apport identitaire des communautés culturelles à une société que se voit encore majoritairement homogène. Et pour clore le sujet de ce livre, que penser de la fin brutale du magazine Recto Verso (chapitre 12) ? Ses artisans de la dernière heure décrivent l’asphyxie, plutôt que l’échec, d’un média indépendant qui a tant contribué à la nécessaire diversité.

9Il est courant de qualifier d’« indépendants » les médias communautaires — qu’on dit plutôt « associatifs » en France, une nuance qui réfère davantage au cadre juridique statutaire qu’à la vocation de ces petites entreprises médiatiques —, c’est-à-dire la presse écrite, la radio et la télévision communautaires. Certains de ces médias se disent « alternatifs », pour bien marquer leur différence d’approche, de texture ou de contenu par rapport aux médias traditionnels. Quoi qu’il en soit, le premier élément distinctif est celui de la propriété collective, plutôt que privée ou étatique, ce qui semble en effet un premier gage d’indépendance et de diversité. Mais le potentiel démocratique est plus grand encore là où l’engagement citoyen est le plus marqué.

10Si la vie démocratique se nourrit de la liberté d’expression, bien des faux débats ont entremêlé ces notions avec celle de la liberté d’entreprise, qui a connu un développement presque sans frein dans le monde des médias. Propriétés multiples puis croisées, concentrations puis duopoles, et maintenant convergence, sans compter les diffuseurs publics qui sont entrés dans la danse de la « concurrence » : tous ces éléments forment une sorte de rouleau compresseur auquel la vie citoyenne semble bien mal venue de s’opposer. L’espace public médiatisé commence à manquer d’air ! Derrière cette boutade se cache pourtant le défi d’une réponse adéquate aux droits démocratiques autant que culturels.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540