Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

Conclusion

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, nous avons fait un tour d’horizon d’un certain nombre de constructions du français qui n’ont pas été — ou très peu — décrites dans les grammaires traditionnelles.

2Bien entendu, les descriptions et analyses que nous avons présentées ne sont pas exhaustives. Les recherches en grammaire générative ont permis de découvrir et de décrire les propriétés d’une foule d’autres constructions dont il n’a pas été question dans ce livre. Mais il nous fallait faire des choix, soit en vue de limiter le contenu, soit dans le but de simplifier l’exposé. Quoi qu’il en soit, nous espérons que la lecture de cet ouvrage aura éveillé la curiosité du lecteur et lui aura donné l’envie de réfléchir davantage sur l’extrême complexité de la grammaire du français.

3Nous n’avons pas non plus abordé les concepts fondamentaux de la théorie syntaxique générative. C’était à dessein, car nous voulions orienter ce livre davantage sur la description des faits que sur les analyses. Néanmoins, nous avons fait appel à l’occasion à des termes spécialisés et à certaines notions de base, comme celles du déplacement et des traces, qui étaient essentiels au développement d’une argumentation cohérente. Au terme de cet ouvrage, peut-être le lecteur voudra-t-il, et ce serait tant mieux, se familiariser davantage avec le modèle théorique utilisé dans les travaux en grammaire générative. Certains articles ou livres d’introduction à la théorie, relativement récents et portant sur la langue française, pourront remplir cet office, entre autres Rouveret (1987), Jones (1996), Pollock (1997), Brousseau et Roberge (2000) et Tellier (2003).

4L’objectif de ce livre, au départ, était double. Tout d’abord, il s’agissait de rassembler des faits du français qui sont disséminés çà et là dans les articles spécialisés. En les regroupant ici, nous avons pu faire le point sur l’ensemble des propriétés de chacune des constructions abordées. Cette entreprise, nous l’espérons, sera utile non seulement aux étudiants et aux chercheurs, mais à quiconque s’intéresse de près à la grammaire du français.

5Notre deuxième objectif était d’illustrer comment une approche théorique particulière peut mener à des découvertes surprenantes. En effet, la théorie adoptée nous aura permis d’examiner les faits du français sous un angle nouveau, ce qui, par le fait même, nous a amenés à poser des questions qui n’auraient pas pu être soulevées auparavant. Pour y répondre, l’approche générative a recours aux jugements des locuteurs natifs. La prise en considération des phrases agrammaticales d’une langue constitue un apport majeur de l’approche générative. C’est un des aspects qui la différencient des autres approches théoriques de l’étude de la langue. Bien plus que de simplement décrire les faits, l’objectif de la théorie générative est de décrire la connaissance qu’ont les locuteurs de la syntaxe de leur langue. Or, la connaissance d’une langue implique tout aussi bien connaître ce qui est possible que reconnaître ce qui ne l’est pas.

6L’approche adoptée par la grammaire générative nous permet aussi — et c’est très nouveau par rapport aux grammaires traditionnelles — d’établir des généralisations qui permettent de relier des constructions non apparentées à première vue. La grammaire générative, en effet, ne se limite pas à dresser des inventaires. Elle vise plutôt à cerner les propriétés (parfois abstraites) qu’ont en commun différentes constructions, et donc à expliquer pourquoi elles se comportent de manière analogue dans tel ou tel contexte.

7Si les grammaires traditionnelles servent souvent aux théoriciens, ces derniers peuvent, comme nous l’avons vu tout au long de ce livre, apporter une foule de faits nouveaux et enrichir de beaucoup les descriptions existantes. Mais ces faits et leur analyse demeurent, même aujourd’hui, très peu connus hors du cercle des linguistes générativistes. En faisant état de certaines des découvertes importantes faites au cours des quelque quarante dernières années en grammaire générative, nous espérons avoir réussi à faire le pont entre grammaire et théorie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search