Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

10. La dislocation

Texte intégral

1. En bref

1Il existe en français une construction qui se caractérise par la présence d’un constituant dans une position périphérique de la phrase, soit à gauche ou à droite ; ce constituant est, dans la plupart des cas, repris par un pronom clitique. On appelle cette construction la dislocation. Grevisse (1993 : 564-565) définit ce tour de la façon suivante : « Un terme est mis en évidence au début ou à la fin de la phrase, et un pronom personnel ou démonstratif occupe la place normale de ce terme ». Comme le soulignent Riegel et al. (1994 : 426), ces tours sont accompagnés d’un contour prosodique particulier :

L’élément ainsi détaché reçoit un accent d’insistance et se trouve séparé du reste de la phrase par une pause, qui est marquée à l’écrit par la virgule. La courbe intonative déclarative monte jusqu’à la pause, puis redescend. Cependant la pause n’est pas toujours nettement marquée quand le constituant est détaché en fin de phrase [...].

2Un cas typique de dislocation est le suivant :

1

a.

Le chat, il dort.

b.

Il dort, le chat.

3Dans ce chapitre, nous examinerons de plus près ces constructions. Nous en décrirons tout d’abord les propriétés générales, en soulignant quelques différences entre la dislocation à gauche et la dislocation à droite ; puis nous en ferons une analyse syntaxique et déterminerons comment elles sont dérivées.

4Tout d’abord, nous présenterons une typologie des différents cas de dislocation avec leurs caractéristiques syntaxiques particulières. Les exemples de ce chapitre sont pour la plupart tirés ou adaptés des études suivantes : Sandfeld (1965), Hirschbühler (1975), Larsson (1979), Grevisse (1993), Riegel et al. (1994), Blasco-Dulbecco (1999) et De Cat (2005).

2. Typologie et caractéristiques syntaxiques de la dislocation

5Dans les cas habituels, le syntagme mis en évidence (à gauche ou à droite) est un SN défini (pronominal ou non) correspondant à différentes fonctions dans la phrase, par exemple le sujet, l’objet direct ou indirect ou le complément circonstanciel (seule la dislocation à gauche est possible dans ce dernier cas ; nous y revenons à la section 3) :

6• Sujet

2

a.

Il avait beaucoup changé, Camus.

b.

Moi, je vous baptiste avec l’eau.

c.

Ces linguistes, ils sont tous fadas.

d.

Ils sont tous fadas, ces linguistes.

7• Objet direct ou indirect

3

a.

Bien sûr, cela vous a fait plaisir de le boire, ce café au lait qu’elle vous a fait chauffer.

b.

Elle, je la connais.

c.

Je la connais, elle.

d.

Paul, je lui parle souvent.

e.

Je lui parle souvent, Paul.

f.

Son enfer, elle en est revenue.

g.

La France, j’y crois.

8• Complément circonstanciel

4

a.

Les Alpes, on peut y pratiquer le ski toute l’année.

b.

Ce parc, je m’y rends souvent.

9Les syntagmes prépositionnels (5a-e) et les phrases (5f-h), surtout lorsqu’elles figurent en périphérie gauche, peuvent aussi faire l’objet d’une dislocation :

5

a.

À Amsterdam, j’y suis allé souvent.

b.

J’y suis allé souvent, à Amsterdam.

c.

À moi aussi, elle me parle. (Colette, Vrilles, 76)

d.

À son salut, oh ! si je le pouvais, j’y travaillerais malgré lui. (Pascal)

e.

Dans le pot-au-feu, on y mettait pas de la bisture. (Lombard, 22,2)

f.

Que la position fut perdue entièrement, je ne le pensais pas. (Becque. Corb. III. 4)

g.

Exprimer mes sensations, je ne le saurais. (Mirb. Calv. 167)

h.

Elle le fera toute sa vie, danser.

10La dislocation, tant à gauche qu’à droite, peut aussi cibler des attributs ou des adverbes, également repris par un pronom clitique. Dans le cas de l’attribut, le SN disloqué peut être soit un adjectif (6a-d) soit un SN sans déterminant (6e, f) :

6

a.

Libre, je ne le suis à peu près jamais.

b.

Nous ne l’étions pas, peut-être, fatigués ?

c.

Sublimes, ils l’étaient.

d.

Ils l’étaient, sublimes.

e.

Comédien, il le restera toujours.

f.

Il l’était encore, comédien.

g.

J’y suis resté longtemps, là-bas.

h.

Là-dedans, savez-vous ce qu’il y fait ?

11En ce qui concerne l’élément de reprise d’une structure disloquée, notons que celui-ci n’est pas toujours un pronom clitique placé devant le verbe. Par exemple, le constituant disloqué peut être repris par un déterminant possessif contenu dans un syntagme nominal (SN) — voir (7c, b) — ou un pronom contenu dans un syntagme prépositionnel (SP) — voir (7c, d) :

7

a.

Claas, ses chaussettes ont disparu.

b.

Julie, je parle souvent de sa réussite.

c.

Chomsky, je parle souvent de lui dans mes cours.

d.

Cette équipe, les amateurs ont souvent souffert à cause d’elle.

VOUS AVEZ DIT « ADJECTIF » ?
Certaines grammaires traditionnelles appellent « adjectifs possessifs » les déterminants possessifs, il est cependant clair que ces possessifs se rapprochent beaucoup plus, tant dans leur interprétation que dans leur comportement syntaxique, des pronoms que des adjectifs. Entre autres, les possessifs ont cette caractéristique des pronoms personnels de permettre une lecture distributive dans certains contextes de quantification. Par exemple, dans la phrase suivante : Choque étudiant pense qu’il aura une bonne note, on peut imaginer une interprétation selon laquelle on peut établir des paires du type l’étudiant X pense que X aura une bonne note/l’étudiant V pense que Y aura une bonne note, etc. Nous obtenons le même type d'interprétation avec un déterminant possessif, comme on peut le voir avec l’exemple suivant : Chaque étudiant est content de sa note (l’étudiant X est content de la note de X, l’étudiant Y est content de la note de Y, etc.).

12Outre les pronoms et les déterminants possessifs, d’autres éléments peuvent reprendre le syntagme disloqué. Comme le notent, entre autres, Hirschbühler (1975) et De Cat (2005), une épithète peut aussi servir d’élément de reprise :

8

a.

Paul, Pierre s’est battu avec cet idiot.

b.

Plastic Bertrand, j’ai tous les disques de ce farfelu.

13Les cas de dislocation que nous venons de voir mettent tous en jeu la reprise d’un syntagme de type défini, comme en fait foi la forme du pronom clitique ou de l’épithète. La dislocation peut cependant aussi cibler un objet indéfini pluriel. La reprise est alors exprimée par le pronom en (exemples tirés de Grevisse 1993 :565) :

9

a.

Des yeux de statue, on en avait vu par milliers.

b.

On en avait vu par milliers, des yeux de statue.

14Il est aussi possible de disloquer un sous-ensemble d’un SN indéfini, en l’occurrence la portion qui suit le déterminant, en faisant précéder le syntagme disloqué de la préposition de (dans ce cas, seule la dislocation à droite est permise) :

10

a.

J’en ai écrit une, de lettre.

b.

Que j’en trouve encore une, de montre !

(Courteline, Le commissaire est bon enfant, IV, cité dans Grevisse 1993 : 565)

15Il existe d’autres cas de dislocation qui, comme le soulignent Riegel et al. (1994 : 428 sqq.), confèrent un caractère générique au syntagme périphérique. Celles-ci se construisent avec les pronoms démonstratifs cela ou ça. Le SN disloqué peut alors être soit défini soit indéfini :

11

a.

La lecture, cela (ça) c’est important.

b.

La vitesse, c’est dépassé.

c.

Un enfant, c’est précieux et fragile.

d.

Ça bouge beaucoup, un enfant.

e.

Ça travaille fort, un étudiant en médecine.

f.

Ça prend toute ton énergie, ce genre de travail.

LES COMPLÉTIVES INFINITIVES
Riegel et al. (1994) notent un type de détachement syntaxique qui concerne non pas un syntagme nominal ou prépositionnel, mais une complétive. Citons ces auteurs :
Les complétives et les infinitifs ne s’emploient pas facilement en position sujet, même si la construction est grammaticalement acceptable. Dans l’usage courant, on préfère avoir recours au détachement, qui semble plus naturel. Seuls les pronoms démonstratifs sont possibles. Le pronom ce permet le détachement du sujet du verbe être, les pronoms cela et ça servent à détacher les sujets des autres verbes.
Parmi les exemples cités de ces tours, on notera les suivants :
(Détachement en début de phrase)
Manquer le train, cela (ça) me gêne.
Que Pierre soit
tombé, cela amuse Sylvie.
Boire un chocolat espagnol, c'est tenir toute l'Espagne dans sa
bouche. (Gide)
(Détachement en fin de phrase)
C'est dommage qu'il ne soit pas venu.
Cela amuse Sylvie que Pierre soit tombé.
Cela m'ennuie de la savoir malade.
Selon Riegel et al., ces tours servent à manifester une insistance sur le sujet propositionnel, que l’on ne retrouve pas quand celui-ci est dans sa position canonique : Manquer le train me gêne.
Que Pierre soit tombé amuse Sylvie.
Boire un chocolat espagnol est tenir toute l'Espagne dans sa bouche.
Qu’il ne soit pas venu est dommage.
La savoir malade n'ennuie.
Fait intéressant, ces auteurs notent que le détachement est obligatoire dans les tours positifs mais non dans les tours négatifs :
Partir, c'est mourir un peu.
* Partir
est mourir un peu.
Souffler, ce n'est pas jouer.
Souffler
n'est pas jouer.
Autre fait noté par les mêmes auteurs ; « [...] la structure de la phrase avec être ressemble à celle de la phrase impersonnelle. » Par exemple, aux deux premières phrases ci-dessous, on peut ajouter la troisième :
Manquer le train est gênant.
Manquer le train, c'est gênant
il est gênant de manquer le train.
Du point de vue syntaxique, ces trois tours manifestent une différence syntaxique importante. On notera en effet que seule la construction impersonnelle exige la présence de ta préposition de devant la complétive. Sans elle, la phrase est impossible :
* Il est gênant manquer le train.
En revanche, les deux autres tours peuvent se construire avec ou sans le de, bien que tes résultats soient quelque peu marginaux avec de. Ainsi, à nos phrases précédentes, on ajoutera les suivantes ;
De manquer le train est gênant.
De manquer le train, c'est gênant.
Le lecteur pourra consulter Larsson (1979) pour une discussion détaillée de ces cas.

2.1. Dislocations multiples

16La dislocation n’est pas limitée à un seul constituant de la phrase. Les phrases ci-dessous sont en effet acceptables :

12

a.

Alors je sais que mon frère, son CAP, il l’a pas eu. (Ashby 1988)

b.

Des livres, Jean, je sais bien qu'elle lui en a volé beaucoup.

c.

Je le lui ai donné, le livre, à Luc.

d.

Il savait bien qu’elle l’était, lourde à porter, la valise.

17À ce propos, Grevisse (1993 : 565) cite des exemples qui illustrent bien l’étendue des possibilités :

13

C’était pas qu’elle les gênait, la famille, les fossoyeurs, mais c’était l’heure d’aller déjeuner et ils finiraient de le remplir seulement après la soupe, les fossoyeurs, le trou.

(R. Queneau, Dimanche de la vie, VII)

14

Je l'aurais bien donné aux requins à bouffer, moi, le commandant Pinçon. (Céline, Voyage au bout de la nuit, F°, p. 38)

18Dans la plupart des cas, l’ordre relatif des éléments disloqués importe peu, bien que Larsson (1979 :120-121) relève certains exemples où l’ordre semble plus rigide (v. les contrastes en [15g, h] et [15i, j]) :

15

a.

Jules, sa matière, il la connaît bien.

b.

Sa matière, Jules, il la connaît bien.

c.

Il la connaît bien, sa matière, Jules.

d.

Il la connaît bien, Jules, sa matière.

e.

À Paul, cette histoire, Marie la lui a bien racontée.

f.

Cette histoire, à Paul, Marie la lui a bien racontée.

g.

Ces femmes-là, son secret, elle ne le leur dira jamais.

h.

* Son secret, ces femmes-là, elle ne le leur dira jamais.

i.

* De cette affaire, Jean, elle ne lui en a pas encore parlé.

j.

Jean, de cette affaire, elle ne lui en a pas encore parlé.

2.2. La dislocation dans les complétives

19Jusqu’ici, nos exemples se sont limités aux cas où l’élément disloqué et le pronom de reprise se trouvent à l’intérieur de la même proposition.

20Mais ils peuvent aussi se trouver dans des propositions différentes, comme l’illustrent les phrases en (16) (voir aussi les exemples de Grevisse en [14]) :

16

a.

Cette fille, on m’a dit [qu'elle était brillante].

b.

Cet article, j’aimerais bien [qu’on le publie].

c.

Paul, je pense [que Marie lui a parlé hier].

d.

De cette ivrognerie (...), il faut cependant [en parler].

e.

Montréal, on croirait [que ces gens n'y ont jamais habité].

f.

Une défaite pareille, on peut se douter [que ça fait plutôt mal].

g.

Stupide, je sais [que je le suis], mais pas quand je parle de lui.

21On peut aussi trouver l’élément disloqué, non pas en périphérie (gauche) de la phrase, mais en tête d’une complétive déclarative ou relative (derrière soit le complémenteur ou le syntagme Qu-). Ainsi, aux exemples (17a, b) on peut ajouter ceux en (17c, d) :

17

a.

Un espion, je pense qu’on peut le reconnaître rien qu’à son chapeau.

b.

Votre pétrole, le jour où on en aura plus besoin tout sentira bien meilleur.

c.

Je pense qu’un espion, on peut le reconnaître rien qu’à son chapeau.

d.

Le jour où, votre pétrole, on en aura plus besoin tout sentira bien meilleur.

22Toutefois, bien que les avis diffèrent concernant les jugements de grammaticalité, il semblerait que la dislocation en tête de proposition subordonnée soit plus difficilement acceptable si cette dernière contient un verbe à l’infinitif (les exemples sont tirés de Hirschbühler 1975, Larsson 1979 et Blasco-Dulbecco 1999) :

18

a.

* J’ai voulu, Pierre, le rencontrer.

b.

?* Je préfère, ce travail, le faire aussitôt.

c.

? Je préfère, à mon père, lui dire la vérité.

23Ceci complète notre tour d’horizon des principales propriétés des structures disloquées. Nous examinerons maintenant l’interaction entre les syntagmes disloqués et d’autres constituants périphériques de la phrase.

2.3. Dislocation et autres éléments périphériques de la phrase

24Nombre de travaux récents se sont penchés sur les éléments qui composent la périphérie gauche d’une proposition et sur les implications théoriques qui en découlent (par exemple Rizzi 1997). Nous examinerons ici quelques-uns des faits soulevés dans les travaux récents.

25Signalons tout d’abord que le constituant disloqué doit suivre le complémenteur (que ou si) dans une subordonnée (nous en avions déjà vu un exemple en [17c]) :

19

a.

Je crois qu’à Paul, elle lui a écrit hier.

b.

* Je crois, à Paul, qu'elle lui a écrit hier.

c.

Je crois que Paul, elle lui a parlé hier.

d.

* Je crois, Paul, qu’elle lui a parlé hier.

e.

Je me demande si, à Paul, je lui dis la vérité.

f.

* Je me demande, à Paul, si je lui dis la vérité.

26(Notons que la situation est passablement plus complexe que ce que suggèrent les exemples en [19]. Par exemple, Blasco-Dulbecco est d’avis que la phrase [19f] est acceptable lorsque le syntagme disloqué est non pas un SP mais un SN : Je me demande, Paul, si je lui dis la vérité ; nous renvoyons le lecteur à la discussion dans Blasco-Dulbecco 1999 :152-161.) En ce qui concerne les interrogatives directes, Hirschbühler (1975) et Rizzi (1997) notent que le constituent disloqué doit, cette fois, précéder le syntagme Qu- :

20

a.

Le prix Nobel, à qui vont-ils le donner ?

b.

* À qui, le prix Nobel, vont-ils le donner ?

c.

Paul, qui lui a parlé ?

d.

* Qui, Paul, lui a parlé ?

e.

À Paul, qui lui a parlé ?

f.

* Qui, à Paul, lui a parlé ? g. Paris, quand crois-tu que nous y habiterons ?

h.

* Quand, Paris, crois-tu que nous y habiterons ?

27Curieusement, cette contrainte semble moins stricte dans les interrogatives indirectes. Bien que, encore une fois, les auteurs ne soient pas unanimes quant à l’acceptabilité des différents exemples ci-dessous (v. Blasco-Dulbecco, op. cit.), il semble que l’interrogative indirecte permette une plus grande flexibilité quant à l’ordre relatif du syntagme Qu- et du constituant disloqué :

21

a.

Je sais où, Paul, il est allé.

b.

Je sais, Paul, où il est allé.

c.

( ?) Je lui ai demandé, ces pommes-là, à qui il avait l’intention de les vendre.

d.

? Je lui ai demandé à qui, ces pommes-là, il avait l’intention de les vendre.

e.

( ?) Je lui ai demandé, ces pommes-là, où il les avait trouvées.

f.

? Je lui ai demandé où, ces pommes-là, il les avait trouvées.

LA DISLOCATION À DROITE DU SUJET : UN PHÉNOMÈNE PRÉCOCE
Les études en acquisition du français langue maternelle ont à l’occasion fait état d’un phénomène courant chez les jeunes enfants, soit la possibilité d’« inverser le sujet » du verbe. Dans une recherche récente, Labelle et Valois (1996) ont relevé 195 cas de sujet postverbal (sur un total de 253 cas de cooccurrence du sujet et du verbe, soit77 %) chez les enfants francophones âgés entre 1 an et g mois et 2 ans et 7 mois dans le corpus écrit de CHILDES (MacWhinney 1991) ainsi que dans un corpus de français parlé montréalais. Un exemple typique est le suivant :
Dort bébé.
Le statut du SN postverbal dans ce type d’énoncé a fait l’objet d’un certain débat ces dernières années. Alors que certains auteurs (par exemple Déprez et Pierce 1993) suggèrent qu’il s'agit bel et bien du sujet inversé du verbe, un examen plus approfondi des faits nous mène cependant à une conclusion différente. En effet, Labelle et Valois présentent un ensemble d’arguments qui montrent que le SN postverbal n'est pas véritablement le sujet inversé du verbe mais bien le SN périphérique d’une structure disloquée sans pronom de reprise audible.
(pronom) dort. bébé.
D’entrée de jeu, signalons que l’absence de pronom sujet avec les verbes à temps conjugué est un phénomène courant dans les tangues naturelles (y compris nombre de langues romanes, dont l'espagnol et l'italien). Il est également bien connu que les enfants passent tous par un stade de leur acquisition où ils omettent le sujet du verbe, peu importe leur langue maternelle. Labelle et Valois ont relevé 343 cas de verbes conjugués sans sujet exprimé, par exemple des expressions du type Dort pour signifier la troisième personne du singulier du verbe au présent de l’indicatif (Il dort) sur un total de 1409 occurrences de verbes, soit un pourcentage de 24 %. Il n'est donc pas étonnant que l'omission du pronom chez les jeunes enfants s’étende aux constructions disloquées. Un regard attentif sur la structure syntaxique des phrases du type Dort bébé confirme l'hypothèse de la dislocation.
Tout d’abord, dans tous les cas de séquence verbe + « sujet » postverbal, le SN est défini. Autrement dit, il n’a été relevé aucun cas de structures verbe + « sujet » postverbal indéfini du type Dort un monsieur. Il s’agit pourtant d’une séquence à laquelle on devrait s'attendre si le SN était le véritable sujet du verbe, puisque te français admet les SN sujets indéfinis. Or, ce résultat est prévisible selon l’hypothèse de la dislocation du sujet puisque que seul un SN défini peut être disloqué :
Il dort, le monsieur.
* Il dort, un monsieur.
Ensuite, il existe des cas de cooccurrence de SN postverbal et de locutions adverbiales pour lesquels seule l'hypothèse de la dislocation est plausible. Par exemple. Labelle et Valois ont relevé six occurrences de la séquence tout seul avec un sujet postverbal. Dans tous ces cas, le SN suit la locution :
Dort tout seul bébé.
* Dort bébé tout seul.
Or, il s’agit encore une fois de l’ordre attendu dans une structure où le SN serait un sujet disloqué, l'ordre inverse étant impossible :
Il dort tout seul, le bébé.
'Il dort, le bébé, tout seul.

3. De quelques différences entre dislocation à gauche et dislocation à droite

28Nous avons vu qu’un constituant peut être disloqué soit à gauche, soit à droite. Il existe cependant certaines différences syntaxiques entre la dislocation à gauche et la dislocation à droite. Notre objectif sera, dans ce qui suit, d’en examiner quelques-unes.

29Une première différence concerne la forme de l’élément disloqué lorsque celui-ci correspond à un complément du verbe de type prépositionnel (SP). Lorsque le syntagme est disloqué à gauche, la présence de la préposition est facultative :

22

a.

À Amsterdam, j’y suis allé souvent.

b.

Amsterdam, j’y suis allé souvent.

c.

À Jim, je dois encore lui répondre.

d.

Jim, je dois encore lui répondre.

e.

Dans ce parc, j’y suis allé souvent.

f.

Ce parc, j’y suis allé souvent.

30Par contre, lorsque le constituant est disloqué à droite, la préposition est nettement préférable, voire obligatoire :

23

a.

J’y suis allé souvent, à Amsterdam.

b.

* J’y suis allé souvent, Amsterdam.

c.

Je dois encore lui répondre, à Jim.

d.

? ? Je dois encore lui répondre, Jim.

e.

J’y suis allé souvent, dans ce parc.

f.

* J’y suis allé souvent, ce parc.

31Deuxièmement, la dislocation à droite ne permet pas la reprise par une épithète (De Cat 2005). Comparons les paires d’exemples suivants :

24

a.

Plastic Bertrand, j’ai tous les disques de ce farfelu.

b.

* J’ai tous les disques de ce farfelu, Plastic Bertrand.

c.

Paul, Pierre vient de se battre avec cet idiot.

d.

* Pierre vient de se battre avec cet idiot, Paul.

32Une troisième différence concerne la distribution des éléments périphériques de la phrase. Souvenons-nous qu’en périphérie gauche, les pronoms interrogatifs doivent suivre les syntagmes disloqués (les exemples sont repris ci-dessous). En périphérie droite, c’est l’image miroir que nous obtenons (en raison, bien sûr, du fait que les syntagmes Qu- occupent leur position d’origine). Comparez les exemples en (25) à ceux en (26) :

25

a.

Le prix Nobel, à qui vont-ils le donner ?

b.

* À qui, le prix Nobel, vont-ils le donner ?

c.

Paul, qui lui a parlé ?

d.

* Qui, Paul lui a parlé ?

e.

À Paul, qui lui a parlé ?

f.

* Qui, à Paul lui a parlé ?

g.

Paris, quand crois-tu que nous y habiterons ?

h.

* Quand, Paris, crois-tu que nous y habiterons ?

26

a.

* Ils vont le donner, le prix Nobel, à qui ?

b.

Ils vont le donner à qui, le prix Nobel ?

c.

* Il a parlé, Pierre, à qui ?

d.

Il a parlé à qui, Pierre ?

e.

* On va y aller, à Paris, quand ?

f.

On va y aller quand, à Paris ?

33Finalement, une autre différence concerne les constructions où l’élément disloqué prend la forme de+N. Nous avons déjà vu (exemples en [10], repris ci-dessous) que ce type de construction était possible dans la dislocation à droite :

27

a.

J’en ai écrit une, de lettre.

b.

Que j’en trouve encore une, de montre !

34Or, la dislocation à gauche ne permet pas l’occurrence d’un constituant périphérique de type de+N :

28

a.

* De lettre, j’en ai écrit une.

b.

* De montre, que j’en trouve encore une !

35Nous aborderons maintenant la question de la dérivation syntaxique des tours disloqués en français.

4. Comment les structures disloquées sont-elles dérivées ?

36La question se pose maintenant de savoir comment sont dérivées les structures disloquées. Nous pouvons scinder la question en deux : 1) la position de constituant périphérique est-elle le résultat d’une dérivation syntaxique qui déplace cet élément en périphérie de phrase, suivie de l’insertion d’un pronom de reprise ou d’une épithète, ou 2) le syntagme disloqué est-il dans sa position de surface dès le départ ? Afin de simplifier la discussion, nous la limiterons aux cas de dislocation à gauche. Toutefois, comme nous le verrons brièvement à la fin de ce chapitre, l’analyse à laquelle nous souscrirons vaut également pour la dislocation à droite.

37L’approche générative, rappelons-le, suppose que les phrases ont une structure de base (ou un ordre de mots dit « canonique »). Les différentes permutations des constituants sont dérivées à partir de cet ordre de base par des opérations de déplacement, les transformations. Un des exemples que nous avons vus dans les chapitres précédents est celui des interrogatives partielles, qui mettent en jeu le déplacement d’un syntagme interrogatif en tête de phrase (avec une trace coindicée laissée dans la position d’origine) :

29

a.

Tu as vu qui au cinéma hier ?

b.

Qui as-tu vu ti au cinéma hier ?

38Imaginons alors que les constituants disloqués soient déplacés en tête de phrase par transformation, et qu’un pronom de reprise soit inséré dans la position d’origine du constituant (à la place de la trace, en quelque sorte). Nous obtiendrions alors la dérivation suivante :

39Mais cette hypothèse est-elle valide ? Pour le déterminer, il suffit d’identifier des contextes pour lesquels le déplacement d’un constituant de la phrase est nettement impossible, de construire des phrases où le pronom correspondant au syntagme disloqué apparaît dans ce même contexte et de vérifier les résultats. Nous examinerons deux types de cas ci-dessous.

40Prenons le déplacement de syntagmes interrogatifs. L’exemple (31b) montre que ceci est impossible hors d’une interrogative indirecte :

41Or, le pronom de reprise d’une structure disloquée peut, lui, se placer à l’intérieur d’une interrogative indirecte, alors que le constituant disloqué se trouve à l’extérieur :

32

Paul, je sais [où Marie l’a vu].

42Une seule conclusion s’impose alors : le constituant périphérique en (32) n’a pas été déplacé par transformation.

43Les complétives adverbiales offrent un autre contexte réfractaire au déplacement, nous fournissant ainsi un argument additionnel en faveur de l’analyse sans déplacement des dislocations. Les exemples en (34) illustrent le contraste entre interrogative et dislocation.

34

a.

* Quels livres, vais-je attendre [avant de relire ti] ?

b.

Ces livres, je vais attendre [avant de les relire].

44Ces faits montrent clairement que les constructions disloquées ne sont pas dérivées par déplacement syntaxique. Signalons que la démonstration que nous venons de faire n’est que très partielle et que des tests syntaxiques beaucoup plus élaborés confirment la justesse de l’hypothèse de l’absence de déplacement dans la dislocation (nous renvoyons le lecteur à Cinque 1990 et à De Cat 2005 pour une discussion détaillée de l’italien et du français, respectivement).

45Pour terminer, signalons que la situation est un peu plus complexe en ce qui concerne la dislocation à droite. En effet, les auteurs ne s’entendent pas tous sur l’analyse de cette construction. Entre autres, certains soutiennent qu’il ne s’agit pas vraiment de tours disloqués (du moins en ce qui concerne l’objet du verbe) : une des raisons avancées, notamment par Kayne (1994), est que le patron intonatoire caractéristique de la dislocation à gauche est moins prononcé pour la dislocation à droite. De Cat propose, quant à elle, une analyse unifiée de la dislocation et fournit à cet effet une série d’arguments en faveur 1) du statut disloqué des syntagmes périphériques de droite et 2) d’une dérivation sans mouvement de la dislocation à droite. Nous illustrerons ces deux points par deux exemples simples.

46Dans la phrase en (35), nous avons deux constituants disloqués : un qui correspond au sujet de la proposition principale (en italique) et un qui se rapporte à l’objet dans la complétive adverbiale (en caractères gras). Puisque le constituant périphérique droit (aux voleurs) suit le syntagme disloqué correspondant au sujet de la principale, il est lui aussi nécessairement disloqué. De plus, le pronom de reprise qui lui correspond (leur) se trouve à l’intérieur d’un contexte réfractaire au déplacement, c’est-à-dire une complétive adverbiale (35), alors que le constituant disloqué est à l’extérieur :

35

Je suis partie [avant que tu ne leur parles], moi, aux voleurs.

47Le même raisonnement que celui que nous avons tenu pour la dislocation à gauche s’applique donc ici : puisque le constituant disloqué se trouve à l’extérieur d’un domaine qui interdit le déplacement, la grammaticalité de la phrase en (35) nous amène à conclure qu’il n’a pas été déplacé. De manière plus générale, nous concluons donc que la dislocation à droite, tout comme la dislocation à gauche, n’est pas dérivée par déplacement syntaxique.

5. Conclusion

48Nous avons vu que la dislocation en français cible normalement un constituant défini mais qu’elle peut aussi, dans certaines circonstances, viser une sous-partie de SN indéfini, auquel cas la reprise pronominale se fait par le pronom en. Un troisième type de dislocation donne au SN périphérique un caractère indéfini, la reprise pronominale se faisant par les pronoms démonstratifs cela ou ça. Nous avons examiné les propriétés syntaxiques de ces trois types de construction, particulièrement en ce qui a trait à la position et à la catégorie grammaticale de l’élément disloqué. Nous avons aussi examiné certaines différences entre dislocation à gauche et dislocation à droite. Finalement, nous avons abordé la question de la dérivation de ces structures, et nous avons conclu qu'elles ne mettaient en jeu aucun déplacement syntaxique. Pour ce faire, nous avons dû avoir recours à certaines observations indépendantes apportées par les chercheurs en grammaire générative, en l’occurrence l’identification des contextes réfractaires au déplacement syntaxique, sans lesquelles la question de la dérivation des structures disloquées resterait un mystère.

49Notons, en terminant, que bien que nous ayons présenté un sommaire représentatif des différents travaux sur la dislocation en français, nous sommes loin d’en avoir fait un tour complet, surtout sur le plan théorique. Nous invitons le lecteur à consulter les travaux cités dans ce chapitre pour en savoir plus sur le sujet.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search