Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

9. L’inversion du sujet

Texte intégral

1. En bref

1En français, le sujet peut parfois se placer derrière le verbe. On trouve des sujets inversés principalement, mais pas exclusivement, dans les constructions interrogatives. Quelques exemples sont donnés en (1) (dans tout le chapitre, le constituant inversé apparaîtra en caractères gras) :

1

a.

Veux-tu une pomme ?

b.

Les étudiants se présenteront-ils ?

c.

Quand partira ton ami ?

d.

Se présenteront à l’examen tous les étudiants admissibles au programme de maîtrise.

2L’inversion du sujet survient dans plusieurs autres contextes syntaxiques. Un des buts de ce chapitre est d’en faire un inventaire et d’identifier leurs propriétés.

3Le second objectif sera de montrer comment les recherches en linguistique théorique ont permis de découvrir des faits intéressants en ce qui concerne un type particulier d’inversion : l’inversion stylistique. Entre autres, nous verrons comment une notion formelle que nous avons introduite au chapitre 1 prend toute sa signification. En effet, nous démontrerons que les traces laissées par le déplacement de constituants ont un impact sur la structure syntaxique, en particulier en ce qui concerne l’interprétation de certaines phrases interrogatives.

2. Typologie et propriétés syntaxiques des structures à inversion du sujet

4Pour notre inventaire des cas d’inversion du sujet en français, nous nous baserons sur l’excellent travail de Riegel et al. (1994), qui ont développé une grammaire incorporant plusieurs faits relevés par les travaux en grammaire générative. Nous augmenterons leur nomenclature de nos propres exemples et en commenterons certains aspects là où nous le jugerons approprié.

2.1. Les trois types de base d’inversion du sujet : l’inversion dans les interrogatives

5L’inversion dans les constructions interrogatives regroupe trois types qui serviront de base à la description des autres cas d’inversion du sujet : l’inversion pronominale, l’inversion nominale et l’inversion complexe. Voici des exemples de chacun de ces tours.

• Inversion pronominale

6Ce type d’inversion se produit dans les interrogatives totales, c’est-à-dire celles qui demandent une réponse par oui ou par non.

2

a.

Avez-vous du feu ?

b.

Avez-vous été contactée ?

• Inversion nominale

7On trouve ce type d’inversion dans les interrogatives partielles.

3

a.

Quand part le train pour Paris ?

b.

Où va le monde ?

c.

À qui parle Lucie ?

Inversion complexe

8Ces cas d’inversion surviennent dans les interrogatives partielles (4a, b) ou totales (4c, d). Il s’agit d’une construction où un SN est repris par un pronom postverbal, les deux constituants partageant les traits morphologiques de genre et de nombre :

4

a.

Où Pierre est-il encore allé se cacher ?

b.

Comment cette brave fille sait-elle cela ?

c.

Les enfants sont-ils encore allés se cacher ?

d.

Ces employées savent-elles qu’elles recevront une prime salariale ?

9Outre les interrogatives, le sujet en français peut être inversé dans nombre d’autres contextes. Nous les présentons ci-dessous.

2.2. Inversion dans les exclamatives

10On peut subdiviser l’inversion selon le type d’exclamative dans lequel elle se trouve : les exdamatives avec ou sans syntagme Qu-(v. chapitre 1 pour une définition de ce terme) et les périphrases verbales optatives.

• Inversion dans les exdamatives sans syntagme Qu-

11Ici, on trouve les inversions pronominale (5a) et complexe (5c), mais pas l’inversion nominale (5b) :

5

a.

Est-il bête !

b.

* Est Jean bête !

c.

Ces livres ont-ils dû en demander, du travail !

Inversion dans les exdamatives avec syntagme Qu-

12Dans ces phrases, les trois types d’inversion (pronominale, nominale et complexe) sont possibles :

6

a.

Combien de refus a-t-elle dû essuyer !

b.

Combien de refus a dû essuyer cette pauvre femme !

c.

Combien de refus cette pauvre femme a-t-elle dû essuyer !

Inversion dans les périphrases verbales optatives

13Ces cas d’inversion sont limités aux phrases contenant certains verbes au subjonctif. L’inversion pronominale (7a) alterne alors avec l’inversion nominale (7b). L’inversion complexe (7c) est exclue :

7

a.

Puissiez-vous réussir !

b.

Veuille le ciel qu’il ne lui arrive rien !

c.

* Julie puisse-t-elle réussir !

2.3. Inversion en subordonnée

14Nous distinguerons quatre types de subordonnées qui permettent l’inversion du sujet : les subordonnées relatives, finales, de concession ou d’opposition et les comparatives.

• Subordonnées relatives

15Dans les propositions relatives, seule l’inversion nominale (8b) est possible :

8

a.

* La voiture que conduisait-il a été déclassée.

b.

La voiture que conduisait Luc a été déclassée.

c.

* La voiture que Luc conduisait-il a été déclassée.

Subordonnées finales introduites par certaines prépositions ou locutions prépositionnelles (pourque, afin que, dans l’espoir que)

16Ces constructions ne permettent que l’inversion nominale (9b) :

9

a.

* L’administration a pris des mesures pour que cessent-elles.

b.

L’administration a pris des mesures pour que cessent de telles pratiques.

c.

* L’administration a pris des mesures pour que de telles pratiques cessent-elles.

• Subordonnées de concession et d’opposition introduites par les locutions (souvent discontinues) tout... que, aussi... que, quel que, sans que, etc.

17Ici, seule l’inversion nominale (10b, d) est possible ; les inversions pronominale (10a) et complexe (10e) sont exclues :

10

a.

* Et dès la collation, aussi chaud qu’ait-il été, un peu de bruine annonce de loin le crépuscule.

b.

Et dès la collation, aussi chaud qu’ait été le soleil, un peu de bruine annonce de loin le crépuscule.

c.

La réunion s’est terminée sans qu’aient été débattues ces questions.

d.

Aussi avisés que soient les hommes politiques, il leur arrive de commettre des erreurs.

e.

* Et dès la collation, aussi chaud que le soleil ait-il été, un peu de bruine annonce de loin le crépuscule.

18Fait intéressant, l’inversion pronominale est possible si le complémenteur est absent de la subordonnée :

11

Si avisés soient-ils, les hommes politiques n’en commettent pas moins des erreurs.

• Subordonnées comparatives

19Ici également, seule l’inversion nominale est possible (12b-d) :

12

a.

* Ce jeune auteur écrit comme écrivaient-ils.

b.

Ce jeune auteur écrit comme écrivaient les auteurs classiques.

c.

Jean est moins courageux que ne l’était son père.

d.

J’ai ramassé plus de champignons que ne pouvait en contenir mon panier.

e.

* Ce jeune auteur écrit comme les auteurs classiques écrivaient-ils.

2.4. Inversion dans les incises et incidentes

20Ici, les inversions pronominale (13a) et nominale (13b) sont possibles, mais non l’inversion complexe (13c) :

13

a.

Dis donc, demanda-t-il, ça va durer longtemps ce vacarme ?

b.

Dis donc, demanda Jean, ça va durer longtemps ce vacarme ?

c.

* Dis donc, Jean demanda-t-il, ça va durer longtemps ce vacarme ?

2.5. Inversion et juxtaposition

21Il s’agit de l’inversion dans une proposition (généralement la première) juxtaposée à une seconde. L’inversion nominale est la seule impossible (les exemples [b] en [14] et [15]) :

Juxtaposition conditionnelle

14

a.

T’aurait-elle cédé que tu n’en serais guère plus avancé.

b.

* T’aurait cédé Julie que tu n’en serais guère plus avancé.

c.

La tempête menace-t-elle, les voiliers se hâtent de regagner le port.

• Juxtaposition concessive

15

a.

M’aurait-il menacé, je ne lui aurais pas vendu ce terrain.

b.

* M’aurait menacé Jean, je ne lui aurais pas vendu ce terrain.

c.

Jean m’aurait-il menacé, je ne lui aurais pas vendu ce terrain.

2.6. Inversion dans la phrase assertive

22On trouve principalement ce type d’inversion dans deux contextes différents, avec des possibilités d’inversion variées :

• avec certains adverbes de modalité en début de phrase

23L’inversion nominale n’est pas possible dans ces cas :

16

a.

Peut-être était-il confus.

b.

* Peut-être était confus Jules.

c.

Peut-être Jules était-il confus.

• avec des adverbes de temps ou de lieu, un syntagme prépositionnel (SP) circonstanciel ou objet indirect ou un adjectif attribut en début de phrase

24Ici, seule l’inversion nominale (17b-e) est possible, les inversions pronominale (17a) et complexe (17f) sont exclues :

17

a.

* Bientôt arrivèrent-ils.

b.

Bientôt arrivèrent les premiers invités.

c.

Sur l’autre rive débutent les beaux quartiers.

d.

Au fond de la bouteille s’est formé un léger dépôt.

e.

Grande fut notre déception.

f.

* Bientôt les premiers invités arrivèrent-ils.

2.7. Inversion de syntagme nominal lourd (ISNL)

25Dans les termes de Riegel et al. (p. 139), « Il s’agit [...] de la tendance à postposer au verbe les sujets volumineux. » À part une apparente restriction dont nous discuterons ci-dessous, il s’agit de la seule condition imposée à ce type d’inversion : ni le temps ni le mode du verbe n’interviennent.

18

a.

Vint le moment où il lui sembla être entouré de rayons et s’élever doucement au-dessus de la table.

b.

C’est ainsi que se sont succédé à ce poste [...] peu enviable les militaires à cause de la défaite, les paysans du fait de la disette, les commerçants en raison de la vie chère, les syndicats grévistes, les patrons faute d’emplois, les enseignants pour mauvais résultats scolaires ou les policiers quand il y a des bavures.

c.

Seront engagés tous ceux qui pourront présenter un dossier respectable.

d.

Se présenteront à l’examen tous les étudiants qui ont été acceptés au programme de maîtrise.

26Les termes « lourd » ou « volumineux » restent difficiles à définir de façon précise mais on sera d’accord pour admettre une nette différence entre, par exemple, les phrases (18c, d) et les exemples suivants :

19

a.

* Seront engagés ces hommes.

b.

* Sera engagé Luc.

c.

* Se présenteront à l’examen les étudiants.

d.

* Se présentera à l’examen Lise.

27Par définition, l’inversion pronominale et l’inversion complexe sont exclues de ces contextes :

20

a.

* Se présentera à l’examen elle.

b.

* L’étudiante se présentera-t-elle à l’examen ?

Plus C’est Lourd, Plus Ça Bouge !
N est à noter que le déplacement de SN lourds n'est pas limité au sujet du verbe mais peut également toucher le SN objet. Par exemple, on ne peut, en français, permuter les objets direct et indirect de verbes à deux compléments comme donner ; J’ai donné le livre à Marie. ordre normal ou canonique
* J'ai donné à Marie le livre. permutation des objets du verbe
Par contre, si le SN objet est d’une certaine longueur, la permutation est possible.
J'ai donné à Marie le livre que tu m'avais recommandé.
Nous disons alors que l’objet s’est déplacé vers la droite. Le déplacement de SN en fonction de sa longueur est un phénomène commun à beaucoup de langues.

28Le lecteur astucieux aura remarqué que les exemples d’ISNL que nous avons fournis contiennent tous des verbes qui s’emploient avec l’auxiliaire être (venir, se succéder à, être engagé, se présenter). Ces exemples contrastent avec les suivants, qui contiennent des verbes se conjuguant avec avoir aux temps composés :

21

a.

* Ont téléphoné les étudiants de la classe de M. Untel.

b.

* Ont échoué les étudiants qui n’ont pas bien étudié.

29Il ne fait aucun doute que le sujet des verbes des exemples ci-dessus est « lourd » au même titre, à tout le moins, que celui des exemples en (18c, d). Pourtant, l’inversion du sujet est impossible.

30Nous avons vu au chapitre 2 que les verbes qui s’emploient avec être (les passifs et les inaccusatifs) ont ceci de commun que leur sujet est dérivé. En d’autres mots, dans des phrases comme La neige tombe et La pomme a été mangée, les sujets de surface la neige et la pomme sont, en réalité, des objets directs déplacés en position sujet par transformation.

31Puisque les cas d’ISNL ne se produisent qu’avec des verbes se conjuguant avec être, on pourrait faire l’hypothèse qu’il ne s’agit pas vraiment de cas d’inversion du sujet mais plutôt de constructions où l’objet du verbe demeure dans sa position de base. Ceci permettrait d’expliquer les contrastes entre les exemples en (18) et ceux en (21). Toutefois, une telle analyse ferait tout de suite face à de nombreux problèmes. Pour n’en citer que quelques-uns, notons tout d’abord que les SN postverbaux en (18) s’accordent en nombre avec le verbe. Or, nous avons vu au chapitre 2 que dans les cas où l’objet d’un verbe à la voix passive ou celui d’un verbe inaccusatif demeure dans sa position de base, il n’y a pas d’accord entre le SN et le verbe. Nous obtenons alors la construction impersonnelle :

22

a.

Il a été tué plusieurs soldats dans cette guerre inutile.

b.

Il est tombé beaucoup de soldats au combat.

32Ensuite, alors que le SN postverbal dans les constructions impersonnelles doit être indéfini (d’où l’agrammaticalité de phrases telles que *Il a été tué les soldats dans cette guerre inutile), ce n’est pas le cas de l’ISNL, comme en font foi nos exemples.

33Finalement, l’hypothèse laisserait sans réponse une question importante : pourquoi un verbe inaccusatif ou à la voix passive ne permettrait-il à son objet direct de demeurer sur place que s’il est lourd ? Autrement dit, pourquoi les phrases en (19) sont-elles agrammaticales ?

34À ce stade-ci, la question des contrastes entre (18) et (21) demeure donc un mystère qui demande d’être examiné de plus près, principalement en augmentant le corpus d’exemples pertinents. Il s’agit malgré tout d’un problème que nous n’aurions pas été en mesure d’identifier n’eût été l’apport des recherches sur l’inaccusativité et la passivisation.

L’INFINITIF DE NARRATION
L’inversion du sujet est également possible dans les infinitives de narration. normalement lorsque la proposition infinitive est en incise (exemples tirés de Englebert 1998 ; voir aussi Barbaud 1988) ;
Et les Champs-Élysées ! de renchérir celle-ci. (Carso, Nostalgie, p. 13)
« À ce compte, aussi bien abolir le Sénat », de renchérir le sénateur
libéral Pierre de Bané.
(Le Devoir,3janvier 1986)
« Et aujourd'hui, de s’exclamer le Bon Dieu à l’adresse de sa
confidente, savez-vous ce qui lui arrive, à Jean-Baptiste ? »
[La Presse. 4 janvier 1986)
Dans les rares cas où l’infinitif de narration permet l’inversion du sujet dans les propositions autres que les incises, celle-ci s'apparente aux cas d’inversion dans certaines propositions assertives discutés en 2.6. en ce sens qu’elle ne permet que l’Inversion nominale :
Aussitôt de venir un prêtre. (Gide, Paludes, p. 40)
Aussitôt vint un prêtre.

35Après ce tour d’horizon de l’inversion du sujet en français, nous porterons maintenant notre attention sur le cas de ce que les chercheurs en grammaire générative appellent l’« inversion stylistique ».

3. L’inversion stylistique

36L’inversion stylistique est particulièrement intéressante, tant par sa complexité que par les questions théoriques qu’elle soulève. Nombre d’articles lui ont été consacrés, le plus connu étant celui de Richard Kayne et Jean-Yves Pollock, paru dans un numéro de la revue Linguistic Inquiry en 1978. Un des points saillants de leur analyse est d’apporter un argument convaincant en faveur de l’existence de traces dans la structure syntaxique, une notion que nous avons abordée au chapitre 1. On verra également comment leur analyse permet de lever des ambiguïtés d’interprétation dans certaines constructions interrogatives.

37Kayne et Pollock (1978) regroupent sous l’étiquette « inversion stylistique » l’inversion nominale dans les interrogatives partielles directes et indirectes et dans les relatives, ainsi que dans les complétives au subjonctif. Voici des exemples d’inversion stylistique pour chacun des trois premiers tours (afin de faciliter la discussion, nous laisserons de côté les inversions dans les complétives à verbe au subjonctif : [v. l’encadré ci-dessous]) :

23

a.

Quand partira Pierre ?

b.

Je me demande quand téléphoneront tes amis.

c.

Voici le livre qu’a acheté Paul.

38En français, ce type d’inversion est facultatif. Par exemple, dans les phrases suivantes, le sujet nominal n’est pas inversé :

24

a.

(Sais-tu) quand Pierre partira ?

b.

Je me demande quand tes amis téléphoneront.

c.

Voici le livre que Paul a acheté.

39Examinons maintenant quelques-unes des propriétés syntaxiques de ce type d’inversion.

3.1. Propriétés générales

40Nous identifierons quatre propriétés principales de l’inversion stylistique : 1) la présence obligatoire d’un élément déclencheur ; 2) les contraintes sur le type d’inversion permise ;3) la position du SN inversé dans les phrases avec verbe à temps composé ; et 4) les types de complément compatibles avec le sujet inversé.

3.1.1. Présence obligatoire d’un élément déclencheur

41Regardons de plus près les exemples en (23). Nous observons qu’il y a un dénominateur commun à ces phrases, en l’occurrence la présence d’un syntagme Qu-. À la lumière de cette observation sommaire, on conclura provisoirement que la présence d’un syntagme Qu- est nécessaire au déclenchement du processus d’inversion stylistique. En effet, en son absence, l’inversion ne peut pas se produire :

25

a.

* Partira ton ami ?

b.

* Je me demande si partira ton ami.

c.

* Je pense que partira Luc.

42On se souviendra (v. chapitre 2) que les relatives objet avec que sont formées par le déplacement d’un syntagme Qu- implicite ; c’est cet élément qui sert de déclencheur dans l’exemple (23c).

43Nous verrons dans la section 3.2 que nous devrons apporter quelques modifications à notre approche afin de rendre compte de faits plus complexes.

3.1.2. Type d’inversion permise

44L’inversion stylistique ne permet que l’inversion nominale (v. les exemples en [23]). Les inversions pronominale (26a) et complexe (26b) sont exclues :

26

a.

* Je me demande où va-t-il.

b.

* Je me demande où Jean va-t-il.

45(Note : Il convient de placer les phrases ci-dessus dans le contexte approprié. Plus précisément, il faut distinguer l’interrogative indirecte d’un contexte de discours rapporté que l’on pourrait transcrire de la façon suivante : Je me demande : Où (Jean) va-t-il ?) Cornulier (1974) apporte ici une observation intéressante qui soulève une autre contrainte sur l’inversion stylistique : le SN inversé ne peut pas être une expression quantifiée (27a-c) ; sauf si celle-ci est définie (27d, e) :

27

a.

* Quel gâteau a mangé quelqu’un ?

b.

* Quel article critiquera quelqu’un ?

c.

* Je te dirai quand sera venu la voir un ami quelconque.

d.

Quel gâteau ont mangé tous ces enfants ?

e.

Quel gâteau ont mangé la plupart des enfants ?

3.1.3. Position du SW inversé avec verbes à temps composé

46Contrairement à l’inversion pronominale dans les interrogatives partielles avec verbe à temps composé (28a), le SN inversé ne peut s’intercaler entre l’auxiliaire et le participe (28b, d, f). Il doit plutôt se placer après celui-ci (28c, e, g) :

28

a.

Quand est-il parti ?

b.

* Quand est le train parti ?

c.

Quand est parti le train ?

d.

* Je me demande quand est le train parti.

e.

Je me demande quand est parti le train.

f.

* Voici le livre qu’a Sam écrit.

g.

Voici le livre qu’a écrit Sam.

3.1.4. Types de compléments permis dans l'inversion stylistique

47L’inversion stylistique exclut la présence d’un objet direct du verbe ou d’un attribut, peu importe la position du sujet — avant ou après l’objet (point noté, entre autres, par Riegel et al. 1994). L’inversion stylistique est le seul cas d’inversion qui impose cette restriction :

29

a.

* Quand visitera Pierre Paris ?

b.

* Quand visitera Paris Pierre ?

c.

* Je me demande quand écrira son livre Marie.

d.

* Je me demande quand écrira Marie son livre.

e.

* Depuis quand est Pierre malade ?

f.

* Depuis quand est malade Pierre ?

UN PASSÉ PLUS CLÉMENT POUR L’OBJET DIRECT DANS L'INVERSION STYLISTIQUE
La présence d'un objet direct dans l'inversion stylistique n’a pas toujours été prohibée en français. Ainsi Riegel et al. (1994 :134) relèvent l’exemple suivant de Montaigne :
« Ainsi faisoyent aucuns chirurgiens de Grèce les opérations de leur art sur des eschauffaux à la veuë des passons. »

48Les chercheurs en grammaire générative se sont alors demandé si cette exclusion visait uniquement l’objet direct. En d’autres mots, on a cherché à savoir si des éléments syntaxiques autres que l’objet direct pouvaient figurer en cooccurrence avec le sujet inversé. On s’est alors aperçu que cela était possible dans certains cas.

49Tout d’abord notons que la présence d’un objet direct est en fait compatible avec l’inversion mais seulement si cet objet est soit déplacé (30a, b), soit pronominalisé (30c) :

30

a.

Je sais quel cours choisira Luc.

b.

Voici le livre qu’écrira Marie.

c.

Ce livre, je me demande quand l’écrira Marie.

50Comme l’illustrent les exemples en (31), un objet direct est aussi permis s’il fait partie d’une expression idiomatique (par ex. rendre l’âme, rendre justice, tirer profit, avoir faim, donner accès, etc.).

31

a.

À quelle heure auront faim les enfants ?

b.

À quelle pièce donne accès cette clé ?

51Certains compléments de catégorie SP sont également possibles avec l’inversion stylistique. Dans ces cas, le sujet doit figurer immédiatement après le verbe :

32

a.

Je sais de quel sujet a discuté Pierre avec Marie.

b.

* Je sais de quel sujet a discuté avec Marie Pierre.

c.

Voici le prix que présentera Marie à Luc.

d.

* Voici le prix que présentera à Luc Marie.

e.

Je me demande quand sera dégusté ce vin par les invités.

f.

* Je me demande quand sera dégusté par les invités ce vin.

52Par contre, pour des raisons mal comprises, tous les compléments de catégorie SP ne sont pas admis. Par exemple, les phrases suivantes sont agrammaticales, que le sujet figure avant ou après le SP :

33

a.

* Je me demande quand ira Clara à Montpellier.

b.

* Je me demande quand ira à Montpellier Clara.

c.

* Je sais à quel point parle Simone de Jean-Paul.

d.

* Je sais à quel point parle de Jean-Paul Simone.

53La situation est différente avec les complétives. Alors que les complétives tensées ne permettent pas l’inversion stylistique, peu importe la position occupée par le sujet (v. les exemples [b] et [c] en [34], [36], et [38]), certaines complétives infinitives le permettent. Cela est vrai des trois tours où l’inversion stylistique est possible (les interrogatives partielles directes et indirectes et les propositions relatives). Cette fois, le sujet se place derrière la complétive (v. les exemples [c] en [35], [37] et [39]) :

54 Interrogatives partielles directes

34

a.

Quel film Max voudrait que tu voies ?

b.

* Quel film voudrait Max que tu voies ?

c.

* Quel film voudrait que tu voies Max ?

35

a.

Quel film Max veut voir ?

b.

* Quel film veut Max voir ?

c.

Quel film veut voir Max ?

55• Interrogatives partielles indirectes

36

a.

Je sais quel film Julie voudrait que tu voies.

b.

* Je sais quel film voudrait Julie que tu voies.

c.

* Je sais quel film voudrait que tu voies Julie.

37

a.

Je sais quel film Julie veut voir.

b.

* Je sais quel film veut Julie voir.

c.

Je sais quel film veut voir Julie.

56• Propositions relatives

38

a.

Voici l’ordinateur que ma sœur voulait que Max achète.

b.

* Voici l’ordinateur que voulait ma sœur que Max achète.

c.

* Voici l’ordinateur que voulait que Max achète ma sœur.

39

a.

Voici l’ordinateur que ma sœur a décidé d’acheter.

b.

* Voici l’ordinateur qu’a décidé ma sœur d’acheter.

c.

Voici l’ordinateur qu’a décidé d’acheter ma sœur.

57Les conséquences des observations précédentes sont nombreuses sur le plan théorique mais il s’agit d’une discussion qui irait au-delà des objectifs que nous nous sommes fixés dans cet ouvrage. Le lecteur qui désire en savoir davantage se reportera, entre autres, aux articles de Déprez (1989), Valois et Dupuis (1992), Friedemann (1997) et Kayne et Pollock (1978,2001).

L’INVERSION STYLISTIQUE ET LE MODE SUBJONCTIF
Au-delà des interrogatives partielles et des relatives, Kayne et Pollock observent que l’inversion stylistique peut s'appliquer dans les propositions dont le verbe est au mode subjonctif. Ainsi, on relève les contrastes suivants :
je pense que partira Paul. verbe de (a subordonnée au mode indicatif
J’exige que parte Paul. verbe de la subordonnée au mode subjonctif
L'inversion dans les complétives au subjonctif présente bien un cas d’inversion stylistique puisque ce type de construction a les mêmes propriétés que celles que nous avons relevées pour les interrogatives et les relatives. Entre autres, la présence d’un objet du verbe est proscrite :
*J'exige que boivent leur lait les enfants.
* je veux qu'aille à l’université Maxime.
Que faire alors de l’exigence de la présence obligatoire d’un syntagme Qu- dans l'inversion stylistique ? La solution que Kayne et Pollock proposent à ces faits va, encore une fois, au-delà des objectifs que nous nous sommes fixés dans cet ouvrage mais soulignons que le point principal de leur analyse est d’assimiler le trait subjonctif à la catégorie d’opérateur logique, dont les syntagmes Qu- font aussi partie. C’est donc en leur qualité d’opérateur que ces deux types d’éléments sont en mesure de déclencher l’inversion stylistique en français.

3.2 L’inversion stylistique et la notion de trace

58Nous avons déjà introduit la notion de trace au chapitre 1 et à plusieurs autres endroits. Nous verrons maintenant que les traces jouent un rôle important dans le processus d’inversion stylistique.

59Prenons les deux phrases suivantes :

40

a.

Quand Marie a-t-elle dit qu’était partie Louise ?

b.

Quand Marie a-t-elle dit que Louise était partie ?

60La seconde phrase est ambiguë en ce qui concerne l’interprétation du syntagme interrogatif quand : il peut se rapporter soit au moment de la déclaration de Marie soit au moment du départ de Louise. La première phrase, en revanche, n’est pas ambiguë : seule la seconde interprétation est possible. La question est : pourquoi ce contraste ?

61Pour y répondre, il faut retourner aux conditions d’application de l’inversion stylistique que nous avons décrites en 3.1.1. Nous avions alors provisoirement établi que la présence d’un syntagme Qu- était nécessaire pour déclencher le processus. Ceci expliquait les contrastes entre les phrases en (23) et celles en (25), reprises ci-dessous :

41

a.

Quand partira Pierre ?

b.

Je me demande quand téléphoneront tes amis.

c.

Voici le livre qu’a acheté Paul.

42

a.

* Partira ton ami ?

b.

* Je me demande si partira ton ami.

c.

* Je pense que partira Luc.

62Toutefois, cette explication n’est pas complète. Bien que nécessaire, la seule présence d’un syntagme Qu- dans la phrase n’est pas suffisante pour déclencher l’inversion du sujet. Pour s’en convaincre, regardons l’interrogation partielle de plus près. En français, ces interrogatives peuvent parfois se construire en laissant le syntagme Qu- dans sa position de base. Ainsi, (43) est une paraphrase de (41a) :

43

Pierre partira quand ?

63Or, l’inversion est impossible dans ces cas :

44

a.

* Partira Pierre quand ?

b.

* Partira quand Pierre ?

64Le contraste entre (41a) et (44) nous force à modifier notre conclusion quant à l’exigence de la présence du syntagme interrogatif dans le déclenchement de l’inversion stylistique : non seulement doit-il être présent, mais il semblerait qu’il doive se placer en tête de phrase ou de proposition (comme c’est le cas en [41a, b]).

65Mais cela ne suffit toujours pas. Prenons maintenant l’exemple suivant :

45

*À qui Pierre a-t-il dit que pleurait Paul ?

66La phrase en (45) contient un syntagme Qu- et celui-ci se trouve bel et bien en tête de phrase. Pourtant, le SN sujet Paul ne peut être inversé. Une comparaison sommaire entre cet exemple et celui de (41a) fournit un élément de réponse à ce problème. La différence entre (41a) et (45) est la suivante : dans la première phrase, le sujet inversé et le syntagme Qu- font partie de la même proposition. En (45), par contre, ils se trouvent dans des propositions différentes (à qui se rapporte au verbe de la principale, alors que le sujet inversé est dans la subordonnée).

67Nous modifions donc les conditions syntaxiques nécessaires au déclenchement de l’inversion stylistique de façon suivante : pour qu’un sujet soit inversé par inversion stylistique, un syntagme Qu- doit se trouver en tête de la proposition qui contient le sujet.

68Nous arrivons maintenant au point central de notre discussion. Reprenons nos phrases du début :

46

a.

Quand Marie a-t-elle dit qu’était partie Louise ?

b.

Quand Marie a-t-elle dit que Louise était partie ?

69Le problème concerne la phrase (46a). Ici, le sujet de la subordonnée est inversé. Pourtant, il n’y a pas de syntagme Qu- dans la proposition où il se trouve. Il existe toutefois une solution simple et élégante de ce cas problématique qui, dans la même foulée, nous expliquera pourquoi la phrase en (46b) est ambiguë alors que celle en (46a) ne l’est pas.

70À ces fins, rappelons un concept théorique que nous avons introduit au chapitre 1 : la notion de trace. Nous avions alors souligné que toute permutation de l’ordre de base d’une phrase était le résultat d’une transformation qui déplaçait les éléments pertinents dans leur position de surface, laissant derrière une trace coindicée avec le constituant déplacé. Par exemple, la dérivation d’une interrogative partielle est la suivante :

47

Quandi Marie part-elle ti ?

71Que se passe-t-il maintenant lorsqu’on a une interrogative à longue distance, c’est-à-dire là où un syntagme Qu- a pour point d’origine une proposition subordonnée, comme en (48) ?

48

Quand Marie sait-elle que Paul est parti ?

72En regard de la discussion que nous venons d’avoir, une possibilité serait de dériver cette phrase par déplacement du syntagme Qu- d’un seul bond vers sa position de surface en tête de phrase :

73Mais il existe une autre possibilité : plutôt que de supposer que les syntagmes Qu- se déplacent, de façon générale, en tête de phrase, nous pourrions plutôt dire qu’ils se déplacent en tête de proposition. Par exemple, c’est ce que nous retrouvons dans les interrogatives indirectes :

50

Marie sait quand Paul est parti.

74Nous pourrions alors proposer une dérivation différente pour la phrase en (48). Plutôt que de supposer que le syntagme Qu- se déplace d’un seul bond, on pourrait imaginer un déplacement en deux étapes, où le syntagme Qu- « fait escale » en tête de la proposition subordonnée. Cette hypothèse est illustrée en (51) :

75Dans cette optique, une dérivation possible de la phrase (46a) serait celle ci-dessous :

76En fait, pour nombre de raisons théoriques que nous n’aborderons pas ici, il s’agit de la seule dérivation possible pour les interrogatives à longue distance. C’est ce qu’on appelle le déplacement cyclique. Le problème qui nous préoccupe nous fournit une preuve de la validité de cette hypothèse.

77Revenons à la phrase (46a). Le sujet de la subordonnée étant inversé, la présence d’un élément déclencheur dans la même proposition est, comme nous l’avons établi, nécessaire. La proposition subordonnée ne contient pas de syntagme Qu-, mais, selon (52), elle en contient néanmoins la trace. Nous avons donc les outils nécessaires pour proposer une solution élégante des conditions qui favorisent l’inversion stylistique : il nous suffit de dire que l’inversion stylistique est déclenchée par un syntagme Qu- ou sa trace dans la proposition où le sujet est inversé. Étant donné ceci, le syntagme Qu- en (46a) ne peut avoir pour point d’origine que la subordonnée (comme c’est le cas en [52]). Par le fait même, la phrase n’est pas ambiguë : le syntagme Qu- quand renvoie nécessairement au moment du départ de Louise.

78En revanche, puisque aucun des sujets du verbe n’est inversé en (46b) (rappelons que l’inversion stylistique est facultative en français), deux dérivations sont possibles : une où le syntagme Qu- provient de la proposition principale (53a) et l’autre où il a pour point d’origine la subordonnée (53b) : Par conséquent, la phrase est ambiguë : le syntagme Qu- peut s’interpréter soit par rapport au verbe de la principale soit par rapport à celui de la subordonnée.

4. Conclusion

79Nous avons vu dans ce chapitre que le sujet en français peut se trouver en position postverbale dans divers types de constructions. Nous avons dressé l’inventaire des différents cas d’inversion (nominale, pronominale ou complexe) et nous avons décrit les contextes dans lesquels ils apparaissent ainsi que les contraintes qui les régissent. Nous avons, dans un deuxième temps, examiné en détail le cas de l’inversion stylistique et ses différentes propriétés. Nous avons ainsi montré comment les recherches en grammaire générative, et particulièrement la notion de trace, nous ont permis de formuler une analyse unifiée de l’inversion stylistique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search