Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

8. La syntaxe de « en »

Texte intégral

1. En bref

1Les grammaires traditionnelles contiennent des descriptions détaillées de l’usage de en (voir par exemple Grevisse 1993 : 993 sqq.) ; cependant, elles sont loin d’avoir tout dit sur la question. Dans ce chapitre, nous allons passer en revue un certain nombre de propriétés de en mises au jour par les travaux en grammaire générative. Il sera question notamment des différents types de en dans le groupe nominal, de leur distribution syntaxique très particulière et des similitudes et différences qu’ils entretiennent avec le relativisant dont.

2En général (mais pas toujours), en remplace un constituant introduit par de. Ce constituant peut être un syntagme nominal (SN) indéfini de type non comptable ou partitif, un complément de lieu indiquant la provenance, un complément du verbe ou de l’adjectif, ou encore une proposition entière. Voici des exemples de chacune de ces utilisations :

1

a.

Ne m’offrez pas de vin, j’en ai déjà pris. (= du vin)

b.

Je voulais acheter de ces fleurs, mais il n’y en a plus. (= de ces fleurs)

c.

Irez-vous à New York ? Moi, j’en arrive tout juste. (= de New York)

d.

Il vaut mieux en rire. (= de la situation)

e.

Nous en sommes très fiers. (= de notre fils)

f.

Max voulait devenir médecin, mais il n’en parle plus. (= de devenir médecin)

3Mais en peut aussi remplacer un sous-ensemble du groupe nominal, et c’est uniquement à ces cas que nous nous intéresserons dans ce chapitre. Voici des exemples :

2

a.

Il en a repeint le toit. (= de la maison)

b.

J’en ai acheté trois. (= crayons)

c.

Paul en a lu quelques-uns. (= de ces livres)

4Les trois phrases ci-dessus illustrent trois usages différents du pronom en : le génitif (2a), le quantitatif (2b) et le partitif (2c). Dans ce chapitre, nous allons décrire les propriétés de chacun de ces types de en. Nous verrons notamment qu’ils n’ont pas la même distribution dans la phrase : par exemple, dans certains cas seulement, la phrase est exclue lorsque en remplace un sous-ensemble d’un SN sujet. C’est ce que montrent les contrastes suivants, tirés ou adaptés des travaux de Ruwet (1972) et de Kayne (1975) :

3

a.

Le toit en a été repeint. (= de la maison)

b.

* Quelques-unes en sont inexactes. (= de ces descriptions)

c.

* La préface en provoquera un scandale. (= de ce livre)

d.

* Trois en ont été vendus. (= livres, de ces livres)

e.

Une partie en a été vendue. (= du matériel)

5Nous découvrirons aussi un fait extrêmement curieux : alors que chacun des trois types de en a une contrepartie avec le relativisant dont, celle-ci n’a pas toujours la même distribution que le en correspondant. Ainsi, dans les phrases de (4), en et dont se comportent de la même manière ; mais ils s’opposent dans les phrases de (5) :

4

a.

Ils en ont repeint le toit. (= de la maison)

b.

Cette maison, dont ils ont repeint le toit...

5

a.

J’en ai lu trois. (= livres, de ces livres)

b.

* Ces livres, dont j’ai lu trois...

6Comme le faisait remarquer Ruwet (1972) — c’est la citation que nous avons reproduite au début de ce livre —, ce sont là des faits dont une grammaire du français doit incontestablement rendre compte, mais qu’il aurait été impossible de recueillir et d’observer sans le recours aux intuitions du sujet parlant. C’est donc encore une fois grâce à la méthodologie propre à la grammaire générative que ces faits auront pu être découverts et décrits.

7Mais que le lecteur soit prévenu : la syntaxe de en est fort complexe, et encore davantage lorsqu’on la compare à la syntaxe de sa contrepartie relative, dont. Ce qui suit ne pourra donc être qu’un bref aperçu d’une question qui n’est pas encore entièrement résolue.

2. Propriétés de « en »

2.1. Les trois types de en

8Faisons tout d’abord la différence entre trois cas où en remplace une sous-partie du groupe nominal. Nous suivons ici Milner (1978), qui fait la distinction entre en génitif, quantitatif et partitif.

9• En génitif en remplace un constituant introduit par de, qui fonctionne comme complément du nom. C’est ce que nous appelons le en génitif :

6

a.

Luc en a rencontré l’auteur.

(= du livre)

b.

Nous aimerions en connaître le prix.

(= de cet appareil)

c.

Ils en ont fait repeindre le toit.

(= de la maison)

10• En quantitatif en remplace un constituant qui suit un élément dénotant la quantité : trois livres, beaucoup de livres, certains livres. Le constituant remplacé par en est soit le nom tête du syntagme (= livres), soit un constituant introduit par de et dépourvu de déterminant (= de livres). C’est le en quantitatif :

7

a.

Les voisins en ont planté beaucoup.

(= de fleurs)

b.

Émilie en connaît trois.

(= symphonies de Beethoven)

c.

Ils en ont acheté des tonnes.

(= de livres)

11• En partitif en remplace un constituant introduit par de qui n’est pas un complément du nom. Ce constituant est plutôt ce que Grevisse (1993 :526) appelle un « pseudo-complément » : il dénote le tout dont la partie est exprimée par un nom à valeur numérale ou quantitative : quelques-uns de ces livres, un kilo de ces tomates, la moitié du verre, etc. À la différence du quantitatif

12décrit ci-dessus, le constituant en de remplacé par en comporte un déterminant défini, possessif ou démonstratif. C’est le en partitif :

8

a.

Mathieu en a lu quelques-uns.

(= de ces livres, de vos livres)

b.

Vous m’en mettrez un kilo.

(= de ces pommes de terre)

c.

Nous en avons plusieurs.

(= des livres de Zola)

d.

Émilie en connaît la plupart.

(= de ces symphonies)

13On notera d’emblée que dans certains cas, il est difficile de départager le en quantitatif du en partitif. En effet, dans les exemples en (9) ci-dessous, en peut tout aussi bien remplacer la tête nominale (ex. livres) et un constituant en de sans déterminant (ex. de livres) — caractéristiques du en quantitatif — qu’un constituant en de avec déterminant (ex. des livres, de ces livres) — caractéristique du en partitif :

9

a.

Mathieu en a lu deux.

(= livres, des livres de Zola, de ces livres)

b.

Émilie en connaît plusieurs.

(= symphonies, des symphonies de Beethoven, de ces symphonies)

c.

Nous en avons planté beaucoup.

(= de fleurs, de vos fleurs)

14Comment savoir, alors, si le en dans les exemples de (9) est quantitatif ou partitif ? Milner (1978 : 70) relève un contexte syntaxique qui permet de faire ressortir la différence entre les deux. Les numéraux cardinaux (deux, trois, etc.) peuvent être précédés d’un déterminant défini. Dans ce cas précis, le constituant qui suit doit être un quantitatif, comme en (10a) ; il ne peut pas être un partitif (voir [10b]) :

10

a.

J’ai lu les deux livres.

b.

* J’ai lu les deux de ces livres.

15Or, il est intéressant de noter qu’en présence d’un déterminant défini, en ne peut pas reprendre le nom livres :

11

* J’en ai lu les deux.

16Milner (op. cit.) fait de plus remarquer que la présence du déterminant défini n’interdit pas la pronominalisation lorsque en est partitif :

12

a.

J’en ai lu la plupart. (= de ces livres)

b.

J’en ai lu la moitié. (= des livres de Zola).

17Notons de plus que la phrase en (n) est bien formée si on ajoute un adjectif comme premiers ou derniers ; mais dans ce cas, en peut tout aussi bien remplacer le nom livres que de ces livres :

13

Max en a lu les deux premiers. (= livres, de ces livres)

18Que conclure de tout cela ? On peut constater qu’en présence d’un numéral cardinal, la pronominalisation n’est possible que si en peut être interprété aussi comme un partitif. On pourrait par conséquent être amené à conclure qu’en (9) et en (13), c’est bien du en partitif dont il s’agit. Cependant, un point de vue différent est défendu entre autres par Boivin (1999 ; 2005), qui considère le en suivant un numéral comme un en quantitatif. Ceci dit, nous n’allons pas entrer dans ce débat, car il dépasse l’objectif du présent chapitre.

2.2. La distribution de en

19Les travaux sur la distribution de en sont très nombreux. Nous résumons ici les principaux résultats obtenus concernant la syntaxe de en, mais bien entendu la réalité est encore une fois plus complexe. On trouvera à la fin de ce chapitre une liste d’ouvrages et d’articles portant sur cette question.

20La première observation à faire concerne la position occupée par le constituant d’où provient en — autrement dit sa fonction grammaticale (sujet, objet, etc.). Nous allons voir que cela joue un rôle essentiel.

2.2.1. Le constituant est un objet direct

21Lorsque en remplace une sous-partie de l’objet direct, il n’y a pas de distinction entre en génitif, quantitatif ou partitif. Les trois sont possibles, comme le montrent les phrases citées au début de ce chapitre et que nous reproduisons ici :

14

a.

Il en a repeint le toit.

génitif (= de la maison)

b.

J’en ai acheté trois.

quantitatif (= crayons) ; partitif (= de ces crayons)

c.

Paul en a lu quelques-uns.

partitif (= de ces livres)

22Voyons maintenant comment se comporte en lorsqu’il remplace une sous-partie d’autres SN postverbaux. Nous avons vu au chapitre 2 que les constructions impersonnelles comportent un SN en position postverbale. Dans la plupart des cas, ces constructions mettent en jeu soit un verbe inaccusatif (par ex. arriver, tomber, venir, apparaître, etc.), soit un verbe à la forme passive :

15

a.

Il a été publié un chapitre de ce livre.

b.

Il a été tué trois soldats.

c.

Il est venu quelques-uns de ces invités.

23Dans ce contexte, exactement comme dans le cas de l’objet direct, en peut reprendre un sous-ensemble du SN, qu’il soit génitif, quantitatif ou partitif :

16

a.

Il en a été publié un chapitre.

génitif (= de ce livre)

b.

Il en a été tué trois.

quantitatif (= soldats) ; partitif (= de ces soldats)

c.

Il en est venu quelques-uns.

partitif (= de ces invités)

24Que le en en construction impersonnelle se comporte de la même manière que le en à partir d’un objet direct n’a pas de quoi surprendre : en effet, nous avons vu au chapitre 2 que le sujet des verbes au passif et des verbes inaccusatifs est en réalité un objet direct, qui peut soit se déplacer vers la position sujet (Quelques-uns de ces invités sont arrivés, Un chapitre de ce livre a été publié) ou bien demeurer sur place, comme c’est le cas dans les constructions impersonnelles. Dans les deux cas, donc, en prend son origine à l’intérieur d’un SN objet direct.

25La référence à un objet direct est importante ici, car les objets directs ne sont pas les seuls SN qui peuvent figurer derrière le verbe, comme nous l’avons déà mentionné à la section 2.4.3 du chapitre 2. On y trouve aussi des SN qui ne sont pas, à proprement parler, des arguments du verbe : par exemple, dans passer une semaine à Paris, le SN une semaine est un argument du verbe passer ; mais dans rester une semaine à Paris, une semaine n’est pas un argument du verbe rester.

26Nous verrons maintenant que ces deux types de SN postverbaux se distinguent du point de vue de la pronominalisation par en. Comparons les phrases de (17) à celles de (18) :

17

a.

Pierre en a passé la première partie à Paris.

génitif (= de septembre)

b.

Pierre en a passé trois à Paris.

quantitatif (= semaines)

c.

Pierre en a passé quelques-uns à Paris.

partitif (= de ses mois de vacances)

18

a.

* Pierre en est resté la première partie à Paris.

génitif (= de septembre)

b.

* Pierre en est resté trois à Paris.

quantitatif (= semaines)

c.

* Pierre en est resté quelques-uns à Paris.

partitif (= de ses mois de vacances)

27Ces contrastes confirment que en doit bel et bien provenir d’un SN objet direct du verbe, et non pas de n’importe quel SN postverbal.

2.2.2. Le constituant est un sujet

28Commençons par examiner les sujets de verbes transitifs ou inergatifs (voir chapitre 2). On constatera que dans ces cas, aucun des trois types de en n’est possible :

19

a.

* Un chapitre en traite de sujets épineux.

génitif (= de ce livre)

b.

* Trois en marchaient dans les tranchées.

quantitatif (= soldats) ; partitif (= de ces soldats)

c.

* Quelques-uns en ont frappé à la porte.

partitif (= de ces invités)

29On pourrait être tenté de conclure que en ne peut tout simplement pas correspondre à une sous-partie d’un SN sujet. Cependant, ce serait là une conclusion hâtive. En effet, on observe que le en génitif peut remplacer une sous-partie du sujet lorsque le verbe est au passif ou lorsqu’il s’agit d’un verbe inaccusatif (tomber ; rester, disparaître, etc. ; voir chapitre 2) :

20

a.

Un chapitre en a été publié.

génitif (= de ce livre)

b.

Le toit en est tombé.

génitif (= de la maison)

30Ces deux contextes ont ceci de commun que le sujet prend son origine en position d’objet direct et qu’il est ensuite déplacé vers la position sujet (voir le chapitre 2). En somme, en se comporte ici exactement comme si le constituant d’où il provient était un objet, ce qui n’est pas très surprenant.

ÊTRE ET LE EN GÉNITIF
Les tours comportant le verbe être suivi d’un adjectif attribut du sujet (les « constructions attributives ») ne sont pas au passif. Pourtant, du point de vue de la pronominalisation avec en génitif, ces constructions se comportent de manière tout à fait analogue. Voici des exemples :
i. La préface en est peu flatteuse. génitif (= de ce livre)
ii. Le prix en est trop élevé, génitif (= de ce tableau)
En somme, du point de vue du en génitif, le sujet se comporte comme s'il était dérivé, et c’est exactement là l’analyse qu’a proposée Couquaux (1981). La plupart des linguistes admettent maintenant que la copule être dans ces tours prend pour complément une proposition à contenu prédicatif, que l’on appelle une proposition réduite. Cette proposition est un argument du verbe être : elle est constituée d’un SN et, dans le cas ci-dessus, d’un syntagme adjectival. Le SN est ensuite déplacé vers la position sujet de la phrase, ce qui donne lieu, en gros, aux représentations suivantes :
iii. [La préface de ce livre] est [ti peu flatteuse],
iv. [Le prix de ce tableau], est [ti trop élevé].
On pourra noter que des faits indépendants appuient ce type d’analyse. En effet, certains contextes permettent de faire émerger ces propositions réduites à valeur prédicative. Voyons les exemples suivants :
v. François a trouvé [cette préface très flatteuse].
vi. Notre client estime [le prix de ce tableau trop élevé].
Du point de vue sémantique, te constituant entre crochets se comporte comme une proposition à valeur prédicative (= j’ai trouvé que cette préface était très flatteuse). C'est cette proposition (et non les SN cette préface ou le prix de ce tableau) qui est complément des verbes trouver et estimer.
Étant donné cette analyse, la distribution du en génitif dans les tours avec être est parfaitement compatible avec la généralisation que nous avons établie dans ce chapitre. Dans ces constructions également, le en génitif provient d’un constituant (ta proposition réduite) qui est un argument postverbal du verbe (ici, la copule être).

31Mais en même temps, c’est ici que commence le mystère, car nous allons observer que en génitif et en quantitatif/partitif ont un comportement très différent dans les contextes où un sujet est dérivé.

32Contrairement au en génitif, en effet, le en partitif et le en quantitatif ne peuvent jamais correspondre à une sous-partie du sujet, même lorsque celui-ci est dérivé (pour cette observation, voir Kayne 1975 :190-195 et Milner 1978 : 49, entre autres). Les exemples ci-dessous mettent en jeu des verbes inaccusatifs (21) et des verbes au passif (22). Dans tous ces cas, en quantitatif et en partitif sont exclus.

21

a.

* Trois en sont arrivés.

quantitatif (= livres) ; partitif (= de ces livres)

b.

* Quelques-unes en sont tombées.

partitif (= de ces toitures)

22

a.

* Trois en ont été tués.

quantitatif (= soldats) ; partitif (= de ces soldats)

b.

* Quelques-uns en ont été publiés.

partitif (= de ces livres)

33Les exemples dont nous venons de discuter soulèvent plusieurs questions.

34Tout d’abord, le lecteur se sera sans doute demandé pourquoi la pronominalisation avec en est toujours possible à partir d’un constituant objet, alors que, dans la plupart des cas, elle ne l’est pas à partir de la position sujet. Ceci pourrait en fait relever d’une règle plus générale. Les travaux en grammaire générative ont permis de découvrir un certain nombre de phénomènes syntaxiques qui sont sensibles à la distinction sujet-objet (voir encadré ci-dessous). De manière générale, il est plus facile de déplacer un constituant à partir d’une position objet que d’une position sujet.

35Deuxièmement, nous avons vu que le en génitif peut être pronominalisé à partir d’un sujet si celui-ci est dérivé. Mais la question qui se pose est la suivante : pourquoi n’en va-t-il pas de même pour le en quantitatif et le en partitif ? La réponse à cette question est loin d’être évidente. De nombreux linguistes se sont attaqués à cet épineux problème, mais les solutions qui ont été proposées reposent sur des présupposés théoriques qui dépassent largement le cadre du présent ouvrage. Le lecteur plus avancé pourra consulter entre autres les travaux de Pollock (1986 ; 1998), Rizzi (1990), Valois (1991) et Boivin (2005).

DES ASYMÉTRIES ENTRE LE SUJET ET L’OBJET
Les travaux en grammaire générative ont mis au jour d'importantes différences entre Ses sujets et les objets. En français comme dans bien des langues, les SN ne se comportent pas de la même manière lorsqu’ils se trouvent dans l'une ou l’autre de ces positions. L’interrogation partielle peut nous en fournir des exemples. Si l'interrogation porte sur un sous-ensemble du groupe nominal, elle est permise lorsque le groupe nominal se trouve en position objet (i-a), mais non si ce groupe nominal se trouve en position sujet (i-b). Pour clarifier l’exposition, le SN à partir duquel le constituant est déplacé est mis entre crochets,
i. a. De quel livre as-tu lu [la préface] ?
b.* De quel livre [la préface] t'a-t-elle plu ?
On trouve le même type de contraste lorsque l’interrogation se fait avec combien, comme l’a observé Obenauer (1976). L’interrogation est possible depuis un SN en position objet, mais non en position sujet :
ii. a. Combien crois-tu que Luc achètera [de livres] ?
b.* Combien crois-tu que [de livres] paraîtront cet automne ?
Le contraste entre sujets et objets se manifeste sous une autre forme lorsque tout le SN (par opposition à un sous-ensemble du SN) est interrogé. Dans ce cas, l’interrogation est possible à partir des deux positions objet et sujet, mais dans le cas du sujet, une forme spéciale du complémenteur, qui, doit être utilisée (voir chapitre 1). Cette forme spéciale n’a pas à être utilisée lorsque l’interrogation porte sur l’objet :
iii. a. Quel livre penses-tu que Max achètera ?
b. Que ! livre penses-tu qui plaira à Max ?
c. * Quel livre penses-tu que plaira à Max ?
Ces asymétries se manifestent aussi dans de nombreux autres contextes. Par exemple, Kayne (1984) a fait remarquer que certains syntagmes en de sans déterminant (par ex. de bière, de vin, de gâteaux, etc.), sont permis dans la position objet mais exclus dans la position sujet :
iv. a. Ses parents ne veulent pas qu’il boive de vin.
b.* Ses parents ne veulent pas que de vin lui soit servi.
Pour les linguistes générativistes, qui ont pour but de dégager des généralisations, ces différences systématiques ne peuvent être le fruit du simple hasard. Voilà pourquoi de nombreuses recherches ont porté sur ta structure de la phrase, et en particulier sur les différences structurales qui distinguent ta position sujet de la position objet.

36Le tableau ci-dessous résume les divers contextes que nous avons décrits dans cette section. La colonne de gauche indique la position et le statut du constituant de l’intérieur duquel provient en.

Tableau 2. Distribution de en génitif, quantitatif et partitif

Génitif

Quantitatif

Partitif

Objet direct

SN postverbal en construction impersonnelle (verbes au passif et verbes inaccusatifs)

SN postverbal non argument

*

*

*

Sujet dérivé (verbes au passif, verbes inaccusatifs)

*

*

Sujets non dérivés (verbes

inergatifs, verbes transitifs)

*

*

*

37Nous allons voir dans la prochaine section que les choses se compliquent davantage lorsqu’on considère le comportement de dont, la contrepartie relative de en.

3. Similitudes et différences entre « en » et « dont »

3.1. À chaque en son dont

38Parallèlement à la pronominalisation avec en, différents sous-ensembles du groupe nominal peuvent être relativisés à l’aide de dont. Aux trois types de en décrits à la section 2.1, on peut faire correspondre un dont :

391. Dont génitif

23

a.

C’est un livre dont l’auteur écrit depuis longtemps.

b.

Voilà un homme dont la fille a beaucoup voyagé.

c.

Nous avons rencontré des gens dont la bonne humeur nous a réjouis.

402. Dont quantitatif

24

a.

Ce sont des auteurs dont certains écrivent depuis longtemps.

b.

Voilà des livres dont trois abordent la question de la mondialisation.

c.

Nous avons ici des étudiants étrangers dont beaucoup téléphonent à leurs parents chaque semaine.

413. Dont partitif

25

a.

Ces livres, dont quelques-uns abordent la question de la mondialisation...

b.

Ce livre, dont la moitié comporte des passages assez explicites...

c.

Les étudiants, dont la plupart téléphonent à leurs parents chaque semaine...

42Examinons maintenant la distribution des trois types de dont. Comme nous le verrons, elle est dans certains cas diamétralement opposée à celle de en.

3.2. La distribution de dont

43Le lecteur aura sans doute remarqué que dans les exemples (23), (24) et (25), les trois types de dont remplacent une partie du sujet ; qui plus est, il s’agit dans tous les cas de sujets non dérivés, c’est-à-dire de sujets de verbes transitifs ou inergatifs. Or, on se rappellera que justement dans ce cas, les trois types de en étaient exclus. Dans ce contexte, donc, la relativisation par dont et la pronominalisation avec en donnent exactement des résultats contraires. C’est donc là une première différence fort inattendue entre en et dont.

44Qu’en est-il maintenant des objets directs ? On se souviendra que en peut reprendre un sous-ensemble du SN objet direct et ce, pour les trois types de en. Or, ici encore, dont fonctionne très différemment, comme l’on fait remarquer entre autres Milner (1978 : 76) et Couquaux (1981). Le dont génitif (26a) et le dont partitif (26c) semblent aller de pair et se comportent exactement comme en. En revanche, et c’est là un fait étonnant, le dont quantitatif (26b) est exclu dans ce contexte — et fait contraste avec le en quantitatif (J’en ai lu trois) qui, lui, est permis.

26

a.

Ces livres, dont je connais l’auteur, sont en librairie.

génitif

b.

* Ces livres, dont j’ai lu trois...

quantitatif

c.

Ces livres, dont j’ai lu la plupart...

partitif

45Ajoutons tout de même une nuance à propos du partitif en (26c). Si les jugements des locuteurs sont clairs et unanimes en ce qui concerne le dont génitif et le dont quantitatif, il n’en va pas de même pour le dont partitif. Milner (op. cit.) donne comme grammaticales les phrases suivantes :

27

a.

Voici des livres dont j’ai lu plusieurs/certains.

b.

Voici des livres dont j’ai lu quelques-uns/un grand nombre.

c.

Voici des livres dont j’ai lu des tonnes/des centaines.

46Or, tous les locuteurs du français ne sont pas d’accord avec ces jugements. Si en général des livres dont j’ai lu un grand nombre est bien accepté, des livres dont j’ai lu quelques-uns et des livres dont j’ai lu certains le sont beaucoup moins. Nous laisserons le lecteur en juger par lui-même.

47Voyons maintenant comment se comporte dont dans les autres contextes que nous avons décrits pour en.

48Dans les tours impersonnels avec verbe passif ou inaccusatif, contextes qui permettent tous la pronominalisation par en, la relativisation en dont est permise pour le génitif, mais totalement exclue pour le quantitatif ; pour le partitif, les jugements varient de douteux à impossible. Nous donnons des exemples de SN postverbaux avec des verbes au passif en (28) et des verbes inaccusatifs en (29) :

28

a.

Ce livre, dont il a été publié un chapitre...

génitif

b.

* Ces soldats, dont il a été tué trois...

quantitatif

c.

? Ces livres, dont il a été vendu quelques-uns...

partitif

29

a.

Cet ouvrage, dont il est arrivé un premier tome...

génitif

b.

* Ces bijoux, dont il a disparu quatre...

quantitatif

c.

* Ces ouvrages, dont il reste quelques-uns...

partitif

49Enfin, lorsque dont correspond à un sous-ensemble d’un SN postverbal qui n’est pas un argument du verbe, les trois types de dont sont exclus — comme le sont les trois types de en :

30

a.

* Le mois de septembre, dont Pierre est resté la première partie à Paris...

génitif

b.

* Ces semaines, dont Pierre est resté trois à Paris...

quantitatif

c.

* Ces journées, dont Pierre est resté quelques-unes à Paris....

partitif

50Le tableau ci-dessous, qui résume les contextes où les trois types de en et de dont sont possibles, permettra au lecteur de s’y retrouver un peu plus facilement.

Tableau 3. Distribution de en et dont génitifs, quantitatifs et partitifs

Génitif

Quantitatif

Partitif

Objet direct

✓en
✓dont

✓en
* dont

✓en
?dont

SN postverbal en construction impersonnelle (verbes au passif et verbes inaccusatifs)

✓en
✓dont

✓en
* dont

✓en
? ?/* dont

SN postverbal non argument

* en
* dont

* en
* dont

* en
* dont

Sujet dérivé (verbes au passif, verbes inaccusatifs)

✓en
✓dont

* en
✓dont

* en
✓ dont

Sujets non dérivés (verbes inergatifs, verbes transitifs)

* en
✓dont

* en
✓dont

* en
✓dont

51Le lecteur aura constaté que la situation concernant le remplacement d’un sous-ensemble du SN, soit par en, soit par dont, est infiniment plus complexe qu’il n’y paraît à première vue. Les différences distributionnelles entre en et dont ont été discutées notamment dans Elliott (1985), et plus récemment dans une étude très détaillée de Boivin (2005). Les solutions proposées par ces auteurs reposent encore une fois sur des concepts théoriques qui dépassent le cadre du présent ouvrage. Nous laissons donc au lecteur plus avancé le soin de s’y reporter.

4. Conclusion

52Dans ce chapitre, nous avons décrit les propriétés syntaxiques de en lorsqu’il reprend une sous-partie du SN. Nous avons vu que les trois types de en (génitif, quantitatif et partitif) n’ont pas le même comportement, et que ce comportement est déterminé par la position (sujet, objet) ou le statut (argument ou non) du SN dont ils proviennent.

53Nous avons également examiné le comportement syntaxique des trois types de dont correspondants : dont génitif, quantitatif et partitif. Ce faisant, nous avons mis au jour des différences très étonnantes entre en et dont, qui se comportent parfois de manière diamétralement opposée.

DES LECTURES SUPPLÉMENTAIRES SUR EN
Mises à part les études citées dans ce chapitre, beaucoup de travaux ont été consacrés à la syntaxe de en. On pourra consulter entre autres Haïk (1982), Hulk (1983), Burzio (1986), Bouchard (1988) et Postal (1994b).

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search