Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

7. Les groupes nominaux : qualités et insultes

Texte intégral

1. En bref

1Dans ce chapitre nous examinerons des expressions dont on fait peu mention dans les grammaires traditionnelles mais pour lesquelles les recherches en linguistique théorique ont fait plusieurs découvertes intéressantes. Il s’agit de ce qu’on appellera les « constructions qualitatives ». Ces constructions ont fait l’objet d’études détaillées, notamment par Milner (1978) et Ruwet (1982), d’où beaucoup d’exemples de ce chapitre sont tirés.

2Les constructions qualitatives prennent souvent la forme N de N, où le premier nom est un nom de qualité, c’est-à-dire un nom qui exprime un jugement de valeur (négatif ou positif) de la part du locuteur. Les noms de qualité sont en italique dans les exemples ci-dessous.

1

a.

Son imbécile de mari vient d’arriver.

b.

Mon crétin de propriétaire a augmenté le loyer.

c.

J’ai encore rencontré cette cruche de Lise.

2

a.

Rachmaninov a écrit ce bijou de concerto.

b.

Ton génie de fils a reconfiguré l’ordinateur.

c.

Nous sommes tombés encore une fois sur ton phénomène de mari.

3L’étude des expressions en (1) fait partie de ce que Ruwet (1982) a appelé la « grammaire des insultes », ce qui, nous en conviendrons, en fait d’emblée un objet d’étude amusant. Mais les expressions qualitatives, qui regroupent les noms en italique en (1) et (2), ne servent pas qu’à insulter : elles peuvent aussi être positives. Les constructions nominales qualitatives ont une forme commune et partagent bon nombre de propriétés syntaxiques qui les distinguent des autres groupes nominaux. Comme nous allons le voir, elles nous renseignent sur plusieurs facettes de la grammaire du français, dont la syntaxe des expressions nominales et les processus d’accord dans le syntagme nominal.

4Nous verrons notamment que les expressions qualitatives, bien quelles aient superficiellement la même forme que les syntagmes nominaux à complément de nom (c’est-à-dire N de N, v. [3] ci-dessous), s’en distinguent sensiblement tant sur le plan sémantique que syntaxique :

3

a.

Le patron de mon mari

b.

Les idées de mon propriétaire

c.

Cette amie de Jeanne

d.

Ma photo de sa sœur

5Nous ferons une comparaison systématique de ces deux tours de forme N de N dans la section 2.3. Mais auparavant examinons les particularités sémantiques et syntaxiques des constructions qualitatives de type N de N.

2. Propriétés des constructions qualitatives N de N

2.1. Sémantique des noms de qualité

6Pour les besoins de la démonstration, nous adopterons la terminologie de Milner (1978) et désignerons par l’étiquette N1 la classe des noms qui peuvent agir comme premier nom dans la construction qualitative N de N (imbécile, crétin, cruche, bijou, génie, phénomène, etc.) et N2 ceux qui constituent le second nom (mari, propriétaire, Lise, concerto, fils, etc.).

7Comment caractériser les types de noms pouvant entrer dans cette construction ? En ce qui concerne N2, il y a peu de contraintes : la seule exigence est que le nom soit spécifique. Ainsi, les expressions suivantes, où le N2 (en caractères gras) a un sens générique, sont agrammaticales :

4

a.

* Cet imbécile d’individu

b.

* Cette idiote de personne

8La classe des N1, quant à elle, est beaucoup plus restreinte. Ainsi, les expressions suivantes, bien qu’ayant une structure similaire à celle des exemples de (1), sont agrammaticales :

5

a.

* Ce médecin de Jules

b.

* Cette secrétaire de Julie

9N1 ne peut être qu’un nom de qualité, c’est-à-dire un nom qui comporte une connotation affective. En d’autres termes, ce nom doit pouvoir exprimer une évaluation du locuteur, qu’elle soit négative ou positive. C’est le cas d’imbécile, crétin, cruche, bijou et génie, mais non pas de médecin ou secrétaire.

10Ces restrictions ne valent évidemment pas pour les structures à complément de nom. N’importe quel type de nom peut y agir comme premier constituant :

6

a.

L’idiot de la classe

b.

La photo de Paul

c.

L’arrivée des coureurs

d.

La défaite de l’équipe nationale

e.

La stupidité de l’entraîneur

11Les noms de qualité se différencient également des noms ordinaires du point de vue de leur référence. Selon Milner, contrairement aux noms ordinaires, les noms de qualité n’ont pas de « référence autonome » : celle-ci dépend plutôt de N2 et du contexte. Pour illustrer ce point, Milner précise qu’un nom comme imbécile peut être parfois employé comme nom qualitatif, comme en (7a), parfois comme nom ordinaire, comme en (7b).

7

a.

Cet imbécile de Jean a cassé la tasse.

b.

Jean, un imbécile, a cassé la tasse.

12Ces deux emplois sont différents du point de vue de la référence d’imbécile. Milner fournit les deux exemples suivants :

8

a.

Cet imbécile de Jean a cassé la tasse, ce qui ne signifie pas qu’il soit un imbécile. (emploi qualitatif)

b.

* Jean, un imbécile, a cassé la tasse, ce qui ne signifie pas qu’il soit un imbécile. (emploi ordinaire)

13La phrase (8b) est contradictoire alors que (8a) ne l’est pas.

14Selon Milner, la différence tient à ce que « imbécile comme apposition [v. (7b, 8b)] est traité comme un nom ordinaire ; imbécile [...] en position N1 [v. (7a, 8a)] est traité différemment des noms ordinaires ». L’interprétation d’imbécile en (7a, 8a) dépend du nom Jean et du contexte (Jean a agi comme un imbécile lorsqu’il a cassé la tasse), alors que la référence du même nom en (7b, 8b) est autonome (Jean est une personne imbécile). Une autre façon d’exprimer cela serait de dire que le N1 des constructions qualitatives décrit un état passager alors que, dans son emploi ordinaire, il décrit un état permanent. Par conséquent, l’insertion de l’affirmation ce qui ne signifie pas qu’il soit un imbécile donne un résultat contradictoire en (8b) mais non en (8a).

2.2. Propriétés syntaxiques des noms de qualité

15La question est maintenant d’établir quelles sont les autres propriétés qui distinguent la classe des noms de qualité (ceux qui, rappelons-le, peuvent s’insérer comme N1 dans une expression qualitative N de N) de celle des noms ordinaires. Milner décrit un ensemble de propriétés et de contextes syntaxiques qui permettent de départager les deux classes de noms. Notons que l’étude de Milner ne porte que sur les noms de qualité à valeur péjorative (les « insultes »). Certains de ces critères ne pourront pas, pour des raisons que nous n’explorerons pas ici, être appliqués aux noms de qualité positifs.

2.2.1. Les exclamatives simples

16Une première caractéristique qui distingue les noms de qualité des noms ordinaires est que seuls les premiers peuvent apparaître dans une exclamative simple. C’est ce que montrent les contrastes entre (9) et (10).

9

a.

Son imbécile de mari

nom de qualité

b.

Imbécile !

10

a.

* Son médecin de mari

nom ordinaire

b.

* Médecin !

17Au sujet de la classe des expressions exclamatives, il faut mentionner deux autres caractéristiques qui distinguent les noms de qualité des noms ordinaires. Pour cela, nous examinerons les exclamatives du type Quel X ! et les exclamatives que l’on pourrait qualifier de « vocatives ». Ceci fait l’objet des rubriques 2.2.2 et 2.2.3 ci-dessous.

2.2.2. Les exclamatives de type « Quel X ! »

18Selon Milner, seuls les noms de qualité « sont susceptibles d’être employés comme exclamatifs sans ambiguïté d’effet ». Prenons les deux séries d’exemples suivantes, la première contenant un nom de qualité, la seconde un nom ordinaire :

11

a.

Quel imbécile !

b.

Quelle cruche !

12

a.

Quel médecin !

b.

Quelle robe !

19En (11), les expressions ont une visée nettement négative, quel que soit le contexte où ces phrases seraient émises. En (12), par contre, le contexte doit être connu afin de déterminer l’intention (négative ou positive) véhiculée par le locuteur. Par exemple, l’interprétation de ces phrases pourrait dépendre du ton, admiratif ou dénigrant, qui accompagnerait les énoncés, ou encore de l’expression du visage (imaginez la phrase [12a] prononcée avec un grand sourire admiratif, puis la même phrase prononcée en levant les yeux au ciel). En revanche, aucune stratégie extralinguistique n’est susceptible d’altérer le sens des énoncés en (11).

2.2.3. Les exclamatives vocatives

20Les noms de qualité peuvent s’employer sous forme vocative dans des exclamatives du type de celles en (13) :

13

a.

Venez, imbécile !

b.

Venez, canaille !

21Cela n’est pas possible pour les noms ordinaires :

14

a.

* Venez, médecin !

b.

* Venez, étudiant !

22Certains noms ordinaires peuvent aussi s’employer de façon vocative, par exemple ceux qui dénotent des titres : Venez, général ! Mais selon Milner (p. 178), il ne s’agit pas d’un contre-exemple à la généralisation exprimée ci-dessus : « dans les vocatifs, le “titre” utilisé est censé être spécifique de la personne interpellée et il appartient en fait au système du nom propre ».

23Notons que, dans leur emploi vocatif, les noms de qualité s’utilisent sans déterminant et sans complément - voir l’agrammaticalité de (15) et (16) ci-dessous :

15

a.

* Venez, l’imbécile !

b.

* Venez, l’idiot !

16

a.

* Venez, canaille de médecin !

b.

* Venez, idiot d’étudiant !

2.2.4. Les contextes « Espèce de X » et « Traiter quelqu’un de X »

24Seuls les membres de la classe des noms de qualité peuvent s’insérer dans des expressions du type espèce de, traiter quelqu’un de (v. [17]) ; les noms ordinaires ne le permettent pas (v. [18]).

17

a.

Espèce de crétin

b.

Traiter Jules d’imbécile.

18

a.

* Espèce de médecin

b.

* Traiter Jules de médecin.

2.2.5. Les incises qualitatives

25Seuls les noms de qualité peuvent s’employer en incise qualitative, c’est-à-dire détachés du nom auquel ils se rapportent. On opposera ainsi (19a) et (19b) :

19

a.

Jean a cassé la tasse bleue, l’imbécile.

b.

* Jean a cassé la tasse bleue, le médecin.

26Les noms ordinaires peuvent par contre s’employer dans des structures qui semblent rappeler l’exemple (19a), par exemple dans des phrases comme celle en (20) :

20

Il a cassé la tasse bleue, le médecin.

27Il s’agit toutefois d’une tout autre construction, c’est-à-dire la dislocation, dont les propriétés sont très différentes de la construction qualitative en (19a). (Voir l’encadré plus loin ainsi que le chapitre 10 pour un examen détaillé des structures disloquées.)

2.2.6. La relativisation dans les exclamatives

28Les noms de qualité peuvent être relativisés dans les exclamatives du type de celles en (21). Les noms ordinaires ne le peuvent pas (v. [22]) :

21

a.

Imbécile que je suis !

b.

Crétin que tu es !

22

a.

* Médecin que je suis !

b.

* Professeur qu’il était !

29Notons que les mêmes conditions qui s’imposaient aux deux structures exclamatives que nous avons vues ci-dessus en (15) et (16) prévalent ici également. Le nom de qualité doit apparaître sans déterminant et sans complément :

23

a.

* Cet imbécile qu’il est !

b.

* Imbécile de médecin que Jean est !

30Nous venons d’établir un certain nombre de critères syntaxiques qui différencient la classe des noms de qualité de celle des noms ordinaires. Nous allons maintenant nous pencher sur la structure des expressions qualitatives du type N de N. Nous montrerons que, même si la structure de ces tours semble à première vue identique à celle des constructions à complément du nom, elle est en réalité complètement différente.

INCISES QUALITATIVES ET DISLOCATION
Nous avons mentionné ci-dessus que les incises qualitatives ne sont pas sans rappeler les constructions disloquées. Revoici les exemples en question :
i. a. Jean a cassé la tasse bleue, l’imbécile. (construction qualitative) b. Il a cassé la tasse bleue, le médecin. (construction disloquée)
Toutefois, là s'arrêtent les similitudes. Ces deux tours se distinguent sous plusieurs aspects. Tout d’abord, les dislocations doivent contenir un pronom qui se rapporte au SN périphérique (c'est-à-dire le SN séparé du reste par une virgule à l’écrit et une courbe intonatoire à l’oral). En l’absence d’un tel pronom, le résultat est agrammatical. On a donc le contraste ci-dessous : ii. a. Je l’ai rencontré, ce garçon. b, * J’ai rencontré Jean, ce garçon.
Les incises qualitatives sont différentes. Bien que la présence d'un pronom soit possible (iii-a), elle n’est pas obligatoire (iii-b).
iii. a. Il a cassé la tasse, l’idiot. b. Jean a cassé la tasse, l’idiot.
Ensuite, alors que la dislocation peut porter soit sur le sujet (iv-a) soit sur l’objet (iv-b) du verbe, la construction qualitative ne peut cibler que le sujet (v-a, c) :
iv. a. Il est venu, Jean.
b, Je l'ai vu, Jean.
v. a. Jean est venu, l’imbécile.
b. * Je n’ai pas vu Jean, l'imbécile.
c. Deux promoteurs ont été condamnés, les canailles,
d. * Il a été condamné deux promoteurs, les canailles.
Finalement, alors que plus d'un constituant peut être disloqué à l’intérieur de la même proposition (vi-a), un seul tour qualitatif est permis (vi-b) :
vi. a. Pierre, il la connaît bien, Marie.
b. * Pierre, le salaud, l'a dénoncée, la pauvre.
Notons toutefois que la présence de deux incises qualitatives est possible dans la même phrase si elles appartiennent à des propositions diffïérentes : Pierre, le salaud, l'a fait arrêter, la pauvre.

2.3. Constructions qualitatives N de N et structures à complément du nom

31Nous avons mentionné au début de ce chapitre que les constructions qualitatives en N de N (v. [24a]) ressemblent, en surface, à une structure de complément de nom (v. [24b]) :

24

a.

Cet imbécile de médecin prescrit trop de médicaments.

b.

Ce diagnostic du médecin est très précis.

32Les expressions en italique dans les phrases de (24) sont toutes deux des SN. Elles peuvent, par exemple, être remplacées par un pronom sujet, comme en (25) :

25

a.

Il prescrit trop de médicaments.

b.

Il est très précis.

33La question est maintenant de savoir si, étant donné cette similitude de forme, ces deux constructions ont la même structure interne. Milner propose que ce n’est pas le cas. En effet, un examen attentif de ces tours fait ressortir d’importantes différences entre les deux.

34Les suites à compléments de nom N de N comportent généralement les composantes suivantes : un déterminant, un nom recteur (ou « tête », voir ci-dessous) et un complément de nom composé d’un SN précédé de la préposition de :

26

Déterminant - nom recteur - de + SN complément

35Les constructions qualitatives ont, en surface, une structure similaire :

27

Déterminant - nom - de + N

36Or, Milner fait l’observation suivante : si ces deux constructions N de N avaient la même structure interne, on s’attendrait à ce que chacun des divers éléments qui les composent aient les mêmes propriétés syntaxiques. Or, ce n’est justement pas le cas (v. aussi Ruwet 1982, qui remet cependant en question certaines des conclusions de Milner 1978). Nous examinerons dans les prochaines rubriques quelques-unes des différences qui caractérisent les composantes de chacune des deux constructions. Ces différences concernent : 1) les déterminants ; 2) la possibilité de modifier le premier nom par un adjectif ; 3) la possibilité de pronominaliser le deuxième nom ; et 4) l’identité du nom recteur ou « tête ».

2.3.1. Les déterminants

37Les tours qualitatifs se distinguent des constructions à complément du nom du point de vue des déterminants qu’ils admettent, soit devant le premier nom, soit devant le deuxième.

38Commençons par examiner le déterminant qui se trouve devant le premier nom (N1). Dans les constructions à complément du nom, ce déterminant peut être un indéfini, un démonstratif, un possessif ou un défini (v. [28]). Par contre, les constructions qualitatives N de N ne peuvent pas être introduites par le déterminant le (v. [29d]) :

28

a.

Un ami de Marianne m’a téléphoné.

b.

Cet ami de Luc m’ennuie.

c.

Son compte-rendu de la réunion m’a laissé indifférent.

d.

Le copain de François vous plaira.

29

a.

a. Un crétin de fonctionnaire m’a téléphoné.

b.

Cet imbécile de Luc a perdu mon parapluie.

c.

Son imbécile de mari m’impatiente.

d.

* L’imbécile de Luc m’ennuie.

39Regardons maintenant le déterminant qui précède le deuxième nom. Dans les constructions à complément du nom, il n’y a pas de restrictions (30a). En revanche, les tours qualitatifs n’admettent la présence d’aucun déterminant devant N2 (30b) :

30

a.

Nous ne sommes pas d’accord avec le diagnostic de la/cette/ma thérapeute.

b.

* Nous ne sommes pas d’accord avec cette cruche de la/cette/ma thérapeute.

2.3.2. La modification adjectivale de N1

40Une autre différence concerne la possibilité de modifier le premier nom par un adjectif. Cela est possible dans les constructions à complément du nom (31), alors que ce ne l’est généralement pas dans les expressions qualitatives (32) :

31

a.

Cet ami bizarre de Marie

b.

Cet ami ennuyeux de Julie

32

a.

* Cet imbécile maladroit de Pierre

b.

* Cet imbécile ennuyeux de Pierre

41Il existe cependant une certaine classe d’adjectifs prénominaux (parmi lesquels on trouve satané, sacré, foutu, pauvre, affreux, fichu, franc, abominable et sale) qui peut modifier le N1 des expressions qualitatives :

33

a.

Ce satané imbécile de Pierre

b.

Ce sacré idiot de Marc

42Fait à remarquer, il s’agit souvent d’adjectifs qui, contrairement à ceux des exemples en (31) et (32), ne peuvent pas s’employer de façon prédicative (34) ; comparez avec Cet ami de Marie est bizarre.

34

a.

* Pierre est satané.

b.

* Marc est sacré.

43Quand ils le peuvent (par ex. Paul est pauvre, Jean est foutu), ils ont un sens différent de celui véhiculé dans les constructions qualitatives, comme le montre le caractère non contradictoire de l’exemple (35) :

35

Ce pauvre imbécile de Paul n’est pas pauvre.

442.3.3. La pronominalisation Une première différence concerne la nature de N2. Dans les constructions à complément du nom, le nom qui suit de peut être un nom propre ou un pronom (36a, b). Dans les tours qualitatifs, en revanche, N2 ne peut jamais être un pronom (37b) :

36

a.

J’ai vu une photo de Julie.

b.

J’ai vu une photo d’elle.

37

a.

Cette imbécile de Julie.

b.

* Cette imbécile d’elle.

45Une seconde différence porte sur la possibilité de pronominaliser (ou de relativiser) le constituant de+N2. Ceci est possible dans une construction à complément du nom : cette suite peut être remplacée par le pronom en ou relativisée à l’aide de dont (voir chapitre 8) :

38

a.

Les experts ont restauré le dôme de cette cathédrale.

b.

Les experts en ont restauré le dôme.

c.

Cette cathédrale, dont les experts ont restauré le dôme...

46Or, ni le pronom en ni le relativisant dont ne peuvent remplacer la suite de+N2 dans les tours qualitatifs :

39

a.

Les experts ont restauré un bijou de cathédrale.

b.

* Les experts en ont restauré un bijou.

c.

* Cette cathédrale, dont les experts ont restauré un bijou...

2.3.4. Le nom recteur ou « tête »

47Le nom recteur — ou tête - d’un SN est l’élément central du syntagme. Il en est, entre autres, le porteur de sens. Ainsi, lorsque le SN est, par exemple, en position complément d’un verbe, le sens du nom recteur doit être compatible avec les exigences sémantiques du verbe.

48Prenons le verbe déchirer. Le sens de ce verbe exige que son complément dénote un objet concret inanimé qui ait la capacité d’être déchiré (papier, tissu, etc.). Le verbe embaucher, par contre, exige que son complément dénote un être animé. Dans une structure à complément du nom, c’est-à-dire où plus d’un nom apparaît dans un SN, c’est le premier nom, et non le second, qui est le porteur des traits sémantiques devant répondre aux exigences du prédicat. Par exemple, en (40a) le nom ordonnance est compatible avec le sens du verbe, alors qu’en (40b) il ne l’est pas.

40

a.

Nous avons déchiré [cette ordonnance du médecin].

b.

* Nous avons embauché [cette ordonnance du médecin].

49Or, dans les tours qualitatifs, c’est le deuxième nom de la suite N de N qui doit être compatible avec le sens du verbe. Comparez les exemples en (41) et (42) :

41

a.

Elle a agrafé ce bijou sur sa robe.

b.

Elle a visité cette cathédrale.

42

a.

* Elle a agrafé ce bijou de cathédrale sur sa robe.

b.

Elle a visité ce bijou de cathédrale.

50On peut donc conclure ce qui suit : dans les constructions à complément du nom, c’est le premier nom (N1) qui est recteur ou tête du syntagme. Dans les constructions qualitatives, c’est le deuxième (N2).

51On pourra noter d’ailleurs que, dans les tours qualitatifs, la reprise pronominale se fait en fonction de N2 et non de N1. Ainsi, le pronom de la deuxième phrase en (43) doit reprendre les traits de genre (et de nombre) de N2 :

43

a.

Cette andouille (fém.) de médecin (masc.) a fait une erreur. * Elle (fém.) m’a prescrit le mauvais médicament.

b.

Cette andouille de médecin a fait une erreur. Il m’a prescrit le mauvais médicament.

52Étant donné ces disparités entre les divers éléments qui composent les expressions qualitatives N de N et les structures à complément du nom, une seule conclusion s’impose : elles ont des structures internes différentes. Quelle est la structure exacte des tours qualitatifs ? C’est là une question complexe qui, d’ailleurs, demeure controversée. Le lecteur intéressé à prendre connaissance des différentes analyses proposées pourra consulter notamment les travaux de Milner (1978), Ruwet (1982) et Hulk et Tellier (2000).

2.4. L’accord

53Lorsqu’on parle du genre d’un nom commun en français, on parle en fait de deux choses : du genre inhérent et du genre grammatical. Le genre inhérent procède d’une logique très nette : les noms qui décrivent des personnes d’un sexe particulier ou des professions ou autres désignations traditionnellement associées à des personnes d’un certain sexe portent le genre de ces personnes. Il en va ainsi des noms homme/femme, mère/père, animateur/animatrice, etc. Le genre grammatical, lui, est arbitraire. Il n’y a aucune raison logique en français pour que le nom pistolet soit masculin ou que le mot énigme soit féminin. D’ailleurs, les mots correspondants portent le genre opposé dans d’autres langues, par exemple en italien (enigma est masculin, pistola féminin).

54Comme le genre inhérent et le genre grammatical ont les mêmes répercussions sur la structure morphosyntaxique de la phrase en français (ils déclenchent tous deux l’accord du déterminant et de l’adjectif), il est normalement impossible de départager leur rôle respectif dans les processus d’accord. Or, les tours qualitatifs pourraient nous permettre de jeter un peu de lumière sur ce problème. Ce sont en effet les seuls tours en français qui nous permettent de faire la part des choses en ce qui concerne la contribution de chacun de ces deux traits de genre dans l’accord. Il s’agit d’une découverte intéressante discutée en détail dans Hulk et Tellier (2000). Voyons cela de plus près.

55Comme nous l’avons vu dans la section précédente, ce sont les noms recteurs (en caractère gras dans les exemples ci-dessous) qui déterminent l’accord en genre et en nombre avec un adjectif ou un participe passé situé à l’extérieur du SN : le premier nom dans les structures à complément du nom (44), et le second dans les tours qualitatifs (45) :

44

a.

La photo (fém.) de Sébastien (masc.) est intéressante (fém.).

b.

* La photo de Sébastien est intéressant (masc.).

c.

Le livre (masc.) de Fannie (fém.) a été écrit (masc.) pour les non-initiés.

d.

* Le livre de Fannie a été écrite (fém.) pour les non-initiés.

45

a.

Cette andouille (fém.) de médecin (masc.) est stupéfiant (masc.).

b.

* Cette andouille (fém.) de médecin (masc.) est stupéfiante (fém.).

56Or, considérons les exemples suivants qui contiennent également une expression qualitative :

46

a.

Ce bijou (masc.) de symphonie (fém.) sera inscrit (masc.) dans tous les répertoires.

b.

* Ce bijou (masc.) de symphonie (fém.) sera inscrite (fém.) dans tous les répertoires.

57Ici, bien que le nom recteur soit de genre féminin, le participe passé prend la forme masculine. Pourquoi cette différence entre ces exemples et ceux de (45) ?

58Notons tout d’abord deux choses en ce qui concerne les phrases en (45) et (46). Premièrement, dans les deux cas, les noms qui font partie du SN qualitatif ont des genres différents. Deuxièmement, dans les exemples grammaticaux, le genre de l’adjectif ou du participe passé est masculin.

59Émettons donc l’hypothèse (provisoire) suivante : les conflits de genre dans les constructions qualitatives (c’est-à-dire les cas où les deux noms qui les composent ont des genres différents) ont pour effet de déclencher un processus d’accord par défaut, c’est-à-dire au masculin en français.

60Considérons maintenant les exemples suivants :

47

a.

* Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est bien distrait (masc.).

b.

Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est bien distraite (fém.).

61Dans ces exemples, le genre des deux noms de l’expression qualitative est encore une fois différent. En regard de notre hypothèse initiale, on devrait donc s’attendre à ce que ce conflit de genre déclenche l’accord par défaut. Or, ce n’est pas le cas, comme le montre (47b). Comment expliquer cela ?

62Pour répondre à cette question, nous comparerons les exemples (46b) et (47b), repris ci-dessous :

48

a.

* Ce bijou (masc.) de symphonie (fém.) sera inscrite (fém.) dans tous les répertoires.

b.

Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est bien distraite (fém.).

63D’entrée de jeu, la différence qui saute aux yeux entre ces deux exemples est le type de N2 qui les compose : il dénote un objet inanimé en (48a) et un être animé en (48b). Or, nom animé veut dire genre intrinsèque. L’idée de Hulk et Tellier est la suivante : le genre intrinsèque d’un nom recteur étant un trait sémantique fondamental, il doit être transmis à tout le SN qualitatif. Ceci a pour effet de court-circuiter le processus d’accord par défaut dans les cas de conflit de genre. C’est pourquoi l’accord de l’adjectif en (48b) se fait au féminin avec le nom fille.

64Nous révisons donc notre hypothèse initiale :

  • lorsqu’il y a conflit de genre dans les constructions qualitatives, c’est l’accord par défaut qui s’applique, c’est-à-dire le masculin (46a), sauf si :

  • le nom recteur est animé ; dans ce cas, c’est le genre intrinsèque de ce nom qui déclenche l’accord (48b).

65Une analyse différente de ces faits a été proposée par Doetjes et Rooryck (2003). Ces auteurs suggèrent que le choix de l’accord (genre, nombre) dépend plutôt de la capacité du N1 des expressions qualitatives de conserver son sens lexical fondamental. Selon eux, l’accord devrait toujours se faire avec N1 (à l’instar, notons-le, des structures à complément du nom), sauf si certaines circonstances interviennent pour altérer le processus.

66Reprenons les faits (avec les exemples de Doetjes et Rooryck) :

49

a.

* Ce bijou (masc.) d’église romane (fém.) a été reconstruite (fém.).

b.

Ce bijou d’église romane a été reconstruit (masc.).

50

a.

Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est distraite (fém.).

b.

* Ton phénomène de fille est distrait (masc.).

67Selon Doetjes et Rooryck, le nom bijou conserve son sens lexical en (49), alors que ce n’est pas le cas du nom phénomène en (50). Toujours selon ces auteurs, on peut illustrer cette différence par la capacité de paraphraser les expressions qualitatives en (49) et (50) par l’expression : « La caractéristique de N2 est qu’il/elle ressemble à un N1. » Cela fonctionne pour (49) (v. [51]) mais pas pour (50) (v. [52]) :

51

La caractéristique de cette église romane (N2) est qu’elle ressemble à un bijou (N1).

52

* La caractéristique de ta fille (N2) est qu’elle ressemble à un phénomène (N1).

68L’idée est donc la suivante : ayant perdu son sens lexical, le N1 phénomène en (50) devient morphologiquement inactif et l’accord de l’adjectif attribut doit se faire avec le deuxième nom, c’est-à-dire fille ; en revanche, le nom bijou en (49) conserve sa capacité de transmettre son genre (le masculin) au participe passé.

69Notons, sans entrer dans les détails, que l’analyse de Doetjes et Rooryck s’étend aux expressions quantifiées du type de celles en (53) et (54), où l’accord se fait parfois avec le nom quantifié (53a), parfois avec l’élément quantifiant (54b) :

53

a.

Beaucoup de livres (masc. plur.) sont tombés (masc. plur.).

b.

* Beaucoup de livres est tombé (masc. sing.).

54

a.

* Une montagne (fém. sing.) de livres sont tombés (masc. plur.).

b.

Une montagne (fém. sing.) de livres est tombée (fém. sing.).

70Il s’agit donc là de deux analyses différentes des conflits d’accord entraînés par les constructions qualitatives et nous laissons au lecteur le soin d’en évaluer les mérites respectifs. Quoi qu’il en soit, il s’agit là de faits du français particulièrement intéressants dont la complexité a échappé à l’attention des grammairiens traditionnels.

3. Conclusion

71Dans ce chapitre, nous avons fait un tour d’horizon des propriétés des constructions qualitatives et avons mis au jour certaines caractéristiques des noms qui les composent. Dans les expressions qualitatives N1 de N2, les restrictions portent surtout sur la classe des noms qui peuvent fonctionner comme N1. Sur le plan sémantique, ces noms doivent exprimer un jugement de valeur, positif ou négatif, par le locuteur. Sur le plan syntaxique, ils doivent être en mesure de s’insérer dans un certain nombre de contextes précis (quoique la plupart de ces contextes n’acceptent que les noms à valeur négative).

72Ensuite, nous avons comparé les expressions qualitatives et les constructions à complément de nom N de N. Un examen systématique des divers éléments qui composent ces deux constructions (les déterminants, N1, N2, la suite de + SN, etc.) nous ont menés à conclure que ces deux tours ont des structures internes différentes.

73Finalement, nous avons montré comment les structures qualitatives pourraient nous permettre, dans la mesure où l’analyse de Hulk et Tellier (2000) est juste, de départager les rôles respectifs du genre grammatical et du genre intrinsèque dans les processus d’accord morphologique en français.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search