Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

6. La possession inaliénable

Texte intégral

1. En bref

1La possession inaliénable désigne la relation entre un possesseur et un objet ne pouvant être dissocié de lui : c’est la relation, par exemple, entre un être humain et une partie de son corps, mais cela peut aussi être la relation entre un objet et une partie de cet objet. Les noms désignant les parties du corps, en particulier, ont un comportement syntaxique tout à fait unique, car les configurations qui les relient au nom possesseur ne sont pas les mêmes que les configurations qui relient normalement les paires possesseur-possédé.

2Nous ne nous intéresserons pas ici aux cas où le possesseur et le possédé se trouvent à l’intérieur du même groupe nominal (par ex. le bras de Julie), car de ce point de vue les noms inaliénables ne se distinguent pas des autres (par ex. le stylo de Julie). Ce qui nous intéressera, donc, ce sont les constructions qui sont permises seulement si la relation de possession est inaliénable. C’est le cas lorsque le possesseur et le possédé constituent deux groupes nominaux distincts, occupant des positions différentes dans la phrase. Un cas typique de construction de possession inaliénable est illustré par la phrase suivante :

1

Élizabeth lui a pris la main.

3Ici, le possesseur et le possédé ne font pas partie du même syntagme : l’objet possédé, la main est en position d’objet direct du verbe, alors que le possesseur est représenté par un pronom clitique datif — c’est-à-dire un « pronom atone » ayant la fonction d’objet indirect.

4Bien que les grammairiens traditionnels aient noté l’existence de ces constructions, ils n’en ont pas énoncé toutes les propriétés en détail. Or, comme le lecteur pourra le constater, la syntaxe des constructions de possession inaliénable est fort complexe. Tout d’abord, la distribution des deux groupes nominaux donne lieu à six cas de figure, donc six constructions, qui n’ont pas exactement les mêmes propriétés, ce qui pose des problèmes épineux lorsqu’il s’agit de proposer une analyse unifiée. Deuxièmement, ces constructions sont sujettes à un certain nombre de contraintes dont certaines n’ont pas été — et n’auraient pas pu être — observées par les grammairiens traditionnels. Ces contraintes portent notamment sur la nature (pronominale, lexicale) du groupe nominal possesseur, sur le type de verbe, sur le caractère référentiel du groupe nominal possédé et sur la relation de localité qu’entretiennent le possesseur et le possédé. Enfin, un rapprochement s’impose entre ces constructions et les constructions dites attributives (par ex. Marie a la tête lourde), caractérisées par la présence du verbe avoir. Ces constructions mettent aussi en jeu des relations de possession inaliénable, mais elles ont des propriétés syntaxiques très différentes.

2. Propriétés

2.1. Les constructions à l'étude

5Commençons par illustrer les propriétés générales de la construction inaliénable. Bon nombre de phrases peuvent mettre en jeu une relation entre un possesseur et un objet possédé inaliénable. Il n’est pas inutile de rappeler que seules les constructions où le possesseur et le possédé font partie de syntagmes nominaux (SN) distincts nous intéressent ici. Nous laisserons donc de côté les relations de possession exprimées dans les deux phrases ci-dessous, où le possesseur (son, de Julie) se trouve à l’intérieur du même SN que l’objet possédé :

2

a.

J’ai pris son bras.

b.

J’ai pris le bras de Julie.

6Ces constructions ne nous intéressent pas, car elles ne manifestent aucune propriété syntaxique particulière : en d’autres termes, ces phrases ont exactement le même comportement que les phrases mettant en jeu des SN dénotant la possession aliénable (son stylo, le stylo de Julie). Les constructions sur lesquelles nous nous attarderons sont donc celles où le possesseur et le possédé sont exprimés dans des syntagmes nominaux différents, comme ci-dessous :

3

Je lui ai pris le bras.

7Pour faciliter l’exposition, dorénavant le SN dénotant l’objet possédé sera souligné, et le SN ou le pronom dénotant le possesseur sera représenté en caractères gras.

8Deuxièmement, nous ne tiendrons compte ici que des SN possédés introduits par le déterminant défini. Nous laisserons donc de côté les phrases comme (4a) ci-dessous, où l’objet possédé est introduit par le déterminant indéfini :

4

a.

Karine a un cœur solide.

b.

Karine a le cœur solide.

9Les phrases de (4a) et de (4b) ont des propriétés très différentes. Dans l’exemple (4a), un cœur solide forme un syntagme nominal, ce qui n’est pas le cas en (4b), où l’adjectif est en quelque sorte attribut de l’objet. Pour s’en convaincre, il suffit de constater que l’adjectif est obligatoire en (4b), mais non en (4a) :

5

a.

Karine a un cœur.

b.

* Karine a le cœur.

10Évidemment, la phrase en (5b) pourrait être grammaticale dans un autre contexte — celui où Karine aurait en sa possession un cœur connu des interlocuteurs, disons celui du frère André : mais dans ce cas, bien entendu, la relation entre le possesseur et l’objet possédé n’est pas inaliénable. Cela nous amène du reste à observer une seconde différence : lorsque le déterminant introduisant l’objet possédé est indéfini, le sens véhiculé par avoir en est réellement un de possession. En revanche, avec le déterminant défini, avoir ne dénote pas la possession : il permet plutôt d’établir une relation de prédication entre l’objet possédé et l’adjectif : on peut parler ici de avoir attributif (voir la section 4 ci-dessous). Cette différence peut être illustrée au moyen de paraphrases :

6

a.

Karine a un cœur solide. = Karine possède un cœur solide.

b.

Karine a le cœur solide. = Le cœur de Karine est solide.

UN SEUL MÉDICAMENT, PLUSIEURS ESTOMACS : UNE PARTICULARITÉ DU DÉTERMINANT DÉFINI
Le déterminant défini en français pourrait faire l’objet d'une étude en soi. Nous allons voir ici un aspect très particulier de son comportement en relation avec les constructions de possession inaliénable. Normalement, le déterminant défini exprime la spécificité : c’est-à-dire la propriété d’un objet d’être unique dans te monde (par ex. la lune) ou encore d’être unique dans le contexte du discours (par ex. le livre = un livre spécifique, connu des interlocuteurs). Or, il n’a pas exactement la même fonction dans les constructions de possession inaliénable. Ainsi, dans la phrase (i) ci-dessous, tirée d’un article de Vergnaud et Zubizarreta (1992), le SN défini dénote une pluralité d’estomacs ; il y a donc autant d’estomacs que de personnes dénotées par le pronom leur. Une telle interprétation de pluralité est bien entendu absolument impossible dans les SN qui ne sont pas inaliénables, comme le montre la phrase (ii) : ici, il ne peut s’agir que d’un seul médicament.
i. Le médecin leur a examiné l’estomac.
ii. Le médecin leur a prescrit le médicament.

2.2. Les contraintes

11Maintenant que nous avons défini en quoi consistent les constructions de possession inaliénable, voyons déjà deux contraintes auxquelles elles sont toutes soumises.

2.2.1. Modification par un adjectif

12La première contrainte, qui porte sur le type d’adjectif pouvant modifier l’objet possédé, a été discutée par de nombreux linguistes générativistes (entre autres Kayne 1975 ; Guéron 1983, 1985, 1992 ; Authier 1988,1991 ; Tellier 1992, 1994 ; Vergnaud et Zubizarreta 1992). Faisons d’abord la distinction entre un adjectif restrictif et un adjectif qualificatif. Un adjectif restrictif est un adjectif qui restreint le domaine de référence du nom qu’il modifie : ainsi le bras gauche ne dénote qu’un objet parmi ceux qui pourraient être dénotés par le nom bras. Un adjectif qualificatif, en revanche, ajoute une information mais ne restreint pas le domaine de référence du nom : le joli bras n’est pas un type de bras, mais un bras dont on dit qu’il est joli. Or, dans toutes les constructions de possession inaliénable (y compris celle qui contient avoir et un attribut, comme en [9] ci-dessous), le SN dénotant l’objet possédé peut contenir un adjectif de type restrictif, mais non pas un adjectif de type qualificatif :

7

a.

Je lui ai pris le bras gauche.

b.

* Je lui ai pris le joli bras.

8

a.

La jambe droite lui tremble.

b.

* La belle jambe lui tremble.

9

a.

Karine a les petits doigts agiles.

b.

* Karine a les jolis doigts agiles.

13Notons qu’en (9a), l’adjectif petits a une valeur restrictive en raison du fait qu’il sert à désigner un certain type de doigt, en l’occurrence l’auriculaire.

14On se rappellera qu’en l’absence du déterminant défini, nous n’avons pas affaire à une construction de possession inaliénable. Voilà pourquoi dans ces cas l’adjectif qualificatif est permis : dans la phrase (10) — et contrairement à (9b) ci-dessus — de jolis doigts agiles forme un syntagme nominal, objet du verbe avoir :

10

Karine a de jolis doigts agiles.

2.2.2. Localité

15La seconde contrainte régit la relation entre la position du SN possesseur et celle du SN possédé. Il s’agit d’une contrainte de localité, en ce sens que ces deux SN ne peuvent pas être trop éloignés l’un de l’autre. Ainsi, lorsque le SN possesseur se trouve dans la proposition principale, le SN dénotant l’objet possédé ne peut pas se trouver dans une subordonnée tensée. C’est ce que montrent les deux exemples en (11) ci-dessous, dus respectivement à Kayne (1975) et Herschensohn (1992) :

11

a.

* La balle a blessé Jean parce que la tête était découverte.

b.

* Elle dit que la jambe est enflée.

16Dans une infinitive, le sujet implicite peut être contrôlé par un possesseur se trouvant dans la proposition principale ; c’est-à-dire que le sujet de l’infinitive a la même interprétation que le possesseur et nous le représentons par le symbole PRO (voir le chapitre 2 sur la notion de contrôle). Dans ce cas, l’infinitive enchâssée peut contenir un SN possédé inaliénable.

12

a.

L’infirmière ; a demandé à l’enfantj [de PROi ouvrir la bouche].

b.

Ellei croit [PRO ; avoir la jambe enflée].

c.

Pierrei est capable [de PRO ; lever la main].

17Étant donné la présence du sujet implicite dans l’infinitive, la relation entre le SN possédé et le SN possesseur respecte la contrainte de localité : les deux se trouvent à l’intérieur de la même proposition.

18Cette contrainte de localité est particulièrement intéressante, car elle est exactement la même que celle qui régit la relation entre une anaphore et son antécédent (voir encadré ci-dessous).

LES ANAPHORES ET LEUR ANTÉCÉDENT : UNE QUESTION DE LOCALITÉ
En grammaire générative. on appelle anaphores des SN dont l’interprétation dépend de la présence d’un antécédent. Elles se subdivisent en deux catégories : les réfléchis (lui-même, elle-même, eux-mêmes, etc.) et les réciproques (l’un l'autre, les uns les autres, etc.). Dans le cas des réciproques, les deux parties de l’anaphore peuvent être discontinues, et être séparées par une préposition : l'un sur l'autre, les uns avec les autres, etc.
Une anaphore requiert la présence d’un antécédent dans la phrase, comme le montrent les contrastes ci-dessous :
i. Luc parle de lui-même.
ii. "Je parle de lui-même.
iii. Ils comptent l’un sur l’autre.
iv. *Je compte l’un sur l’autre.
Cependant, ce n’est pas là la seule condition. L’antécédent doit aussi se trouver dans une certaine relation par rapport à l’anaphore. Sans entrer dans tous les détails, mentionnons simplement que, comme nous l’avons vu pour la possession inaliénable ci-dessus, l’anaphore ne peut se trouver à l’intérieur d’une proposition tensée si l’antécédent se trouve dans la principale. alors qu’elle peut figurer dans une infinitive dont le sujet implicite est contrôlé par l’antécédent se trouvant dans la principale :
v. *Ces gens croient que l’un l’autre partiront.
vi. Ces gens, veulent [PROi compter l’un sur l’autre].

3. Six cas de figure

19On peut diviser les constructions de possession inaliénable en six types, selon la position occupée par le SN possédé et le SN possesseur. Dans les trois premiers types, le possesseur est un datif (toujours réalisé sous forme de clitique) et l’objet possédé est soit un objet direct, un sujet ou un complément de type circonstanciel. Dans la quatrième construction, le possesseur est un objet direct (SN ou clitique) et l’objet possédé un complément de type circonstanciel. Enfin, dans la cinquième et la sixième construction, le possesseur est un sujet et l’objet possédé est un objet (soit direct, soit précédé de la préposition de). Pour chacune des constructions, nous indiquons les restrictions qui s’y appliquent spécifiquement et nous montrons qu’elle n’est pas possible lorsque l’objet possédé est un aliénable.

3.1. Le possesseur est un clitique datif, l’objet possédé un objet direct

20Dans ce cas de figure, le possesseur doit obligatoirement être réalisé comme pronom (en l’occurrence un clitique datif) : comme le montrent les phrases en (14), il ne peut pas être un SN plein (c’est-à-dire non pronominal).

13

a.

Je lui ai pris le bras.

b.

Le vin lui tourne la tête.

c.

Un garçon lui tirait les oreilles.

14

a.

* J’ai pris le bras à Marie.

b.

* Le vin tourne la tête à cet homme.

c.

* Un garçon tirait les oreilles à Laurent.

21La phrase en (15) ci-dessous montre que ce type de construction est réservé aux SN possédés inaliénables : elle n’est pas possible lorsque la relation de possession est de type aliénable.

15

a.

# Je lui ai pris le crayon.

b.

* Le vent lui tourne le cahier.

22Dans l’exemple (15a), le symbole # signifie que la phrase ne peut pas être interprétée dans le sens voulu, c’est-à-dire une relation de possession entre le SN le crayon et le clitique lui. La phrase est grammaticale, mais uniquement dans le sens où le clitique (maléfactif) dénote une personne affectée négativement par l’action, et qui n’est pas nécessairement le possesseur du crayon.

23Dans certaines constructions, la notion d’inaliénabilité peut être étendue au-delà des parties du corps : ainsi, les vêtements portés sur le corps peuvent, par extension, être considérés comme inaliénables. Ce n’est pas toujours le cas, comme nous le verrons plus loin, mais pour le cas de figure qui nous intéresse ici, la construction s’applique également aux SN qui dénotent des vêtements portés sur le corps :

16

a.

Quelqu’un lui a arraché la manche.

b.

Le vent lui a retroussé la jupe.

24Cette construction manifeste également des contraintes portant sur le type de verbe. Ainsi, pour certains locuteurs, le verbe doit être de nature à affecter l’objet possédé, c’est-à-dire exercer une action sur lui. Comme l’a fait remarquer Kayne (1975 :312), certains locuteurs n’admettent pas la possession inaliénable avec des verbes de perception (comme par exemple regarder, admirer, entendre) qui n’exercent aucune action sur l’objet, contrairement à des verbes comme prendre, arracher ou les verbes causatifs (ex. faire en [17b]) :

17

a.

* Nous lui avons regardé enfler le bras.

b.

Nous lui avons fait enfler le bras.

25Il faut cependant noter que cette contrainte est sujette à une certaine variation dialectale. Pour bon nombre de locuteurs du français québécois, cette construction est possible avec certains verbes qui n’affectent pas l’objet, dont voir, regarder, admirer :

18

a.

Je lui ai vu les mains.

b.

Les passants lui admiraient le bas du dos.

3.2. Le possesseur est un clitique datif, l’objet possédé est un sujet

26Dans ce cas de figure, comme dans le précédent, le possesseur doit obligatoirement être réalisé sous forme de pronom : il ne peut pas être un SN plein, comme le montre l’agrammaticalité des phrases en (20).

19

a.

La tête lui tourne.

b.

Le cœur lui débattait.

c.

Les oreilles leur bourdonnent.

d.

Les doigts lui démangent constamment.

20

a.

* La tête tourne à Julie.

b.

* Le cœur débattait à la candidate.

c.

* Les oreilles bourdonnent aux enfants.

d.

* Les doigts démangent constamment à François.

27De plus, les phrases en (21) ci-dessous illustrent le fait que cette construction est réservée aux SN dénotant des objets possédés inaliénables :

21

a.

* La conduite de gaz lui fuit.

b.

* Le iPod lui brise constamment.

CONSTRUCTION INALIÉNABLE OU PAS ?
Certaines constructions qui mettent en jeu des noms possédés aliénables pourraient, à première vue, ressembler à la construction inaliénable. Que penser de la construction ci-dessous où un objet possédé (aliénable) occupe la position sujet ?
Le crayon lui tombe des mains.
Il est important de noter que dans cet exemple, le crayon n’entretient pas de relation possesseur-possédé avec le clitique datif lui : ce clitique représente plutôt le possesseur des mains. Il ne s’agit donc pas d’un contre-exemple à la règle énoncée : ici, nous avons affaire à une construction où le possesseur est un clitique datif, et l'objet possédé est un complément circonstanciel locatif, comme dans la construction décrite plus loin en 3.3.

28Contrairement à la construction décrite ci-dessus en 3.1, pour ce cas de figure, seuls les SN possédés dénotant des parties du corps sont admissibles. Pour la plupart des locuteurs, la notion d’inaliénabilité ne s’étend pas aux vêtements portés sur le corps, comme le montrent les exemples ci-dessous :

22

a.

* La jupe lui virevolte.

b.

* Le pantalon lui froisse.

c.

* Le veston de laine lui démange.

29Dans ce cas de figure, le verbe est sujet à certaines contraintes, qui sont cependant différentes de celles qui régissent la construction décrite en 3.1. Ici, le verbe ou prédicat doit être intransitif (ou, plus précisément, inaccusatif ; voir le chapitre 2 à ce sujet).

23

a.

* Les yeux lui plaisent à mes parents.

b.

* La jambe lui a frappé le tiroir.

c.

* Les veux me riaient.

30De plus, certaines contraintes d’ordre lexical s’appliquent. Certains verbes dont le sens incorpore une idée de mouvement (par ex. tourner, tomber, enfler, bouger, éclater, trembler, fermer, allonger) ou qui expriment une sensation physique (faire mal, piquer, chatouiller, etc.) sont admissibles dans cette construction (voir [24a-c]). Par contre, d’autres verbes (par ex. grandir, grossir) le sont plus difficilement (voir [24d]) :

24

a.

La tête lui éclate.

b.

Le nez lui allonge.

c.

Les mollets me chatouillent.

d.

? ?Les jambes lui grandissent/grossissent.

3.3. Le possesseur est un clitique datif, l’objet possédé est un complément circonstanciel

31Dans ce cas de figure, l’objet possédé est un complément de type circonstanciel, précédé d’une préposition à valeur locative (sous, dans, sur, à, etc.) et le possesseur est un clitique datif.

25

a.

Je lui ai mis un enfant dans les bras.

b.

Le vent me souffle au visage.

c.

La neige leur tombait sur la tête.

32Les phrases en (26) ci-dessous montrent que le possesseur doit obligatoirement être un pronom et ne peut pas être un SN plein :

26

a.

* T’ai mis un enfant dans les bras à Julie.

b.

* Le vent souffle au visage à François.

c.

* La neige tombait sur la tête à ces enfants.

33Enfin, les phrases de (27) montrent que cette construction n’est pas possible lorsque le SN possédé est un aliénable :

27

a.

* Je lui ai mis un enfant dans le lit.

b.

* Le vent lui souffle à la valise.

c.

* La neige leur tombait sur la maison.

34Cette construction permet parfois l’extension de l’inaliénabilité aux vêtements portés sur le corps, et parfois non. Ainsi, pour des raisons assez mystérieuses, certains vêtements sont admissibles alors que d’autres le sont difficilement pour certains locuteurs :

28

a.

Ils lui ont mis des chardons dans le pantalon.

b.

? On lui a attaché une plume sous le manteau.

c.

* La neige leur tombait sur le chapeau.

35Il existe aussi des contraintes sur le type de verbe. Ces contraintes sont identiques à celles que nous avons vues pour la construction décrite en 3.1 : le verbe doit affecter l’objet possédé, c’est-à-dire exercer une action sur lui. Ainsi, les verbes de perception comme regarder, voir, admirer, entendre, sont exclus :

29

a.

* Je lui ai vu un insecte sur la jambe.

b.

* Je lui ai admiré un grain de beauté sur la main.

c.

* Je lui ai entendu un oiseau sur l’épaule.

d.

* Je lui ai écouté un grillon sur la main.

36Toutefois, à la différence de la construction décrite en 3.1, ici la contrainte n’est pas sujette à la variation dialectale : par exemple, même les locuteurs du français québécois qui acceptent une phrase comme Les ouvriers lui ont regardé les jambes rejettent unanimement *Les ouvriers lui ont regardé un grain de beauté sur la main.

373.4. Le possesseur est un objet direct, l’objet possédé est un complément circonstanciel Ici, le possesseur est un objet direct, et il peut être réalisé soit comme un pronom, c’est-à-dire un clitique accusatif (exemples de [30], soit comme un SN plein (exemples de [31]). L’objet possédé, quant à lui, est un complément de type circonstanciel, précédé d’une préposition non locative : par, à, etc.

30

a.

Je l’ai prise par le bras.

b.

Ils l’ont blessé à la tête.

31

a.

J’ai pris Marie par le bras.

b.

Ils ont blessé le prisonnier à la tête.

38Comme c’est le cas pour les constructions décrites aux rubriques précédentes, cette construction est elle aussi réservée aux objets possédés inaliénables :

32

a.

* Je l’ai prise par le crayon.

b.

* Ils ont frappé le prisonnier aux chaînes.

39Quant à l’extension de l’inaliénabilité, elle est également possible et se limite, comme pour les autres constructions, aux vêtements portés sur le corps :

33

a.

J’ai tiré Marie par la manche.

b.

Je l’ai attrapée par la chemise.

40Enfin, le type de verbe est sujet aux mêmes contraintes que celles décrites aux sections 3.1 et 3.3. L’action dénotée par le verbe doit affecter l’objet possédé ; ainsi, les verbes comme regarder, voir, admirer, entendre, sont exclus :

34

a.

* Nous avons regardé le prisonnier à la tête.

b.

* Ils ont admiré Marie au bas du dos.

41Cette contrainte vaut pour toutes les variétés de français.

423.5. Le possesseur est un sujet, l’objet possédé est un objet direct Cette construction se caractérise par le fait que le possesseur est en position sujet ; il peut être un SN plein ou un pronom. Le SN possédé est un objet direct.

35

a.

Julie a levé la main.

b.

Elle a ouvert les yeux.

c.

L’enfant a bougé le bras.

d.

Il perd la mémoire.

43Ici, l’extension de l’inaliénabilité n’est pas possible. Contrairement aux cas décrits en 3.1, 3.3 et 3.4, le SN possédé doit dénoter une partie du corps. Les vêtements portés sur le corps sont exclus de cette construction :

36

a.

* Julie a levé la jupe.

b.

* Elle a ouvert la chemise.

c.

* L’enfant a bougé la manche.

d.

* Il perd le pantalon.

44Enfin, le verbe est sujet à des contraintes qui sont d’un ordre différent de celles décrites pour les constructions précédentes. Ces contraintes sont assez difficiles à cerner de manière précise. Pour certains linguistes, le verbe dans cette construction doit pouvoir dénoter un « geste naturel ». De son côté, Hatcher (1944 :460-461) dresse une liste des verbes que l’on peut retrouver dans cette construction et qui comprend les suivants : agiter, allonger, avancer, baisser, balancer, bomber, bouger, branler, contracter, crisper, croiser, creuser, desserrer, détourner, (re)dresser, écarter, élever, enfler, étendre, fermer, hausser, hocher, incliner, (re)jeter, joindre, (re)lever, montrer, ouvrir, passer, pencher, plier, raidir, remuer, renverser, secouer, serrer, tendre, tourner et traîner.

3.6. Le possesseur est un sujet, l’objet possédé est un objet précédé de la préposition de

45Comme dans la construction précédente, le possesseur est un sujet, qui peut être réalisé soit comme un pronom, soit comme un SN plein. L’objet possédé, cependant, n’est pas un objet direct : il se trouve dans un groupe prépositionnel, précédé de la préposition de :

37

a.

Elle cligne des yeux.

b.

L’enfant saigne du nez.

c.

Il claque des dents.

d.

Les participants ont opiné de la tête.

46Ici l’extension de l’inaliénabilité n’est pas permise, sauf dans de rares cas (comme en [38c], qui pourrait cependant être une expression figée) : en général, la construction est agrammaticale si le SN possédé dénote un vêtement porté sur le corps.

38

a.

* Elle saigne de la manche.

b.

* Il claque des chaussures.

c.

Les participants ont opiné du chapeau/du bonnet.

47Les contraintes auxquelles le verbe est sujet sont, ici, d’un ordre différent de celles décrites jusqu’à maintenant. Encore une fois, ces contraintes sont difficiles à identifier de manière précise. En guise de généralisation très approximative, nous dirons que, de manière générale, le verbe doit dénoter non pas une action posée délibérément par le possesseur, mais un mouvement involontaire de l’objet possédé. Ainsi, les phrases suivantes, où le verbe dénote un geste délibéré sont exclues :

39

a.

* Elle remue de la tête.

b.

* Il gesticule du bras.

c.

* Les participants ont bougé de la tête.

4. Les constructions attributives avec avoir

48Les tours décrits ci-dessus ont beaucoup de points communs avec certaines constructions attributives qui mettent en jeu une relation de possession inaliénable. Ces constructions sont traitées à part, car elles ont ceci de particulier qu’elles contiennent toujours le verbe avoir. Ainsi, le SN possesseur occupe la position sujet de avoir et le SN possédé suit le verbe. Contrairement aux constructions possessives (par ex. Marie a un stylo), le verbe avoir n’a pas ici de sens possessif : son rôle est d’assurer le lien entre un objet possédé et son possesseur. Ces constructions dites attributives ont fait l’objet de très nombreuses études et la description qui suit ne constitue qu’un très bref aperçu de leurs principales propriétés. Le lecteur intéressé pourra consulter les travaux, générativistes ou non, qui y sont consacrés, entre autres Hatcher (1944), Gaatone (1972), Kliffer (1984), Haïk (1985), Furukawa (1987,1996), Riegel (1988,1998), Tremblay (1991), Tellier (1992,1994) et Kupferman (2000).

49Dans les exemples ci-dessous, l’objet possédé est obligatoirement modifié soit par un attribut (adjectival, prépositionnel), soit par un constituant qui ressemble à une relative. Commençons par illustrer les cas où l’attribut est un syntagme adjectival (4oa-g) ou prépositionnel (40h, i) :

40

a.

Marie a les veux fermés.

b.

Marie a les yeux verts.

c.

Ce prisonnier aura la tête tranchée.

d.

Julie a la langue bien pendue.

e.

Maxime a le dos large.

f.

Ce chanteur italien a la voix rauque.

g.

Ces maisons ont le toit pointu.

h.

Elle a le bras en charpie.

i.

Julien a la tête dans les nuages.

50Comme dans les sections précédentes, nous ne nous intéressons qu’aux constructions où le SN postverbal est défini. Nous laissons donc de côté toute une série d’exemples où avoir attributif est suivi d’un SN soit indéfini (Elle a une sœur de malade), soit possessif (Elle a sa sœur de malade).

51Dans les exemples de (40), le lecteur aura remarqué que le SN postverbal peut non seulement dénoter une partie du corps, mais aussi une caractéristique intrinsèque (comme en 40f) ou la partie d’un tout (comme en 40g). En fait, comme l’ont noté Riegel (1988) et Kupferman (2000 : 77), la construction attributive avec avoir est beaucoup plus permissive que la construction de possession inaliénable en ce qui concerne la nature du SN postverbal. Voici des exemples :

41

a.

La famille Cartier a la détente facile.

b.

Tu as le vin étrangement monotone.

c.

Si j’avais la plume emphatique...

d.

Paul avait la vindicte longue et durable.

e.

Ce professeur avait les punitions plutôt drues.

f.

Chantal-Marie a le pourboire assez large.

g.

Léa avait le réveil grincheux.

h.

Leur magasin a l’après-vente efficace.

i.

Notre région a les vendanges très tardives.

j.

La femme de ce pauvre Max avait la taloche un peu lourde.

k.

Luc a le rire communicatif.

52Dans les constructions avec avoir attributif, le SN postverbal peut aussi, comme nous l’avons mentionné, être suivi d’un constituant qui a la forme d’une proposition relative :

42

a.

Marie a les veux qui piquent.

b.

Cet homme a la tête qui éclate.

c.

J’ai le bras qui enfle.

d.

Elle a la main qui tremble.

e.

Votre enfant a les yeux qui louchent.

f.

Ce chanteur italien a la voix qui s’éteint.

g.

Ces maisons ont le toit qui penche.

53Ici, le SN postverbal peut dénoter une partie du corps (42a-e), une caractéristique intrinsèque (42f) ou la partie d’un tout (42g). Cependant, contrairement à la construction en (41), ce tour-ci ne fonctionne pas lorsque le SN postverbal entretient une relation plus ténue avec le sujet :

43

a.

* Ce professeur a les punitions qui font mal.

b.

* Notre région a les vendanges qui tardent.

c.

* Luc a le rire qui réjouit.

54Examinons maintenant de plus près les propositions qui suivent avoir en (42). À première vue, elles ressemblent à des relatives. Mais en réalité, elles ont un comportement très particulier : voilà pourquoi nous les appelons des pseudo-relatives. Par exemple, à la différence des véritables relatives, le nom possédé qui sert d’antécédent doit remplir une fonction sujet par rapport à la proposition : ils ne peut pas assumer la fonction de complément d’objet direct, ni toute autre fonction de complément. Voici des exemples (le trait représente la position d’objet relativisé) :

44

a.

* Marie a les jambes que François regarde _.

b.

* Elle a la main à laquelle il manque un doigt _.

c.

* L’enfant a les yeux que sa mère a fermés _.

55(Attention : ces phrases seraient grammaticales dans une interprétation où avoir a un sens possessif et où les jambes, la main et les yeux dénotent des objets aliénables. Mais elles sont agrammaticales dans un sens attributif.) En fait, la construction inaliénable avec avoir combine les propriétés de la construction attributive (présence du verbe avoir, possesseur en position sujet) et les propriétés de la construction inaliénable décrite en 3.2 ci-dessus (l’objet possédé assume la fonction sujet par rapport à un verbe comme tourner, enfler, etc.).

56Existe-t-il des contraintes sur la nature de l’adjectif attributif ? On aura remarqué qu’en (40) ci-dessus, l’attribut peut aussi bien dénoter des états passagers (Marie a les yeux fermés) que des propriétés permanentes (Marie a les yeux verts). Fait intéressant, ce n’est pas le cas lorsque l’inaliénabilité est étendue aux vêtements portés sur le corps. Dans ce cas, seuls les attributs dénotant les états passagers (comme en [45]) sont permis ; ceux qui dénotent des propriétés permanentes (comme en [46]) sont exclus :

45

a.

Marie a la jupe retroussée.

b.

Cet homme a le chapeau de travers.

c.

Elle avait le chemisier ensanglanté.

46

a.

* Marie a la jupe bleue.

b.

* Cet homme a le pardessus en alpaga.

c.

* Elle avait le chemisier de bonne coupe.

57Rappelons encore une fois que les phrases en (46) sont agrammaticales en tant que constructions attributives : elles sont, bien entendu, grammaticales dans un autre sens, soit celui où avoir dénote la possession, au sens étroit ou au sens large (= Marie possède la jupe bleue, Cet homme porte le pardessus en alpaga, etc.).

5. Conclusion

58Nous avons vu dans ce chapitre que la relation de possession inaliénable, bien qu'elle soit au départ d’ordre sémantique, a des corrélats syntaxiques très particuliers. Comme le lecteur aura pu le constater, la syntaxe de la possession inaliénable en français est un sujet extrêmement complexe. Tout d’abord, les réalisations syntaxiques de la construction sont multiples, ce qui rend malaisée toute généralisation. D’autre part, un problème encore plus épineux est posé par le fait que ces différentes réalisations syntaxiques ne sont pas sujettes aux mêmes contraintes. Certaines permettent l’extension de l’inaliénabilité aux vêtements portés sur le corps et même aux relations partie-tout, alors que d’autres n’admettent que les objets dénotant des parties du corps. Certaines exigent que le possesseur soit un pronom, d’autres permettent la réalisation du possesseur comme SN plein. Enfin, toutes les constructions imposent des restrictions sur le verbe, mais elles ne sont pas identiques et, surtout, elles sont très difficiles à cerner et à généraliser.

59Malgré ces difficultés d’analyse qui résultent de la grande complexité de ces constructions, les recherches en grammaire générative auront permis d’en effectuer une classification et d’en décrire les propriétés et les limites d’une manière infiniment plus détaillée que ne l’ont fait les grammaires traditionnelles, ce qui constitue déjà un important pas en avant.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search