Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

5. Quantification à distance et quantificateurs flottants

Texte intégral

1. En bref

1Les quantificateurs sont des mots qui ciblent un ensemble ou un sous-ensemble d’objets ou d’individus dénotés par un nom. Généralement, on les trouve à l’intérieur d’un syntagme nominal (SN), devant le nom, comme dans les expressions suivantes : plusieurs pommes, tous les jours, certains travaux, trois amis, beaucoup de livres, etc. Il s’agit de ce que nous appellerons la position normale, ou canonique, de ces quantificateurs.

2Cependant, certains quantificateurs peuvent aussi se placer devant le verbe tout en continuant à exercer une quantification sur le nom. Ces quantificateurs préverbaux se classent en deux groupes distincts en fonction des propriétés syntaxiques qu’ils manifestent : les quantificateurs flottants (QF) et les quantificateurs à distance (QAD).

3L’exemple classique du QAD est beaucoup (on a aussi trop, peu, etc.), alors que tous et chacun sont des exemples typiques de QF.

1

a.

Les critiques ont beaucoup vu de films.

b.

Les étudiants ont tous remis leur travail à temps.

c.

Ces politiciens ont chacun reçu un prix.

4Le choix de verbes à temps composé dans nos exemples n’est pas le fruit du hasard. C’est la seule façon d’identifier la position préverbale des quantificateurs (v. encadré ci-dessous). Dans ces cas, le quantificateur figure derrière l’auxiliaire mais devant le participe passé. Les verbes simples, quant à eux, ne permettent pas aux quantificateurs de se placer devant le verbe :

2

a.

* Les critiques beaucoup voient de films.

b.

* Les étudiants tous remettront leur travail à temps.

c.

* Ces politiciens chacun reçoivent un prix.

UNE ASTUCE POUR TROUVER L’EMPLACEMENT DES QUANTIFICATEURS
La raison pour laquelle nous avons recours aux verbes composés pour déterminer la position préverbale des QAD et des QF est la suivante : rappelez-vous notre discussion du chapitre 3 concernant la position de l'adverbe de négation pas par rapport au verbe. Nous avions alors établi que la position postverbale de pas avec les verbes fléchis était le résultat du déplacement du verbe vers la gauche (Emonds 1978, Pollock 1989).
Étant donné ce déplacement des verbes fléchis, l'utilisation de verbes simples dans les phrases avec beaucoup ne nous permettrait pas de distinguer le quantificateur nominal du quantificateur à distance. En effet, si on admet que le QAD beaucoup occupe la position normalement réservée aux adverbes, c’est-à-dire immédiatement devant le syntagme verbal, l’ordre de surface obtenu après le déplacement du verbe vers la gauche est le même pour le QAD que pour le quantificateur nominal.
Beaucoup à l’intérieur du SN :
Image 100000000000019F00000029C5494527.jpg
Beaucoup en position préverbale :
Image 10000000000001880000002F1011C6DA.jpg
Par contre, avec les verbes à temps composé, c’est l'auxiliaire qui se déplace vers la gauche ; le verbe (qui prend la forme participiale) reste sur place. Ceci nous permet donc de faire la distinction entre beaucoup dans sa version nominale et le QAD puisque l’ordre de surface ainsi obtenu n’est pas le même dans les deux cas.
Beaucoup à l’intérieur du SN :
Image 10000000000001B00000004D0BE2ECE4.jpg
Beaucoup en position préverbale :
Image 10000000000001B40000003DAECBC72E.jpg

5Beaucoup, chacun et tous ont fait l’objet de plusieurs études en grammaire générative. Mises à part les avancées théoriques que ces travaux ont permis de faire (voir, à ce sujet, le résumé de Bobaljik 1998), les recherches des dernières années nous ont permis de constater que les quantificateurs préverbaux n’ont pas tous les mêmes propriétés syntaxiques.

2. Propriétés

2.1. Le quantificateur à distance beaucoup

6Des trois quantificateurs préverbaux mentionnés à la section 1 ci-dessus, beaucoup est celui dont les propriétés sont les plus faciles à cerner, en bonne partie à cause de la nature relativement restreinte de sa distribution syntaxique. Les propriétés principales de beaucoup peuvent se résumer en quatre points : 1) il est invariable ; 2) il ne peut se rapporter qu’à l’objet ; 3) il doit se trouver dans la même proposition que le nom qu’il quantifie et 4) il impose certaines restrictions quant à la classe de verbes devant lesquels il peut figurer. Les trois premiers points semblent aller de soi (n’importe quel locuteur natif du français aurait pu les observer après quelques minutes de réflexion), mais ce sont ces propriétés qui serviront en partie à départager les QAD des QF.

7Prenons ces quatre points un à un.

8Tout d’abord, beaucoup a toujours la même forme, peu importe les traits morphologiques (genre, nombre) de l’objet qu’il quantifie :

3

a.

Les enfants ont beaucoup vu de films (masc. plur.).

b.

Les enfants ont beaucoup mangé de pommes (fém. plur.).

9Deuxièmement, la quantification à distance avec beaucoup porte toujours sur l’objet du verbe. La quantification sur le sujet est impossible (d’où l’agrammaticalité de [4b]) :

4

a.

Beaucoup de garçons ont parlé au père Noël.

b.

* De/des/les garçons ont beaucoup parlé au père Noël

UNE INTERPRÉTATION QUI S’ACQUIERT Dans la langue adulte, la quantification par beaucoup ne peut porter que sur l’objet du verbe. Cependant, dans une recherche portant sur 32 enfants âgés entre 3 et 5 ans, Labelle et Valois (2004) notent que ce n’est que vers l'âge de 5 ans que les enfants commencent à maîtriser la syntaxe et la sémantique du QAD beaucoup. En effet, ces chercheurs ont constaté que les enfants de 3 ans acceptent la quantification de beaucoup sur le sujet dans une proportion de 78 %. À 5 ans, le taux d’acceptation tombe à 36 %.

10Notons cependant que le constituant qui fait l’objet d’une quantification à distance doit nécessairement être un SN objet direct du verbe. La quantification ne peut pas porter sur un SN contenu à l’intérieur d’un SP complément d’objet indirect ([5a]). Évidemment, cette restriction ne s’applique pas lorsque beaucoup se trouve dans sa position canonique, c’est-à-dire à l’intérieur du SN, comme en (5b) :

5

a.

* Il a beaucoup parlé à/avec de gens.

b.

Il a parlé à/avec beaucoup de gens.

11Troisièmement, la relation entre beaucoup et le SN qu’il quantifie doit nécessairement s’établir à l’intérieur de la même proposition. Ainsi, les phrases suivantes, où beaucoup figure dans la proposition principale et le SN quantifié dans la subordonnée, sont agrammaticales :

6

a.

* Il a beaucoup essayé [de lire de livres].

b.

* Le professeur a beaucoup exigé [que les étudiants lisent de livres].

12La dernière propriété du QAD beaucoup que nous examinerons est la plus intéressante. Un des apports majeurs des recherches récentes sur la syntaxe de beaucoup est la mise au jour de la relation que ce quantificateur entretient avec le verbe qu’il précède et le SN postverbal qu’il quantifie.

13En ce qui concerne le verbe, Obenauer (1983 ; 1984) a montré que la quantification à distance ne peut s’exercer avec n’importe quel type de verbe. Il faut que ce dernier ait la capacité de décrire des actions potentiellement itératives. Pour illustrer, prenons d’abord les deux phrases suivantes, où beaucoup prend des sens différents en (a) et en (b) :

7

a.

Il a beaucoup vendu ce modèle.

b.

J’ai beaucoup apprécié ses conseils.

14En (7a), beaucoup a le sens de « souvent », alors qu’en (7b), il a plutôt le sens d’un adverbe de degré. La différence d’interprétation de beaucoup dépend du verbe : alors que vendre se prête à une interprétation itérative de l’action (« il a vendu ce modèle de nombreuses fois »), apprécier ne le peut pas. Les verbes comme visionner, vendre, marquer, etc. font partie du premier groupe, alors que des verbes comme apprécier, impressionner, accélérer et inquiéter font partie du second. Seule la première classe de verbes permet à beaucoup d’occuper la position postverbale et d’agir comme QAD. On a ainsi les contrastes suivants :

8

a.

Jules a beaucoup visionné de films au Festival de Cannes.

b.

Max a beaucoup vendu de livres.

c.

Ce joueur a beaucoup marqué de buts la saison dernière.

d.

* Le critique a beaucoup apprécié de films.

e.

* Ces histoires ont beaucoup impressionné d’enfants.

f.

* La réorganisation a beaucoup accéléré de procédures.

g.

* La nouvelle a beaucoup inquiété d’experts.

15Selon Obenauer, cette situation découle du fait que le QAD beaucoup, dans sa position préverbale, exerce une quantification à la fois sur le verbe et sur le SN postverbal. Pour se convaincre de la validité de cette hypothèse, comparons les phrases suivantes :

9

a.

Il a beaucoup trouvé de pièces d’or.

b.

* En soulevant le couvercle, il a beaucoup trouvé de pièces d’or.

16Dans les deux exemples, beaucoup se place devant le même verbe, trouver. Il s’agit d’un verbe qui permet l’interprétation itérative d’une action (« il a trouvé des pièces d’or à plusieurs reprises »). Par conséquent, l’exemple (9a), où beaucoup exerce une quantification à distance sur le SN objet direct, est grammatical. Pourquoi alors l’exemple (9b) est-il agrammatical ? La raison est la suivante : la locution en soulevant le couvercle impose une interprétation ponctuelle de l’action décrite par le verbe trouver (« il a trouvé des pièces d’or au moment où il a soulevé le couvercle ») ; la possibilité d’interpréter la phrase comme décrivant une itération de plusieurs actions est alors bloquée. La quantification à distance avec beaucoup est donc impossible.

17Si cette hypothèse paraît convaincante, elle n’en a pas moins été contestée par certains linguistes. Par exemple, Doetjes (1995) est d’avis que la lecture en itération d’actions n’est pas nécessaire pour la quantification à distance et qu’elle n’est plutôt que l’effet du contexte imposé par le prédicat et son objet. Selon cette auteure, la lecture en itération d’actions des exemples d’Obenauer tient au fait que le QAD précède un prédicat qu'elle appelle « comptable ». Or, la quantification à distance est également possible avec d’autres types de prédicats, par exemple les prédicats dits « de masse », comme les verbes cracher et transporter en (10). Dans ces cas, la phrase décrit non pas une série d’événements consécutifs mais plutôt un seul événement continu :

10

a.

Pendant dix minutes, la fontaine a beaucoup craché d’eau.

b.

L’oléoduc a beaucoup transporté de pétrole.

18L’analyse de Doetjes est inspirée de celle de Krifka (1990) concernant l’interprétation des syntagmes nominaux quantifiés et a des conséquences intéressantes sur d’autres aspects de la syntaxe du français. Nous renvoyons le lecteur à son article pour plus de détails.

2.2. Le quantificateur flottant tous

19Comme beaucoup, tous peut se placer soit à l’intérieur d’un SN, soit devant le verbe :

11

a.

Tous les chapitres sont terminés,

b.

Les chapitres sont tous terminés.

20On appelle tous dans la position préverbale (ou, plus généralement, dans une position non canonique) un quantificateur flottant (QF).

21Bien qu’ils puissent tous deux occuper une position préverbale, tous diffère de beaucoup sous plusieurs aspects. Tout d’abord, contrairement à beaucoup, tous n’est pas invariable. Il s’accorde en genre et en nombre avec le SN qu’il quantifie (12a, b). Deuxièmement, il peut quantifier soit le sujet (12a, b) soit l’objet du verbe (mais seulement quand cet objet est pronominalisé ou relativisé, v. le contraste entre [12c, d] et [12e]). Troisièmement, il peut se trouver dans une proposition différente du SN qu’il quantifie (12f). Enfin, il n’est pas sensible au type de verbe devant lequel il se place (12g, h) :

12

a.

Les enfants (masc. plur.) ont tous (masc. plur.) fait leur devoir.

b.

Les filles (fém. plur.) ont toutes (fém. plur.) fait leur devoir.

c.

Julie les a tous lus.

d.

Les amis de Sylvie, que j’ai tous connus à l’âge de sept ans, sont sympathiques. (exemple de Junker 1995)

e.

* Julie a tous lu les livres.

f.

Il faut tous [qu’ils s’en aillent].

g.

Les enfants ont tous vu le film.

h.

Les enfants ont tous impressionné l’auditoire.

22Notons que, bien que le SN quantifié par le QF tous soit généralement un sujet défini pluriel, ce n’est pas toujours le cas : une liste d’individus distincts ou un pronom personnel pluriel sont également possibles :

13

a.

Jean, Jules et Julie sont tous partis.

b.

Ils sont tous partis.

23Cependant, ni l’un ni l’autre de ces deux types de sujets ne permet à tous d’apparaître en position non flottée :

14

a.

* Tous (de) Jean, Jules et Julie sont partis.

b.

* Tous ils sont partis. (à ne pas confondre avec Tous, ils sont partis)

24Contrairement à beaucoup, le QF tous peut se placer à différents endroits de la phrase, soit à la gauche, soit à la droite du SN qu’il quantifie. Plusieurs analyses ont été proposées au cours des trente dernières années pour rendre compte des faits. Ces analyses tentent toutes de mettre en relation la position canonique de tous (dans le SN) et les autres positions, y compris la position flottée. On peut regrouper ces analyses en deux types : 1) celles qui déplacent tous à partir de sa position canonique à l’intérieur du SN ; et 2) celles où tous n’est jamais déplacé. Nous renvoyons le lecteur aux travaux de Kayne (1975), Belletti (1982), Jaeggli (1982) et Sportiche (1988) pour plus de détails. Nous nous contenterons ici de relever les principaux faits.

2.2.1. Tous à droite

25Il s’agit des cas où tous se trouve à la droite du SN qu’il quantifie, le plus souvent le sujet du verbe. Nous avons déjà abordé ces cas.

15

a.

Tous les enfants ont dormi.

b.

Les enfants ont tous dormi.

26Les trois propriétés principales de tous à droite sont les suivantes :

271. Le QF tous et le SN quantifié doivent être dans la même proposition. Ainsi la phrase (16b), où tous se trouve dans la proposition subordonnée et le SN quantifié dans la principale, est agrammaticale :

16

a.

Tous les enfants pensent que j’ai dormi.

b.

* Les enfants pensent que j’ai tous dormi.

282. La relation entre tous et le SN quantifié est soumise à une contrainte hiérarchique. Ainsi, le SN quantifié ne peut pas être enchâssé à l’intérieur d’un constituant si tous ne l’est pas aussi. C’est ce que montre l’agrammaticalité de la phrase (17b) :

17

a.

La mère de tous ces enfants travaille énormément.

b.

* La mère de ces enfants travaille tous énormément.

293. Si tous se place à la droite du SN quantifié, il ne peut toutefois pas occuper n’importe quelle position. Par exemple, tous ne peut pas figurer derrière le participe passé ou derrière l’objet du verbe :

18

a.

* Les enfants ont dormi tous.

b.

* Les enfants ont bu du chocolat tous.

c.

* Les enfants ont parlé de leur mère tous.

30(Les phrases ci-dessus sont grammaticales si on remplace tous par tous ensemble, mais dans ce cas, tous ensemble est un constituant : Tous ensemble, ils sont partis. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’un cas de tous flottant.)

31On pourra cependant noter que ces phrases peuvent être améliorées par l’ajout d’un SP locatif ou temporel contenant le mot même :

19

a.

Les enfants ont dormi tous dans le même lit.

b.

Les enfants ont bu du chocolat tous en même temps.

c.

? ? Les enfants ont parlé de leur mère tous durant la même soirée.

2.2.2. Tous à gauche

32On parle de tous à gauche lorsque le QF figure à la gauche de sa position canonique. Le SN quantifié est normalement l'objet direct du verbe. La construction avec tous à gauche se caractérise par deux propriétés principales.

331. Comme nous l’avons déjà mentionné dans la section 2, l’objet doit être pronominalisé ou relativisé (20b, c) ; il ne peut pas demeurer dans sa position de base (20d) :

20

a.

Mélanie a lu tous les livres.

b.

Mélanie les a tous lus.

c.

Voici les livres que Mélanie a tous lus.

d.

* Mélanie a tous lu les livres.

342. Contrairement à tous à droite, tous à gauche peut se trouver dans une proposition autre que celle qui contient le SN quantifié :

21

a.

Elle a tous voulu les lire.

b.

Il a tous fallu les embaucher.

22

a.

Elle a tous voulu qu’on les lise.

b.

Il a tous fallu qu’on les embauche.

35Cependant, cela n’est possible que si la subordonnée (qui contient le SN quantifié) est au mode infinitif (comme en [21]) ou au mode subjonctif (comme en [22]). Si la subordonnée est à l’indicatif, tous ne peut pas figurer dans la principale :

23

a.

*Elle a tous dit que nous les lirions.

b.

* Jean a tous remarqué que nous les avions embauchés.

36En ce qui concerne les complétives infinitives, notons toutefois que le choix du verbe de la principale est déterminant : avec vouloir et falloir, tous peut se trouver dans la principale. Mais avec d’autres verbes, notamment certifier, croire et penser, tous ne peut pas figurer dans la principale :

24

a.

* Jean a tous certifié les avoir rencontrés.

b.

* Maxime a tous cru les avoir lus.

c.

* Élie avait tous pensé les rencontrer.

37Cette situation n’est pas sans rappeler celle qui prévaut dans la négation partielle dont nous avons discuté au chapitre 3 : les mêmes conditions qui régissent la relation entre tous et le SN quantifié régissent celle entre ne et personne.

25

a.

Jean ne veut voir personne.

b.

Il ne faut voir personne.

c.

* Jean n’a certifié avoir rencontré personne.

d.

* Maxime ne croit connaître personne.

e.

* Élie ne pense connaître personne.

38Notons finalement que tous peut se placer à gauche au-delà de plus d’une frontière de proposition, dans la mesure où tous les verbes concernés sont du type approprié. Rochette (1988) donne, entre autres, l’exemple suivant :

26

Jean a tous osé vouloir les rencontrer.

39Ceci complète notre discussion du quantificateur flottant tous. Dans la prochaine section, nous examinerons un autre QF du français, c’est-à-dire chacun, dont les propriétés sont quelque peu différentes de celles de tous.

3. Un autre type de quantificateur flottant : chacun

40Comme tous, chacun se place le plus souvent immédiatement à côté du SN qu’il quantifie (généralement à droite) ou encore en position préverbale :

27

a.

Les étudiants ont lu trois livres chacun.

b.

Les étudiants ont chacun lu trois livres.

41Comme tous, chacun doit s’accorder (en genre seulement, cette fois) avec un SN dans la phrase :

28

a.

Les policiers (masc.) ont chacun (masc.) appréhendé deux criminels.

b.

Les avocates (fém.) ont chacune (fém.) poursuivi deux criminels.

42Chacun diffère toutefois de tous à plusieurs égards. Tout d’abord, il s’agit d’un quantificateur de type binominal, c’est-à-dire qu’il exige la présence de deux syntagmes nominaux d’un type particulier : un SN défini pluriel, normalement en position sujet, et un SN indéfini.

43L’interprétation ainsi obtenue est une lecture distributive, où le second SN représente le ou les objets qui sont distribués parmi chacun des membres dénotés par le premier SN :

29

Les policiers ont chacun appréhendé deux criminels. (= le policier A a appréhendé deux criminels, le policier B a appréhendé deux criminels, etc.)

44Certains autres constituants peuvent également remplir le rôle que joue le SN indéfini, pourvu que la lecture distributive soit possible. Par exemple, le SN indéfini deux criminels en (29) peut être remplacé par un SP qui comprend un SN contenant même. Dans ce cas, le SN lui-même peut être défini (ceci n’est pas sans rappeler les cas d’occurrence de tous en position post-participiale que nous avons vus à la section précédente) :

30

Les policiers se sont chacun endormis sur le même bureau. (= le policier A s’est endormi sur le bureau noir, le policier B s’est endormi sur le bureau noir, etc.)

45Il existe deux autres positions dans lesquelles chacun peut se placer : 1) à l’intérieur d’un SN partitif (31a) ; et 2) en position prénominale (31b) :

31

a.

Chacun des étudiants a parlé.

b.

Les étudiants ont lu chacun un livre.

46En ce qui concerne le partitif, on aura noté que, contrairement au chacun binominal, cette construction ne nécessite pas la présence d’un SN indéfini en position objet. Il ne s’agit que d’une des nombreuses différences entre les cas partitif et binominal. Nous ne discuterons pas du partitif dans cet ouvrage ; le lecteur pourra consulter l’étude de Milner (1982) à ce sujet.

47En ce qui a trait à l’exemple (31b), Tellier et Valois (1993) proposent que chacun fasse partie du SN post verbal - nous l’appellerons « chacun prénominal »-, comme le montre, par exemple, la phrase clivée suivante :

32

C’est [SN chacun un livre] que les étudiants ont lu.

48Il ne s’agirait donc pas d’un cas de chacun déplacé (soit à droite à partir de la position préverbale, soit à gauche à partir de la position postnominale).

CHACUN PRÉNOMINAL ET LE DÉPLACEMENT DE COMBIEN
Concernant la position prénominale de chacun, Tellier et Valois (1993) notent un fait intéressant en regard de la formation d’un certain type d’interrogative partielle en français.
Dans un syntagme nominal quantifié comme celui en (i-a), l'interrogative partielle peut cibler soit le SN entier (i-b), soit uniquement le quantificateur (î-c) :
L a. Tu as acheté combien de voitures ?
b. Combien de voitures as-tu achetées ?
c. Combien as-tu acheté de voitures ?
Or, l’interrogation du quantificateur est impossible lorsque certains éléments, comme les adverbes beaucoup et pas, interviennent entre le syntagme Qu-et son point d’origine (v. Obenauer 1983, 1984 ; Rizzi 1990) :
ii. a. Tu as beaucoup lu combien de livres ?
b. Combien de livres as-tu beaucoup lus— ?
c. * Combien as-tu beaucoup lu_de livres ?
iii. a. Tu n’as pas acheté combien de voitures ?
b. Combien de voitures n’as-tu pas achetées— ?
c. * Combien n’as-tu pas acheté de voitures ?
Lorsqu'il est en position préverbale, chacun, contrairement à beaucoup ou pas, n’a pas l’effet de bloquer le déplacement de combien. En effet, la phrase (iv-c) est parfaitement acceptable,
iv. a. Ils ont chacun acheté combien de voitures ?
b. Combien de voitures ont-ils chacun achetées— ?
c. Combien ont-ils chacun acheté de voitures ?
Or, le problème du déplacement de combien refait surface lorsque chacun est en position prénominale, comme en font foi les contrastes en (v) :
v, a. Ils ont acheté chacun combien de voitures ?
b. Combien de voitures ont-ils achetées chacun ?
c, * Combien ont-ils acheté chacun — de voitures ?
L’analyse de ces faits est complexe et nous renvoyons le lecteur à l’article mentionné ci-dessus pour plus de détails.

49En résumé, le QF chacun a des propriétés à la fois similaires et différentes du QF tous. Comme tous, il peut se placer à différents endroits dans la phrase et doit s’accorder (en genre seulement) avec un SN. Mais chacun diffère de tous en ce qu’il déclenche une interprétation distributive et qu’il exige donc la présence de deux SN de type particulier, un SN défini (le plus souvent le sujet du verbe) et un SN indéfini (ou un SN contenant le mot même).

4. Conclusion

50Dans ce chapitre, nous avons passé en revue les principales propriétés de trois quantificateurs qui ont la particularité de pouvoir se détacher du SN qu’ils quantifient, le plus souvent en se plaçant devant un verbe : beaucoup, tous et chacun. Du point de vue du constituant qu’ils quantifient, de leur position dans la phrase et de la relation qu’ils entretiennent avec le SN quantifié, ces trois quantificateurs sont soumis à des contraintes parfois similaires et parfois distinctes. Dans le cadre de cet ouvrage, nous ne pouvons évidemment pas rendre justice aux (nombreuses) analyses qui ont été menées en grammaire générative sur ces quantificateurs, ni même citer tous les faits, qui sont parfois beaucoup plus complexes que ce qui a été présenté ici. Nous croyons cependant que ce chapitre aura donné au lecteur une idée assez juste des propriétés les plus fondamentales de ces constructions.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search