Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

3. La négation de phrase

Texte intégral

1. En bref

1L’étude de la négation dans les langues naturelles est un domaine de recherche complexe qui touche à plusieurs facettes de l’étude du langage, tant sur le plan descriptif que sur le plan théorique. Ce chapitre ne vise pas à faire une description exhaustive du système de la négation en français. L’objectif que nous nous fixons est à la fois plus modeste et plus complexe. En effet, bien que nous ne nous attarderons qu’à une infime partie des faits de négation, ceux que nous examinerons nous amèneront, d’une part, à découvrir d’intéressantes propriétés de la syntaxe du français et, d’autre part, à établir un lien inattendu entre certaines constructions négatives et les interrogatives partielles.

2Dans leur analyse de la négation en français, Riegel et al. (1994) en relèvent trois types principaux. Tout d’abord, la négation totale (ou logique) qui porte sur la proposition entière et qui est marquée par pas ou point. Par exemple, la phrase Je ne dors pas est la négation logique de la phrase Je dors. Puis il y a la négation partielle, qui ne porte que sur une partie de la proposition. Celle-ci est exprimée soit par un adverbe (jamais, nulle part), soit par un élément nominal (appelé « pronom » par Riegel et al., par ex. personne, rien) ou encore par un déterminant indéfini (aucun, nul). Nous appellerons ces éléments des opérateurs de négation. Ceux-ci s’opposent aux items de polarité négative (par ex. qui que ce soit, âme qui vive, etc.). La différence entre ces deux types tient en bonne partie à leurs caractéristiques syntaxiques : alors que les opérateurs de négation peuvent apparaître seuls (nous ferons abstraction, ici, de la présence de ne qui est facultative, surtout à l'oral), les éléments de polarité négative nécessitent généralement l’appui d’un autre mot de négation. C’est la différence entre Je ne connais personne et *Je n'ai embauché qui que ce soit (comparer cette dernière phrase avec Je n'ai jamais embauché qui que ce soit). Finalement, il y a la négation exceptive (ou restrictive) qui s’exprime par la locution ne... que (Je n’ai lu que trois chapitres de ce livre). Nous rassemblerons ces trois cas sous l’étiquette négation de phrase.

3Mise à part la phrase, la négation peut également toucher une souspartie de la proposition, le plus souvent par le biais des éléments non, point ou pas. Il s’agit de la négation de constituant. Par exemple, Grevisse (1993 :1446) cite les cas suivants, où la négation porte sur un adjectif ou un nom :

1

a.

Des débiteurs non solvables

b.

Une leçon non sue

c.

La contestation [...] était restée non sanglante. (Le Roy Ladurie, Carnaval de Romans, p. 150)

d.

Julien était silencieux et point trop troublé. (Stendhal, Rouge, II, 20)

e.

Le digne homme n’avait jamais aimé personne, pas même un chien. (Sand, Homme de neige, t.1, p. 148)

4Comme le souligne Gaatone (1971), le fait que ce type de négation puisse parfois s’exprimer morphologiquement, du moins en ce qui concerne les adjectifs, montre qu’elle porte bien sur le constituant lui-même :

2

a.

Quinze ans de travail non interrompu

b.

... quinze ans de travail ininterrompu

5Dans ce chapitre, nous nous pencherons sur les cas de négation totale et partielle telle qu’exprimée par les forclusifs (pour employer la terminologie de Damourette et Pichon 1969) pas et personne respectivement. La raison de ce choix est simple : ce sont ces éléments qui ont fait l’objet de la grande majorité des études récentes sur la négation en grammaire générative et qui, par conséquent, ont permis de mettre au jour les données les plus intéressantes. Nous étudierons l’adverbe de négation pas en regard de sa distribution par rapport aux verbes et auxiliaires en fonction de l’opposition mode infinitif/temps conjugué, alors que l’étude de la négation avec personne nous révélera des contraintes intéressantes en ce qui concerne les positions qu’il peut ou ne peut pas occuper dans la phrase.

2. Propriétés

6La négation de phrase s’exprime, en français, par le morphème discontinu ne... particule de négation. Le premier élément est, du moins à l’oral, facultatif et représente, dans les termes de Milner (1978), l’élément qui indique la portée de la négation (ce sur quoi elle opère). Le second élément, c’est-à-dire le forclusif, peut être, comme nous l’avons mentionné au début de ce chapitre, un adverbe (3a), un élément nominal (3b-e) ou un déterminant (3f) :

3

a.

Je ne regarde pas/jamais la télévision.

b.

Je ne regarde personne.

c.

Je ne parle à/de/avec/ personne.

d.

Je n’ai connu le frère de personne.

e.

Je ne suis parti avant personne.

f.

Je ne regarde aucune émission.

7Sauf dans certains cas particuliers, que nous aborderons dans la section 2.2, les deux éléments du morphème discontinu de négation doivent se trouver à l’intérieur de la même proposition. Ainsi, si ne se trouve dans une proposition principale et l’élément de négation dans une subordonnée, la phrase est agrammaticale :

4

a.

* Je n’ai dit que

je regarde pas la télévision.

b.

*   “

Paul regardait personne.

c.

*   “

Luc parlait à/de/avec/personne.

d.

*   “

Julie avait connu le frère de personne.

e.

*   “

Marie était partie avant personne.

f.

*   “

Sam regardait aucune émission.

8Ces faits semblent, à première vue, aller de soi et ne surprendront personne. Il ne s’agit cependant que de la pointe de l’iceberg de la syntaxe de la négation en français. En effet, les études en grammaire générative nous ont permis de constater que non seulement la syntaxe de la négation de phrase était beaucoup plus complexe qu’on ne pourrait le croire, mais aussi qu’elle pouvait s’apparenter, dans certains de ses aspects, à d’autres types de constructions à première vue indépendantes, parmi lesquelles les interrogatives partielles. Nous abordons ces deux points tour à tour ci-dessous et dans la section 3.

2.1. Pas et placement du verbe et de l’auxiliaire

9Nous illustrerons certaines propriétés syntaxiques de la négation totale en examinant le positionnement de l’adverbe pas par rapport au verbe et à l’auxiliaire.

10Une première observation qui s’impose est que la position relative de pas et du verbe varie selon que celui-ci est conjugué ou non. Nous verrons que cette distinction ne vaut pas de la même façon pour les verbes simples et les verbes composés. Ces observations ont eu un impact considérable sur la théorie linguistique, un travail que nous devons à Jean-Yves Pollock dans son article de 1989, d’où sont tirés ou inspirés les exemples de cette section ; voir le second encadré ci-dessous pour un aperçu.

11Tout d’abord, il existe un contraste entre le verbe fléchi et sa forme infinitive : alors que le premier précède l’adverbe de négation pas (5a), le second doit le suivre (5c) :

5

a.

Jean n’aime pas Marie.

b.

* Jean ne pas aime Marie.

c.

Ne pas posséder de voiture en banlieue rend la vie difficile.

d.

* Ne posséder pas de voiture en banlieue rend la vie difficile.

L'INFINITIF ET LA NÉGATION À L’ÉPOQUE CLASSIQUE
Le français n'a pas toujours exprimé, du moins de façon catégorique, cette différence entre verbe infinitif et verbe fléchi en ce qui concerne le placement de la négation. En effet, Wagner et Pinchon (1962, p. 388) soulignent qu’
...à l’époque classique, l’encadrement de l'infinitif [par la négation] appartenait à l’usage normal de la langue écrite :
On pleure pour avoir la réputation d’être tendre ;... on pleure pour être pleuré ; enfin on pleure pour éviter la honte de ne pleurer pas.
(La Rochefoucauld) La gloire ou le mérite de certains hommes est de bien écrire ; et de quelques autres, c’est de n’écrire point. (La Bruyère). J'eus l'ineptie de ne vouloir point aller à Neufchatel. Rousseau)
Toutefois, dès le XVIIe siècle, on observe que les meilleurs écrivains s'accoutument à préposer les deux éléments de la négation (surtout ne... pas) à l'infinitif (exemples de Mme de Sévigné, La Rochefoucauld, etc.). Au XVIIIe siècle, dans la langue écrite courante, l’ordre moderne est d’un usage commun.
Riegel et al. citent également l’exemple suivant, tiré de l’oeuvre de Corneille :
Et tantôt je le perds pour ne me perdre pas.

12En ce qui concerne les verbes composés, c’est l’auxiliaire qui doit précéder la négation (6a, c). En d’autres mots, le comportement de l’auxiliaire, du moins dans sa forme fléchie, s’apparente à celui du verbe en se plaçant obligatoirement devant pas :

6

a.

Il n’a pas compris.

b.

* Il ne pas a compris.

c.

Il n’est pas venu.

d.

* Il ne pas est venu.

UNE APPROCHE QUI CRÉE DES LIENS : DE LA NÉGATION À L’INVERSION
L’approche comparative, souvent préconisée en grammaire générative, a permis aux chercheurs de relier à la syntaxe de la négation certains faits en apparence indépendants.
C’est le cas du comportement des différents éléments verbaux (auxiliaires et verbes simples) en regard de la négation et de la possibilité d'inverser ou non le verbe et le sujet (pronominal) dans les interrogatives totales en français et en anglais :
i. As-tu mangé ta pomme ?
ii. Manges-tu ta pomme ?
iii. Have you eaten your apple ?
iv. *Eat you your apple ? En effet, les éléments qui peuvent se placer devant le sujet sont justement ceux-là mêmes qui peuvent se trouver à la gauche de l’adverbe de négation (les auxiliaires en français et en anglais et les verbes simples en français) : v. je n'ai pas mangé une pomme.
vi. je ne mange pas une pomme.
vii. I have not eaten an apple.
viii. * I eat not an apple.
Selon Jean-Yves Pollock, ces faits s’expliquent facilement si l'on suppose que l’ordre de base des phrases négatives en français et en anglais est le même et que les permutations syntaxiques des éléments de la phrase sont le résultat du simple déplacement du verbe ou de l'auxiliaire vers la gauche :
Ordre de base :
Sujet pas/not (Aux) V syntagme nominal (SN)
Déplacement à gauche :
Image 100000000000015F000000CF86829D10.jpg
Ainsi, la présence des éléments verbaux devant le sujet dans les interrogatives n'est que le résultat de leur capacité générale à se déplacer vers la gauche.

13Sur la base de cette dernière observation, on devrait s’attendre à ce que, dans sa forme infinitive, l’auxiliaire se comporte aussi comme un verbe (infinitif) et suive la négation. C’est effectivement le cas, du moins dans une certaine mesure. En effet, alors que l’ordre pas-auxiliaire infinitif représente l’ordre privilégié (7a, c), l’ordre auxiliaire infinitifpas est également possible bien qu’il soit considéré comme étant « littéraire » ou « recherché » (7b, d).

7

a.

Ne pas avoir eu d’enfance heureuse est une condition pour écrire des romans.

b.

N’avoir pas eu d’enfance heureuse est une condition pour écrire des romans.

c.

Ne pas être allé au cinéma depuis une semaine est anormal.

d.

N’être pas allé au cinéma depuis une semaine est anormal.

14En somme, le comportement de l’auxiliaire dans sa forme infinitive est ambigu : il se comporte comme un auxiliaire quand il précède la négation mais comme un verbe (infinitif) quand il la suit.

15Les faits sont similaires lorsque avoir et être sont employés comme verbes « pleins », c’est-à-dire lorsqu’ils ne jouent pas le rôle d’auxiliaire dans les temps composés : les deux ordres sont possibles, avec préférence pour l’ordre pas-V.

8

a.

Ne pas avoir de voiture en banlieue rend les choses difficiles.

b.

N’avoir pas de voiture en banlieue rend les choses difficiles.

c.

Ne pas être heureux est une condition pour écrire des romans.

d.

N’être pas heureux est une condition pour écrire de romans.

16Nous nous trouvons maintenant face à un fait intéressant : lorsque être prend une valeur existentielle, il ne peut pas précéder l’adverbe. En ce sens, être existentiel se conduit, comme il se doit, comme un verbe et non comme un auxiliaire.

9

a.

Être ou ne pas être, telle est la question.

b.

* Être ou n’être pas, telle est la question.

17Pour clore cette section, nous relèverons un autre fait intéressant de nos constructions négatives en nous penchant sur un groupe de verbes qui se conduisent de façon étonnante en ce qui concerne la position qu’ils occupent par rapport à l’adverbe de négation. Il s’agit des verbes modaux (devoir, vouloir, pouvoir, etc.). Lorsqu’ils sont à la forme infinitive, ceuxci se comportent non plus comme des verbes « normaux » mais plutôt comme des auxiliaires. En effet, ils peuvent se placer soit devant (10a, b) soit derrière l’adverbe de négation (toc, d) :

10

a.

Je pensais ne pas pouvoir dormir dans cette chambre.

b.

Il avait estimé ne pas devoir/vouloir donner suite à ma demande.

c.

? Je pensais ne pouvoir pas dormir dans cette chambre.

d.

? Il avait estimé ne devoir/vouloir pas donner suite à ma demande.

18Le tableau ci-dessous résume les faits observés dans cette section.

TABLEAU 1. Position du verbe ou de l’auxiliaire par rapport à la négation

pas-X

X-pas

Verbe fléchi

*

Auxiliaire fléchi

*

Verbe infinitif

*

Être existentiel

*

Auxiliaire infinitif

Être-avoir pleins

Modaux infinitifs

19Nous y voyons maintenant plus clair en ce qui concerne la position relative de pas et des types verbaux, et nous sommes donc en mesure de regrouper les faits ci-dessus en classes naturelles. Les conclusions que nous en tirons sont les suivantes :

  • L’opposition fléchi/non fléchi est la plus saillante ; elle établit une distinction très nette : si un élément (verbe simple ou auxiliaire) est fléchi, il doit précéder l’adverbe pas.

  • Si l’élément verbal est non fléchi, l’opposition se transporte le long de l’axe verbe/auxiliaire. S'il s’agit d’un verbe simple (y compris être existentiel), seul l’ordre pas-V est possible ; s’il s’agit d’un auxiliaire (y compris être attributif et les verbes modaux), l’ordre pas-V est l’ordre préféré, mais l’ordre inverse est aussi possible.

LES MODAUX : VERBES OU AUXILIAIRES ?
Comme nous l’avons souligné, le comportement des verbes modaux n'est pas sans rappeler celui des auxiliaires en ce qui a trait à la distribution de l’adverbe de négation. Encore une fois, la méthode comparative (voir encadré précédent) pourrait nous éclairer au sujet du véritable statut de ces verbes. En effet, les éléments syntaxiques servant à exprimer les valeurs modales en anglais ont justement le statut d’auxiliaire, comme en fait foi le fait qu’ils doivent, tout comme have et be. précéder la négation not (They would/can/may/might not eat apples).

20Les propriétés syntaxiques que nous venons de décrire représentent une partie des contraintes qui régissent la syntaxe de la négation de phrase. Lorsqu’on examine le forclusif dans sa version nominale (par exemple personne), une foule d’autres faits se présentent. C’est sur cette question que nous nous pencherons dans la prochaine section.

2.2. Contraintes sur la distribution de personne

21Rappelons que les deux éléments du morphème continu ne... forclusif doivent normalement se trouver dans la même proposition (d’où l’agrammaticalité de [11e]). Toutefois, si la complétive est au subjonctif [11a] ou à l’infinitif [11b-d], ne peut, dans certains cas, être séparé de personne par une frontière de proposition.

11

a.

? Je n’ai exigé [qu’ils arrêtent personne].

b.

Je ne veux [voir personne].

c.

Paul n’a dû [congédier personne].

d.

Paul ne pourra [rencontrer personne].

e.

* Je ne pense [que Paul a vu personne].

22Cependant, dans le cas de l’infinitive, le verbe de la principale doit être d’un type particulier. Il ne peut pas, par exemple, être un verbe de type déclaratif (par ex. certifier, affirmer, dire).

12

a.

* Jean n’a certifié avoir vu personne.

b.

* Jean n’a affirmé avoir vu personne.

c.

* Jean n’a dit avoir vu personne.

23Comme nous le verrons au chapitre 5, ces restrictions ne constituent pas un cas isolé de la syntaxe du français mais valent aussi pour un ensemble de faits qui semblent, à première vue, indépendants des constructions négatives.

2.3. Contraintes intra-propositionnelles

24Revenons maintenant aux cas où ne et personne se trouvent dans la même proposition. Nous verrons que leur distribution est aussi sujette à un certain nombre de contraintes. Celles que nous allons examiner ici concernent les cas où personne se trouve à l’intérieur d’un syntagme nominal (SN) ou d’un syntagme prépositionnel (SP).

25Une première contrainte importante sur la distribution de personne concerne les cas où un nom a plusieurs compléments. Par exemple, dans le SN le portrait d’Aristote de Rembrandt de ce collectionneur, les trois compléments correspondent à des rôles thématiques différents : Aristote est le thème, Rembrandt est l’agent et ce collectionneur est le possesseur. Selon Milner (1982), toute opération syntaxique (par exemple la formation d’interrogatives ; v. section 3) doit cibler, dans l’ordre, le possesseur, l’agent et le thème (nous renvoyons le lecteur à Milner op. cit. ainsi qu’à Valois 1991, 1996 pour une analyse théorique de ces faits). Par exemple, dans un SN contenant un complément de nom agent et un complément de nom thème, seul l’agent peut être la cible d’une opération syntaxique, quelle qu’elle soit. S’inspirant de l’article de Milner (1979), Moritz et Valois (1994) remarquent qu’il en va de même pour la négation de phrase. Ainsi, dans un SN à plusieurs compléments de nom, la négation partielle devra cibler les compléments de nom dans le même ordre : le possesseur avant l’agent et le thème, et l’agent avant le thème.

26Prenons les exemples en (13).

13

a.

Claude n’a vu [SN la photo de Jules (thème) de personne (agent ou possesseur)].

b.

* Claude n’a vu [SN la photo de personne (thème) de ce photographe (agent)].

c.

* Claude n’a vu [SN la photo de personne (thème) de ce collectionneur (possesseur)].

27Le problème est le suivant : la négation partielle ne peut cibler le thème en (13b, c) en raison de la présence d’un complément du nom agent (13b) ou possesseur (13c). Par contre, en (13a) la présence du thème n’affecte pas la possibilité de former une négation partielle qui ciblerait le complément du nom agent ou possesseur.

28Notons que l’agrammaticalité de (13b, c) n’a rien à voir avec le niveau de complexité du SN à l’intérieur duquel personne se trouve. Par exemple, si les conditions le permettent, personne peut s’enchâsser à l’intérieur du SN virtuellement à l’infini :

14

a.

Je n’ai engagé [SN le frère de personne].

b.

Je n’ai engagé [SN le frère de l’ami de personne].

c.

Je n’ai engagé [SN le frère de l’ami de la sœur de personne].

29Une autre contrainte dans la distribution de personne concerne les compléments ajouts. Les ajouts s’opposent aux compléments «essentielstiels » en ce que la présence de ces derniers est, grosso modo, fonction de la sémantique du prédicat, alors que les ajouts ne font que fournir une information supplémentaire à l’action ou à la dénotation de l’objet (en ce qui concerne le verbe, on appelle ces ajouts des « compléments circonstanciels » en grammaire traditionnelle). Voici des exemples d’ajout au verbe et au nom :

15

a.

Je suis parti avant Paul. ajout au verbe

b.

J’ai lu le livre sur cet auteur. ajout au nom

30En ce qui concerne la négation, personne peut apparaître à l’intérieur d’un ajout au verbe alors que sa présence est complètement exclue des ajouts au nom :

16

a.

Je ne suis parti avant personne.

b.

* Je n’ai lu le livre sur personne.

31Un fait intéressant émerge lorsqu’on y regarde de plus près. En effet, alors que, comme nous venons de le voir, la présence de personne à l’intérieur d’un ajout au verbe est permise en soi (v. ex. [16a]), sa présence est exclue lorsque la structure interne de l’ajout se complexifie, mais alors seulement si cette complexification est d’un type particulier. En effet, alors que l’ajout au verbe peut contenir un SN avec complément du nom (17a), il ne peut contenir un complément propositionnel, que ce dernier contienne un verbe infinitif (17b) ou un verbe à temps conjugué (17c).

17

a.

? Pierre n’est parti [avant [SN l’ami de personne]].

b.

* Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [Ph d’engager personne]].

c.

* Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [Ph que Paul engage personne]].

32Si la première phrase peut nous sembler marginale (d’où le point d’interrogation qui la précède), son niveau d’acceptabilité est nettement plus élevé que dans les deux autres cas.

33Pour clore cette section, rapportons un dernier contexte où la présence de personne est exclue : le complément de verbe d’un sujet propositionnel (une situation qui contraste avec les cas où personne apparaît à l’intérieur d’un complément propositionnel, (v. ex. [11b-d]) :

18

* [Ph Retracer personne] n’a été facile.

3. Parallèles entre négation et interrogatives partielles

34Dans cette section, nous examinerons certains parallèles entre la syntaxe de la négation et celle des interrogatives partielles.

3.1 Point d’origine du syntagme interrogatif et distribution de personne

35Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, un des apports importants des études en grammaire générative est d’établir des liens entre des constructions syntaxiques qui paraissent, à première vue, indépendantes les unes des autres. Ces liens sont établis soit sur des bases théoriques, soit à partir de critères distributionnels, établissant le plus souvent un lien de cause à effet entre les deux. C’est le cas des constructions négatives et des interrogatives partielles. En effet, alors que ces deux types de constructions semblent à première vue indépendantes l’une de l’autre, un regard plus attentif sur leur syntaxe respective nous suggère le contraire. Par exemple, il a été démontré qu’il existe un parallèle presque parfait entre la distribution du forclusif personne et la position d’origine des syntagmes interrogatifs dans les interrogatives partielles, une observation que des chercheurs dont les préoccupations sont de nature plus explicative que descriptive ne peuvent passer sous silence. En fait, ce parallèle s’est avéré, au cours des dix ou quinze dernières années, avoir d’importantes conséquences pour la théorie linguistique.

36Pour démontrer ce parallèle, il nous faut retourner à une notion théorique introduite au chapitre 1, c’est-à-dire les traces. Faisons un bref rappel.

37Si vous consultez une grammaire traditionnelle, disons Grevisse (1993 : 584sq.), vous trouverez, sous la rubrique « La phrase interrogative », la description suivante : « L’interrogation partielle use de mots interrogatifs, dont la place est souvent en tête de phrase. »

38Si vous êtes un locuteur natif du français, vous savez que, bien qu’il apparaisse en tête de phrase, le syntagme interrogatif qui, dans la phrase ci-dessous, est en réalité le complément du verbe voir, et que la forme interrogative est le résultat d’une opération syntaxique qui amène ce syntagme en tête de phrase. En grammaire générative, nous appelons ce passage d’une structure de base à une structure où un ou plusieurs éléments auraient été permutés une dérivation et le point d’origine de la permutation une trace. La coindexation de la trace et de l’élément déplacé en (19) représente la connaissance qu’ont les locuteurs du processus dérivationnel qui sous-tend la formation d’interrogatives partielles en français : c’est cette coindexation qui met en relation les points de départ et d’arrivée d’un syntagme interrogatif.

Image 10000000000000E500000036CD434618.jpg

39Nous sommes maintenant en mesure de dresser le parallèle entre phrases négatives et interrogatives partielles.

40Comme nous l’avons déjà mentionné, dans toute science, la découverte d’un comportement similaire entre deux ou plusieurs entités différentes suggère normalement que ces deux entités sont de même nature et que, par le fait même, leur comportement relève d’une seule et même explication. Il en est ainsi des traces créées par le déplacement de syntagmes interrogatifs et du quantificateur de négation personne : ils ont la même distribution. Plus précisément, les contraintes qui régissent leur occurrence dans la structure syntaxique sont exactement les mêmes : les positions à partir desquelles un syntagme interrogatif ne peut se déplacer (en d’autres mots là où on ne peut trouver une trace de ces syntagmes) sont aussi celles où la présence de personne est prohibée. De là à dire que, malgré les apparences, le forclusif subit un « déplacement » au même titre que les syntagmes interrogatifs, il n’y a qu’un pas que beaucoup de chercheurs franchissent (le premier ayant été Kayne 1984). Nous nous contenterons, dans cet ouvrage, d’observer les faits.

41Rappelons notre discussion dans la section 2.3 en ce qui concerne les SN à plusieurs compléments de nom. Nous avions alors souligné que les opérations syntaxiques devaient affecter ces compléments dans un ordre précis : le possesseur avant l’agent ou le thème et l’agent avant le thème. Or, la même contrainte vaut pour l’interrogation partielle (Milner 1982). Ainsi, parallèlement à nos cas de négation, nous avons les exemples d’interrogatives partielles suivants :

20

a.

De quel photographe ; as-tu vu [SN la photo de Jules (thème)ti (agent)] ?

b.

* De quii as-tu vu [SN la phototi (thème) de ce photographe (agent)] ?

c.

* De quii as-tu vu [SN la phototi (thème) de ce collectionneur (possesseur)] ?

42L’interrogation partielle ne peut viser le thème en (20b) ou (20c) en raison de la présence d’un complément de nom agent ou possesseur, respectivement. En (20a), toutefois, la présence du thème n’a aucun effet sur le processus puisque l’interrogation partielle vise l’agent.

43Un autre contexte où la présence de personne était impossible est la position interne d’un ajout au nom ou dans la complétive d’un ajout au verbe. Or, il s’agit également de contextes qui bloquent la formation d’interrogatives partielles.

21

a.

* Qui ; Pierre souhaite-t-il que Marc parte [avant [Ph d’engager ti]] ?

ajout au verbe

b.

* Sur qui ; Paul a-t-il lu [SN le livreti] ?

ajout au nom

44Finalement, le parallèle entre les interrogatives et la négation de phrase s’étend également à la position interne d’un sujet propositionnel : ni personne (v. ex. [18]) ni une trace de syntagme interrogatif n’y est permis :

22

a.

* Qui ; [Ph engager ti] a(-t-il) été impossible ?

b.

* Qui ; [Ph retracer ti] a(-t-il) été facile ?

45Afin de renforcer le parallèle entre la négation de phrase et les structures interrogatives, nous nous attarderons maintenant à un phénomène particulier de la syntaxe des langues naturelles : les phrases à emphase contrastive.

UN AUTRE LIEN ENTRE NÉGATION ET CONSTRUCTIONS INTERROGATIVES Il existe un autre lien entre la négation et l’interrogation : toutes deux permettent la légitimation d’items de polarité négative (quoi que ce soit, qui que ce soit, etc.) :
Je n'ai pas vu qui que ce soit au match hier.
As-tu
vu qui que ce soit au match hier ?

3.2. La négation contrastive

46Les phrases à emphase contrastive ont donné lieu à de nombreuses études en ce qui concerne la syntaxe des propositions interrogatives. Il s’agit de phrases interrogatives qui, contrairement à leur contrepartie « normale », n’exigent pas du locuteur une réponse précise mais ne font que répéter une partie de l’information véhiculée par un interlocuteur pour exprimer la surprise, l’étonnement, etc. Dans les interrogatives partielles, elles ont ceci de particulier de se construire en laissant le syntagme Qu-dans sa position de base tout en lui accordant un patron intonatoire emphatique (indiqué par les majuscules dans les exemples ci-dessous). On les appelle généralement « interrogatives à interprétation écho ». Prenons le scénario suivant :

Locuteur A :
J’ai vu Marie au cinéma hier.

Locuteur B :
Tu as vu QUI au cinéma hier ! ? Pas vrai !

47Nous nous sommes tous, à un moment ou à un autre, trouvés dans une situation similaire à celle illustrée ci-dessus. Il est clair, ici, que l’intervention du locuteur B ne vise pas à identifier la personne que le locuteur A a vue au cinéma hier. En fait, l’identité de la personne en question est déjà connue du locuteur B (la remarque du locuteur A en étant responsable). L’intervention du locuteur B en est plus une de surprise quant à l’identité de la personne dont il est question dans l’échange. Autrement dit, l’interprétation de la phrase de B dépend en partie de celle de A.

48Il a été démontré qu’en plus de leurs propriétés sémantiques, les phrases interrogatives à interprétation écho ont des propriétés syntaxiques particulières. Mais on peut se demander si les constructions écho se limitent aux phrases interrogatives. D’autres types de constructions ne pourraient-elles pas avoir leur contrepartie contrastive ? À ce stade-ci, vous avez déjà deviné où nous voulons en venir : c’est en effet le cas de la négation. On retrouve, en effet, des constructions négatives de type contrastif dans le même genre de contexte discursif que celui qui donne lieu à des interrogatives de type écho. Prenez, par exemple, l’échange suivant entre nos locuteurs A et B, où la réponse de B est marquée d’une emphase intonatoire portant sur l’élément négatif :

Locuteur A :
Dis, comment se fait-il que tu aies vu la photo de Marie ?

Locuteur B :
Mais, je n’ai vu la photo de PERSONNE ! !

49L’interprétation de la phrase négative comporte certains points communs avec celle des interrogatives à interprétation écho. En effet, comme avec ces dernières, l’intervention du locuteur B dépend de celle du locuteur A ; elle cible un élément déjà identifié par le locuteur A. Ici le locuteur B ne fait pas que mettre l’accent sur l’identité de la personne mentionnée par le locuteur A, comme c’était le cas dans les interrogatives écho, il étend plutôt la portée de la négation sur l’ensemble des éléments dont cette personne fait partie (c’est-à-dire l’ensemble de tous les individus connus ou non des deux locuteurs, y compris Marie). Il s’agit de ce que nous appellerons la négation contrastive (v. Valois 1997, Vinet 1998).

50Le fait que les constructions contrastives existent dans leur version négative est intéressant en soi. Mais ce qui est encore plus remarquable est leur comportement syntaxique. Nous avons vu ci-dessus que la distribution du forclusif personne était soumise à de fortes contraintes syntaxiques. Or il se trouve que ces contraintes ne tiennent plus dans les constructions contrastives. Autrement dit, dans son interprétation contrastive, personne peut apparaître dans n’importe quelle position à l’intérieur d’un SN à plusieurs compléments de nom (23), à l’intérieur d’un ajout au nom (24) ou au verbe (dans une proposition infinitive ou tensée [25]) ainsi qu’à l’intérieur d’un sujet propositionnel (26). Ainsi, les phrases ci-dessous, agrammaticales dans leur interprétation « normale », deviennent parfaitement acceptables en version contrastive :

51SN à plusieurs compléments de nom

23

a.

Mais, Claude n’a vu [SN la photo de PERSONNE (thème) de ce photographe (agent)] ! !

b.

Mais, Gustave n’a vu [SN la photo de PERSONNE (agent ou thème) de ce collectionneur (possesseur)] ! !

52Ajout au nom

24

Mais, je n’ai lu [SN la biographie [sur PERSONNE]] ! !

53Proposition infinitive ou tensée dans un ajout au verbe

25

a.

Mais, Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [Ph d’engager PERSONNE]] ! !

b.

Mais, Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [Ph que Paul engage PERSONNE]] ! !

54Sujet propositionnel

26

Mais, [Ph retracer PERSONNE] n’a été facile ! !

55On ne sera alors pas étonné de constater que la même chose vaut pour les interrogatives à interprétation écho : là où les syntagmes interrogatifs ne pouvaient pas se déplacer, leur présence, en version écho, est parfaitement acceptable.

56SN à plusieurs compléments de nom

27

a.

Tu as vu la photo [SN DE QUI (thème) de ce photographe (agent)] ! ?

b.

Tu as vu la photo [SN de QUI (agent ou thème) de ce collectionneur (possesseur)] ! ?

57Ajout au nom

28

Tu as lu [SN la biographie [sur QUI !]] ! ?

58Proposition infinitive ou tensée dans un ajout au verbe

29

a.

Pierre souhaite que Marc parte [avant [Ph d’engager QUI]] ! ?

b.

Pierre souhaite que Marc parte [avant [Ph que Jules engage QUI]] ! ?

59Sujet propositionnel

30

[Ph Retracer QUI] a été facile ! ?

60En conclusion, le lien entre les constructions négatives et interrogatives va au-delà des constructions « normales » ; il s’étend à des variantes plus inhabituelles de ces deux types de phrases.

4. Conclusion

61Dans ce chapitre, nous avons exploré certains aspects de la syntaxe de la négation de phrase en français. Entre autres, nous avons fourni les règles du placement du verbe et de l’auxiliaire par rapport à l’adverbe de négation pas ; nous avons vu que ces règles s’établissaient le long de deux axes : l’axe temps conjugué/infinitif et la distinction verbe/auxiliaire. Nous avons aussi exploré la distribution du quantificateur personne en ce qui concerne les contraintes inter-et intrapropositionnelles qui la régissent.

62Nous avons également établi certains parallèles entre la syntaxe de la négation et celle des interrogatives partielles. Cette observation illustre un cas clair de l’utilité d’une approche scientifique de l’étude du langage. En effet, les conditions nécessaires à l’établissement de ce lien sont d’ordre théorique : la formation de constructions interrogatives par déplacement de syntagmes Qu-laisse des traces et la distribution de ces traces est la même que celle de personne dans la négation partielle. L’examen des constructions de type contrastif complète ce parallèle en montrant que, dans les contextes contrastifs, les contraintes qui régissent la distribution de personne et des traces de syntagme Qu-ne tiennent plus. On passe ainsi du simple fait observé à la généralisation qui demande une explication.

DES LECTURES SUR LA NÉGATION
Pour le français, voir notamment Muller (1991) et Rowlett (1998) ; pour d'autres langues, voir Horn (1989), Haegeman (1995) et Zanuttini (1996).

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search