Version classiqueVersion mobile

Constructions méconnues du français

 | 
Christine Tellier
, 
Daniel Valois

1. Le mythe du pronom relatif : que, qui, dont et les autres

Texte intégral

1. En bref

1La plupart des grammaires traditionnelles appellent « pronom relatif » un ou des éléments servant à introduire une proposition relative (voir par exemple Grevisse 1993, Riegel et al. 1994, Wagner et Pinchon 1962) ; d’autres grammaires utilisent le terme moins usité de « conjonctif » (Le Bidois et Le Bidois 1971, Sandfeld 1965). Ce ou ces éléments se placent en règle générale juste derrière l’antécédent nominal et au début de la proposition relative elle-même. Voici quatre exemples de ce que les grammairiens appellent les « pronoms relatifs » :

1

a.

Les films que tu voulais louer ne sont pas disponibles.

b.

C’est un auteur dont personne ne nie le talent.

c.

Le sujet qui nous préoccupe tous en ce moment, c’est la violence.

d.

Les gens veulent aller là il fait bon vivre.

2Nous verrons dans ce chapitre que les recherches effectuées en grammaire générative ont permis de faire un certain nombre de découvertes intéressantes sur les propositions relatives en français. Certaines des conclusions auxquelles sont arrivés les linguistes générativistes à l’aide de leurs analyses s’écartent de la tradition grammaticale. Tout d’abord, il y a lieu de réviser la terminologie, car ce qu’on appelle traditionnellement les « pronoms relatifs » ne sont pas des pronoms du tout : il s’agit soit de conjonctions (que, qui), que les nouvelles grammaires appellent dorénavant, suivant la terminologie générativiste, des complémenteurs, soit de syntagmes prépositionnels (À qui, de quoi, sur lequel), soit d’adverbes (quand, où). En ce qui concerne que, qui et peut-être dont, nous allons voir qu’il existe des arguments très convaincants à l’effet qu’ils constituent des variantes du même complémenteur.

3Ensuite, les travaux en grammaire générative ont permis de trouver de nouveaux tests pour faire la distinction entre les relatives en que et les subordonnées introduites par que, distinction illustrée par les phrases suivantes :

2

a.

Le fait que nos invités relatent rend tout le monde heureux. (relative)

b.

Le fait que nos invités arrivent rend tout le monde heureux. (subordonnée complément du nom)

4Dans ce contexte, nous serons amenés à examiner les propriétés d’un certain type d’inversion du sujet, que l’on trouve avec les relatives mais non pas avec les complétives.

2. Propriétés

2.1. Propositions relatives et subordonnées complétives

5Les grammaires traditionnelles établissent la distinction entre un « pronom relatif » et une conjonction de subordination (complémenteur). En fait, il nous faut plutôt établir la distinction entre deux types de propositions : les propositions relatives, qui modifient un nom, et les subordonnées complétives, qui agissent comme complément du nom, du verbe, de l’adjectif, etc. Pour illustrer, reprenons les deux phrases de (2), qui mettent en jeu des propositions introduites par que (entre crochets) :

3

a.

Le fait [que nos invités relatent] rend tout le monde heureux.

b.

Le fait [que nos invités arrivent] rend tout le monde heureux.

6La proposition entre crochets en (3a) est une relative ; celle en (3b) est une subordonnée complément du nom. Voyons maintenant les critères proposés par les grammaires traditionnelles pour établir la distinction entre les deux. Grevisse (1993 :1037) énonce trois propriétés qui opposent les relatives aux subordonnées complétives :

7• À la différence des conjonctions de subordination, les pronoms relatifs ont une fonction dans la proposition qu’ils introduisent : ils peuvent être sujets, objets ou attributs.

8Une autre façon de formuler ce critère serait de dire ceci : une proposition relative contient un « trou » ou un « vide », c’est-à-dire une fonction grammaticale qui n’est pas remplie par un constituant dans sa position normale. Ainsi, dans la phrase (3a) ci-dessus, le verbe relater, un verbe transitif, appelle un objet direct. Mais cet objet direct n’est pas exprimé dans sa position normale — c’est-à-dire derrière le verbe. La fonction d’objet direct est plutôt remplie en quelque sorte par que, qui est interprété comme étant identique, du point de vue de sa référence, à l’antécédent nominal, le fait. (Attention, nous allons nuancer ceci un peu plus loin, car nous verrons qu’à strictement parler, ce n’est pas que qui remplit la fonction d’objet direct.) Dans la phrase (3b), la proposition enchâssée est une simple subordonnée : elle ne contient pas de vide, car le verbe arriver est intransitif. Ainsi, que ne correspond à aucune fonction à l’intérieur de la proposition.

9• Les pronoms relatifs ont un genre, un nombre, une personne, même s’ils n’en portent pas visiblement les marques. Les conjonctions de subordination, quant à elles, sont invariables.

10Grevisse fait ici allusion au fait qu’un « pronom relatif » comme que, même s’il ne porte pas explicitement la marque du genre et du nombre, déclenche néanmoins l’accord dans certains cas — notamment celui du participe passé. Voici des exemples. Les premières phrases (4a, b) sont des relatives ; la phrase (4c) est une subordonnée complément du nom :

4

a.

Les tables que j’ai repeintes l’an dernier ont été vendues à l’encan.

b.

Les murs que j’ai repeints l’an dernier ont perdu leur belle couleur.

c.

Le fait que tu aies repeint ces tables n’intéresse personne.

11Si la relativisation déclenche bien l’accord, force nous est d’admettre que la formulation proposée par Grevisse est quelque peu trompeuse. En effet, la différence s’observe non pas entre le « pronom relatif » et la conjonction : dans les deux cas, que est invariable. De plus, il faut observer que l’accord du participe passé se manifeste aussi dans le cas de l’interrogation, qui ne comporte pas de « pronom relatif », mais plutôt une conjonction de subordination :

5

Combien de tables crois-tu que j’ai repeintes l’an dernier ?

12Nous allons voir plus loin (section 2.4.1) que l’accord du participe passé est déclenché non pas par la présence d’un « pronom relatif », mais, plus généralement, par le déplacement d’un objet direct à la gauche du participe.

13• Les pronoms relatifs, contrairement aux conjonctions de subordination, ont un antécédent.

14Nous faisons abstraction ici des relatives sans antécédent qui sont archaïques et que l’on trouve principalement dans les expressions figées ou les proverbes : qui dort dîne, qui m’aime me suive, etc. Ce troisième critère renvoie à la présence obligatoire d’un antécédent nominal dans la relative. En revanche, la proposition introduite par une conjonction de subordination n’a pas d’antécédent : elle fonctionne tout simplement comme complément d’un verbe, d’un nom, d’un adjectif ou d’un adverbe. Voici des exemples de chacun de ces cas de figure pour la proposition subordonnée :

6

a.

Les tables que j’ai repeintes l’an dernier ont été vendues à l’encan.

b.

Le fait que les invités arrivent rend tout le monde heureux.

c.

Mathieu est déçu que sa candidature n’ait pas été retenue.

d.

Heureusement que nous sommes partis à temps !

15Nous pourrions ajouter un quatrième critère qui permet de distinguer une proposition relative d’une subordonnée complément du nom. Cette distinction concerne le mode du verbe de la proposition. Alors que les relatives appellent, en général, le mode indicatif (mais voir encadré ci-dessous), les propositions complément du nom appellent soit le mode indicatif, soit le subjonctif, selon les cas. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les phrases suivantes :

7

a.

Relative : Le fait que nos invités ont/*aient relaté rend tout le monde heureux.

b.

Subordonnée complément du nom : Le fait que nos invités soient/sont arrivés rend tout le monde heureux.

8

a.

Relative : Nous sommes d’accord avec l’idée que Julie a/*ait exprimée.

b.

Subordonnée complément du nom : Nous sommes d’accord avec l’idée que Julie parte/*part.

16Dans ce type de phrase, l’usage du mode subjonctif nous indique qu’il s’agit d’une proposition complément du nom, et non d’une relative.

CHACUN CHERCHE SON CHAT : DU MODE ET DE L'EXISTENCE
Cédric vous dit qu’il cherche un chat au poil gris. Qu'allez-vous comprendre ? Il y a deux possibilités. Ou bien Cédric a perdu un chat en particulier (et il se trouve que ce chat a le poil gris), ou bien il espère trouver n’importe quel chat, pourvu que son poil soit gris. Dans le premier cas, ce chat existe bel et bien ; dans le second, rien n'atteste de l’existence d’un tel chat.
Depuis longtemps, les philosophes et les linguistes se sont intéressés à ces deux types d'interprétation, qu'ils nomment respectivement de re (à propos de la chose elle-même) et de dicto (à propos de ce qui est dit, c'est-àdire en gros à propos de ses propriétés). On trouve ce type d’ambiguïté avec certains verbes, par exemple chercher ou vouloir, que l’on appelle des verbes « intensionnels ».
Dans les relatives, on observe aussi cette ambiguïté lorsque l'antécédent nominal de la relative est complément d'un verbe intensionnel. Mais dans ce cas, chacune des interprétations correspond à un mode bien précis : l’indicatif pour l'interprétation de re et le subjonctif pour l’interprétation de dicto. Comparez les deux phrases ci-dessous :
Je cherche un chat qui a le poil gris/qui sait attraper des souris. Je cherche un chat qui ait le poil gris/qui sache attraper des souris. Dans la première phrase, il s’agit d’un chat bien réel, dont on énonce les caractéristiques. La seconde phrase exprime plutôt une éventualité : l'existence d'un chat possédant ces caractéristiques est purement hypothétique.

2.2. Un pronom qui n’en est pas un

17La grammaire générative, contrairement à la grammaire traditionnelle, n’utilise pas le terme « pronom relatif ». Voici pourquoi. Pour les linguistes, un pronom (« pro » = à la place de) est, par définition, un élément qui tient la place du nom ou du groupe nominal. Ainsi, les pronoms personnels il, elles, le, nous, etc. remplacent des noms ou des groupes nominaux, par exemple Isaac, les jeunes filles, le tableau, Julie et moi, etc. Or, ce n’est pas nécessairement le cas de ce que la grammaire traditionnelle appelle les « pronoms relatifs ». Voyons des exemples :

9

a.

Les films que tu voulais louer ne sont pas disponibles.

b.

C’est un auteur dont personne ne nie le talent.

c.

Voilà l’homme de qui Léa s’est éprise.

d.

Il y a une chose à laquelle nous n’avions pas pensé.

e.

Le sujet qui nous préoccupe tous en ce moment, c’est la violence.

f.

Les gens veulent aller là il fait bon vivre.

18Dans les phrases ci-dessus, les éléments en caractères gras remplacent aussi bien le groupe nominal que le groupe prépositionnel (dont, de qui, à laquelle) ou même l’adverbe (où). Il est important de noter qu’en vertu du premier critère de Grevisse énoncé plus haut, c’est bien de qui et à laquelle en (9c) et (9d) — et non pas seulement qui et laquelle — qui remplissent une fonction dans la proposition relative enchâssée : de qui est complément de l’adjectif éprise, et à laquelle est complément indirect du verbe pensé.

19Il arrive même qu’une partie de phrase assez longue occupe la position initiale de la proposition relative, comme dans les exemples ci-dessous :

10

a.

Nous ne connaissons pas la maison sur le toit de laquelle cet oiseau s’est posé.

b.

L’homme à l’ami du frère de qui vous vous êtes adressé est un ministre influent.

20Encore une fois, en rapport avec le premier critère de Grevisse, c’est toute la partie de phrase en caractère gras qui remplit une fonction à l’intérieur de la proposition enchâssée. Cela pourrait peut-être nous amener à penser que les expressions sur le toit de laquelle et à l’ami du frère de qui fonctionnent comme des « pronoms relatifs ». Mais ces expressions, on l’admettra aisément, sont loin d’être des pronoms.

21Dans l’immédiat, nous utiliserons le terme neutre « relativisant » pour désigner l’élément ou l’ensemble d’éléments qui se trouve immédiatement derrière l’antécédent nominal et qui remplit une fonction grammaticale à l’intérieur de la proposition relative enchâssée. Cet emploi sera temporaire : lorsque nous aurons déterminé les propriétés et la catégorie grammaticale de tous ces éléments, nous utiliserons le terme approprié pour chacun.

22Un très grand nombre de travaux en grammaire générative ont été consacrés à l’étude de la proposition relative. Il y a plusieurs raisons à cela, et on peut affirmer quelles sont toutes guidées par le souci de comprendre comment ces constructions peuvent s’analyser à l’intérieur du modèle théorique adopté. Encore une fois, ce point de vue guidé par la théorie aura permis de découvrir des propriétés des relatives qui, jusqu’à maintenant, n’avaient pas été remarquées par les grammairiens traditionnels. Nous y reviendrons un peu plus loin dans ce chapitre. Mais auparavant, nous allons décrire un phénomène syntaxique qui a permis à la grammaire générative d’établir une autre distinction entre les relatives et les propositions subordonnées complément du nom.

2.3. L’inversion et la distinction relative/complétive

23Le français présente différents contextes où l’ordre sujet-verbe — ou sujet-auxiliaire — peut être inversé. Chaque contexte est associé à un type d’inversion particulier, qui présente ses caractéristiques propres (voir le chapitre 9). Le type d’inversion qui nous intéressera ici se présente dans les interrogatives et dans les relatives. À la suite de Kayne et Pollock (1978), qui ont décrit et analysé en détail cette construction, nous l’appellerons inversion stylistique.

24Les grammairiens traditionnels n’ont pas manqué de remarquer que dans les interrogatives et les relatives, le sujet pouvait être inversé derrière le verbe. Les exemples en (11), tirés de Le Bidois et Le Bidois (1971 : 286-287) illustrent l’inversion en contexte de relative, et ceux de (12), l’inversion dans les interrogatives - le sujet inversé est en caractères gras :

11

a.

Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les empires...

b.

Ce supplice que lui infligeait ma grand’tante... (Proust, Swann 1, 23)

12

a.

À qui a parlé Julie ? (interrogative directe)

b.

Je me demande bien à qui a parlé Julie. (interrogative indirecte)

25Les linguistes générativistes qui ont analysé ce phénomène ont montré que l’une des conditions sur ce type d’inversion était, en gros, la présence d’un vide à l’intérieur de la proposition (mais voir le chapitre 9 pour plus de détails) : c’est pourquoi on trouve cette inversion aussi bien dans les interrogatives que les relatives.

26Or, puisque les subordonnées complément du nom ne comportent pas de vide, comme nous l’avons vu, l’analyse prévoit qu’une inversion stylistique devrait être impossible dans ce contexte, ce qui est conforme aux faits. Comparons en effet les ensembles de phrases suivants, avec et sans inversion :

13 Relative :

a.

Le fait que nos invités ont relaté rend tout le monde heureux. (sans inversion)

b.

Le fait qu’ont relaté nos invités rend tout le monde heureux. (avec inversion)

14 Subordonnée complément du nom :

a.

Le fait que nos invités sont/soient arrivés rend tout le monde heureux. (sans inversion)

b.

* Le fait que sont/soient arrivés nos invités rend tout le monde heureux. (avec inversion)

15 Relative :

a.

Nous sommes d’accord avec l’idée que Julie a exprimée. (sans inversion)

b.

Nous sommes d’accord avec l’idée qu’a exprimée Julie. (avec inversion)

16 Subordonnée complément du nom :

a.

Nous sommes d’accord avec l’idée que Julie parte. (sans inversion)

b.

* Nous sommes d’accord avec l’idée que parte Julie. (avec inversion)

27Ainsi, nous pouvons dorénavant utiliser l’inversion stylistique pour faire la distinction entre une relative et une subordonnée complément du nom.

2.4. La vraie nature de que et qui

28Un premier point d’intérêt que présentent les relatives concerne leur représentation structurale, c’est-à-dire la manière dont elles sont formées. Il est indéniable que les propositions relatives se rapprochent à bien des points de vue des interrogatives : elles mettent souvent en jeu le même type d’éléments (quoi, à laquelle, où, etc.) et dans les deux constructions, ces éléments se trouvent en tête de proposition — alors qu’ils correspondent à un complément qui normalement se trouve derrière le verbe. De toute évidence, dans la relative comme dans l’interrogative, ces éléments ont été déplacés devant le sujet de la proposition à partir d’une position interne dans la phrase. Conformément à l’usage en grammaire générative, nous admettrons que le déplacement d’un mot ou d’un groupe de mots laisse une trace dans la position d’origine. C’est là une façon commode d’indiquer l’historique du déplacement : nous pouvons voir à partir de quelle position un mot ou groupe de mots a été déplacé. Ainsi, le vide auquel nous avons fait allusion jusqu’ici comporte en fait une trace laissée par le déplacement. On représente les traces au moyen du symbole « t » : on identifie à l’aide d’un indice (i, j, etc.) à quel constituant déplacé la trace correspond.

17

a.

À qui ; as-tu raconté cette histoire ti ?

b.

La personne à qui, tu as raconté cette histoire ti ne t’a pas cru.

29Le groupe prépositionnel à qui joue le rôle de complément indirect du verbe raconter : il n’est donc pas difficile d’admettre que ce constituant ait été déplacé à partir de la position normalement occupée par les compléments d’objet indirects. Mais l’hypothèse du déplacement se heurte à première vue à des difficultés lorsque l’on considère les relatives introduites par que et qui. Voyons deux exemples :

18

a.

Le livre que je cherchais n’est plus disponible en librairie.

b.

Estelle connaît l’artiste qui a réalisé ce tableau.

30Les éléments que et qui peuvent figurer aussi dans les interrogatives, comme ci-dessous :

19

a.

Que manges-tu ?

b.

Qui a réalisé ce tableau ?

31Dans les interrogatives en (19), que et qui sont des « pronoms » interrogatifs, appellation bien choisie ici, puisqu’ils remplacent des noms ou des groupes nominaux. À première vue, on pourrait penser que les mots que et qui dans les relatives sont identiques, c’est-à-dire qu’il s’agit également de pronoms qui remplacent le groupe nominal. Aussi surprenant que cela puisse paraître à première vue, les travaux en grammaire générative ont montré qu’il n’en est rien et qu’en fait, que et qui dans les relatives sont plutôt des complémenteurs. Cette conclusion est appuyée par de très solides arguments que nous allons passer en revue dans ce qui suit.

2.4.1. Que

32Commençons par deux observations et une question :

  • Une simple proposition subordonnée introduite par un complémenteur, comme dans Je crois que Franz est honnête, ne met en jeu aucun déplacement.

  • Dans une proposition relative comme Le livre que j’ai acheté, il doit y avoir un déplacement puisque le complément d’objet direct de acheter ne figure pas dans sa position normale, c’est-à-dire derrière le verbe.

  • Le constituant déplacé est-il que lui-même, ou bien autre chose ?

33À première vue, on serait tenté d’établir un rapprochement entre le que interrogatif de Que manges-tu ? et le que de la relative. Puisque le que interrogatif remplace bien un groupe nominal, n’en va-t-il pas de même pour le que de la relative ? En réalité, un examen plus approfondi des faits nous révèle une différence importante entre ces deux que. Le que interrogatif ne peut remplacer que des groupes nominaux dénotant des objets inanimés ou des concepts : il ne peut jamais être utilisé pour désigner des êtres animés. Ainsi la phrase en (20b) ci-dessous est agrammaticale :

20

a.

Que manges-tu ?

b.

* Que comptes-tu épouser ?

34Le que dans la relative n’a pas ces propriétés. Il peut être utilisé indépendamment du caractère animé ou inanimé de l’antécédent :

21

a.

Le meuble que Julien a dessiné s’est bien vendu.

b.

L’homme que Katia a épousé s’appelle Rachid.

35Nous sommes donc en présence de deux que différents : le que interrogatif est un syntagme nominal interrogatif (appelé syntagme Qu-, voir encadré ci-dessous) qui porte le trait [-animé]. Le que dans la relative s’apparente plutôt au complémenteur, car il est dépourvu du trait [+animé] ou [-animé].

SYNTAGME QU-OI ?
L’appellation de « syntagme Qu- » vient du fait que les syntagmes interrogatifs comportent, pour la plupart, un mot qui débute par « qu- » : qui, quoi, quel, quand. Par extension, on utilise cette appellation pour tous les syntagmes de type interrogatif que l'on trouve dans les relatives et les interrogatives : il peut s'agir de syntagmes nominaux (quel enfant, lequel), prépositionnels (de qui, à quel enfant, sur quoi) ou adverbiaux (où, pourquoi, quand).

36Ceci nous ramène aux deux observations faites au début de cette section. S’il y a déplacement dans la relative et si que est un complémenteur, où se trouve le constituant déplacé ? Les premiers travaux sur ce sujet supposaient le déplacement d’un syntagme Qu-nominal vers la position initiale de la proposition relative ; ce constituant était par la suite effacé.

22

a.

Le meuble que Julien a dessiné quoi

b.

Le meuble quoi ; que Julien a dessiné ti

c.

Le meuble quoii que Julien a dessiné ti

23

a.

L’homme que Katia a épousé qui

b.

L’homme quii que Katia a épousé ti

c.

L’homme quii que Katia a épousé ti

37Dans les analyses plus récentes, on adopte une représentation quasi équivalente, mais qui ne suppose pas d’effacement. Puisque dans les relatives objet le syntagme Qu-n’est pas exprimé, on suppose l’existence d’un syntagme Qu-implicite (c’est-à-dire inaudible) que nous notons à l’aide du symbole Op (pour « opérateur »). Cet opérateur occupe la position d’objet, et est ensuite déplacé en tête de la relative. La représentation des relatives en (21) se présentera donc comme suit :

24

a.

Le meuble [Opi que Julien a dessiné ti].

b.

L’homme [Opi que Katia a épousé ti].

38On comprendra maintenant comment fonctionne l’accord du participe passé évoqué à la section 2.1 : dans les relatives en que, tout comme dans les interrogatives, un objet direct a été déplacé devant le participe, ce qui a pour effet de déclencher l’accord :

25

a.

Quelles tablesi as-tu repeintes ti ?

b.

Les tables [Opi que tu as repeintes ti]

LE SYNTAGME QU-IMPLICITE : UNE STRATÉGIE INTERNATIONALE
Le français n’est pas la seule langue qui fait appel à un syntagme Qu-implicite pour former des relatives objet. On trouve cette stratégie dans bien des langues du monde. En anglais, par exemple, lorsque l'objet direct relativisé est animé, on peut utiliser le syntagme Qu- who (ou encore whom) ou rien du tout :
i. The mon who you saw is my brother.
ii. The man you saw is my brother.
« L’homme que tu as vu est mon frère. »
Le « rien du tout# en (iî) a exactement la même valeur que le who en (i) : on peut donc supposer qu’il s’agit de la contrepartie inaudible de who, c’est-à-dire un Op.

39Le lecteur se demandera sans doute pourquoi, dans les relatives, ce n’est pas l’antécédent nominal (plutôt que le syntagme Qu-) qui est déplacé en tête de proposition. Prenons par exemple la relative en (26) :

26

Les auteurs à qui Julien se compare ont tous gagné un prix Goncourt.

40Dans cet exemple, il est facile de voir que c’est le syntagme Qu- à qui (et non l’antécédent nominal les auteurs) qui correspond au complément « manquant » dans la proposition relative : en effet, le verbe se comparer demande bien comme complément un syntagme prépositionnel et non un syntagme nominal. Voilà pourquoi, dans toutes les relatives, nous admettons le déplacement d’un syntagme Qu-, même si, dans certains cas, il est inaudible.

2.4.2. Qui

41Alors que les grammaires traditionnelles traitent qui dans les relatives comme un pronom relatif, les travaux en grammaire générative ont montré qu’il n’en était rien. De plus, nous allons voir que le qui de la relative en (27a) ci-dessous est entièrement différent du qui interrogatif que l’on trouve en (27b) :

27

a.

La femme qui a écrit ce livre s’appelle Marguerite.

b.

Qui a écrit ce livre ?

42Alors, qu’est-ce donc que ce qui de la relative ? Les travaux de Moreau (1971) et de Kayne (1976) montrent de manière convaincante qu’il s’agit d’une variante morphologique du complémenteur que. Cette variante est conditionnée, c’est-à-dire qu’elle n’apparaît que dans certains contextes. Nous verrons bientôt lesquels.

43Pour comprendre le comportement de qui, notons tout d’abord qu’il n’est pas toujours un qui interrogatif ou relatif. Voyons les deux exemples en (28) ci-dessous, qu’il convient de comparer avec ceux de (29) :

28

a.

Quelle femme prétends-tu qui a écrit ce livre ?

b.

Le problème que je crois qui se pose est le suivant.

29

a.

Quelle femme prétends-tu que Max aime ?

b.

Le problème que je crois que tu résoudras est le suivant.

44De toute évidence, le qui, tout comme le que, introduit ici une proposition subordonnée. Ce n’est donc ni un pronom relatif ni un pronom interrogatif.

45On peut d’ailleurs constater, à l’aide d’un argument analogue à celui utilisé dans la section précédente, que ce qui n’a pas les mêmes caractéristiques que le pronom interrogatif. Comme chacun sait, le qui interrogatif est doté du trait [+animé] : on n’a pas *Qui as-tu déchiré ? Or le qui dans les relatives peut prendre pour antécédent soit un [+animé], soit un [-animé] : La femme qui a écrit ce livre ou le problème qui se pose. Voilà qui exclut l’hypothèse que ce qui soit le même pronom que l’on utilise dans les interrogatives.

46Mais il y a plus. Dans un registre familier du français parlé en France, au Québec et dans d’autres pays francophones, un syntagme interrogatif peut être suivi du complémenteur. En voici des exemples, tirés de Gadet (1992 : 82), qui décrit le français populaire parlé en France :

30

a.

Comment que tu vas ?

b.

Lequel que tu veux ?

47Nous savons par ailleurs qu’aucune variété de français ne tolère la cooccurrence de deux mots interrogatifs :

31

*Pourquoi quand tu es parti ?

48Or, on trouve couramment le qui à la suite du mot interrogatif, où il alterne avec que :

32

a.

Qui qui est parti ?

b.

Qui que t’as rencontré ?

49On trouve également la même chose dans les propositions relatives :

33

La personne de qui que je parle s’appelle Julie.

50Ceci montre deux choses : 1) que qui peut être un complémenteur ; et 2) qu’il est une variante du complémenteur que. Le contexte dans lequel on trouve le complémenteur qui à la place de que est le suivant : lorsque la position de complémenteur précède immédiatement la trace d’un sujet (qui a été déplacé pour l’interrogation ou la relativisation). Et pour les lecteurs qui ne seraient pas encore convaincus, voici un argument supplémentaire qui nous amène à ces mêmes conclusions.

51Nous savons tous que certains verbes (par ex. se demander) exigent comme complément une interrogative indirecte, alors que d’autres (par ex. penser) demandent une subordonnée déclarative. C’est ce que nous indiquent les contrastes ci-dessous :

34

a.

Lucien se demande qui a fait cette bêtise.

b.

* Lucien se demande que Julie a fait cette bêtise.

35

a.

Tu penses que je suis dupe.

b.

* Tu penses pourquoi je suis dupe.

52Le verbe penser, lorsqu’il prend pour complément une proposition, ne tolère qu’une proposition déclarative introduite par le complémenteur.

53Lorsqu’un pronom interrogatif se trouve en tête d’une proposition, cette proposition peut être utilisée comme interrogative indirecte. En conséquence, si tous les qui étaient des pronoms interrogatifs, les propositions introduites par qui devraient être exclues de la position de complément du verbe penser. Mais rien n’est plus faux :

36

a.

Quelle femme penses-tu qui va épouser Luc ?

b.

C’est la femme que je pense qui va épouser Luc.

54Ceci montre, encore une fois, que qui dans ce contexte n’est pas autre chose qu’une variante morphologique du complémenteur que.

55Revenons maintenant aux relatives avec qui. Comment sont-elles dérivées ? Comme ceci :

37

a.

La femme qui a écrit ce livre...

b.

La femme [Opi quiti a écrit ce livre]...

56Comme dans le cas des relatives objet, puisque qui est un complémenteur, nous sommes amenés à conclure que le syntagme Qu-déplacé est un syntagme nominal implicite.

QUE ET QUI, D’HIER À AUJOURD’HUI
En français moderne, le complémenteur précédant un sujet relativisé est obligatoirement qui : Le livre qui vient de paraître vs'Le livre que vient de paraître. Il n’en a pas toujours été ainsi. Dans la langue ancienne, la forme que était parfois aussi employée, comme en témoigne l’exemple suivant, cité par Le Bidois et Le Bidois (1971 :291) :
La nouviele en vint a Caton, que lors vint a eus.
(J. de Tuim, Histoire de Jules César)
« La nouvelle en vint à Caton, qui vint alors à eux. »
Cet usage subsiste en Français moderne dans un certain nombre d’expressions archaïques, par exemple advienne que pourra = advienne ce qui pourra.

2.5. Relatives à l’infinitif : le relativisant à

57Dans certaines relatives, la proposition qui suit immédiatement l’antécédent nominal peut être à l’infinitif :

38

a.

Un voisin sur qui compter

b.

Une théorie de laquelle s’inspirer

c.

Un endroit où aller

d.

Un exemple à suivre

58Dans ces exemples, comme dans leur contrepartie tensée, la position initiale de la proposition relative est occupée par un syntagme Qu-. Sauf dans un cas : l’exemple (38d), où l’élément relativisé est un objet direct. Voici les contreparties tensées de ces quatre exemples :

39

a.

Un voisin sur qui on peut compter

b.

Une théorie de laquelle on peut s’inspirer

c.

Un endroit où on peut aller

d.

Un exemple qu’on peut suivre

59La juxtaposition de ces exemples met au jour une incongruité qui ne semble pas avoir été remarquée par les grammairiens traditionnels. En effet, si pour eux sur qui, de laquelle, où et que sont tous des « pronoms relatifs », pourquoi à dans l’exemple (38d) ne le serait-il pas aussi ? Or, les grammaires traditionnelles s’entendent pour dire que à, dans les relatives infinitives, est plutôt une préposition (voir entre autres Grevisse 1993 :1294, Riegel et al. 1994 :188).

60Pour les linguistes générativistes, en revanche, la présence de à dans les relatives infinitives en contrepartie de que dans les tensées n’a pas de quoi surprendre, car que et à sont tous deux vus comme des complémenteurs. En effet, certains linguistes, dont Kayne (1975 : 339,1984), ont suggéré que à pourrait être analysé comme complémenteur lorsqu’il introduit une complétive à l’infinitif. Le statut de à dans ce contexte prête toutefois à controverse. Ainsi, pour Huot (1981), à a toujours valeur de préposition, qu’il introduise un syntagme nominal ou une proposition infinitive. Sans entrer dans les détails de ce débat, nous pouvons avancer un argument en faveur de l’analyse de à comme complémenteur.

61L’interrogation en français ne permet pas de déplacer un constituant contenu à l’intérieur d’un syntagme prépositionnel, qu’il soit introduit par à ou par une autre préposition :

40

a.

* De qui ; as-tu assisté [à l’exécution ti] ?

b.

* De qui ; as-tu voté [pour la nomination ti] ?

62Or, le déplacement d’un constituant est tout à fait possible lorsque ce constituant est contenu à l’intérieur d’une proposition infinitive introduite par à. En ceci, l’infinitive introduite par à se comporte de manière tout à fait analogue à une proposition tensée introduite par que :

41

a.

De qui as-tu cherché [à retarder l’exécution ti] ?

b.

De qui ; crois-tu [qu’on a retardé l’exécution ti] ?

63En somme, si la proposition entre crochets en (41a) était un syntagme prépositionnel, on s’attendrait à ce que le déplacement soit interdit, ce qui n’est pas le cas.

2.6. Le cas de dont

64En français, dont est un élément très particulier. On le trouve dans les relatives mais non dans les interrogatives, il n’a pas la même distribution que ses quasi-synonymes de qui, duquel, et il peut même figurer dans des propositions qui ne sont pas à proprement parler des relatives. Dans ce qui suit, nous traiterons de ces propriétés. Nous aurons l’occasion de revenir en détail sur dont au chapitre 8, où il sera question de ses différences de comportement par rapport à en.

2.6.1. Syntagme Qu-ou complimenteur ?

65Nous avons vu que les propositions relatives sont introduites soit par un syntagme de type interrogatif (à qui, de quoi, sur lequel, etc.) soit par un complémenteur (que, qui et à pour les infinitives). Qu’en est-il des relatives en dont, où l’élément relativisé est un complément du nom ou du verbe ?

42

a.

C’est un livre dont il faut vraiment lire la préface.

b.

La personne dont je parle, c’est Julie.

66Notons d’emblée certaines particularités dedont qui le distinguent de desquels, de qui, etc. Premièrement, dont ne figure jamais dans les interrogatives en français moderne :

43

a.

Desquels parlez-vous ?

b.

Je ne sais pas desquels vous parlez.

c.

Vous parlez de qui ?

d.

* Dont parlez-vous ?

e.

* Je ne sais pas dont vous parlez.

f.

* Vous parlez dont ?

67Deuxièmement, comme Font noté certains grammairiens traditionnels (par ex. von Wartburg et Zumthor 1958 :125), dont ne peut pas se trouver à l’intérieur d’un constituant plus grand déplacé en tête de proposition relative (pour plus de clarté, ce constituant est encadré dans les exemples ci-dessous) :

44

a.

L’homme [au fils duquel/de qui] je parlais.

b.

Les amis [avec l’aide desquels] je me suis tiré de ce mauvais pas.

c.

* L’homme [au fils dont] je parlais.

d.

* Les amis [avec l’aide dont] je me suis tiré de ce mauvais pas.

68Troisièmement, dont ne porte pas de traits grammaticaux d’accord (genre, nombre). En ceci, il se différencie des syntagmes comme lesquels, de laquelle, desquelles, qui portent tous des traits de genre et de nombre.

69Ces différences nous amènent à nous interroger sur le statut catégoriel de dont. S’apparente-t-il plutôt aux syntagmes Qu-ou aux complémenteurs ?

70Les avis sur la question sont partagés. Par exemple, Pollock (1992) analyse dont comme un syntagme Qu-au même titre que duquel, desquels, à ceci près que dont serait dénué de traits. Cette absence de traits serait, pour des raisons qu’il serait trop compliqué d’exposer ici, responsable du fait que dont ne peut pas figurer dans les contextes ci-dessus.

71En revanche, Tellier (1990 ; 1991) traite dont comme une variante du complémenteur que. Cette analyse rend compte des contrastes ci-dessus et vise aussi à englober deux autres contextes où dont se comporte différemment des syntagmes Qu-desquels, de qui, etc.

72• Comme l’ont fait remarquer Huot (1977) et Godard (1986 : 721), dont, contrairement à de qui, ne pourrait pas introduire une relative à l’infinitif :

45

a.

Les humoristes ont trouvé là des personnalités de qui se moquer à loisir.

b.

? ?Les humoristes ont trouvé là des personnalités dont se moquer à loisir.

73Si tant est que ces jugements sont exacts (ce qui ne fait toutefois pas l’unanimité), dont pourrait être rapproché du complémenteur que, également exclu dans ce contexte :

46

a.

* Nous avons trouvé des gens qu’admirer.

74• Un complément du nom peut être relativisé depuis une position objet à l’aide de dont, de qui, et desquels, quoique l’usage de ce dernier soit relativement marginal (exemples de [47]). Cependant, lorsque la même relativisation se produit depuis une position sujet, de qui, duquel sont exclus, et seul dont est permis. On peut constater ce contraste en (48) :

47

a.

Voilà les églises dont/ ?desquelles on a restauré le parvis.

b.

Voilà quelqu’un dont/de qui vous admirez le travail.

48

a.

Voilà les églises dont/*desquelles le parvis nécessite une restauration.

b.

Voilà quelqu’un dont/*de qui le travail profite à l’ensemble de la société.

DONT, LANGUE FAMILIÈRE ET HYPERCORRECTION
Dans !a perspective d'un débat sur le statut de dont (syntagme Qu- ou complémenteur), on peut se demander si la phrase (ii) ci-dessous est acceptable au même titre que (i) - dans le registre familier qui permet la cooccurrence entre le syntagme Qu-et le complémenteur, bien entendu :
i. Va voir la fille de qui que je parie.
ii. Va voir la fille dont que je parle.
Les avis là-dessus sont partagés, car certains locuteurs acceptent (ii) et d’autres non. Si la phrase est grammaticale, elle pourrait appuyer l'hypothèse selon laquelle dont est un syntagme Qu- ; si elle ne l’est pas, elle appuierait plutôt l’hypothèse selon laquelle dont est un complémenteur. Mais en réalité, quels que soient les faits, nous ne pouvons en tirer un argument probant pour aucune de ces hypothèses, et voici pourquoi.
Dont a ceci de particulier qu’il appartient à un niveau de langue soutenu. Dans la langue familière, il tend, plus que tout autre relativisant, à disparaître au profit de que (ex. /'homme que son frère est mo/ode...). Si (ii) est agrammaticale, ce fait pourrait donc être simplement dû à une incompatibilité de niveaux de langue puisque, rappelons-le, la cooccurrence entre syntagme Qu-et complémenteur appartient au registre familier.
En revanche, si (ii) est acceptable, elle pourrait simplement relever de l’hypercorrection. On appelle hypercorrection le fait pour un locuteur de tenter de « mieux parler » en situation formelle ou de « mieux écrire », c'està-dire d’utiliser un niveau de langue jugé prestigieux, mais qu’il ne maîtrise pas bien. Ceci donne lieu à nombre d’erreurs, et c’est particulièrement vrai en ce qui concerne l’usage de dont. En voici des exemples : iii. Ses chansons parlent souvent des choses de la vie, et bien souvent, d’une façon dont on n'a pas l’habitude d’entendre, (journal ta Seigneurie, Boucherville, 24 septembre 1995, p. 10)
iv. Si la crainte est le début de la sagesse, alors la crainte est mon pain quotidien. La crainte de ne pas donner aux étudiants ce dont ils sont en droit de s’attendre. (Journal [Forum, Montréal, 2 février 1993, p. 3)
Coscinny et Uderzo (tes aventures d’Astérix) s'amusent d'ailleurs de l'hypercorrection dans le volume Le Devin, qui met en scène un soldat romain au langage normalement très familier (exemples v-ix) :
v. Vous monterez en grade sûrement comme qu’il vous l’a prévenu, le devin. (p, 28)
vi. Ça me rappelle un peu le quartier où est-ce que c'est que j’habite, à Rome. (p. 31)
vii. Mais nous avons dû abandonner le village que nous étions. (p. 34)
viii. Si c’est que c’est pas un devin, j’ai pas aucune raison de l’arrêter. (p.46)
ix. Et cause correct à un supérieur ! (p. 46)
Or, lorsqu’il fait officiellement rapport à son centurion, ce soldat tient le discours qui suit :
x. Faisant la patrouille dont à laquelle vous nous aviez donné l’ordre de procéder, nous avons trouvé dans une clairière cet individu dont les explications qu’il nous a causées ne nous ont pas paru satisfaisantes. (p. 22)

75Nous ne pourrons pas rendre justice ici aux analyses mentionnées ci-dessus, car pour expliquer comment elles rendent compte des faits, il nous faudrait faire appel à des notions théoriques avancées qui dépassent le cadre de cet ouvrage. Nous laissons donc au lecteur intéressé le soin de consulter les études citées dans cette section. Mais indépendamment de la solution proposée, force est de constater que les questions posées en cours d’analyse nous ont amenés à découvrir des contrastes et des faits entièrement nouveaux sur la syntaxe des relatives et des relativisants.

DONT VIENT DONT ?
Dont a pour origine l’expression latine de onde, qui signifie « d’où ». En ancien français, il était utilisé dans les interrogatives pour poser une question sur l’origine :
Et dont estes vous ? (Adam de La Halle, Le jeu de la feuillée [13e s.]),
cité par Hasenohr (1993 :113)
« Et d’où êtes-vous ? »
Le dontînterrogatif était d’emploi courant jusqu’au xvie siècle. Au XVIIe siècle, cet usage avait à toutes fins pratiques disparu (Haase [1965 : 90], Grevisse [1993 :1057]).

2.6.2. Excursus : des complétives en dont qui ne sont pas vraiment des relatives

76Certaines constructions ressemblent à première vue à des relatives. Mais elles s’écartent des relatives décrites plus haut en ce que dont ne correspond pas à un vide dans la proposition. On trouve des références à ces constructions chez certains grammairiens traditionnels (par ex. Sandfeld 1965 : 205-207), mais il faudra attendre les travaux en grammaire générative (notamment Huot 1974, Godard 1988) pour quelles soient décrites et analysées en détail.

77Dans ces constructions sans vide, dont ne correspond ni au complément du nom ni au complément d’un verbe : en réalité, dont correspond à presque n’importe quel constituant de la phrase, qu’il soit sujet, objet direct, objet indirect ou complément de préposition. Ce complément est en général réalisé sous forme d’un pronom. Voici quelques exemples de cet usage :

49

Sujet :

C’est un livre dont je sais qu’il aura du succès.

50

Objet direct :

Un professeur dont l’inspecteur sait que les élèves le chahutent.

51

Objet indirect :

Une difficulté dont il serait souhaitable qu’on y remédie rapidement.

52

Complément de préposition :

Un compositeur dont il est clair qu’on te reproche ton influence sur lui.

78Une des particularités de cette construction est que la proposition doit comprendre un pronom ayant la même référence que l’antécédent (respectivement, dans les phrases ci-dessus, il, le, y et lui). Ce pronom ne peut pas être omis, comme le montre l’agrammaticalité des exemples ci-dessous :

53

a.

* C’est un livre dont je sais qu’aura du succès.

b.

* Un professeur dont l’inspecteur sait que les élèves chahutent.

c.

* Une difficulté dont il serait souhaitable qu’on remédie rapidement.

d.

* Un compositeur dont il est clair qu’on te reproche ton influence sur.

79Une autre caractéristique de cette construction est qu'elle n’est possible qu’avec un sous-ensemble de verbes ou de prédicats : selon Gross (1968 : 65-66), ce sont les prédicats qui expriment une opinion. Ils sont pour la plupart à sujet humain (constater, vouloir, supplier, raconter, dire, penser, etc.) ou à sujet impersonnel (paraître, s’avérer, se pouvoir, sembler, être évident, être clair, etc.).

80Cette propriété est à relier au fait que, dans ces constructions, la relation entre la proposition et le syntagme nominal en tête de phrase n’est pas la même que dans les relatives avec vide. Dans une relative dite « normale » - c’est-à-dire restrictive-, la proposition relative restreint la référence de l’antécédent. Ici, le syntagme nominal fonctionne plutôt comme un topique et dont a plus ou moins une signification équivalente à « à propos duquel ».

3. Conclusion

81Dans ce chapitre, nous nous sommes attaqués au mythe tenace selon lequel les éléments qui introduisent les relatives sont des « pronoms relatifs ». Nous avons apporté des arguments pour montrer qu’au contraire, il s’agit soit de syntagmes interrogatifs pouvant appartenir à diverses catégories (syntagme nominal, prépositionnel ou adverbial), soit de complémenteurs (que, qui, dont, à). Nous avons vu aussi que lorsque le complémenteur est présent, c’est que le français fait usage d’un syntagme Qu-implicite, déplacé comme les autres syntagmes Qu-à partir de sa position de base (sujet, objet direct ou, dans le cas de dont, complément du nom).

82Chemin faisant, nous avons aussi décrit de nouveaux tests fort utiles pour distinguer les relatives des complétives complément du nom : l’inversion stylistique et le mode du verbe.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search