Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Téléréalité

 | 
Luc Dupont

Deuxième partie. Comment expliquer le succès de la téléréalité ?

Chapitre 6. Le rôle de l’image

Texte intégral

1La téléréalité met en évidence le rôle de l’image dans nos sociétés (Brunet, 2004). Quel que soit le média utilisé – télévision, magazine, Internet –, l’image domine.

2L’ensemble des images contribue de façon croissante à la circulation de l’information et à la modélisation de la téléréalité. Dans ces conditions, il n’est certes pas exagéré de parler d’un véritable phénomène culturel et de civilisation, où télévision, vidéo, cinéma, photographie, magazines et publicité traversent et modèlent l’organisation de la culture populaire. Comme l’affirme Matarasso, « l’image ne parle pas des conflits de la société mais parle de son mythe et, à travers lui, elle actualise l’image de soi au monde » (Matarasso, 1971).

3La photographie, le journal, l’affiche, le cinéma, la télévision, sont devenus les éléments moteurs de cette nouvelle forme du monde extérieur et qui constitue la culture seconde ; l’environnement construit par la téléréalité.

IMAGE : DÉFINITION

4Le mot « image » est doté d’acceptions multiples. Il vient du latin imago qui signifie « qui prend la place de ». Selon Cossette (1985), il réfère à une représentation graphique d’un objet ou d’un concept.

5D’après la définition courante, l’image est une imitation ou une représentation artificielle de la forme extérieure d’un objet ou d’une personne. Selon Moles, « l’image est un support de la communication visuelle qui matérialise un fragment de l’univers perceptif » (1971 : 133).

6L’image est aussi ancienne que le monde. L’homo sapiens avait déjà dessiné des images il y a près de 100 000 ans. Vers 1300 avant J.-C., Moïse critique le pouvoir des images parce qu’elles transmettent mal la réalité de Dieu.

7En Occident, les images des saints sont achetées et exposées à l’intérieur de la maison pour attirer sur celle-ci la bénédiction de Dieu. À l’opposé, l’Islam a rejeté les images ; personne n’a le droit de représenter Dieu ou les créatures de Dieu. En dehors des images religieuses apparaissent des images folkloriques et des images d’actualités satiriques ou informatives.

8Survalorisée par certains, l’image n’en est pas moins l’objet de controverses très vives. Il y en a pour qui l’image est trompeuse parce que mystificatrice (Cossette, 1985 : 175-178). Parce qu’elle est suggestive, l’image et son langage sont vus comme facteurs d’illusion, de passivité.

9Les philosophes se sont toujours intéressés à l’image, mais en même temps, ils n’ont cessé de s’en méfier. Depuis Platon, en passant par Feuerbach, la tradition philosophique a toujours considéré l’image plus ou moins digne de l’interrogation scientifique. Les scientifiques ont entretenu un formidable préjugé à l’égard de l’image.

10L’image connut sa première diffusion intense avec l’avènement de la simili-gravure à la fin du siècle dernier. Dès lors, quatre forces concoururent à multiplier les images : le capital, la libre concurrence, l’industrialisation et la concentration urbaine (Cossette, 1985 : 59). Les modes de production des images sont restés par la suite à peu près les mêmes si ce n’est l’apparition des images en couleurs.

IMAGE ET MÉDIAS DE MASSE

11L’image occupe une place importante dans les médias de masse. L’omniprésence de l’image constitue une des caractéristiques de notre temps.

12Il est presque impossible de penser pouvoir comprendre la société sans considérer l’image (Messaris, 1997). À tel point, nous rappelle Cossette, que de nos jours, chaque citoyen a en tête des images de ses chefs mythiques : Jésus-Christ, César, Napoléon, Hitler, de Gaulle ou Mao.

13De nos jours, le vedettariat repose sur l’utilisation d’images fortes. L’image agit avant tout comme un attrape-regard. Elle comporte un avantage certain : elle joue sur les sentiments et permet de communiquer un message complexe en un clin d’œil ; pas de lecture et pas d’efforts de réflexion. Pour capter l’attention, la téléréalité doit utiliser efficacement l’image.

14Boorstin croit que les particularités de l’image moderne et sa diffusion ont fait des téléspectateurs « de simples acolytes de l’image » dans un monde où l’image, plus intéressante que son original, est devenue cet original (Boorstin, 1971 : 299). « Depuis la révolution graphique, la multiplication des images a un effet révolutionnaire sur nos imaginations, sur notre concept de vraisemblance, sur ce qui passe pour vérité dans l’expérience courante » (Boorstin, 1971 : 310).

Cette véritable révolution a multiplié les images en les rendant plus brillantes, grâce à des machines nouvelles qui reproduisent avec exactitude et élégance les visages, les silhouettes et les voix, les paysages et les événements, et à d’autres machines nouvelles qui diffusent ces images ; grâce aux journaux, aux revues, aux livres bon marché, aux télécommunications, aux films, à la radio-télévision. (Boorstin, 1971 : 291)

  1. À la télévision, le visuel est le message. Évidemment, le son est quelquefois indispensable à la compréhension, mais il sert en général de support à un message. La télévision n’est pas faite pour les longs discours.
  2. La radio est le média du rêve. Les mots, la musique et les silences permettent d’évoquer des atmosphères et des lieux. L’auditeur de radio est constamment appelé à imaginer une scène. Ce ne sont pas ses oreilles qui sont sollicitées ; c’est son imagination.
  3. Le magazine confère aux annonceurs une image de marque. C’est un média qui sert avant tout à créer l’image de marque d’une entreprise. C’est aussi celui qui comporte le plus de raffinement et d’esthétisme. Le magazine est perçu comme un média prestigieux. C’est aussi une source d’information crédible. « On oublie souvent que les magazines permettent de rejoindre des consommateurs alors qu’ils sont particulièrement bien disposés : bien assis, détendus, dans un univers qui leur est cher » (Ducas, 1997).
  4. Internet offre une infinité de moyens visuels pour attirer l’attention. Certains logiciels peuvent produire de l’animation.

15L’image est « implicative » : elle interpelle le spectateur. Les chanteurs et les acteurs interpellent le plus souvent les téléspectateurs du regard et les spectateurs regardent le plus souvent droit dans les yeux ceux qui sont sur scène. Selon Moles, « l’image est devenue un mécanisme publicitaire lié aux motivations socioéconomiques, l’un des éléments désormais moteurs de la société de consommation » (1970 : 4).

IMAGE ET TÉLÉRÉALITÉ

16La téléréalité, sous la plupart de ses formes, est un véritable pourvoyeur d’images. Les grands succès de la téléréalité sont construits sur des concepts, c’est vrai, mais ce qui est ancré dans la tête du grand public, ce sont des images.

17L’icône est aujourd’hui présente dans plusieurs industries culturelles et la téléréalité met en évidence le rôle de l’image dans nos sociétés (Brunet, 2004). Les participants deviennent des stars grâce au pouvoir magique des images qui sont diffusées dans tous les formats possibles : stars du petit écran, photographies dans les magazines, sur les CD, les affiches ou les panneaux-réclames, etc. En réalité, les stars sont essentiellement des images (Dyer, 1998).

18Nous n’achetons pas un produit ; nous achetons l’image d’un produit. C’est aussi vrai pour la star en devenir. Pour maximiser les effets de style, on recourt à un certain nombre de plans – toujours les mêmes – pour accrocher le regard du téléspectateur ou du lecteur. En cadrant serré, on évacue de l’image ce qui est contraire à la signification que l’on désire lui donner. Grâce au cadrage, on peut choisir de mettre l’accent sur certains détails physiques ou émotionnels. Aussi l’image joue-t-elle le plus souvent un rôle central pour générer la visibilité et l’identification.

19Zillmann (1991) confirme que le divertissement télévisuel contemporain repose sur deux éléments essentiels : l’émotion et la mise en images de participants (plans rapprochés, gros plans et très gros plans). Pour exploiter le jeu impudique des protagonistes, la téléréalité joue efficacement sur le gros plan (Bente et Feist, 2000 ; Cummins, 2004a). Les expressions faciales servent à communiquer, en particulier les émotions.

20Selon Claude Cossette, l’image a deux avantages sur le texte :

Premièrement, la signification des images voyage à la vitesse de la lumière, tandis que celle des mots voyage à la vitesse du son. Deuxièmement, les images rassemblent des éléments symboliques qui transfèrent leurs sens aux objets auxquels elles sont accolées. (Cossette : 1985, 175-178)

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540