Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Téléréalité

 | 
Luc Dupont

Première partie. Qu'est-ce que la téléréalité ?

Chapitre 2. Les trois âges de la téléréalité

Texte intégral

1La téléréalité est plus ancienne qu’on ne le croit généralement. On s’entend pour dire que la première émission empruntant directement à la téléréalité a été diffusée en 1973 à la chaîne américaine Public Broadcasting System (PBS). Il s’agit d’une production de la firme Video Vérité intitulée An American Family, un format de documentaire réaliste, alors expérimental, qui présente la vie d’une famille blanche, cultivée, de classe moyenne.

2Pendant sept mois, le producteur Craig Gilbert filme les moindres gestes de la famille Loud (300 heures de tournage au total). Lors de la présentation de l’épisode final, plus de 10 millions de téléspectateurs regarderont l’émission que l’on présentera alors comme une expérience de nature sociologique.

3La Fondation Ford et la plupart des critiques de télévision saluent avec enthousiasme l’arrivée d’un genre d’émission qui met en scène des gens anonymes, « car enfin, la télévision va s’intéresser à la vraie vie ». D’ailleurs, après avoir visionné la première saison, la sociologue Margaret Mead affirme que le genre ne doit pas être confondu avec un documentaire et qu’à ce titre, il est nécessaire de créer un nouveau terme pour décrire ce nouveau format.

4Malgré ce succès immédiat de cote d’écoute, le documentaire intimiste ne gagne que lentement en popularité. En 1974, la BBC propose The Family, un concept semblable à celui de PBS. Huit ans plus tard, la chaîne australienne ABC lance à son tour une émission qui s’inspire de la série An American Family. Ce sont les premiers balbutiements d’un genre nouveau combinant le documentaire, le feuilleton, la série dramatique et le cinéma vérité, ce que Derek Kompare, professeur de télévision et cinéma à la Meadows School of the Arts, qualifiera plus tard de premières vraies émissions de téléréalité (Kompare, 2004).

5Il est vrai qu’à cet égard, on retrouve les fondements de la téléréalité dans un célèbre film d’Alfred Hitchcock, Rear Window de 1954. Dans ce film, un reporter-photographe immobilisé chez lui observe le comportement de ses voisins d’en face.

6En 1948, l’émission Candid Camera observait des gens à leur insu et les plaçait dans des situations embarrassantes. En 1954, aux États-Unis, l’émission de radio Nightwatch enregistre les activités quotidiennes de la police de Culver City. En 1964, le programme britannique Seven Up ! interviewe des jeunes enfants de sept ans sur différents sujets.

  • 1 Les créateurs de la téléréalité Big Brother reconnaissent s’être inspirés du livre d’Orwell.

7D’autres commentateurs font remonter la téléréalité jusqu’en 1949 avec la publication du roman 1984 de George Orwell1. Dans son roman, Orwell imagine une société obsédée par la surveillance dans laquelle on trouve des téléviseurs dans chaque pièce.

  • 2 Une adaptation américaine de ce film a été tournée en 1999 sous le titre En direct sur EdTV.

8Dans le roman Fahrenheit 451, le personnage de Montag fait aussi l’objet d’une surveillance continue qui devient un spectacle offert sur les chaînes de télévision. Plus récemment, la surveillance en continu est la trame de départ de deux films : The Truman Show aux États-Unis et Louis 19 : le roi des ondes2, au Québec.

PREMIÈRE GÉNÉRATION

9C’est dans les années 1980 que la téléréalité de la première génération prend forme. La restructuration de l’industrie de la télévision (déréglementation, création de chaînes spécialisées et fragmentation des auditoires) favorise l’émergence de plusieurs nouveaux genres : actualité-spectacle, tabloid TV, real-life soaps, court shows et crime-time television (Biressi et Nunn, 2005). Ces différentes émissions ont montré que la quotidienneté avait une valeur marchande pour les grands réseaux de télévision.

10Ces émissions recourent à des témoignages, des reconstitutions d’événements, des tournages et des entrevues sur les lieux de l’événement, ainsi qu’à des acteurs amateurs (protagonistes) et des professionnels (présentateurs), et « on cherche à replacer les événements dans un contexte sociopolitique plus large » (Kilborn, 1994 : 426). Depuis, cette technique est devenue l’un des piliers de la téléréalité contemporaine.

  • 3 Barnouw (1978) s’appuie sur la notion de documentaire de Grierson (« traitement créatif de l’actua (...)

11Pour cette raison, la téléréalité de la première génération est quelquefois qualifiée de « documentaire ». John Grierson, que l’on considère généralement comme le père du film documentaire, définissait d’ailleurs le documentaire de la façon suivante : « un traitement créatif de l’actualité » (Barsam, 1992 : 89)3. Pourtant, le terme documentaire ne permet pas de circonscrire la téléréalité parce que celle-ci ne répond pas généralement au standard du documentaire. Dans les faits, la réalité montrée dans la téléréalité est autant créée que « saisie au vol », ce qui est incompatible avec le documentaire.

12Il est utile de rappeler que la première génération de téléréalité emprunte beaucoup à la fiction. On s’intéresse au spectaculaire. C’est un genre hybride dans lequel on mêle informations, services publics et divertissements (Cavender et Bond-Maupin, 1993 : 305). Le succès de ces émissions est quasi instantané et il entraîne dans son sillage de nombreux producteurs.

13À peu près au même moment, les jeux télévisés commencent à proposer des jeux à épisodes dans lesquels on place des concurrents dans des situations réelles ou jouant sur l’illusion de la réalité. Parallèlement, la télé-poubelle ou trash television fait son apparition dans le paysage télévisuel.

  • 4 En France, un concept semblable a été adapté sous le titre C’est mon choix, par la chaîne publique (...)

14La télévision-poubelle est d’abord constituée de témoignages et de confessions de personnes qui exposent leurs problèmes ou leurs souffrances. À la télévision, les talk-shows d’après-midi (le format par excellence des années 1980 et 1990) annoncent avant l’heure la culture de la confession et de la quotidienneté qui seront éventuellement les pierres d’assise de la téléréalité. Dans le talk-show intitulé The Jerry Springer Show qui débute en 1991, des invités s’insultent et se bousculent physiquement en direct4. La frontière entre la vie publique et privée s’estompe peu à peu. Une observation qui fait dire à Dovey (2000) que nous sommes devenus avec le temps une culture de la confession publique télévisée.

15Selon White (2002 : 313), la multiplication des technologies et des diffuseurs a accru les occasions de confession et les tribunes pour le faire. Cette abondance et cette mise à nu de la vie privée s’accompagnent d’une transformation de la subjectivité humaine et des conventions sociales et de la disparition progressive de la distinction entre public et privé.

16Confortablement assis à la maison, le téléspectateur devient voyeur, juge et interlocuteur de la confession (Foucault, 1990 : 45). Il exprime son opinion par courriel, par téléphone, par télécopie ou par courrier ; il devient confesseur.

17La téléréalité de la première génération est donc un genre hybride qui emprunte au genre documentaire et à la télévision-poubelle. Il y a d’ailleurs un parallèle entre les confessions caractéristiques des talk-shows et la presse à sensation de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. À cette époque, la presse tabloïde a prospéré aux États-Unis en tant que média peu coûteux destiné principalement à un public peu instruit. Les histoires étaient sensationnelles et émotives (sexe, violence), et le succès instantané.

18On ne peut pas s’intéresser à la téléréalité des années 1980 sans se pencher sur le contexte médiatique caractérisant cette décennie. Deux éléments vont accélérer l’expansion du phénomène.

19Dans un premier temps, la grève de 22 semaines des scénaristes, en 1982, va obliger les grands réseaux américains à revoir en profondeur leur stratégie de programmation (Auletta, 1991). Pour se prémunir contre les effets de la grève tant sur le plan de la programmation que sur celui des cotes d’écoute, les réseaux CBS, ABC et NBC vont commander des dizaines de séries s’apparentant à la téléréalité.

20Dans un deuxième temps, l’apparition des chaînes spécialisées va entraîner une fragmentation des auditoires. Selon Nielsen, les audiences de la télévision traditionnelle durant le jour passent de 81 % en 1976 à 59 % en 1988. Or, les coûts de production de la télévision ne cessent d’augmenter : les acteurs coûtent plus cher, les revenus publicitaires fondent comme neige au soleil, la compétition augmente, donc les revenus nets tirés de la programmation télé conventionnelle diminuent. Le réseau de télévision CBS licencie 30 % de son personnel ; Fox 20 % ; et ABC 10 %.

21Dans ce contexte, les diffuseurs partent à la recherche d’émissions moins coûteuses. En 1987, il y a déjà 37 émissions de téléréalité aux États-Unis. Ce nouveau genre a l’avantage de mettre en scène des gens ordinaires, et il ne nécessite pas a priori ni de scénarisation ni d’acteurs connus. Lentement, la fiction télévisuelle de masse commence à perdre de son importance (Hallenberger, 2004).

22Il faut dire que la téléréalité a plusieurs avantages : elle est moins coûteuse à produire ; elle est exportable et elle permet de contourner les syndicats et les scénaristes. C’est dans ce contexte que l’on commence à assister à l’émergence des particularités textuelles qui caractériseront la téléréalité de la deuxième génération.

DEUXIÈME GÉNÉRATION

23Avec l’émergence de nouvelles émissions au milieu des années 1990, la téléréalité s’internationalise (Moran, 1998). En Europe, la déréglementation de la fin des années 1980 donne le coup d’envoi. Pour des raisons financières, les grands réseaux de télévision publics européens adoptent rapidement la téléréalité (Waisbord, 2004).

24Cette téléréalité de seconde génération provient des Pays-Bas, de la Suède, de la France et de la Grande-Bretagne. En Suède, la série Expedition Robinson est vendue dans une vingtaine de pays. En 1991, la téléréalité Nummer 28 produite aux Pays-Bas lance une nouvelle mode : celle des émissions qui demandent à des étrangers de vivre ensemble pour une certaine période de temps. En Grande-Bretagne, la téléréalité Changing Rooms lancée en 1996 met en vedette des couples chargés de redécorer leur maison. En France, l’émission Perdu de vue tente de réconcilier des couples. Selon Jacques Pradel, initiateur de la téléréalité en France : « Nous rétablissons la communication coupée entre les personnes, entre les couples, c’est le nouvel âge de la télévision. »

25Officiellement, le concept de la téléréalité émerge en 1994 dans la tête de Joop Van Ende et John De Mol, fondateurs de la société de production néerlandaise Endemol. John De Mol est un producteur d’émissions de télévision et il travaille brièvement à la radio. De son côté, Joop Van Ende possède une entreprise spécialisée dans le multimédia, le divertissement et le théâtre commercial. Ensemble, ils créent un nouveau type d’émission reposant sur quatre éléments centraux :

  • Un environnement dénudé : le décor ne doit pas offrir aux participants un échappatoire à la confrontation entre les candidats.
  • Un système d’élimination : la menace de l’élimination renforce les tensions entre les participants.
  • Des tâches édictées par les organisateurs du jeu : elles permettent de maintenir une activité et de forcer les candidats à interagir.
  • Un confessionnal : il donne accès aux pensées et aux sentiments des participants et révèle aux téléspectateurs les alliances et les rivalités.

26Selon le cas, ces éléments peuvent être combinés avec d’autres aspects, tels que la distribution ou la séduction, mais ils restent les marques de fabrique de la téléréalité.

27Au milieu des années 1990, la télévision des Pays-Bas se globalise et Endemol vend sa recette aux différentes télévisions du monde. C’est à ce moment que De Mol et Van Ende fusionnent leurs entreprises.

28En 1996, l’entreprise inscrit ses actions à la bourse d’Amsterdam et elle étend ses ramifications au Portugal, au Danemark, en Espagne et en Allemagne. Contrôlée par le géant espagnol Telefonica qui en a fait l’acquisition au coût de 5 milliards de dollars américains en 2000, la transaction dessine les contours d’un nouvel ordre médiatique.

  • 5 Manifestement, il est aussi vrai que les créateurs de Friends se sont inspirés de l’émission The R (...)

29Pour accroître l’audience, les producteurs introduiront également des ingrédients dramatiques en s’inspirant des comédies de situation (sitcoms) à succès comme Seinfeld et Friends5. L’influence de la caméra portative se fait aussi sentir avec des émissions comme America’s Funniest Home Videos (un concept japonais) ou When Animals Attack (un concept britannique).

30Stratégiquement parlant, la téléréalité de la deuxième génération a deux avantages. Elle met souvent en scène le public cible de la station et elle s’inscrit dans une extension logique des stations spécialisées du genre styles de vie, le phénomène en émergence des années 1990.

TROISIÈME GÉNÉRATION

31En 1997, lorsque le chanteur Bob Geldof propose Expedition Robinson à la télévision suédoise, la téléréalité entre de plain-pied dans la troisième génération. Désormais, le divertissement devient un jeu. Les candidats s’éliminent et le gain en argent est élevé.

32En 1999, l’émission Big Brother, présentée initialement aux Pays-Bas et aujourd’hui vendue dans plus de 70 pays, introduit le temps réel par la diffusion en direct. Les émissions renouent avec la vie réelle, même si dans les faits, elles sont toujours coupées et montées.

  • 6 Selon Andrejevic (2002 : 251), la téléréalité aurait indirectement servi à légitimer la surveillan (...)

33Pour la première fois, la télévision s’associe au web, à la téléphonie cellulaire et à l’imprimé (magazines et journaux) pour vendre un même contenu. On innove en exploitant différentes plateformes médias. Autre nouveauté, il est possible d’observer les participants 24 heures par jour6, grâce à Internet. Le site Internet de la série devient payant. On invite les téléspectateurs à voter par cellulaire.

34Initialement, les téléspectateurs sont furieux, mais rapidement 25 000 d’entre eux s’inscrivent sur le site. L’objectif des chaînes de télévision est de saturer le marché et de contourner la fragmentation de la programmation conventionnelle en multipliant les émetteurs de contenus. En Allemagne, la première saison de Big Brother dure 365 jours consécutifs !

35En 2000, CBS présente la première de Survivor, une adaptation d’Expedition Robinson. Mark Burnett, un ancien parachutiste et créateur de Survivor, reconnaît avoir fondé son concept sur des modèles suédois et néerlandais (Miller, 2000 : 10). Le premier épisode de la série attire 15,5 millions de téléspectateurs. Grâce à Survivor, l’auditoire de CBS double, passant de 10 à 20,5 millions de téléspectateurs, en moyenne (Carter, 2001 : C1).

36Lors de la finale présentée le 16 août, près de 51 millions de personnes sont rivées à leur écran. Cette année-là, le Super Bowl est la seule émission qui attirera davantage de téléspectateurs aux États-Unis, soit 88 millions. L’émission culte pave la voie à toute une série d’émissions incluant The Mole (2001), Fear Factor (2001) et The Amazing Race. C’est l’âge d’or de la téléréalité.

37Lesage (2003) estime que le succès de Survivor repose sur le désir inconscient de visiter des destinations exotiques et de regarder les gens s’engager dans des batailles physiques ou psychologiques. Les participants de Survivor ne doivent pas seulement se battre entre eux. Ils doivent aussi combattre les éléments naturels. Les décisions individuelles vont souvent à l’encontre du groupe. En fait, pour gagner, il faut tricher, mentir et démoraliser les autres participants (Mixon, 2001).

38Dans sa quête sans fin des cotes d’écoute, les tabous à l’égard du niveau de langage, de la nudité et de la violence tombent les uns après les autres (Smith et Wood, 2003). Le phénomène s’accélère sous l’impulsion de séries présentées à la télévision spécialisée comme Sex and the City (inspirée par la téléréalité The Real World) – et The Sopranos.

39Dans la téléréalité de la troisième génération, on observe davantage la réalité ; c’est elle qui génère les situations dramatiques. Au lieu de se demander comment une équipe de premiers soins sauve un enfant, comme c’était le cas dans la téléréalité de la première génération, on se demande plutôt ce qui se passe quand on place 16 étrangers sur une île déserte.

40Le tableau 2.1 résume l’essentiel des trois âges de la téléréalité. Il illustre le chemin parcouru par la téléréalité en 25 ans. Les concepteurs de ce type d’émissions sont désormais tenus de produire des téléréalités parfaitement efficaces. Les coûts de production qu’imposent les moyens de diffusion l’exigent.

TABLEAU 2.1. 25 ans de téléréalité

GÉNÉRATIONS

PREMIÈRE

DEUXIÈME

TROISIÈME

Apparition

1980

1990

1997

Type de réalité

• On reconstruit la réalité.

On observe la réalité.

On génère la réalité.

Format/ contenu

• Témoignages
• Reconstitutions d’événements
• Entrevues sur les lieux de l’événement

Enregistrement au vol

• Transformation du divertissement en jeu
•Émissions coupées et montées

Acteurs

• Acteurs amateurs (protagonistes)
• Acteurs professionnels (présentateurs)

Gens ordinaires

Acteurs amateurs ou professionnels

Contextes médias

• Grève des scénaristes
• Apparition des canaux spécialisés
• Fragmentation des auditoires

La télévision s’internationalise.
Création de la société Endemol

Environnement technologique concurrentiel : TiVo, DVD, magnétoscope Télécommande (zapping) et défilement rapide (zipping)

Sous-genres

• Mi-chemin entre nouvelles, divertissements et documentaires

Journal quotidien

Jeux sportifs et relationnels

41

Notes

1 Les créateurs de la téléréalité Big Brother reconnaissent s’être inspirés du livre d’Orwell.

2 Une adaptation américaine de ce film a été tournée en 1999 sous le titre En direct sur EdTV.

3 Barnouw (1978) s’appuie sur la notion de documentaire de Grierson (« traitement créatif de l’actualité ») et sur celle de Vertov (« fragments de l’actualité ») pour donner lieu à une autre définition du documentaire. Selon Barnouw, le documentaire a deux fonctions : 1) documenter (grâce aux images et aux sons) ; et 2) interpréter (1974 : 287).
En ce sens, le documentaire documente l’actualité : vraies personnes, vrais lieux, vrais événements. Cependant, le documentariste est sélectif : il choisit des fragments de réalités, ce sur quoi il va braquer sa caméra, ce qu’il va tourner, ce qu’il va conserver au montage. À l’instar du réalisateur de téléréalité, le documentariste doit donc faire des choix subjectifs. Mais la similarité entre les deux formats s’arrête là.

4 En France, un concept semblable a été adapté sous le titre C’est mon choix, par la chaîne publique France 3, qui a connu un triomphe d’audience (7 millions d’adeptes).

5 Manifestement, il est aussi vrai que les créateurs de Friends se sont inspirés de l’émission The Real World : nombre de participants, décors, nature des intrigues, des rapports et des échanges, etc.

6 Selon Andrejevic (2002 : 251), la téléréalité aurait indirectement servi à légitimer la surveillance. En effet, dans la téléréalité, la surveillance n’est pas présentée comme une forme de contrôle social mais comme un phénomène de démocratisation de la célébrité. Exister, c’est être vu.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540