Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Téléréalité

 | 
Luc Dupont

Première partie. Qu'est-ce que la téléréalité ?

Chapitre 1. Définitions et caractéristiques

Texte intégral

1La téléréalité est un objet d’étude plus complexe qu’il n’en a l’air. En effet, la téléréalité est une « créature hybride » qui s’inspire directement de nombreux genres et qui a évolué à travers le temps : documentaire, sport, dramatique, divertissement, jeu-questionnaire, roman-savon, etc. Pour Cavender et Fishman, « la téléréalité est un genre particulièrement difficile à caractériser parce qu’elle se situe à mi-chemin entre les nouvelles et le divertissement ; entre la réalité et la fiction » (1998 : 3).

2Lors de la première d’American Family, présentée sur le réseau PBS en 1973 et mettant en vedette une vraie famille vivant dans une vraie maison, la série est source de confusion parmi les critiques et les observateurs : s’agit-il d’un documentaire, d’une dramatique ou d’un soap ? Selon Glynn (2000 : 2), la téléréalité est un amalgame de types d’émission qu’il nomme « collection de genres ». Il faut dire que les principes théoriques et méthodologiques classiques de la communication ne permettent pas toujours de classifier et d’ana lyser les éléments propres à la téléréalité (Holmes, 2004a ; Murray et Ouellette, 2004).

3Par ailleurs, la définition de la téléréalité varie selon les personnes (producteurs, critiques, intellectuels, chercheurs universitaires) appelées à la définir. Autant de sources qui compliquent la tâche du chercheur soucieux de circonscrire le phénomène et de l’observer. Devons-nous nous intéresser aux conflits, à l’esprit d’équipe, aux protagonistes impliqués dans l’action, à la notion de réalité, au processus d’élimination ?

4Devant la difficulté à circonscrire le phénomène, une chose apparaît clairement : l’élément commun à toutes les téléréalités est leur prétention de représenter la « réalité ». En effet, la téléréalité désigne au départ un type d’émission mettant en scène des personnes perçues comme authentiques (Fiske et Hartley, 1992 : 164). Cavender et Fishman (1998) rappellent que cette notion de réalité est au fondement même de la téléréalité et qu’elle peut prendre différentes formes : témoignages, reconstitutions d’événements, entrevues sur les lieux du crime, enregistrement au vol, etc.

DÉFINITIONS

5Définir la téléréalité n’est pas une mince tâche. Parler de non-fiction ici ne révèle pas grand-chose de cette réalité. En outre, la téléréalité contient des éléments de divertissement.

6Le vocable « téléréalité » vient de l’anglais real-life soap. À l’origine, on l’appelait d’ailleurs téléréalité parce qu’elle met en scène de vraies personnes qui vivent de vraies histoires, même si cela se déroule dans des conditions construites par les médias.

7Selon l’Encyclopedia of Television du Museum of Broadcast Communications, le terme « téléréalité » décrit des émissions de type magazine d’information, vidéo vérité, émissions de chasse aux criminels et de vidéos amateurs. Malgré les faiblesses et les imperfections de cette typologie, elle a l’avantage de caractériser ce qu’est la téléréalité : un format d’émission qui s’inspire du documentaire, des émissions qui prétendent mettre en scène le réel et le dramatiser.

8L’expression « téléréalité » est utilisée pour la première fois pour désigner quatre émissions de télévision :

  • Unsolved Mysteries (NBC, 1987) : animée par Robert Stack, l’émission est l’une des premières téléréalités interactives. Dans chacun des épisodes, on est à la recherche d’un conjoint disparu, d’un fugitif en fuite, de meurtres non résolus, etc.
  • America’s Most Wanted (Fox, 1988) : animée par John Walsh dont le fils Adam a été kidnappé et tué, cette émission présente de l’information à propos de fugitifs et des dramatisations de leur crime dans le but de recueillir de l’information menant à leur arrestation. La recette n’est pas nouvelle. En 1956, Walter McGrew animait une émission mettant en vedette des policiers et des détectives à la recherche de véritables criminels.
  • Rescue 911 (CBS, 1989) : animée par William Shatner ; chaque épisode reconstitue une situation d’urgence impliquant des forces de l’ordre, des pompiers ou des médecins.
  • COPS (Fox, 1989) : dans cette série, des policiers appréhendent des criminels en direct. L’émission est tournée caméra à l’épaule à la manière du cinéma vérité.

9À l’origine, le succès de ces émissions démontre qu’il y a de la place pour une télévision factuelle accessible à un large auditoire dans un média dominé par des œuvres de fiction (Powell, 1992). Dans ce contexte, Busselle définit pour la première fois la téléréalité en ces termes :

Les émissions de type réalité présentent des événements réels à la manière des documentaires ou des magazines d’information, tant par le format que par le contenu. Cependant, contrairement aux documentaires et aux magazines d’information, les émissions de téléréalité utilisent des acteurs et des actrices, des victimes, des témoins et des bandes vidéo pour recréer et mettre en images ces histoires vraies. (1991 : 2)

10Dans cette définition, Busselle nomme les éléments propres au genre et distingue deux types de téléréalité (documentaire et magazine d’information). Toutefois, lorsque la chaîne MTV lance The Real World, en 1992, on sent bien qu’on assiste à l’émergence d’un nouveau genre.

11Dans cette téléréalité, sept jeunes âgés de 18 à 25 ans partagent une maison ou un appartement. Ces jeunes adultes sont choisis en fonction de cinq critères strictes : sexe, orientation sexuelle, niveau d’expérience sexuelle, religion et opinion politique. Le profil des jeunes adultes (hommes et femmes) est presque toujours le même : le gars cool, la fille sexy, le jeune gay, la jeune provinciale, l’obsédé sexuel, etc. Le décor inclut une table de billard, un jacuzzi et un aquarium qui agit comme une sorte de métaphore de l’émission. Chaque épisode dure 22 minutes et les caméras sont omniprésentes – on filme dans toutes les pièces, sauf dans la salle de bains.

12Avec le temps, les scénarios de cette téléréalité se peaufinent mais tournent invariablement autour des thèmes suivants : amour, sexe, politique, romance, maladie. Selon les saisons, on fabrique des conflits de toutes pièces à la soap opera. Par exemple, lors d’une saison, on a mis en scène un sidéen et un jeune membre du Parti républicain vivant dans le même appartement ; on modifie les lieux de tournage pour injecter un brin de nouveauté (par exemple, une saison se déroule à Londres). En 1994, la série fut l’une des premières à mettre en scène un participant séropositif. Lors de son décès, Bill Clinton lui rendra d’ailleurs hommage à l’occasion d’une rencontre avec la presse, reconnaisant son courage dans l’adversité.

13Mine de rien, The Real World va préparer et entraîner toute une génération de jeunes téléspectateurs aux langages de la téléréalité : emphase sur l’aspect dramatique et les conflits, caméra à l’épaule, montage serré, omniprésence des caméras et des micros. Autre particularité, des séquences prennent la forme d’un journal quotidien avec des participants en solo s’adressant directement à la caméra.

14Dans ce nouveau contexte, en 1994, Kilborn, un professeur de cinéma à l’Université Stirling, propose une nouvelle définition de la téléréalité.

La téléréalité favorisera (a) l’enregistrement, au vol et souvent à l’aide d’équipement vidéo léger, d’événements vécus par des individus ou des groupes, (b) en tâchant de faire revivre des sensations ou des événements à travers différentes formes de reconstitutions dramatisées, et (c) l’intégration de ce matériel sous forme de montage dans une émission de télé attirante et dont le contenu est crédible. (Kilborn, 1994 : 423)

  • 1 Blair Witch Project ou Le projet Blair, en français, est un film à petit budget lancé en 1999 par (...)

15Cette définition de Kilborn pose les éléments structurels de la téléréalité qui vont caractériser la téléréalité du milieu des années 1990. Il s’agit de contenus essentiellement émotifs qui promettent aux téléspectateurs « d’avoir accès à ce qui s’est réellement passé ». De ce point de vue, le succès du film The Blair Witch Project1, en 1999, n’aurait pas été possible si les cinéphiles n’avaient pas été initiés au préalable à la réalité « construite » par la téléréalité.

16Lentement, un nouveau type d’émission prend forme avec ses caractéristiques propres : utilisation de caméras à l’épaule et absence de narration, deux particularités que l’on observe dans plusieurs concepts de la téléréalité et qui rappel lent une tradition et un savoir-faire propres aux documentaires-vérités du début du XXe siècle. La caméra est nerveuse, la musique vient appuyer le drame et le montage est serré. Ainsi, lors du tournage de Survivor, on conservera 14 heures de tournage sur un total de 3000 heures, un ratio de 214 pour 1. Par ailleurs, chaque téléréalité respecte sensiblement la même structure : 1) un retour sur les événements de la semaine précédente ; 2) un défi ; 3) une compétition ; et 4) un vote final. En ce sens, la téléréalité s’apparente de plus en plus à un événement sportif ou à un concours de beauté. C’est dans cette compréhension du phénomème qu’Andrejevic (2002) définit, à son tour, la téléréalité.

D’abord, le fait que les personnages ne sont pas des acteurs professionnels, et ensuite, que l’action n’est pas décrite préalablement, le fait qu’ils ne se fondent pas sur la documentation de moments exceptionnels, mais sur le déroulement de la vie quotidienne. (Andrejevic, 2002 : 259)

17Cette définition comporte deux éléments constitutifs de la téléréalité : des acteurs non professionnels et des développements non scénarisés. La définition d’Andrejevic permet a) de distinguer la téléréalité des jeux-questionnaires, des comédies de situation et des talk-shows et (b) elle laisse la porte ouverte à différents formats de téléréalité. Elle exclut toutefois différents éléments constitutifs du genre : participation du public, montage scénarisé, cadre artificiel (maison, île, appartement), etc.

18Dans cet ouvrage, nous définirons la téléréalité selon trois critères qui nous paraissent essentiels.

  1. Il s’agit d’un format d’émission qui met en scène un « réel imaginaire » à l’aide de caméras qui simulent le plus souvent la prise d’images en continu par diverses techniques,
  2. un cadre artificiel avec de vraies personnes, connues ou inconnues, qui évoluent dans des conditions dramatisées et scénarisées par les médias, et
  3. un type d’émission qui demande souvent la participation active des téléspectateurs.

LES DIFFÉRENTES FORMES DE TÉLÉRÉALITÉ

19Dans les faits, la téléréalité a fini par prendre une foule de formes. Pour comprendre le phénomène de la téléréalité, il convient de les classer par catégories. Certaines émissions sont inspirées par des jeux sportifs. D’autres relèvent davantage de jeux relationnels. Il arrive aussi que dans certains cas, on observe des gens ordinaires dans des situations extraordinaires ou, à l’inverse, des gens extraordinaires dans des situations ordinaires.

20Paul Traudt (2004) fut l’un des premiers à classer les émissions de téléréalité en fonction de sous-genres : la justice, les émissions locales et l’information, les groupes et les conflits sociaux et l’aventure. Depuis cette époque, les émissions de téléréalité se sont largement diversifiées et l’on trouve de nombreux formats :

  • Le Gamedoc ou real-life soaps/concours d’élimination. La vie est un combat et seuls les plus forts survivront. C’est le format par excellence de la téléréalité. Il a été popularisé par Big Brother et Facteur de risque.
  • Les émissions de rencontre. L’amour reste une valeur sûre de la téléréalité, spécialement lorsqu’il s’agit de rencontre amoureuse et de coup de foudre. Deux exemples : Joe Millionaire et Blind Date.
  • Le docusoap. Certaines émissions mettent en compétition des gens qui ne se connaissaient pas auparavant dans des environnements divers : île, maison, appartement. The Real World, Loft Story et Temptation Island sont des exemples de docusoap.
  • Le concours de talents. Il est aussi ancien que la télévision. Le téléspectateur ne semble pas vouloir s’en lasser. Il s’appelle Star Académie, Talents Catelli ou MixMania.
  • Les célébrités. Certaines téléréalités misent sur des célébrités. Dans la plupart des cas, le téléspectateur observe le quotidien des stars : The Osbournes, Jessica Simpson dans Newlyweds ou The Anna Nicole Show. La chaîne de télévision spécialisée VH1 appelle ce genre d’émissions une celebreality.
  • Le sport. Ce format d’émission s’inspire et se concentre exclusivement sur les défis sportifs. Deux exemples : The Big Break et The Ultimate Fighter.
  • Le concours de transformation ou d’amélioration. Ce format joue sur l’insatisfaction du téléspectateur : insatisfaction physique (The Swan) ou désir de donner une nouvelle apparence à sa maison (Extreme Makeover ou Ma Maison Rona).
  • La caméra cachée et les impostures. Elles datent des débuts de la télévision. Le concept consiste à surprendre les gens, et dans certains cas, à les effrayer. Elles dérivent de Candid Camera, mise en ondes en 1948.
  • Les activités professionnelles. Ce format de téléréalité se concentre sur des activités professionnelles : la justice (COPS ou Court TV) ou la recherche d’emplois (The Apprentice ou America’s Next Top Model).

21Aussi différentes soient-elles, toutes ces émissions de téléréalité ont deux points en commun : 1) une recherche d’authenticité ; et 2) un intérêt marqué pour la quotidienneté (Dauncey, 1996 : 88 ; Dovey, 2001 : 135 ; Kilborn, 1994 : 425).

22Globalement, on peut dire qu’il y a actuellement deux genres de téléréalité. Il y a celui où l’on crée un univers pour les concurrents. C’est le genre privilégié par les émissions comme Survivor, Big Brother, Bachelor, etc. Et il y a celui où l’on braque des caméras pour regarder vivre des gens chez eux : Les Osbournes, Michèle Richard.

23Ce qui est commun là encore à toutes ces propositions de téléréalité, c’est leur habileté à offrir aux téléspectateurs un « divertissement sur le réel », c’est-à-dire un accès inédit à la vie d’autrui dans un contexte qui semble vrai et authentique.

L’authentique et le simulé, la sincérité et le calcul, le naturel et l’image : tout dans la téléréalité concourt à mettre en scène l’ambiguïté de la vérité. La téléréalité devient un vaste jeu sur le réel et sur sa représentation la plus véridique possible. (Desaulniers, 2004b : 31)

24Selon Damien Le Guay, philosophe et auteur de L’Empire de la téléréalité : « La télévision, d’époque en époque, semble vouloir s’approcher de plus en plus près de la réalité » (Le Guay, 2005 : 60). Elle permet à des millions de télévoyeurs de regarder, pendant des mois, des gens ordinaires manger, dormir, chanter, se disputer, draguer. Les participants deviennent du jour au lendemain des stars. Leur seule qualité est d’avoir été vus à la télévision.

Notes

1 Blair Witch Project ou Le projet Blair, en français, est un film à petit budget lancé en 1999 par Artisan Entertainment. Le film raconte l’histoire de trois jeunes étudiants qui se perdent dans la forêt durant le tournage d’un documentaire portant sur une légende locale. Après avoir été terrorisé pendant une semaine, chacun des étudiants disparaît sans laisser de traces. Le film est censé montrer les vraies bandes vidéo retrouvées sur les lieux du crime quelque temps plus tard.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540