Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Annexes

Annexe F. Bibliographie commentée

Mise à jour : avril 2007

Texte intégral

Il n’est pas question de vous accabler avec une bibliographie aussi plantureuse qu’exotique. Aucun des titres proposés ici n’est essentiel, au sens où il ne saurait être remplacé par quelque autre. Nous avons simplement choisi des ouvrages dont nous avons pu apprécier l’utilité.

Ce qu’il faut surtout retenir, ce sont les titres des catégories où on les a placés. Ainsi devez-vous absolument avoir sur votre table de travail des usuels du travail intellectuel, de la grammaire, du vocabulaire et du style, ainsi que certains ouvrages pratiques sur la rédaction (pour l’écrit, l’oral et l’audio-scripto-visuel). Lesquels ? Partez de nos suggestions et allez faire votre choix en librairie. Si vous voulez en profiter pour garnir un peu plus les rayons de votre bibliothèque, ce à quoi nous vous encourageons vivement, faites-le aussi avec les meilleurs écrivains français et québécois, anciens ou contemporains, ceux dont la plume est à l’origine de votre goût d’écrire, ceux qui vous inspirent. Car, à la fin, c’est votre compétence qui importe.

A – USUELS

Voici une liste d’ouvrages, dits « usuels », que tout rédacteur professionnel devrait garder près de son bureau.

Usuels de la grammaire

On imagine mal un rédacteur professionnel qui posséderait si bien ses connaissances grammaticales qu’il pourrait éviter toutes les embûches de la langue. Comme la langue française est ardue, il fera donc bien de se munir d’une bonne grammaire, fût-elle électronique, pour les situations plus contestées. Il existe de nombreuses grammaires et publications apparentées, comme celles qui suivent, dont la fréquentation le dépannera souvent au beau milieu d’une rédaction.

De Villers, Marie-Éva, Multidictionnaire de la langue française, 4e éd. Montréal, Québec Amérique, 2003, 1542 p.

Delatour et al., Nouvelle grammaire du français, Paris, Hachette, 2004, 368 p.

Grevisse, Maurice, Le bon usage, 13e éd. refondue par André Goose, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot, 2006, 1762 p.
— et André Goose, Nouvelle grammaire française, 3e éd., Louvain-la-Neuve, Duculot, 1995, 393 p.

Lefrançois, Pascale, L’orthographe déjouée, Montréal, Mondia, 1995, 632 p.

Nadeau, Marie et Carole Fisher, La grammaire nouvelle, Montréal, Gaétan Morin éd., 2006, 240 p.

Usuels des fautes fréquentes

Malgré le soin que le rédacteur apportera à l’écriture de ses textes, il lui arrivera sans doute de succomber occasionnellement au français ambiant, bourré de tournures fautives et d’anglicismes. Voici quelques ouvrages qui lui viendront alors en aide. N’oubliez pas toutefois que la faute d’hier est souvent pardonnée aujourd’hui, car la langue ne cesse d’évoluer.

Berthier, Pierre-Valentin et Jean-Pierre Colignon, Le français écorché, Paris, Belin, 1987, 265 p.
—, Ce français qu’on mal mène, Paris, Belin, 1991, 254 p.

Chouinard, Camil, 1500 pièges du français parlé et écrit, 3e édition, Montréal, Éd. La Presse, 356 p.

Forest, Constance et Denise Boudreau, Dictionnaire des anglicismes, Le Colpron, 4e éd., Montréal, Beauchemin, 2007, 368 p.

Hanse, Joseph, Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 3e éd., Louvain-la-Neuve, De Boeck-Duculot, 1994, 984 p.

Roux, Paul, Les difficultés du français dans les médias, 3e éd., Éd. La Presse, 2004, 288 p.

Usuels des usages typographiques

À la différence des règles grammaticales, qui sont assez stables, les usages typographiques varient beaucoup, et dans le temps et dans le lieu. Ce qui était admis hier ne l’est plus aujourd’hui. Ce qui est imposé à Paris est parfois jugé fautif chez nous. Même chez les linguistes du gouvernement du Québec, on n’applique pas nécessairement les mêmes lois que chez leurs homologues d’Ottawa. Le rédacteur professionnel fera donc son choix à partir des usages les plus fréquents dans son milieu ou, à défaut, en comparant, par exemple, les ouvrages suivants.

Guide du rédacteur, Ottawa, Gouvernement du Canada, Bureau de la traduction, 1996, 319 p.

Guilloton, Noëlle et Hélène Cajolet-Laganière, Le français au bureau, 6e éd., Québec, Publications du Québec, 2005, 754 p.
Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale de Fance, 2002, 198 p.

Ramat, Aurel, Le Ramat de la typographie, 8e éd., Montréal, Aurel Ramat, 2005, 224 p.

Usuels du vocabulaire

Il est question ici de vocabulaire courant, non de terminologie où, pour chaque domaine de la technologie, les gouvernements du Canada et du Québec ont publié de nombreux opuscules spécialisés, ceux de l’Office de la langue française étant aujourd’hui rassemblés dans le Grand Dictionnaire terminologique, accessible par Internet. Nous pensons plutôt lexicographie simple. Et ce, sous deux aspects. Tout d’abord, il nous semble qu’un rédacteur a intérêt à bien distinguer les multiples sens des mots ; en second lieu, nous croyons qu’il devrait être capable de mettre en contact les mots qui font le pont entre des idées connexes. Outre les dictionnaires usuels (Robert, Larousse, etc.), voici donc quelques suggestions d’ouvrages utiles.

Du Chazaud, Bertaud, Dictionnaire de synonymes et mots de sens voisin, Paris, Gallimard, 2005, 1854 p.

Dupuis, Hector et Romain Légagé, Dictionnaire des synonymes et des antonymes, Montréal, Fides, 2001

Pivot, Bernard, 100 mots à sauver, Paris, Albin Michel, 2004, 124 p.

Rouaix, Paul, Dictionnaire des idées suggérées par les mots, Paris, Armand Colin, 1994 [éd. de 1897 réimprimée sans retouches], 540 p.

Voir également les nombreux ouvrages de Larousse et de Robert, couvrant une multitude de domaines, dont ceux-ci :

Delas, Daniel, Dictionnaire des idées par les mots, Paris, Le Robert, 1978, 610 p.

Maquet, Charles, Dictionnaire analogique, Paris, Larousse, 1971, 592 p.

Rey, Alain, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, deux tomes, 2388 p.

Voir également le Grand Dictionnaire terminologique, ouvrage en ligne de l’Office québécois de la langue française.

Usuels du style

On crée rarement le style. On l’emprunte. À qui ? Aux meilleurs écrivains. Mais comment ne pas les imiter servilement ? Grâce à des ouvrages comme ceux-ci, qui favorisent ces habiles associations de mots dont est constitué le style. Apprenez à jouer avec les mots et les phrases. Trouvez-y du plaisir.

Beauchesne, Jacques, Dictionnaire des cooccurrences, Montréal, Guérin, 2001, 402 p.

Duneton, Claude, La puce à l’oreille, Paris, Balland, 2002, 509 p.

Fleury, Marie-Josée et Francine Prévost, Écrire, labeur et plaisir, Montréal, Québec Amérique, 2004, 256 p.

Perret, Pascal, Libérer son écriture et enrichir son style, Paris, Victoires, 2007, 256 p.

Rouleau, Maurice, Est-ce un à, de, en, par, pour, sur ou avec ? Montréal, Linguatech, 2002, 273 p.

Tisseyre, Pierre, L’art d’écrire, Montréal, Éd. Pierre Tisseyre, 1993. Réédité en 2006.

Voir également les ouvrages de Larousse et de Robert, dont les suivants :

Montreynaud, Florence, Agnès Pierron et François Suzzoni, Dictionnaire de proverbes et dictons, Paris, Le Robert, 1989, 756 p.

Oster, Pierre, Dictionnaire des citations françaises, Paris, Le Robert, 1978, 1626 p.

Rey, Alain et Sophie Chantreau, Dictionnaire des expressions et locutions figurées, Paris, Le Robert, 1979, 1036 p.

B – PRÉSENTATION

On ne saurait se prétendre rédacteur professionnel sans posséder une méthode personnelle et rigoureuse de travail intellectuel. Chacun acquiert la sienne au fil de ses études. Les ouvrages suivants vous aideront à trouver votre voie. Ils se divisent en deux catégories : certains vous donnent des conseils pour vous mettre dans des dispositions intellectuelles favorables ; d’autres, plus techniques, vous indiquent plutôt comment il faut chercher, classer et organiser.

Clerc, Isabelle et Éric Kavanagh, De la lettre à la page Web, Québec, Les Publications du Québec, 2006, 376 p.

Deshaies, Bruno, Méthodologie de la recherche en sciences humaines, Montréal, Beauchemin, 1992, 400 p.

Dionne, Paul, Pour réussir : Guide méthodologique pour les études et la recherche, Laval, Études vivantes, 1993, 224 p.

Giroux, Aline et Renée Forgette-Giroux, Penser, lire, écrire, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1989, 76 p.

Giroux, Sylvain, Méthodologie des sciences humaines : la recherche en action, 2e éd., Montréal, Éd. du renouveau pédagogique, 2002, 262 p.

Grand’maison, Jacques, Quand le jugement fout le camp, Montréal, Fides, 1999, 234 p.

Grignon, Jean, De l’écriture à l’édition, Québec, Arion éd., 2005, 106 p.

Guitton, Jean, Le travail intellectuel, Paris, Aubier, 1997, 189 p.

Sauvé, Madeleine, Qu’est-ce qu’un livre ? De la page blanche à l’achevé d’imprimer, Montréal, Fides, 2006, 336 p.

Tremblay, Robert, Savoir faire : précis de méthodologie pratique, 2e éd. Montréal, McGraw-Hill, 1994 [1989], 322 p.

C – PREMIÈRE PARTIE (CHAPITRES 1, 2, 3)

Comme nous l’avons montré au chapitre 2 de cet ouvrage, la rédaction de communications publiques s’inscrit dans le secteur plus vaste de la communication en public, qui comprend en outre la communication publique (au singulier) et la communication publicitaire. Cette communication en public est elle-même l’une des deux dimensions de la communication humaine (l’autre étant la communication privée). Pour ne pas s’y perdre, il suffit de revoir le tableau 2.1. Et pour approfondir ces essentielles distinctions, voici quelques titres.

Aranguren, J. L., Sociologie de l’information, Paris, Hachette, 1967, 252 p.

Baudrillard, Jean, Le système des objets, Paris, Gallimard, 1978, 288 p.

Charron, Danielle, Une introduction à la communication, Québec, Télé-université, 1989, 272 p.

Duchesne, Alain et Thierry Leguay, Le jeu de l’oie de l’écrivain, Paris, Robert Laffont, 1997, 312 p.

Fontaine, Jean-Paul, L’aventure du livre : du manuscrit médiéval à nos jours, Paris, Bibliothèque de l’image, 1999, 192 p.

Jean, Georges, L’écriture mémoire des hommes, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 24, 1987, 224 p.

Lazar, Judith, La science de la communication, 2e éd., Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2634, 1993, 128 p.

Maisonneuve, Danielle, Jean-François Lamarche et Yves St-Amand, Les relations publiques dans une société en mouvance, 3e éd., Québec, Presses de l’Université du Québec, 2003, 405 p.

Nadeau, Jean-Benoît, Écrire pour vivre, Montréal, Québec Amérique, 2007, 424 p.

Simard, Jean-Paul, Guide du savoir écrire, Montréal, Éd. de l’Homme, 2005, 534 p.

Yaguello, Marina, Catalogue des idées reçues sur la langue, Paris, Seuil, collection Points, 2004, 168 p.

Zémor, Pierre, La communication publique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2940, 2005, 128 p.

D – DEUXIÈME PARTIE (CHAPITRES 4, 5, 6)

Les publics

Pour qu’une rédaction de communications publiques soit efficace, il faut d’abord centrer son attention sur le public visé (chapitre 4). Les ouvrages qui suivent comportent, à cet égard, des pages fort utiles.

Arcand, Richard et Nicole Bourbeau, La communication efficace : de l’intention aux moyens d’expression, Montréal, CEC, 1995, 426 p.

Bleton, Paul et Christian-Marie Pons, Écriture de communication, Québec, Télé-Université, 1993, 216 p.

Dalpé, Murielle, Introduction aux relations publiques, 3e éd., Québec, Télé-Université, 2004, 27 p.

Dufour, Hélène, Introduction aux communications d’affaires, 3e éd., Montréal, Chenelière/McGraw Hill, 2004, 390 p.

Kerloc’h, Anne, Le synopsis, présenter et vendre ses sujets, Paris, Victoires, 2007, 144 p.

Maisonneuve, Danielle, Les relations publiques : le syndrome de la cage de Faraday, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004, 311 p.

Malo, Marie, Guide de la communication écrite, Montréal, Québec Amérique, 2003, 322 p.

Oury, Pascaline, Rédiger pour être lu, Bruxelles, De Boeck Université, 2000, 218 p.

Richaudeau, François, Écrire avec efficacité, Paris, Albin Michel, 1992, 200 p.

Les messages

Au chapitre 5, on a montré que les communications publiques devaient distinguer clairement le contenu de l’information et le message persuasif sous-jacent. Voici quelques ouvrages dont la lecture pourrait vous aider à faire cette distinction.

Chouinard, Patricia et Jean-Louis Lessard, La communication écrite, Québec, Le Griffon d’argile, 1991, 152 p.

Garneau, Jacques, Pour réussir un texte argumentatif, Montréal, Trécarré, 1997, 138 p.

Moffet, Jean-Denis, Je pense, donc j’écris : guide de rédaction de textes informatifs, Montréal, ERPI, 1993, 138 p.

Poupart, Jean-Marie, J’écris tout le temps : par besoin, par plaisir, par passion, Montréal, Leméac, 2003, 153 p.

Saint-Pierre, Jocelyn, Histoire de la tribune de la presse à Québec, 1871-1959, Montréal, vlb éditeur, 2007, 320 p.

Tremblay, Robert, L’écritoire, Montréal, McGraw-Hill, 1991, 192 p.

La séduction

Nous avons insisté sur le fait que le message de communications publiques devait être construit de manière à séduire son public. Mais qu’est-ce que la séduction ? Et comment la distinguer de ses contrefaçons ? Voici quelques ouvrages de base.

Arcand, Richard, Le plaisir des mots : jeux de mots sur l’amour, la séduction et le couple, Montréal, Éd. de l’Homme, 2006, 361 p.

Baudrillard, Jean, De la séduction, Paris, Denoël/Gonthier, 1981, 248 p.

Breton, Philippe, La parole manipulée, Paris, La Nouvelle Découverte/Poche, 2000, 222 p.

Chomsky, Noam et Robert W. McChestney, Propagande, médias et démocratie, Montréal, Écosociété, 2000, 202 p.

Domenach, Jean-Marie, La propagande politique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je », 448, 1962, 128 p.

Fleet, Richard, La séduction : vérités et mensonges, Montréal, Libre Expression, 2001, 262 p.

Tchakhotine, Serge, Le viol des foules, Paris, Gallimard, 1952, 608 p.

Turchet, Philippe, Les codes inconscients de la séduction, Montréal, Éd. du Club Québec-Loisirs, 2004, 188 p.

E – TROISIÈME PARTIE (CHAPITRES 7, 8, 9)

Aux chapitres 7, 8 et 9, nous avons montré trois situations types qui donnent une couleur particulière aux messages de communications publiques. En effet, vous n’écrirez pas de la même manière selon que la personne ou l’entreprise dont vous faites la promotion sera connue ou pas et selon que son image publique sera positive ou négative. Les lectures qui suivent vous aideront à approfondir ces distinctions.

Chouchan, Lionel, L’événement, Paris, Presses du management, 2000, 218 p.

Corriveau, Raymond, Le plan de communication : une approche pour agir en société, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004, 201 p.

Dagenais, Bernard, Le communiqué ou l’art de faire parler de soi, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1997, 192 p.
—, Le plan de communication : l’art de séduire ou de convaincre les autres, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2004, 370 p.
Devirieux, Claude Jean, Pour une communication efficace, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2007, 195 p.

Dufresne, Jean-V., Journaliste de métier, Montréal, Leméac, 2003, 173 p.

Dupuy, Emmanuel et Yves Cintas, Communiquer avec la presse, Paris, Éditions d’organisation, 1990, 158 p.

Gergely, Thomas, Information et persuasion : écrire, Bruxelles, De Boeck, 1992, 234 p.

Jamet, Claude et Anne-Marie Jannet, La mise en scène de l’information, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1999, 300 p.
—, Les stratégies de l’information, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1999, 316 p.

Lardellier, Pascal, Le journal d’entreprise, Paris, Éditions d’organisation, 1998, 222 p.

Sormany, Pierre, Le métier de journaliste, Montréal, Boréal, nouvelle édition, 2002, 494 p.

Timbal-Duclaux, Louis, Savoir écrire dans l’entreprise, Paris, Retz, 1992, 224 p.

Voirol, Michel, Guide de la rédaction, Paris, Victoires, 2006, 111 p.

F – QUATRIÈME PARTIE (CHAPITRES 10, 11, 12, 13)

L’écrit

Le chapitre 10 traitait de la façon de rédiger un texte destiné à être parcouru des yeux par le public. Ce mode de rédaction constitue, en fait, la base du livre. Comme vous vous en rendrez compte, presque tous les ouvrages proposés jusqu’ici, dans cette biblio graphie, sans oublier les usuels, traitent, d’une façon ou d’une autre, de l’art d’écrire. Reportez-vous-y donc.

L’oral

Le chapitre 11 considérait le texte qui sera lu à haute voix et, donc, entendu par le public. Aux ouvrages qui précèdent sur l’art d’écrire, ajoutons-en quelques-uns sur cette façon particulière d’écrire que requiert une présentation orale.

Barnabé, Réal, Guide de rédaction, Montréal, Société Radio-Canada, 1994, 134 p.

Bernardy, Michel, Le jeu verbal, Paris, L’Aube, 1994, 212 p.

Brissard, Françoise, Pour réussir un exposé, Monaco, Éditions du Rocher, 1991, 48 p.

Charon, Yvan, L’interview à la télévision, Paris, Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, 1989, 96 p.

Chassé, Dominique et Richard Prégent, Préparer et donner un exposé, 2e éd., Montréal, Presses internationales Polytechnique, 2005, 79 p.

Prescott, Édith, Parler en public, Montréal, Éd. Transcontinental, 2005, 195 p.

Ruyet, Octave, Un discours pour toutes les circonstances, Paris, De Vecchi Poche, 2000, 158 p.

Sauvé, Claude, Faire dire. L’interview à la radio-télévision, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Paramètres », 2000, 248 p.

Simard, Nicole, Le savoir-dire en affaires, Montréal, Éd. Isabelle Quentin, 2007, 160 p.

Simonet, Renée, L’exposé oral, Paris, Éditions d’organisation, 1989, 96 p.

Sorzana, Catherine, La prise de parole en public, Paris, Victoires, 2004, 176 p.

Thibault, Richard, Osez parler en public, Québec, Éd. MultiMondes, 2006, 247 p.

Vachon, Nicole, Communications orales d’affaires, 3e éd., Mont-Royal, Groupe Modulo, 2006, 148 p.

L’audiovisuel

Une rapide visite de l’audiovisuel, au chapitre 12, vous aura permis de saisir à quel point le style de l’écriture (appelé scénario) doit s’adapter à une condition de présentation où l’image domine. Nous vous proposons donc quelques ouvrages qui ouvrent des pistes à cet égard.

Beylot, Pierre, Le récit audiovisuel, Paris, Colin, 2005, 242 p.

Bourgeois, Charlotte, Les métiers de l’audiovisuel, 5e éd., Levallois-Perret, Studyrama, 2005, 261 p.

Cloutier, Jean, La communication audio-scripto-visuelle, Montréal, Didier, 1978, 362 p.
—, Petit traité de communication : emerec, à l’heure des technologies numériques, Montréal, Carte blanche, 2001, 102 p.

Ganz, Pierre, Le reportage radio et télé, Paris, Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, 1988, 96 p.

Heller, Thomas, La communication audiovisuelle d’entreprise, Paris, Éditions d’organisation, 1990, 224 p.

Katz, Steven D., Réaliser ses films plan par plan, Paris, Eyrolles, 2005, 331 p.

Laurent, Gérard, Cours de télévision, 3e éd., Paris, Dunod, 2006, 360 p.

Litts, Marc, Du 11 septembre à la riposte : les débuts d’une nouvelle guerre médiatique, Bruxelles, De Boeck, 2004, 153 p.

Marillac, Alain, La scénarisation, Montréal, Éd. Quebecor, 2007, 140 p.

Masson, Mario, L’autoroute de l’information, Montréal, Pierre Tisseyre, 1995, 128 p.

Mouriquand, J., Pratique du documentaire télévisé, Paris, Victoires, 2004, 96 p.

Negroponte, Nicholas, L’homme numérique, Paris, Robert Laffont, 1995, 296 p.

Internet

Les quelques ouvrages qui suivent ne constituent que le dessus du panier d’une multitude de textes, imprimés ou numérisés, qui tentent de suivre l’évolution fulgurante d’Internet.

Crouzet, Thierry, Le cinquième pouvoir : comment Internet bouleverse la politique, Paris, Bourin éd., 2007, 288 p.

Fayon, David, Clés pour Internet, Paris, Économica, 2006, 176 p.

Gualino, Jacques, Dictionnaire pratique, informatique Internet nouvelles technologies de l’information et de la communication, Paris, Gualino, 2006, 507 p.

Houste, François et P. E. Muller, Streaming : créez et diffusez votre propre radio et télé sur Internet, Paris, MicroApplication, 2005, 619 p.

Levine, John et al., Internet pour les nuls, 7e éd., Paris, First Interactive, 2007, 400 p.

Oullion, Jean-Michel, Les métiers de l’Internet, Paris, L’Étudiant, 2006, 284 p.

Sallinen, David, Les clés pour publier en ligne, Paris, Victoires, 2007, 122 p.

G – LA LANGUE PARLÉE AU QUÉBEC

Le rédacteur ne peut échapper aux débats sur la langue parlée et écrite au Québec. Il lui faudra souvent jouer l’arbitre et prendre position au sein de l’entreprise. C’est un des multiples volets de la compétence qu’on attend de lui. Qu’il sache qu’il ne manquera pas de soutien dans ses recherches. En effet, de nouveaux titres sortent, année après année, certains pour affirmer que notre langue s’améliore, d’autres pour déclarer, au contraire, qu’elle tombe en lambeaux. Alors, vous avez l’embarras du choix.

Bouchard, Chantal, La langue et le nombril, Montréal, Fides, 1998, 306 p.

Conseil de la langue française, Le français au Québec : 400 ans d’histoire et de vie, Montréal, Fides, 2000, 516 p.

Desruisseaux, Pierre, Dictionnaire des expressions québécoises, nouvelle édition, Montréal, Hurtubise HMH, 2003, 476 p.

Dor, Georges, Anna braillé ène shot, Montréal, Lanctôt, 1996, 192 p.

Forest, Jean, Anatomie du québécois, Montréal, Triptyque, 1996, 342 p.

Lamonde, Diane, Le maquignon et son joual, Montréal, Liber, 1998, 221 p.

Melançon, Benoît, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004, 240 p.

Meney, Lionel, Dictionnaire québécois français, Montréal, Guérin, 1999, 1884 p.

Poirier, Claude, Dictionnaire historique du français québécois, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1998, 642 p.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search