Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Annexes

Annexe A. Un jeu de rôles

Texte intégral

1Voici une façon d’améliorer votre performance de rédacteur au moment d’une crise : un jeu de rôles qui se tient au plus près d’une réalité vraisemblable. Pourquoi un jeu de rôles pour illustrer l’urgence ? Parce qu’on ne vit une situation d’urgence qu’à un point précis de son déroulement ; la perspective qu’on a de la crise est donc toujours partielle. Il faut du doigté pour se sensibiliser à un ensemble qu’on ne voit pas.

2Ainsi, dans le jeu de rôles semé d’embûches qui suit, vous aurez à choisir parmi quatre personnages devant faire face à une crise. Vous ne serez donc que l’un des acteurs de l’intrigue. Ce n’est qu’à la fin, au moment de l’examen rétrospectif, que vous découvrirez quel était le rôle des autres et si la façon de jouer le vôtre a contribué à dénouer la crise.

3Le jeu consiste à rédiger un texte. Quel que soit le rôle que vous aurez choisi, vous aurez exactement vingt minutes, chrono en main, pour le faire. Ce minutage est important. Vu que nous étudions ici les situations de crise et d’urgence, il est essentiel pour votre apprentissage de terminer cette rédaction dans le temps imparti. C’est la seule façon pour vous de savoir si vous pouvez faire face au stress.

4Pour que l’exercice vous soit utile, vous ne devez lire que les consignes rattachées au rôle que vous aurez choisi. Votre légitime curiosité sera récompensée à la fin, alors que vous découvrirez les consignes des autres rôles. Si vous en observez bien les règles, ce jeu vous sera fort utile. Il vous aidera, le cas échéant, à déployer votre talent de rédacteur dans un temps restreint et « dans l’œil de l’ouragan ».

ÉTAPE A : LES DONNÉES DU JEU DE RÔLES

5Voici votre choix de rôles : n’en prenez qu’un seul. Lisez la consigne rattachée à ce rôle et rédigez, en vingt minutes, le texte qu’on vous demandera d’écrire.

6Rôle 1 : Attaché de presse de la ministre de l’Éducation.

7Rôle 2 : Relationniste à l’Université de Montréal.

8Rôle 3 : Militant étudiant.

9Rôle 4 : Agent de sécurité.

Rôle 1 : attaché de presse de la ministre de l’Éducation

10Vous êtes attaché de presse pour la ministre de l’Éducation. En ce jour, vous jouerez un rôle important dans une crise à l’Université de Montréal.

11 17 h 05 : Assis auprès d’un technicien du son, dans un studio de radio, vous écoutez ce que la ministre de l’Éducation est en train de déclarer. Celle-ci annonce, en effet, que – malgré ses propos antérieurs – un krach soudain de la Bourse l’oblige à autoriser les universités à doubler les droits de scolarité, si on le juge nécessaire, et même à les tripler pour les certificats.

12 17 h 20 : La déclaration terminée, vous saluez la ministre qui doit se rendre à un important dîner offert par le maire de Québec. Puis, tout en vérifiant son programme d’activités pour le lendemain, vous écoutez distraitement les inévitables commentaires que font en ondes trois sociologues, « grands connaisseurs » en éducation, sur la déclaration de la ministre.

13 17 h 45 : Vous recevez un appel inquiet du recteur de l’Université de Montréal. Celui-ci veut absolument parler à la ministre. C’est « vraiment urgent ».

14 17 h 50 : Le recteur appelle de nouveau. Il vous informe qu’il est prisonnier dans son bureau, otage d’une bande d’étudiants qui ne veulent rien entendre aux propos de la ministre. Elle doit absolu ment faire quelque chose.

15 17 h 55 : Vous réussissez à joindre la ministre, qui n’a pas le temps de parler au recteur. Elle vous demande d’émettre en son nom un bref communiqué « rassurant » à l’intention des médias. Vous y informerez la population que sa décision se voulait la moins démotivante possible dans les circonstances et que les recteurs des universités ont tous été consultés avant sa déclaration. Quant aux organisations étudiantes, elle n’avait pas le temps de les appeler : il fallait prendre une décision très vite.

16 18 h  : La ministre raccroche. Vous avez vingt minutes pour écrire ce texte. Passez ensuite à l’étape B.

Rôle 2 : relationniste à l’Université de Montréal

17Vous êtes relationniste à l’Université de Montréal. En ce jour, vous jouerez un rôle important dans une crise à l’Université.

18 17 h 05 : À la demande du recteur, vous vous trouvez dans son bureau, en compagnie de quelques officiers de l’Université, pour écouter, à la radio, la déclaration que la ministre de l’Éducation est en train de faire. Celle-ci annonce, en effet, que – malgré ses propos antérieurs – un krach soudain de la Bourse l’oblige à autoriser les universités à doubler les droits de scolarité, si on le juge nécessaire, et même à les tripler pour les certificats.

19 17 h 20 : La déclaration terminée, le recteur vous avise que la ministre l’avait déjà prévenu de ses propos et que son conseil s’était réuni d’urgence au cours de l’après-midi pour en tirer les conclusions. S’il vous avait fait venir à son bureau, c’était pour pré parer un communiqué dans lequel il annoncerait que l’Université de Montréal n’avait pas l’intention d’appliquer uniformément la hausse des droits de scolarité autorisée, encore moins de les doubler ou tripler. Pour l’année à venir, il n’effectuerait que des hausses limitées : 25 % pour les certificats, 50 % pour les programmes contingentés, quitte à trouver ailleurs les sommes manquantes.

20 17 h 30 : Tandis que vous préparez le brouillon du communiqué, un agent de sécurité entre en trombe dans le bureau : des militants étudiants, venus d’on ne sait où, franchissent présentement les grandes portes en criant des slogans menaçants... il faut tout verrouiller. Ce qui est fait. Votre communiqué est devenu inutile.

21 17 h 45 : Vous entendez les sirènes de police. Par la fenêtre vous voyez la ronde des gyrophares. Le recteur essaie désespérément de joindre la ministre au téléphone. Il est pris en otage, ne peut sortir. Vous observez la scène.

22 17 h 55 : L’agent de sécurité de tout à l’heure revient à la porte, accompagné d’un officier de police. Ce dernier dit au recteur qu’il serait risqué d’affronter les étudiants à ce moment-ci, qu’il vaut mieux attendre qu’ils se calment. Il invite toutefois la direction à préparer un bref communiqué sur les événements à l’intention des journalistes qui piaffent dehors. Le recteur vous confie ce mandat qu’il n’a pas le temps de superviser. Vous avez vingt minutes pour écrire ce texte. Passez ensuite à l’étape B.

Rôle 3 : militant étudiant

23Vous êtes un militant très engagé au sein de l’Association générale des étudiantes et des étudiants de l’Université de Montréal. En ce jour, vous jouerez un rôle important dans une crise à l’Université.

24 17 h 05 : Vous participez avec d’autres militants étudiants, réunis dans la salle de l’Association, à une réunion de stratégie sur la sécurité des femmes dans les pavillons, le soir. Soudain, quelqu’un signale la déclaration que la ministre de l’Éducation est en train de faire à la radio. Celle-ci annonce, en effet, que – malgré ses propos antérieurs – un krach soudain de la Bourse l’oblige à auto riser les universités à doubler les droits de scolarité, si on le juge nécessaire, et même à les tripler pour les certificats.

25 17 h 20 : La déclaration terminée, tout le monde bondit : « Pas question ! » Quelqu’un lance le slogan : « La Bourse/à New York !/Les bourses/aux étudiants ! » On entend des cris de « Traître ! Menteur ! » à l’endroit du gouvernement. Après une brève discussion, il est décidé qu’on occupera le bureau du recteur, situé à deux pas, tant que l’Université n’aura pas promis de maintenir le statu quo ou, tout au moins, de compenser par l’octroi de bourses aux étudiants les plus menacés. « Que l’Université de Montréal se fasse aider par la grande entreprise, comme ils font à McGill ! » clame Jeannette Reid, présidente de l’Association.

26 17 h 30 : Avisé sans doute par le Service de sécurité, le recteur a verrouillé sa porte. Tant pis, on « campera » le temps qu’il faudra. L’occupation du hall commence et le flot des étudiants s’enfle de minute en minute.

27 17 h 45 : Le son des sirènes de police et la lumière des gyrophares vous laissent pressentir que l’occupation ne va pas se dérouler dans le calme. En effet, les policiers établissent rapidement une frontière entre vous et l’extérieur (pour empêcher d’autres étudiants de grossir vos rangs), tandis que les agents de sécurité de l’Université protègent le bureau du recteur. On a pris les protestataires en sandwich.

28 17 h 55 : L’officier responsable des forces de police s’approche de votre présidente et l’informe qu’il souhaite éviter tout affrontement. Il acceptera même, sans autre exigence pour l’instant, que le groupe prépare un communiqué à l’intention des journalistes. C’est vous qu’on désigne pour cette tâche. Vous avez vingt minutes pour écrire ce texte. Passez ensuite à l’étape B.

Rôle 4 : agent de sécurité

29Vous êtes agent de sécurité au service de l’Université de Montréal. En ce jour, vous jouerez un rôle important dans une crise à l’Université.

30 17 h 05 : Il reste moins d’une heure avant la fin de votre journée de travail... une autre, comme les précédentes, à circuler de corridor en corridor... dans un bâtiment où tout respire le savoir... Vous auriez tant aimé pouvoir vous instruire vous aussi. Votre ronde routinière vous conduit ainsi, comme chaque jour, au bureau de la secrétaire du recteur où vous devez pointer. D’habitude, la secrétaire a un mot gentil pour vous. Pourtant, ce soir, elle n’a d’attention que pour la déclaration que la ministre de l’Éducation est en train de faire à la radio. Celle-ci annonce, en effet, que – malgré ses propos antérieurs – un krach soudain de la Bourse l’oblige à autoriser les universités à doubler les droits de scolarité, si on le juge nécessaire, et même à les tripler pour les certificats.

31 17 h 20 : La déclaration terminée, vous poursuivez votre tournée en pensant à la chance qu’ont ces jeunes de se préparer à un emploi intéressant et bien rémunéré... – des droits de scolarité aujourd’hui, c’est mieux que du B. S. demain... – et au luxe du bureau du recteur : « Ce sont nos taxes qui paient pour ça. » Ce n’est pas vous qui auriez assez d’argent pour en risquer à la Bourse.

32 17 h 30 : Vous voici soudain face à face avec un groupe d’étudiants en furie qui hurlent en chœur : « Chez le recteur, chez le recteur ! » Vous vous précipitez au bureau du recteur, faites verrouiller les portes et communiquez avec la centrale pour qu’on fasse venir les policiers municipaux afin d’éviter les débordements.

33 17 h 45 : Le son des sirènes de police et la lumière des gyrophares vous préviennent que les policiers arrivent. Tandis que vous – et d’autres gardiens accourus rapidement – protégez le recteur, les policiers encerclent les manifestants.

34 17 h 55 : Vous voyez le responsable de la police parlementer avec les étudiants. Puis, accompagné de quelques agents, il vous demande de déverrouiller le bureau du recteur, avec lequel il discute aussi quelques instants. Il vous informe ensuite que le recteur et le leader des étudiants rédigeront chacun un communiqué et que votre tâche consistera à les remettre aux journalistes. On vous laissera passer. « C’est mon heure ! » vous dites-vous. « Aux deux communiqués, je joindrai une note personnelle sur ce que je pense, moi, des étudiants et des recteurs ! » Vous avez vingt minutes pour écrire ce texte. Passez ensuite à l’étape B.

ÉTAPE B : EXEMPLES DE TEXTES PRODUITS POUR CE JEU

35Ce jeu de rôles a été réalisé à plusieurs reprises dans le cadre du cours Rédaction et communications publiques de l’Université de Montréal. Session après session, il a remporté un vif succès parce que les étudiants pouvaient rapidement y découvrir leurs forces et leurs faiblesses. Pour vous aider à en tirer le meilleur parti possible, nous l’analyserons progressivement. Nous présenterons d’abord – et commenterons sans ménagement – quatre textes, un par rôle, produits en classe par des étudiants (étape B). Nous vous ferons ensuite découvrir un cinquième acteur, celui qui détient la clé du jeu, le journaliste à qui ont été remis les communiqués (étape C). Nous donnerons enfin une vue d’ensemble des rôles, avec leur chronologie (étape D).

36Voici d’abord des exemples de textes (un par rôle) rédigés par des étudiants du cours Rédaction et communications publiques. Leurs nombreuses erreurs vous permettront de percevoir la difficulté de l’exercice.

Texte du rôle 1 : attaché de presse de la ministre de l’Éducation

37Rappelons-nous que le mandat consistait à rédiger un communiqué « rassurant » à l’intention des médias, où la ministre informerait la population que sa décision se voulait la moins démotivante possible dans les circonstances, tout en rappelant que les recteurs des universités avaient été consultés avant cette déclaration. Pour ce qui est des organisations étudiantes, la ministre n’avait pas eu le temps de les appeler.

Bureau de la ministre de l’Éducation du Québec
COMMUNIQUÉ
Hausse des droits de scolarité : un complément d’information
Le xx yyyy zz
Pour diffusion immédiate
Québec – Certains étudiants ont réagi hâtivement à l’exposé que la ministre vient de faire à propos des droits de scolarité. À cet égard, la ministre tient à rappeler que le choc boursier auquel elle a dû faire face perturbe tous les secteurs de la vie économique et sociale. Les étudiants ne seront sûrement pas les seuls affectés. En autorisant une hausse des droits de scolarité, elle a simplement tenté de parer au plus pressé tout en se comportant de la façon la plus équitable possible dans les circonstances.
La ministre précise en outre, de nouveau, que cette hausse n’est pas obligatoire, mais que chaque université a le loisir de l’appliquer de la manière qui lui paraît opportune. Chacun des recteurs en a été informé et seul le manque de temps a empêché la ministre de prendre contact avec les organisations étudiantes, qu’elle rencontrera d’ailleurs dès demain.
– 30 –
Source :
Pour renseignements :

38L’étudiant qui a rédigé ce communiqué a, de façon générale, retenu la consigne. Il a toutefois ajouté une information, de son cru, en prétendant que la ministre se proposait de rencontrer les organisations étudiantes dès le lendemain. Vous aurez l’occasion de mesurer les conséquences de cette erreur... qui lui ferait vite perdre son poste s’il était véritablement attaché de presse de la ministre.

Texte du rôle 2 : relationniste à l’Université de Montréal

39Le mandat consistait ici à préparer un bref communiqué sur les événements en cours, à l’intention des journalistes qui s’impatientaient à l’extérieur. Il n’y avait donc aucune information précise imposée dans la consigne. Voyez comment un étudiant a formulé le communiqué du relationniste.

Université de Montréal
COMMUNIQUÉ
Pour mettre fin à l’impasse
Le xx yyyy zz
Pour diffusion immédiate
Le recteur de l’Université de Montréal tient à rassurer la population étudiante à la suite de la déclaration faite aujourd’hui par la ministre de l’Éducation à propos des droits de scolarité. Malgré les nombreuses compressions qu’il a connues au cours des dernières années, le monde universitaire est de nouveau confronté à des difficultés financières. L’enseignement supérieur demeure pourtant une priorité de la société québécoise. La direction de l’Université comprend la détresse des étudiants qui manifestent ce soir devant sa porte. Elle se veut accueillante à un dialogue sans confrontation. Ce n’est qu’en mettant ensemble l’épaule à la roue qu’il sera possible de sortir de l’impasse et d’assurer une formation ouverte à tous.
– 30 –
Source :
Pour renseignements :

40La contrainte était si mince que l’auteur de ces lignes pouvait écrire n’importe quoi. À lui, alors, de juger ce qui était le plus judicieux de communiquer. Les étudiants occupaient l’établissement ; il était donc de bon ton de faire appel au dialogue et de choisir des mots susceptibles d’apaiser les esprits. Ce qu’il a fait.

41Mais il a oublié l’essentiel : dire quelles mesures l’Université entendait prendre. En effet, l’Université s’apprêtait à annoncer des hausses limitées à 25 % pour les certificats et de 50 % pour les programmes contingentés, ce qui sous-entendait que les autres programmes ne seraient pas touchés.

42Il nous semble que les étudiants auraient mis fin assez vite à l’occupation s’ils avaient été informés de ces réserves. Or, dans les circonstances de l’occupation du bureau du recteur, les étudiants ne pouvaient en être informés que si ces données étaient d’abord transmises aux journalistes par le biais de ce communiqué. L’oubli de notre apprenti rédacteur était majeur ; la conséquence pourrait bien être un inutile prolongement de la crise.

Texte du rôle 3 : militant étudiant

43Dans ce cas-ci, comme dans le précédent, le mandat était assez flou : tout simplement préparer un communiqué à l’intention des médias.

Les étudiants disent NON
Le xx yyyy zz
Pour diffusion immédiate
À la suite de la déclaration de la ministre de l’Éducation, qui autorise les universités, dont l’Université de Montréal, à doubler les droits de scolarité, nous, les étudiants, n’entendons pas assumer les coûts d’une brusque chute boursière. Nous tenons à faire part, de vive voix, au recteur de notre opposition à une quelconque augmentation des droits de scolarité. Tout ce que nous voulons, c’est que le recteur fasse une déclaration.
– 30 –

44L’auteur de ce texte s’est vite trouvé en panne d’inspiration. Après un début qui laissait présager un document ferme, comme il est normal qu’on le fasse en pareilles circonstances, il a laissé tomber une petite phrase aussi invraisemblable que pusillanime : « [...] que le recteur fasse une déclaration. » Peut-on imaginer que des étudiants en colère se satisferont d’une vague déclaration du recteur ? Le rédacteur aura sans doute sous-entendu une fin de phrase du genre de « dans laquelle il s’engage à maintenir les droits de scolarité à leur niveau actuel ». Mais, voilà, il a sous-entendu cette finale ; il ne l’a pas écrite. Quand les journalistes parcourront ce communiqué, ils ne liront pas le sous-entendu.

Texte du rôle 4 : agent de sécurité

45L’agent de sécurité n’avait reçu aucun mandat de rédaction. C’est donc de sa propre initiative qu’il formule ses doléances. Celles-ci portent sur la situation d’un agent de sécurité, face à celle, plus privilégiée, d’un étudiant, et à celle, tellement supérieure, d’un recteur d’université. Il ne s’agit pas d’un communiqué, mais d’une lettre.

Monsieur le journaliste,
J’aurais tant aimé, moi aussi, avoir la chance de m’instruire. Mais voilà que je me promène de corridor en corridor, non pas pour me rendre à un cours, mais bien à titre d’agent de sécurité. Les étudiants ont beaucoup de chance de pouvoir s’accorder une éducation supérieure malgré les coûts de plus en plus élevés qui se rattachent à l’éducation. Il serait peut-être bon de les laisser souffler un peu. Déjà, par le fait même d’étudier, ils se prennent en main. D’autre part, c’est une partie de nos taxes qui paient pour ça. Comment pourrait-on mieux répartir l’enveloppe budgétaire et satisfaire l’ensemble de la population ?
XYZ, agent de sécurité

46Selon la consigne, l’agent de sécurité de ce jeu de rôles devait grogner à la fois contre les avantages des étudiants et contre le train de vie de la direction. On aurait dû lire dans son texte une véritable interpellation ; on n’a eu droit qu’à des mots doucereux pour les étudiants... et à rien du tout pour le recteur. De toute évidence, l’étudiant qui a rédigé cette lettre n’a pas su se mettre dans la peau du personnage. Il en paiera le prix auprès du journaliste, comme nous le verrons plus loin.

ÉTAPE C : LE RÔLE DU JOURNALISTE

47Nous avions distribué quatre rôles. En fait, il y en avait un cinquième, celui d’un journaliste couvrant l’événement. C’est lui qui détient la clé de ce jeu de rôles. Il est le seul à connaître l’ensemble de l’histoire.

48Si on lui avait remis le texte que vous avez rédigé dans ce jeu de rôles, aurait-il reçu une information exacte ? Ou bien aurait-il transmis un faux renseignement, parce que mal informé lui-même... un renseignement que vous auriez dû corriger plus tard... trop tard, peut-être ?

49Par ailleurs, aurait-il reçu un texte rédigé de façon suffisamment séduisante pour qu’il le prenne aussitôt à son compte (car, lui aussi, n’avait que vingt minutes pour écrire son topo) ? Et ce texte aurait-il transmis, en même temps que l’information, un message subliminal favorable à la position que vous aviez reçu mandat de pro mouvoir (celle de la ministre, du recteur, de l’association étudiante ou de l’agent de sécurité) ? Si votre document ne remplissait pas ces conditions, vous avez peut-être intérêt à relire soigneusement les chapitres 4, 5 et 6.

50Voici d’abord la consigne que le journaliste avait reçue pour son rôle. Après quoi vous pourrez lire le texte qu’a préparé un étudiant jouant ce rôle.

Rôle 5 : journaliste radiophonique

51Vous êtes reporter pour une station de radio. En ce jour, vous jouerez un rôle important dans une crise à l’Université de Montréal.

52 17 h 05 : À bord de votre voiture de patrouille, en cet après-midi sans incidents, vous écoutez sur les ondes de votre station l’importante déclaration que la ministre de l’Éducation est en train de faire. Celle-ci annonce, en effet, que – malgré ses propos antérieurs – un krach soudain de la Bourse l’oblige à autoriser les universités à doubler les droits de scolarité, si on le juge nécessaire, et même à les tripler pour les certificats.

53 17 h 20 : La déclaration terminée, vous écoutez distraitement les inévitables commentaires de trois sociologues « grands connaisseurs », à ce propos.

54 17 h 40 : Sur votre scanner vous entendez un appel de police urgent pour le pavillon principal de l’Université de Montréal. Vous démarrez en trombe après avoir prévenu votre salle de nouvelles.

55 17 h 45 : Vous voici à l’université. Un barrage de gyrophares en précède un, plus imposant encore, d’hommes en uniforme : « On ne passe pas ! » Tout au moins apprendrez-vous que le recteur est prisonnier de son bureau, encerclé par des militants étudiants en furie.

56 17 h 50 : La salle des nouvelles vous appelle au cellulaire : on réclame un reportage d’une minute pour diffusion au bulletin de 19 h.

57 17 h 55 : À court d’information, vous négociez avec le responsable des forces de police, qui acceptera de laisser transpirer deux communiqués, l’un émanant du bureau du recteur, l’autre provenant des étudiants.

58 18 h 15 : L’agent de sécurité de l’université chargé de vous remettre les deux communiqués en question en profite pour vous glisser une note personnelle.

59 18 h 25 : La salle de nouvelles appelle de nouveau. Votre chef de pupitre vous lit un communiqué de dernière minute émis sur Telbec par le bureau de la ministre ; il vous invite à en tirer parti, si vous le jugez bon, dans votre reportage. Vous avez vingt minutes pour rédiger votre topo sur la base de ces quatre textes.

Texte du rôle 5 : journaliste radiophonique

60Rappelez-vous, comme nous l’avons indiqué au chapitre 3, que le journaliste ne reçoit pas, à la manière d’un relationniste, le mandat de rédiger pour défendre une position. Il écrit librement ce qu’il juge utile à partir des sources qu’il a rassemblées. Ici, ses sources sont les quatre documents qui lui sont parvenus des autres participants à ce jeu de rôles. Il en est tributaire. C’est dire que toute erreur ou carence dans les documents des trois relationnistes et de l’agent de sécurité se réflétera dans l’article du journaliste. Voici donc ce qu’a écrit un étudiant qui jouait le rôle de reporter.

Pour le bulletin de 19 h
Le krach boursier d’aujourd’hui vient de susciter ses premières perturbations sociales à Montréal. Des étudiants en colère occupent, depuis un moment, le bureau du recteur de l’Université de Montréal, réagissant ainsi à la déclaration faite, il y a deux heures, par la ministre de l’Éducation à propos des droits de scolarité. Les étudiants reprochent à la ministre de revenir sur ses déclarations antérieures en autorisant les universités à doubler et même, dans certains cas, à tripler les droits de scolarité. Ils ne comprennent pas qu’ils doivent être les seuls à payer pour une catastrophe financière qui ne devrait pas les affecter.
On croit savoir, toutefois, que les choses vont rapidement revenir au calme. En effet, le recteur vient d’appeler au dialogue, les étudiants ne réclament qu’une simple déclaration pour lever le siège et la ministre se dit prête à rencontrer les organisations étudiantes dès demain. Toutes ces démarches sont de bon augure pour une fin rapide de l’occupation.

61Commentons ce texte. Le journaliste avait sans doute un biais systématique en faveur des étudiants. En effet, il a inventé de toutes pièces des revendications qu’on ne trouvait nulle part dans le communiqué émis par le militant étudiant (que vous avez lu plus haut). Il n’est revenu aux faits qu’à la toute fin de son texte, alors qu’il a repris les positions respectives du recteur et des étudiants, l’une et l’autre à peu près sans substance, d’ailleurs.

62Quant aux propos de l’agent de sécurité, il n’en a même pas tenu compte, tant ils lui paraissaient, sans doute, à côté de la question. Il a mentionné, par ailleurs, la prétendue déclaration de la ministre à propos d’une rencontre avec les organisations étudiantes. Imaginez la tête de la ministre quand elle verra arriver les militants étudiants pour une réunion qu’elle n’a jamais convoquée...

ÉTAPE D : VUE D’ENSEMBLE DES RÔLES

63Il y aurait encore beaucoup à dire à propos de ce jeu de rôles. Qu’il suffise de retenir que, dans la crise que nous avons vécue sous forme de divertissement, la personne qui aurait rédigé un communiqué percutant aurait aussitôt vu son message relayé par les médias. Les journalistes veulent une nouvelle. Mettez une nouvelle dans votre communiqué ; ils ne seront pas obligés d’en inventer une eux-mêmes. Mais une nouvelle vraie, exacte, sans erreur. Autre ment, c’est vous qui écoperez.

64Terminons cette analyse par un bref regard sur la structure de ce jeu de rôles. Il faut d’abord savoir que la consigne de chaque rôle con tenait une information de départ – la déclaration de la ministre –, libellée exactement de la même façon pour chaque acteur. Voici un rappel de cette phrase :

Celle-ci annonce, en effet, que – malgré ses propos antérieurs – un krach soudain de la Bourse l’oblige à autoriser les universités à doubler les droits de scolarité, si on le juge nécessaire, et même à les tripler pour les certificats.

65À partir de là, chaque rôle sillonnait sur une route qui lui était propre. Pour juger de la qualité du communiqué que vous avez rédigé dans le cadre de ce jeu, rappelez-vous simplement nos critères d’efficacité du côté (1) du public, (2) du message et (3) de la séduction, aux chapitres 4, 5 et 6.

66Pour avoir enfin une vue d’ensemble du cheminement de chacun des cinq rôles, jetez un coup d’œil au tableau récapitulatif. Et maintenant que vous connaissez le déroulement de ce jeu, revêtez le rôle d’un autre personnage, rédigez le texte qu’il a mandat de préparer et vérifiez ainsi vos progrès.

FIGURE A1.1. Tableau récapitulatif du jeu de rôles

Table des illustrations

Légende FIGURE A1.1. Tableau récapitulatif du jeu de rôles
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search