Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Quatrième partie. Les façons de rédiger propres à chaque moyen de communiquer

13. Une profession en émergence

Texte intégral

On parle ici parfaitement bien sans mauvais accent. Quoiqu’il y ait un mélange de presque toutes les provinces de France, on ne saurait distinguer le parler d’aucune dans les Canadiennes.
Bacqueville de la Potherie

  • 1 Ces observations de Bacqueville de la Potherie sont tirées de son Histoire de l’Amérique septentri (...)

1Nos ancêtres parlaient ce français1. Avec une prononciation déjà identifiable (y res[te] boucoup de neinge en avaint), mais selon une structure linguistique comprise de Québec à Bordeaux, de Louisbourg à Saint-Malo. Au moment d’achever ce livre portant sur la rédaction et les communications publiques, il n’est pas inutile de le rappeler.

2Quel est notre rapport à la langue ? Un futur rédacteur, une jeune relationniste ne peuvent se défiler devant cette question. Telle sera toute la signification de ce dernier chapitre.

3On peut transmettre une information simplement par des gestes, à la condition que l’interlocuteur comprenne la signification que vous donnez à chacun d’eux. De même, quand vous vous exprimez avec des mots, il est important de recourir à un idiome commun à toutes les personnes qui le parlent. Il n’y a sans doute pas de faute à ne pas le faire et à donner aux mots la définition que vous voulez (la langue n’a pas de fonction morale). Mais vous risquez alors de n’être compris que de vous-même.

4Quand vous écrivez « c’est ennuyant », faut-il entendre ce mot dans son sens normal de « dérangeant » ou dans celui – québécisme – d’« ennuyeux » ? Quand vous parlez de « vente », évitez-vous toujours la confusion avec « solde » ?

5Sans code commun, comment pourra-t-on associer le bruit des mots avec le sens des phrases, puis avec les idées que celles-ci véhiculent ? Comment pourra-t-on communiquer ?

6Voilà pourquoi il existe un métier de rédacteur professionnel.

SECTION 1 : LES PRINCIPES

7Il y a, dans la structure grammaticale de toute langue, un mélange de logique, d’intuition et de symbolisme que les bons auteurs savent manier. Le résultat est souvent étonnant, parfois superbe dans sa finesse.

Les finesses de la langue
– Il chante comme une seringue.
– Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ?
– Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour.
– Ce siècle, autre en ses mœurs, demande un autre style.
– Plutôt souffrir que mourir, c’est la devise des hommes.
– Comment veux-tu que je te comprenne ! Tu me parles à contre-jour, je ne vois pas ce que tu me dis !

8C’est grâce à ce substrat culturel commun que je me reconnais comme francophone. Je baigne dans cette langue. Quand, à l’inverse, je vois quelqu’un trahir le sens naturel des mots ou enfler démesurément leur portée, je me détache spontanément de son discours.

9Quand on défigure la langue, le message reste bloqué entre les mains de son auteur, qui ne trouve plus alors de répondant. Le rédacteur professionnel a mandat non de sauvegarder la langue, mais de la vivifier, de l’oxygéner, pour qu’elle demeure ce qu’elle doit être, un instrument de communication.

Le rédacteur spécialisé en communications publiques

10Nous ne pouvons donc terminer ce livre portant sur la rédaction et les communications publiques sans décrire brièvement la tâche qui attend notre apprenti rédacteur. Pourtant, notre relationniste devrait, elle aussi, y trouver son compte. En décrivant, en effet, les tâches et responsabilités du rédacteur spécialisé en communications publiques, nous nous adressons du même coup à tout relationniste qui veut se spécialiser en rédaction ou qui aura à rédiger à l’occasion.

Le rédacteur et son mandat

11Les fonctions respectives que continueront d’exercer notre rédacteur et notre relationniste, au terme de cet ouvrage, se compléteront en plusieurs points ; certaines tâches feront même l’objet d’une convergence.

Convergence
Transmettre par l’écrit comporte deux paramètres essentiels : (1) l’acte de rédiger et (2) le public qui lit le texte. Le rédacteur abordera ces deux paramètres à partir du premier (rédiger) ; la relationniste le fera à partir du second (le public). Cette convergence professionnelle les rapproche. La relationniste aura souvent à écrire à titre de rédactrice professionnelle et le rédacteur obtiendra souvent des mandats de relations publiques.

12Comme nombre d’autres professions contemporaines, celle de rédacteur est née de la segmentation du travail dans une société devenue complexe. Si, de tout temps, la tâche de rédiger a constitué une facette non négligeable de l’activité professionnelle, la place croissante qu’occupe désormais la communication dans la vie collective a promu l’écrivain public (qui suppléait aux carences des analphabètes) au rang de communicateur par l’écriture, contribuant ainsi au dynamisme des entreprises.

Les domaines de la rédaction

13La profession de rédacteur est donc tournée vers un usage particulier de l’écriture : celui où le texte sert à la communication entre une firme et ses publics. Du coup, elle requiert une érudition de généraliste, une maîtrise authentique de la langue et l’esprit de synthèse. En outre, elle exigera souvent une compétence dans des jargons pointus (électricité, finance, histoire de l’art, etc.).

14La rédaction professionnelle occupe un large champ d’action, car son propos peut être administratif, technique, publicitaire ou de relations publiques ; ses tâches comprennent rédaction originale, réécriture et révision. On les a toutefois bien balisées. Ainsi, parce qu’il fait un travail rémunéré, le rédacteur se distingue de l’écrivain de création, et parce qu’il dépend des consignes du messager, il ne peut être assimilé au journaliste.

15On ne le confondra pas non plus avec le terminologue, le grammairien, le linguiste ou le traducteur, car la rédaction professionnelle agit sur le contenu d’un texte, non sur les techniques d’écriture. Ces disciplines sont sans doute essentielles à son métier (il en fait l’application dans sa vie professionnelle quotidienne), mais elles lui demeurent périphériques.

16Même segmentation à opérer du côté de la profession de relationniste, distincte de celles de lobbyiste et de publicitaire en ce qui touche le type de rapport qu’on y entretient avec le public. Parmi ses tâches multiples (déjà décrites au chapitre 3), celles qui lui imposent d’écrire pour un public se confondent avec celles du rédacteur professionnel. La figure 13.1 illustre ces convergences professionnelles.

Le rédacteur navigue à l’étroit

17Plume du messager, mais aussi regard du public, le rédacteur professionnel ne communique pas ses propres idées, mais doit traduire en mots les propos dont il est mandataire. Quand il est affecté à des tâches de relations publiques, les mots qu’il emploie doivent devenir séduisants. Il s’agit alors d’une tâche d’équilibriste.

  • 2 Nous avons été tenté d’écrire, comme on le voit souvent, « avoir la bride sur le cou », mais nous (...)

18Parce qu’il aime écrire et le fait bien, le rédacteur a peine à supporter qu’on le tienne en bride2. Pourtant, rédiger pour un organisme, c’est s’astreindre à naviguer dans un chenal étroit, c’est porter le message d’un autre au public que cet autre a désigné.

19Du fait d’une telle contrainte, le rédacteur sera parfois tenté de se laisser transformer en tâcheron soumis, exécuteur passif de directives d’écriture, alors que son talent pourrait servir à trouver une meilleure façon de dire que celle qu’on lui suggère. Tel est le premier écueil qu’il rencontrera.

20Mais ce n’est pas le seul. En effet, tout le monde sait parler et écrire ; presque tout le monde a la prétention de pouvoir le faire correctement. C’est pourquoi bien des chefs d’entreprise font appel à un rédacteur simplement, diront-ils, parce qu’ils n’ont pas le temps d’écrire eux-mêmes. Le rédacteur ne serait donc qu’une prothèse mécanique, troisième main d’un patron dont les deux autres seraient accaparées par l’ordinateur et le cellulaire.

FIGURE 13.1. Convergences professionnelles

21Nous savons bien que c’est faux. Mais comment un rédacteur pourrait-il se faire reconnaître et respecter comme le miroir de l’entreprise quand il travaille isolé, sans prise réelle sur l’organisation ?

  • 3 La principale de ces ressources est la Société québécoise de la rédaction professionnelle (SQRP), (...)

22La participation à une association professionnelle ou, tout au moins, la fréquentation des gens du milieu, lui est absolument essentielle. Autrement, il se fera dévorer tout cru. Il existe d’ailleurs quelques ressources auxquelles il peut s’adresser3.

Toujours en alerte

23La tâche du rédacteur peut être emballante... imaginez qu’on vous confie la rédaction d’un discours enthousiasmant. Il ne faut pourtant pas vous décourager s’il arrive, à l’occasion, qu’elle ait une allure répétitive. Telles sont les lois du métier. Même les plus grands ont dû s’y soumettre :

  • 4 Anne Hébert, Est-ce que je te dérange ?, Paris, Seuil, 1998, p. 21.

Retrouver le fil d’un texte commencé la veille. Aligner des mots au bas de photos réalistes et en couleurs. Présenter des meubles de série pour un catalogue de vente par correspondance. J’ai l’habitude, quoique ma répugnance soit intacte.
« Prix mini. Qualité maxi. Valeur sûre. Très robuste. Multiple usage. Panneaux de particules surfacées et mélaminées. »
Les mots « surfacées » et « mélaminées » me réjouissent comme si j’atteignais d’un coup la perfection de mon âme la plus grotesque4.

24Le rédacteur ne peut être pris au dépourvu. Pompier de l’écriture, il doit être constamment en alerte pour rédiger n’importe quel genre de texte. C’est pourquoi on le voit s’astreindre, comme l’écrivain, à écrire quelques lignes tous les jours.

  • 5 Alain Duchesne et Thierry Leguay, Le jeu de l’oie de l’écrivain, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 1 (...)

Écrire quelques lignes tous les jours
« La lucidité issue de l’expérience le conduit à poser un contrat minimum, élevé par Durrell au titre de conseil : “il ne faut pas laisser passer un seul jour sans achever au moins quelques lignes, un paragraphe. À l’inverse, on peut vouloir s’interdire d’en écrire trop, d’une seule traite, pour ne pas faire alterner l’exaltation et le dégoût – lequel risque, parce qu’on n’aura pas su se contenir, d’annuler le désir d’écrire”5. »

La personnalité du rédacteur

25N’importe qui n’a pas la personnalité qu’il faut pour devenir rédacteur professionnel. À quoi reconnaît-on celui qui est promis à une carrière fructueuse ?

26Il s’agit d’abord d’une personne qui aime le travail solitaire. L’écriture ne se fait pas en équipe, sauf pour les moments de concertation (pour fixer les orientations d’un projet, dresser le plan général d’un document ou rectifier un dossier à diverses étapes).

27Les directeurs des communications savent bien qu’un rédacteur seul écrira un communiqué en une heure alors que trois rédacteurs mis ensemble le feront en trois heures. Si l’on ne peut pas sup porter la solitude, il vaut probablement mieux faire une croix sur le métier de rédacteur.

28Deuxième qualité essentielle : savoir retourner la contradiction. Quoi que vous écriviez, il se trouvera toujours quelqu’un pour y trouver à redire. La critique est souvent juste, mais elle peut aussi être mal fondée, du fait que la personne qui relit votre texte a peut-être moins que vous le « sens du public ». Elle peut tenir à certaines idées, voire à certains mots, qui ne conviennent pourtant pas dans les circonstances.

29Saurez-vous, par exemple, faire accepter à un directeur, que, si important que soit son secteur, il devra se satisfaire d’une description de dix lignes dans le mémoire que vous êtes en train de rédiger ? Comme vous êtes en coulisse, effacé, reclus, vous devez pouvoir compter sur le soutien d’un supérieur (généralement, le v.-p. communications) qui, lui tout au moins, vous fera normalement confiance.

Des talents contrastés

30Le rédacteur public a aussi comme défi de combler l’écart, parfois considérable, entre l’« émetteur » et le « récepteur » d’un message. Il doit savoir son français, sans doute, pour écrire avec clarté et concision. Mais ce n’est là que la moitié du talent qu’on attend de lui. Il doit aussi avoir assez de sensibilité pour être en mesure de comprendre quelle image latente le mandant (l’officier principal) cherche à transmettre sans oser le dire clairement.

31Avant même de commencer à écrire, il devra donc d’abord saisir ce que ce mandant accepte de laisser filtrer de lui-même dans son message. Car il y a plus que des idées dans la tête du p.-d.g. ; il y a une volonté d’imprimer sa personnalité, non sans une part fréquente de narcissisme qu’il faut savoir décoder. Le rédacteur devra, en outre, percevoir les rapports – de complicité ou de tension – entre le p.-d.g. et le v.-p. communications, car les textes qu’il rédigera devront convenir à l’un comme à l’autre.

32Qu’il sache qu’on aura parfois tendance à le considérer comme un serviteur, parfois même comme une « machine » à écrire. Il devra donc faire respecter sa compétence professionnelle, se présenter comme le spécialiste (qu’il est, en effet) de la communication écrite, négocier, à ce titre, le style à utiliser, résister au prêt-à-penser et faciliter ainsi le contact avec le public.

33Il prendra aussi en considération les exigences de la production, sachant collaborer avec le graphiste, responsable du rendu visuel du message sur la page. Il respectera les autres comme il s’attend à ce qu’on le fasse à son endroit. La confiance réciproque favorise la qualité du résultat.

Une compétence particulière

34Un solitaire qui sait s’imposer à son entourage quand c’est nécessaire, voilà bien un étrange programme. Mais ce n’est pas tout. Toute rédaction de relations publiques vise à séduire un auditoire. Or, on ne séduit pas par des mots qui impressionnent, mais par des mots qui touchent... et chaque public a ses points sensibles.

35Pour un rédacteur, formé soigneusement à l’écriture de qualité, il s’agit là d’une contrainte. Or, en relations publiques, les lecteurs ne jugent pas votre talent littéraire ; ils réagissent à un texte auquel ils s’identifient. Il faut les prendre comme ils sont.

36On ne peut séduire des gens, on ne peut trouver les mots qui les frapperont au cœur, si on ne les respecte pas d’abord... voyez, encore une fois, la place du respect dans cette profession. Si, pour quelque raison, vous n’arrivez pas à vous mettre en symbiose avec un type spécifique de public, il vaut mieux que vous laissiez à quelqu’un d’autre le soin de lui porter le message de l’organisme. Autrement, votre style sonnera faux, complaisant... ou, au contraire, hautain, paternaliste.

37Rappelez-vous aussi que ce public que vous voulez rendre bienveillant à l’égard de votre « client » connaît des états d’âme en constante fluctuation. Comment vous adapterez-vous à ce va-et-vient ? Un truc pour trouver le ton juste : observer un individu précis dans un contexte précis et le prendre comme « personnage » représentatif de l’ensemble du public ciblé. Cette visualisation vous sera précieuse en plus d’une occasion.

38Il y a aussi les journalistes. Comme ils constituent souvent votre public intermédiaire, vous devez savoir vous les concilier, sans quoi ils risquent de ne pas transmettre votre message comme vous le souhaitez, peut-être de ne pas le transmettre du tout. Prenez donc en compte leurs contraintes de travail et rendez-leur la tâche facile, sans flagornerie évidemment.

Le rédacteur et la grammaire

39Pour séduire – car c’est son mandat –, le rédacteur de relations publiques ne peut compter que sur des mots. Il trouvera les meilleurs à travers une longue démarche. « Gérer » les mots : ce n’est pas la moindre des compétences qu’il sera en mesure d’afficher sans gêne. Pour cela, il aura d’abord appris à rédiger sans fautes trop voyantes. Orthographe et syntaxe seront généralement correctes... nous n’osons pas écrire impeccables, autrement il n’y aurait plus de concours de dictées !

40Il saura d’ailleurs renouveler les figures de style (ne trouvez-vous pas que « Qu’à cela ne tienne » commence à prendre de l’âge ?) et les utilisera judicieusement, en tenant compte de l’approche souhaitable pour une bonne communication du message. Il pourra passer aisément du communiqué de presse à la brochure sociétale, justifiant au besoin son approche et son choix de mots ; c’est lui le professionnel.

41Voilà votre horizon, vous le rédacteur spécialisé en relations publiques, vous la relationniste spécialisée en rédaction. Soit à titre de travailleur autonome, soit au sein du service des communications d’une entreprise, soit encore comme membre d’un cabinet de relations publiques, vous vous verrez confier des tâches fort variées de rédaction, certaines ne relevant pas immédiatement des communications publiques (revoir les figures 2.1, 2.2, 3.2 et 13.1). C’est pourquoi votre formation sera ouverte et polyvalente, axée sur la culture plus que sur les techniques.

À l’avant-garde de la langue

42Pour un rédacteur professionnel, la langue française ne saurait être réduite au rang de « matière première » de ce qui constitue son « gagne-pain ». Son travail, qui en est un d’« artisanat », s’appuie sur la langue à titre d’assise culturelle. Pour un rédacteur professionnel, rédiger en un français vif et coloré, c’est tout simplement prolonger sa respiration par la plume. La langue, c’est sa carte d’identité.

43Comment allez-vous réagir si l’on veut vous imposer un niveau de langue que vous jugez inacceptable ? Vous ne pourrez échapper à votre responsabilité de rédacteur professionnel. Il n’est donc pas inutile de jeter un coup d’œil rapide sur les multiples problèmes que vous êtes susceptible d’avoir à affronter sur le plan de la langue ; ce qui devrait vous guider dans vos choix, le moment venu. Vous allez voir que ce n’est pas toujours simple.

Refusez qu’on vous impose une langue

44Tout comme on dit parfois que la médecine est une « vocation », parce qu’elle est « souci de la vie » avant d’être « technique thérapeutique », ainsi le français est, pour le rédacteur professionnel, l’une de ces causes nobles pour lesquelles il vaut la peine de lutter. Autrement dit : une valeur.

La langue : une valeur
La langue est devenue une valeur lorsque nos ancêtres se sont mis à mal pour la préserver contre vents et marées. C’est un héritage collectif remis entre les mains du rédacteur professionnel qui, plus que tout autre, est en position de le dilapider ou de le faire fructifier.

45Quand on réfléchit à la situation précaire de la langue française, chez nous, on n’en a que pour la concurrence présumée de l’anglais. Sans nier cette conjoncture, il faut pourtant savoir que le principal problème se situe à l’intérieur de nous-mêmes. Il réside dans la difficulté où nous sommes d’exploiter toutes les ressources de la langue tant pour l’expression créatrice que pour communiquer avec le monde.

46Autrement dit, je ne suis pas sûr de moi. Ma langue n’a pas assez de personnalité pour extérioriser fidèlement ce que je ressens. À l’école, on m’a stimulé à sortir du silence dans lequel mes ancêtres s’étaient emmurés et à m’exprimer sur tout. Mais on a oublié de me fournir le lexique pour bien le faire.

47Alors je proclame : « Ce spectacle était hot », et je prétends avoir tout dit. Mais ai-je communiqué mon émotion ? Ce n’est pas le mot hot qui fait problème. C’est l’impossibilité de recourir à une tournure plus précise qui décrirait en quoi ce spectacle m’a ému ; de sorte que mon vis-à-vis puisse non seulement constater que j’ai été ému, mais aussi partager le contenu de cet état d’âme. Dans la même veine, quand vous dites « ce plat a du goût », à quel goût précis faites-vous référence ?

48Comment prendre de l’assurance ? En s’exerçant à étendre le spectre de son vocabulaire et de son style. Il en a été suffisamment question dans cet ouvrage. Mais aussi – c’est capital – en refusant de se laisser dicter de l’extérieur sa façon de s’exprimer. Cela, on ne le répétera jamais assez, car la parole appartient à votre conscience.

Le parler idéologique

49Comme nous l’avons exposé dès le début de cet ouvrage, le langage naît du plus profond de l’âme ; il articule toutes les nuances de ma pensée, traduit mes émotions, mes sentiments ; il est moi. Il faut vraiment que les mots jaillissent de ce moi, de mes convictions, de ma vision du monde. Si personne n’a le droit de m’imposer ses propres idéaux, sa philosophie ou sa religion, personne, non plus, n’a le droit de me dicter les mots qui expriment ce que je pense.

50Le rédacteur professionnel ne perdra pas cette dimension de vue au moment d’accepter un mandat. Les textes qu’on lui demandera d’écrire ne mettront généralement pas en cause ses convictions profondes, mais la façon dont on voudra qu’ils soient rendus pourra heurter ses valeurs de langage. On a vu, plus d’une fois, des chefs d’entreprise interférer dans la façon d’écrire d’un rédacteur, pourtant plus compétent qu’eux : « C’est moi qui te paie ; tu vas écrire comme ça. »

51De toutes les interventions externes, la langue idéologique est la plus pernicieuse. De même que chaque individu a son propre langage, correspondant à ses valeurs, les organismes ont aussi le leur, reflétant leur culture. C’est normal. Toutefois, certains groupes, particulièrement prosélytes ou sectaires, et certains lobbies chercheront à faire accepter leur idéologie par le biais d’une structure linguistique imposée d’autorité.

Les lobbies linguistiques
Voici quelques exemples... pour vous permettre de vous moquer un peu des groupes de pression ; c’est bien tout ce qu’ils méritent.
Un certain lobby joualiste prône une langue québécoise absolument originale : On est tannés de le voir attacher ses bas avec des lastics et traîner sur son bicycle à gaz comme un niaiseux.
Un certain lobby ouvrialiste prêche un vocabulaire de lutte des classes : Le collectif des travailleurs de l’enseignement ne craint pas le recteur bourgeois et les bouffons de sa classe dominante.
Un certain lobby bureaucratique invente à loisir des mots hermétiques : Les aidants naturels et les autres intervenants sont à l’écoute des problématiques des bénéficiaires malentendants.
Un certain lobby puriste refuse systématiquement tout emprunt à l’anglais : Il a sali son beau gaminet en mangeant des croustilles et un chien-chaud et en buvant une racinette.
Un certain lobby féministe dédouble tous les mots qui pourraient faire allusion aux femmes : Les étudiants et étudiantes et les employés et employées sont convoqué(e) s à dix heures.
Un certain lobby ethniciste sous-distingue chaque segment de population : Aux élections fédérales votent les Canadiens, les Québécois de souche, les allophones et les autochtones des Premières Nations.

Dictature des mots

52Les groupes de ce genre cherchent à exercer une véritable dictature sur les mots, non par souci de l’expression juste, mais pour s’assurer que leurs théories soient bien réfléchies dans la langue de tous les jours. Parler – donc penser – autrement qu’eux constitue à leurs yeux une prévarication. On appelle cela la rectitude politique ; nous préférons parler de contrôle des consciences. Quelles que soient vos valeurs de pensée, donc d’écriture, ne laissez jamais des idéologies dicter les façons de dire con sidérées acceptables et celles qu’il faudrait proscrire. Ce serait vendre votre âme.

  • 6 Texte d’un dépliant annonçant la tenue d’un débat public sur cette question au Musée de la civilis (...)

La rectitude politique
« Dans les cas extrêmes, c’est la liberté d’expression qui se voit complètement bafouée. Dans les autres cas, c’est le régime de la langue de bois, une sorte de “logocratie” qui impose sa loi aux personnages publics. Ici comme ailleurs, certaines vérités ne sont plus bonnes à dire. Transgresser cette règle vous attire à coup sûr l’ire des lobbies organisés et risque de vous faire perdre soit des votes, soit des ventes, quand ce n’est pas carrément votre réputation6 ! »

53Il ne faut évidemment pas confondre les impératifs dictatoriaux de la rectitude politique avec la nécessité d’uniformiser la disposition des textes. Ainsi, chaque entreprise importante, chaque grande institution impose ses normes de présentation matérielle d’un manuscrit : format du papier, caractères, interlignes, justification, pagination, disposition des tableaux et des annexes.

  • 7 Ainsi, cet État qui porte le nom de « Sri Lanka » a fait savoir que l’appellation du pays contient (...)

54Par ailleurs, on sent dans plusieurs milieux la nécessité de préciser les normes typographiques7, domaine où règne une certaine confusion. Tout cela est normal, dans la mesure où l’on n’y dissimule pas un parti pris idéologique.

Le parler francophone

55Vous entreprenez votre métier de rédacteur. Vous avez su résister à la menace de ceux qui voulaient vous imposer leur façon de vous exprimer. Y a-t-il d’autres obstacles sur votre route ? Assurément ! Voici une seconde tentation, celle de parler « franco phone ». Mais qu’est-ce qu’un francophone ?

  • 8 Gérard Bouchard, François Rocher, Guy Rocher, Les francophones québécois, Montréal, Conseil scolai (...)

Qu’est-ce qu’un francophone ?
« À travers le monde, est francophone celui ou celle qui parle français ! Voilà une définition qu’il n’est pas difficile d’énoncer. Elle tient plutôt de la tautologie ou du style de monsieur de La Palice. Elle a presque l’air d’une blague8. »

56Il s’en est dit beaucoup de choses depuis qu’est né le concept de francophonie. En fait, ce néologisme couvre pudiquement un produit politique qui prend prétexte d’une langue à certains égards commune pour établir des alliances entre États. Tant mieux si l’on peut aider le français sans desservir le pouvoir et l’économie, dira-t-on. Il n’est pas sûr, toutefois, que les Québécois y trouvent leur compte s’ils se laissent leurrer sans esprit critique par le mirage du mot « francophonie ».

57Parler francophone avec l’espoir de partager une culture commune et un destin collectif, ce serait nettement tomber dans un piège. La culture de la moitié des cent vingt-cinq millions de personnes qu’on définit comme « francophones » n’a rien à voir avec le patrimoine gallo-romano-franc auquel se rattache la langue française. Il ne faut surtout pas confondre un outil de rapproche ment et un indice d’identité !

  • 9 Christian Rioux, dans Le Devoir, 9 septembre 1994.

Il suffit qu’un artiste soit identifié à la francophonie pour que le petit monde des critiques s’imagine immédiatement que ses romans, ses chansons ou ses répliques sont écrits dans un patois des Carpates (la Roumanie est membre de la francophonie !), un dialecte d’Afrique équatoriale ou, pire, en « francophone » : le sabir des fonctionnaires du ministère de la Francophonie. L’étiquette ne pardonne pas9 !

Le parler instrumental

58Pour utile qu’elle soit pour le rapprochement des peuples, la francophonie peut en venir à constituer une menace culturelle, dans la mesure où elle viserait à instaurer un français instrumental. Qui dit instrumental, dit soumis, dit au service de, dit vide de culture intrinsèque.

59Il ne faudrait pas se surprendre, dans ces conditions, que le français soit supplanté, pour les communications planétaires, par un « instrument » plus costaud, l’anglais, et, pour les communications régionales, par un « instrument » plus intimiste, un patois, un dialecte ou quelque langue ancestrale plus ou moins en dormance depuis l’édit d’Henri IV. Une caractéristique de l’« instrumentalité », ne l’oublions pas, est d’être jetable après usage.

  • 10 Alain Finkielkraut, cité dans Antoine Robitaille, « Contre la conception instrumentale de la langu (...)

L’« instrumentalité » de la langue française
« Il y a une solitude québécoise qui est pour moi très émou vante [...]. Oui, parce que les Québécois défendent à la fois le français et une certaine idée de la langue que les Français eux-mêmes ont complètement oubliée... Ils [les Français] se disent : “Nous sommes des sujets, libres de toute appartenance, comme ça le monde est devant nous comme un monde de facilités, de services, de convenances et de moyens, et parmi ces moyens, le langage.” Voilà, on se sert du langage. C’est une vision, une métaphysique qu’il faut absolument combattre10. »

60Une langue « instrumentalisée » devient vite vulnérable aux perversions idéologiques, dont nous avons parlé plus haut. Tout groupe peut alors s’en emparer et lui injecter ses mots dogmatiques... qu’il imposera, d’abord de façon racoleuse, puis par la voie dictatoriale.

61Les gens plieront par indifférence, flagornerie ou complaisance. Qui résistera pourra être victime d’ostracisme pour manque de rectitude, puisqu’un instrument est, par définition, au service d’autre chose... un esclave, quoi !

62La langue devrait être reconnue comme un lieu de ralliement au-delà des oppositions sectorielles. La langue devrait constituer pour la société le contrepoids à la pression centrifuge des idées antagonistes. On ne parle pas ici d’une langue momifiée dans sa pureté classique ; on parle d’un peuple qui s’approprie les mots nouveaux au rythme des jours, sait prendre les modes pour ce qu’elles sont et joue non sans humour avec la grammaire. Une langue qui vit.

Régénérer constamment

63Comment une société maintiendra-t-elle la vitalité de sa langue ? À titre de comparaison, pensons à ces amplificateurs électroniques qui, de loin en loin, retonifient un signal qui allait s’affaiblissant. L’amplificateur analogique reproduit aussi les bruits parasites, de sorte que le message lui-même finit par être étouffé après un certain nombre d’amplifications. L’amplificateur numérique reconstitue, à chaque recharge, le message originel, sans dégradation. Appliquons cet exemple à la langue.

64La langue française a connu un âge d’or sous les derniers Louis et sous l’empire napoléonien. Langue de la diplomatie et des relations internationales, elle a conforté les parlants français dans leur image de peuple supérieur. À cette arrogance a succédé un défaitisme croissant face à l’anglais. La suite dépend de nous. Nous sommes les nouveaux amplificateurs.

Pour conclure cette section

65La persistance du langage infantile jusque dans l’âge adulte (mon mononcle) et les autres retards linguistiques (t’sais veux dire... pis tout’ça) des Québécois peuvent intéresser les psychologues. Ces infirmités n’empêchent toutefois pas la communication (tout au moins entre Québécois), le regard et le geste complétant le mes sage laissé en suspens par un vocabulaire déficient. Mais quelle carence cette incompétence de la parole ne révèle-elle pas dans l’organisation de la pensée ?

66Non seulement la langue française se prête-t-elle bien à un esprit méthodique, elle contribue aussi à affiner son fonctionnement. Apprendre à bien parler, c’est aussi apprendre à bien penser, de sorte que ceux qui cultivent la langue ne manquent pas de dépoussiérer aussi le cerveau.

67Curieusement, c’est à travers un simple jeu que s’opère cette mise à niveau : le jeu des usuels. Jouez – tout seul, à deux, à trois – avec la grammaire et les dictionnaires. Les amis les plus sûrs de la langue, ne les cherchez pas dans les salons ou les officines ! Allez plutôt du côté de vos bons vieux compagnons de la dictée, ces sources fidèles du plaisir de parler français. Que dire de plus à un rédacteur et à une relationniste qui s’apprêtent à faire profiter les entreprises de leur nouvelle compétence en rédaction ?

QUESTION PIÈGE
Si l’on réussit l’examen d’entrée, il n’y a pas d’autres conditions pour devenir membre de l’Ordre des rédacteurs. Vrai ou faux ? Voyez la réponse à la toute fin de ce chapitre.

SECTION 2 : DES APPLICATIONS

68Du chapitre 4 au chapitre 12, vous avez eu l’occasion d’analyser vingt-sept outils de relations publiques. Ils étaient toujours placés dans la deuxième section du chapitre, une section intitulée « Des appli cations ». C’est dire qu’on les présentait comme des façons d’appliquer les « Principes » analysés dans la première section du chapitre.

69Mais les principes peuvent aussi avoir des applications qui ne prennent pas la forme d’outils. Vous avez pu le constater à travers les applications des chapitres 1 et 2. En effet, ceux du chapitre premier prenaient la forme de codes de la communication humaine ; ceux du chapitre 2 étaient des façons de promouvoir une cause. Les applications de ce chapitre 13 ne sont pas non plus des outils de relations publiques, mais plutôt des modes de communication.

70Les principes de ce chapitre portaient sur la profession de rédacteur. Les applications qui en découlent analyseront donc les principaux modes de communication auxquels le rédacteur a recours dans son travail. Comme pour les chapitres précédents, nous en avons retenu trois : (1) l’écrit, (2) la parole, (3) les nouvelles technologies.

71Résumons ce que vous avez appris à la lecture de cet ouvrage. Après avoir situé les communications publiques dans l’ensemble de la communication humaine (1re partie), on vous a rappelé que ces communications ne sauraient être efficaces si l’on n’était pas d’abord sensible au public, attentif au message et séduisant dans la présentation (2e partie).

72On a aussi fait observer que, selon l’état de l’image à mettre de l’avant (inconnue, bonne ou menacée), l’approche du document devait subir diverses adaptations (3e partie). Le livre se terminait par une brève présentation des trois grands moyens de communiquer le message : par voie écrite, orale ou audio-scripto-visuelle (4e partie). Les applications qui suivent permettent une revue d’ensemble des treize chapitres.

1er mode : l’écrit

73L’écrit, c’est le mode de communication fondamental du rédacteur. C’est là qu’il excelle. Il ne contribuera fructueusement aux autres voies d’expression (parole, nouvelles technologies) que si, d’abord, son talent en rédaction est valable.

74Bien rédiger est un art avant d’être une technique. La technique s’apprend, mais l’art émerge de soi. Dans votre métier de relationniste, pour l’une, de rédacteur professionnel, pour l’autre, vous rencontrerez nombre de précepteurs qui vous diront comment faire. Dans un ouvrage comme celui-ci, nous avons voulu aller plus loin : faire émaner ce comment faire du plus profond de vous...

75... Pas vous souffler des trucs qui marchent, mais vous aider à tirer parti de votre façon particulière, unique, de communiquer avec les gens. Une fois cette perception faite, vous aurez les outils pour développer une façon de dire qui sera inévitablement séduisante parce qu’authentiquement personnelle.

76Précisons-le une fois encore, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon d’écrire. Il y a une façon personnelle de communiquer. Même pour des communications publiques qu’on pourrait croire anonymes, l’efficacité d’un document tient dans l’impression que les destinataires auront qu’un être de chair leur parle vraiment.

77Quelques exemples, sous forme de jeux ou de tests, posés au fil des chapitres vous ont sans doute aidés à mieux saisir les idées qu’on y présentait. Si utiles qu’ils aient pu être, ces exemples n’en portaient pas moins sur des sujets fictifs. Il est difficile de s’investir pleinement dans la fiction. On joue le jeu, peut-être, mais on ne se sent pas concerné. Mais là où l’on est toujours concerné, c’est bien à propos de soi-même.

78Or, si vous avez abordé un ouvrage aussi austère que celui-ci, c’est sûrement que vous sentiez la nécessité d’améliorer votre compétence en rédaction. Peut-être envisagiez-vous d’offrir vos talents à un employeur ou de changer d’orientation professionnelle.

79Mais pour cela, il faut savoir se vendre. Si vous ne réussissez pas à vendre votre propre image, comment pourriez-vous prétendre vendre, un jour, celle d’un autre ? Mettons donc vos talents à l’épreuve avec un exercice récapitulatif en trois parties. Le premier vous invite à vous mettre en valeur par l’écriture.

Vous mettre en valeur par l’écriture
Imaginons qu’une publication spécialisée destinée aux firmes de relations publiques offre à toute personne qui se croit compétente l’espace d’une vingtaine de lignes (de 150 à 200 mots) pour se faire connaître des employeurs, soit à titre de rédacteur professionnel, soit comme relationniste. Comment rédigeriez-vous votre notice ? Donnez-vous une heure pour produire un document.

80Nous ne vous proposerons pas de modèle : à chacun son style, avons-nous dit. Relisez plutôt ce que nous avons écrit, au chapitre 10, à propos des mots, des phrases, des para graphes, c’est-à-dire de tout ce qui fait un style agréable. Puis comparez votre texte à ces recommandations.

81Au-delà de l’art de rédiger, il existe pourtant des principes généraux, applicables à tout type de document, qui déterminent son niveau probable d’efficacité sur le plan des communications publiques. Nous en avons souvent fait état : vous en souvenez-vous ? Ils vous reviendront vite à la mémoire quand nous les aborderons de nouveau, ci-dessous.

Le public

82Si vous avez rédigé la notice de mise en valeur que nous avions proposée, avez-vous clairement identifié dans votre tête le public auquel s’adressait la revue spécialisée où elle était insérée ? Il s’agissait des patrons de firmes de relations publiques ; donc, pour vous, d’employeurs éventuels.

À quel public vous adressiez-vous ?
Souvenez-vous du chapitre 4 : vous adressiez-vous au grand public, à un public de décideurs, ou à un public interne ? Ce public était-il éveillé, plus ou moins intéressé ou distrait ?

83Mettez-vous dans la peau du p.-d.g. d’une de ces firmes. A-t-il besoin d’un nouvel employé ? Non ? Alors, il ne lira même pas votre texte. Oui ? Avez-vous manifesté une polyvalence suffisante pour que, quel que soit le type de rédacteur qu’il recherche, vous soyez toujours dans la course ?

84Une fois votre lecteur identifié, avez-vous cherché à communiquer véritablement avec lui ? Autrement dit, avez-vous tourné votre attention vers ce qui est important pour lui, lors même que votre intention était de parler de vous ? Avez-vous cherché à connaître le type de préoccupation qui l’amène à rechercher un rédacteur ? Vous êtes-vous demandé ce qui peut l’intéresser chez un candidat, au lieu d’afficher simplement vos talents ? Nous avons traité de tous ces aspects dans notre ouvrage.

85Ces interrogations ne font pourtant pas encore le tour du sujet. En effet, deux autres aspects sont à considérer quand on veut que son texte produise du fruit : le message (chapitre 5) et la façon d’écrire (chapitre 6). Nous les aborderons ci-après, au moment d’analyser les deux autres modes de communication du rédacteur : la parole et les nouvelles technologies.

2e mode : la parole

86Même si ce livre porte exclusivement sur la façon de rendre efficace, séduisant, un texte écrit, vous savez désormais qu’on rédige différemment selon que ce texte est destiné à être publié sur papier, à être lu en public ou à être transformé en scénario d’une production multimédia. Nous avons régulièrement fait ces distinctions.

87Pour vous assurer d’avoir bien compris en quoi, pour un rédacteur, le rendu oral d’un texte impose une façon particulière d’écrire, pourquoi ne pas reprendre l’autoprésentation qui pré cède, mais en lui donnant maintenant la forme d’un texte destiné à être lu ? Retournons donc à notre exemple en le modulant quelque peu. Il faut maintenant vous mettre en valeur par la parole.

Vous mettre en valeur par la parole
Pour établir sa crédibilité, une entreprise de production audio prend l’initiative d’envoyer aux firmes de relations publiques un CD dans lequel des aspirants se font connaître des employeurs, soit comme rédacteurs professionnels, soit comme relationnistes. Rédigez le texte de la portion de deux minutes qui vous concernerait et que vous auriez à lire vous-même au micro, au moment de l’enregistrement.

88Comme pour le mode de communication précédent, nous vous invitons à faire d’abord l’exercice. Vous relirez ensuite votre texte en vérifiant s’il est bien fidèle aux indications du chapitre 11 sur la façon de rendre un texte destiné à être lu.

89Cela fait, procédez à une seconde vérification, cette fois-ci pour voir si votre texte respecte bien le premier élément d’efficacité (exposé plus haut), qui consiste à être sensible au public. Après quoi, vous pourrez aborder le deuxième (ci-dessous), aussi capital que l’autre.

Le message

90Votre public cible n’a pas de temps à perdre avec des présentations vaporeuses. Il veut avoir l’heure juste à votre propos. Il veut savoir quels avantages il trouverait à vous embaucher. Lui avez-vous fourni l’information utile sur votre formation et votre expérience ? Tout ce qui peut lui être professionnellement utile... mais rien de superflu ?

L’information superflue
Beaucoup de demandeurs d’emploi indiquent dans leur présentation qu’ils font du ski et adorent le cinéma. Si vous étiez à la place du président d’une firme de relations publiques, quel intérêt trouveriez-vous à lire ce genre de renseignements ? Nous ne le répéterons jamais assez : mettez-vous dans la peau de l’autre.

91En outre, tout en fournissant l’information requise pour que l’employeur éventuel connaisse vos aptitudes, avez-vous eu, dans la façon de les présenter, la préoccupation de diffuser une image favorable de vous ? Avez-vous souligné les éléments qui vous met traient le plus en valeur à ses yeux ? Avez-vous donné des exemples de votre talent ? Les avez-vous choisis dans les domaines qui, à votre connaissance, sont susceptibles de l’intéresser, lui ? Avez-vous parlé de vous de telle sorte qu’il se sente, lui, en confiance ?

92Rappelez-vous la consigne : vous préparez une brève présentation, qui sera lancée comme une bouteille à la mer. Vous ne savez pas qui la recueillera. Encore ne faut-il pas que ce soit le type d’employeur avec lequel vous ne pourriez pas vous entendre. Avez-vous eu la préoccupation de choisir une façon de dire susceptible d’attirer plutôt ceux qui risquent d’être sur votre longueur d’onde ?

93Cela fait bien des choses à expertiser... Mais ne sommes-nous pas en train de récapituler l’ouvrage dont vous achevez la lecture ? À propos, pourquoi ne pas retourner à votre premier exercice et examiner à quel point le texte d’alors respectait les autres aspects que nous venons de considérer.

Quelques récapitulations utiles
Vous voyez bien que, même quand on ne s’adresse à personne en particulier, on communique quand même avec quelqu’un. Si nécessaire, relisez le chapitre 5. Par ailleurs, comme il s’agit de vous faire connaître de gens qui ignorent tout de vous, comment susciterez-vous une image favorable ? Beaucoup a été dit à ce propos au chapitre 7 ; relisez-le.
Créer, maintenir ou restaurer une image sont des situations qui exigent autant d’approches différentes. S’il s’était agi de maintenir une image déjà établie, nous vous aurions renvoyé au chapitre 8 ; si votre image avait été menacée, nous aurions plutôt mis le cap sur le chapitre 9.

3e mode : les nouvelles technologies

94Les nouvelles technologies de proximité, en particulier Internet et le portable, ont considérablement démocratisé la communication. Le visuel n’appartient désormais plus aux seules grandes maisons de production. On peut mélanger le texte, l’image et le son (vous vous souvenez de notre longue analyse de l’audio-scripto-visuel) sans qu’il en coûte des sommes titanesques.

95Pour le rédacteur, c’est un domaine en tout point nouveau. Il doit apprendre à aménager autrement sa façon d’écrire. Il doit tenir compte de contraintes inédites. Il doit pouvoir transfigurer son style. Reprenons donc la formulation de la proposition d’emploi, mais en l’adaptant au cadre d’Internet. Il s’agit, cette fois, de vous mettre en valeur au fil des hyperliens.

Vous mettre en valeur au fil des hyperliens
Un site Internet est créé pour renseigner les firmes de relations publiques sur les nouveaux arrivants sur ce marché du travail. Vous avez l’occasion de vous y faire connaître des employeurs, soit comme rédacteur professionnel, soit comme relationniste. Préparez la page d’écran qui vous est allouée pour vous mettre en valeur, en sachant adapter votre style à ce média... sans oublier d’insérer des hyperliens.

96Vous vous êtes donné le mal de faire ce petit jeu ? Alors, jugeons du résultat en observant le même pro ces sus que pour les deux précédents.

97En premier lieu, demandons-nous si les mots, les phrases, les paragraphes que vous aviez utilisés pour les deux premiers exercices, vous avez bien su les conformer aux exigences d’un scénario multimédia... audio-scripto-visuel... interactif. Avez-vous respecté les règles d’écriture qui caractérisent Internet ? En particulier, avez-vous fait des hyperliens significatifs ?

98Vite, relisez tout ce que nous avons écrit à cet égard au chapitre 12. Cette étape accomplie, penchons-nous maintenant sur le troisième de nos aspects.

L’écriture

99Dans les paragraphes que vous avez rédigés pour Internet, avez-vous adopté une attitude de « séduction » ? Au moment de rédiger le texte, avez-vous construit un individu imaginaire que vous teniez à captiver ? Ou bien, aviez-vous l’impression de subir un pensum, de répondre à une commande ?

100Avez-vous écrit en pensant que personne, de toute manière, ne s’intéresse à vous ? Ou plutôt, vous êtes-vous mis dans la tête qu’il y a quelque part un directeur des communications qui saura être sensible à votre talent et à la compétence que vous avez acquise à travers vos études et vos diverses expériences, professionnelles ou de vie ? Vous aurez sans doute intérêt à revoir le chapitre 6.

101Comme votre lecteur n’est pas directement devant vous, que vous ne pouvez le convaincre de vive voix, avez-vous pleinement pris conscience de l’atout que représentait alors pour vous la qualité de votre style et de son adaptation au grand ou au petit écran ?

102Relisez la page d’Internet que vous venez d’écrire en vous demandant si vous avez bien su trouver les mots pour séduire. Puis revoyez aussi, sous cet angle, vos deux exercices précédents.

103Dans ces textes-là, selon que vous aurez pensé écrit dans le premier cas, oral dans le second, vous aurez sans doute choisi des mots différents et construit des phrases autres. Mais aurez-vous toujours pris les dispositions pour que le document, quelle que soit sa forme, ait tout pour charmer un employeur éventuel ? Ne craignez pas de vous corriger.

Se corriger sans fin
Il est important de reconnaître qu’on peut se corriger sans fin. Un texte peut toujours s’améliorer. Cet ouvrage en est à sa sixième version... et nous y trouvons encore bien des insuffisances ! Rédiger, tout comme penser, est une démarche continue.

En résumé

104Au terme de cet exercice à trois volets, vous avez peut-être l’impression que tout ce que vous pensiez avoir retenu de cet ouvrage est soudainement passé de la clarté à la confusion. Reprenons les choses autrement, en dix questions, et ça va redevenir clair.

Tout cet ouvrage en dix questions
En pratique, devant votre page blanche, posez-vous les dix questions suivantes :
1. Dans ce texte, est-ce que je cherche à m’exprimer ou à communiquer (chapitre 1) ?
2. De façon privée (chapitre 1) ou publique (chapitre 2) ?
3. Dans le second cas, de quel type de document public s’agit-il (chapitre 2) ?
4. Vise-t-il à défendre une cause (chapitre 2) ou à faire des relations publiques (chapitre 3) ?
5. Quel est mon public cible (chapitre 4) ?
6. Quel est le contenu d’information que je veux livrer à ce public (chapitre 5) ?
7. Quel est le message que je voudrais qu’il retienne derrière l’information (chapitre 5) ?
8. Comment dois-je m’exprimer pour le « séduire par les mots » (chapitre 6) ?
9. Comment ce public me considère-t-il ? Me connaît-il ou non (chapitre 7) ? M’aime-t-il... (chapitre 8) ?... ou non (chapitre 9) ?
10. Mon document aura-t-il une forme écrite (chapitre 10), orale (chapitre 11) ou audio-scripto-visuel (chapitre 12) ?

***

105Le rédacteur professionnel, qu’il œuvre en relations publiques ou dans quelque autre domaine de la communication, est porteur du flambeau de la langue. Dans ce chapitre de récapitulation, nous l’avons prévenu qu’il sera souvent appelé à intervenir pour la protéger. Mais on ne lutte que pour ce qu’on aime.

106Alors, avant de refermer ce livre, laissez-vous porter – simple ment pour le plaisir – par une fable de La Fontaine. Pourquoi ? Parce que c’est un modèle de concision et de précision, ces qualités opposées dont nous avons si souvent dit qu’elles constituent les deux pôles d’une communication efficace.

  • 11 Jean de La Fontaine, Fables, Livre III, fable x.

Jean de La Fontaine
Le lion abattu par l’homme
On exposait une peinture
Où l’artisan avait tracé
Un lion d’immense stature
Par un seul homme terrassé.
Les regardants en tiraient gloire.
Un lion en passant rabattit leur caquet.
« Je vois bien, dit-il, qu’en effet
On vous donne ici la victoire ;
Mais l’ouvrier vous a déçus :
Il avait liberté de feindre.
Avec plus de raison nous aurions le dessus,
Si mes confrères savaient peindre11. »

  • 12 On lira, en particulier, Amkoullel, l’enfant peul et Oui mon commandant !, autobiographie en deux (...)
  • 13 Pour Le testament français, Paris, Mercure de France, 1995.

107Si jamais vous en venez à désespérer du français, à perdre confiance en sa destinée, pensez à ceux qui y ont cru, à Amadou Hampâté Bâ, ce Malien de l’époque coloniale, qui put, grâce à cette langue apprise sur le tard, transmettre au monde entier les traditions de son peuple, ce qui le conduisit lui-même au conseil exécutif de l’UNESCO12. Pensez encore à Andreï Makine, qui, des steppes de Sibérie, s’initia en secret aux subtilités de la langue française jusqu’à obtenir, bien des années plus tard, les prestigieux prix Goncourt et Médicis13. À tous les rabat-joie du monde, opposez ces modèles stimulants.

RÉPONSE À LA QUESTION PIÈGE
Faux... car il n’existe pas, pour l’instant du moins, d’Ordre des rédacteurs. N’importe qui peut donc se déclarer rédacteur, tout comme il pourrait tout aussi bien se faire appeler thérapeute. Ce qui, en rédaction, se rapproche le plus d’un ordre professionnel, c’est la Société québécoise de la rédaction professionnelle.

Notes

1 Ces observations de Bacqueville de la Potherie sont tirées de son Histoire de l’Amérique septentrionale, Paris, 1753, et citées par Marthe Faribault, dans l’ouvrage collectif Pour le Christ et pour le Roi, Montréal, Libre Expression, 1992, p. 94.

2 Nous avons été tenté d’écrire, comme on le voit souvent, « avoir la bride sur le cou », mais nous avons découvert in extremis que cette expression signifie « être libre », soit exactement le contraire de l’idée que nous voulions transmettre.

3 La principale de ces ressources est la Société québécoise de la rédaction professionnelle (SQRP), <www.sqrp.org>.

4 Anne Hébert, Est-ce que je te dérange ?, Paris, Seuil, 1998, p. 21.

5 Alain Duchesne et Thierry Leguay, Le jeu de l’oie de l’écrivain, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 143.

6 Texte d’un dépliant annonçant la tenue d’un débat public sur cette question au Musée de la civilisation de Québec, le 4 juin 1994.

7 Ainsi, cet État qui porte le nom de « Sri Lanka » a fait savoir que l’appellation du pays contient déjà son article et qu’il ne faut donc pas écrire « le Sri Lanka », mais simplement « Sri Lanka », ni « le peuple du Sri Lanka », mais « de Sri Lanka ». Le gouvernement canadien a répercuté cette consigne... qui ne semble pas très suivie par les médias, tant elle s’oppose à une façon universelle d’écrire.

8 Gérard Bouchard, François Rocher, Guy Rocher, Les francophones québécois, Montréal, Conseil scolaire de l’île de Montréal, 1991, p. 47.

9 Christian Rioux, dans Le Devoir, 9 septembre 1994.

10 Alain Finkielkraut, cité dans Antoine Robitaille, « Contre la conception instrumentale de la langue », Le Devoir, 27 juin 1994, p. B-1.

11 Jean de La Fontaine, Fables, Livre III, fable x.

12 On lira, en particulier, Amkoullel, l’enfant peul et Oui mon commandant !, autobiographie en deux tomes publiée chez Actes Sud.

13 Pour Le testament français, Paris, Mercure de France, 1995.

Table des illustrations

Légende FIGURE 13.1. Convergences professionnelles
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search