Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Quatrième partie. Les façons de rédiger propres à chaque moyen de communiquer

12. Rédiger pour des communications audio-scripto-visuelles

Texte intégral

1Si le chapitre 10, consacré à l’écriture, favorisait quelque peu notre apprenti rédacteur, celui que nous entreprenons maintenant ira sans doute comme un gant à notre relationniste en herbe. Il y sera question, en effet, de modes de communication où dominent le son et l’image transmis par les médias, ainsi que des multiples usages de la technique numérique, deux voies d’expression hautement privilégiées en relations publiques.

  • 1 Jean Cloutier, La communication audio-scripto-visuelle, Montréal, Didier, 1978, p. 3. Le mot média(...)

2Dans les années 1970, Jean Cloutier et Constantin Fostinas, de l’Université de Montréal, mirent au point une méthode d’apprentissage de la communication qu’ils firent connaître sous le nom de ASV. « Le terme ASV provient de l’expression audio-scripto-visuel et se réfère aux différents langages et aux divers média que peut utiliser l’homme pour communiquer1. » D’autres vocables tentent bien de rendre l’idée d’un mode de communication qui exploite à la fois l’écrit, l’image et le son. On parlera, par exemple, de multimédia, de nouvelles technologies. Mais ces expressions ont plusieurs sens, ce qui porte à confusion. Avec audio-scripto-visuel, il n’y a guère de problèmes. Ses dimensions sont déjà gravées dans le nom, et les usages multiformes auxquels il donne accès sont bien circonscrits : (1) image et son ; (2) image et texte ; (3) son et texte ; (4) image, son et texte.

SECTION 1 : LES PRINCIPES

3Déjà habituée, malgré sa courte expérience, à l’univers extraverti des relations publiques, la relationniste que nous avons décrite au début de ce livre ressemble bien peu à son collègue, notre rédacteur type, un amoureux des lettres. Pourtant, l’un et l’autre, avons-nous dit à plusieurs reprises, attendent de cet ouvrage qu’il fasse le lien entre la rédaction et leur vie professionnelle.

4Nous les invitons donc à revoir, au chapitre 3, le tableau qui récapitulait les moyens inventés par l’homme pour la communication de masse. Ils se remémoreront sans doute ce que nous exposions alors, à savoir que, pour être en mesure d’envoyer un message à un très vaste public, l’homme a su inventer des techniques de multiplication à portée de plus en plus grande, tant dans le rayonnement que dans la vitesse.

5Les médias écrits apparurent les premiers, à la Renaissance, grâce à l’imprimerie. Beaucoup plus tard, au XIXe siècle, il devint possible de transmettre le son et l’image (d’abord par gravure, puis par pellicule). La modulation d’ondes électriques ouvrit l’ère des télécommunications, qui prit tout récemment une nouvelle ampleur, grâce à la numérisation.

6Dans les pages qui suivent, nous poursuivrons notre réflexion en montrant comment l’écrit, si souvent individualiste, doit apprendre à partager son royaume avec les nouvelles voies de transmission des messages. L’audio-scripto-visuel suit présentement deux grandes artères : (1) d’une part, la télévision, avec ses dérivés, notamment la vidéo et le DVD ; (2) d’autre part, Internet, dont le déploiement est loin d’être achevé si l’on en juge par les nouvelles applications qui s’y ajoutent constamment. La télévision représente la quintessence du média de masse : un seul émetteur pour des millions de téléspectateurs. À l’inverse, Internet invite constamment à l’interactivité : chaque internaute peut se faire émetteur. Des médias si opposés exigent des façons différentes de rédiger les textes. C’est ce que nous allons maintenant analyser.

Écrire pour la télévision

7Si l’ouverture des premières stations de télévision (Montréal et Toronto, 1952) a créé un impact si puissant qu’on a déplacé les meubles du salon pour être en mesure d’accueillir, soir après soir, les savants, les sportifs, les artistes et les amuseurs publics qui s’invitaient, c’est que chaque maison se transformait en salle de spectacle, en arène, en amphithéâtre, en place publique. « On ne veut pas le savoir, devait plaisanter Yvon Deschamps, bien des années plus tard, on veut le voir. » Autrement dit, on ne veut pas se faire expliquer les choses, on veut les regarder et les entendre, pour les interpréter ensuite à sa manière, sans interférence.

8Voilà une situation tout à fait inédite à laquelle doit pourtant se préparer ce pauvre rédacteur formé, jusqu’à maintenant, à la logique progressive de l’écriture (où l’on ne va de A à C qu’en passant d’abord obligatoirement par B). Voyons ce qui arrive quand il cesse de penser uniquement scripto pour penser aussi audio et visuel.

Comprendre, entendre, voir

9Pour bien saisir l’exigence d’une telle reconversion, il faut d’abord connaître la façon dont l’information transige depuis les yeux et les oreilles jusqu’aux neurones du cerveau. En traversant un texte écrit, tout lecteur doit passer par deux reconstitutions de sens. Il lui faut d’abord saisir que tels dessins (présentés dans un certain ordre) représentent des bruits significatifs, des sons. Ainsi trois traits verticaux, un horizontal, cinq obliques et un circulaire, placés d’une certaine façon, rendent les sons AV-ION.

10En second lieu, il doit avoir inscrit dans sa tête un dictionnaire français qui lui permet de comprendre que ces dessins, ces sons, ces phonèmes, ces lettres signifient un « appareil de navigation aérienne plus lourd que l’air... ». Démarche laborieuse s’il en est.

11L’audition n’exige qu’un seul processus de transformation. Il suffit que le cerveau se soit donné un décodeur de bruits qui lui permet d’associer à chacun d’eux un objet précis ou une situation particulière : le vrombissement de l’avion se révélera alors nette ment caractéristique. Avec un minimum d’expérience, on ne le confondra pas avec celui d’une motocyclette ou d’une scie à chaîne.

12Quant à la vision, elle n’a besoin d’aucune interprétation. Elle va droit au cerveau pour y inscrire ou y raviver une image précise de l’objet lui-même. La figure 12.1 illustre ce concept.

FIGURE 12.1. Lecture, audition, vision

Un incessant décodage

13On comprend pourquoi les panneaux routiers comportent toujours un indicateur visuel (cercle, losange, octogone) qui annonce un obstacle avant même qu’on n’ait lu les mots qui y sont plaqués et qui en indiquent la nature. Ainsi le losange, pictogramme tiré d’une figure géométrique, prévient d’un danger. Le texte qui y est inscrit, par exemple « travaux », informe sur la nature de ce danger (revoyez, si nécessaire, ce que nous avons écrit, au premier chapitre, à propos des symboles et, plus précisément, des pictogrammes).

14Le rédacteur qui travaille en audio-scripto-visuel apprendra donc à établir un constant rapport entre les mots qu’il utilise et les images auxquelles ces mots seront associés. Il se souviendra que le lecteur ne cesse de décoder, alors que le spectateur se laisse porter par les images. Il gardera en tête que, pour décoder, il faut recourir à une logique linéaire, traduire, toujours traduire. Alors que, là où il n’y a pas de codes, c’est la logique biologique qui domine, le bon sens spontané, sous l’effet de l’émotion naturellement suscitée par le contact direct avec l’objet.

15Du rationnel, on passe à l’esthétique, autre type de décodage. Le mot a-vi-on n’est ni beau ni laid. Les traits que forment les lettres de l’alphabet sont trop minimalistes pour qu’on puisse longue ment s’attarder à leur charme.

La beauté des lettres est dans le lecteur !
Le monde de l’écrit est rigoureux, mais neutre sur le plan de l’esthétique, parce que sou mis à des idéogrammes sans éclat ni difformité. Les dessins banals qu’ils forment sur le papier n’ont d’intérêt que pour l’interprétation ultérieure que leur donnera le cerveau. La beauté est dans l’émotion tout intérieure à laquelle renvoient les mots.

16En audiovisuel, par contre, les sons et les images projettent des aspects perçus comme beaux ou laids du réel, son lustre ou ses anomalies. S’y adapter exigera, pour une personne habituée à la rédaction de textes écrits, une conversion souvent ardue.

17Rédiger pour un média fait surtout d’images et de sons exige qu’on maîtrise ou, tout au moins, qu’on comprenne la logique non linéaire. Le principe en est simple. Les sons – et, plus encore, les images – qui pénètrent dans le cerveau s’y entrechoquent sans ordre apparent, à la recherche de souvenirs latents auxquels ils puissent se référer. Le langage (oral ou écrit), lui, est déjà codé, donc ordonné, à la manière d’une encyclopédie.

18On peut comparer les deux approches de la façon suivante. Quand vous cherchez quelque synonyme d’un mot, vous pouvez ouvrir un dictionnaire des synonymes (donc, un système de codification) ou laisser errer votre mémoire jusqu’à ce qu’en surgisse le synonyme qui y dort depuis une ancienne lecture. Le rédacteur est habitué à penser de façon culturelle, avec une rationalité acquise ; il doit apprendre à scénariser, c’est-à-dire à penser de façon naturelle, non linéaire.

La scénarisation audio-vidéo

19Il n’est pas toujours facile pour un rédacteur de retrouver la spontanéité du son et de l’image. Il est habitué à une forme de pensée structurée de l’intérieur. Il couche ses idées sur papier dans l’isolement de son bureau. Plus tard seulement (parfois des mois ou des années plus tard), un lecteur – isolé, lui aussi – s’en empare, les parcourt à son rythme, les accepte ou les rejette. S’il est tenté de réagir, il doit à son tour prendre la plume.

20Le scénariste que vous êtes devenu pour la durée de ce chapitre travaille différemment. Votre texte n’est qu’un ingrédient d’un produit plus complexe, qui sera – le plus souvent, d’ailleurs – l’objet d’un feed-back rapide des spectateurs auxquels il est destiné.

21Par ailleurs, il y a d’autres sons que les mots dans un document audiovisuel : la musique, les bruits. Il vous faut donc penser le son des mots en conjonction avec ces autres sources sonores. Dans certains cas, le scénario pourra même indiquer que le son des paroles que vous êtes en train d’écrire devra être progressivement couvert par d’autres sons (mélange de voix ou rumeurs de la rue, par exemple).

Les mots parmi les autres sons
Pour s’entraîner à situer les mots dans leur environnement sonore, un exercice simple consiste à fermer les yeux devant le téléviseur et à tenter de recueillir le plus d’information possible par le seul fait de sons (autres que la parole). Ou, à l’inverse, suivre une émission de télé en omettant le son et se demander pourquoi on comprend quand même le déroulement de l’action.

22Quand on écrit pour être vu, il faut s’adapter à la pensée concrète, présenter son sujet sous la forme d’une « histoire ». Par exemple : « Le jeune Bombardier regarde tomber la neige qui atteint maintenant la hauteur de la fenêtre. Neige ou pas, il prendra sa voiture pour se rendre à la ville. Il a pensé à un truc... » Ainsi, à la logique bien ordonnée de la pensée abstraite saura-t-on substituer un pro pos au mouvement continu, incertain et parfois chaotique, tout comme les choses se déroulent dans la vie.

23C’est bien la vie qu’on reproduit, en effet. Dans un roman, il faut décrire les lieux, les personnages, les mouvements. En audiovisuel, ces éléments sont directement présentés par les images. Le texte du scénario (le commentaire, le dialogue) sera donc unique ment constitué de ce qui n’est pas déjà montré. Ce qui peut être donné à voir par la caméra n’a pas à être expliqué.

24Au défi de décrire s’ajoute alors, pour le rédacteur-scénariste, celui d’établir une progression dans le déroulement de l’intrigue. Même dans une vidéo d’entreprise, il faut tenir le spectateur en haleine. Chaque plan doit apporter une information nouvelle qui enrichira la précédente.

25Cette information en appellera aussitôt une autre, qui devra venir au moment opportun : tout de suite après, si la clarté du message l’exige, ou un peu plus loin, si c’est la loi du suspense qui prévaut. C’est une façon d’écrire assez exigeante pour qu’elle ait donné lieu à une véritable spécialisation. Voyons donc les nouveaux talents que le rédacteur doit développer lorsqu’il s’avise d’écrire pour l’audiovisuel.

Le scénariste et le réalisateur

26Dans son rôle traditionnel, le rédacteur (1) reçoit un message du p.-d.g. (2), par l’entremise du v.-p. (3), et en tire un texte qu’il transmet ensuite au graphiste (4) pour l’étape de production. L’harmonie entre ces quatre personnes aux horizons si divers tient à la cible (le public cible, le message à cibler), la même pour tous (revoir la figure 3.3). Dans ce processus, le rédacteur travaille seul, sauf pour quelques rencontres de concertation.

27Dans la production audiovisuelle, le rédacteur (devenu scénariste) est, en outre, constamment doublé d’un spécialiste du visuel. Il pourra s’agir d’un graphiste, d’un infographiste, d’un réalisateur ou d’un concepteur visuel, selon l’outil choisi. Il lui faut donc apprendre à travailler à deux.

28Le succès de cette alliance tiendra pour beaucoup à la personnalité des artisans, mais le partage des tâches a aussi un fondement objectif : la formation particulière et l’expérience qu’a chaque spécialiste à l’égard de la façon de traduire une idée, soit en mots soit en images.

29Pour qui l’univers de la production audiovisuelle ne serait pas familier, précisons qu’elle comporte huit grandes étapes.

Les étapes d’une production audiovisuelle
1. Préparation et acceptation d’un synopsis.
2. Scénarisation et rédaction des dialogues.
3. Découpage technique des scènes envisagées.
4. Insertion d’un texte narratif (entretien, commentaire).
5. Recherche visuelle et sonore.
6. Tournage des plans.
7. Montage préliminaire.
8. Montage final.

30La création d’un document de relations publiques suit toujours la même séquence, du synopsis de départ au montage final, mais le rôle des artisans diffère selon que le document vise à susciter l’intérêt ou à donner des renseignements. Dans le premier cas, on parle d’un « déclencheur » ou d’une vidéo de stimulation ; dans le second, d’un document « didactique » ou d’une vidéo d’information.

31Le déclencheur éveille l’attention par un choc visuel, d’où la primauté du réalisateur, spécialiste de l’image ; alors que le document didactique, où le contenu descriptif – qui suit un processus logique – a une plus grande part, fait plus appel au talent de rédaction du scénariste.

Respecter les compétences

32Laissez au réalisateur tout ce qui concerne la façon de rendre une idée par une illustration. Même si vous pouvez, comme n’importe qui, visualiser une scène, vous n’avez pas sa compétence pour juger si l’outillage et le budget dont vous disposez permettent de la tourner de la manière que vous pensez. Ni surtout celle requise pour transmuter cette scène à l’écran, de manière à en traduire le climat.

33En effet, vous n’avez pas l’entraînement du réalisateur pour transposer la réalité, un entraînement pourtant essentiel, car le regard que porte la caméra sur le sujet diffère de celui de l’œil humain. Tout comme pour l’écriture, il existe une grammaire de l’image animée dont on n’acquiert que progressivement la maîtrise.

34Si jamais la tentation devenait forte de « jouer » au réalisateur, imaginez simplement votre propre réaction si un cadre d’entreprise voulait se substituer à vous comme rédacteur, prétendant qu’il a bien appris à lire et à écrire quand il a fait ses études. Pouvoir écrire une lettre stéréotypée et savoir rédiger un document d’envergure, ce n’est pas du même calibre. De même, pouvoir manier le caméscope familial et savoir réaliser une production pour grand public, ce sont deux mondes.

35La figure 12.2 illustre le rôle spécifique du réalisateur et celui du rédacteur (scénariste), selon que la vidéo est de type « déclencheur » ou de type didactique.

Les trois niveaux de la scénarisation

36Si vous vous risquez à ce type exigeant d’écriture que constitue la scénarisation, il vous faut connaître quelques fondements. Tout d’abord, le scénario, qui est la rédaction mot à mot du déroule ment d’une intrigue (car tout audiovisuel, même didactique, doit être construit autour d’une intrigue), est précédé d’un synopsis, qui expose brièvement de quelle manière on entend traiter le sujet. Nous y reviendrons plus longuement à l’annexe B.

FIGURE 12.2. Le scénariste et le réalisateur

37Par ailleurs, il faut aussi savoir qu’il existe plusieurs niveaux de scénarisation. La plus simple est faite de narration hors champ. Une personne qu’on ne voit jamais décrit un panorama, un événement, une situation. Pour éviter de susciter l’ennui, il est impérieux de construire ce commentaire sous la forme d’une histoire, qui se déroulera selon une progression dramatique enrichie d’effets visuels et sonores.

38La deuxième façon de scénariser consiste à faire parler les gens à l’écran, soit sous forme d’entretien, soit par voie de dialogue (interview). Cette manière de faire est plus difficile, car les scénaristes ne sont pas tous doués pour créer des conversations qui ont le ton juste ; certaines font trop savant, d’autres frôlent le ridicule en voulant faire populaire. Quant aux personnes interviewées, elles ne passent pas toujours la rampe. Toutefois, s’ils sont réussis, l’entre tien et le dialogue permettent de bien lier l’image et le son du document.

39La création de personnages constitue une troisième façon de scénariser. On entre alors dans le monde de la fiction dramatique. Seuls les plus doués ou les plus audacieux se risqueront à cette approche. Le « docudrame » bien mené constitue une façon irrésistible de transmettre de l’information lourde, comme c’est souvent le cas dans le domaine scientifique, ou pour faciliter la compréhension par voie de reconstitution. Il va sans dire que les trois niveaux de scénarisation peuvent se combiner.

Les autres étapes du processus

40Que se passe-t-il ensuite en studio ? Comme on l’aura constaté à l’analyse de la figure 12.2, le rédacteur intervient sourtout aux premières étapes d’une production audiovisuelle, qui s’avère un processus multidisciplinaire. Après quoi, le document lui échappe pour une bonne part. C’est pourquoi nous avons tant insisté sur le climat de confiance qu’il doit maintenir avec le réalisateur. Il arrive sans doute qu’une mauvaise réalisation trahisse le scénario ; mais il arrive aussi qu’un scénariste trop touche-à-tout fasse rater une production.

  • 2 Ces six étapes sont tirées de l’ouvrage de Jean Basile, L’écriture radio-télé, Montréal, SRC, 1976 (...)

Le scénariste, au début d’un processus multidisciplinaire 2
Techniciens, comédiens et réalisateur œuvrent de concert pour produire le document, généralement selon les étapes suivantes :
1. L’auteur a d’abord préparé un scénario détaillé comportant tous les personnages et les points essentiels de l’action.
2. Après avoir pris connaissance du texte, le réalisateur en fait un découpage en séquences pour lesquelles il peut prévoir un environnement sonore.
3. Le réalisateur procède ensuite à la distribution des rôles.
4. Le travail de répétition commence avec les comédiens et les techniciens.
5. Vient ensuite l’enregistrement, sous la responsabilité du réalisateur.
6. Enfin, on procède au montage.

Écrire pour Internet

41Dès qu’une communication quitte l’univers circonscrit de l’alphabet, le rédacteur doit partager son talent avec celui d’un spécialiste du langage audio-scripto-visuel. On vient de le voir pour la télévision et la vidéo (couple scénariste/réalisateur). On pourrait en dire autant pour la radio, les arts de la scène ou la présentation muséologique. C’est évidemment une règle de base en publicité, ainsi que dans les ouvrages d’art (relire Les formats éclatés, au chapitre 10).

  • 3 La façon d’écrire le mot Internet connaît un certain flottement. Certains le font précéder d’un ar (...)

42Écrire pour Internet3 fait appel à une complémentarité professionnelle de ce type. Ici, l’interlocuteur du rédacteur est le concepteur de site ou de page Web. Vous lui exposez le contenu que vous cherchez à communiquer et le message que vous souhaitez laisser filtrer à travers ce contenu (revoir le chapitre 5), mais vous lui laissez le soin de trouver la voie la plus efficace pour ce faire. Toutefois, pour l’aider dans sa démarche, vous avez intérêt à connaître quelque peu la logique d’Internet.

Les idées par les mots

43Comme rédacteur vous avez appris à passer des idées aux mots. L’informatique (et Internet est bien un outil informatique) procède à l’inverse : elle va des mots aux idées. Cela semble illogique ; parlons plutôt d’une logique différente. Il vaut la peine de la décrire.

44L’originalité des premières « machines à calculer » provenait de ce que, pour effectuer leurs opérations mathématiques, elles n’utilisaient pas le système décimal, mais un autre, inventé, au XIXe siècle, par le mathématicien anglais George Boole. Ce système ne comportait que deux chiffres, zéro et un. Les premiers informaticiens comprirent que ces chiffres se traduiraient aisément en courant électrique positif (5 volts) ou négatif (0 volt). Comme l’électricité circule à une vitesse proche de celle de la lumière, il fallait peu de temps pour réaliser un nombre élevé d’opérations complexes. On mit donc aussi en suite de chiffres les vingt-six lettres de l’alphabet, car tout pouvait s’exprimer en binaire (c’est le nom de ce système). Ainsi, par exemple, l’adjectif vert.

L’adjectif vert en binaire
v = 01010110
e = 01000101
r = 01010010
t = 01010100
vert = 01010110010001010101001001010100

45Aucune autre séquence de ces trente-deux 0 ou 1 ne pouvait donner le mot vert. En revanche, pour obtenir toutes les occurrences du mot vert dans un texte informatique, il suffisait que l’ordinateur reconnaisse cette séquence unique chaque fois que le document la présentait. L’hypertexte était né. Il ne restait ensuite qu’à améliorer sa cadence, ce que permirent des systèmes mathématiques encore plus efficaces que le binaire, en particulier l’hexadécimal.

46Comment cette technologie se transforme-t-elle en intelligence ? Du fait de la multiplicité des recoupements que permet l’hypertexte. Les moteurs de recherche d’aujourd’hui regroupent leur information dans des métadonnées, qui fournissent le contexte d’un site, d’une page ou d’un document en multipliant les mots-clés. Des algorithmes associent ensuite ces mots-clés tout comme notre cerveau associe les idées. Tel est le cheminement des « idées par les mots ».

L’intelligence artificielle à l’œuvre

47Pour fonctionner à l’envers du cerveau humain, l’intelligence artificielle n’en est pas moins une intelligence. Seule différence : elle raisonne à partir des mots (résultats d’idées) plutôt qu’à partir des idées (sources de mots). Imaginons une recherche bibliographique. Un bibliothécaire vous demandera de préciser votre requête en fonction de son système de classification, pour vous orienter vers le bon rayon. Un moteur de recherche, comme Google, Windows Live Search ou Yahoo, utilisera plutôt un index terminologique interne enrichi de métadonnées propres aux livres (insertion de toutes leurs données bibliographiques dans un en-tête électronique, invisible). Grâce à son jeu d’algorithmes, il sera en mesure de fournir rapidement une vaste panoplie de sites associés à l’ouvrage recherché. C’est Google contre Dewey.

Google contre Dewey
Vous cherchez des renseignements sur la première édition du présent ouvrage. La classification décimale Dewey, l’une des plus fréquemment utilisées en bibliothèque, vous guidera de façon absolument logique. Mais pour situer l’ouvrage dans les rayons vous devrez toutefois connaître : (1) le domaine du savoir dont il traite, (2) le pays et la province d’édition, (3) le nom et les caractéristiques de l’auteur, (4) l’année de publication. Ce qui, en Dewey, conduira vers la cote suivante : 659.2 D8865s 2001. Combien de temps vous aura-t-il fallu pour arriver à cette information complexe ? Demandez maintenant à Google. En 0,52 seconde il vous présentera plusieurs sites où l’ouvrage est décrit et illustré. Dewey est mis k. o. Si bien que les bibliothèques d’aujourd’hui passent désormais par un programme de reconnaissance informatique pour localiser les ouvrages indexés en Dewey.

  • 4 Nous recommandons particulièrement, à cet égard, le Dictionnaire des synonymes et mots de sens voi (...)

48Il y a de bonnes chances qu’après avoir expérimenté la logique d’Internet que nous venons de décrire, vous en veniez à modifier jusqu’à votre façon de trouver les meilleurs mots pour rendre votre pensée. Jusqu’ici, vous aviez toujours cherché l’idée juste avant d’imaginer le mot correspondant. Au chapitre 10, nous avions même suggéré le recours aux dictionnaires de synonymes pour raffiner votre style, en tenant pour acquis que vous aviez déjà une idée en tête et qu’il ne vous manquait que le bon mot pour la communiquer. Nous vous invitons de nouveau à consulter ces ouvrages, mais, cette fois-ci, avec le motif inverse, plus précisément, pour souligner la contribution de ces usuels à l’élaboration d’idées à partir de mots4.

49Écrire pour Internet, c’est donc écrire en se rappelant sans cesse que ce sont les mots qui conduisent aux idées et non l’inverse. Sans doute la Toile (comme on l’appelle familièrement) sert-elle de support à des applications multiformes dont le rédacteur peut tirer parti. Ainsi du blogue (dont nous avons traité au chapitre 10) ou du clavardage, de la publicité, de la photo, de la musique... les domaines ne cessent de se multiplier. Mais la modification révolutionnaire que Tim Berners-Lee apporta au premier réseau Internet – lorsqu’il créa les adresses Web, le protocole HTTP et le langage HTML –, c’est la multiplication facile des liens d’idées par la voie de mots-clés, une application poussée de la fonction hypertexte que les systèmes antérieurs n’utilisaient que de manière circonscrite. Nous verrons, dans la deuxième section de ce chapitre, quelques façons dont se déploie l’hypertexte dans un DVD ou un site Web.

Pour conclure cette section

50Parcourir l’audio-scripto-visuel, c’est associer l’écriture aux façons antérieures de communiquer dont elle est issue. En effet, l’écrit est né de la parole, elle-même fille du signe, comme nous l’avons exposé au chapitre premier. Cette convergence médiatique des divers modes d’expression a atteint un premier sommet avec la télévision, qui alimente nos yeux et nos oreilles d’images et de sons tout autant que de textes. Grâce à elle, le monde entier s’infiltre dans notre salon : nous sommes au spectacle, nous sommes à la guerre, nous sommes aux Jeux olympiques.

51Mais les émissions de télévision sont si complexes et coûteuses à produire que seule une grande entreprise peut se les permettre ; ce qui fait de ce média un outil de communication à sens unique. Internet corrige cette limite en démocratisant les échanges : vous et moi pouvons être aussi bien émetteurs que récepteurs. Pourtant, tel n’est pas là ce qui fait d’Internet une façon de communiquer tout à fait originale. L’essentiel tient au fait que, grâce à sa fonction hypertexte, il change la polarisation du cheminement intellectuel : avec lui, nous n’allons plus des idées aux mots, mais des mots aux idées.

52Par là, il rejoint sans doute les origines de l’intelligence humaine. On sait, en effet, que la répétition de signaux vocaux ou visuels de joie, de crainte ou d’avertissement (les « mots » d’alors) conduisit à l’inscription de ces informations dans le cerveau où elles se transformèrent en idées. Internet fonctionne de la même manière. Quoi qu’il en soit, l’audio-scripto-visuel constitue, pour le rédacteur de relations publiques, un mode de communication impressionnant dont nous allons maintenant voir les principales applications.

QUESTION PIÈGE
Vous proposez sur Internet des sessions de perfectionnement sur divers sujets liés au monde de la communication :
1. La gestion des communications ;
2. Les outils de relations publiques ;
3. La rédaction de rapports ;
4. L’organisation d’ événements ;
5. Le marketing direct ;
6. La promotion ;
7. La façon de construire une argumentation.
Peu de gens se présentent. Alors, vous décidez d’annoncer ces sessions sous des titres accrocheurs plutôt que par la simple nomenclature des sujets traités. Saurez-vous trouver des titres dans le lexique vivace de notre temps dont l’audio-scripto-visuel s’est fait porteur ? Voyez la réponse à la toute fin de ce chapitre.

SECTION 2 : DES APPLICATIONS

53Dans la première section de ce chapitre, nous avons traité quelque peu de ce haut lieu de l’audio-scripto-visuel que constitue la télévision, en insistant sur le partage des compétences entre un scénariste et un réalisateur. Nous pensons que nous n’avons pas à aller plus loin dans cette direction. En effet, il est exceptionnel qu’une entreprise réalise un film ou une émission de télévision pour des fins de relations publiques. S’il lui arrive de le faire, elle a plutôt recours à des spécialistes du métier, tant l’investissement est considérable.

54La relationniste et le rédacteur types de cet ouvrage ne devraient quand même pas être laissés totalement dans le noir. C’est pourquoi nous leur fournissons des renseignements complémentaires à l’annexe B : À propos de la scénarisation.

55Dans cette deuxième section du chapitre 12, nous mettrons plutôt l’accent sur trois outils qui s’appuient sur le numérique. D’abord, le DVD, une combinaison d’écritures, de parties sonores et d’images fixes ou animées reliées entre elles par hyperliens. Ensuite, le site Web, cette nouvelle tribune de l’entreprise dynamique, carrefour de mots-clés s’il en est. Enfin, le portable, le plus récent défi que le numérique s’est donné pour mettre au service de « l’individu en mouvement » le potentiel du téléphone, de la radio, de la télévision et de l’ordinateur. À mesure que vous parcourrez ces outils, vous découvrirez que les mots écrits y occupent une place de plus en plus restreinte, mais, néanmoins, jamais tout à fait absente.

1er outil : le DVD

56Le disque DVD a deux parents : la cassette audio-vidéo et le disque compact. Il tient donc de l’audio-scripto-visuel et de l’informatique. Sur le plan technique, il s’agit simplement d’un support de plus à la transmission des images et des sons ; il connaît lui-même une rapide évolution en vue de s’adapter au format 9 x 16 des films et des émissions télévisées, un format gourmand en mémoire.

57Avant de considérer ses avantages comme outil de relations publiques, notons brièvement sa limite majeure : il n’est pas interactif. Sans doute, certains modèles sont-ils autoprogrammables (ce qui sert bien la fonction d’archivage), mais le système n’est pas conçu pour des fins de dialogue. Le DVD compense toutefois cette faiblesse par de nombreux avantages.

58Au premier chef, la qualité et la stabilité de ses images sont largement supérieures à celles des cassettes. Sa capacité de stockage également. Ajoutons qu’on peut passer d’une section à l’autre en un instant... rappelez-vous l’époque où il vous fallait faire dérouler une bande en marche arrière pour retrouver, à l’aveuglette, l’extrait que vous souhaitiez revoir. C’est que, numérique – tout comme le CD avant lui –, il exploite l’hypertexte. En second lieu, la production de copies est peu coûteuse ; c’est pourquoi on en trouve partout, jusque dans le rabat des magazines, comme c’était le cas, il n’y a pas encore si longtemps, pour le CD.

Au service de l’entreprise

59L’hypertexte servira particulièrement bien le DVD d’entreprise. Mais différemment, selon que le DVD sera destiné à l’ordinateur ou au téléviseur. Cette application sera poussée à son efficacité maximale dans les DVD conçus pour l’ordinateur grâce à l’insertion de mots-clés renvoyant à diverses parties du document. Ce type de DVD a donc toutes les caractéristiques du site Internet (un outil que nous analyserons plus loin), sauf le lien externe avec la Toile.

60Relié à un téléviseur traditionnel (analogique), le DVD tirera encore parti de la fonction hypertexte (dissimulée dans des en-têtes invisibles), mais dans une moins grande mesure, c’est-à-dire uniquement pour permettre la navigation rapide entre les diverses parties. Le spectateur aura alors accès en tout temps à une table des matières lui permettant de butiner d’un chapitre à l’autre. Ajoutons que la famille naissante des téléviseurs numériques annonce un grand avenir pour le DVD (ou son successeur), dont la polyvalence ne saurait qu’augmenter.

61Le DVD ne constituant qu’une « feuille blanche électronique », on peut y inscrire ce qu’on veut, de la manière qu’on veut. Les entreprises s’en servent le plus souvent à des fins d’autoprésentation. Le DVD est alors réparti en chapitres, comme un document écrit : (1) l’entreprise, (2) sa mission, (3) ses installations, (4) ses activités, (5) son personnel, (6) son administration, etc. Sa supériorité par rapport à une « brochure » vient de ce qu’il est beaucoup plus facile d’en feuilleter les « pages ». Même avantage par rapport au film, dont le défilement est continu.

62La technologie DVD sert particulièrement bien aux présentations de nature technique, de type Power Point ou OOo Impress. Elle peut aussi prendre la forme d’une émission télévisée. Il est fort probable, dans ce cas, que sa réalisation soit confiée à une firme spécialisée. Mais vous demeurerez sans doute le mandataire de votre entreprise. C’est donc en pensant à vous que nous avons rédigé l’annexe B, à la fin de cet ouvrage.

La part de la rédaction dans un DVD

63Si vous avez lu attentivement les chapitres précédents, vous êtes assez bien outillés, rédacteur comme relationniste, pour situer la part de rédaction dans un DVD. Rappelez-vous ce que nous avons écrit au sujet du diaporama (chapitre 5) et des formats éclatés (chapitre 10). Revoyez aussi nos propos sur les relations entre le scénariste et le réalisateur d’un document vidéo (première partie du présent chapitre). Dans ces trois cas, le dialogue est essentiel entre le spécialiste de l’écrit que vous êtes et le spécialiste des autres formes d’expression avec qui vous travaillez. Aucun ne domine l’autre ; l’un et l’autre se complètent.

64Dans le cas particulier des DVD à contenu technique, la concision du texte que vous affichez ne doit pas en affecter la précision. Il y est particulièrement important – au contraire d’un DVD de type reportage ou fiction – de toujours utiliser les mêmes mots pour décrire les mêmes choses. Ainsi, tandis qu’on le fera surfer de point en point, le spectateur ne sera jamais égaré par une modification du vocabulaire. La qualité grammaticale est également de la plus haute importance, car les fautes sont plus évidentes à l’écran que sur papier.

65Comme pour n’importe quel document de relations publiques, le DVD sera construit selon un certain style et une certaine progression. Le style : si, par exemple, vous abordez votre sujet de façon plutôt légère – disons, pour créer un climat de détente au début d’un congrès –, il faut que le choix des mots concorde avec un visuel qui, lui aussi, aura des allures de semi-vacances ; en revanche, à sujet hautement sérieux, mots résolument spartiates. En tout état de cause, de la cohérence.

66Le style encore : certains DVD sont pensés pour une présentation individuelle, d’autres pour une utilisation dans le cadre d’une activité collective. Cette différence appelle une nuance dans la façon de rédiger les uns et les autres : par le choix des mots, la construction des phrases et le ton de la lecture, on renverra soit à un climat d’intimité, soit à la fierté du groupe.

67Quant à la progression, c’est l’une des règles fondamentales que vous avez apprises depuis le début de ce livre : prendre les gens là où ils sont, sur le plan de l’information, et les faire avancer intelligemment vers ce que vous voulez leur communiquer. À cet égard, même dans les documents les plus sévères, on ne manquera pas de créer un effet de cheminement, pour que le spectateur ait l’impression qu’on lui fait parcourir une route menant au savoir. Une vision historique (comment le sujet traité a évolué au fil des ans) ou descriptive (comment l’entreprise apporte une « valeur ajoutée » à un ensemble hétéroclite de matériaux) sera particulièrement susceptible de soutenir l’attention. En toute situation, l’approche événementielle l’emportera toujours sur l’approche administrative (revoir, à cet égard, le chapitre 3, notamment la figure 3.4).

2e outil : le site Web

  • 5 Cette adresse appartient au système URL (Uniform Resource Locator), créé et géré par le WWW Consor (...)

68En langage d’écriture, on se représentera le site Web comme un cahier et la page Web comme une page de ce cahier. Ou encore, comme un chapitre constitué de sections. Le site peut comporter une seule page, comme il peut en comporter des centaines. Quant à la page, elle peut faire plusieurs pages d’écran ou, au contraire, un simple segment d’écran. Un bureau international distribue les sites Web afin de s’assurer qu’aucune adresse n’empiète sur les autres5. Pour le reste, l’on est libre d’y inscrire ce qu’on veut : poèmes ou injures, offre de produits ou demande de dons.

69Aucune autorité, ni politique ni morale, n’intervient dans ce que vous y rédigez ou y montrez. Si vous vous faites trop haineux ou exagérément porno, les fournisseurs de service vous laisseront sans doute à la porte, ce qui limitera la capacité de propagation de votre prose ou de vos images ; mais sans l’éliminer tout à fait, car il existe des voies de contournement. Quoi qu’il en soit, les sites d’entreprise ne s’approchent pas souvent de ces eaux-là.

L’adresse du site Web

70Il est devenu capital pour les entreprises – et nombre d’individus – de posséder une adresse Web. Les restaurants en ont (vous pouvez y consulter le menu), les grossistes en ont (vous avez accès à leur inventaire), chaque politicien a le sien (à vous de juger de ses idées).

71Un organisme peut concentrer tous ses renseignements dans un seul site ou les répartir dans plusieurs. Ainsi l’Université de Montréal compte plusieurs centaines de sites Internet, eux-mêmes constitués d’un grand nombre de pages. Mieux : si vous allez, par exemple, à la page du cours Rédaction et communications publiques, vous observerez que, pour obtenir des renseignements complémentaires, on vous renvoie, par hyperliens, à d’autres pages, soit du même site, soit d’un site différent. Mieux encore : certains de ces sites fournissent l’occasion d’entrer en dialogue : vous pouvez, par exemple, vous inscrire en ligne. Tel est l’ensemble des tâches qui relèvent d’un concepteur de site ou de page Web.

Exemple d’adresse de site et de page Web
Site d’accueil de l’Université de Montréal : <umontreal.ca>
Site du secteur Formation à distance : <formationadistance.umontreal.ca >
Page du cours RED2010D : <RED2010D.html>
Adresse complète de la page : formationadistance.umontreal.ca/RED2010D.html (Le suffixe html indique le langage informatique utilisé dans la page. Il s’agit ici du Hypertext Markup Language.)

Le concepteur de site ou de page Web

72La personne avec laquelle vous, le rédacteur, vous, la relationniste, serez appelés à travailler en matière de site Web est le concepteur de site. C’est lui qui imagine, réalise et met à jour un site (ou de nouvelles pages pour un site déjà créé). Tout comme le réalisateur d’un film ou d’une vidéo, il attend de vous six renseignements fondamentaux, les six critères que nous avons déterminés progressivement dans la deuxième partie de cet ouvrage et que nous résumons ici pour rappel.

Rappel des six critères d’une bonne rédaction de relations publiques
- Le public : (1) bien l’identifier dans votre tête ; (2) communiquer véritablement avec lui (ch. 4).
- Le message : (3) fournir l’information complète ; (4) faire paraître une image favorable (ch. 5).
- L’écriture : (5) se mettre en attitude « séduction » ; (6) soutenir l’intérêt et la sympathie (ch. 6).

73Si vous l’éclairez suffisamment, le concepteur s’investira vite du public, du message et de l’écriture que vous avez en tête, de manière à pouvoir appliquer vos critères à sa manière à lui, c’est-à-dire dans un document où l’image, le son et le texte sont (1) combinés, (2) ouverts sur l’extérieur et (3) en constante fluctuation. Vous connaissez bien les deux premières caractéristiques : « combinés » vous renvoie à l’audio-scriptovisuel, (2) « ouverts », à l’hypertexte par mots-clés. Il vaut la peine d’analyser brièvement la troisième, nouvelle pour nous : « fluctuation ».

74En effet, un site Web dynamique n’est jamais fixe. Non seulement évolue-t-il au gré des révisions, parfois quotidiennes ; mais, dans sa conception visuelle même, il fait apparaître les pages d’écran comme en perpétuel mouvement. Ce serait, semble-t-il, l’unique façon de retenir l’attention de l’internaute plus de trente secondes.

Structure d’une page Web

75Il faut savoir, en effet, que sur le plan technique, la page Web est constituée d’une série de fichiers contenant soit une image (fixe ou animée), soit du son (musique ou paroles), soit des données mathématiques, soit du texte, le tout placé sur une grille invisible. Chaque fichier utilise un langage spécialisé. Vous en connaissez sans doute plusieurs, tels : CCS, XML, GIF, JPEG, JavaScript, RealAudio, RealVideo, Enliven, Shockwave, Flash ou VRML. Et il s’en crée sans cesse de nouveaux, de plus en plus raffinés.

76Internet aime le mouvement. Si votre entreprise peut s’offrir un site « mobile », elle verra sûrement le nombre de « visiteurs uniques » (personnes différentes qui cliquent pour y accéder) augmenter en flèche.

77Vous avez intérêt à observer un concepteur de site Web au travail pour vous initier à votre propre rôle. Ainsi, apprécierez-vous – et ce n’est qu’un exemple – qu’il pense à insérer, à l’intention des internautes « cartésiens » – vous êtes peut-être du nombre –, un fichier (appelé logothèque) qui décrit les éléments du site, soit par arborescence, soit par ordre alphabétique, et y renvoie d’un clic de souris.

Extrait de « Publicités à la carte », par Jacques Dorion et Jean Dumas, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2006, pages 265-266.
Bannière
Publicité qui renvoie d’une page Web à une page tampon ou à un site Web différent. On utilise aussi le mot « bandeau ». La bannière est dite « rotative » quand l’espace prévu à l’écran sert à diffuser, en séquence, les messages de plusieurs annonceurs.
Bouton
Publicité plus petite qu’une bannière, de forme carrée ou rectangulaire.
Gratte-ciel
Publicité plus haute que large. Une publicité qui occupera toute la hauteur d’une page d’écran portera habituellement le nom de « super gratte-ciel ».
Écran fugitif
Texte ou image qui s’affiche brièvement tandis qu’est retardé le chargement d’un site Web.
Microsite
Fenêtre qui conduit vers différents points d’un site pour attirer l’attention sur autant de produits.
Voken
Message qui se déplace à l’écran comme s’il y flottait.

FIGURE 12.3. Formats de fichiers dans une page Web

78Vous demanderez sans doute au concepteur de site de faire ressortir vos éléments d’information de façon judicieuse – la plus importante l’emportant sur les considérations secondaires. Sa réponse consistera alors à donner à sa maquette électronique une structure qui tiendra compte de vos attentes. Comme le fait voir la figure 12.3, le monde de la publicité a déjà trouvé des noms pour les principaux formats auxquels il aura recours.

La gestion du site

79Le concepteur de site ne fait pas que présenter textes et images à l’écran. Il joue également un rôle essentiel dans la gestion du site, tâche dont la mise en œuvre, au jour le jour, sera confiée à un webmestre. Vous vous assurerez donc qu’il enrichit le site de renseignements statistiques utiles à l’entreprise, par le biais des cookies (ces espions postés chez l’inter naute). Vous attendrez également de lui qu’il assure une visibilité maximale au site par un choix approprié de mots-clés à placer dans le marqueur d’entête (metatags). Vous verrez, en outre, à ce qu’il insère des rubriques propices au dialogue avec les internautes, comme « Qui sommes-nous ? » ou « Comment nous contacter ? ». C’est encore à lui que vous confierez, le cas échéant, la tâche d’attribuer au site une fonction de lien commercial (ou commandité).

  • 6 À la différence de la publicité dans les périodiques ou à la télévision, dont le coût est fixé à l (...)

80Cette dernière activité est pleine d’exigences. Il s’agit, en effet, d’acheter des mots-clés pour une période donnée (une heure ou un an) à un coût que les moteurs de recherche font constamment fluctuer selon la demande, à la manière de la Bourse. Pour rentabiliser l’investissement6, le concepteur de site devra donc choisir à la fois (1) les mots-clés qui attireront le plus sûrement les personnes susceptibles de s’intéresser à l’entreprise, tout en tenant les autres à l’écart, et (2) les périodes où ce public cible risque le plus de se trouver devant son ordinateur, en écartant les heures creuses.

Écrire en Web

81Comme vous pouvez le constater, la place du concepteur de site Web est centrale dans la création et l’amélioration constante d’une adresse Internet. Le rédacteur demeure toutefois essentiel. Et ce, à trois paliers.

82Tout d’abord, c’est lui qui a le premier et le dernier mot quant au public visé (chapitre 4), au contenu transmis (chapitre 5) et à la façon de faire rayonner l’entreprise (chapitre 6). Les règles qui, dans nos chapitres précédents, apparaissaient comme décisives pour une communication efficace ne deviennent pas caduques parce que cette communication est informatisée. Le rédacteur saura sans doute respecter les responsabilités du concepteur de site, mais pas au point de sacrifier les siennes.

83Ensuite, c’est lui, le rédacteur, qui choisit les phrases qui conviennent le mieux pour transmettre la partie écrite du message. Ces phrases seront toujours incisives et soutenues de figures de style à la fois aisées et agréables à lire. Faire image avec des mots, alors qu’on se démène au cœur d’un univers où l’image fait la vie dure aux mots, tel est son principal défi. Comme il aura à rédiger une série de fichiers, que le concepteur situera ensuite dans la page, il s’assurera que la longueur du texte concorde avec le positionnement final.

84En toute situation, chacun de ces fichiers ne devra jamais dépasser deux ou trois paragraphes sans se laisser interrompre par une photo, un graphisme ou quoi que ce soit d’autre, sous peine de perdre les lecteurs en route. Observez que, dans leur version Internet, les journaux ne présentent qu’un résumé des articles en page d’accueil, laissant au public le soin d’en découvrir plus, s’il le juge bon, en cliquant sur un mot-clé. Si vous n’êtes pas convaincus qu’il faut faire court, essayez seulement de lire une loi ou un règlement, tel que le Web le présente à l’écran.

85Enfin, c’est encore lui, le rédacteur, qui juge du résultat et qui, si besoin est, intervient pour faire modifier, non seulement son texte, mais aussi les moyens visuels utilisés par le concepteur pour faire apprécier l’entreprise. Si un mot mal choisi peut prêter au ridicule, de même une image qui convient peu, voire une couleur mal assortie, peuvent affaiblir la portée du message. Le concepteur le sait, sans doute, dans l’abstrait. Mais c’est bien vous qui portez la responsabilité de la renommée de l’entreprise. C’est vous qui avez mandat de souligner les faiblesses tout autant que les réussites. Vous vous appuierez, pour ce faire, sur la plus ou moins grande conformité des résultats statistiques et de l’efficacité des mots-clés au regard des objectifs fixés, ainsi que sur les réactions individuelles des internautes.

3e outil : le portable

86Nous voici au dernier de la série des vingt-sept outils que nous vous avons proposés pour servir d’assise à vos talents en rédaction de relations publiques. Et ce dernier outil, le portable, nous renvoie, plus que tout autre, aux trois premiers chapitres de cet ouvrage, ceux qui auront peut-être paru à certains quelque peu théoriques, alors qu’ils ne faisaient que situer la tâche du rédacteur dans le contexte général de la communication humaine.

87On y traitait du besoin humain de communiquer. Qu’il suffise d’observer, dans la rue, le nombre de gens qui ne peuvent détacher l’oreille de leur portable pour bien saisir l’ampleur de ce besoin. On y traitait des diverses formes de la communication (revoyez les figures 2.1 et 3.1). Le portable les touche toutes, privées ou publiques. C’est un média à la fois intime et universel.

Le dernier-né des TIC

88À preuve, la diffusion de séquences vidéo. Quiconque a tourné, grâce à la fonction vidéo de son portable, un plan de trente secondes montrant une mésaventure amusante de son chien l’enverra d’abord à un ami, depuis ce même portable, par la voie d’un appel personnel. L’ami l’ajoutera peut-être à un certain nombre d’autres que le fournisseur de service aura déjà engrangés (ce que permet un système comme « See Me TV »).

89La séquence est vraiment hilarante ? Alors, quelqu’un la fera sans doute parvenir à une plateforme d’Internet, comme YouTube ou Joost, où elle atteindra les confins du monde et sera cotée par des milliers d’inter nautes. Finalement, si les réseaux de télévision s’y intéressent, ils en acquerront les droits et la diffuseront, soit à la télé traditionnelle, soit par voie d’un service de télévision par téléphone. La boucle sera alors bouclée.

90Le portable constitue donc le plus prometteur héritier des technologies de l’information et de la communication (TIC). On l’appelle aussi mobile, sans fil, cellulaire. Il paraît qu’en Suisse, il a hérité du nom d’un ancien réseau de téléphonie pour véhicules, Natel. Le mot portable rend mieux que tout autre le concept derrière la technologie : qu’on puisse porter avec soi sa source d’information et sa capacité de communiquer, partout et en tout temps.

91Plusieurs moyens de communication ont reçu le nom de portable. Pensez aux premiers appareils téléphoniques qu’on pouvait séparer de leur socle (pour un rayon d’une vingtaine de mètres). Pensez aux premiers ordinateurs qui, grâce aux miracles de la miniaturisation, pouvaient se glisser dans une mallette. Mais le portable d’aujourd’hui appartient à une catégorie à part.

92Ce n’est pas seulement un téléphone numérique relié à des cellules qu’on a dispersées de ville en ville. C’est le multimédia par excellence : c’est un système de son, un appareil photo, un caméscope, une console de jeux, un téléviseur. C’est aussi un chronomètre, un radio-réveil et un assistant personnel pour la gestion de tâches. C’est un annuaire, un agenda, un bloc-notes, une calculatrice, un porte-monnaie électronique, un ordinateur de poche.

93L’homme est une tortue qui transporte partout sa maison. C’est pourquoi il équipe sa voiture de glaces teintées, de climatiseur et de sièges chauffants, de radio hi-fi, de DVD et de positionnement GPS. C’est pourquoi il ne saurait se tenir longtemps loin du contact avec le monde que lui permet son ordinateur. Dans les nouveaux hôtels pour touristes pressés et peu nantis, on a sacrifié la baignoire (remplacée par une simple douche) pour le confort d’une prise Internet.

94Or, voilà que, grâce à un système de conversion des inputs-outputs, de l’analogique au numérique, couplé à une capacité de transmission de données par paquets, l’appareil téléphonique traditionnel se mue en carrefour informatique. Il va même jusqu’à recevoir des fichiers, transmis à distance, et à les soumettre à l’ordinateur que vous traînez avec vous dans votre voiture. C’est le nec plus ultra du moderne. Où ne serait-ce pas plutôt, hypermoderne ? Et ne seriez-vous pas devenu pronétaire ?

De l’hypermodernisme au pronétariat

95La première journée mondiale de la Société de l’information a eu lieu le mercredi 17 mai 2006. Elle revient désormais chaque année pour souligner un point tournant dans l’évolution de la communication, l’accession progressive à une nouvelle organisation sociale, qui va de l’hypermodernisme au pronétariat grâce à l’hyperinformation.

96Rappelons-nous que les moyens traditionnels de communication grand public (les médias de masse) – depuis les journaux jusqu’à la télévision – procédaient de haut en bas : des élites dictaient leur vision du monde au peuple passif. Une tendance, qui se donnait le nom de postmoderne, s’inscrivit en faux contre ces pouvoirs, annonça la révolution, afficha un air subversif, puis s’effaça, tant l’attrait des médias était irrésistible.

  • 7 On s’initiera à l’hypermodernité en lisant : Sébastien Charles, L’hypermoderne expliqué aux enfant (...)

97À l’échec du postmodernisme un peu échevelé succéda un mouvement de rapprochement, l’hypermodernité7. Son action consistait, non à contester le système – c’était condamné d’avance –, mais à y ajouter une dimension de collaboration et de fraternité. En termes populaires, on parlerait d’une situation sans gagnant ni perdant : l’égalité dans la diversité.

  • 8 Gérard Ayache, La Grande Confusion, Paris, France Europe Éditions, 2006.

98La voie royale de l’hypermodernité est l’hyperinformation. Ce concept, mis de l’avant, en particulier, par Gérard Ayache8, définit l’information, non comme la transmission de nouvelles, mais comme un échange de ressources intellectuelles. On peut la comparer à une force (au sens physique du terme), qui s’applique dans n’importe quelle direction. Aux tenants du pouvoir, qui voulaient imposer leurs idées, les contrepouvoirs avaient longtemps opposés la leur. Avec l’hyperinformation, il n’y a pas une vérité ; il n’y a pas non plus une réalité sans signification. Il y a simplement une route à voies multiples vers la connaissance.

  • 9 Voir : Joël de Rosnay (avec la participation de Carlo Revelli), La révolte du pronétariat, Paris, (...)

99C’est ainsi que, des concepts d’hypermodernité et d’hyperinformation, sortira le pronétariat9, une nouvelle classe d’informaticiens, constituée de créateurs de contenus numériques dits « ouverts », donc accessibles à tous sans frais. Aux capitalistes, qui font de la connaissance un simple bien économique divisible, les pronétaires opposent une vision plus humaine de la culture. Conformément à l’école de l’hypermodernité et de l’hyper information, ils ne choisissent pas entre le bien et le mal, l’argent et la pauvreté, la connaissance et l’ignorance. Si binaires qu’ils soient dans leur façon de travailler, au jour le jour, ils envisagent l’existence comme ils le feraient d’une suite continue – plutôt que discontinue – de nombres. Rien n’est segmenté ; tout est en constante progression et mutation.

100Le portable est un outil de cette jeune tradition. C’est pourquoi il est appelé à un avenir qui dépasse son potentiel technique actuel. Il est l’avant-garde d’une façon de penser ouverte, généreuse, tolérante, sans préjugés, qui accueille aussi bien les « anciens » que les « modernes », les traditionalistes que les progressistes, le capital que la gratuité. Tout cela dans un téléphone ? Pas dans l’appareil lui-même, ni même dans les multiples fonctions qui s’y rattachent, mais dans la philosophie novatrice qui a présidé à la naissance de ce moyen de communication et qui en sous-tend toujours la croissance.

Écrire en SMS

101Le rédacteur et la relationniste qui nous ont accompagnés depuis le début de cet ouvrage ont droit à un moment de détente avant le chapitre final. Nous leur parlerons donc de SMS (Short Message Service), également appelé messagerie texte. Il s’agit de ces courriers électroniques que les gens s’envoient par portable et qui, à cause de la petite taille de l’écran, doivent obligatoirement être succincts dans leur écriture.

102Sans doute, l’appareil peut-il transmettre un courrier normal ; mais la lecture en devient vite fastidieuse. Le jour viendra sûrement où le portable prendra du tour de taille pour mieux accueillir clavier et écran ; des écrans tactiles de neuf centimètres sont déjà sur le marché. Pour l’heure, on ne peut qu’admirer la façon dont la génération montante a su adapter l’écriture aux exigences du média.

103De tout temps, les gens – et surtout les jeunes – ont pris plaisir à jouer avec les mots : lettres mélangées, charades, mots croisés, anagrammes, rébus, sans oublier le verlan. Il s’agit d’une appropriation de la langue, gage d’une utilisation personnalisée. On s’entraîne à s’amuser avec la syntaxe et le vocabulaire, auxquels l’école pose tant de contraintes, mais qu’on aime bien quand même puisqu’il s’agit de la langue « maternelle ».

  • 10 Avez-vous reconnu « À un de ces quatre », une formule d’ailleurs déjà contractée ?

104Le langage SMS n’est qu’une autre de ces multiples façons de démontrer qu’on domine bien les exigences de la langue, puisqu’on peut s’en éloigner sans risque de ne pas retrouver son chemin. Ce langage agit d’abord sur les phonèmes. Et non sans raison. Pourquoi faut-il donc s’astreindre à écrire le son koi d’une manière si emberlificotée : quoi ? En messagerie texte, on prendra donc plaisir à contourner cette exigence saugrenue en reproduisant en graphie le son d’origine. C’est ainsi qu’on terminera souvent un SMS par cette formule : « a12c410 ».

105D’autres tournures SMS ont recours au sigle (« MDR » pour « mort de rire ») ou à l’abréviation (« slt » pour « salut »). Quand les lettres ne suffisent plus à la tâche, il reste à exploiter les signes typographiques ; d’où le célèbre smiley (« :-) »), ainsi que le smiley japonais, appelé kao maakus (^_^).

106À la question piège du chapitre 5, nous parlions de la « littérature définitionnelle » inventée par Raymond Queneau. L’écriture SMS a aussi son grammairien en la personne de Phil Marso, qui, en 2004, publia, aux Éditions Megacom-ik – ça promet – un ouvrage entièrement rédigé en SMS. Le titre : Pa sage a taba vo SMS. L’année suivante, il « traduisit » en SMS des fables de La Fontaine, dont le corbô É le renar, le ch’N É le rozô, la grenou’ye ki v’E se f’R Ø’6 gro ke le b’Ef, la 6’gal’É la foumi, le lou É l’aÑô, lê 2 kok’, le labour’Er É sê enfan, etc.

107Pas sérieux ? Assurément. Mais qu’avons-nous à faire d’une langue qui se prend au sérieux ! Même en relations publiques – surtout en relations publiques –, une petite aventure du côté du langage SMS devrait vous accorder un bagage de sympathie de la part des lecteurs de vos messages. Puis, quand vous reviendrez ensuite au français normal, n’oubliez pas que votre public n’a sous les yeux qu’un écran minuscule. Alors soyez avares de phrases longues et de mots bizarres.

***

108L’avènement de moyens de transmission multiformes, qu’on leur donne le nom d’audio-scripto-visuel ou de multimédia, a complètement transformé le paysage de la communication. Grâce à la numérisation, il est désormais possible de dire une même chose par l’écrit et par l’image, côte à côte. Non seulement juxta poser image et texte, comme dans un ouvrage illustré, mais sauter de l’un à l’autre, choisir l’un ou l’autre, intégrer l’un dans l’autre.

109Ce n’est pourtant pas le rapprochement intermédia qui constitue l’élément le plus important de l’actuelle révolution ; c’est bien plutôt l’inter activité. Voilà ce que recherchent d’abord les fans d’Internet, telle est la logique non linéaire qui s’impose désormais et réduit l’autre au rang de folklore. C’est la multiplication des liens interactifs, jusqu’à former une toile planétaire, que vise d’abord l’instauration d’un réseau de coûteux satellites.

110L’écrit devra s’adapter à ce nouveau cadre de communication, comme il le fit souvent autrefois, passant des rouleaux de papyrus aux parchemins enluminés, puis à la page imprimée. Mais c’est surtout la télévision qui en sera affectée. La télé de demain sera numérique, donc sur demande ; ce qui sonnera le glas d’un média de masse qui aura brièvement contribué à susciter la cohésion sociale en rassemblant des millions de gens autour des mêmes images au même moment. En revanche, nous profiterons d’un déplacement de l’intelligence de la source vers le récepteur : le numérique aura ramené l’individu vers sa propre conscience.

RÉPONSE À LA QUESTION PIÈGE
L’Université de Montréal a fait la publicité de sessions de formation continue portant précisément sur ces thèmes. Chaque invité fournissait le titre de sa communication. Observez-y la répétition des mots stratégie, stratégique, ces mots du vocabulaire de la gestion dont notre temps s’est emparé pour les servir de façon savoureuse.
1. La gestion des communications → La gestion stratégique des enjeux de communication ;
2. Les outils de relations publiques → Des outils pour convaincre ;
3. La rédaction de rapports → Rédiger des rapports stratégiques et percutants ;
4. L’organisation d’événements → Organiser un événement : un exercice de haute voltige ? ;
5. Le marketing direct → Le marketing direct : élaborer une stratégie gagnante ;
6. La promotion → Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de promotion ;
7. La façon de construire une argumentation → Pour une argumentation écrite, logique, efficace.

Notes

1 Jean Cloutier, La communication audio-scripto-visuelle, Montréal, Didier, 1978, p. 3. Le mot média ne prenait pas, à l’époque, la marque du pluriel.

2 Ces six étapes sont tirées de l’ouvrage de Jean Basile, L’écriture radio-télé, Montréal, SRC, 1976. Les nouvelles techniques de production n’ont pas affecté cette séquence.

3 La façon d’écrire le mot Internet connaît un certain flottement. Certains le font précéder d’un article (l’Internet) alors que d’autres en font un nom commun (internet). Comme toujours, l’usage l’emportera. Mais la logique commande la graphie que nous privilégions, vu qu’Internet est bien le nom propre d’un réseau, tout comme Frigidaire est le nom d’une marque de réfrigérateur.

4 Nous recommandons particulièrement, à cet égard, le Dictionnaire des synonymes et mots de sens voisin, de Bertaud de Chazaud, Paris, Gallimard, 2003, où les mots s’interpellent l’un l’autre, comme en hypertexte, de façon à rendre les subtilités les plus fines de l’idée qu’ils contribueront à faire naître dans votre cerveau.

5 Cette adresse appartient au système URL (Uniform Resource Locator), créé et géré par le WWW Consortium, doté de trois bureaux (États-Unis, France et Japon). L’attribution des adresses relève de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

6 À la différence de la publicité dans les périodiques ou à la télévision, dont le coût est fixé à l’avance, celle sur Internet est généralement établie en « coût-par-clic ». L’entreprise ne paie donc que si quelqu’un ouvre sa porte publicitaire. C’est pourquoi il est si important de bien sélectionner les mots-clés et les périodes de manière à attirer les personnes ciblées tout en évitant les intrus.

7 On s’initiera à l’hypermodernité en lisant : Sébastien Charles, L’hypermoderne expliqué aux enfants, Montréal, Liber, 2007.

8 Gérard Ayache, La Grande Confusion, Paris, France Europe Éditions, 2006.

9 Voir : Joël de Rosnay (avec la participation de Carlo Revelli), La révolte du pronétariat, Paris, Fayard, 2006.

10 Avez-vous reconnu « À un de ces quatre », une formule d’ailleurs déjà contractée ?

Table des illustrations

Légende FIGURE 12.1. Lecture, audition, vision
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende FIGURE 12.2. Le scénariste et le réalisateur
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search