Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Quatrième partie. Les façons de rédiger propres à chaque moyen de communiquer

11. Rédiger pour des communications orales

Texte intégral

1Lisez d’abord ces lignes de Noam Chomsky :

  • 1 Noam Chomsky, Le langage et la pensée, Paris, Payot, coll. « Petite Biblio thèque Payot », 1968, p (...)

Il est faux de penser que l’usage du langage humain se caractérise par la volonté ou le fait d’apporter de l’information. Le langage humain peut être utilisé pour informer ou pour tromper, pour clarifier ses propres pensées, pour prouver son habileté ou tout simplement pour jouer1.

2Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Oui, bien sûr, le début de notre livre (chapitre premier), où nous indiquions que l’homme utilise la parole pour toutes sortes de raisons (se définir, s’affirmer, ruser, créer) avant celle qui devrait pourtant primer : communiquer.

3C’est surtout à l’oral que la confusion risque le plus de s’instaurer, puisque la langue parlée est assurément plus spontanée que la langue écrite. Dans ce chapitre, consacré à la rédaction d’un texte destiné à être dit, il sera particulièrement important de se sensibiliser à une expression orale transparente.

SECTION 1 : LES PRINCIPES

4Lors d’un terrible drame survenu dans un village de Grande-Bretagne (le meurtre de plusieurs écoliers par un détraqué), les équipes américaines de télé accourues pour couvrir l’événement ont été frappées par le trac que les gens ressentaient quand on leur demandait de s’exprimer devant les caméras. Aux États-Unis, firent-elles observer, n’importe qui se hâterait, dans de pareilles circonstances, de donner son point de vue (et même, pourrions-nous ajouter, de verser quelques larmes sur commande pour ajouter au spectacle).

5Chez nous, les attitudes sont assez proches de celles des Américains. Même les petites gens, même les enfants, perdent leur spontanéité quand un journaliste les aborde dans la rue. Ils ne cherchent pas à répondre honnêtement aux questions ; ils essaient de s’exprimer à l’écran comme ils ont vu que ça devait se faire pour être intéressant.

6Quand ce garçonnet de douze ans déclare au journaliste sportif : « Nos joueurs ont beaucoup à donner, ce soir, pour vaincre une équipe plus robuste », il est évident qu’il cherche à ressembler lui-même à un journaliste sportif, bien plus qu’à exprimer ce qu’il éprouve. Malgré les apparences, il arrive que la parole ne jaillisse pas de source. Elle aussi a un style.

7Ce phénomène s’ajoute à tant d’autres pour rappeler que l’espèce humaine est fondamentalement ritualisée. Le message explicite des phrases n’est que l’enveloppe d’un autre message, tacite. Distinction capitale et précieuse pour les relations publiques. L’on ne dit pas ce qu’on pense, mais ce qu’on pense qu’il faut dire.

Ce qu’on désigne comme « le style oral »

  • 2 Après « événement » et « brochure ».

8« Le style oral » : voilà une autre expression que nous avons mise entre guillemets2. À première vue, les mots se contredisent. Qui dit oral dit ingénu, direct, spontané, naturel, sincère ; qui dit style dit recherché, appliqué, à effet, apprêté.

9Les choses ne sont pourtant pas si simples. À l’oral, on apprête aussi la réalité. Il faut le faire si l’on veut être écouté. Le récit appartient à un véritable genre littéraire qui remonte à la nuit des temps sans avoir jamais perdu de son intérêt : le conte.

Écrire pour l’oral

10Dans la conversation de salon la plus banale, il faut aussi savoir scénariser ses récits pour retenir l’attention des gens. Il y a une façon de raconter un événement dont certains sauront graduer le suspense jusqu’au « punch » final, alors que d’autres s’écraseront immanquablement à l’arrivée. La même historiette soulève l’hilarité quand elle est narrée par celui-ci, mais tombe à plat quand c’est celui-là qui la raconte. Pourquoi ?

11C’est que certaines personnes choisissent bien leurs mots, d’autres non ; certaines font les gestes adéquats, ont un visage qui parle, alors que d’autres n’y arrivent pas. L’expression imagée, la pause au bon moment entre les phrases, la mobilité des yeux, tout cela contribue à rendre un récit intéressant.

12Encore faut-il aussi que vos propos et votre attitude dégagent suffisamment d’ingénuité pour que votre auditoire vous croie. Vous devez apprêter la vérité, mais tout en maintenant l’impression de spontanéité. Ça ne doit surtout pas sentir l’huile.

13Trop d’orateurs, surtout en politique, donnent l’impression de vouloir duper leur public, même s’ils sont sincères, parce qu’ils présentent la vérité sous des formules entortillées. C’est dire que la façon de rédiger une allocution a une importance considérable. Les mêmes exigences s’y imposent que pour l’écrit. On rédige pour être écouté comme on rédige pour être lu, à quelques détails près (indiqués plus loin).

Un public en temps réel

14Commençons par le commencement, autrement dit, pensons à notre public (une fois encore) avant de penser à nous. En ajoutant cette petite précision : le texte conçu pour être dit – une allocution, une conférence, même un « bien cuit » – a intérêt à être construit pour qu’un second public (absent de la salle) puisse ultérieurement le lire.

15On applique donc au texte qui sera dit les règles habituelles d’écriture (abordées au chapitre 10). Toutefois, comme le public est captif dans le lieu et le temps, il faut le cibler de façon plus précise qu’à l’écrit.

Les attentes du public en salle
– Quel genre de personnes trouverai-je dans la salle ?
– Que savent-elles déjà du sujet ?
– Quelle est leur capacité habituelle d’attention ?
– Aiment-elles les histoires ? [Tout le monde les aime !]
– Dans quelle disposition sont-elles à mon égard ?
– Combien de temps ont-elles mentalement accepté de m’accorder ?

16La question du temps que le public est prêt à accorder est éminemment subjective, et n’a rien à voir avec le sujet de l’exposé. Pourtant, c’est sans doute la plus importante. Si vos auditeurs entrent dans la salle avec l’idée qu’on va leur parler dix minutes, il vous faudra un talent hors de l’ordinaire pour les amener à vous écouter plus longtemps. Ils ne quitteront peut-être pas leur fauteuil, mais ils auront mentalement décroché, lors même que leurs yeux, tournés vers la tribune, vous donneraient l’illusion d’un public attentif.

17Évidemment, les mots de l’orateur doivent d’abord être entendus de l’auditoire. Tout commence par là. Une parole audible, un rythme approprié, une présence chaleureuse et un rétroprojecteur qui marche sont des conditions incontournables pour un exposé réussi.

18Les mots doivent ensuite être compris. C’est de compréhension que nous traitons surtout dans ce livre, d’une rédaction adaptée aux possibilités d’assimilation du public. Ne pas hésiter à reformuler, à employer des synonymes, à multiplier les exemples. Autre ment, on pourrait bien comprendre autre chose que ce que vous êtes en train d’exposer... parfois même le contraire... ça arrive.

  • 3 On lira, à ce propos, les observations pertinentes de Renée Simonet dans L’exposé oral, Paris, Édi (...)

19Si tout texte doit être clair, facile à comprendre, cette exigence est plus évidente encore pour l’oral où il faut, minute après minute, « rattraper » un public constamment menacé de fuir mentalement. On doit répéter l’idée principale, la répéter encore et encore, car l’auditeur ne peut s’arrêter pour « relire » ce qu’il n’aurait pas compris du premier coup3.

Le plan du discours

20Comme on l’a vu au chapitre 5, on ne prendra pas la parole sans s’être d’abord donné un plan. Quelle qu’en soit la forme, ce plan comportera toujours le même cheminement : (1) l’exposé général du sujet traité ; (2) une description des faits ou des idées ; (3) l’analyse des causes, ce qui se cache derrière ces faits ou ces idées ; (4) la réponse originale que l’on apporte à la question ; (5) l’appli cation de cette réponse dans la vie courante.

21Avez-vous reconnu l’approche administrative par résolution de problèmes ? Alors, rappelez-vous que vous pouvez toujours recourir au style journalistique et inverser la présentation en commençant par la fin (figures 3.4 et 3.5).

22De façon plus particulière dans le cas du discours, la structure proposée par Cicéron, il y a deux mille ans, n’a pas perdu de son efficacité. Observez qu’elle reproduit à sa façon le modèle qui précède : (1) exorde ; (2) narration ; (3) confirmation ; (4) réfutation ; (5) péroraison. Une méthode plus récente, appelée SOSRA, suit le même processus : (1) situation ; (2) observation ; (3) sentiments ; (4) réflexions ; (5) action.

23La démarche de Howard et de Laswell (dont nous avons parlé au chapitre 5) répond toujours au même format : (1) qui ? (2) a dit quoi à qui ? (3) pourquoi ? (4) où et quand ? (5) avec quels résultats ?

24Préférez-vous la dialectique ? (1) situation ; (2) thèse ; (3) anti thèse ; (4) synthèse ; (5) résumé. Dans tous ces cas de figure, observez que l’orateur ne parle jamais que d’une seule chose, le point central autour duquel tout s’articule, l’idée clé.

Exposer l’idée clé jusqu’à six fois

25Pour que l’auditeur comprenne bien l’idée clé d’un exposé, on la reprendra jusqu’à six fois, si nécessaire, conformément à la maxime : Je dis que je vais le dire. Je le dis. Je dis que je l’ai dit.

L’idée clé
1. Je situerai l’idée clé dès l’introduction.
2. Je la mettrai en évidence dans la présentation du plan de l’exposé.
3. Je l’insérerai en tête de chaque nouveau thème.
4. Je la rappellerai à la conclusion du thème.
5. J’y ferai allusion dans les transitions.
6. Je la reprendrai une dernière fois en conclusion.

26Un texte qu’on rédige pour qu’il soit dit, donc écouté, doit tenir compte du fait que l’auditeur a peine à gérer la masse d’information qu’on lui impose. Comme pour l’escalier roulant qui déverse sans fin son flot de piétons, le risque est grand de sur charger son point de chute.

27Pour éviter que l’auditeur ne perde le fil, laissant échapper ainsi un élément majeur de votre argumentation, suivez une constante progression dans votre propos. Sans s’en rendre compte, il fera sienne votre construction. Vous lui ferez assimiler une idée familière, puis une autre, un cran au-dessus. Et ainsi de suite.

  • 4 Nous avons emprunté ces trois critères (être entendu, être compris, laisser une trace) à Françoise(...)

28Peut-être, malgré tout, sera-t-il distrait et vous perdra-t-il en cours de route. Ménagez donc des résumés et des transitions qui lui donneront la chance de vous rejoindre. Vous répéterez les idées importantes de façon suffisamment fréquente et dans des contextes assez variés pour qu’il ne puisse y échapper. Ainsi votre exposé, en plus d’avoir été entendu et compris, s’inscrira dans la mémoire, y laissera une trace4.

À chacun son petit truc

  • 5 Réal Barnabé (dir.), Guide de rédaction, Montréal, Entreprises Radio-Canada/Saint-Martin, 1989, p. (...)

29Tous les ouvrages consacrés à l’expression orale reprennent en des mots légèrement différents les mêmes consignes d’écriture. Ainsi, le guide de rédaction radiophonique proposé par Radio-Canada5, fait-il huit recommandations, que vous retrouverez, présentées autrement, dans d’autres sources.

Les recommandations de Radio-Canada
1. Utiliser un vocabulaire usuel, facilement compris par la majorité des gens.
2. Faire des phrases courtes.
3. Respecter le rythme du langage parlé.
4. Donner un tour direct au récit.
5. Éviter les inversions et les subordonnées.
6. Utiliser de préférence les mots ayant une valeur descriptive.
7. Être exact, clair et précis.
8. Éviter les consonances malheureuses.

  • 6 Renée Simonet, op. cit., p. 70-71.

30Les conseils formulés par Renée Simonet6 prennent une forme légèrement différente. Pour que les auditeurs accordent et main tiennent leur attention, elle suggère d’avoir recours à divers effets oratoires. Il pourrait être intéressant de comparer ces indications avec les précédentes pour bien saisir que chaque approche reflète la personnalité de l’auteur, mais s’avère finalement assez voisine.

Les conseils de Renée Simonet
1. Employez un vocabulaire riche, imagé, évocateur.
2. Évoquez des situations concrètes, voire des anecdotes.
3. Faites appel à l’imagination de ceux à qui vous parlez.
4. Prenez-les à témoin en vous adressant directement à eux (« vous savez tous que... », « vous vous souvenez que... »).
5. Impliquez-les dans votre démarche, en les associant à vous (« nous – vous et moi – avons l’occasion de... »).
6. Parlez en leur nom (« vous pensez peut-être que... »).
7. Ayez recours aux fausses interrogations (« lequel d’entre vous n’a pas déjà... »).
8. Anticipez sur leurs réactions (« vous me direz que... »).
9. Faites naître la curiosité pour que chaque nouvel aspect de votre discours soit attendu.
10. N’hésitez pas à faire appel à l’humour.
11. Exprimez-vous avec chaleur et conviction.

31Au total, cela fait bien des conseils, dont plusieurs se recoupent. Il vous faudra trier. Pour ce qui nous concerne, nous avons déjà, au chapitre 5 (à l’occasion de l’étude de l’outil « L’exposé à une commission publique »), offert nos propres suggestions pour rédiger et présenter un exposé. En voici d’autres encore.

Comment rédiger l’exposé
Le message
1. Respectez les règles communes, déjà exposées dans ce livre, qui s’appliquent à toute communication : il faut considérer d’abord le public ciblé (chapitre 4), ensuite le contenu et son message subliminal (chapitre 5), enfin la séduction du texte (chapitre 6).
Les exigences propres à l’oral
2. Assurez-vous d’aborder votre sujet conformément au type d’exposé qu’on vous a demandé de faire, autrement dit, de l’outil que vous utilisez (nous en analyserons trois dans ce chapitre).
3. Même si vous savez à quel public vous vous adressez, ne manquez pas de vous attarder aux caractéristiques de votre auditoire du jour, afin d’y ajuster votre propos.
4. Portez attention au lieu où se déroulera l’exposé et au moment du jour où il sera présenté. Les dispositions d’un auditoire varient beaucoup, d’une heure à l’autre.
L’écriture pour l’oral
5. Rédigez avec encore plus de clarté, avec des mots plus simples, que vous ne le feriez pour l’écrit.
6. Soyez particulièrement précis, répétant les mêmes formules pour qu’elles s’inscrivent dans le cerveau ; les gens n’ont pas le loisir d’avoir ces formules sous les yeux pour les mémoriser.
7. Présentez votre texte comme un scénario, avec une histoire qui progresse vers son terme et un suspense bien entretenu.
8. Ménagez des transitions, tant pour récapituler ce que vous avez déjà dit que pour permettre aux gens de se détendre quelque peu.

Comment présenter l’exposé
La voix
9. La hauteur de la voix varie avec chaque individu ; il faut trouver celle où l’on se fatiguera le moins, tout en étant agréable à écouter.
10. L’articulation des mots est essentielle à la compréhension du discours ; n’importe qui peut y arriver en évitant de parler trop vite.
11. Les intonations ajoutent au plaisir d’écouter et permettent de saisir les nuances d’un texte.
Le rythme
12. Le débit varie (lent, rapide, varié) selon le type de texte qu’on présente.
13. L’impression de conviction découle de la façon dont on accentue les mots importants.
La présence
14. Le regard mobile et portant jusqu’au fond de la salle donne une impression de vitalité.
15. Un tour d’horizon régulier permet à chacun de se sentir, tour à tour, la cible immédiate de l’orateur.
16. Une bonne posture du corps favorise la respiration et reflète une confiance en soi.
17. L’aisance dans les mouvements évoque la grâce ; la réceptivité aux paroles s’en trouve favorisée.

32Pour ce qui est de l’argumentation, on peut l’établir de diverses façons.

  1. Sujet traité/Idée clé/Objections/Réfutation/Applications ;
  2. Sujet traité/Thèse adverse/Réfutation/Idée clé/Applications ;
  3. Sujet traité/Le pour/Le contre/Idée clé/Applications.
  • 7 Même si ce livre ne porte que sur la rédaction, il nous a paru bon de con sidérer brièvement les c (...)

33Quant à l’idée clé, vous prendrez soin de modifier le type d’argumentation chaque fois que vous la re-présenterez7.

Les contraintes de l’oral

34L’oral a plus de contraintes que l’écrit parce qu’il est immédiatement relationnel. À l’écrit, vous n’avez devant vous qu’un traite ment de texte bien soumis. Vous lira-t-on ? Vous l’ignorez. Vous appréciera-t-on ? C’est impossible de le savoir.

35À l’oral, la réaction est immédiate. Ce public, point focal des communications publiques, il est là, à quelques pas de vous, dis posé sans doute à vous applaudir, mais également prêt à se fermer à vos propos si vous ne parvenez pas à l’intéresser. L’importance que nous accordons aux contraintes nous amènera à répéter, dans les pages qui suivent, certaines affirmations que nous avons déjà faites depuis le début de ce chapitre.

36L’environnement dans lequel vous évoluez, lors d’une allocution, est fragile et facilement perturbé. Les lois physiques et biologiques de la transmission de la parole constituent, dès le départ, une source d’ennuis potentiels.

37En effet, pour transiter des neurones de l’auteur à ceux du récepteur, les idées doivent quitter le cerveau du locuteur et se muer en symboles perceptibles par les sens, qui seront ensuite projetés, sous forme d’ondes, dans un milieu aérien hostile et plein d’entraves, avant d’être reconverties (avec plus ou moins de distorsion) par le cerveau de l’auditeur. Ce n’est pas une mince affaire ; il faut donc mettre toutes les chances de son côté.

38À l’écrit, ça n’est pas si exigeant. Si le caractère des lettres est suffisamment lisible, il ne reste qu’à espérer que le lecteur saura, si son attention décroît, remettre à plus tard son opération de décodage.

39À l’oral, on procède à l’inverse. Puisqu’on ne peut arrêter le déroulement du discours, il faut forcer l’attention, la soutenir, s’assurer qu’elle tiendra le coup jusqu’à la fin. On l’a vu : le texte lui-même doit être accessible et l’orateur doit multiplier les répétitions. La figure 11.1 illustre cette course à obstacles que constitue la communication orale.

Les gens vous entendent-ils ?

40Tant l’émetteur que le récepteur doivent s’astreindre à la discipline du codage et du décodage pour parvenir à établir la communication. Il faut plus encore, pourtant. Il faut que le son des mots se rende d’abord jusqu’aux oreilles de l’auditeur sans être affecté par les bruits de toute nature que la salle peut engendrer (climatiseur, vaisselle, pieds de chaises sur le parquet, murmures des voisins, sonnerie des téléphones cellulaires).

41Par ailleurs, la température et le degré d’humidité de la salle sont des éléments décisifs d’une attention soutenue. Il en est ainsi pour le système d’amplification, qu’il faut toujours vérifier soigneuse ment (par exemple, lorsqu’un exposé a précédemment eu lieu dans la même salle), et des appareils audiovisuels dont le rendement doit être impeccable et immédiat. En cas de non-conformité avec les exigences d’une bonne prestation, il vaut mieux annuler une présentation pour laquelle on tient vraiment à être écouté.

FIGURE 11.1. La course à obstacles d’une communication orale

Le public est-il intéressé ?

42Il y a aussi les contraintes engendrées par le public précis qui vous écoute. Il ne faut pas sous-estimer les limites de l’auditoire. Lors d’une réception, il sera constitué de gens rassemblés d’abord pour un événement mondain, des gens qui, le lendemain de l’activité, se souviendront de l’arrangement de la salle, des vieilles connaissances retrouvées, des vêtements qu’ils portaient, des canapés qu’on a servis, mais peut-être pas des propos abordés par l’orateur de circonstance. L’allocution devient alors une sorte de musique de fond pour intellectuels.

43Quand vous avez à rédiger une présentation orale pour quel qu’un d’autre, jugez d’abord de l’importance que l’orateur lui-même y accorde. Peut-être est-il plus ou moins indifférent aux propos que vous lui mettrez dans la bouche et considère-t-il sa tâche comme un pensum. Alors...

44Mais si le message qu’il s’apprête à livrer lui paraît essentiel, s’il tient à ce qu’on l’écoute attentivement, il vous faudra sans doute faire preuve d’une certaine dose de créativité. En tout premier lieu, vous évaluerez la capacité d’attention du public avec la précision d’un stratège : type et nombre d’auditeurs, volume et forme de la salle, heure du jour, activités qui précéderont et suivront immédiatement l’exposé.

45Il faut toujours vous mettre par anticipation dans la peau des auditeurs, de manière à trouver aisément la phrase d’attaque qui attirera leur attention et la transition qui les retiendra, de minute en minute, au moment où ils seraient tentés de décrocher. Si vous voulez les gagner à votre cause, encore faut-il que vous les teniez d’abord éveillés.

Grand orateur ou bon orateur ?

46Il y a le public. Il y a aussi l’orateur lui-même. À moins que celui-ci soit un conférencier professionnel, le risque est grand qu’on lui trouve un tic, source de distractions s’il en est. S’il n’est pas toujours possible de soumettre un p.-d.g. à plusieurs lectures préalables de son texte, il est encore plus ardu d’attaquer de front son amour-propre en soulignant le rictus qu’il fait, à son insu, à la fin de chaque paragraphe...

47Le texte écrit pour être dit exige donc qu’on l’aménage de telle sorte que le conférencier y trouve l’occasion de mettre en valeur ses qualités d’orateur ou, s’il n’en a guère, ne soit pas embarrassé par des phrases bizarres... ou impropres. Sa crédibilité peut en dépendre. Les mots doivent donner l’impression de sortir spontanément de son cœur.

48Car l’exposé portera – atteindra son public – si on y perçoit quelque chose qui ressemble à de la sincérité. Paradoxalement, il est possible qu’en fin de compte, on ne retienne pas l’argumentation elle-même, mais qu’on soit subjugué par l’orateur et qu’on accepte alors en bloc tout ce qu’il dit.

49Le rédacteur de communications publiques, rappelons-le, veut séduire. Tant mieux s’il peut aussi informer, mais c’est d’abord le cœur qu’il vise. L’exposé terminé, il restera donc une impression. On oubliera peut-être les idées émises, mais presque toujours on aura une réaction d’identification ou de rejet vis-à-vis de l’orateur.

50On dira : « Cette personne-là a du charme, défend bien ses idées, sait dialoguer. » Ou bien : « Elle est gauche, confuse, empruntée, complètement stressée. » Ou, pire encore : « Elle manque de franchise, ne se met pas à l’écoute, veut trop prouver. » Le public n’explicite pas toujours son impression, mais son bon sens tranche de façon subconsciente. Et ce jugement du cœur est sans appel :

  • Je l’aime, j’ai confiance, il dit vrai.
  • J’en ai peur, je ne peux m’y fier.
  • Il me ment, ça paraît dans son allure.

51À trop multiplier les sourires, on peut projeter l’image d’un fourbe (revoyez « La parole pour ruser », au chapitre premier) ; à trop frapper du poing sur la table, on peut laisser l’impression d’une personne fragile. La meilleure façon de paraître sincère et sûr de soi est sans doute de l’être.

Langue écrite, langue parlée

52Parmi les contraintes imposées à l’orateur, il ne faut pas oublier celles qui proviennent du niveau de langue à utiliser. Au moment de relire le texte que vous aurez rédigé, vous le trouverez peut-être trop littéraire. Alors, vous le remanierez. Et là, il vous semblera peut-être trop populaire.

53Il faut donc vous rendre à cette évidence : si la langue publique parlée diffère de la langue écrite, elle n’est pas qu’une transcription sans retouches de la langue orale courante. Elle comporte bien un style étudié. Il faut la « rédiger » : on n’en sort pas.

54Pour vous habituer aux caractéristiques de la langue parlée stylisée, considérez les deux extrêmes. D’un côté, le style d’un document écrit. Nous en avons donné plusieurs exemples depuis le début de ce livre ; vous devriez donc en avoir une bonne idée. De l’autre, la parole telle qu’elle semble sortir plus ou moins spontanément de la bouche et dont le modèle par excellence est l’œuvre de Michel Tremblay.

  • 8 Michel Tremblay, Un ange cornu avec des ailes de tôle, Montréal/Arles, Leméac/Actes Sud, 1994, p.  (...)

Michel Tremblay et la parole spontanée
« Tu vois les boîtes de soupe Campbell ?
– Ben oui...
– Ben écoute ben ça... Les soupes Campbell sont toutes de la même couleur, hein, le rouge est pareil sur toutes les boîtes...
– Ben oui...
– Ben c’est à cause de moé.
– Comment ça, c’t’à cause de toé ?
– Ben, tu vois, quand y’impriment les étiquettes qui vont autour des boîtes, y faut qu’y soyent sûrs que le rouge soit toujours le même...
– Ben oui...
– Ben, y’a un secret... Écoute ben... Pour que toutes les étiquettes soyent du même rouge, y’a une recette secrète pour le rouge Campbell... un mélange d’encre d’imprimerie ben ben secret... Dans chaque ville d’Amérique du Nord oùsqu’y’ impriment les étiquettes Campbell, y’a un pressier dans une imprimerie qui a ce secret-là... pis icitte, à Montréal, c’est ton père ! J’ai la recette du rouge Campbell icitte, dans ma tête, depuis des années, pis y faut jamais que j’me trompe, parce que si j’me trompais, y’aurait des étiquettes moins rouges, plus roses, trop pâles, trop foncées... pis ça serait de ma faute ! Vois-tu ça d’ici, des tablettes de soupes Campbell avec des étiquettes de toutes sortes de rouges différents8 ? »

55Dans ce texte, le récit est savamment construit, mais l’auteur l’a rendu comme si les phrases avaient été véritablement dites de cette façon-là. En le lisant, vous avez bien l’impression d’une conversation, même si, dans la réalité, les partenaires d’un dialogue ne se répondraient pas du tac au tac avec autant d’à propos.

56Nous vous invitons à comparer ensuite un texte comme celui-là à un document fait pour l’écrit, non pour vous inciter à rédiger vos exposés de cette manière, mais uniquement pour vous aider à mieux prendre conscience des niveaux différents de langue.

  • 9 Cet extrait est tiré d’un travail scolaire anonyme.

Un document fait pour l’écrit
« Elle leva les yeux et me dit le plus calmement du monde : “Moi, ça ne me ferait rien de parler anglais. J’en ai assez de ce débat sur la langue qui n’en finit plus.” Non, ce n’était pas Hélène Jutras, cette jeune fille rendue célèbre par une diatribe intitulée “Le Québec me fait mourir”. C’était une personne d’âge mûr, habitant un quartier bien français de la ville et qui n’a jamais eu à utiliser d’autre langue au travail. Cas d’espèce ? Non pas. J’avais entendu le même propos, quelques jours plus tôt, dans de semblables conditions. J’en fis part à des amis. Presque tous m’ont rapporté des anecdotes de ce genre. Pas encore une épidémie, sans doute, mais un nombre croissant de cas9. »

57Comme on peut s’en rendre compte, ce deuxième texte n’est pas très loin du style oral. C’est sans doute ainsi qu’il faudrait le rédiger pour qu’il serve à la fois à un exposé et à sa version écrite. Toutefois, au moment de dire ces phrases devant un public, il est évident que l’orateur devra les moduler, y insérer des mots liens, des hésitations même, pour éviter de donner l’impression de les réciter.

Les niveaux de langue

58Maîtriser les niveaux de langue, ce n’est pas si simple. En effet, si l’orateur pour qui vous écrivez s’efforce de bien parler, ce qui est probable, il va exiger que votre texte soit rédigé dans un français de qualité. Mais avec des mots faciles ou rares ? Des phrases brèves ou étirées ? Dans quel cadre se sentira-t-il le plus à l’aise ?

59Si, au contraire, il se complaît dans l’expression populiste, il va pourtant encore vous demander, sans aucun doute, d’écrire « normalement ». C’est lui qui traduira ensuite en parler populaire le texte que vous aurez d’abord rédigé en excellent français. Vous aurez écrit : « Il viendra demain », et il parlera spontanément comme si vous aviez écrit : « Y va v’nir demain. » Étonnante gymnastique mentale !

60Nous savons déjà que l’oral, tout comme l’écrit, comporte divers niveaux. Ce qu’il nous faut aussi percevoir, c’est que le cerveau passe constamment d’un niveau à l’autre : d’où son aptitude à traduire. En conséquence, la richesse d’expression d’un orateur provient, entre autres, de l’étendue de sa gamme de traduction.

61Mais pas n’importe quelle traduction : celle qui va d’un niveau facile à un niveau plus difficile. Dans l’exemple qui précède, le passage d’une formulation soutenue (« Il viendra demain ») à une formulation plus familière (« Y va v’nir demain ») n’exigeait pas une très grande compétence. Mais tentez l’inverse et vous verrez que c’est plus ardu.

Multiplier les registres

62C’est dire qu’une des principales contraintes des orateurs vient de la difficulté qu’ont certains de traduire leurs idées dans le langage qui convient. Il y en a qui ne connaissent qu’un type d’expression ; ils y recourent donc en toutes circonstances.

63Si ce style est trop consciencieusement élégant, certains échanges familiers y perdent de la simplicité qu’ils devraient avoir. Si ce style est exagérément familier, le conférencier se montre incapable de se faire respecter lorsqu’il prononce une allocution exigeant une certaine gravité (c’est le cas, hélas ! de plusieurs de nos personnalités du milieu politique ou économique). Le talent consiste à maîtriser plusieurs registres.

64Pour ce qui est du rédacteur professionnel ou de la relationniste que vous êtes, souhaitez que la personne pour qui vous écrivez soit capable de s’adapter à plusieurs styles. Dans le cas contraire, vous écrirez toujours, quand même, dans un français correct, fignolant un peu mieux vos mots et vos tournures de phrases quand vous aurez affaire à un orateur raffiné et vous contentant du vocabulaire de base pour l’orateur populiste.

65La capacité d’adaptation sera toujours une de vos grandes qualités... Car vous, au moins, pouvez maîtriser un large spectre de niveaux de langue.

Mais quelle langue parlons-nous ?

66Ces observations nous conduisent vers une réflexion plus large. Tant en public qu’en privé, parlons-nous encore cette langue particulière qu’on appelle le français ? Tel est le sujet de bien des discussions dans nos cercles intellectuels. Le français d’ici n’a pas cessé de dériver de plus en plus loin de ce qui fut autrefois une langue orale commune, au point où il est normal de s’interroger.

Dérive de la langue
Qu’on s’en vante (comme Léandre Bergeron) ou qu’on en pleure (comme Jean-Louis Roux), le fait est que le lent mouvement de différenciation commencé à la Conquête se poursuit toujours un peu plus, d’une génération à l’autre. Notre accent ne cesse de se distinguer de celui qu’on trouve ailleurs.

67Plus précisément, il n’a pas suivi l’évolution qu’il a peu à peu connue en France et dans les autres pays de langue française. Ainsi prononçons-nous toujours les in et les un comme le faisaient Jacques Cartier et Louis XIII, alors que ces phonèmes ont depuis longtemps glissé vers le en et le in.

68La prononciation molle qu’on observe dans plusieurs provinces françaises a atteint ici un tel état de déliquescence que les mots en deviennent incompréhensibles pour un non-initié. Quand il faut les mettre par écrit pour fins de dialogue, on est contraint de les rédiger au son : « Y’était choqué, y l’a pognée, pis a y-a dit d’la lâcher. » Souvenez-vous des propos de Georges Dor, que nous avons cités au chapitre premier.

69Quant à la structure des phrases, elle se révèle de plus en plus centrifuge (c’est-à-dire s’éloignant de la norme). Les linguistes doivent donc s’évertuer à multiplier les explications (ou seraient-ce des justifications ?) à une façon de dire qui est indéfendable en quelque langue que ce soit : « Tu peux-tu m’dire quand qu’a viendra, la madame ? – Quand qu’on l’aura trouvée. J’sais même pas où qu’a l’é : j’ai cherché tout partout... pis tout’ça. »

70Or, notre problème linguistique ne découle pas du parler familier lui-même, mais de notre incapacité à nous exprimer autrement quand la situation l’exige. Il n’est pas normal que nous ne puissions parler tour à tour « québécois » et « français » selon les circonstances. Peut-être le bilinguisme devrait-il commencer là !

En quelle langue s’exprimer ?

71La dérive du français québécois n’a toutefois pas atteint le point de non-retour que constituerait la créolisation (utilisation du vocabulaire d’une langue avec la syntaxe d’une autre). La structure grammaticale de nos phrases orales est généralement bien française.

72Il n’en est malheureusement pas ainsi dans les groupes forte ment minoritaires où il est courant de voir affleurer la forme anglaise, comme dans la tournure suivante : « Il fait sûr que, dans ce temps ici, la compagnie que je travaille pour donne de meilleures gages que cinquante années passées quand j’ai été né. »

73En tant que rédacteur professionnel, en tant que relationniste, vous aurez donc à choisir la langue à promouvoir, surtout à l’oral : ou bien un français qu’on dit standard, international, ou bien la langue du terroir.

74Ce n’est pas une question d’esthétique, encore moins de snobisme, mais de communication. Quel public voulez-vous atteindre (chapitre 4) ? Quelle image voulez-vous projeter (chapitre 5) ? Quel respect voulez-vous susciter (chapitre 6) ?

Pour conclure cette section

75Apprendre à parler en public n’est pas chose facile quand on sait à peine s’exprimer en privé. Normalement, la marche ne devrait pas être si haute entre la conversation courante et l’allocution. Il suffirait de projeter la voix un peu plus loin, de ralentir le débit, de forcer légèrement l’intonation, d’amplifier les gestes.

76Mais que faire quand on n’a qu’un vocabulaire étroit, quand on a peine à accorder les verbes, quand on n’arrive pas à construire des phrases complètes, quand on mâchouille ses syllabes, quand on cherche constamment ses mots avec ces euh ! et ces hein ! qui hachurent le discours ?

77De tels orateurs handicapés en seront réduits à lire leur allocution, les yeux baissés, recto tono, sans échange avec l’auditoire. Ce beau texte que vous aurez écrit avec tant de soin, vous le rédacteur, vous la relationniste, vous le sentirez alors se ramollir jusqu’à se décomposer dans la bouche de celui qui le mâchouille.

78Essayez alors d’obtenir que la version écrite du discours soit distribuée au public. Au moins aurez-vous la satisfaction de voir votre prose quelque peu appréciée à son juste mérite.

QUESTION PIÈGE
Quel premier ministre du Québec a prononcé ces paroles : « Quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, le Québec est, aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement » ?
– Jean Lesage
– Daniel Johnson (père)
– Jean-Jacques Bertrand
– Robert Bourassa
– René Lévesque
– Pierre-Marc Johnson
– Daniel Johnson (fils)
– Jacques Parizeau
– Lucien Bouchard
– Bernard Landry
– Jean Charest
Voyez la réponse à la toute fin de ce chapitre.

SECTION 2 : DES APPLICATIONS

79On ne s’étonnera pas que les trois applications de ce chapitre soient constituées d’outils destinés à la communication orale. Ce ne sont pas les seules (voir la liste des outils à l’annexe D), mais ce sont, disons, les principales.

80Les deux instruments majeurs à votre disposition, la causerie et l’allocution, appartiennent à une même famille ; nous aurions pu, d’ailleurs, parler aussi bien d’exposé et de conférence. Pourquoi alors deux outils distincts ? Pour bien marquer la différence entre deux niveaux de propos : le discours bon enfant (la causerie) et le discours plus étoffé (l’allocution). Nous décrirons plus loin les éléments de cette distinction.

81Pour ce qui est du troisième outil, l’interview média, il diffère des deux autres en ce que la communication avec le public s’y fait à distance, sans contact interpersonnel immédiat. Ce qui exige une façon particulière de communiquer, dont nous ferons abondamment état.

1er outil : la causerie

82Question existentielle : comment rédiger un texte qui soutienne l’attention des convives blasés et repus du déjeuner hebdomadaire de ce club social renommé, auquel n’assistent de toute façon que des gens intéressés à y trouver l’occasion de créer des liens éphémères, le temps de faire des affaires ? Comment les « séduire » malgré tout, au nom de votre firme ?

83L’exemple suivant a tout pour nous inquiéter. Le p.-d.g. d’une entreprise de distribution de vêtements importés – car c’est lui qui prendra la parole – doit traiter du sujet suivant : « La modification structurelle qu’entraînera le recours généralisé au commerce électronique planétaire ». Il vous a demandé de rédiger son texte – évidemment, il faudra d’abord trouver un meilleur titre ! Or, votre démarche de soutien à l’exposé ne s’annonce pas facile, car ce p.-d.g. n’est pas un orateur-né et votre métier en est un de rédacteur, non de spécialiste de la parole publique.

84Vous ne pouvez lui donner des leçons d’élocution, de maintien ou de dilatation du diaphragme. Tout au moins écrirez-vous le texte en caractères de dix-huit points, et en gras les membres de phrases sur lesquels il devrait appuyer... en plus de glisser, ici et là, des trouvailles verbales, des mots insolites, qui laisseront une trace (voir plus haut, dans ce chapitre) et donneront aux auditeurs l’impression d’avoir appris quelque chose.

85Adverbes et propositions (puis, alors, quand, ici, puisque, si bien que, par ailleurs, toutefois, de plus, en définitive, etc.) vous serviront à la fois de point de rupture et de liant, pour lui permettre de respirer de temps à autre. Il ne vous restera plus ensuite qu’à espérer !

Se mettre dans la peau de l’orateur

86Dans toute présentation orale, il faut d’abord être naturel. Il n’y a rien de pire que sonner faux. Or, c’est peu de dire que votre homme ne pèche pas par excès de parler pointu. Quel dilemme ! Comment écrire pour que son propre texte ne lui paraisse pas trop étranger ? Mais comment écrire aussi pour qu’il n’ait pas l’air trop rustre ? Comment l’aider à passer de sa langue courante (québécoise très accentuée) à un français correct, quoique sans affectation ?

87Si nous faisions un petit exercice... Lisez notre monologue en québécois, puis transformez-le en un français facile, mais correct.

Exemple de monologue en québécois
Assis-toi. Faut que j’te parle. J’ai un problème. Pis, tu vas m’écouter. Monsieur prend ben la vie. Y’est quelle heure, là ? Moi, j’suis levée depuis huit heures... Il faut que tu te trouves une job. Compte pas su’moi pour te faire vivre... Tais-toé, c’est moé qui parle aujourd’hui. Mon Dieu que j’chu tannée ! Pis y avait ben du fun le soir de la graduation. Y parlait bien, ce soir-là. Bon ! O. K. J’suis enceinte, si tu veux le savoir. Tu dis rien ? On sait ben, c’est pas toé qué t’enceinte. J’te l’avais dit d’faire attention. Monsieur avait tout prévu. Beau résultat ! Positif ! Le pharmacien m’a affirmé que... J’vas pas l’garder... Tu t’es jamais dit qu’une fille, ça pouvait tomber enceinte ? Que c’est que j’vas faire ? Chus découragée. Lâche-moi pas, là. Comment ça se fait que je continue de t’aimer ? J’pense que je m’en viens folle... Va marcher dehors ! Laisse-moi tout’seule !

88Nous imaginons que vous stoppez ici votre lecture et prenez une pause pour réaliser cet exercice. Vous voilà maintenant de retour... Nous espérons que vous ne vous êtes pas donné trop de mal à reconstruire le texte de ce monologue. N’oubliez pas que le but de l’exercice était de passer d’un niveau de langue à un autre ; son contenu avait peu d’importance.

  • 10 Encore que job, fun et O.K. soient de plus en plus acceptés, même dans l’Hexagone.

89Observons d’abord que, sauf pour trois québécismes, tannée, job et fun, et deux anglicismes, graduation et O.K.10, le texte était rédigé en français. Mais pour en élever le niveau, il fallait corriger quelques mauvaises allitérations, enlever les inutiles ajouts de l’oral québécois (par exemple, que tu te trouves, j’te l’avais dit), modifier certaines structures.

90La version en français dit standard peut, aussi bien que l’autre, transmettre la détresse de la jeune fille. Il y manquera toutefois une certaine couleur locale. Toute la question du parler régional à la scène ou à la télé tient à cette dimension-là. Dans une causerie, toutefois, on ne voit pas pourquoi on ne s’exprimerait pas en français « normal », sauf s’il y a quelque motif bien précis d’insérer de la couleur locale.

Le même monologue en français standard
Assieds-toi. Il faut que je te parle. J’ai un problème. Puis, tu vas m’écouter. Monsieur prend bien la vie. Il est quelle heure, là ? Moi, je suis levée depuis huit heures... Il faut que tu trouves un travail d’été. Ne compte pas sur moi pour te faire vivre... Tais-toi, c’est moi qui parle aujourd’hui. Mon Dieu, que je suis fatiguée ! Puis, il avait bien du plaisir le soir de la remise des diplômes. Il parlait bien, ce soir-là. Bon ! Voilà : je suis enceinte. Tu ne dis rien ? On sait bien, ce n’est pas toi qui es enceinte. Je t’avais pourtant dit de prendre garde. Monsieur avait tout prévu. Beau résultat ! Positif ! Le pharmacien m’a affirmé que... Je ne vais pas le garder... Tu ne t’es jamais dit qu’une fille pouvait tomber enceinte ? Qu’est-ce que je vais faire ? Je suis découragée. Ne me laisse pas. Comment se fait-il que je continue de t’aimer ? Je pense que je deviens folle... Va-t’en dehors ! Laisse-moi seule !

91Quand votre p.-d.g. vous fera venir à son bureau pour vous exposer son projet de causerie, exercez-vous, tandis qu’il vous expliquera son propos, à observer son niveau de langage. Puis, écrivez le texte qu’il aura à lire un cran au-dessus de ses habitudes verbales, comme dans notre exemple. Vous devriez atteindre le ton juste, pour lui.

Une petite conférence sans prétention

  • 11 Aujourd’hui professeure honoraire en management, HEC Montréal.

92Le dictionnaire définit la causerie comme une petite conférence sans prétention. Comme le sujet, fût-il sérieux, y est traité de façon assez superficielle, le ton doit donc être léger. Ainsi le feuillet qui annonçait un déjeuner-causerie de Patricia Pitcher11 mettait l’accent sur l’aspect désinvolte de la présentation. Pour mettre le public en appétit, le document d’invitation cultivait les expressions contrastées : « La gestion n’est pas une science mais un métier », ou bien : « Il est temps de libérer les organisations des patrons brillants mais déconnectés de la réalité », ou encore : « Les technocrates sont des handicapés affectifs à qui on a laissé beaucoup trop de pouvoir. »

93La causerie du p.-d.g. de tout à l’heure sera réussie dans la mesure où sa manière de dire évitera de semer l’anxiété, malgré la difficulté qu’il trouve à s’exprimer. Là-dessus, vous n’avez pas beau coup de pouvoir. Votre façon de construire les phrases peut toutefois lui rendre la tâche plus facile. Ce qui exige une certaine dextérité.

94Pour l’aider, vous pourriez peut-être, par exemple, insérer dans le texte l’une de ses anecdotes favorites. Mais mesurez bien le risque. Car cette histoire-là peut le ramener vite à sa langue habituelle, un peu trop familière, ce qui ferait décalage avec ses paragraphes précédents... qui perdraient alors de leur crédibilité. Pire encore, elle peut inspirer à votre orateur de raconter une autre anecdote, l’égarant ainsi loin d’un texte qu’il aurait alors de plus en plus de difficulté à « rattraper ».

2e outil : l’allocution

95L’invitation à contribuer à une campagne de financement, la présentation d’un conférencier, les textes d’enchaînement du maître de cérémonie sont autant d’occasions d’exploiter le style propre à la causerie. L’allocution, pour sa part, appartient à un genre plus « noble ». À la différence de la causerie, elle comporte une certaine solennité et des exigences élevées de contenu.

96Par ailleurs, dans la mesure où l’allocution s’inscrit dans une démarche de relations publiques, en particulier lors d’un « événement », on se fera au moins aussi persuasif que convaincant. C’est ainsi qu’on ajoutera aux arguments rationnels d’autres aspects plus émotifs, qui feront appel à l’expérience personnelle.

97Malgré le sérieux du propos, vous rendrez le mes sage accessible, le bâtissant autour d’une idée centrale, reprise par le biais d’exemples pour la dégager de son trop-plein d’abstraction, sans craindre de faire appel à la redondance. Il vous faudra aussi continuer de vous mettre dans la peau du p.-d.g. conférencier, n’élargissant pas le vocabulaire au-delà des mots qu’il a l’habitude d’utiliser.

La redondance
De nombreuses suggestions faites dans ce livre s’appliquent particulière ment bien à l’allocution. Ainsi, puisque le propos risque d’être austère et que l’auditeur ne peut rattraper le mot qu’il aurait mal entendu, il ne faut pas hésiter à user d’une redondance qui n’aurait pas sa place à l’écrit.

98Vous essaierez d’écrire comme il parle, tout en tenant compte de ce que nous venons de dire à propos de l’orateur d’une causerie. S’il a la manie des pléonasmes (« Là où on y trouve... ») ou si ses discours s’inspirent de sa toute récente session de relations humaines (« Je sens en quelque part comme un besoin... »), vous l’amènerez avec doigté à constater que de telles tournures risquent de distraire du propos au lieu de le soutenir.

De l’allocution administrative au discours politique

99La plupart du temps, vous serez appelé à rédiger une allocution de nature administrative. C’est le domaine des managers. Lisez notre exemple pour vous familiariser avec son style, son registre.

Exemple d’allocution administrative
La gestion participative dans l’entreprise
Pour plusieurs, la gestion participative est un autre de ces trucs qu’inventent périodiquement les chercheurs en management pour – soi-disant – hausser la rentabilité de l’entreprise. Pour ma part, je dirai plutôt qu’il s’agit véritablement d’une philosophie de la gestion. Puisque le dictionnaire définit la philosophie comme une « réflexion sur le sens et la légitimité de toute pratique », on peut affirmer que la gestion participative est bien une philosophie, car elle suppose une réflexion sur le sens même et la légitimité de la gestion.
La gestion participative fait prendre conscience que l’employé est au centre de la gestion de sa tâche, que sa contribution intellectuelle constitue la première cause du résultat obtenu, et qu’une bonne décision prise au bon moment fait la différence. Elle met également en évidence les vertus du travail d’équipe dans la qualité d’exécution d’une tâche et propose pour les cadres un type nouveau de responsabilité. Elle remet donc en cause bien des idées reçues, force la réflexion. C’est bien pourquoi nous l’appelons une philosophie.
La gestion participative s’oppose à l’approche tayloriste du travail, où les personnes humaines ne sont qu’un rouage parmi d’autres de la chaîne de production (un rouage dont l’automatisation permet d’ailleurs, désormais, de se débarrasser de plus en plus). La gestion participative considère que tout le personnel gère l’entreprise, chacun à son niveau : la direction gère la stratégie d’ensemble pour atteindre l’objectif commun, les cadres gèrent l’organisation de leur secteur dans cette perspective, les employés gèrent les activités requises pour que l’objectif soit atteint. Il n’y a donc plus « ceux qui commandent » et « ceux qui obéissent » ; il y a, à tous les paliers, ceux qui « gèrent ».

100Tentons d’être sérieux sans devenir ennuyeux. Tenez, nous avons souligné les mots et tournures qui, précisément, font sérieux. Il suffirait de modifier ces expressions – en mettre de plus austères ou de plus légères – pour que l’exposé change de registre.

101Le discours politique, lui, joue sur tous les tableaux : parfois causerie, parfois harangue (revoir le chapitre 2), parfois allocution. Prenez l’exemple d’une allocution politique prononcée, en novembre 1935, par Paul Gouin, fondateur d’un éphémère mouvement, l’Action libérale nationale (née d’une scission du Parti libéral de l’époque). Pour faire oublier les années Taschereau, marquées de népotisme, il s’y réclame d’Honoré Mercier, fondateur, en 1885, de l’authentique Parti libéral. Or, Mercier était aussi son grand-père... d’où la dernière phrase de son texte !

  • 12 Paul Gouin, cité dans Pierre Vennat, « Les années Taschereau ou la Révolution tranquille avortée » (...)

Exemple d’allocution politique
« Je suis certain que personne ne m’en voudra d’évoquer l’ombre magnifique de celui qui, en 1885, nous montra l’exemple du geste accompli aujourd’hui. Honoré Mercier, qui nous a légué, à vous comme à moi, quelques-uns de nos beaux titres de fierté nationale, entendra, je l’espère, un écho de nos voix, ce soir. Lui qui, au mépris des préjugés, avec le seul but de donner à sa race et à sa province les prérogatives auxquelles elles avaient droit, n’a pas hésité, devant la nécessité du moment, à risquer sa propre vie, ne nous a-t-il pas donné l’exemple le plus magnifique, ne nous a-t-il pas tracé la voie en fondant en 1885 son parti national ? Ce fut l’initiateur. Et je suis certain de ne pas déroger à la tradition, ni familiale, ni nationale, en essayant de marcher sur ses pas et d’y entraîner ceux qui m’ont suivi jusqu’ici12. »

102L’authentique discours politique doit avoir une certaine majesté pour témoigner de la noblesse de la cause qu’on défend (revoir encore le chapitre 2). On ne parle plus, aujourd’hui, de façon aussi ampoulée que Paul Gouin. Cela ne justifie pas qu’on s’exprime d’une manière débraillée. Ce serait manquer de respect au peuple qu’on représente.

3e outil : l’interview média

103Les deux outils qui précèdent supposent un contact immédiat, face à face, avec le public. Pour ce troisième outil, nous passons à une présence médiatisée et à un auditoire passif.

  • 13 Le français étant en constante évolution, l’imparfait du subjonctif cède de plus en plus fréquemme (...)

104Dans les débuts de la radio et de la télévision, il arrivait que des personnalités politiques y fissent13 des discours, comme s’ils s’étaient trouvés à une tribune. Ils durent bientôt y renoncer, ces médias se prêtant mal à la sévère allocution et même à la fine causerie. L’abîme infranchissable entre l’orateur et les auditeurs a exigé qu’un médiatiseur relie les deux pôles du message. Ce médiatiseur, c’est l’animateur. Parfois journaliste, parfois comédien, il a mission de rendre l’invité « digestible » par l’auditoire.

105Pour le chef d’une entreprise privée ou d’une organisation publique, être invité à parler en ondes, surtout si c’est à la télé, est considéré le plus souvent comme une véritable consécration. C’est pourtant un couteau à deux tranchants.

  • 14 On entend et on lit plus fréquemment « le doigt sur la gâchette ». Toutefois, la gâchette étant à (...)

106D’abord, il est rare qu’on puisse s’exprimer librement plus de quinze secondes à la fois, car on est à la merci de l’animateur, qui dirige le débat à sa guise, sans avoir, lui, le trac du micro ou de la caméra. Ensuite, le public a constamment le doigt sur la détente14 pour passer à une autre émission. Qui n’a pas vécu, comme automobiliste, ce désir soudain que le feu tourne au rouge et qu’on puisse enfin avoir la main libre pour changer de poste ?

107En outre – et c’est le plus grand défi –, il faut réussir à séduire l’auditoire par la seule vertu d’un timbre de voix et d’un choix de mots qui seront l’un et l’autre irrésistibles. C’est pourquoi, dans ce genre d’intervention, votre rôle, comme rédacteur ou relationniste, se résumera habituelle ment à rédiger quelques notes pour l’invité :

  • un court texte d’attaque ;
  • quelques observations pour réagir aux questions embarrassantes ;
  • de courts bons mots à placer, le cas échéant ;
  • une phrase de chute.

108Pour le reste, il vaudrait mieux s’en remettre à un expert en matière de présence radiophonique ou télévisuelle, car on passe alors de la rédaction à l’art dramatique, une discipline bien différente.

Comment l’animateur mène l’interview

109Le journaliste français Yvan Charon donne aux animateurs dix règles à suivre pour bien mener une interview. Il est bon que vous les connaissiez ; vous pourrez ainsi mieux vous préparer à répondre à l’animateur à armes égales. Car c’est bien d’un combat de gladiateurs qu’il s’agit le plus souvent. L’animateur tentera de pousser l’invité aux faux pas par des questions insidieuses. L’invité tentera de parer les coups par des réponses équivoques.

  • 15 D’après Yvan Charon, L’interview à la télévision, Paris, Centre de formation et de perfectionnemen (...)

Dix règles d’interview 15
1. Le journaliste doit être un médiateur neutre mais exigeant, parfois implacable.
2. Le journaliste doit avoir une bonne connaissance du sujet.
3. Le journaliste doit cadrer le propos.
4. Le journaliste doit extraire de l’interview les informations de base.
5. Le journaliste doit être plutôt offensif et impertinent que complaisant.
6. Le journaliste doit éviter qu’une question reste sans réponse.
7. Le message doit être clair et concret.
8. Il faut savoir maîtriser les beaux parleurs et faire parler les muets.
9. Le journaliste doit animer l’interview, la mettre en situation et l’illustrer.
10. Il faut contrôler a posteriori l’interview.

  • 16 À la télévision, c’est généralement un recherchiste qui établit les contacts au nom de l’interview (...)

110Rappelons ce que nous avons déjà souligné, à plusieurs reprises, à propos des rapports entre journalistes et relationnistes. Le « match » commence dès le moment où les seconds font une démarche auprès des premiers en vue d’obtenir une entrevue16 et se poursuit parfois bien après le tête-à-tête entre l’invité et l’animateur en ondes.

111 Jeu complexe : alors que le relationniste met de l’avant son p.-d. g. dans l’espoir que l’interview lui rapporte des dividendes, l’animateur essaie, lui, d’éviter l’intox. Vous tentez de faire apparaître votre p.-d.g. sous son meilleur jour, alors que l’intervieweur cherche plutôt à sauvegarder sa propre image de battant.

  • 17 Claude Sauvé, Faire dire. L’interview à la radio-télévision, Montréal, Presses de l’Université de (...)

Un jeu complexe
« Le temps d’antenne est si précieux et les ressources des médias sont si limitées qu’on ne devrait pas les utiliser maintenant pour traiter tel sujet, de telle manière, sans justification. Demandons-nous si nous avons quelque chose d’inédit ou de nouveau à communiquer au public. Si nous apporterons un éclairage, une explication ou un point de vue original17. »

Le comportement de l’interviewé

112Comme relationniste, vous avez le mandat d’aider l’invité (votre p.-d.g., par exemple) à se tirer honorablement d’affaire, lors de l’interview. Voici deux observations que vous pouvez lui communiquer.

113D’abord, qu’il s’impose une trame mentale de l’échange à venir pour éviter d’être déstabilisé par l’intervieweur. Il ramènera cette trame au premier plan chaque fois que l’animateur posera des questions qui en dévient, ce qui lui évitera d’être ballotté de droite à gauche, au fil des questions, et de perdre l’essentiel de vue.

114En second lieu, qu’il s’assure bien que le journaliste ne termine pas l’interview par une affirmation contraire à ce qu’il aura effectivement dit. C’est une tendance chez les animateurs de lancer leur propre version des choses à la toute fin d’une interview, alors que l’invité ne peut plus se défendre. Ce comportement n’est pas éthique, peut-être. Il n’en est pas moins de plus en plus courant.

115Par exemple, si monsieur le maire (dont vous êtes le relationniste) annonce la réfection prochaine des trottoirs de la rue Principale, alors que le journaliste qui mène l’entrevue aurait souhaité qu’on répare plutôt la chaussée, il ne faut pas laisser ce dernier clore l’interview par une phrase ressemblant à ceci : « Alors comme ça, monsieur le maire, vous nous dites bien que ce n’est pas encore cette année qu’on aura une chaussée en bon état. Merci, monsieur le maire. »

116Avant que l’intervieweur n’ait eu le temps de fermer le micro, il faut lui rétorquer vivement : « Ce n’est pas ça que j’ai dit. » Ou bien l’animateur laissera alors le maire corriger le tir. Ou bien il ne le fera pas... mais le public aura compris que le maire est en désaccord avec l’affirmation.

117Notez que des organismes américains ont créé des ateliers mobiles, qui vont, de ville en ville, présenter des sessions sur l’art d’interviewer et d’être interviewé. Chez nous, les grandes firmes de communications réa lisent des simulations (avec caméra, éclairage et maquillage) à l’intention des personnes appelées à paraître souvent à l’écran.

Jouer à l’intervieweur et à l’interviewé
Comme début d’entraîne ment, rien de mieux que de jouer soi-même à l’interviewé et à l’intervieweur. Choisissez un sujet ; planifiez vos réponses aux questions présumées d’un journaliste (en couchant sur papier quelques notes comme celles que nous avons proposées plus haut). Demandez ensuite à un collègue d’agir comme journaliste intervieweur ; enregistrez l’interview sur bande audio, puis vérifiez dans quelle mesure vous avez suivi le plan d’interview que vous vous étiez fixé ; intervertissez ensuite les rôles.

***

118Nous avons tous un peu peur de l’oral... et ce n’est pas à tort. En effet, sauf exception, on ne nous a jamais entraînés à nous exprimer correctement à tout coup. Dans les conversations privées, les gestes achèvent souvent nos phrases, et personne ne s’en offusque. Devant un public restreint (en réunion de travail, par exemple), nous nous soucions peu d’être parfaite ment clairs ; quelqu’un saura bien poser une question s’il n’a pas compris. Mais face à un public plus vaste… Par ailleurs, si nous cherchons à nous améliorer, nous ne pouvons guère nous modeler sur les personnalités publiques, dont la langue, si souvent déficiente, projette une image de relâchement généralisé. Dans ces conditions, la parole publique apparaît comme un art qui se mérite.

119Si les chefs d’entreprise jugent qu’ils ont mieux à faire, c’est qu’ils n’ont peut-être pas suffisamment compris qu’à leur niveau de direction, leur tâche en est une de communicateur et non d’exécutant. Du matin au soir, ils ont à convaincre, en public comme en privé. Plus ils maîtriseront la parole, plus ils seront efficaces.

120Ce chapitre a voulu mettre l’accent sur les principales exigences de la parole en public, sur les qualités qu’un p.-d.g. devrait acquérir pour passer la rampe. Heureusement que celui-ci peut compter sur votre compétence comme relationniste ou rédacteur professionnel !

RÉPONSE À LA QUESTION PIÈGE
Qui ne se souvient de ces mots par lesquels Robert Bourassa commentait, à l’Assemblée nationale, le 22 juin 1990, l’échec de l’entente du lac Meech ? Oubliez l’événement et observez simplement la structure de la phrase ; notez le rythme qui naît spontanément de ses propositions. Voyez la façon dont elles ont été amenées. Puis allez relire, au chapitre 6, les premiers paragraphes de l’oraison funèbre de Bossuet que nous soumettions alors à votre réflexion. Voyez la continuité entre les deux textes. Vous ne pourrez pas manquer de dire : « Il s’agit bien là de deux moments de grande éloquence. »

Notes

1 Noam Chomsky, Le langage et la pensée, Paris, Payot, coll. « Petite Biblio thèque Payot », 1968, p. 105.

2 Après « événement » et « brochure ».

3 On lira, à ce propos, les observations pertinentes de Renée Simonet dans L’exposé oral, Paris, Éditions d’organisation, 1989, p. 64.

4 Nous avons emprunté ces trois critères (être entendu, être compris, laisser une trace) à Françoise Brissard, Pour réussir un exposé, Paris, Éditions du Rocher, 1991, p. 9-14.

5 Réal Barnabé (dir.), Guide de rédaction, Montréal, Entreprises Radio-Canada/Saint-Martin, 1989, p. 38-48.

6 Renée Simonet, op. cit., p. 70-71.

7 Même si ce livre ne porte que sur la rédaction, il nous a paru bon de con sidérer brièvement les conditions requises pour que la personne qui lira le texte que vous aurez écrit tienne son auditoire attentif. Voir ci-après.

8 Michel Tremblay, Un ange cornu avec des ailes de tôle, Montréal/Arles, Leméac/Actes Sud, 1994, p. 80-81.

9 Cet extrait est tiré d’un travail scolaire anonyme.

10 Encore que job, fun et O.K. soient de plus en plus acceptés, même dans l’Hexagone.

11 Aujourd’hui professeure honoraire en management, HEC Montréal.

12 Paul Gouin, cité dans Pierre Vennat, « Les années Taschereau ou la Révolution tranquille avortée », La Presse, 15 juillet 1995.

13 Le français étant en constante évolution, l’imparfait du subjonctif cède de plus en plus fréquemment sa place au subjonctif présent (ici : fassent) dans la langue courante.

14 On entend et on lit plus fréquemment « le doigt sur la gâchette ». Toutefois, la gâchette étant à l’intérieur d’une arme à feu, il est impossible d’y placer le doigt...

15 D’après Yvan Charon, L’interview à la télévision, Paris, Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, 1989, p. 15-24.

16 À la télévision, c’est généralement un recherchiste qui établit les contacts au nom de l’intervieweur.

17 Claude Sauvé, Faire dire. L’interview à la radio-télévision, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Paramètres », 2000, p. 37.

Table des illustrations

Légende FIGURE 11.1. La course à obstacles d’une communication orale
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search