Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Quatrième partie. Les façons de rédiger propres à chaque moyen de communiquer

10. Rédiger pour des communications écrites

Texte intégral

1Cette quatrième partie nous conduira peu à peu au bout de notre parcours. Récapitulons. Après une première partie qui a posé les fondements de cette façon d’écrire particulière qu’on appelle la rédaction « pour fins de communications publiques », une deuxième a précisé les trois grandes conditions à observer pour que ce type de rédaction soit efficace. La partie que vous venez d’achever (la troisième) a montré les variantes qu’il fallait considérer dans la façon de rédiger, selon que la personne ou l’entreprise à mettre en valeur était plus ou moins bien connue, plus ou moins bien appréciée. Dans cette quatrième et dernière partie, il sera encore question de variantes, mais du point de vue du moyen employé pour communiquer.

2Comme nous l’avons vu au chapitre premier, la communication humaine passe, d’un cerveau à l’autre, par la médiation de trois codes sensoriels : le symbole (visuel ou auditif), la langue (créée à partir de notre aptitude à articuler) et l’écriture (jeu raffiné d’idéo grammes). De ces codes sont nés, au fil des siècles, divers moyens de communiquer au sein d’une société, ce qu’on appelle aujourd’hui les médias. Les codes symboliques se sont épanouis en langage audio-scripto-visuel (qui sera abordé au chapitre 12) ; les codes de la parole ont donné lieu aux multiples formes du discours (chapitre 11) ; quant aux codes de l’écriture, on les trouve dans le document écrit (ce sera l’objet du présent chapitre).

3On peut se demander pourquoi nous n’avons pas suivi l’ordre d’apparition des codes d’expression. Le signe n’a-t-il pas précédé la parole, qui a elle-même précédé l’écriture ? Il aurait donc fallu, semble-t-il, traiter d’abord de l’audio-scripto-visuel, puis de l’oral, avant d’aborder l’écrit. Nous avons procédé autrement parce que ce livre porte sur la rédaction et que c’est l’écriture qui est à la source de la rédaction.

4Précisons notre pensée. L’audiovisuel peut ne pas contenir de texte ; à ce moment-là, il n’est plus scripto. L’oral peut ne pas comporter de texte rédigé ; on le dit alors spontané. Or, dans cet ouvrage, nous ne nous intéressons aux médias que dans la mesure où ils font appel à la rédaction. Nous n’abordons l’oral ou l’audiovisuel que dans la mesure où ils comportent des mots écrits.

5Voilà donc pourquoi nous traitons en premier lieu des communications écrites. Si vous comprenez bien la structure du texte écrit, vous saisirez mieux ensuite de quelle façon il faut le moduler quand on l’applique au discours, au vidéo ou à Internet.

SECTION 1 : LES PRINCIPES

  • 1 Selon le Dictionnaire historique de la langue française, le mot apparaît pour la première fois avec (...)

6L’écriture commence par l’humble lettre de l’alphabet. Issue de la lointaine graphie cunéiforme, la forme de la lettre a évolué – de cursive à imprimée – et ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’on a commencé à parler de polices1, toutes issues d’une fonte maîtresse, le « romain » :

  • 2 Georges Jean, L’écriture, mémoire des hommes, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 24, 1987, p. (...)

L’abbé Jaugeon, de l’Académie des sciences, est sollicité par l’Imprimerie royale pour dessiner un nouvel alphabet. [...] C’est finalement un graveur, Philippe Grandjean, au tempérament plus artiste que mathématique, qui transforme définitivement la lettre : se fiant plutôt au goût qu’aux chiffres, il crée en 1700, le « romain du roi », aujourd’hui conservé à l’Imprimerie nationale et connu sous le nom de « caractère Grandjean »2.

7Les lettres forment les mots, régis par l’orthographe. Les mots forment les phrases, régies par la syntaxe. Groupés en para graphes, les lettres, mots et phrases constituent votre instrument pour communiquer. Et c’est par le style qu’on y arrive.

Les éléments constitutifs du style

8Notre relationniste apprendra probablement plus que notre apprenti rédacteur dans les pages qui suivent. En effet, pour l’aspirant rédacteur, ce livre-ci n’en est qu’un parmi plusieurs où il peut s’entraîner à rédiger habilement. En revanche, pour la relationniste, la rédaction n’est qu’une tâche parmi ses multiples occupations, sans doute même une activité secondaire. Notre ouvrage – et, en particulier, ce chapitre-ci – est peut-être son unique chance de s’initier à l’art de bien écrire.

9Un français à peu près sans faute, on peut toujours y parvenir avec des dictionnaires, des grammaires et, à l’ordinateur, des correcteurs orthographiques et grammaticaux comme Antidote, Correcteur 101, Cordial, Hugo Plus ou Prolexis. Mais qui vous apprendra le style ? Les grands auteurs. Encore faut-il percevoir en quoi ils sont grands, pourquoi ils devraient nous servir de précepteurs. Pour cela, il faut faire un petit détour.

10La raison d’être du document écrit, son avantage sur la transmission orale, se fonde sur la fidélité absolue qu’il assure au message. Les paroles peuvent bien s’envoler quand il s’agit de discours prononcés pour réchauffer une salle. Mais il vaut mieux que les écrits restent quand ils sont le résultat de délibérations serrées où chaque mot a été soigneusement choisi.

La langue comme carrefour de la pensée

11À l’origine de l’humanité, on utilisa la langue comme un outil : elle servait simplement à annoncer, à prévenir, à informer sur les actions à poser. Les ethnologues parlent à ce propos de langue instrumentale. Aujourd’hui encore, la plupart de nos langues secondes, notamment l’anglais, servent de simples supports à des échanges pratiques.

12Ce n’est que tout récemment (il n’y aurait guère plus de cinq mille ans) que la langue évolua vers la fonction de soutien à une interrogation autonome sur la condition humaine, jusqu’alors dominée par la pensée magique. Et c’est dans ce contexte que l’écriture fut inventée. En effet, la parole comme signal n’avait pas besoin d’être conservée. Mais la parole comme lieu de réflexion gagnait à être transmise.

13On ne saurait donc devenir un bon rédacteur si l’on n’a pas d’abord un certain respect pour la langue écrite dans sa fonction de carrefour de la pensée. Observez qu’en droit, le texte de loi prime sur les harangues des plaideurs. En éducation, le plan de cours sert de référence à l’enseignant. En administration, la directive écrite constitue le repère du gestionnaire. Il en va de même pour l’écriture dite sainte.

L’écriture dite sainte
Dans les religions où l’objet de la foi a été consigné dans un document écrit (l’Évangile, la Torah, le Coran), le Livre a été sacralisé, car il porte dans ses pages la clé de l’interprétation de toute question litigieuse. C’est pourquoi on le vénère, on l’encense, on le baise, on le couvre de bijoux comme s’il était Dieu lui-même. Il porte la Révélation.

14Autant le talent oratoire est nécessaire pour convertir les autres à son idée, autant la qualité de rédacteur est requise pour que cette idée traverse le temps. Le document écrit est l’outil de la pérennité. Il ampli fie le présent pour le faire bondir vers le futur. C’est pourquoi on n’écrit pas comme on parle.

15Mais c’est un instrument sans souplesse : tout y est irrémédiablement fixé. Il ne reflète pas les fluctuations de la vie ; il peut même la paralyser. Les syndiqués le savent bien, eux qui, en temps de conflit, décident souvent, pour ennuyer l’employeur, de travailler by the book, c’est-à-dire en suivant mécanique ment les directives écrites.

16Cet ouvrage est tout entier tourné vers l’écriture. Vous qui le lisez voulez apprendre à mieux écrire. Mais pour exploiter habilement l’écriture, il faut d’abord aimer tout ce qui se lit et s’écrit, les journaux, les magazines, les livres. Priser leur contenu, la manière dont les choses y sont dites.

17On reconnaît un véritable amant de l’écriture en ce qu’il se plaît à tout ce qui entoure la rédaction : les auteurs, les genres littéraires, l’encre, le papier, la reliure, les librairies, les bibliothèques. À cette personne-là nous disons : retroussez vos manches, mettez-vous au travail ! Nous allons ensemble analyser les mots, les phrases, les paragraphes qui constituent la structure de l’écriture. Bien exploités, ils donnent à la parole écrite sa beauté et sa durée.

Les mots

18Le choix des mots doit être la toute première préoccupation du rédacteur. À cet égard, l’analyse des meilleurs textes a conduit, depuis longtemps déjà, à mettre de l’avant certaines règles d’harmonie. Ainsi recommandera-t-on de toujours préférer le concret à l’abstrait, d’éviter les verbes fourre-tout (être, avoir, faire, mettre) et d’utiliser, de préférence, des mots susceptibles de servir de poteaux indicateurs pour éviter que le lecteur ne s’égare.

19Il s’agit donc d’acquérir et, ce qui est plus difficile, de maintenir l’habitude du mot efficace. Pour bien soutenir un message, on recommandera de faire porter l’attention d’abord sur le verbe, puis sur le sujet, ensuite seulement sur le prédicat et sur les éléments de liaison. Gare aux pléonasmes, aux clichés et poncifs, aux mots snobs ou inutilement longs qui témoignent d’un manque de rigueur dans la pensée ! En revanche, vous saurez recourir à la redondance quand il vous semblera important que le lecteur s’imprègne d’une idée.

Choisir ses mots

20Il existe des exercices fort simples pour s’habituer au mot juste. Vous arrive-t-il de lire, par exemple, cette amusante rubrique de Sélection du Reader’s Digest, « Enrichissez votre vocabulaire » ? Ce n’est pas prétentieux, mais vous y apprenez, chaque mois, une bonne fournée de mots nouveaux. Nous vous en proposons d’ailleurs un exemple à la rubrique « Question piège » de ce chapitre.

21Autre point souvent oublié dans une rédaction : rendre non seulement l’information, mais aussi l’état d’âme qui l’accompagne. Si vous n’avez pas l’habitude d’écrire, vous ne savez peut-être pas que les gestes, les mimiques, les sourires, les froncements de sourcils accompagnant la langue orale doivent trouver une traduction adéquate à l’écrit, sinon votre message demeurerait incomplet.

22Mais comment le faire ? Quand, dans une conversation, vous voulez indiquer que vous vous en allez vers tel lieu, vous faites spontanément un mouvement de la main, n’est-ce pas ? Comment rendre ce mouvement de la main à l’écrit ?

23Par ce qu’on a appelé les mots liens (des conjonctions ou locutions conjonctives et des prépositions ou locutions prépositives). Ces mots auront pour effet d’éclairer le lecteur en précisant votre pensée.

  • 3 Ces exemples sont extraits de Robert Tremblay, L’écritoire, Montréal, McGraw-Hill, 1991, p. 78-80.

Quelques mots liens
Comment préciser sa pensée3 ?
1. Par une préposition ou une locution prépositive qui indique une circonstance :
- de lieu : à, chez, dans, de, pour, par, jusqu’à, sous, vers, en ;
- de cause : attendu, à cause de, au sujet de, en raison de, grâce à, par suite de, pour, vu ;
- de temps : à, à compter de, au cours, après, depuis, pendant ;
- d’ordre : après, avant, devant ;
- d’appartenance : quant à, de ;
- de but : afin de, en vue de, de façon à, vers, touchant ;
- d’attribution : à, pour ;
- de manière : à l’aide de, au prix de, de manière à, avec, selon ;
- de conformité : d’après, quitte à, étant donné, suivant, selon ;
- d’opposition : à défaut de, contre, malgré, nonobstant ;
- d’exclusion : sauf, hors, sans.
2. Par une conjonction ou une locution conjonctive qui fait voir la coordination des idées :
- la liaison : ainsi que, alors, et, aussi, comme, de plus, puis, ni, en outre, ensuite ;
- la cause : bien, car, en effet ;
- la conséquence : ainsi, alors, aussi, c’est pourquoi, d’où, en conséquence, partant ;
- la restriction : au contraire, or, cependant, du moins, du reste, en revanche, quoique, sinon, par contre, néanmoins ;
- l’alternative : ou, soit... soit, ou bien, tantôt... tantôt ;
- l’explication : à savoir, c’est-à-dire, par exemple, soit ;
- la suite : alors, enfin, puis ;
- la transition : bref, après tout, d’ailleurs, en somme, or, peut-être.
3. Par une conjonction ou une locution conjonctive qui fait voir la subordination des idées :
- la cause : attendu, car, comme, c’est que, d’autant que, vu que, puisque, étant donné ;
- le but : afin que, de crainte que, de manière que, pour que ;
- la conséquence : au point que, de façon que, de sorte que, tant et si bien que, tellement que ;
- la concession : alors que, au lieu de, en admettant que, bien que, pendant que ;
- la condition : au cas où, à moins que, en admettant que, pourvu que, si tant est que ;
- le temps : alors que, après que, dès que, quand, une fois que ;
- la comparaison : autant que, comme si, selon que, suivant que.

24Pour faire bonne mesure, il faudrait aussi parler des adverbes, dont la fonction consiste, entre autres, à orienter le verbe dans une direction particulière. Par exemple, si je dis (oralement) d’une personne qu’elle « chante », je ne fais qu’indiquer un fait. Pour compléter ma pensée en donnant une appréciation, je pourrais lever les yeux au ciel... mais avec une mimique différente selon que j’aime ou n’aime pas sa manière de chanter. Mon vis-à-vis saisira aussitôt ce que je veux signifier.

25Mais comment faire à l’écrit ? En ajoutant un adverbe, parfois deux : elle chante... bien, très bien, vraiment bien... mal, fort mal, tellement mal. Les adverbes et autres mots liens permettent donc d’apporter à l’écrit toutes les nuances que l’intonation ou le geste accompagnateur fournit à l’oral.

Concision et précision

26Sur le plan des mots, toute écriture commence par cette double discipline : (1) chercher l’expression à la fois la plus brève et la plus juste (concision et précision, avons-nous dit à plusieurs reprises) pour rendre le cœur de votre idée ; (2) chercher ensuite le vocable de soutien susceptible de traduire adéquatement l’impression que le geste apporte en complément à la langue orale. N’hésitez pas à dresser des listes.

Dresser des listes
Vous trouverez à l’annexe C une liste de mots utiles que nous avons rassemblés depuis des lustres sur des feuillets aujourd’hui jaunis et que nous consultons encore, chaque fois que nous sommes en panne d’inspiration. Vous ne pouvez pas dire que vous n’avez pas l’embarras du choix !

27Il n’y a donc aucune raison de répéter toujours les mêmes quatre ou cinq tournures qui vous ont toujours paru suffisantes pour vous tirer d’affaire jusqu’à maintenant. Trouver la bonne nuance, c’est le secret d’un style expressif.

28Ne prenez surtout pas ces listes pour des catalogues, mais simplement comme une source occasionnelle d’inspiration et, surtout, comme la preuve qu’il suffit souvent d’étendre son vocabulaire pour commencer à produire des textes que les gens auront le goût de lire. Cela dit, les mots ne sont pourtant que la matière brute de la langue ; le style, ce qui fait qu’une écriture sera agréable et reflétera votre personnalité, ce sont les phrases et les paragraphes qui en fourniront les contours, comme nous allons maintenant le voir.

Le style et la personnalité

  • 4 L’aventure des langues en Occident, Le français dans tous les sens et Le français d’ici, de là, de (...)

29Henriette Walter, déjà citée, auteure de multiples ouvrages sur la langue4, s’exprimait ainsi dans une entrevue au Devoir, le 1er mai 1995 :

Les lois peuvent être utiles pour l’emploi d’une langue, par exemple la loi de l’affichage. Ça peut jouer pour le maintien d’une langue dans la vie publique, mais ça ne peut rien faire pour les communications privées. Pour conserver une langue, il faut que les gens aient la conviction qu’elle soit la plus belle et, à ce moment, on trouve le moyen de la transmettre aux enfants.

30Voilà donc pourquoi il est essentiel d’exploiter le plus vaste registre possible d’une langue. Retenez les meilleurs mots, oui, mais disposez aussi ces mots dans les meilleures phrases. Insérez le tout dans des paragraphes équilibrés : ainsi développerez-vous un style d’écriture qui reflétera votre personnalité.

FIGURE 10.1. Les aspects à considérer quand on rédige

31Arrêtez-vous un moment à cette conclusion provisoire. Avoir du style, c’est sans doute recourir à des mots bien choisis. Mais avoir un style personnel, c’est savoir agencer les mots et les groupes de mots en phrases complètes, puis en paragraphes construits de manière à bien refléter sa pensée et ses sentiments, ce qu’illustre la figure 10.1.

Les phrases

32Les phrases sont constituées d’une séquence de mots dont chacun contribue à favoriser le décodage de votre idée. Cela, vous le savez depuis l’âge de deux ans. Mais dans cet ouvrage, c’est de séduction qu’il est question. Il ne suffit donc pas qu’on vous comprenne ; il faut aussi qu’on soit charmé. Comment ? En insérant des figures de style adaptées au message qu’on veut livrer.

33Les figures de style sont la clé d’une écriture efficace. Elles prennent leur source dans la créativité des orateurs et des écrivains. Utilisant son imagination, l’auteur inspiré exprime sa pensée par une façon de dire imagée, qui va au-delà de l’information brute pour communiquer aussi de l’émotion, autrement dit pour séduire son public.

34Ainsi, au lieu de débiter au roi : « Toute la population est disposée à vous servir », l’orateur lancera : « Les masses sont à vos pieds », formule qui transmet bien l’élan – une émotion, n’est-ce pas ? – que mettent les gens à répondre aux attentes du monarque. L’expression ayant reçu bon accueil, elle sera reprise par d’autres, au point où les spécialistes de la langue en viendront – ultérieurement – à la codifier sous le nom de figure de style.

35Au cours des âges, on a appris à distinguer quatre catégories de figures de style, selon que l’auteur joue (1) avec les mots eux-mêmes, (2) avec leur sens, (3) avec la pensée derrière les mots, ou (4) avec l’argumentation de la phrase. Dans le cas de notre exemple, on observera que l’auteur a joué avec la pensée en feignant la présence d’un objet absent (les masses), ce qui vaudra à la figure le nom savant d’hypotypose.

  • 5 D’après Robert Tremblay, op. cit., p. 116-118. On comprendra qu’il s’agit ici de simples exemples. (...)

Quatre catégories de figures de style5
Jeux de mots
Allitération Dure défaite des défenseurs du destin.
Antanaclase Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas.
Calembour Enseigner jusqu’à en saigner.
Clausule Et le temps, car le temps, nous unit.
Étymologie Il n’y a pas de culture sans culte.
Formule Qu’est-ce que cent ans ? Qu’est-ce que mille ans, puisqu’un seul moment les efface ?
Néologisme Langue nouvelle : novlangue.
Paronomase La femme potiche et la femme bonniche.
Rime Contre l’exploitation/la révolution !
Jeux de sens
Antonomase Staline fit cinq millions de victimes.
Énallage On n’y croit pas.
Hypallage La liberté des prix.
Hyperbole Le tiers-monde meurt de faim.
Litote Ce n’est pas idéal.
Métaphore L’homme est un loup pour l’homme.
Métonymie Ils se cherchent un foyer.
Oxymore L’esclavage, c’est la liberté.
Synecdoque Une armée de cent têtes.
Jeux de pensée
Allégorie Une hirondelle ne fait pas le printemps.
Anacoluthe Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, la face du monde en eût été changée.
Antithèse Nous ne sommes rien, soyons tout.
Apostrophe Cela est vrai. Tu me croiras, ami, si tu le veux.
Chiasme L’arme de la critique doit devenir la critique par les armes.
Ellipse Vivre, c’est vendre.
Épanorthose Le concept est insuffisant, non plutôt imprécis.
Gradation Évaluez les formes, les formations, les formalisations.
Hyperbate Reste cette féconde hypothèse...
Hypotypose Les masses sont à vos pieds.
Ironie Monsieur Dühring révolutionne la science.
Paradoxe La vie a un sens : c’est la mort.
Prétérition Inutile de préciser que...
Prolepse Vous direz que c’est absurde, pourtant ce ne l’est pas car...
Prosopopée S’ils le pouvaient, ils diraient : en voilà assez ! Question oratoire Qu’est-ce que la signification ? Répétition Trouver le sens, c’est trouver la signification.
Réticence C’est facile, c’est... trop facile.
Jeux d’argument
Alternative Voilà tout notre choix : libéralisme ou totalitarisme.
Analogie L’homme au regard de la divinité est aussi puéril que l’enfant au regard de l’homme.
Argument d’autorité Comme Einstein l’a dit, c’est l’imagination qui prime.
Dilemme Travailler ou chômer, c’est la misère de toute façon.
Enthymème L’amitié a de la valeur car elle est rare.
Exemple Il y a des erreurs de justice : l’affaire Coffin.
Formule Qui ne dit mot consent.
Précédent La terreur est inévitable : prenez la Révolution française.
Tautologie Une femme est une femme.

Créer ses propres figures de style

  • 6 Le tintement d’une cloche pour annoncer un événement (ici, un mariage) serait quelque peu amorti, n (...)

36Que conclure à propos des figures de style ? Qu’il faut en créer soi-même, chaque fois qu’on croit en avoir le génie ; à défaut, qu’il faut recourir aux meilleures. Celle-ci, par exemple : « Elle s’est mariée à la cloche de bois6. »

  • 7 Peut-être parce que le dialoguiste du film Les boys II l’a épuisée en la mettant trop régulièrement (...)

37Rappelez-vous toutefois que les figures de style s’usent vite. Ce fut le cas de celle-ci : « Dans mon livre à moi », métonymie dont tout le monde s’est subitement emparé... avant de la renvoyer aussi prestement aux limbes7. Son histoire mérite d’être racontée.

38« Dans mon livre à moi » est la traduction littérale de « In my own book ». L’expression fut d’abord utilisée pour contredire un adversaire qui se serait censément mépris dans l’interprétation d’un texte et, plus largement, d’une idée. La traduction de la for mule aurait donc dû être : « Dans mon exemplaire, à moi ».

39Mais l’expression a vite pris un sens dérivé. En effet, à la traduction fautive de « book » s’ajoutait une traduction également fautive de « own ». Ici, « own » n’avait pas le sens possessif de « mien », mais le sens démonstratif de « celui-ci ». La formule aurait donc plutôt dû se lire : « Dans l’exemplaire que j’ai sous les yeux ». Or, le contresens s’imposa et la locution finit par signifier : « Selon ma façon personnelle de voir les choses ». La figure de style mourut de ces imprécisions.

Les paragraphes

40Après avoir bien choisi les mots, après avoir insufflé du style à ces mots, grâce à une manière originale de les disposer dans une phrase, il faut maintenant que les phrases s’organisent selon une suite logique. De plus, il est important que cette parole écrite que constitue le document profite, comme la parole orale, de moments de pause pour permettre au lecteur de respirer. C’est le monde du paragraphe.

FIGURE 10.2. La rédaction des paragraphes

41En écrivant, imaginez que vous êtes un conteur d’autrefois, que les villageois sont rassemblés autour de vous, à la chandelle, et boivent vos paroles. Selon l’émotion à exprimer, vous accélérez ou ralentissez le débit, insistez sur un mot, faites jouer les allitérations. Pourquoi laisser se perdre ce charme au moment de passer à l’écrit ?

42La figure 10.2 propose quelques indications de base pour la rédaction des paragraphes : où placer les diverses idées, comment répartir les phrases. Il s’agit de règles très souples, vu que l’intérêt d’un document tient pour beaucoup à la variété dans la construction de ses paragraphes. Quand tous les paragraphes d’un texte se ressemblent, le lecteur se transforme vite en ronfleur.

Ponctuation et respiration

43L’information que vous communiquez dans un texte est présentée par une longue suite de mots dont il faut segmenter le déroulement, en y insérant des pauses pour que le lecteur puisse absorber votre message. À l’écrit, les pauses sont assurées par la ponctuation (petit rythme) et par le découpage en phrases (moyen rythme), puis en paragraphes (grand rythme).

44S’il y a des règles grammaticales strictes pour l’orthographe, l’accord et la syntaxe, celles qui régissent les temps de respiration sont beaucoup plus flexibles. Elles dépendent pour une bonne part des états d’âme que vous cherchez à transmettre : le souffle du lecteur doit suivre votre propre cadence.

45Quoi qu’il en soit, la consigne à observer en toutes circonstances : une seule idée par phrase, un seul sujet par paragraphe. Dès qu’une idée devient un peu complexe, réclamant une suc cession de propositions circonstancielles et relatives, c’est le signe qu’il faut mettre un point à votre phrase. Dès que l’idée complexe est elle-même complète, ne l’alourdissez pas. Mettez un point final et changez de paragraphe.

Fonction centrale du paragraphe
Le paragraphe, c’est l’arma ture logique d’un document. Avant même d’analyser les mots et les phrases, tout critique de vos textes observera d’abord l’organisation de vos paragraphes. Se déploient-ils de façon progressive ? Chacun d’eux fait-il avancer votre pro pos ? Les uns et les autres s’emboîtent-ils intelligemment ?

46Évidemment, en rédaction de relations publiques, le style ne sera jamais si personnel qu’il ne doive se plier au public visé (on y revient toujours). Ici, on construira de courts paragraphes (une seule phrase parfois) à l’intention des lecteurs pressés : décideurs, journalistes. Ailleurs, dans les mémoires et autres textes amples, chaque paragraphe aura une construction savamment articulée, avec un avis principal et des développements sous forme d’illustration, de démonstration ou d’explication.

  • 8 Philippe Scali, Guide Visa Guadeloupe, Paris, Hachette, 1985, p. 11.

47On comprendra mieux l’apport des phrases et des paragraphes à la magie des mots en lisant à la figure 10.3 cette présentation idyllique de la Guadeloupe8. La longueur des phrases, le nombre de phrases par paragraphe, la structure de chaque paragraphe, la progression des idées : tout a été soigneusement étudié par le rédacteur. D’où un résultat chatoyant.

Le passage des idées aux mots

48Combien de gens ont admiré la Guadeloupe tout autant que l’auteur de ces paragraphes sans pourtant être capables d’exprimer leur état d’âme autrement que par des demi-phrases comme : « Ah ! t’as pas idée comme c’est beau ! C’t au boutte ! C’est super ! » ? N’aimeriez-vous pas trouver, dans les mots eux-mêmes, de quoi faire saliver ?

  • 9 On trouvera dans la bibliographie des suggestions d’ouvrages portant sur chacune de ces étapes : us (...)

49Eh bien ! voici deux petits trucs très simples sur la façon de traduire votre pensée en mots. Ils ne remplaceront pas la fréquentation des bons auteurs, mais vous aideront à exercer votre plume, fût-ce simplement pour vous permettre de rédiger des communiqués attrayants. L’un de ces renforts favorise l’éclosion de la pensée en parole, l’autre permet de rendre cette parole en style agréable9.

Le mot qui rend pleinement l’idée

50Voyons d’abord le premier appui. Imaginons qu’on vous ait demandé de rédiger un article léger sur l’enfant. Mais vous êtes à court d’idées. Vite, allez au rayon de votre biblio thèque où vous aurez rangé un usuel du vocabulaire. Il en existe plusieurs, mais nous choisirons ici le Dictionnaire des idées par les mots, de Robert. Au mot enfant, vous trouverez diverses idées susceptibles d’éveiller votre esprit.

FIGURE 10.3. Phrases et paragraphes qui séduisent

Idées tirées du mot enfant
Les étapes de l’enfance, le bébé, l’enfant en général, les qualités et défauts des enfants, l’éducation des enfants, le statut légal de l’enfant, l’aide à l’enfance, des idées de livres et spectacles pour enfants.

51Chaque section donne accès à des dizaines de mots. Et au cas où cela ne vous paraîtrait pas suffisant, on vous renvoie aussi à des idées connexes (âge, famille, jouer, commencer, faible, vie) où de nombreux autres mots vous attendent.

52L’intérêt de ce type d’usuel pour un débutant en rédaction tient au courant alternatif qu’il en vient à activer entre les idées et les mots. Parfois, vous avez l’idée, mais le mot juste tarde à surgir ; en d’autres circonstances, vous êtes en panne d’idées tant que les mots n’ont pas fait démarrer votre cerveau.

Le mot qui ouvre à de nouvelles idées

53Voilà pour une première forme d’assistance : un flot de substantifs et d’adjectifs. Mais comment faire de belles phrases ? Une deuxième ressource vous attend... car vous possédez sûrement un usuel du style, par exemple – de Robert encore – le Dictionnaire des expressions et locutions figurées. Des recueils comme celui-là multiplient les figures de style que vous pouvez mettre à votre service au moment de construire votre article.

54Dans notre exemple, il vous suffit d’aller au mot enfant pour découvrir de multiples locutions imagées dont certaines pourraient vous être immédiatement utiles, alors que d’autres vous ouvriront de nouvelles perspectives.

Locutions tirées du mot enfant
Enfant de l’amour/Enfant de la balle/Enfant de chœur/Enfant de Marie/Enfant gâté/Enfant prodigue/Enfant terrible/Enfant trouvé/Bon enfant/Comme un enfant/Faire l’enfant/Faire un enfant/Prendre pour un enfant/Les enfants s’amusent/Il n’y a plus d’enfants.

55Vous vous souvenez qu’au moment de traiter, au chapitre 5, de l’importance de bien établir le plan d’un document, nous avons fait état, entre autres choses, de la méthode associative (figure 5.1). Les deux aides que nous venons de présenter vous permettront de créer des associations mentales.

56Les mots faciliteront l’élaboration de votre plan. En sens inverse, si votre plan est déjà suffisamment construit, les mots y trouveront leur place, comme dans un puzzle. Votre imagination pourra ensuite prendre le relais, inventer des tournures originales. Ainsi votre écriture laissera-t-elle sa marque, ainsi acquerrez-vous un style personnel.

Le mot qui rend joliment l’idée

57En dépit de leur utilité, les usuels demeureront toujours des bé quilles. Rien ne vaut la fréquentation des auteurs. Imaginons que vous deviez écrire sur la noblesse du maçon. Évidemment, vous iriez d’abord observer un maçon au travail. Alors qu’il s’épuise sur ses pierres, vous lui demanderiez ce qu’il ressent. Il se peut qu’il ne lui vienne à la bouche que des onomatopées : « Ben... ! Euh... ! » Dans ces conditions, comment pourriez-vous esquisser un portrait expressif ?

58Vous vous tourneriez ensuite sans doute vers les deux usuels de tout à l’heure. Le premier vous fournirait un bon vocabulaire technique du travail lui-même (depuis caillouter jusqu’à limousiner). Le second vous laisserait malheureusement en plan (le mot maçon n’y figure pas). C’est peut-être alors que vous découvririez l’écrivain Réjean Ducharme :

  • 10 Réjean Ducharme, Va savoir, Paris, Gallimard, 1994, p. 65.

Il a fallu démancher tout un rang, casser le mortier, crever les ampoules, et recommencer. Mais j’ai passé à travers. On donne à ce dont il s’agit ce que ça veut (encore un coup de reins, un coup de truelle) et d’erreur en désespoir ça finit par se trouver fait. J’ai mal partout. Je ne trouve aucune beauté à ces dépassements qui se résolvent en abattements, en douleurs, en abcès de frustrations contractés à travailler comme un pied et se résigner aux résultats. Aucun plaisir, sinon dans le péché que le devoir me crée de paresser, tout laisser tomber et niaiser avec Fanie. Mais je me prends parfois au sérieux et je me chante une messe où j’offre à ce qui me dit que rien ne se perd, sur un plateau de gravats, mon chapelet de piétinements écorchés. Je me donne, corps et maux, dans l’idée de payer pour toi, selon une comptabilité des compensations qui te fait planer quand je suis écrasé, épanouir quand je suis vidé... Je me dis que je te le dois cent fois pour une seule nuit où j’ai dormi avec toi. Et mon énergie revient10.

59Dans les documents de relations publiques, on n’attend surtout pas que vous fassiez de la littérature. Mais, pour apprendre à rédiger convenablement, ne vous fiez pas aux textes souvent lamentables qui émanent des firmes de communications et que vous pourriez erronément prendre pour la norme. Vous pouvez faire mieux que cette écriture pauvre. Beaucoup mieux. Vous pouvez contribuer à élever les standards. Lisez, lisez beaucoup.

Pour conclure cette section

60Les phrases font le style. Pour les améliorer, trois démarches aussi faciles qu’amusantes : lire beaucoup, écrire souvent, soumettre ses écrits à la critique. La critique, on ne le dira jamais assez, est essentielle. Quand j’écris, je deviens facilement narcissique et possessif. Je décrète que telle tournure est la meilleure, tant j’ai eu du mal à la trouver. Mais qu’en pense le lecteur ?

61Il n’y a pas qu’une seule façon de bien écrire. Mais il est possible de débusquer mille façons de mal le faire. Il suffit de surveiller les répétitions, les longueurs, les formes incolores et les stuctures en cascade, avec multiplication de propositions secondaires.

62On imagine que le rédacteur professionnel a vaincu la grammaire des mots (orthographe, accord). On espère qu’il maîtrise aussi la grammaire des phrases (syntaxe) et qu’il est en train d’intégrer la grammaire des paragraphes (logique). Toutes ces étapes franchies, il saura écrire.

QUESTION PIÈGE
Que signifie le mot gravelle ?
1. Maladie des reins ou de la vessie.
2. Gros sable, mêlé de petits cailloux.
3. Instrument de graveur.
4. Ancien impôt sur le sel.
Voyez la réponse à la toute fin de ce chapitre.

SECTION 2 : DES APPLICATIONS

63Les trois outils choisis pour ce dixième chapitre ont en commun de réclamer d’excellentes capacités de rédaction. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous en traitons ici.

64Le premier outil, la lettre d’opinion, exige une maîtrise aiguë du vocabulaire ; le deuxième, les formats éclatés, commande – il va sans dire – une capacité à affronter un public habitué à ce qu’il y a de mieux ; quant au troisième, le blogue, il impose de savoir dire beaucoup en peu de mots.

1er outil : la lettre d’opinion

65Parmi les outils de relations publiques, la lettre d’opinion se caractérise par le fait qu’elle répond à une attaque (ouverte ou appréhendée). Le plus souvent, elle réagit à un avis défavorable publié dans un journal. Il peut s’agir d’un éditorial, d’une chronique, de la lettre d’un lecteur. Dans d’autres cas, pré venant les coups, la lettre d’opinion présente, par avance, les arguments de l’entreprise, qui aura senti venir à temps un vent contraire à ses intérêts.

66Le cas classique est celui de l’affrontement entre l’industrie et l’écologie. Pour toute entreprise qui désire s’installer quelque part, les dépenses qu’il faut faire pour sauvegarder l’environnement physique et social apparaissent dans la colonne des pertes. Pour les gens du milieu où s’implante cette firme, l’équation est moins claire : d’une part, on voudrait bien maintenir un cadre de vie sain ; d’autre part, on souhaite profiter des emplois et du développement économique qu’assure l’arrivée de cette entreprise.

67Le risque est grand, alors, que les journaux locaux soient envahis de propos des deux bords, certains découlant d’un authentique souci du bien commun, d’autres opposant leurs propres avantages à ceux de l’entreprise. La lettre d’opinion que celle-ci rédigera, pour y répondre, devra donc prendre position tout en ménageant les uns et les autres, sans jamais se départir d’un ton poli. D’où les exigences d’un vocabulaire précis, qui dit juste ce qu’il faut, ni trop ni trop peu.

68Pour vous entraîner au lexique d’une lettre d’opinion, voici un exercice amusant, que vous pouvez d’ailleurs apprêter pour tous les types de textes.

69Tout le monde sait que le verbe dire est particulièrement banal (tout comme être, avoir, faire). Dans une lettre d’opinion, vous avez intérêt à le remplacer par un verbe plus précis qui saura rendre avec une justesse fine l’idée que vous voulez transmettre. Imaginons donc trois utilisations du verbe dire : (1) pour faire un simple énoncé ; (2) pour prendre position à propos d’une question, (3) pour manifester un doute ou une opposition. Dans les trois cas, il est probable qu’on ait utilisé le verbe dire parce que c’est ce mot-là qui est venu spontanément à la bouche. Pouvez-vous trouver de meilleurs verbes ? Mettez-vous en peine de chercher.

Trois utilisations du verbe dire
Simple énoncé
je dis que
j’annonce que
je déclare que
j’ explique que
je précise que
je réponds que
j’ indique que
je fais remarquer que
je pense que
je demande si
j’ observe que
je fais observer que
je crois que
je suppose que
j’ expose que
je signale que
je constate que
je reconnais que
je rappelle que
je considère que
je suis d’avis que
je préconise que
je commente que
je montre que
je fais état de ce que
Prise de position
je dis que
je soutiens que
j’estime que
j’accepte que
je considère que
je recommande que
j’admets que
je rappelle que
je montre que
j’affirme que
je souligne que
j’ai l’impression que
je juge que
je suggère que
je propose que
je rétorque que
je loue l’idée que
je défends le fait que
je suis partisan de
je prévois que
j’insiste sur le fait que
je souhaite que
je préfère que
j’ approuve que
je me prononce pour que
j’ espère que
je désapprouve que
je crains que
je penche pour
Doute / opposition
je dis que
je m’étonne que
je m’interroge sur
je mets en doute
je nie que
je conteste que
je ne vois pas que
je ne crois pas que
je ne pense pas que
j’exprime mon désaccord
je m’insurge contre
je m’oppose à
je critique ceci
je m’inscris en faux
j’ objecte que
je me demande si
je combats l’idée que
je m’ élève contre
je doute que

  • 11 Louis Timbal-Duclaux, Savoir écrire dans l’entreprise, Paris, Retz, 1992, p. 137.
  • 12 Robert Tremblay, op. cit., p. 89-91.

70C’est à Louis Timbal-Duclaux11 que nous devons ces dizaines de verbes qui permettent de mieux rendre les nuances de la pensée. Vous pouvez aussi consulter Robert Tremblay12 qui propose diverses façons de rédiger une phrase au contenu identique en raffinant les mots. Au lieu de répéter sans cesse les mêmes vocables banals, comme dans ce livre..., l’auteur..., dit que..., son idée..., et explique..., il soumet des termes plus précis, mieux ciblés, qui pourraient leur être substitués.

71Comme nous l’avons si souvent indiqué, l’art de rédiger consiste à utiliser les mots, à tourner les phrases, à développer les paragraphes de manière à traduire en codes d’écriture l’idée et l’émotion bien précises qu’on cherche à transmettre. Auriez-vous pensé, avant de parcourir la liste de Louis Timbal-Duclaux, qu’un lexique aussi étendu pouvait rendre un début de proposition aussi simple que « Je dis que... » ? Retenez de cette illustration que vous pouvez choisir entre plusieurs formules, selon le degré d’affirmation et le niveau de langue. Retenez aussi que ce choix n’est pas arbitraire : chaque mot a une portée bien précise, chaque nuance compte.

Chaque nuance compte
Indépendamment du choix des mots, la lettre d’opinion est toujours difficile à rédiger. Il faut d’abord posséder pleinement son sujet, en connaître les tenants et aboutissants, avoir bien mesuré l’enjeu. Le texte doit ensuite être passé au crible pour s’assurer à la fois qu’il ne sera pas reçu comme une gifle et qu’il ne prêtera pas flanc à une réponse acerbe.

72N’oublions pas que la lettre d’opinion cherche à éteindre l’incendie, non à l’étendre. Quand vous rédigez une lettre d’opinion, prenez bien conscience de toutes les composantes (l’historique, le contexte, les aspects humains) de la situation. S’ils ne sont pas fournis explicitement, vérifiez-les sur place.

73Voici un exemple de lettre d’opinion. Observez qu’à la différence du communiqué, où l’entreprise se présente à la troisième personne et le plus anonymement possible, l’auteur de la lettre d’opinion répond personnellement, au nom de la firme dont il signe les positions.

Exemple de lettre d’opinion
La Société pétrolière Royal et le plan d’efficacité énergétique
Dans un article paru récemment dans votre journal, le journaliste Benoît Berthelot a laissé entendre que la Société pétrolière Royal, qui exploite une raffinerie ainsi qu’un réseau de stations-service au Québec, « n’appuyait que du bout des lèvres » le plan national de lutte contre les changements climatiques. Il est important de rappeler les faits. Dès la présentation du plan par le gouvernement, nous y avons donné notre accord en déclarant publiquement qu’il proposait, à notre avis, des mesures claires pour améliorer l’efficacité énergétique. Ce n’est pas là appuyer « du bout des lèvres ».
Lors de l’entrevue téléphonique qu’il a eue avec votre journaliste, notre président a d’ailleurs rappelé avec insistance qu’il tenait à ce que l’entreprise contribue pleinement à l’efficacité des véhicules, ce qui constitue l’un des objectifs du plan. À cet égard, il a dit privilégier l’éthanol cellulosique, fabriqué à partir de biomasse forestière et de résidus agricoles, à l’éthanol à base de maïs ; ce qui est bien la position du gouvernement.
Votre journaliste a fait apparaître comme une réticence et une preuve de manque d’intérêt ce qui ne constitue qu’une divergence mineure portant sur la participation des entreprises pétrolières aux travaux de l’Agence d’efficacité énergétique. À cet aspect particulier des propositions gouvernementales nous avons cru utile d’apporter une contrepartie, de manière à rendre le plan plus facile à réaliser, compte tenu des impératifs internationaux.
Comme notre président l’a bien souligné au journaliste, nous sommes disposés à jouer un rôle actif et positif auprès de l’Agence ; reste à en fixer les paramètres concrets. Qu’il y ait des ajustements à apporter quant au choix des participants à la Table de concertation et au partage du budget, ce n’est pas là, de toute évidence, « n’appuyer que du bout des lèvres », mais simplement faire montre de responsabilité dans l’application d’un plan d’envergure capitale.
La pétrolière Royal a toujours bien servi la population québécoise. Elle continuera de le faire, en concertation avec les orientations de l’État.
Hubert Simoneau, vice-président aux communications
La Société pétrolière Royal

2e outil : les formats éclatés

74L’aptitude d’un rédacteur à écrire avec finesse est particulièrement mise à l’épreuve quand la direction de l’organisme sent le besoin, pour des fins de relations publiques, de sortir de ces sentiers battus que constituent le communiqué, le dépliant ou le journal d’entreprise. La firme tient absolument à se faire remarquer, à se distinguer des concurrents, à démontrer sa créativité. Elle vous demande donc de produire des documents aux formats éclatés, dont chacun exige un style approprié. Commençons par l’ouvrage de prestige.

L’ouvrage de prestige

75L’ouvrage de prestige fait penser à un fauteuil de style Empire. On n’y est pas mieux assis que sur un siège plus modeste, mais il témoigne, par son apparat, de la prospérité du propriétaire.

76De même, l’ouvrage de prestige n’est pas supérieur à des moyens de communication plus humbles pour ce qui est de la qualité de l’information et de la capacité de séduction. Mais il atteste de la performance de l’organisme. Il s’apparente ainsi à la documentation publicitaire, qui impressionne par le chic du design.

77Bien des arguments jouent en faveur d’une belle publication sur papier glacé, avec photos couleur grand format. Mais on en revient toujours à l’image de l’entreprise. Dans certains secteurs, comme la mode, l’automobile, le tourisme ou le commerce extérieur, on n’a pas le choix : quiconque veut projeter une image de succès doit recourir au clinquant. Ailleurs, au contraire, en particulier dans les organismes publics, le papier glacé étalerait une somptuosité contre-indiquée.

78Dans la préparation d’un ouvrage de prestige, le rédacteur fera équipe avec un photographe, un illustrateur et un graphiste. La part du texte y sera souvent non seulement limitée, mais encore morcelée en multiples encadrés, phrases en inversé et bas de vignette. Ce qui compte avant tout, c’est le coup d’œil. Sans jamais perdre l’information de vue, vous laisserez la primauté aux éléments d’illustration. Pourtant l’écriture sera aussi superbe que la photo.

79Le texte d’un ouvrage de prestige doit donc refléter la notoriété et la haute réputation de l’entreprise. Il s’agira d’un document bref, parfois ; d’un ouvrage d’une certaine envergure, souvent ; d’un texte de haute tenue, toujours.

80Les ouvrages de prestige sont à la mode. Pas un directeur qui n’en ait rangé quelques-uns dans la bibliothèque de son bureau... précisément pour bien faire savoir qu’il voisine avec l’univers du prestige. Vous remarquerez que ces livres ne sont jamais purement informatifs (pourquoi mettre tant de moyens pour de la simple information ?). Ils ne sont pas non plus directement publicitaires (l’éditeur ne veut pas projeter une image de mercantilisme). Le bon ton domine.

Des revues de prestige

  • 13 Nous en parlons au passé, car le magazine s’est progressivement démocratisé, se permettant entre au (...)

81Il existe aussi des revues de prestige. Le National Geographic en a longtemps été le modèle. On ne le trouvait pas en kiosque, mais il fallait s’y abonner à prix fort. Preuve qu’on appartenait à un monde à part. Ce qui n’empêchait pas ses articles d’être fouillés et ses photos superbes13.

82Chez nous, il existe plusieurs revues de prestige. Nous avons déjà parlé de Forces. On pourrait aussi considérer, par exemple, Capaux-Diamants, une publication trimestrielle axée sur l’histoire du Québec. Textes savants. Photos d’époque. Publicité de qualité. Graphisme recherché. Simplement en lisant les titres des numéros, vous vous sentez déjà dans le monde du prestige.

Titres de numéros d’une revue de prestige
- Paysages archéologiques ;
- Au nord du Nord ;
- Présences de la Nouvelle-France ;
- Coup d’œil sur le vingtième ;
- Magie des Noëls d’antan ;
- Conserver la mémoire, la tradition, le geste ;
- Avec le temps...
- Passions et collections.

Des formats exotiques

83Si l’ouvrage ou la revue de prestige ne répondent pas adéquatement à la situation de communication envisagée, on vous demandera peut-être d’explorer un certain nombre de formats de présentation « exotiques », qui ont en commun de vouloir susciter l’étonnement : bande dessinée, calendrier, agenda, affiche, caricature, encart, album et autres dazibaos. On recourt habituellement à ce type de document quand on a épuisé les autres pièces de l’arsenal des relations publiques et qu’il faut servir de l’inattendu à son public.

84Des exemples ? Celui d’une banque qui, pour éveiller l’attention des jeunes, a publié, sous la forme d’un cahier (où de courtes histoires côtoient des bandes dessinées), divers textes sur la sagesse d’économiser.

85Ou bien celui de la Ville de Québec qui, pour inciter aux ran données pédestres, a publié une brochure munie d’un viseur per mettant de comparer l’état antique d’un lieu (sur cliché) et son état présent (regardé à travers le viseur).

86Ou encore celui du Conseil scolaire de l’île de Montréal qui, pour encourager les enseignants à s’impliquer dans les maternelles, a publié une luxueuse chemise s’ouvrant en cinq volets (en un format de 11 x 39 po), dotée de sept encarts brochés, le tout sur fond d’illustrations et de graphiques en couleur.

87Il semble que, pour ces trois exemples, l’objectif de stimulation ait été atteint. Mais attention ! Le format-surprise est un outil délicat à manier et il a ses limites : le mauvais goût n’est jamais loin. Même bien fait, il pourra arriver qu’il impressionne sans émou voir pour autant, ce qui est la marque du texte publicitaire et non des relations publiques.

Limites du format-surprise
Souvenez-vous (chapitre 6) que si le document de relations publiques cherche à attirer l’attention, c’est pour ensuite atteindre le cœur. À cet égard, le format-surprise n’est pas l’instrument adéquat en toutes circonstances. Soyez exigeants !

88Un autre danger guette le format-surprise. Ses concepteurs ont tendance à s’y « payer la traite » en sortant l’artillerie lourde du design graphique. « Génial ! Méga ! », se diront-ils en se congratulant... et l’imprimeur ne sera pas le dernier à applaudir, voyant briller un contrat alléchant qui tirera toutes les ressources de ses presses.

89Mais le public, lui, y a-t-on réellement pensé ? Est-ce bien de cela, de ce produit coûteux, qu’il a besoin ? Vous voyez, nous revenons toujours à notre public. Cela dit, il reste que le format-surprise peut atteindre des gens qui ne liraient pas des documents plus classiques. C’est pour cette raison que nous en faisons état ici.

90Puisque votre contribution porte surtout sur les idées, assurez-vous que le message prévu va bien du cerveau de l’émetteur à celui du récepteur, sans s’égarer en route dans le chatoiement des images. Par ailleurs, pour la part de travail qui vous revient d’office – la rédaction –, habituez-vous à l’art de la concision et au sens de la formule.

91Car rappelez-vous que vous avez la subtile tâche de glisser finement, au milieu de photographies impressionnantes et de placards aux couleurs généreuses, un contenu à la fois sérieux dans son propos et compatible avec l’originalité de la présentation. Une fois de plus votre sens de la diplomatie sera mis à l’épreuve.

Place aux graphistes et aux illustrateurs !
Le format-surprise est fait pour étonner. Alors vous, le porteur de mots, vous vous ferez discret derrière les graphistes et les illustrateurs. C’est leur heure de gloire. Mieux encore, essayez de travailler en symbiose avec eux pour mélanger judicieusement leur design, leurs images et vos mots.

92Si vous y parvenez, ne manquez pas de célébrer cette rare rencontre de talents hétérogènes, réunis pour rendre, sur des instruments disparates, les harmoniques d’une même musique !

Un panneau routier peu banal

93On peut appeler formats-surprises de relations publiques les panneaux routiers d’incitation où l’on inscrit divers textes invitant à la prudence. Or, le panneau illustré à la figure 10.4 est nettement fautif. Pouvez-vous en rédiger un qui, tout en produisant l’effet attendu, respectera mieux les règles de la grammaire et du style ?

FIGURE 10.4. Attention à nos enfants !

94Il faut d’abord savoir que cette affiche, que nous voyons si souvent à l’entrée des villages, est incorrecte sous trois aspects. Elle présente d’abord deux fautes d’accord : passage soudain (1) du pluriel au singulier et (2) de la première à la deuxième personne. Par ailleurs, (3) le message est désarticulé sur le plan du style : alors que dans le premier membre de phrase on fait appel au civisme, dans le second on invoque l’instinct parental. Il s’ensuit que les conducteurs qui n’ont pas d’enfants pourraient ne pas se sentir concernés ; le message est donc mal ciblé.

95Vous serait-il possible de faire mieux sans dévier de l’information qu’on vous a demandé de transmettre : inviter les conducteurs à ralentir pour éviter de heurter des enfants ? Voyez les diverses reformulations que des étudiants ont proposées et que nous avons annotées sans complaisance (sur 5 points) ?

Une note de 0
- Conduisez prudemment. La vie d’un enfant en dépend. La vôtre peut-être.
- Un enfant sur dix est victime d’un accident dont peut-être le vôtre. Faites attention !

96Dans ces formulations, on dévie à la fois de la syntaxe et du message. En effet, le premier texte fait glisser le risque de la vie d’un enfant à celle de l’automobiliste. Le second établit une statistique sans relation avec le fait que votre enfant puisse être blessé à cet endroit, par votre faute.

Une note de 1
- Attention à nos enfants... ce pourrait bien être les vôtres !
- Ralentissez ! Pensez aux enfants... les vôtres et ceux des autres.
- Attention aux enfants... ce sont peut-être les vôtres !

97Ici, les étudiants ont voulu corriger les erreurs les plus grossières du texte, mais ont calqué sa formulation, ce qui a parfois donné ouverture au double sens (se pourrait-il que nos enfants soient aussi les vôtres ?).

Une note de 2
- Vos enfants sont précieux ? Les nôtres aussi ! Ralentissez et soyez vigilants.
- Attention aux enfants, une richesse que nul ne désire perdre. Et vous ?
- Un enfant peut surgir à tout moment... Attention ! C’est peut-être le vôtre.

98Ces formulations sont intéressantes, mais ne tiennent pas suffisamment compte du public cible : un conducteur qui roule à bonne vitesse. Pris entre la nécessité de freiner pour prendre le temps de parcourir le panneau et la tendance bien naturelle à ne pas se donner la peine de le lire, on imagine où ira sa préférence.

Une note de 3
- La sécurité des enfants oblige.
- L’avenir appartient à nos enfants.
- La sécurité de nos enfants... ça nous concerne tous !
- Nos enfants, notre avenir.
- Les enfants sont l’espoir du pays. Protégeons-les !
- La vie d’un enfant dépend de votre comportement.
- Les enfants sont rares de nos jours ; prenons-en soin !

99Ces formulations sont bien construites, mais ne comportent pas suffisamment d’impératif. Le conducteur risque de les considérer comme des réflexions générales sans rapport avec le fait qu’il approche d’une zone de jeu.

Une note de 4
- Attention à nos enfants...
- Attention ! La vie de nos enfants est entre vos mains.
- Attention ! Pensez à vos enfants... Ralentissez !
- Attention à nos enfants. Ils sont si précieux !

100Celles-ci ont la structure d’un avertissement, ce qui est bien. Mais le mot « Attention ! » est superflu. C’est le pictogramme qui, sous la forme d’un losange orange, transmet l’idée de danger.

Une note de 4,5
- Soyez prudent, votre enfant est irremplaçable.
- Gardez l’œil ouvert !
- Vous aussi avez été un enfant… soyez prudent !
- Nos enfants sont vos enfants… faites-leur attention !
- Enfants menacés par automobilistes pressés.

101Voilà de bonnes formulations. Une petite faiblesse, toutefois : elles ne visent pas de façon absolument précise l’objectif poursuivi (inviter à ralentir pour éviter de heurter des enfants).

Une note de 5
- Enfants en liberté. Prenez garde !
- Ralentissez ! La vie des enfants est précieuse.
- Nos enfants, on les aime vivants... Ralentissez !
- Zone de jeu. Soyez chics. Ralentissez !

102Ces quatre formulations communiquent parfaitement le mes sage, c’est du moins notre avis. Chacune d’elles choisit un angle valable. Un jury aurait beaucoup de peine à les départager.

3e outil : le blogue d’entreprise

103Le blogue est un genre littéraire suffisamment différencié pour qu’il vaille la peine de le considérer comme un outil spécifique des relations publiques. Le monde des communications donne d’ailleurs un nom précis aux blogues dont se sert une organisation pour échanger avec ses publics externes ou internes ; on parle de corporate blog (blogue d’entreprise).

104Avant de considérer le parti que notre rédacteur ou notre relationniste pourrait tirer du blogue, il faut d’abord saisir en quoi il se caractérise dans la panoplie des outils de communication. Et, pour cela, remonter aux origines.

L’histoire du blogue

105Quand Tim Berners-Lee créa le World Wide Web (WWW) au milieu des années 1990, il mit au point un système qui permettait à tout expéditeur de documents ou de données de s’adresser à n’importe quel destinataire sans que celui-ci doive être connecté en temps réel (ce qui était auparavant requis). Il devenait dès lors possible, non seulement de « laisser un message » dans une boîte aux lettres électronique, mais aussi de le faire à une « adresse » spécifique, un « site », disponible pour consultation à tout moment, à la manière d’un répondeur téléphonique.

106Une fois l’adresse créée – et l’homme ayant, comme la nature, horreur du vide –, on s’empressa d’y déposer les informations les plus variées. Plusieurs responsables de sites prirent donc l’habitude d’y écrire périodiquement des réflexions personnelles dans l’espoir que quelque collègue les lise et y réponde. Ce carnet de bord (Log, en anglais) circulant sur la Toile (Web) prit naturellement le nom de Web Log. On attribue à Travis Petler, un étudiant à l’Université Brown (Providence, Rhode-Island), la compression de ces deux mots pour former l’actuel vocable blog (dont la traduction par blogue a rapidement éclipsé les expressions concurrentes, comme cybercarnet ou bloc-notes). C’était en 1997.

107Le blogue, tel qu’on le connaît aujourd’hui, fut lent à démarrer. Il fallait, en effet, posséder des connaissances avancées en langage informatique pour l’écrire ; de sorte qu’il demeura longtemps un moyen de communiquer entre spécialistes du domaine. Quand on créa des langages user’s friendly, autrement dit, qui se chargeaient eux-mêmes de transformer l’écriture classique en écriture numérisée, n’importe qui devenait apte à créer son blogue. Et l’on n’y manqua pas : le nombre de blogueurs dépasse désormais la centaine de millions. Plusieurs d’entre eux exploitent le son, la photo, la vidéo, le dessin ou l’animation ; d’autres font transiter leurs propos par téléphone cellulaire. L’on a aujourd’hui accès à de nombreux catalogues de blogues que parcourent, thème par thème, des moteurs de recherche spécialisés.

Pourquoi un tel engouement ?

108Comment expliquer le succès foudroyant du blogue ? Une raison fondamentale explique sa propagation rapide, et elle s’inscrit au fond de la nature humaine : les gens ont besoin de s’exprimer. Chacun croit qu’il a quelque chose d’original à dire. Si les groupes de discussion d’hier permettaient à n’importe quel quidam de dialoguer avec des inconnus, le blogue lui fournit désormais une façon simple de le faire à la face du monde entier. Ne retrouvez-vous pas là nos observations du chapitre premier ?

109Mais il y a plus. Deux événements notoires sont venus susciter des vocations chez les bloguistes. Il vaut la peine de les résumer. Le premier eut lieu en 2002 quand le leader de la majorité au Sénat américain, Trent Lott, rendit hommage à un collègue dans des termes qui laissaient à entendre qu’il était favorable à la ségrégation raciale. L’allusion était si lointaine que la presse n’y porta pas attention. Mais des blogueurs montèrent l’affaire en épingle, au point où le personnage dut démissionner de son poste.

110Quant au second, il se déroula deux ans plus tard et mit en cause le présentateur de nouvelles de CBS, Dan Rather. Celui-ci avait annoncé, sur la foi de documents apparemment sérieux, que le président Bush avait évité le service militaire dans sa jeunesse. Des blogeurs démontrèrent que les pièces en question étaient des faux. Ce qui entraîna le départ du journaliste, peu après.

111Ces deux événements – et quelques autres de moindre impact – amenèrent bien des blogueurs à se prétendre supérieurs aux journalistes des grands médias et à lancer leurs propres enquêtes. Avec des résultats mitigés. D’autres s’en tinrent plutôt aux « faits divers », y faisant contribuer la fonction photo de leur portable. On se souvient sans doute que, lors des événements sanglants survenus au collège Dawson, les caméras des médias étaient à la traîne par rapport aux appareils que les étudiants portaient sur eux. TVA utilisa même leurs images pendant plus d’une heure avant de pouvoir mettre son équipement en place. Il en fut de même lors du carnage de Virginia Tech.

112Aujourd’hui, tous les secteurs de la vie bloguent : la politique, les affaires, le sport. Même les journalistes « classiques » doublent leurs articles d’un blogue. C’est l’outil de communication à la mode. Vous ne pouvez y échapper ; aussi bien savoir l’utiliser.

Les lois du blogue

113Le blogue est si répandu que certains protocoles se sont imposés et sont désormais communément adoptés par la grande famille des blogueurs. Un bon blogue sera clairement identifié et daté, à l’heure et à la minute près. Un bon blogue sera doté d’hyperliens, renvoyant le lecteur soit à des sources externes, soit à des renseignements complémentaires. Un bon blogue laissera la parole à tout internaute qui voudrait ajouter son grain de sel aux propos exprimés ; ces commentaires apparaîtront par ordre « antéchronologique », c’est-à-dire, le plus récent en premier.

114Un bon blogue sera rédigé comme un billet, un bloc-notes, un court propos personnel, non comme un article de journal. Il sera suffisamment bref pour entrer tout entier dans une ou deux hauteurs d’écran. Il tolérera un peu de publicité, mais pas trop. Il sera publié à une fréquence clairement annoncée et il invitera les lecteurs à réagir. Un bon blogue sera pensé comme en perpétuelle re-rédaction. Il se rapprochera ainsi des forums Internet où l’on déploie progressivement un sujet par l’addition des idées.

115Tel est le visage propre du blogue, ce en quoi il se distingue des autres outils de communication. Votre organisation a-t-elle intérêt à en créer un ? Rappelez-vous ce que nous disions, au chapitre 8, à propos de ces relationnistes qui se précipitent sur la « brochure » à tout propos. D’autres n’en ont que pour le blogue. Le blogue, c’est bien ; mais seulement quand il apporte une contribution vraiment utile à une démarche de relations publiques.

FIGURE 10.5. Exemple de blogue d’entreprise

116Si votre entreprise est disposée à dialoguer franchement – insistons sur le mot « franchement » –, le blogue est l’outil qu’il vous faut. En effet, il est accessible partout, en tout temps, et il est construit de manière à interagir avec d’autres sites tout autant qu’à interpeller le public. Or, sachez que le public est souvent sévère, parfois même impoli (c’est pourquoi les blogues prévoient toujours un filtre... qui peut devenir un verrou). Il ne faut pas craindre l’affrontement pour créer un blogue. Il s’agit d’un outil de dialogue horizontal, non d’affirmation verticale. C’est donc à vous, le rédacteur, la relationniste, à déterminer si l’objectif de relations publiques de la firme s’arrime bien à cette exigence.

117Si c’est le cas, il vous reviendra sans doute de signer le blogue – car un blogue est toujours personnalisé –, même si c’est votre employeur qui en aura la responsabilité légale. C’est vous qui en ferez le suivi au jour le jour, prenant appui sur les commentaires des lecteurs pour faire progresser les idées.

118Imaginons, par exemple, que la Société pétrolière Royal dont il a été question plus haut (à propos de la lettre d’opinion) juge utile de lancer un blogue pour manifester son ouverture d’esprit. La figure 10.5 fait voir l’allure que pourrait prendre l’un de ses textes. C’est de cette manière que nous concevons le blogue d’entreprise.

***

119Le magazine s’appelle Belle et bien dans sa peau. On y traite de maquillage, de coiffure, de nouvelle vie. Photo couverture d’une jeune fille au large sourire. L’écriture est coulante mais sans fadaises, franche mais bien tournée, optimiste sans euphorie. Vous ne trouverez pourtant pas cette intéressante publication de quarante-huit pages couleur chez votre vendeur de journaux.

120Le périodique s’adresse aux femmes atteintes de cancer. Les rédacteurs observent parfaitement les règles de rédaction dont nous avons fait état dans ce chapitre. Ils écrivent des textes de qualité (mots, phrases, paragraphes) respectant leur public cible si particulier, mais sans jamais oublier qu’en toutes circonstances on doit s’efforcer d’écrire avec soin.

121Trop de relationnistes se disent que, pour telle ou telle situation, il ne vaut pas la peine de s’attarder au style... ce qui compte, c’est le message. Or, le style fait aussi partie du message ; à travers lui transparaît le souci de qualité d’une entreprise ou la valeur d’une cause.

122Retenez simplement de ce chapitre que l’écriture est un élément de la culture. Sans souci constant de transmettre le beau, sans un minimum de subtilité, la volonté occasionnelle de bien écrire apparaîtra forcée, imitation servile et pastichée des bons auteurs.

123Bien écrire ne relève pas du snobisme ou de la prétention bourgeoise. Bien écrire devrait être la préoccupation de toute personne qui veut communiquer avec le moindrement de rigueur.

  • 14 Sélection du Reader’s Digest, « Enrichissez votre vocabulaire », tiré à part, questionnaire no 29, (...)

RÉPONSE À LA QUESTION PIÈGE
Gravelle : A.
De grève. Maladie produite par des concrétions semblables à de petits graviers.
Ne pas confondre avec gravier (B) et gabelle (D)14.

Notes

1 Selon le Dictionnaire historique de la langue française, le mot apparaît pour la première fois avec ce sens en 1723.

2 Georges Jean, L’écriture, mémoire des hommes, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 24, 1987, p. 102-104.

3 Ces exemples sont extraits de Robert Tremblay, L’écritoire, Montréal, McGraw-Hill, 1991, p. 78-80.

4 L’aventure des langues en Occident, Le français dans tous les sens et Le français d’ici, de là, de là-bas.

5 D’après Robert Tremblay, op. cit., p. 116-118. On comprendra qu’il s’agit ici de simples exemples. On lira donc avec profit les pages que l’auteur a consacrées à ce sujet.

6 Le tintement d’une cloche pour annoncer un événement (ici, un mariage) serait quelque peu amorti, n’est-ce pas, si la cloche était en bois ! La figure de style indique donc que la jeune fille s’est mariée fort discrètement. Pourquoi ? Seul le contexte l’expliquera.

7 Peut-être parce que le dialoguiste du film Les boys II l’a épuisée en la mettant trop régulièrement dans la bouche du comédien Rémy Girard.

8 Philippe Scali, Guide Visa Guadeloupe, Paris, Hachette, 1985, p. 11.

9 On trouvera dans la bibliographie des suggestions d’ouvrages portant sur chacune de ces étapes : usuels du vocabulaire et usuels du style.

10 Réjean Ducharme, Va savoir, Paris, Gallimard, 1994, p. 65.

11 Louis Timbal-Duclaux, Savoir écrire dans l’entreprise, Paris, Retz, 1992, p. 137.

12 Robert Tremblay, op. cit., p. 89-91.

13 Nous en parlons au passé, car le magazine s’est progressivement démocratisé, se permettant entre autres la vente au numéro et la publication en langues étrangères. Shocking ! ont alors dit certains.

14 Sélection du Reader’s Digest, « Enrichissez votre vocabulaire », tiré à part, questionnaire no 29, 1964. La formule n’a pas vieilli et le magazine poursuit toujours cette rubrique.

Table des illustrations

Légende FIGURE 10.1. Les aspects à considérer quand on rédige
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIGURE 10.2. La rédaction des paragraphes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende FIGURE 10.3. Phrases et paragraphes qui séduisent
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende FIGURE 10.4. Attention à nos enfants !
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIGURE 10.5. Exemple de blogue d’entreprise
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search