Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Deuxième partie. Les conditions d'efficacité de toute rédaction de communications publiques

4. Distinguer nettement le public visé

Texte intégral

1Voici comment un président de banque, participant à une mission du Québec à l’étranger, s’exprimait à propos des relations publiques assurées au cours du voyage : « Les guenilles sont arrivées à temps, les avions et les autobus étaient aux bons endroits, les meetings ont eu lieu comme prévu et on a bouffé comme jamais. » Vous, la relationniste type que nous avons décrite au début de cet ouvrage, êtes habituée à ce vocabulaire. Mieux que n’importe quelle formule ampoulée, il exprime la satisfaction du client pour une opération réussie. C’est une façon de dire merci.

2En rédaction de relations publiques aussi, vous pouvez faire preuve d’une efficacité dont votre client sera fier. Il suffit de connaître quelques grandes règles, dont nous entreprenons mainte nant l’exposé. Une rédaction efficace, c’est-à-dire qui atteint son objectif, tel sera donc l’objet de cette deuxième partie du manuel.

3Trois éléments contribuent principalement à l’efficacité d’un texte de relations publiques : (1) la considération du public visé ; (2) une bonne transmission du message sous-jacent ; (3) un style séduisant. Chacun de ces points occupera un chapitre.

4Au chapitre 3, nous avons montré, entre autres, la route que franchit un message, depuis l’officier principal d’une entreprise qui l’émet, habituellement le p.-d.g., jusqu’au public visé. Pour mémoire, référez-vous, si nécessaire, à la figure 3.3 (« Le partage des tâches de communications dans l’entreprise »). Vous y redécouvrirez que la communication est à jamais gaspillée si elle n’atteint pas le public cible.

Conditions d’efficacité d’un texte de relations publiques
1. Le niveau de langue, compte tenu du public visé (chapitre 4).
- Au nom de qui écrivez-vous ?
- À qui vous adressez-vous ?
- Prenez-vous les moyens pour bien communiquer ?
2. Le contenu informatif et l’intention de communication (chapitre 5).
- Où est la nouvelle ?
- Quel est son contexte ?
- Quelle sera la suite ?
- Que voulez-vous qu’on retienne surtout de votre organisme ?
3. Les impératifs pour que le texte séduise (chapitre 6).
- Les mots sont-ils stimulants ?
- Les phrases sont-elles bien structurées ?
- Les paragraphes sont-ils cohérents ?
- L’ensemble est-il invitant ?

  • 1 Les mots un peu vieillis ou moins fréquemment utilisés que nous avons glissés ici et là dans le tex (...)

5Il ne suffit pas, en effet, d’émettre un message pour qu’il soit efficace ; il faut que le public l’accueille, le comprenne et y adhère. Nous consacrerons donc ce chapitre à cette dimension capitale. Les observations que vous lirez dans ces pages sont si simples qu’elles vous sembleront parfois des lapalissades1. Pourtant, l’expérience révèle que bien des textes de relations publiques sont écrits comme si le public n’avait pas d’importance... et manquent donc leur cible.

SECTION 1 : LES PRINCIPES

6Nous mettrons l’accent sur deux points qu’il est absolument essentiel de retenir pour que le message porte, autrement dit pour qu’il soit efficace. Voici ces deux points. Il faut d’abord se dire qu’on est en train de communiquer, donc qu’il faut tenir compte de l’autre, de ses intérêts, de ses dispositions, de sa condition culturelle et sociale. Il faut ensuite prendre conscience que cet autre en connaît moins que soi sur ce qu’on veut lui dire, donc qu’il ne comprendra le propos que si celui-ci est suffisamment vulgarisé.

7Simple ? Simpliste ? Mettons ces deux idées à l’épreuve.

Les trois grandes catégories de public

8Il existe une multitude de publics, chacun ayant sa physionomie propre. À la limite, on pourrait même dire que chaque individu est un public unique. L’idéal sera donc toujours de pouvoir s’adresser aux gens, un à un. Mais nous sommes ici en communications publiques, et qui dit communications publiques dit regroupement d’un certain nombre de personnes possédant des caractéristiques semblables ou voisines à l’égard du messager.

9Ces derniers mots sont bien importants. La segmentation des publics avec lesquels je veux communiquer pour les rendre sensibles à mon message ne se fait pas sur la base de leurs caractères démographiques, sociaux, linguistiques, que sais-je ? Elle découle du type de rapports que chacun d’eux entretient avec le messager.

10Prenons l’exemple d’une grande entreprise (disons Bombardier ou SNC-Lavalin). Quel est mon lien avec elle ? Suis-je employé ? fournisseur ? actionnaire ? distributeur ? critique (préoccupé de l’environnement) ? simple admirateur (fier du succès d’une firme de chez nous) ? Selon la position particulière que j’occupe à l’égard de l’entreprise, je m’intéresse à elle – et elle s’intéresse à moi – d’une manière spécifique. Je suis un public défini.

11Y a-t-il possibilité de regrouper les multiples publics sous de grandes catégories ? Rappelons que cela a déjà été fait au chapitre 3, alors qu’on indiquait que les communicateurs distinguent trois grands types coiffant la plupart des publics.

Les trois types de public
1. Un public diffus qui vit plus ou moins loin de l’organisme et dont l’attitude n’est mesurable que par l’effet de masse. Nous l’avons appelé le grand public.
2. Un public très individualisé, au contraire, dont chaque membre a une influence immédiate et particulière sur l’évolution de l’organisme. Nous lui avons donné le nom de décideur.
3. Un public qui vit de l’organisme ou qui gravite immédiatement autour de lui, et dont l’état d’esprit peut favoriser ou briser son dynamisme. C’est le public interne.

Une approche adaptée à chaque public

12Dès l’instant où l’on vous invite à rédiger un texte de relations publiques, demandez aussitôt à votre interlocuteur de vous décrire de la façon la plus précise possible le public qu’il souhaite atteindre. Pour vous aider à comprendre, imaginons la situation sui vante : le p.-d.g. d’une firme fait appel à vous pour rédiger un communiqué rassurant après une fuite de mazout. À qui s’adressera le message ? S’agit-il de la population qui vit autour de l’usine (le grand public) ? des responsables du ministère de l’Environnement (les décideurs) ? ou du personnel mis à pied pour la durée des réparations (le public interne) ?

13Non seulement chacun de ces publics est-il affecté différemment par l’incident, mais encore le type d’influence qu’il peut avoir sur la suite de l’entreprise est lui-même différent. Pris isolé ment, les citoyens du quartier (le grand public) ne sont pas menaçants, mais si la panique s’installe, la tempête qui s’élèvera de ce mouvement collectif pourrait être mortelle pour la firme. Pour ce qui est des gens du Ministère (les décideurs), c’est par des arguments serrés sur les garanties de sécurité qu’on évitera qu’ils imposent leur tutelle. Quant aux employés mis à pied (le public interne), leur enjeu dans l’événement est capital. C’est le gagne-pain qui leur est temporairement enlevé ; la qualité des relations de travail à venir dépend de votre façon de les en informer.

Trois types d’influence

14Vous comprenez maintenant pourquoi on a opéré la segmentation du public en ces trois catégories-là. Elles reprennent les trois grands types d’influence qui s’exercent sur une entreprise et lui imposent de faire des relations publiques : l’influence émotionnelle diffuse de la population (ce qu’on désigne parfois comme l’environnement social) ; l’influence impérative des diverses autorités réglementaires et financières externes dont dépend l’essor de la firme ; l’influence organisationnelle des forces internes, au plus haut point celle des employés (pudiquement appelés ressources humaines). Chaque type de public exerce sa pression propre sur la firme.

15Quand on rédige un document de relations publiques, il faut donc être conscient de la nature particulière de l’influence qu’exerce le public visé sur l’organisme. Ce n’est sans doute pas le seul élément à considérer : nous verrons plus tard (chapitres 5 et 6) comment on doit construire un message pour qu’il touche ce public de la bonne façon ; par la suite, nous préciserons comment il faut parler à chaque public suivant les circonstances (chapitres 7, 8 et 9) et selon le moyen choisi (chapitres 10, 11 et 12). Mais on ne saurait apporter ces précisions sans s’attarder d’abord aux publics eux-mêmes, ce que nous faisons ici.

16Si le paragraphe qui précède ne vous paraît pas clair, revoyez la figure 3.10 (« Le cube des outils de rédaction pour fins de relations publiques : Face A + face B + face C »). Elle montre qu’il y a trois considérations à retenir dans un message : le public visé, la raison de communiquer avec lui et le moyen choisi pour le faire. Le public vient naturellement en premier.

Communiquer avec son public

17Dès le début de ce chapitre, nous avions prévenu notre relationniste et notre rédacteur que nous dirions des choses simples. La toute première de ces choses simples, c’est que vous communiquez avec votre public. Or, pour qu’une communication soit efficace, il faut d’abord que l’autre vous entende, puis qu’il vous comprenne, puis qu’il trouve que ce que vous dites a du sens. Alors seulement adhérera-t-il à votre façon de voir ou, tout au moins, engagera-t-il un dialogue. Croyez-le ou non, ils sont légion les communicateurs qui ne tiennent pas compte de ces évidences.

18Pour qu’on vous entende, encore faut-il que votre transmission parvienne bien à l’interlocuteur. Lors des grandes pannes d’électricité, celle de mars 1989 et celle de janvier 1998, il ne servait à rien de s’adresser aux gens par le truchement de la télévision. De même, en relations publiques, les 27 outils que nous vous proposons dans cet ouvrage ne sont pas tous également susceptibles d’atteindre leur cible dans une situation donnée. La quatrième partie de ce livre précisera plus encore cet aspect en décrivant les bénéfices respectifs, suivant les circonstances, de recourir à l’oral, à l’écrit ou à l’audio-scripto-visuel. Pour être entendu, il faut donc choisir le bon porte-voix.

Porte-voix efficace

19Par ailleurs, pour qu’on trouve que ce que vous dites a du sens, il faut choisir les formules qui susciteront l’adhésion, qui sauront séduire. Lors du Grand Verglas, tout le monde s’est vite rendu compte qu’il était inutile d’insister pour offrir des foyers chaleureux aux évacués. Les gens leur préféraient un centre d’hébergement, même mal équipé, où ils retrouvaient les éléments de leur milieu habituel de vie et qui leur évitait de trop s’éloigner de leur demeure, leur principale valeur. Le langage des communicateurs a donc dû s’adapter à cette sensibilité. Nous y reviendrons abondamment, au chapitre 6, quand nous traiterons de la manière de construire un message pour qu’il soit bien reçu, pour qu’il séduise.

20Entre ces deux conditions d’une bonne communication, « être entendu » et « être accueilli », il y en a une troisième, intermédiaire : « être compris ». Pour qu’on vous comprenne, il vous faut utiliser le niveau de langue adéquat, selon le public ciblé. Élémentaire ? Peut-être, mais lisez simplement ces deux extraits de journaux où Réginald Martel, d’une part, et Jean Dion, de l’autre, s’amusent à relever des exemples de langage à dormir debout.

  • 2 Barbara Havercroft, dans Voix et images, automne 1996, citée par Réginald Martel dans La Presse, 27 (...)
  • 3 Jean Dion, « S’asseoir et parler », Le Devoir, 2 novembre 1996, p. A-8.

Des exemples de langage à dormir debout
Barbara Havercroft
« Par l’architecture énonciative complexe, l’exploitation de l’autoréférentialité et de la métatextualité, le mélange synecdotique de genres littéraires divers, la critique des métarécits patriarcaux et l’inscription de voix féminines hybrides, le Journal intime de Nicole Brossard participe du mouvement féministe post-moderne, à la croisée de la littérature québécoise et d’autres littératures occidentales2. »
Jean Dion
« Qu’avons-nous entendu à cet égard au cours du Sommet ? Qu’il faut “dégager des pistes d’action”, “adapter des modèles organisationnels” susceptibles de résoudre “les problèmes structurels”, “consolider les acquis afin de réaliser leur plein potentiel”, “mettre en forme des projets dans des champs d’intervention complexes et s’inscrivant dans une démarche privilégiant la mise en commun des ressources”, “décortiquer une stratégie à long terme”, “évoluer en complémentarité avec beaucoup d’autres partenaires”, “arriver à un aboutissement qui nous permet de concrétiser de façon réelle, tangible et immédiate nos objectifs”, “reconfigurer tous nos efforts communs”, “former un comité pour voir comment on pourrait opérationnaliser un critère d’appauvrissement”, “intégrer les affaires” et, en prime, l’incontournable “résolument choisir l’espoir”3. »

Le dogmatisme de la langue de bois

21L’expression « langue de bois » a été créée, à l’époque de la guerre froide, pour désigner la façon bien particulière qu’avaient les Soviétiques d’étouffer la vérité sous une avalanche de mots creux. Aujourd’hui, elle désigne plus largement, nous dit Le Petit Larousse, une manière rigide de s’exprimer usant de stéréotypes et de formules figées et reflétant une position dogmatique, notamment en politique.

22Le dogmatisme, voilà le pire ennemi du rédacteur. En effet, il arrivera parfois que le patron, ou le client qui vous emploie, fasse appel au spécialiste de l’écriture que vous serez bientôt, avec la commande (explicite ou implicite) de « ne rien dire, tout en ayant l’air de dire », ce qui risque inévitablement de jeter le lecteur dans la confusion. Pire encore, il pourra vouloir vous imposer un vocabulaire idéologique. Il vous faut résister à cette perversion ; il en va de votre crédibilité. Les personnes qu’on écoute sont celles qui disent les choses simplement. Autrement, l’auditeur s’endort, zappe ou se cabre. S’il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas dire, ne les dites simplement pas au lieu de tenter de les enfouir sous un fatras de mots vides.

23Cordonnier mal chaussé, le monde de l’enseignement est sans doute celui où le dogmatisme sévit le plus en matière de langue. Ça commence à la maternelle où l’on n’a plus le droit de dire « les petits », parce que – soi-disant – ça les diminuerait, et ça se poursuit jusqu’à l’université où le mot « éducation » cède peu à peu sa place à « formation qualifiante ». Que dire alors de tous ces écoliers devenus des « s’éduquants » ? Un tel vocabulaire, si éloigné de l’usage, témoigne du dessein peu avouable de restreindre l’espace de liberté des gens en leur imposant, par une façon de dire, une façon de penser.

24Mais il y a autre chose encore dans le mot « communiquer ». Il y a l’intention d’établir un contact avec le public ciblé. Or, souvenez-vous de ce que nous avons développé au chapitre premier, à savoir qu’à part communiquer, il y a quatre autres motifs pour lesquels les gens peuvent vouloir prendre la parole. Ainsi arrive-t-il souvent que l’on parle sans vraiment avoir le souci d’échanger, mais plutôt pour se définir, s’affirmer, ruser ou créer. Ces réflexions vous paraissaient peut-être alors un peu théoriques et sans conséquence. Voyez maintenant, par deux exemples, où elles peuvent conduire dans la pratique.

La parole dans la mouvance nationaliste

25À quelle identité renvoie une équipe de hockey qui s’appelle à la fois Canadien, Habitant et Tricolore ? Ouf ! Allons-y voir.

26Nos ancêtres se sont donné le nom de Canadiens pour qu’on les démarque, tant des habitants des autres colonies françaises d’Amérique (les Acadiens, les Louisianais) que des commerçants français qui, tout en vivant ici, ne s’étaient pas véritablement implantés dans le Nouveau Monde. Nos aïeux étaient donc, en quelque sorte, l’équivalent des pieds-noirs d’Algérie.

27Les choses auraient pu en rester là, mais il y eut la Conquête. Depuis, nous n’arrivons pas à nous « définir » convenablement. Qui sommes-nous au juste ? Face aux Anglais nous nous sommes tour à tour « affirmés » comme Canayens, Habitants, puis comme Canadiens français (avec ou sans trait d’union, avec ou sans majuscule, ce qui nuançait le vocable), puis comme Québécois.

28Récemment, cette dernière formulation a commencé à perdre sa consonance ethnique pour désigner plutôt tous les citoyens du territoire, ce qui n’a fait qu’étendre la confusion. Ceux qu’on appelle Anglos, ce sont aussi des Québécois... sans être des « pure laine » ; et que dire des allophones. Or, un Québécois n’est pas tout à fait un Canadien, tout en appartenant à la fédération ! Touffue est la forêt.

  • 4 Auteur de nombreux romans et récits traduits par Ginette Hardy, dont Contes de mon père (1996) et L (...)

Comment identifier l’allophone ?
Comment désignera-t-on Gilberto Flores Patiño4 ? Est-ce un Mexico-Québécois ? un Canadien français d’origine mexicaine ? ou quoi ? Comme on ne s’y retrouve pas, on l’appellera « allophone », c’est-à-dire qui parle à la maison une langue (laquelle ? ça n’a pas vraiment d’importance !) autre que le français ou l’anglais. Il va ainsi rejoindre tous les Pakistanais, Vietnamiens, Italiens et autres étrangers dans les limbes des « sans identité précise ».

29Quant au mot Tricolore, on ne sait pas très bien si on l’a ajouté à cause du caractère « Canadien » et « Habitant » de l’équipe ou simplement parce que ces trois couleurs apparaissent sur le chandail.

Quelle identité nationale ?

  • 5 Voir Gérard Bouchard, François Rocher, Guy Rocher, Les Francophones québécois, Montréal, Conseil sc (...)

30De nouvelles désignations ont été proposées pour nous identifier. Lors de son célèbre voyage de 1967, de Gaulle nous appelait Français québécois, mais cela parut colonial. Par la suite, on a proposé Francophones québécois5, mais cela peut laisser à penser que nous ne sommes guère qu’une des innombrables facettes d’un multiculturalisme kaléidoscopique. On n’imaginerait pas semblable situation en France (« Je suis Français, moi, monsieur ! ») ou aux États-Unis (« I’m an American, you know ! »).

31Que cela vous fasse rire ou pleurer, là n’est pas la question. Dans le contexte de ce livre, nous voulons simplement attirer l’attention sur le fait que, pendant que nous cherchons ainsi à nous définir et à nous affirmer, nous ne sommes pas en train de communiquer. Nous nous attribuons de multiples noms. Lequel de tous ceux-là notre interlocuteur devrait-il retenir ?

32Entre nous, ça va toujours : nous savons qui est qui. Mais pour communiquer avec le reste du monde... Vous, la relationniste et le rédacteur types de ce livre, devrez quotidiennement affronter la réalité sociale et politique que nous venons de décrire. Vous aurez des documents à rédiger pour des organismes publics et privés. Si vous voulez susciter une véritable communication, par quel vocable désignerez-vous vos concitoyens ? Attendez-vous à des débats. Puisque aucune désignation n’est définitive, n’importe qui peut mettre sa propre option de l’avant. Quelle sera la vôtre ? Quelle position défendrez-vous ?

Le public d’abord

33La clé est dans le titre du présent chapitre : « Distinguer nettement le public visé ». Pensez à votre public d’abord. À quelle expression est-il le plus habitué ? avec laquelle est-il le plus à l’aise ? Dans le cas d’un public extérieur, quel vocable comprend-il spontanément ? auquel devrait-il être progressivement exposé ?

34Par ailleurs, attention ! Nos gouvernements ont tendance à imposer un vocabulaire précis et à éviter minutieusement celui de l’autre pour mieux positionner leur idéologie. Laissez cette guéguerre aux politiciens ; personne n’en est dupe. Sauf dans les documents politiques, les affrontements n’ont pas leur place en relations publiques. Pour éviter tout débat, pourquoi ne pas simplement varier les façons de dire quand aucun vocable spécifique n’est absolu ment requis ? Tour de passe-passe, peut-être. Mais chacun y trouvera son compte.

La parole dans la mouvance féministe

35Notre second exemple, nous le tirerons des démarches entreprises pour féminiser la manière de dire. Tout comme pour la mouvance nationale, la parole féministe vise à « définir » et à « affirmer » plus souvent qu’à communiquer. À la première personne, j’exige qu’on me parle au féminin : « Je suis électricienne. » À la deuxième personne, tu réclames qu’on te distingue de ton collègue de l’autre sexe : « Cher électricien, chère électricienne. » À la troisième personne, ça se complique. Doit-on dire : « Voici un électricien et une électricienne », ou « Voici deux électriciens » ?

  • 6 On l’a bien vu avec les désignations citoyen, imposé à la Révolution française, et camarade, prescr (...)

36Nous n’entrerons pas dans le débat, parfois hargneux, qui opposa à cet égard, pendant un quart de siècle, les hommes aux femmes et les femmes entre elles, les grammairiens traditionalistes et les linguistes révolutionnaires, les uns voulant préserver, les autres faire sauter la notion de genre extensif et de genre marqué. Tout ce que nous voulons montrer ici, c’est que ce débat en est un autour de l’affirmation d’un groupe social, non de la communication. À preuve, les promoteurs du redoublement (masculin, féminin) exigent le plus souvent qu’on y recoure de façon systématique. Ce n’est pourtant pas ainsi que se crée l’usage6.

37Une bonne cause peut avoir ses effets pervers. En effet, ce furent d’abord les groupes de pression, en particulier les syndicats, qui poussèrent au dédoublement, notamment dans les conventions collectives tapissées de « les travailleurs et les travailleuses ». Puis les partis politiques s’emparèrent de cette façon de dire (« Les Québécois et les Québécoises », « les citoyens et les citoyennes ») pour des motifs que nous vous laissons deviner.

38Mais comme personne ne parle – ne communique – de cette façon dans la vie de tous les jours, cette répétition volontariste apparut vite comme la marque de commerce des gens de pouvoir. Si bien que, dès que quelqu’un recourt aujourd’hui au redouble ment, il est aussitôt soupçonné de « faire de la politique », ce qui n’était certes pas l’intention des premiers instigateurs… et instigatrices ! Car il ne suffit pas d’avoir de bonnes intentions pour rendre justice, celles-ci pouvant parfois mener au ridicule.

  • 7 Entendu sérieusement à la radio : « Tout un chacun, toute une chacune » !

Attention au ridicule !
Une façon moderne, renouvelée, de parler et d’écrire le français visera à promouvoir l’égalité des femmes, non à les tourner en ridicule7. Pourtant, on aura vu le service des communications d’une grande biblio thèque publique féminiser les objets eux-mêmes : « Les pièces d’identité suivantes sont nécessaires lors de l’abonnement : permis de conduire, facture d’Hydro-Québec ou de Bell accompagné(e) [sic] d’une carte d’identité. » Ou encore, ce curé de paroisse répéter à satiété dans ses prêches « les chétiens et les chrétiennes », « les saints et les saintes », mais jamais « les pécheurs et les pécheresses ».

39Ainsi la mention suivante qu’on trouve fréquemment en avertissement, au début d’un docu ment, est pleine de chausse-trapes : « L’utilisation du genre masculin ne véhicule ni préjudice ni discrimination à l’égard du genre féminin et a été choisie dans le seul but d’alléger le texte. »

  • 8 Cette règle vaut aussi pour le racisme. Le mot « nègre » appliqué au rédacteur anonyme (en anglais  (...)

40Faites l’analyse logique de cette phrase. On y confond le signifiant (le mot) et le signifié (la personne), en l’occurrence le genre grammatical (du mot) et le sexe biologique (de la personne). Plus grave encore, en parlant de préjudice et de discrimination, on s’engage sur une pente glissante. Il ne suffit pas de dire qu’on ne fera pas de discrimination pour ne pas en faire. Ou bien il y a discrimination et alors il ne faut pas agir ainsi, ou bien il n’y en a pas et, dans ce cas, il n’y a même pas lieu d’y faire allusion8.

Qu’en pense votre public ?

41Diverses façons de féminiser ont été essayées, puis abandonnées, laissant place à d’autres encore. Peu à peu, avec le temps, certaines formes grammaticales et stylistiques finiront sans doute par s’imposer – tout naturellement et non par diktats – pour reconnaître aux femmes leur place nouvelle dans la société. Ce ne sera peut-être aucune de celles qui ont cours présentement. Le dernier mot reviendra aux usagers.

  • 9 Louise Beaudoin, dans sa réponse à une lettre du secrétaire perpétuel de l’Académie française, publ (...)

La langue et ses usagers
« Toute langue comporte ses propres mécanismes de sélection. Au fil du temps et des emplois, la langue intègre les innovations qui ont eu du succès et laisse dans l’oubli les autres. Il faut donc laisser au temps le temps d’agir et faire confiance au jugement des usagers de la langue9. »

42Faite pour communiquer, la langue tolère mal les tournures complexes aux allitérations rudes (par exemple « les agriculteurs et agricultrices », « les aînés et aînées »). Faite pour rapprocher les gens, elle ne trouve son équilibre que dans le consensus. Et le consensus ne s’impose pas par décret. C’est pourquoi l’Office de la langue française n’a jamais voulu prendre de position ferme à cet égard.

43Pour ce qui est de vous, quand vous aurez à rédiger un texte où la féminisation est à considérer, tenez compte du public auquel vous vous adressez, de la communication que vous voulez établir avec lui. En relations publiques, vous écrivez pour communiquer. Vous aurez peut-être parfois à résister à des directives qu’on voudra vous dicter pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la langue. Défendez toujours la position qui vous paraît la plus raisonnable sur le plan communicationnel : vous ne pouvez guère vous tromper.

44Ces deux exemples, tirés de l’identité nationale et de l’affirmation féministe, devraient suffire à faire comprendre que votre premier souci, en relations publiques, n’en est pas un d’identité ou de lutte pour une cause, mais de communication. Souciez-vous d’abord de votre public et concentrez maintenant votre attention sur la manière de vous adapter à lui pour que cette communication soit efficace.

L’art de s’adapter à chaque public

45Vous vous êtes promis de vous adapter à votre public ? Bravo ! Mais comment faire ? Sur le plan des idées, faites-le passer de ce qui lui est connu, familier, à ce que vous souhaitez lui faire découvrir. Pour ce qui est de la présentation d’idées qui sont nouvelles pour lui, utilisez les mots qu’il comprend déjà avant de lui en enseigner de nouveaux. On appelle cela vulgariser.

Le talent de vulgarisateur

46Le pédant juge la vulgarisation un art mineur, l’associant à vulgaire : « C’est un vulgarisateur ! » Pourtant, vulgariser est exigeant : c’est à la fois respecter la rigueur de l’information en une matière difficile et faciliter la compréhension du sujet aux non-initiés. Un équilibre délicat. Car n’est pas rédacteur vulgarisateur qui veut. Il faut d’abord être en mesure de saisir soi-même le propos. Qu’il s’agisse des méandres réglementaires liés au versement d’une rente ou des étapes successives dans le processus de clonage, on doit avoir compris au moins les grandes articulations, la structure logique du sujet.

47Comprendre suppose qu’on soit capable d’expliquer à un autre. Encore faut-il avoir un talent particulier pour amener cet autre à comprendre à son tour à partir de ce qu’il sait déjà. C’est dire qu’on doit avoir l’aisance de traduire les idées en images (« L’univers en expansion, c’est comme un ballon qu’on souffle »), donc posséder de l’imagination, du vocabulaire et l’esprit de synthèse qui per mettra de s’adapter à chaque public tout en restant fidèle au sujet.

Instinct pédagogique du rédacteur

48La raison première qu’on a pu avoir de vulgariser était de nature pédagogique. On voulait faire comprendre à l’écolier les rudiments de notions difficiles. Mais la pédagogie n’existe pas qu’en classe. Elle sert aussi en relations publiques.

49Ainsi, pour obtenir des subventions, les universitaires doivent-ils créer de l’intérêt autour de leurs recherches, ce qui n’est rendu possible que par la vulgarisation. Après avoir interviewé des chercheurs réputés, le journaliste Luc Dupont constate « qu’il leur sera plus facile d’obtenir des gouvernements leur part d’argent à distribuer si les scientifiques que l’on subventionne exhibent leurs travaux sur la place publique ». C’est là un exercice difficile.

  • 10 Pierre Béland, La Presse, 4 janvier 1998.

Un exercice difficile
« L’approche scientifique, c’est la culture du doute. Or, quand tu vulgarises, tu vas un peu à l’encontre de ça : tu gommes les détails, certaines ambiguïtés, tu présentes les choses d’une manière qui ressemble à un étalement de certitudes. Tout ça déplaît aux puristes10. »

50On comprend pourquoi un dialogue constructif doit s’établir entre le chercheur, spécialiste dans son domaine, et le rédacteur, spécialiste du grand public, pour trouver les mots qui atteindront le plus de gens possible sans trahir le contenu de la recherche.

51Mais comment y parvenir ? Au moment d’entreprendre la vulgarisation d’un document, sur quoi devrez-vous donc porter votre attention en premier lieu ? À deux petits mots que nous avons déjà cités et qui reviendront encore souvent dans cet ouvrage : précision et concision. Tels sont les paramètres à concilier pour se faire comprendre. Rédiger un texte qui soit à la fois le plus exact et le plus court possible, compte tenu du public visé : voilà la meilleure garantie d’être lu.

52L’exigence de précision vient naturellement de ce que l’esprit humain doit transmettre une information fiable. Si mon message est incomplet ou trop général, celui à qui je le destine risque de le recevoir tout de travers. Les conséquences pourront parfois être catastrophiques.

53À l’inverse, comme le lecteur n’a pas toujours une capacité d’attention très élevée, il ne faut pas s’attarder plus que nécessaire sur chacun des points d’un exposé. On s’exprimera donc de façon concise. Réunir ces pôles opposés n’est pas facile. Pensons à ce pro fesseur qui, au milieu d’un interminable exposé, demanda à ses étudiants : « Vous me suivez ? » et se fit répondre : « On vous pré cède ! » Si vous voulez vous entraîner à joindre concision et précision, lisez les ouvrages d’Annie Ernaux, en particulier La place, pour lequel elle reçut le prix Renaudot en 1984 :

  • 11 Annie Ernaux, La place, Paris, Gallimard, 1983, p. 86.

Quelque chose d’indistinct, une gêne après les repas. Il prenait de la magnésie, redoutant d’appeler le médecin. À la radio, enfin, le spécialiste de Rouen lui a découvert un polype à l’estomac, qu’il fallait enlever rapidement. Ma mère lui reprochait sans cesse de se faire du souci pour rien. Culpabilité, en plus, de coûter cher11.

54Vous n’êtes pas forcé d’aller si loin dans l’association entre concision et précision, mais c’est un bon exercice.

Tenir les deux maillons de la chaîne

55En définissant la vulgarisation comme le fait d’adapter un ensemble de connaissances techniques ou scientifiques de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialiste, le dictionnaire situe bien les deux maillons de la chaîne que le vulgarisateur cherche à rapprocher : d’une part, l’auteur rigoureux et exigeant ; d’autre part, le grand public, peu informé mais désireux de saisir l’essentiel. Jean d’Ormesson s’y est employé au moment d’entreprendre son histoire de la littérature française.

  • 12 Jean d’Ormesson, Une autre histoire de la littérature française, Paris, Nil, 1997, p. 15.

Rendre accessible
« J’ai pensé, je l’avoue, aux jeunes gens qui, on les comprend, ne lisent plus Lanson, ni Lemaître, ni Brunetière, ni Faguet, que les manuels, souvent excellents, qu’on leur propose font bâiller et qui voudraient pourtant en savoir un peu plus, sans se décrocher les mâchoires, sur les textes à leur programme12. »

56Jusqu’où le vulgarisateur doit-il être informé de son sujet ? Le plus possible, c’est évident. Mais il doit faire comme s’il ne le connaissait que superficiellement. Il doit pouvoir se tenir sur la crête des vagues. Autrement, il ne pourra plus distinguer l’essentiel de l’accessoire et tout s’embrouillera.

  • 13 Jostein Gaarder, Le monde de Sophie, traduit et adapté par Hélène Hervieu et Martine Laffon, Paris, (...)

57Il doit surtout connaître l’ordre d’élaboration des connaissances : si je sais bien ce qu’est la pesanteur et ce qu’est la masse d’un corps, alors seulement m’est-il facile de saisir – et de vulgariser – la notion de poids. Le modèle absolu à cet égard est le célèbre ouvrage de Jostein Gaarder, Le monde de Sophie13. Aurait-on pu s’imaginer qu’on puisse, un jour, faire un best-seller international d’une austère histoire de la philosophie ?

Deux types de vulgarisation

58On comprend aisément à quel point s’avère nécessaire un climat de confiance sans réserve entre le détenteur de la connaissance et le vulgarisateur. La vulgarisation ne vise qu’un but : rendre accessible. Mais rendre accessible, c’est déjà séduire en faisant preuve de respect pour le rythme d’apprentissage des gens.

59À cet égard, il faut distinguer la vulgarisation scientifique et la vulgarisation administrative. En matière scientifique, la vulgarisation est sans doute périlleuse mais généralement bien acceptée : les chercheurs étant aussi des professeurs, ils connaissent donc, d’expérience, l’importance d’une présentation pédagogique de la matière.

60Ce sera plus difficile pour la vulgarisation administrative : vous aurez souvent du mal à convaincre les gestionnaires de s’exprimer en mots simples. Pointilleux en matière de terminologie, ce qui se comprend à cause des implications sur le plan légal de certains textes, ils négocieront longtemps avant d’accepter la forme vulgarisée que vous aurez proposée pour rendre leurs documents accessibles aux usagers et aux bénéficiaires.

61Une autre raison, moins avouable, peut expliquer la réticence des administrateurs à se départir du langage touffu ou hermétique de leurs rapports : le vulgarisateur pourrait bien découvrir qu’il n’y a rien derrière ces mots ronflants. Il ne serait pas capable de les traduire dans la langue de tous les jours, parce qu’ils ne veulent littéralement rien dire. À croire qu’on ne mérite pas son salaire de cadre si l’on n’use pas à tous vents des tournures comme suite à... l’état de la situation... à l’effet que... au niveau de la problématique... en termes de... et autres charabias du genre.

Aérer un texte hermétique

62D’accord ! Nous exagérons un peu. Mais c’est pour mieux vous faire comprendre notre propos. Alors, direz-vous peut-être, comment vulgariser un texte administratif un peu massif ? Par la substitution de plusieurs synonymes au mot technique univoque.

63Comme vous le savez, dans les textes officiels (règlements, politiques, directives, procédures), chaque terme clé reçoit une définition restrictive. Ainsi, un requérant pourra, dans tel docu ment, être décrit, de façon étroite, comme « la personne mandatée pour faire porter au budget de l’unité administrative qu’elle représente les fournitures dont elle fait la demande auprès d’une autre unité ». Vulgariser consistera ici à faire alterner ce mot avec d’autres (demandeur, client, acquéreur, usager), après avoir précisé une fois pour toutes le fait que cette personne est « mandatée » (ce qui constitue l’élément central du message).

  • 14 On nous comprendra de ne pas nommer l’auteur de cette phrase à peine déchiffrable.

64Et que dire maintenant des modes d’emploi ! On aborde ici la frontière de la traduction sauvage : « Un essai de connecter le régulateur à l’aide d’adapteurs ou d’autres moyens à n’importe quelle soupape peut mener aux dommages, incendies ou blessures et pourra nier les caractéristiques de précaution importantes du système14. » Vous voyez à quel point l’entreprise a besoin d’une personne comme vous, capable de vulgariser, d’adapter le langage, de rendre accessible, parfois de revoir les traductions. Les retombées en bonnes relations publiques sont considérables.

Adapter le langage de la direction
Le document administratif présente les choses du côté de la direction. Comme vulgarisateur, vous vous placez plutôt dans la peau du destinataire. Il vous faut donc reformuler ce jargon bureaucratique, souvent rébarbatif, pour que le commun des mortels s’y retrouve.

Titres, graphie et illustrations

65En plus du texte lui-même, la vulgarisation passe aussi par le choix des titres, par la graphie et par les illustrations. Nous avons déjà abordé cette question au chapitre 3. Qu’on nous permette d’y revenir, en insistant sur l’utilité d’insérer des notes et des encadrés. Ces apartés, où le rédacteur souffle lui-même les questions que le public lui poserait sans doute s’il était à ses côtés, fournissent aussi au lecteur l’occasion de respirer, de revenir en arrière, de récapituler. C’est pourquoi les ouvrages de vulgarisation y ont si régulièrement recours.

66Vulgariser, c’est penser au public visé plutôt qu’à soi. Petite leçon d’altruisme qui rapporte un dividende d’écoute, de partage, de dialogue.

Pour conclure cette section

67Vous voulez que vos documents soient efficaces ? La première condition est de vous préoccuper de communiquer avec le public auquel s’adresse le document. Entraînez-vous à identifier votre cible avant de commencer à écrire. Transformez-vous en pédagogue. Demandez-vous, après chaque paragraphe, si les lecteurs auxquels vous vous adressez sont en mesure de le comprendre.

68Tout en évitant la banalité, dites-vous que ce n’est pas le lieu d’écrire pour vous faire plaisir. Le divertissement littéraire n’a pas sa place dans les communications publiques.

69Vous devez être utile à votre lecteur : situez-vous donc un peu au-dessus de lui pour qu’il apprenne quelque chose de vous... pas trop, toutefois, car il vous perdrait de vue. Comme ces orateurs de Hyde Park, qui dominent leurs auditeurs du haut de leur tabouret, placez toujours une marche d’écriture entre vous et votre public. Mais pas une échelle, quand même. Si vous vous tenez à son niveau, il ne vous respectera pas, car vous ne lui apprendrez rien de nouveau. Si, au contraire, vous vous situez trop haut, il ne pourra pas vous suivre.

QUESTION PIÈGE
On vous demande de rédiger l’allocution d’ouverture d’un congrès international de pneumologues. L’orateur se propose de parler de l’action des pneumobacilles de Friedländer sur le parenchyme pulmonaire. Comment allez-vous vulgariser son propos ? Voyez la réponse à la toute fin de ce chapitre.

SECTION 2 : DES APPLICATIONS

70L’art de s’adresser à un public, tel est bien le talent primordial qu’on exigera de notre rédacteur et de notre relationniste. En théorie, ce ne devrait pas être difficile. Pourquoi l’est-ce donc tant, en pratique ? C’est qu’on a tendance, quand on parle à quelqu’un, à s’intéresser à soi-même plutôt qu’à l’autre. Oubliez-vous. Dites-vous sans cesse : « Qu’est-ce qui l’intéresse, lui ? » Dans ce chapitre, nous avons réparti nos publics en trois catégories : le grand public, les décideurs et le public interne. Chacun des trois outils que nous présentons maintenant s’adresse, de façon précise, à l’un de ces publics. Le communiqué vise le grand public, le dossier de présentation s’adresse aux décideurs et la note de service concerne le public interne. Ces outils-là, comme ceux qui suivront dans les autres chapitres, comportent certaines règles de présentation, faciles d’ailleurs à assimiler. Ce n’est pas à cela que tient leur efficacité, mais bien à votre aptitude à vous en servir pour faire passer votre message auprès du public visé.

1er outil : le communiqué

71Si vous voulez tout savoir sur le communiqué, lisez les 192 pages que Bernard Dagenais lui consacre. Vous ne serez pas surpris de constater l’importance qu’il accorde aux relations entre le journaliste et le relationniste.

72Comme nous avons vingt-sept outils à analyser dans cet ouvrage, nous ne pouvons nous attarder aussi longtemps que lui au seul communiqué. Nous nous en tiendrons donc à des observations de base :

  • 15 Bernard Dagenais, Le communiqué ou l’art de faire parler de soi, Québec, Les Presses de l’Universit (...)

Une entreprise ne peut se permettre d’entendre un journaliste lui dire qu’il ne savait pas que telle décision avait été prise, que tel événement se préparait ou que telle orientation avait été proposée. Elle doit man dater une personne compétente pour s’assurer qu’en tout temps, les journalistes soient pré venus de chaque changement dans la vie de l’entreprise15.

73Le tout premier travail qu’un rédacteur risque de se voir confier en début de carrière est la préparation d’un communiqué, et le type de communiqué qu’on lui demandera d’écrire en premier lieu comportera sans doute l’annonce d’une nouvelle touchant l’organisme ou la firme. Un tel document sera classé comme administratif ou de relations publiques selon son intention : simplement informer (par exemple, annoncer un déménagement) ou peaufiner l’image de la firme (par exemple, annoncer un déménagement comme la preuve « d’une ferme volonté de prendre le virage technologique »).

74S’adressant habituellement aux journalistes, relais de l’information, le communiqué doit être conçu de manière à pouvoir être publié tel quel si le journaliste ne se sent pas inspiré pour y ajouter du sien. C’est pourquoi la firme y parle d’elle-même à la 3e personne comme si un journaliste « neutre » en rédigeait le texte.

75Le communiqué obéit à une construction stéréotypée qu’on peut ramener à un schéma. Le texte comporte habituellement entre trois et cinq paragraphes. Il débute toujours par une nouvelle, qu’on fait suivre d’une explication plus ou moins détaillée. On peut y ajouter un commentaire pour renseigner le lecteur sur l’organisme ou sur quelque autre aspect. Précisons qu’il pourra connaître plusieurs variantes, selon le média auquel on le destine ou selon la spécialité du journaliste visé.

Schéma du communiqué
- Sous un en-tête portant le nom et l’adresse de l’organisme, la mention « communiqué » et le titre du document.
- Sur une même ligne, à gauche, la date d’émission et, à droite, le moment prévu de diffusion, soit « pour diffusion immédiate », soit « embargo jusqu’à X jour, X heure ».
- Le texte lui-même, qui débute obligatoirement par le lieu d’envoi.
- Le code journalistique de fin de document : - 30 -.
- Face au mot « source », le nom de la personne en autorité responsable du dossier dont traite le communiqué (on l’omettra parfois, si on craint d’être inondé d’appels de journalistes qu’il vaudrait mieux orienter vers une personne relais).
- Face à l’expression « pour renseignements », le nom de la personne, habituellement du Service des communications, à qui l’on doit s’adresser pour obtenir des renseignements supplémentaires ou pour requérir une entrevue.

76S’il s’agit d’un communiqué administratif, on donnera l’information brute. Allez voir, par exemple, les multiples communiqués du gouvernement du Québec qui figurent sur son site Internet.

77En revanche, le communiqué de relations publiques cherchera plutôt, dans la façon de rendre la nouvelle, à mettre l’accent sur un élément susceptible de rehausser l’image de la firme. Le rôle du rédacteur est ici primordial. C’est souvent lui, en effet, qui aura, plus que le p.-d.g., cette vision élargie permettant d’organiser l’information autour d’un aspect auquel les journalistes risquent d’être particulièrement sensibles.

78N’oublions pas que les médias reçoivent des dizaines de communiqués chaque jour. Pour que le vôtre perce, il doit comporter un élément particulier d’intérêt. Si votre nouvelle n’est pas de celles qui font courir les reporters, il faut la rendre irrésistible en la présentant d’une manière séduisante.

79Pour vous assurer que les journalistes retiennent votre communiqué, allez au plus court. Trois à cinq paragraphes, avons-nous précisé plus haut. Autrement dit, guère plus d’une page à une page et demie. Pourtant, vous pourrez vous étendre un peu plus si votre communiqué n’est pas prévu expressément pour une utilisation immédiate, mais doit plutôt servir de soutien informatif général, pour un usage plus étendu.

Le communiqué étendu

80Ainsi en est-il, par exemple, lorsqu’on dresse l’historique d’une organisation et qu’on veut en profiter pour présenter, à l’intention des médias, ses caractéristiques, ses réalisations, son chiffre d’affaires, ses points forts. Les journalistes pourront conserver votre communiqué dans leur classeur et s’en inspirer ultérieure ment pour ajouter des éléments d’information à une nouvelle ou pour un article de fond. Sa structure respectera celle de tout communiqué, mais le contenu sera plus consistant, pouvant s’étirer sur deux ou trois pages.

81Le cas classique est l’anniversaire de la firme ou le choix d’un nouveau logo. Quand une entreprise célèbre ses vingt-cinq ans ou se donne un symbole graphique rajeuni, cela ne constitue pas une nouvelle en soi (sauf si des célébrations doivent souligner l’événement). Mais c’est une occasion en or pour faire savoir au plus grand nombre ce que l’établissement a apporté à son milieu au cours de son existence. Les journaux ne dédaignent pas ce genre de nouvelles qui vont au-delà du quotidien et baignent dans la vie de la communauté. À vous d’en profiter en rédigeant un communiqué.

82Il faut toutefois savoir que ce type de communiqué ne constituera qu’un soutien, parmi d’autres, à une démarche de relations publiques plus large. Il cherchera moins à annoncer qu’à documenter une information déjà fournie autrement à des journalistes ciblés. Le site Internet constitue aujourd’hui l’endroit idéal où conserver et constamment mettre à jour cette documentation.

Le publireportage et l’avis de nomination

83Par ailleurs, si une entreprise ne croit pas que son communiqué sera retenu par les médias, elle a toujours le loisir d’acheter de l’espace publicitaire et de publier son texte sous forme d’annonce. C’est le cas quand la firme veut transmettre un mes sage pré cis, parfois à l’occasion d’une crise ; elle tient alors à s’assurer que les journalistes ne viendront pas détourner le sens qu’elle veut donner à son propos ou que les chefs de pupitre ne jetteront pas son document au panier. Certains de ces textes auront l’apparence d’un simple communiqué ; d’autres pourront prendre la forme d’un publireportage et couvrir plusieurs colonnes ou, même, un cahier complet.

84Un cas fréquent de communiqué parapublicitaire est celui d’une nomination. La firme tient à faire savoir que telle personne a accédé à tel poste dans son organisation. Ce n’est pas une nouvelle d’intérêt public, et le chef de pupitre n’y accorderait sans doute pas d’attention. L’entreprise fait donc publier un avis de nomination, dont la structure obéit à un stéréotype encore plus poussé que celui du communiqué traditionnel (figure 4.1).

FIGURE 4.1. L’avis de nomination

2e outil : le dossier de présentation

85Quand on s’adresse à un « décideur » pour faire part de quelque question à laquelle il est associé, on a avantage à dresser un document de présentation. Il peut même s’agir de plusieurs documents : c’est pourquoi on parle aussi de dossier (certains emploient l’expression pochette corporative). Qu’il s’agisse de données budgétaires, de la description d’une nouvelle installation, de la biographie d’un auteur ou du dépliant explicatif d’une campagne de financement, ces textes seront toujours marqués au coin de la concision et de la clarté.

86On devrait y trouver tous les renseignements utiles (tableaux, statistiques) qui informent de façon précise, mais qu’on verrait mal dans une lettre d’invitation, un communiqué ou une vidéo. Si une part des éléments qui forment le document de présentation appartient à la catégorie des textes de relations publiques, dont le but est de séduire, il en est qui relèvent plutôt de la rédaction administrative, dont le but est d’informer. Il est important d’être bien conscient de ces différences ; le décideur risquerait autrement de s’y perdre. C’est pourquoi on réservera à chaque type d’information une « zone » délimitée de la pochette ou du document.

87Le dossier de présentation peut comporter des fiches techniques et d’autres renseignements de ce type. Sauf s’il appartient lui-même à la discipline concernée, le décideur aura évidemment besoin qu’on lui vulgarise cette information. Pour éviter de se donner beaucoup de mal pour peu d’interlocuteurs, plusieurs entreprises profiteront de l’occasion pour réaliser des documents rédigés de telle manière qu’on pourra, à la fois, en faire des tirés à part à l’intention des décideurs et des dépliants pour le grand public.

Schéma du dossier de présentation
Les grandes articulations du dossier de présentation d’une entreprise seront habituellement constituées des éléments suivants :
- la signification du nom, du sigle, du logo ;
- le positionnement de l’entreprise ;
- ses domaines d’activités ;
- ses valeurs et ses objectifs généraux ;
- son fondateur, son historique ;
- les étapes franchies selon les conjonctures sociales et économiques ;
- ses secteurs spécifiques de production, avec les données pour chacun d’ eux ;
- ses résultats financiers, avec courbes de progression à l’appui ;
- son personnel ;
- son insertion dans le milieu ;
- sa contribution à la recherche et au développement ;
- ses projets d’avenir.

88Selon les destinataires – on a dit qu’il s’agissait généralement de décideurs –, ces divers points seront modulés de manière à s’adapter aux besoins particuliers de communication. Quant à la présentation, elle pourra comporter une série de feuillets constamment mis à jour ou faire l’objet d’une publication unique à multiples chapitres. Tout dépend – l’aurons-nous assez répété – du public ciblé.

Un précieux exercice de vulgarisation

89Si l’occasion vous est donnée de participer à la production de ce document de vulgarisation que constitue le dossier de présentation, quel merveilleux défi ce sera pour vous que d’essayer de rendre accessibles certains textes de nature technique, scientifique ou médicale qu’il peut comporter ! Ce que vous avez lu dans la première partie de ce chapitre vous apparaîtra alors d’actualité.

90Imaginons la présentation d’un laboratoire pharmaceutique. Vous commencerez par apprivoiser le lecteur en situant l’entreprise dans le cadre d’une histoire plaisante ou saisissante. Vous lui ferez découvrir les débuts de la médecine, vous l’introduirez dans un laboratoire d’époque, vous l’amènerez à partager les inquiétudes, disons, par exemple, de Pasteur devant affronter les périls de la première vaccination (en 1885, contre la rage).

91Puis, vous risquerez un peu d’anthropomorphisme, montrant le virus en train d’attaquer subrepticement une cellule sans défense suffisante. Pas trop quand même ! Juste ce qu’il faut pour que votre lecteur garde l’intérêt. Car il vous faut bien arriver à lui donner le cœur de l’information, celle qui fera passer le public du connu à l’inconnu. Une façon fréquente d’y parvenir consistera à établir des comparaisons, à proposer des images. Jaugez vos habiletés en vous livrant à un test de vulgarisation.

Test de vulgarisation
Pourquoi ne pas tenter un exercice de vulgarisation à propos d’un sujet hautement technique ? Connaissez-vous quelque chose à la commutation par paquets en informatique ? Oui ? Alors, essayez de nous l’expliquer de façon vulgarisée. Non ? Informez-vous, puis montrez-nous que vous avez compris. Un tel test vous décourage ? Que ferez-vous si votre client vous demande de vulgariser ce sujet ardu à l’intention des lecteurs de son dossier de présentation ?

Faire l’effort pour que le public comprenne

92L’efficacité d’un document de relations publiques tient à trois variables : le public, le message et l’écriture, avons-nous répété à satiété. Ce chapitre porte sur la première variable, le public. Comme vous l’avez vu plus haut, deux aspects sont particulière ment à considérer à propos du public : (1) qui est-il ? (c’est assez facile à cerner) ; (2) pourquoi vous écouterait-il ? (ça dépend de votre aptitude à l’intéresser).

93Quand vous rédigez un texte, vous devez donc bien identifier le public visé dans votre tête, puis prendre les dispositions pour communiquer véritablement avec lui. Tels sont les deux critères d’interprétation de la qualité d’une rédaction du point de vue du public : (1) l’identifier (avez-vous choisi une approche conforme à sa personnalité, à sa formation, à ses habitudes ?), (2) communiquer avec lui (avez-vous vraiment fait l’effort pour qu’il comprenne ?).

94Voyez comment Internet pour les nuls a rendu accessible la définition de commutation par paquets. Nous découvrons que les auteurs se sont efforcés de tenir compte des nuls qui achète raient l’ouvrage et ont su trouver une comparaison qui devrait leur permettre de comprendre.

  • 16 John R. Levine et Carol Baroudi, Internet pour les nuls, Paris, Sybex, 1994, p. 54-55.

La commutation par paquets vulgarisée
« Admettons maintenant que vous souhaitiez expédier à un ami résidant en Nouvelle-Guinée le manuscrit d’un nouveau livre très long que vous venez d’écrire. Malheureusement, la Nouvelle-Guinée n’autorise pas d’envoi supérieur à 500 g, et votre livre pèse 7,5 kg. Vous divisez donc le manuscrit en 15 parties que vous placez dans différents paquets sur lesquels vous inscrivez quelque chose du style Partie 3 de 15. Lorsque ces paquets arrivent à destination, probablement dans le désordre, votre ami rassemble les différentes parties qu’il remet dans l’ordre afin de pouvoir les lire.
Les divers réseaux d’Internet fonctionnent plus ou moins de la sorte. Ils véhiculent des données découpées en blocs appelés paquets, chacun de ceux-ci comportant les adresses de l’expéditeur et du destinataire. [...] Les messages trop importants pour constituer un seul paquet sont divisés en paquets plus petits.
Si un paquet est divisé en petits morceaux via Internet, l’assemblage de ces morceaux à l’arrivée ne posera aucun problème. En revanche, si vous recevez par la poste un paquet en petits morceaux, vous êtes plutôt malchanceux16. »

95Il existe d’autres façons de vulgariser. Illustrer par un dessin est évidemment un moyen particulièrement efficace de le faire. Or, au moment de confier une part de ses responsabilités au graphiste, le rédacteur vulgarisateur que vous êtes découvrira qu’il n’en est pas quitte pour autant : il lui reviendra souvent d’avoir à vulgariser l’information pour le dessinateur.

96Une infographie bien faite vaut peut-être mille mots ; mais une infographie non digérée créera plus de confusion que d’éclaircissement. C’est vous qui savez ce qu’il faut absolument insérer dans une illustration et ce qui est, au contraire, susceptible de la surcharger.

3e outil : la note de service

97La note de service est une information qui s’adresse au personnel de la firme ou à des personnes gravitant tout autour. Puisqu’elle provient d’une personne en autorité, on ne sera pas surpris qu’elle recoure à un vocabulaire plutôt direct et sans circonlocutions, ce qui ne doit pas la priver d’être délicate et de présenter l’entreprise sous un jour favorable. Comme le communiqué, elle peut avoir un caractère administratif ou de relations publiques, la distinction (informer ou séduire) tenant surtout à la façon d’orner la nouvelle : dans le présent ouvrage, nous nous en tenons aux notes de relations publiques.

98La note a quelque chose du communiqué, mais elle en diffère en ce qu’elle s’adresse à des gens qui connaissent bien l’entreprise et qui y ont un intérêt immédiat. En effet, quand on écrit aux employés, il est rarement nécessaire de les éclairer sur les rouages de l’organisation. En outre, alors que le vocabulaire du communiqué insiste sur la noblesse de l’entreprise, dont il chante discrètement les louanges, si l’on doit se vanter dans une note de service, ce doit être à propos d’un fait bien précis. À la différence du communiqué, encore, la note s’adresse à un public captif, ce qui permet de savoir instantanément si l’objectif d’image a été atteint ou non.

99On évitera, par ailleurs, de confondre la note de service et le « mémo ». Celui-ci a deux sens : (1) mémento, aide-mémoire, et (2) mémorandum, note diplomatique sommaire. Ni l’un ni l’autre sens n’ont saveur de relations publiques.

100Il arrive souvent que la note de service s’adresse à des gens peu instruits, surtout quand il s’agit d’employés non spécialisés. Le ton et le vocabulaire doivent donc viser le plus haut degré possible de vulgarisation. Avez-vous des aptitudes pour la vulgarisation ? Nous allons le voir. Voici un exemple de langage bureaucratique à l’école.

Exemple de langage bureaucratique à l’école
Voici, en langage bureaucratique, un extrait d’une note de service des autorités d’une commission scolaire à propos de la drogue.
« La possession et l’absorption de boissons alcooliques ou de drogues sont strictement interdites à l’école. Tout élève sous l’effet ou en possession de drogues ou de boissons alcooliques sera suspendu de l’école. De plus, l’élève qui en fait le commerce devra s’attendre à encourir les sanctions prévues par la loi. »

101Transformez deux fois notre exemple, sans en enlever aucun élément, mais de manière à le rendre aisément accessible : (1) une première fois, aux parents des élèves ; (2) une seconde, aux élèves eux-mêmes. Voilà une bonne manière de découvrir si vous savez vous mettre au diapason de votre public. Si vous n’avez pas la patience de faire cet exercice, lisez notre proposition de textes.

Exemple d’adaptation pour les parents
« L’alcool et la drogue ne font pas bon ménage avec l’école. Les élèves ont été prévenus qu’ils risquent la suspension ; ceux qui en feraient le commerce peuvent être déférés à la justice. Nous comptons sur vous pour faire comprendre à votre enfant que la question est sérieuse. »

Exemple d’adaptation pour les élèves
« L’alcool et la drogue, chez nous, c’est “tolérance zéro”. Ne t’expose pas inutilement à être suspendu de l’école et à risquer, si on te surprenait à en faire le commerce, de te retrouver en cour. »

102Vérifiez bien vos propres textes. Assurez-vous non seulement qu’ils sont adaptés à leur public, mais encore qu’ils n’ont pas perdu d’éléments d’information en cours de route (un critère que nous explorerons au chapitre 5). Ainsi, le règlement traite différemment le fait de posséder et d’absorber des drogues, d’une part, et le fait d’en faire commerce, de l’autre.

103Il n’est évidemment pas question d’édulcorer un sujet aussi grave que les drogues. Sous prétexte de vulgariser, on ne peut passer sous silence le fait que l’élève qui absorbe des drogues ou qui en fait le commerce doit s’attendre à encourir les sanctions prévues par la loi. Tout est dans la façon de le dire pour que le public visé (administrateurs, parents ou élèves, selon le cas) comprenne et soit touché.

***

104À retenir au terme de ce chapitre : pensez au public d’abord. Quand vous écrivez, faites-le sans jamais perdre de vue que le public visé doit vous comprendre et se sentir concerné. Vous rédigez pour communiquer : d’une part, vous vous adressez à tel public spécifique ; d’autre part, vous voulez qu’il comprenne... vous ne cherchez pas à l’épater ou à lui imposer vos priorités. Un pont qui ne se rend pas jusqu’à l’autre rive, comme le pont d’Avignon, ne vaut pas mieux que pas de pont du tout. Belle architecture, oui. Mais pour quelle utilité ?

105Donc, le public visé d’abord. Le reste, c’est-à-dire le message (chapitre 5) et la séduction du texte (chapitre 6), ne vient qu’après.

106Vous la relationniste, vous le rédacteur, aviez-vous compris nos deux critères (identifier le public, communiquer avec lui) ? Les aviez-vous appliqués dans vos textes jusqu’à maintenant ? Les comprenez-vous mieux maintenant ?

107Retenez les exigences de tout document de relations publiques : l’efficacité d’un message de communications publiques tient à trois variables, comportant chacune deux critères.

Nos critères 1 et 2
1. Le public : 1.1 bien l’identifier dans votre tête ;
1.2 communiquer véritablement avec lui.
2. Le message : 2.1 (à venir, chapitre 5) ;
2.2 (à venir, chapitre 5).
3. L’écriture : 3.1 (à venir, chapitre 6) ;
3.2 (à venir, chapitre 6).

RÉPONSE À LA QUESTION PIÈGE
Bravo ! Vous n’êtes pas tombé dans le piège. Vous avez compris que, dans un congrès de spécialistes du poumon, le public cible n’avait pas besoin qu’on vulgarise à son intention pneumobacilles de Friedländer et parenchyme pulmonaire. L’orateur aura toutefois intérêt à définir les termes techniques pour les fins du dossier de presse. Par ailleurs, il n’est pas dit que, dans ce genre d’allocution, il n’y aurait pas place pour une introduction générale en langage vulgarisé – ne s’agit-il pas de l’allocution d’ouverture ? – visant à situer le sujet dans les objectifs du congrès à l’intention des publics périphériques. Par ailleurs, on pourrait s’interroger sur la pertinence pour un conférencier de confier à un rédacteur généraliste le soin d’écrire un tel texte d’allocution, dans ce domaine si hautement spécialisé.

Notes

1 Les mots un peu vieillis ou moins fréquemment utilisés que nous avons glissés ici et là dans le texte ont une fonction pédagogique, celle de vous inciter à garder le dictionnaire à portée de main.

2 Barbara Havercroft, dans Voix et images, automne 1996, citée par Réginald Martel dans La Presse, 27 octobre 1996.

3 Jean Dion, « S’asseoir et parler », Le Devoir, 2 novembre 1996, p. A-8.

4 Auteur de nombreux romans et récits traduits par Ginette Hardy, dont Contes de mon père (1996) et Le dernier comte de Cantabria (1998).

5 Voir Gérard Bouchard, François Rocher, Guy Rocher, Les Francophones québécois, Montréal, Conseil scolaire de l’île de Montréal, 1991.

6 On l’a bien vu avec les désignations citoyen, imposé à la Révolution française, et camarade, prescrit à la Révolution russe, qui disparurent dès que le pouvoir fut renversé.

7 Entendu sérieusement à la radio : « Tout un chacun, toute une chacune » !

8 Cette règle vaut aussi pour le racisme. Le mot « nègre » appliqué au rédacteur anonyme (en anglais : ghost writer) n’a rien à voir avec ce même mot appliqué aux esclaves noirs d’autrefois et encore moins aux citoyens qui ont la peau noire. S’excuser de l’employer pour désigner celui qui écrit pour un autre, c’est faire du racisme à rebours.

9 Louise Beaudoin, dans sa réponse à une lettre du secrétaire perpétuel de l’Académie française, publiée dans La Presse, 24 janvier 1998.

10 Pierre Béland, La Presse, 4 janvier 1998.

11 Annie Ernaux, La place, Paris, Gallimard, 1983, p. 86.

12 Jean d’Ormesson, Une autre histoire de la littérature française, Paris, Nil, 1997, p. 15.

13 Jostein Gaarder, Le monde de Sophie, traduit et adapté par Hélène Hervieu et Martine Laffon, Paris, Seuil, 1995.

14 On nous comprendra de ne pas nommer l’auteur de cette phrase à peine déchiffrable.

15 Bernard Dagenais, Le communiqué ou l’art de faire parler de soi, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1997, p. 11.

16 John R. Levine et Carol Baroudi, Internet pour les nuls, Paris, Sybex, 1994, p. 54-55.

Table des illustrations

Légende FIGURE 4.1. L’avis de nomination
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search