Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Première partie. Les fondements de la rédaction pour fins de communications publiques

1. Pourquoi l’humanité ne saurait s’édifier sans la communication

Texte intégral

1Vous voici à l’aube de ce premier chapitre, vous notre rédacteur, vous notre relationniste, prototypes pour ce livre. Le premier, discrètement penché sur son pupitre, mordille son stylo et commence sa lecture. L’autre consulte la table des matières, un cellulaire à la main... en cas d’appel urgent.

2On ne saurait être plus différent. La relationniste que vous êtes se dirige spontanément vers les gens. Vous, le rédacteur, gardez une distance que vous ne franchirez que par la médiation des mots écrits. Pourtant, l’un et l’autre, vous cherchez à communiquer. Pour des raisons différentes, vous voulez apprendre à mieux écrire, mais c’est toujours, en arrière-plan, pour améliorer votre communication. Vous attendez donc les mêmes résultats de cette lecture : des connaissances appliquées en rédaction fondées sur une meilleure perception du métier de communicateur. Pour bien comprendre la pratique, toutefois, il est essentiel d’avoir d’abord situé la communication au cœur de la vie humaine, tant collective qu’individuelle. C’est le sens de cet important premier chapitre. Cette mise en place peut sembler théorique, au premier abord. Pourtant tout le reste en découle.

3Pourquoi ce chapitre est-il capital ? Parce qu’il permet de situer votre apprentissage de la rédaction dans le contexte plus vaste de la communication, dont la rédaction constitue une voie d’expression. Rédiger, c’est communiquer. Certains, parfois, l’oublient et font de la rédaction une activité en soi, sans tenir suffisamment compte du vaste jeu cérébral et émotif qu’on engage quand on communique. Si vous comprenez bien ce premier chapitre et toute cette première partie, la suite prendra tout son sens.

4Pourquoi s’attarder à des principes dans un ouvrage qui se veut pratique ? Parce que la rédaction n’est pas qu’une technique. Elle est la manifestation d’une valeur. De même que pour bien peindre, il faut plus que savoir tenir un pinceau : il faut aussi être sensible aux valeurs esthétiques ; ainsi, pour rédiger avec talent, il faut d’abord avoir compris et apprécié la place de la communication dans nos vies. Cette partie de l’ouvrage vise à dégager des perspectives. Elle est exigeante, parfois austère, toujours essentielle.

SECTION 1 : LES PRINCIPES

5Que vous travailliez dans le monde de la rédaction ou dans celui des relations publiques, vous avez ceci en commun : vous ne produisez rien de concret. Quand vous communiquez, il ne sort de votre bouche que du vent, de votre plume que de l’encre, de votre vidéo qu’un ruban de plastique, de votre ordinateur qu’une suite fugace de contacts électriques.

6Qu’est-ce auprès de l’agriculteur qui, au volant de sa moissonneuse-batteuse, engrange votre nourriture de demain ? Qu’est-ce à côté du mineur qui extrait, à l’aide de grues géantes, des tonnes de minerai dont on tirera bientôt tant d’objets d’usage courant ?

7Pendant que votre voix bouscule l’air et que votre plume gaspille du papier, le tisserand besogne, le technicien s’affaire, l’industriel produit. Leur travail donne aux biens de la nature une valeur « enrichie » : des aliments, des vêtements, des meubles, des maisons, des moyens de transport. Il permet à l’homme de renouveler ses ressources d’énergie, de se protéger contre la maladie ou les dangers, en conséquence, de vivre plus confortablement et plus longtemps.

8Et vous, quelle est votre utilité sur cette planète ?

Imaginons un univers sans communication

9Pour comprendre ce que vous apportez à la société, imaginons ce que serait un univers sans communication. Ce serait la loi du plus fort, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Voyez le dictateur. Son unique façon de s’imposer et de se maintenir : les bottes et les armes. Il reproduit sur le plan humain le mode de fonctionnement à l’aveugle de la nature minérale : volcan qui explose sans négocier, tsunami qui engloutit les côtes sans considération pour la plainte des mourants.

La communication et la vie

10La communication est née avec la vie, plus précisément pour garantir le maintien de la vie. Le vivant est un être de structure complexe et fragile. Il est donc constamment menacé, tant à l’intérieur de lui-même qu’à l’extérieur. Communiquer permet à chacun de ses organes d’informer les autres sur sa situation, de sorte que, tous fonctionnant au même diapason, l’équilibre interne soit assuré et maintenu. Communiquer permet aussi à l’organisme entier d’échanger avec l’extérieur pour obtenir, de la part d’autres êtres de son espèce – et même d’espèces différentes –, les complicités nécessaires au partage des ressources essentielles au soutien de la vie.

11Sans la communication, le vivant le plus robuste écraserait inexorablement le plus faible. Mais il finirait par s’autodétruire, car aucun vivant n’est assez complet pour exister totalement par lui-même : on a toujours besoin d’un plus petit que soi.

12Communiquer est aussi nécessaire à la vie que respirer. Plus élevée la qualité de la vie, plus exigeante la communication et plus raffinés les moyens pour la rendre efficace. C’est pourquoi on attribue à l’acte de transmettre de l’information un nom spécifique à mesure qu’on s’élève dans la chaîne de la vie et, donc, des moyens de communiquer (figure 1.1).

Communication
s’applique à tout type de transmission d’information
(par exemple : la communication entre le cerveau et les muscles)
Langage
s’applique à toute communication du règne animal
(par exemple : le langage des abeilles)
Parole
s’applique aux langages de l’ homme seulement
(par exemple : la parole du fabuliste)
Langue
s’applique à un type spécifique de parole
(par exemple : le latin, le français)

FIGURE 1.1. Quatre mots qui décrivent une réalité de plus en plus circonscrite

13À la différence de la force aveugle, la communication cherche à influencer sans détruire, autrement dit à provoquer l’assentiment au lieu de soumettre brutalement. Et si l’assentiment ne suit pas, elle cherche à comprendre le refus et à négocier un lieu d’entente. Cela vaut autant pour la relation entre organes que pour celle qui s’établit entre les animaux et, à un degré plus perfectionné, entre les hommes.

Du loup à l’homme

14Quand le loup dominant lance son cri d’autorité au sein de la meute, son signal est double : (1) il clame son pouvoir, (2) il exige qu’on le respecte. Si ce double signal est accepté, la hiérarchie est établie et reconnue « démocratiquement ». Dans le cas contraire, la contestation mène à un affrontement physique jusqu’à ce que l’autorité d’un vainqueur fasse consensus. S’il n’y avait pas de communication, de dialogue entre les bêtes, les affrontements seraient constants ; la meute finirait par s’épuiser dans ces luttes au point de s’autodétruire. La communication est donc un gage de la sauvegarde du groupe.

15Chez l’homme, évidemment, la communication joue un rôle plus considérable encore. Sur le plan social, elle a été l’élément intégrateur des individus en familles, des familles en clans, des clans en ethnies, des ethnies en peuples. En élaborant le droit, elle a permis des alliances de voisinage de plus en plus larges : mariages, villages, cités, États.

16Cet apaisement dans les rapports sociaux a donné aux hommes la quiétude requise pour entrer en eux-mêmes. Ils ont réfléchi, ils ont inventé et transmis leur savoir. Et alors, grâce à la communication encore une fois, ils ont pu partager leurs intuitions. Ainsi sont nées découvertes, valeurs et civilisations.

La transmission du savoir
Nous rendons-nous compte que, sans la transmission du savoir, toute connaissance aurait dû être reprise à zéro à chaque génération ? Notre agriculteur de tout à l’heure sait-il qu’il doit à la transmission orale, puis écrite, le développement technologique qui lui permet de conduire aujourd’hui une moissonneuse-batteuse aussi performante, au lieu de récolter son blé à la main, comme il y a dix mille ans ?

17Soyez donc fiers, vous le rédacteur, vous la relationniste, de votre métier de communicateur ! Vous êtes d’une noble lignée.

La dignité de la parole

18On comprend aisément pourquoi le tyran s’attaque systématiquement aux « porteurs de parole », penseurs, enseignants, journalistes. Il faut les faire taire, parce qu’aucune dictature ne saurait subsister face à la parole. Asservir le corps, l’enchaîner, le bâillonner, tel est le pouvoir du potentat. Les verbes convaincre, charmer, émerveiller, toucher, démontrer, persuader lui sont inconnus (ou récupérés par cette voix travestie que constitue la propagande). Ils ne réapparaîtront que le jour où la parole aura pris sa revanche en suscitant les soulèvements libérateurs.

19Garante d’une certaine transparence du pouvoir politique, la parole est aussi la seule force capable d’affronter les détenteurs du pouvoir économique, ces milliardaires sans frontières qui imposent leur « loi du marché » aux cinq continents. Si on n’y prenait garde, l’humanité entière en serait bientôt réduite à la condition d’homo consommator. La parole se fait le témoin des valeurs qui transcendent « le confort et l’indifférence ». Elle veille en nous pour rappeler que « l’homme ne vit pas seulement de pain ».

La parole est une arme

20Avant d’être des agents de relations publiques, définissez-vous comme des « porteurs de parole ». Votre service de la parole ne saurait être restreint au temps que vous consacrez à une entreprise pour sa mise en valeur. Dites-vous que vous tenez en main une arme redoutable et qu’avec cette arme vous pouvez contribuer au rétablissement et au maintien de l’équité sociale. Par les mots, vous avez la capacité de protéger ceux qui n’ont pas d’armes pour le faire. Dites-vous aussi que vous possédez l’outil pour stimuler l’imaginaire, en semant des idées qui favoriseront l’inventivité. Votre parole est susceptible de jouer un rôle intégrateur capital, tant pour la personne que pour la société : les despotes ont bien raison de vous craindre.

  • 1 Évangile selon saint Jean, chapitre 1, verset 1.
  • 2 Genèse, chapitre 1, verset 3.

21Les grandes religions vont plus loin encore. Pour elles, la parole que l’homme s’est donnée pour assurer stabilité et harmonie n’est que le reflet d’une Parole préexistante qui fut à l’origine de tout : « Au commencement était le Verbe1. » C’est un véritable renversement de valeurs. Non plus la parole née de la vie, mais la vie issue d’une Parole. Dieu dit : « Que la lumière soit, et la lumière fut2. »

22Votre métier de rédacteur ou de relationniste ne prend pleinement son sens que dans la conscience d’une parole noble, inscrite dans la civilisation. Au premier degré, l’écriture vous apparaît peut-être simplement comme un honnête gagne-pain. Vue d’un peu plus haut, vous la considérerez sans doute comme une façon valide de « faire passer des idées ».

23Donnez-vous une perspective plus élevée encore : la parole – dont procède l’acte de rédiger –, ce n’est rien de moins que la « gardienne du patrimoine humain ». C’est dire que vous participez à ce que le monde a de plus humain, puisque la civilisation est fille de la parole.

De la quête d’identité à la symbiose des cœurs

24Que voilà de belles idées ! Mais iront-elles jusqu’à vous secouer au fond de vous-même ? Pas pleinement ? Alors, avant d’aller plus loin, jetons un coup d’œil sur l’évolution de votre personnalité. Voyons comment la parole l’a construite, comment elle vous a fait passer de la nuit au jour, de la quête d’identité à l’ouverture aux autres. Retraçons les premières manifestations de la parole en vous. Comme pour le psychanalyste, qui doit d’abord se faire lui-même psychanalyser s’il veut être en mesure de comprendre ses patients, une telle sensibilisation est essentielle pour que vous ayez ensuite la maîtrise de votre profession de rédacteur et de relationniste.

La parole pour se définir

25Zlata a onze ans. Comme tant de gamines de son âge, elle écrit son journal.

  • 3 Zlata Filipovic, Le journal de Zlata, Paris, Robert Laffont, 1993, p. 11. Voir aussi : Zlata Filip (...)

Derrière moi, un long été chaud, des journées de vacances sans penser à rien, et devant moi une nouvelle année scolaire. Je passe en sixième. Je suis impatiente de revoir mes camarades de classe, de les retrouver, à l’école et en dehors de l’école3.

26C’est pour elle toute seule qu’elle raconte ces faits banals. Le hasard voudra, comme dans le cas d’Anne Frank, que le drame d’une guerre, ici le blocus de Sarajevo, donne de la notoriété à ces phrases maladroites écrites sur papier ligné. Mais l’intention première n’aura pas perdu son innocence pour autant.

27En effet, au début de la vie, on se sert des mots pour identifier les choses, les nommer, puis pour se définir soi-même, se reconnaître, se dire, mirer sa réalité naissante dans une anticipation de ce qu’on souhaite qu’elle soit ou une évocation de ce qu’elle ne sera jamais. La vie symbolique, celle qui fait que l’existence a un sens, naît ainsi ; c’est la parole qui donne signification aux personnes et aux objets.

28La parole est donc la face externe de votre âme. À tel point que c’est à travers son absence qu’on diagnostique les désordres mentaux. En effet, l’étude clinique des jeunes délinquants les montre incapables de verbaliser leurs émotions. Cela est capital : qui dit délinquant dit toujours asocial.

29Faible, le mal-parti-dans-la-vie fuira les gens et usera de drogue pour s’isoler ; fort, il prendra un plaisir sadique à détruire, à torturer. L’un et l’autre sont incapables de dialoguer. Quand on les atteint quelque peu, c’est pour les entendre dire qu’ils n’ont jamais pu s’exprimer ; quand ils s’en sortent, c’est au terme d’une thérapie fondamentalement basée sur la parole.

30Tout au long de la vie, l’identité continuera de se révéler et de se construire grâce aux mots. Des mots qu’on dira ou qu’on écrira d’abord pour soi : ceux de la chanson et du poème, du rap et de l’automatisme. Des mots qu’on dira aussi à d’autres – à un intime ou chez le psychologue – non pour échanger vraiment, mais simplement dans l’attente d’une écoute désintéressée qui pourrait agir comme révélateur.

La parole pour s’affirmer

31Si la parole m’a d’abord permis de m’identifier, de me connaître, de me situer par rapport au reste du monde, elle me sert maintenant à exprimer qui je suis, à m’affirmer dans mes différences. Avez-vous déjà observé que presque tout premier roman est en grande partie autobiographique, toute première œuvre de création centrée sur soi ? Après seulement, enfin libéré du besoin de « se dire », devient-on capable d’innover, d’ajouter quelque chose de personnel à la construction humaine.

32On a peine à croire que la parole, léger souffle d’air émanant de la gorge ou simple suite de traits d’encre sur du papier, puisse être investie du pouvoir de façonner une personnalité. C’est qu’elle véhicule le code de l’âme humaine. Tout comme celui de la vie biologique transite à travers les gènes, le code des « valeurs », qui fixe les notions de vrai et de faux, de beau et de laid, de bien et de mal, circule dans l’esprit par la parole. Il est en nous dès la naissance. À l’adolescence, il s’épanouit.

Le cri de l’ado
L’adolescent qui crie son vouloir-être par des phrases de révolte clame, sans trop s’en rendre compte, son entrée dans le monde des valeurs. Quand il s’oppose aux adultes, il le fait au nom d’un idéal inscrit dans son code intérieur. Ainsi la parole vous a-t-elle rendu plus humain. C’est par la parole assumée que vous avez quitté l’enfance.

33Paradoxe, donc : au moment d’entreprendre une réflexion sur le métier de rédacteur et de relationniste, voilà qu’on découvre que la fonction première de la parole n’est pas de communiquer, comme on serait porté à le croire, mais d’intégrer les valeurs humaines. Cette prise de conscience permet de comprendre pourquoi, dans tout message transmis, c’est moins le contenu d’information factuelle qui importe que l’univers des « valeurs » dont il témoigne. Quand on a compris cela, les textes qu’on rédige pour des fins de relations publiques changent de registre. Mais il y a plus encore...

La parole pour éviter le pire

34Puisque la parole s’inscrit au cœur de ce que vous avez de plus noble, votre aptitude à donner un sens au monde, c’est la totalité de la vie qu’elle humanise. On s’en servira donc pour exorciser les peurs, extraire les désirs refoulés, libérer les interdits.

35Mais c’est sans doute dans le contrôle de l’agressivité qu’elle révèle le mieux son rôle de charnière entre l’âme et le corps. Avant de poser un geste malencontreux, l’homme a appris à signaler son malaise. Avant de commettre l’irréparable, il « dit » habituellement ses intentions, s’évitant ainsi de recourir à la violence. Si blessants qu’ils soient parfois, les mots ne tuent pas – quoi qu’on dise –, car il est toujours possible de les retirer, de s’en excuser, de les réparer par d’autres mots. Ici encore, nous suivons l’exemple de l’animal, qui signale toujours son agressivité avant d’attaquer un concurrent. Un tel avertissement lui permet d’éviter bien des affrontements.

La parole pour ruser

36Nous avons pourtant appris à faire mieux... si l’on peut s’exprimer ainsi. La force dont nous nous targuons pour menacer les autres, nous pouvons la feindre. Il suffit de pigmenter sa parole d’imprécisions, de renseignements incomplets, voire de restrictions mentales, autrement dit de ruser avec les mots. Mettre habilement son adversaire sur de fausses pistes, c’est possible – quoique pas toujours très moral. Le garder sur la bonne route, mais l’obliger à des détours, à des attentes... ne pas tout lui révéler du premier coup, c’est de bonne guerre. C’est à lui de débusquer la ruse.

Débusquer la ruse
Il faut savoir que la tactique de la ruse est d’usage courant. Dans l’univers des relations publiques, vous risquez de devoir fréquemment y faire face. Mais il arrive aussi que « le jupon dépasse ». Les leaders d’opinion qui essaient de transmettre un message dévié ne sont pas à l’abri d’un lapsus. Ainsi, à la radio, par exemple, l’auditeur déluré soupçonnera vite qu’on s’apprête à ruser quand la réponse à l’intervieweur commence par « Je ne ferai pas de cachettes », « Bonne question ! », ou par « O. K. ! », « Alors ! », « Bon ! », « Voici ! », « Disons que... », « Écoutez ! ». Autre preuve, donc, que la parole sert à toutes sortes de choses avant d’être utilisée pour communiquer.

37Dans ce contexte, la parole sert donc autant au mensonge qu’à la vérité, selon l’avantage qu’on y trouve. Car il faut bien savoir qu’avant toute autre préoccupation, nous courons toujours, en priorité, après nos désirs : si le mensonge est la meilleure façon d’atteindre notre but, nous n’hésiterons pas à en faire usage. Tout enfant de six ans sait cela, d’instinct.

38La franchise n’est donc pas donnée naturellement ; elle s’acquiert peu à peu, quand on découvre qu’il est finalement plus avantageux à tous égards de dire le vrai plutôt que le faux. Internet en constitue le meilleur exemple. N’importe qui peut y écrire n’importe quoi, abrité qu’il est par l’anonymat. De sorte que ce prétendu instrument d’information s’est vite dénaturé lui-même, l’information y étant souvent aussi peu véridique que sa transmission est rapide. Il est à prévoir qu’avec les années, des instruments de régulation permettront de classer les sites selon leur degré de fiabilité.

La parole pour créer

39Peu à peu pourtant, la parole s’approche de la communication. Elle « dit » le monde. Ce qui n’a pas pris la forme de la parole ne peut exister clairement dans l’intelligence, ne peut être classé quelque part dans le système mental. Mais ce qui a été « dit » renaît intérieurement ; on peut le segmenter, le décomposer, le reconstituer, à la manière de ces logiciels de photos qui permettent toutes les transpositions d’images. Ainsi naît l’aventure scientifique ou culturelle. L’univers virtuel finit ainsi par maîtriser l’univers réel.

40Face au cosmos que fouillent les physiciens, la parole semble donc un « presque rien », un peu de vent. Mais mesurez le potentiel de ce presque rien ! Il a la capacité de reconstruire la réalité dans le cerveau, sous forme « symbolique », et même d’en changer l’ordonnancement conformément à un système de valeurs. Et ce système est si efficace qu’il a donné naissance aux civilisations.

41Prenons l’exemple de la « parole » des mathématiques : elle a mis en équations les lois fondamentales du fonctionnement de l’Univers. Est-ce à dire qu’à l’aide de ces équations on peut présumer de l’avenir du cosmos ? Mieux encore, l’évolution de l’Univers est-elle vraiment le fruit du hasard ou bien ces équations révèlent-elles un plan rationnel ? Et alors, les générations futures pourront-elles agir sur ces équations et changer le cours même de la cosmogonie ? Voilà qui donne le vertige.

42D’accord : vous dites que votre ambition n’est pas si élevée. Vous avez pourtant avantage à profiter de la pause de réflexion que permet cette lecture pour vous arrêter à ces choses. C’est maintenant ou jamais. Demain, dans le tourbillon d’un cabinet de relations publiques, quand on vous demandera de rédiger un communiqué dans l’heure, ce ne sera plus le temps de ratiociner sur la communication.

43L’être le plus esseulé ne peut se priver de parole, fût-ce pour dire sa misère. L’être le plus ambitieux ne peut se priver de parole, fût-ce pour mentir. L’être le plus secret ne peut se priver de parole, fût-ce pour connaître. La parole est partout. Vous-même, seriez-vous autrement en mesure de vous nourrir de ces pages ?

La parole pour entrer en relation

44Mais enfin, la parole sert-elle à communiquer, c’est-à-dire à créer des liens, oui ou non ? Assurément, mais seulement après avoir accompli les fonctions que nous venons de voir. Et encore ne suscite-t-elle une relation que très progressivement.

45Nous avons tous fait l’expérience de ce genre de situation : quand plusieurs inconnus essaient d’entrer en communication, lors d’un cocktail, par exemple, il s’établit vite une zone neutre, presque palpable, où aboutissent des bribes de phrases. Chacun y puise les portions qui l’intéressent, comme si on brassait des cartes. Puis le plus audacieux se risque à engager l’échange un peu plus loin. Ainsi la parole se fraie-t-elle peu à peu un chemin entre les multiples solitudes.

La zone neutre
Au début, on ne s’approche des autres que sur la pointe des pieds, en leur tendant un appât. Tout comme ces ethnologues qui entreprenaient jadis d’apprivoiser les tribus reculées en laissant traîner un miroir de pacotille sur leur route, on jette d’abord une phrase anodine au milieu d’un groupe... en souhaitant que quelqu’un y morde. Il faudra généralement lancer la ligne à plus d’une reprise avant d’en tirer un échange significatif !

46Mais n’oublions pas ce que nous avons vu précédemment : chaque personne a déjà mis au point son propre langage pour se définir, s’affirmer, ruser, créer son système personnel de contact avec le monde. Il en résulte que ce que je dis n’est pas toujours reçu comme je l’ai pensé. Les théoriciens de la communication appellent cela du « bruit ». Alors, avant d’espérer communiquer pleinement, il vous faudra mesurer les risques de malentendus. Combien de gens, même en relations publiques, en ont blessé d’autres, par une erreur d’interprétation, alors qu’ils s’imaginaient avoir simplement lancé un bon mot !

  • 4 L’ineffable, selon le dictionnaire, c’est ce qu’on ne peut exprimer. C’est tout dire !

47Au terme d’une longue démarche, une parole commune sans trop d’interférence, de « friture sur la ligne », finira donc par rapprocher les gens, rendant manifestes les raisons qu’ils ont d’oser le partage. C’est le but final de la parole : unifier les personnes. Tellement final qu’elle perd ensuite sa raison d’être. En effet, de parole en parole, de proche en proche, les poètes, les amants, les mystiques – car c’est bien d’eux qu’il s’agit – en viennent au contact intime, à la communion. Parfois même – l’espace d’un instant – à la symbiose. Ils atteignent alors à l’ineffable4. La parole a atteint ses limites. Elle est dépassée. Il n’y a plus de mots.

48Mais observez bien ! Vous croyez qu’on ne se parle plus ; pourtant les mains moites « parlent » encore. Quand on a quinze ans, c’est l’heure magique pour rêver de fusion éternelle ; quand on en a trente, on sait déjà, d’expérience, que ce moment béni est bref et qu’une parole de type classique sera bientôt requise pour prévenir les désillusions et chasser les malentendus.

Pour conclure cette section

49Rédacteur et relationniste, si vous n’aviez pas eu l’occasion de mesurer la place capitale de la parole dans votre existence, voilà qui est fait. Vous avez l’avantage d’exercer une profession en continuité avec votre vie la plus intime. Sans doute la rédaction de communications publiques ne vous imposera-t-elle pas de vous livrer entièrement, comme le fait l’écrivain. Mais vous ne pourrez jamais séparer votre travail de vos valeurs. Ce qui pourra parfois vous imposer des choix difficiles.

50Telle est donc l’aventure de la parole. Du moins sur le plan personnel. Car la parole « n’a pas dit son dernier mot ». Après avoir rapproché deux individus, c’est elle qui rassemblera les milliers qui forment une société, les millions qui constituent une nation, les milliards dont est faite l’humanité. Il y a la parole d’un à un, c’est la parole « privée » ; puis, il y a la parole d’un à un grand nombre : c’est la parole « publique ». Ce type de parole vous concerne tout particulièrement dans votre profession. Nous l’analyserons au chapitre suivant.

QUESTION PIÈGE
La parole, avons-nous dit, constitue une démarche à plusieurs paliers, servant tour à tour à se définir, à s’affirmer, à ruser, à créer et à entrer en relation. Quand on commet une erreur, c’est-à-dire quand on dit une chose fausse sans savoir qu’elle est fausse, à quel palier de la parole faut-il situer cette méprise ? Voyez la réponse à la toute fin de ce chapitre.

SECTION 2 : DES APPLICATIONS

51Des principes que nous venons d’étudier, passons maintenant à leurs applications dans votre vie professionnelle. La parole s’inscrit, avons-nous vu, au cœur de la pensée. Pour atteindre l’interlocuteur, encore faut-il qu’elle quitte notre cerveau et transite jusqu’au sien par des moyens sensoriels.

52Par quels moyens, plus précisément ? Par l’expression du corps tout entier (maintien, démarche, mouvement, sourire, grimace, etc.), sans doute, mais surtout par la codification de certains gestes et objets, rendus signifiants pour qui en possède la clé. Ainsi, mettre l’index verticalement devant sa bouche indique, par convention, une invitation à se taire. Encore faut-il connaître la convention.

53Trois catégories superposées de codes sont apparues à travers le temps : les codes symboliques, les codes linguistiques, les codes d’écriture. Nous allons les considérer tour à tour dans cette section. Vous aurez avantage à mettre le temps qu’il faut pour bien distinguer ces trois catégories de codes, car nous y reviendrons tout au long de cet ouvrage. En effet, en relations publiques, vous devez toujours tenir compte, avant de commencer à rédiger, du type de code qui sera utilisé au moment de la communication elle-même. On n’écrit pas de la même manière quand le produit final est une affiche, un discours, une brochure, une vidéo ou une page Web.

1er code de la communication humaine : le symbole

54Le premier lieu d’expression de l’âme, c’est le corps tout entier. D’autres vivants y ont eu recours avant nous. Des insectes aux mammifères, tout le règne animal communique par des signaux caractéristiques à chaque espèce. Ces signaux – olfactifs, visuels, sonores et même physiques (comme le frottement rituel des corps) – visent le plus souvent à provoquer une réaction immédiate. Mais ils peuvent aussi devenir un moyen de communiquer en différé. On parlera alors d’indice.

55La senteur, par exemple, est un indice de premier ordre. On s’en sert couramment dans les supermarchés pour titiller le consommateur : à son insu, des ventilateurs poussent dans l’air des sachets d’une odeur (fruit, légume, viande) qui le fera saliver. On vend également dans les garages un parfum « nouvelle voiture », qui sent bon le plastique de l’auto à peine sortie de l’usine. Des cartons empreints de parfum encombrent les magazines. La poudre pour bébé Johnson et les crayons de couleur Crayola ont leur odeur caractéristique. Les envois postaux du Club Med sentent le coco. Mais l’odorat a une grammaire limitée. L’œil et l’oreille font mieux.

De l’indice au symbole

56L’homme a « civilisé » les signaux pour les transformer en signes sensoriels, depuis l’amicale poignée de main jusqu’aux salamalecs diplomatiques. Dégagés par la suite de leur fonction immédiate, ces signes se sont élevés au rang de symboles, représentations des états de l’âme par le biais des gestes et des sons.

Deux formes de représentation
Retenez le mot « représentation ». Alors que le signal ou le signe sont nettement représentatifs du message qu’ils veulent transmettre, le symbole est le résultat d’une codification intellectuelle. Rien dans la nature ne peut donner à penser que le losange, par exemple, soit synonyme de danger. Pourtant nous reconnaissons spontanément ce message sur les panneaux routiers.

57Chaque système de symboles constitue un langage codé. Ainsi, les symboles du code d’entretien des tissus ne peuvent être confondus avec ceux de quelque autre système, même si l’information qu’on y transmet n’est pas elle-même évidente pour le non-initié. Souvent, d’ailleurs, les symboles ne feront que coder autrement l’alphabet (qui est lui-même un code) : c’est le cas du braille ou du sémaphore.

58La représentation symbolique des choses, proposée par les diverses cultures, fut d’abord utilitaire. Mais elle a su s’éloigner de sa source, la transcender au point de devenir, avec la pantomime, la danse, la musique, un en-soi qu’on a dénommé art. Pourtant, il y a toujours un code, et ce code ne cesse pas pour autant d’être culturel, comme on le voit dans le cas du nô, ce drame lyrique tant prisé des Japonais mais le plus souvent hermétique aux Occidentaux.

Les pictogrammes

59Les symboles sont partout, mais nous nous en tiendrons ici à ceux qui peuvent contribuer à votre métier de rédacteur ou de relationniste. Il s’agit des représentations visuelles. Et pourquoi celles-là ? Parce qu’elles ont la particularité, comme pour tout ce qui touche votre métier, d’être soumises à une médiatisation. Pour transmettre un message destiné à être vu, il faut, en effet, avoir recours à un support externe et à un instrument. Le support sera le plus souvent une surface plate (mur de maison pour le tagger, ardoise pour l’enseignant, papier pour l’écrivain, écran pour l’internaute), alors que l’instrument sera un objet apte à inscrire des traits sur cette surface.

FIGURE 1.2. Un plan et ses symboles

  • 5 Les neuf symboles dans notre plan sont : (1) la croix des points cardinaux ; (2) la règle d’échell (...)

60Les symboles s’appellent pictogrammes quand ils reproduisent jusqu’à un certain point l’objet d’origine. Le code du message qu’ils portent est alors proche de la réalité dont il constitue une image schématisée. Ainsi, le plan d’un lieu géographique ressemble assez à la vue aérienne qu’on pourrait en avoir. Observez attentivement le plan reproduit à la figure 1.2 : pouvez-vous en déchiffrer les symboles (il y en a neuf)5 ?

61Les pictogrammes sont comme des substantifs : ils illustrent des objets ou des personnes. Prenons, par exemple, le pictogramme du casse-croûte, qu’on voit souvent dans les gares. On l’a symbolisé sous la forme d’une tasse de café, ce qui est facile à décoder. Mais que veut-on nous dire à propos de ce casse-croûte ? Qu’on le trouvera en suivant telle direction ? qu’il est ouvert de telle heure à telle heure ? Autrement dit, comment rendre les verbes, les phrases ?

Les idéogrammes

62On rend verbes et phrases par des idéogrammes, des codes qui représentent visuellement une intention. Les codes de l’idéogramme sont encore plus soumis à des conventions que ceux du pictogramme car ils n’illustrent rien, fût-ce de manière schématique. Ils pourraient représenter n’importe quoi si on ne leur attribuait artificiellement une signification précise ; il faut toujours qu’on les explique, car ça ne saute pas aux yeux, c’est bien le cas de le dire.

63Vous connaissez peut-être le long débat qui a entouré l’instauration d’une convention pour désigner d’un idéogramme universellement reconnaissable un bureau d’information touristique. Certains proposaient le point d’interrogation (les visiteurs ne sont-ils pas en train de se poser des questions ?), d’autres opinaient pour la lettre « i » (car dans toutes les langues – occidentales, tout au moins –, c’est par cette lettre que commence le mot apparenté à « information »). Finalement, on ne s’est jamais entendu : la première formulation a prévalu en Amérique et la seconde, en Europe.

Comme les substantifs et les verbes

64Le pictogramme et l’idéogramme vont généralement de pair. Sauf dans les situations extrêmement simples, on ne peut déchiffrer une affiche sans en connaître la syntaxe, c’est-à-dire sans être en mesure de faire concorder les images-représentations ou pictogrammes (les substantifs), et les images-messages ou idéogrammes (les verbes). Pictogramme... idéogramme... Pouvez-vous faire la différence ?

FIGURE 1.3 Trois panneaux routiers

65La figure 1.3 présente trois panneaux routiers indiquant une traverse à niveau, le premier utilisé au Canada, le deuxième aux États-Unis, le troisième en Europe. Pouvez-vous distinguer la part de pictogramme et d’idéogramme dans chacun de ces panneaux ?

66Voici quelques éléments qui vous permettront d’identifier les pictogrammes et les idéogrammes dans ces images. Au Canada, le pictogramme du passage à niveau (une route et une voie ferrée schématisées) est facile à identifier. Aux États-Unis, l’idéogramme domine nettement. La seule représentation du croisement ne permet pas de comprendre qu’on a affaire à une route et à un chemin de fer : il a fallu y ajouter du lettrage. En Europe, le pictogramme de la barrière est clair, mais sa signification n’est pas évidente. En effet, il n’y a pas qu’aux passages à niveau qu’on trouve des barrières et à nombre d’entre eux il n’y en a pas.

67Le fond de chacun des trois panneaux cherche à illustrer la locution verbale « Prenez garde ! ». Il s’agit donc bien d’un idéogramme. Or, les particularités culturelles de chacune sont manifestes. À preuve, pour représenter le même message, on a recours, d’un pays à l’autre, à trois formes géométriques différentes. En outre, les panneaux du Canada et des États-Unis sont à fond jaune, tandis que ceux utilisés en Europe sont à fond blanc avec bordure rouge. Allez donc vous y retrouver !

Les paragraphes

68La représentation visuelle a d’abord comporté des mots (les pictogrammes), puis des phrases (les idéogrammes). On en est maintenant aux paragraphes (suite de picto-idéogrammes). Voyez, dans les parcs, cet alignement d’images représentant autant d’interdits. Voyez, dans les guides touristiques, tous ces pictogrammes illustrant les multiples services d’un hôtel (téléviseur, climatiseur, piscine, stationnement extérieur/intérieur, proximité d’un lac ou d’un golf, autorisation d’avoir des animaux, etc.). Il serait souvent plus simple de recourir à des textes au lieu d’illustrations.

69En outre, dans la représentation visuelle, comme dans toute forme de communication, il doit exister une logique. On y transmet un message : ce message doit « se tenir ». Exemple de ce qu’il ne faut pas faire : cette piste cyclable où des pictogrammes signalent l’interdiction concernant les automobiles, les motocyclettes, les motoneiges, les véhicules tout-terrain, etc. Jusque-là tout va bien : on comprend que l’interdit porte (1) sur le fait de circuler (2) avec un véhicule à moteur. Or, on a accolé à ce message le pictogramme d’une bouteille, signifiant sans doute l’interdiction de boire de l’alcool. Voyez-vous l’erreur logique ? L’alcool n’est ni un moyen de circulation, ni un véhicule à moteur. Il aurait fallu l’illustrer à part, c’est-à-dire dans un paragraphe distinct.

Les symboles en relations publiques

70Les relations publiques recourent abondamment aux symboles visuels. De l’emblème organisationnel à l’identification dans les bâtiments, de la couleur du papier à lettres à celle des camions, les entreprises nous parlent déjà avant même d’utiliser des mots. Elles veulent qu’on les identifie, qu’on ne les confonde avec aucune autre (relisez, dans la section 1 de ce chapitre, les paragraphes portant sur « La parole pour se définir »).

Tout est symbole
D’une façon générale, observons que, chez l’homme, à peu près tout ce qui existe a été élevé au rang de symbole. Le vêtement, la voiture, l’ameublement sont devenus, au-delà de leur fonction première, des symboles aux codes très précis, parfois « tordus ». Ainsi, porter des jeans (alors qu’on peut se payer le luxe d’un meilleur vêtement) peut indiquer sa volonté d’être apprécié pour autre chose que pour son argent, mais peut aussi symboliser l’importance qu’on accorde à la quête de liberté souvent associée aux gens qui les portent.
Quant aux éléments visuels ou sonores naturels, comme un coucher de soleil ou un bruit de pluie sur les feuilles, l’homme leur a appliqué sa tendance à l’anthropomorphisme, rattachant chacun d’eux à une émotion : plaisir, tendresse, crainte, aversion. Ainsi l’univers tout entier est-il devenu progressivement « signifiant ».

2e code de la communication humaine : la langue

71Grâce à la configuration particulière de son larynx et de son pharynx, l’homme est le seul être de la nature capable de produire des sons articulés. Ainsi la bouche est-elle vite devenue son principal outil de communication, puisqu’elle permet de codifier – par un jeu de la voix – un vaste éventail de résonances sonores, sur lesquelles il a pu s’appuyer pour rendre toutes les nuances d’une idée et d’une émotion.

72Tout au long de ce livre, le code linguistique occupera un espace majeur. À ce point-ci de notre démarche, il importe d’en souligner un aspect qu’on risque de perdre de vue quand on est rédacteur. Il s’agit de quelque chose de bien simple pourtant : le fait que le débit d’un discours « parle » autant que son contenu. Autrement dit, la personne que vous écoutez transmet deux catégories de message : (1) une information relayée par les paragraphes et (2) une émotion dont témoignent l’intonation, l’accentuation, la prononciation, l’hésitation. Ainsi ne dira-t-on pas sur le même ton : « Le soleil se lève », selon qu’on sera amoureux, fuyard, fermier ou mourant.

73Alors, quand vous rédigerez un texte destiné à être lu à haute voix, dites-vous bien que le message que recevra l’auditeur sera double : l’un provenant du propos lui-même (contenu informatif), l’autre découlant des mots choisis et du ton employé pour exposer le sujet (contenu émotif). Il peut arriver que l’un contredise l’autre !

Mélodie, rythme et harmonie

74Faisons une comparaison avec la musique, en commençant par rappeler ce que nous avons exposé précédemment à propos des codes. On sait que la musique diffère du bruit en ce qu’elle est le résultat d’une intention humaine de communication. À travers des symboles sonores, elle « dit » quelque chose. Le musicien exprime une émotion, que les auditeurs partageront... s’ils utilisent les mêmes codes culturels. De même que le plus beau poème laissera de glace quiconque ne connaît pas la langue dans laquelle il est dit, ainsi un chant grégorien, une musique dodécaphonique ou un air de jazz exigeront, pour émouvoir, d’être d’abord « déchiffré » par une adaptation culturelle de la sensibilité.

75Poursuivons notre comparaison. Mélodie, rythme et harmonie constituent la substance même de ce qui rendra une musique intelligible. Quel que soit le contenu sonore, c’est à travers ces trois dimensions qu’elle prendra pied dans l’univers culturel de l’auditeur, qu’elle pourra devenir une voie de communication. La codification de la parole en langue procède des mêmes principes : il y a une mélodie, un rythme et une harmonie de la phrase parlée. Pour que les mots soient compris, il suffit que les interlocuteurs partagent le même code linguistique. Mais pour que la phrase suscite intérêt et émotion, il faut faire plus qu’aligner des mots ; il faut transmettre une impression. Ce qui exige mélodie, rythme et harmonie dans le discours.

76Pour vous en convaincre a contrario, il vous suffira d’écouter certaines personnes qui « mâchent » leurs phrases ; le discours devient alors une suite de sons inintelligibles, un bruit. Cette perte d’harmonie dont témoigne tant le joual, Georges Dor l’a appelée un meneu-meneu.

  • 6 Georges Dor, Anna braillé ène shot, Montréal, Lanctôt, 1996, p. 132.

Un meneu-meneu
« Quoi de plus navrant que d’entendre le meneu-meneu d’un Québécois francophone qui essaie de donner des renseignements à un touriste : “Ben, d’apra moé, c’pa dans c’boutecite”6. »

77Il est donc extrêmement important d’être en mesure de donner aux mots un sens plus large que celui, purement descriptif, du dictionnaire. On doit pouvoir y lire vos émotions. Quand vous prenez la parole ou quand un orateur prononce une allocution que vous avez rédigée pour lui, il est capital que les mots sonnent bien, que la longueur des phrases témoigne d’un état d’âme (détendu ou empreint d’urgence), bref, que le texte parlé reflète votre cœur et non vos aptitudes littéraires.

78Au moment de rédiger un discours ou une conférence, il faut sentir ce que le texte donnera quand il sera prononcé. Observez comment le dramaturge construit les phrases d’une pièce de théâtre et comment le comédien les rend. Mieux encore, faites l’expérience de rendre oralement un texte rédigé précisément pour être dit.

À l’abri des indiscrets

79Autre question à propos de l’oral. Langues et dialectes se dénombrent par milliers sur la planète. Pourtant, ils sont tous issus d’une quarantaine de phonèmes. Cette « babélisation » s’explique assurément par le fait qu’une multitude de mots peuvent être construits à partir de ces phonèmes, tout comme un vaste répertoire musical s’est développé à partir des sept notes de la gamme. Mais on peut aussi mettre de l’avant que la langue ne sert pas seulement à communiquer en général, mais aussi à dissimuler l’information aux indiscrets (reportez-vous, dans la section 1 de ce chapitre, aux paragraphes portant sur « La parole pour ruser »).

80Si chaque société n’avait pas senti le besoin de conserver par-devers soi une zone d’intimité, pour s’assurer que personne ne vienne lui ravir les éléments les plus originaux de sa culture, l’humanité se serait sans doute vite rangée derrière une langue commune. Même pour des sous-cultures partageant le même dialecte, la multiplicité des formes d’expression témoigne d’un besoin d’identité et d’appartenance, comme le montre l’échange suivant entre une fille et sa mère :

  • L’examen était full facile. Avec ça, j’vas entrer au cégep, pas d’problème, genre.
  • J’en suis fort aise : fortune d’impétrant au printemps, bizutage de potache à l’automne.

81Le risque est grand qu’aucune des deux n’ait compris l’autre. Mais bon ! cette diversité est aussi importante pour la richesse du développement collectif que l’exogamie l’est pour la santé des descendants. La publicité est très sensible à ces distinctions sociolinguistiques, et les relations publiques ne doivent pas les ignorer.

Une langue qui évolue

82Ainsi, le français de Corneille n’est plus tout à fait le nôtre. Il reflète une autre structure sociale, des habitudes de vie différentes, une sous-culture éteinte dans une civilisation pourtant bien vivante. C’était bien avant la télévision et la révolution informatique. Pourtant, la distance n’est pas si grande qu’il n’y paraît. Le français contemporain s’appuie toujours sur les structures langagières qui étaient en usage à l’époque de Corneille, de même que la pensée occidentale d’aujourd’hui puise encore à la source cartésienne à laquelle il se rattachait. Modernité et continuité : dans vos discours, vous aurez constamment à trouver un équilibre entre ces deux pôles.

83La question qui vous accompagnera au fil de votre réflexion est donc la suivante : vous que le métier amène à écrire, comment parviendrez-vous à traduire adéquatement, dans des phrases destinées à être lues, des idées et des émotions complexes dont il est déjà difficile de livrer toutes les nuances sous une forme orale ? Comment passerez-vous de l’oral à l’écrit ?

De l’oral à l’écrit
Vous, le rédacteur, vous pourriez être porté à croire que votre travail s’appuie d’abord sur l’écriture. Erreur ! Celui qui penserait ainsi ne serait pas loin du cliché, de la phrase qui ne veut rien dire. Rédiger, c’est traduire sous une forme écrite un message d’abord imaginé en langue orale, avec sa charge émotive. On en a perdu le réflexe, de sorte qu’il est très difficile de trouver un bon dialoguiste pour le cinéma ou la télé. Ce devrait pourtant être simple. Ne parle-t-on pas plus fréquemment qu’on n’écrit ?

3e code de la communication humaine : l’écriture

84L’invention de l’écriture a permis d’arrêter le temps. Grâce au scribe, tout avis important a pu être archivé et rappelé à la mémoire à volonté, même des millénaires plus tard, comme ce fut le cas pour les hiéroglyphes, les édits de la Chine antique et nombre de textes sacrés. Faite surtout de pictogrammes (comme en Orient et à Sumer) ou d’idéogrammes (dans les alphabets issus de la Grèce), l’écriture conjugue ses symboles pour construire toutes sortes de mots, qu’elle aligne ensuite de mille manières pour former des phrases.

85Ce ne sont, au premier regard, que de petites taches sur du papier. Pourtant, ces taches ont un sens communément compris par l’émetteur et par le récepteur ; elles servent ainsi à communiquer les pensées les plus diversifiées.

La main et la pensée

86Depuis l’avènement de l’écrit, la main, déjà associée au processus de communication (à titre de partie du corps), met la multitude de ses interconnexions nerveuses au service direct de la pensée. Elle devient ainsi à sa façon un témoin de l’âme. La main qui couche un texte révèle la personne, comme tous les graphologues le savent. Même la main qui tape à la machine porte un sceau d’identité (et ça, ce sont les détectives qui vous le disent). C’est pourquoi certains écrivains refusent toujours l’anonymat du clavier d’ordinateur sur lequel la « personnalité » d’une main n’a pas d’emprise.

87Le pouvoir évocateur de la main est toutefois limité. Hormis les cas de correspondance intime, la tendance générale est d’oublier la graphie pour se concentrer sur la charge émotive des mots eux-mêmes. Car c’est l’agencement des mots – le style – qui, à l’écrit, remplace les intonations de la langue orale. C’est donc surtout dans le choix des qualificatifs, des formules ou des interjections que je communiquerai, par la voie de l’écriture, l’émotion qui m’a fait vibrer et que j’aimerais partager. Demandez aux poètes : l’âme filtre quand la plume chante.

88Mais comment bien écrire ? Du début à la fin de ce livre, on ne cessera de vous rappeler l’exigence fondamentale de toute rédaction : trouver un point d’équilibre entre la concision et la précision. Or, cet équilibre varie selon trois paramètres : le public auquel on s’adresse, le message qu’on veut lui transmettre à travers les mots, la séduction qu’on sent le besoin d’exercer sur lui pour qu’il lise le document jusqu’au bout. Voilà votre défi. Vous n’aurez pas trop de 13 chapitres pour le surmonter.

89Il n’est pas nécessaire d’en dire plus pour l’instant sur l’écriture. La rédaction, ce sera le sujet même de tout cet ouvrage. Vous aurez donc l’occasion de mesurer l’impact du style sur l’efficacité d’un message par la présentation – à commencer dès le prochain chapitre – de diverses façons de rédiger pour « séduire ».

***

90Ce chapitre était centré sur la communication en général. Dans la partie plus théorique, « Les principes », nous avons voulu attirer l’attention sur deux aspects majeurs : (1) le fait de communiquer a permis aux civilisations de naître, en limitant le pouvoir des plus forts, qui maintenaient l’humanité dans la barbarie ; (2) l’aptitude à communiquer est une valeur qui n’éclôt que progressivement en nous, passant par plusieurs phases avant de parvenir à un véritable échange avec les autres.

91Dans la partie plus pratique, « Des applications », nous avons analysé trois familles de codes que tout rédacteur ou relationniste doit être en mesure de bien exploiter : (1) le symbole, (2) la langue, (3) l’écriture. Le chapitre 2 nous aidera à situer les communications de relations publiques dans l’univers plus vaste de la parole en public.

RÉPONSE À LA QUESTION PIÈGE
L’erreur peut se situer à tous les paliers, car elle porte sur le contenu d’information de la parole, non sur son intention. On peut donc autant se tromper quand on cherche à se définir, à s’affirmer ou à ruser que si l’on veut créer ou entrer en relation. Le risque d’erreur est la condition de celui qui marche dans le noir. Il faut apprivoiser l’erreur, c’est-à-dire savoir éviter celles qui feraient un tort considérable et retourner les moins importantes à son avantage, en les considérant comme une bonne occasion d’apprendre.

Notes

1 Évangile selon saint Jean, chapitre 1, verset 1.

2 Genèse, chapitre 1, verset 3.

3 Zlata Filipovic, Le journal de Zlata, Paris, Robert Laffont, 1993, p. 11. Voir aussi : Zlata Filipovic et Melanie Challenger, Paroles d’enfants dans la guerre, Paris, XO Éditions, 2006.

4 L’ineffable, selon le dictionnaire, c’est ce qu’on ne peut exprimer. C’est tout dire !

5 Les neuf symboles dans notre plan sont : (1) la croix des points cardinaux ; (2) la règle d’échelle des distances ; (3) les lacs (traits ondulés) ; (4) les maisons (blocs noirs) ; (5) les autres bâtiments (blocs blancs) ; (6) les routes (traits continus) ;(7) les sentiers (traits pointillés) ; (8) l’élévation du terrain (courbes d’équidistance) ; (9) un point de vue (trois petits traits en éventail). Vous aurez observé qu’on ne peut inclure dans cette liste de symboles l’indication « 500 m », qui appartient au code particulier de l’écriture.

6 Georges Dor, Anna braillé ène shot, Montréal, Lanctôt, 1996, p. 132.

Table des illustrations

Légende FIGURE 1.2. Un plan et ses symboles
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende FIGURE 1.3 Trois panneaux routiers
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search