Version classiqueVersion mobile

Séduire par les mots

 | 
Jean Dumas

Présentation

Texte intégral

1Voici un ouvrage à double fonction. S’il a été originellement pensé comme manuel (pour les étudiants du cours Rédaction et communications publiques de l’Université de Montréal), il est vite devenu un irremplaçable usuel pour un grand nombre de rédacteurs et de relationnistes dans l’exercice de leurs tâches professionnelles.

2En effet, en plus de poser les principes d’une bonne rédaction de communications publiques, ces pages vous initieront à une constellation de types de textes. En particulier, elles décriront, à travers vingt-sept exemples, les divers outils auxquels un relationniste a habituellement recours dans ses activités de rédaction.

3Du mémoire au communiqué, de la causerie à l’interview, chaque situation de rédaction comporte des règles propres à assurer une communication efficace. S’il est essentiel de les apprendre, il est surtout judicieux de s’en souvenir au moment opportun. D’où l’utilité de cet aide-mémoire.

LE RÉDACTEUR ET LA RELATIONNISTE

4Pour agrémenter la lecture de cet ouvrage et en faciliter la compréhension, nous avons fait intervenir, au fil du texte, deux personnages fictifs, un rédacteur et une relationniste : des cibles types mijotées à partir de notre expérience des gens. Permettez-nous de vous les présenter. Vous vous reconnaîtrez peut-être dans l’un ou l’autre de ces interlocuteurs virtuels... ou dans un mélange des deux.

Le rédacteur

5Notre rédacteur rêve d’écrire depuis qu’il sait tenir un stylo. Il s’est vu tour à tour en poète, en romancier, en essayiste. On l’a encouragé, car il a un certain talent. Secret, effacé, il n’est heureux que devant la feuille blanche qu’il s’apprête à couvrir de son imaginaire. Mais le quotidien a de ces exigences : les éditeurs l’ont poliment convaincu de sacrifier un peu de sa créativité à l’écriture « alimentaire ». « Allez faire vos classes », lui a-t-on dit. Il s’apprête donc à lire cet ouvrage dans l’espoir d’y déceler quelque nouvelle piste pour l’exploitation de son talent.

La relationniste

6La relationniste est venue aux communications un peu par hasard. Après quelques sauts de puce, ici et là, sur le marché du travail, elle a été embauchée par une firme de communications, un été, sur une base provisoire. Elle y est toujours. De réceptionniste à secrétaire, de chargée de rendez-vous à préposée aux événements, d’hôtesse à déléguée auprès de la presse, elle aura été un touche-à-tout. Prenant goût à ces diverses activités au point de vouloir y faire carrière, elle a senti le besoin d’asseoir son expérience sur du solide. Et le solide, pour elle, ce sera la rédaction, puisqu’elle ne peut s’empêcher de constater qu’elle souffre d’une carence dans l’art d’écrire, pourtant l’un des domaines majeurs des communications. D’où son intérêt pour cet ouvrage.

FIGURE 0.1. Profil du rédacteur et de la relationniste types de cet ouvrage

7Notre relationniste rencontre notre rédacteur à la station de départ de ce livre. L’un et l’autre chemineront ensemble au fil de ces treize chapitres. Quand ils se sépareront, le rédacteur sera plus averti de l’importance d’écrire pour un « public » bien précis, la relationniste sera plus consciente du potentiel de communication que recèle la rédaction (voir la figure 0.1).

UN GUIDE PRATIQUE

8À la suite de notre rédacteur et de notre relationniste, parcourez ces chapitres, vous aussi, comme s’il s’agissait d’un guide pour les artisans en devenir que vous êtes. Considérez-vous comme des « apprentis » en passe de devenir « compagnons ». Vous œuvrez sous le regard débonnaire d’un « maître » que vous ne tarderez pas à dépasser.

9Si vous le préférez, lisez ces lignes en imaginant que vous préparez un pitch (une présentation de votre savoir-faire à un client éventuel) dans l’espoir d’obtenir le « compte » d’une grande firme. Ou bien, dites-vous que vous vous apprêtez à passer une épreuve pour obtenir l’emploi qui vous mettra à l’abri des créanciers pour les dix prochaines années. Ou encore, considérez que vous vous entraînez pour un concours télévisé couronné d’un séjour de trois semaines aux Seychelles... Peu importent les raisons qui vous ont fait prendre ce livre en main, parcourez-le dans une perspective utilitaire, même s’il comporte des aspects théoriques incontournables.

  • 1 Ce pourrait aussi bien être un président d’association, un responsable des prêts personnels à la b (...)

10Et si vous n’ambitionnez pas une carrière en rédaction ou en relations publiques, vous devriez tout au moins être en mesure, grâce à ce que vous aurez appris à la lecture de ces pages, de vous présenter auprès d’un employeur1 et de trouver les mots qui non seulement vous décriront avec exactitude et honnêteté, mais permettront de susciter un préjugé favorable à votre endroit, autrement dit, de « séduire ». Si vous appliquez la rédaction de communications publiques à votre propre mise en valeur, il vous sera facile d’exploiter ensuite ce talent pour promouvoir toute idée, toute initiative, toute entreprise qui mérite d’être soutenue.

11Les communications publiques dont il sera question dans cet ouvrage sont surtout, mais pas exclusivement, celles qui ont trait aux activités de relations publiques. Nous distinguerons les unes et les autres aux chapitres 2 et 3. Cette distinction devrait vous éclairer sur les diverses fonctions de la parole et de l’écriture publiques.

12En associant (1) l’art de la rédaction à (2) celui des relations publiques, nous faisons un peu œuvre de pionnier. Nous fusionnons, en effet, les deux disciplines au point précis où elles se rencontrent. Nous créons ainsi un amalgame singulier en sciences humaines appliquées, une façon composite de rapprocher deux domaines originellement assez lointains... à l’image de cet inventeur qui imagina, un jour, de rapprocher la technologie de la roue et celle du caoutchouc, créant ainsi le pneu. Pour tirer parti de ce rapprochement, il ne sera pas inutile que vous possédiez un certain bagage de formation de base.

UNE MÉTHODE DE TRAVAIL

13Comme notre rédacteur et notre relationniste types, vous devez évidemment savoir organiser votre pensée. Jean Guitton, dans un vieil ouvrage qui n’a pas été dépassé, décrit la manière de rendre son esprit réceptif à la connaissance.

  • 2 Jean Guitton, Le travail intellectuel, Paris, Aubier, 1951, p. 39.

Jean Guitton
La règle d’or du travail intellectuel peut se traduire ainsi : « Ne tolère ni de demi-travail ni de demi-repos. Donne-toi tout entier ou détends-toi absolument. Qu’il n’y ait jamais en toi de mélange des genres2 ! »

14Apprendre à travailler « intelligemment », c’est ce à quoi vous dispose une formation en méthodologie. Si vous avez traversé le cégep, vous devriez normalement avoir cette préparation. Autrement, vous auriez sûrement avantage à vous inscrire à un cours d’initiation à la méthode de travail intellectuel. Seule une pensée bien organisée peut ouvrir à une écriture qui, sans renoncer à être créatrice et chatoyante, ne perdra jamais de vue l’objectif communicationnel poursuivi.

Un bon départ en français

15Nous pouvons en dire autant de vos connaissances de base en français. Dans cet ouvrage, nous ne parlerons pas de grammaire, mais d’art d’écrire dans un contexte bien précis. Supposant que vous savez écrire sans fautes, nous nous concentrerons sur le style. Or le style prend appui sur le vocabulaire. Le vôtre est-il suffisamment vaste pour que vous ayez la capacité de le varier au gré des écrits ?

Les sources du vocabulaire
Pour vous aider, rien de mieux que de vous doter de dictionnaires généraux et spécialisés : homonymes, synonymes, antonymes, mots d’origine étrangère ou contemporains, locutions figurées, expressions québécoises, citations, étymologie et bien d’autres encore.

16Il est essentiel de garder près de son bureau une petite bibliothèque d’usuels : un ou deux ouvrages sur la méthode de travail, une grammaire (celle avec laquelle on se sent le plus à l’aise), au moins un dictionnaire général et, si possible, quelques autres plus spécialisés. Les recommandations bibliographiques que nous formulons à la fin de cet ouvrage peuvent vous guider dans votre choix.

Une culture générale étendue

17Pour être en mesure de rédiger des textes de relations publiques qui soient savoureux, il vous faut aussi posséder une culture générale étendue. C’est essentiel pour quiconque veut échapper aux poncifs, lieux communs et idées reçues, bref à tout ce que charrie la misérable « langue de bois ».

Parfaire sa culture générale
Pour y parvenir, rien de plus simple : lire et lire encore. Mais le faire toujours en prenant soin de vous arrêter devant tout nom – commun ou propre – dont le sens vous échappe (y compris ceux de cet ouvrage). Dictionnaires et encyclopédies vous seront donc doublement utiles.

18Mais qu’est-ce que la culture générale ? Parmi toutes les définitions possibles, voici celle que nous préférons : c’est une aptitude à se repérer dans n’importe quel domaine du savoir et du vivre où s’inscrit notre civilisation. Se « repérer » : on ne peut pas tout connaître, mais on doit être en mesure de tout mettre en contexte. Habituez-vous à faire des liens entre divers domaines du réel. Alors, au lieu de rédiger de façon banale, vous saurez sertir votre propos d’images, d’allusions, de comparaisons reflétant un véritable humanisme et un enracinement culturel en santé.

19Quand l’exercice vous paraîtra fastidieux, rappelez-vous cette anecdote : dans un discours célèbre à la Chambre des communes en 1993, Lucien Bouchard, alors chef de l’opposition, se lança dans une charge enflammée et conclut une envolée par cette phrase : « Pour le Canada, le Québec sera toujours un Minotaure. » Et le traducteur d’office, dont la culture laissait de toute évidence à désirer, de lancer dans son micro : « Minowhat ? »

SÉDUIRE PAR LES MOTS

20Le goût des mots (la rédaction) et le goût des gens (les relations publiques) : deux fondements dans l’art de plaire, de séduire. On ne fait pas de vieux os en relations publiques si on n’a pas cette aménité qui charme. On ne demeure pas longtemps en rédaction de communications publiques si on ne sait pas trouver le mot juste qui retiendra le lecteur, le touchera, le séduira. Nous voulons vous aider à développer cette habileté, ce talent d’artisan à user du mot à impact, de la phrase subtile, de la finale irrésistible.

21Au terme de cet ouvrage, il faut espérer que vous garderez de votre lecture le souvenir d’un exercice d’apprentissage utile – et parfois amusant – à l’acquisition d’un pouvoir sur les mots. Sans l’invention de la parole – et de l’écriture qui en est la mémoire –, la séduction aurait sans doute gardé la forme primitive que font voir les rites amoureux gestuels. La parole a créé la civilisation, l’écriture l’a sauvegardée.

22Si vous avez le gène du style bien tourné et le sens de la fine observation, ce livre vous ira comme un gant. À la fin, vous vous découvrirez peut-être même des compétences jusqu’alors insoupçonnées dans l’art de séduire par les mots. Mais nous ne sommes encore qu’au début. Rejoignons notre rédacteur et notre relationniste de tout à l’heure qui ont déjà entrepris la lecture du chapitre premier...

Notes

1 Ce pourrait aussi bien être un président d’association, un responsable des prêts personnels à la banque ou toute autre personne à qui vous sollicitez un accueil bienveillant.

2 Jean Guitton, Le travail intellectuel, Paris, Aubier, 1951, p. 39.

Table des illustrations

Légende FIGURE 0.1. Profil du rédacteur et de la relationniste types de cet ouvrage
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search