Version classiqueVersion mobile

Politique internationale et défense au Canada et au Québec

 | 
Kim Richard Nossal
, 
Stéphane Roussel
, 
Stéphane Paquin

Troisième partie. Fédéralisme, paradiplomatie et politique étrangère

Fédéralisme, paradiplomatie et politique étrangère

Texte intégral

1Les trois derniers chapitres sont consacrés aux dimensions internationales de l’une des caractéristiques du système politique canadien, soit une fédération composée de provinces aux pouvoirs importants. Non seulement cette caractéristique affecte-t-elle la formulation et la mise en œuvre des politiques du gouvernement central, mais elle est à la source d’une vaste sphère d’activité, puisque ces provinces mènent leurs propres « relations internationales » – le terme « politique étrangère » étant généralement réservé aux politiques des entités souveraines.

2Le Canada est, en effet, une fédération unique, en ce sens que les lois constitutionnelles de 1867 et 1982 n’attribuent ni au gouvernement fédéral, ni aux provinces, l’entière compétence dans ce domaine d’activité. Ainsi, les gouvernements provinciaux sont libres de mener eux-mêmes les relations internationales dans leurs champs de compétence, tels qu’ils sont définis par la Constitution de 1867. La problématique liée au fédéralisme et au partage incertain des pouvoirs en matière de relations extérieures est examinée au chapitre 10.

3Plusieurs raisons expliquent la volonté des provinces de mener leur propre « diplomatie parallèle ». Non seulement sont-elles tentées d’exercer des pouvoirs qu’elles considèrent comme légitimement leurs, mais elles cultivent aussi un certain nombre d’intérêts internationaux qui justifient ce type d’activité. Le chapitre 11 propose donc un portrait de ces intérêts, qu’ils soient de nature économique, politique, sécuritaire, environnementale ou bureaucratique. Il examine aussi comment les entités fédérées de deux États, comme le Canada et les États-Unis, peuvent tisser des relations privilégiées entre elles.

4Si, la plupart du temps, les provinces peuvent conduire leurs relations extérieures à leur convenance, sans que le gouvernement fédéral en prenne ombrage, le cas du Québec donne parfois des maux de tête à Ottawa. Plus que toute autre province, le Québec a développé ses relations extérieures de façon autonome et distincte de celles du Canada. Les origines de ce phénomène, particulièrement visible depuis les années 1960, remontent à la fin du XIXe siècle et ont fréquemment fait l’objet de frictions entre le gouvernement central et celui de la province, en raison du caractère politique des initiatives québécoises. Évidemment, l’élection de gouvernements souverainistes à Québec (en 1976-1985 et 1994-2003) ainsi que la présence de députés du Bloc québécois à Ottawa (depuis 1990) ont accentué ces tensions, puisque les relations extérieures du Québec, comme certains aspects de la politique étrangère du Canada, sont devenues le prolongement international du débat sur l’unité nationale. C’est à cette question qu’est consacré le chapitre 12.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search