Version classiqueVersion mobile

Politique internationale et défense au Canada et au Québec

 | 
Kim Richard Nossal
, 
Stéphane Roussel
, 
Stéphane Paquin

Première partie. Le contexte et les déterminants

4. Les idées dominantes en politique étrangère

Texte intégral

1L’influence de la société civile sur la conduite de la politique étrangère est surtout perceptible dans la définition des paramètres qui spécifient les limites de ce qui est acceptable. Ce chapitre est consacré à l’impact de certaines idées dans ce processus de définition de ces paramètres. Chaque époque est, en effet, marquée par des courants d’idées qui dominent toute la réflexion sur la politique étrangère et la place de l’État dans le monde. Cet ensemble de postulats, de valeurs, d’idéaux, de métaphores et de concepts sera désigné ici sous le terme général d’« idées dominantes ».

IDÉES, CULTURE ET RELATIONS INTERNATIONALES

2Dans chaque société prédominent des préférences, des valeurs et des croyances partagées par la majorité. Ces idées varient d’une époque à l’autre. Ainsi, la pratique de l’esclavage, dénoncée dans l’Europe de la première moitié du XIXe siècle, était, à la même époque, considérée comme parfaitement légitime dans le sud des États-Unis. Mais près de 150 ans après la fin de la guerre de Sécession, un politicien sensé de Richmond n’aurait jamais idée de chercher à se faire élire en prônant des idées esclavagistes ! Les idées semblent donc parfois déterminer ce qui est légitime et illégitime, ce qui est juste et injuste, ce qui est acceptable et inacceptable. Une société développe de tels corpus doctrinaux pour tous les types de rapports sociaux : entre les parents et les enfants, les vendeurs et les acheteurs ou encore le gouvernement et les citoyens. Évidemment, cela peut s’appliquer aux relations internationales, c’est-à-dire aux liens qu’entretient une société avec les autres communautés. Le postulat central ici est que les idées dominantes contribuent à déterminer les choix que font les dirigeants.

3Au cours des 50 dernières années, les théoriciens des relations internationales ont laissé peu de place aux variables qui relèvent du monde des idées. Les postulats matérialistes et rationalistes (qui teintent les réflexions des réalistes, des néoréalistes, des néolibéraux ou des néomarxistes), amalgamés aux principes méthodologiques positivistes (n’est scientifique que ce qui est observable, quantifiable et mesurable), expliquent cette marginalisation des variables « idéationnelles ». Celles-ci sont considérées comme fixes et déterminées par l’environnement matériel. Par exemple, les réalistes estiment que les États sont guidés uniquement par la quête de puissance et que les valeurs des dirigeants doivent s’effacer devant les froids calculs rationnels permettant d’atteindre cet objectif. Tout autre choix est perçu comme irrationnel et donc contre-productif, sinon dangereux.

  • 1 Voir, par exemple, Yosef Lapid et Friedrich Kratochwil (dir.), The Return of Culture and Identity (...)

4La popularité croissante des théories constructivistes et critiques a cependant réanimé l’intérêt pour les variables relevant du monde des idées. Depuis le milieu des années 1990, la documentation abonde en recherches qui portent sur des objets tels que le discours, les normes, les liens identitaires, les métaphores, les doctrines, les perceptions, les connaissances, les croyances, les valeurs, l’éthique, la morale, ou encore les expériences passées. Après s’être longtemps concentrés sur l’environnement matériel dans lequel évoluent les acteurs, les chercheurs en relations internationales redécouvrent l’importance des facteurs intellectuels et socioculturels. Ainsi, la notion de culture, longtemps négligée, est revenue en force dans l’étude de la politique étrangère et des relations internationales1.

  • 2 G. Bruce Doern et Richard W. Phidd, Canadian Public Policy : Ideas, Structure and Process, Toronto (...)
  • 3 Voir Stéphane Roussel et David Morin, « Les multiples incarnations de la culture stratégique et le (...)

5La notion d’idée dominante2 est proche de celle de culture politique, appliquée au contexte de la prise de décision. Une culture politique, ou encore une culture stratégique, est un système d’idées (croyances, perceptions du passé, analogies, métaphores et symboles) qui constitue un tout plus ou moins cohérent et logique, qui structure la façon dont les acteurs perçoivent le monde et déterminent leurs préférences. L’une des définitions les plus couramment utilisées veut que la culture stratégique agisse comme un sélecteur, qui incite les acteurs à éliminer les options qui ne cadrent pas avec cet ensemble, et à croire que les seules politiques viables sont celles qui sont cohérentes avec leur système de pensée3. Une culture est, par définition, largement répandue à travers la société et peut perdurer sur une très longue période. Par exemple, on peut parler de la « culture stratégique américaine » de la Guerre froide, formée autour de concepts tels que la dissuasion et le « syndrome de Pearl Harbor », culture qu’acceptaient inconditionnellement presque tous les militaires et la majorité des politiciens occidentaux. Évidemment, les pacifistes, qui adhèrent à un tout autre système de pensée, étaient considérés, au mieux, comme de doux rêveurs, au pire, comme de dangereux irresponsables, tant leurs idées de renonciation à la guerre et aux armements étaient étrangères à la culture stratégique dominante.

  • 4 Denis Stairs, « The Political Culture of Canadian Foreign Policy », Revue canadienne de science po (...)
  • 5 Pour des exemples de telles tentatives, voir David G. Haglund, The North Atlantic Triangle Revisit (...)
  • 6 Par exemple, à propos de l’impact des valeurs démocratiques libérales sur la façon dont les dirige (...)

6Ce chapitre n’a pas pour objet d’analyser la culture politique nationale au Canada, comme le fait Denis Stairs4, ni d’évaluer dans quelle mesure cette notion plus vaste de culture affecte la conduite extérieure d’un État. Il ne vise pas non plus à identifier les caractéristiques d’une culture stratégique ou d’une grande stratégie canadienne5. Il ne prétend pas non plus démontrer l’attachement des Canadiens à l’idéologie libérale, ni l’effet que celle-ci a eu sur les politiques du gouvernement6. Il s’agit plutôt de se concentrer sur les idées dominantes qui ont trait à la façon dont les Canadiens perçoivent les relations qu’entretient leur pays avec le reste du monde.

7L’étude des idées dominantes pose cependant plusieurs difficultés. La première tient au fait que les idées dominantes sont, par nature, intangibles. En fait, elles demeurent la plupart du temps à l’état latent, et même si l’on peut prétendre qu’elles existent, il est difficile de démontrer cette existence, pour la simple raison qu’elles sont rarement remises en question, et donc rarement exprimées. Par exemple, les sondages d’opinion démontrent que la majorité de la population se déclare en faveur de l’appartenance du Canada aux Nations Unies. Par contre, l’appui à cette dimension de la politique étrangère canadienne se manifeste rarement de manière spontanée, à moins d’être provoqué par la question d’un sondeur. Pour en éprouver la vitalité, le gouvernement devrait proposer que le Canada se retire de l’ONU – ce qu’il n’a, bien entendu, jamais tenté de faire – ce qui permettrait de mesurer la réaction des citoyens.

8La deuxième difficulté réside dans une caractéristique apparemment contradictoire des idées dominantes : celles-ci tendent évidemment à persister dans le temps, mais elles ne sont pas pour autant statiques ou immuables. Les idées sont effectivement persistantes. Ainsi, les croyances, les métaphores ou les doctrines qui sont associées à une vision du monde tendent à survivre aux conditions qui les ont fait naître. Même si elles ne paraissent plus toujours aussi bien adaptées, elles continuent à exercer une influence, généralement jusqu’à ce qu’une crise ou une transformation majeure dans l’environnement interne ou externe fasse émerger une véritable alternative. Ainsi, nous l’avons vu au chapitre 2, Pierre Elliott Trudeau peut bien avoir annoncé, en 1968, la mort de la politique de puissance moyenne – et donc de l’internationalisme –, celle-ci est demeurée vivante, en grande partie parce que les conditions n’étaient pas mûres pour permettre l’émergence d’une nouvelle idée dominante.

9Mais ce caractère persistant ne signifie pas que les idées soient immuables. Au contraire, elles évoluent et sont parfois remplacées par des idées très différentes. Cette évolution peut se faire de façon lente et imperceptible, alors que des visions du monde dominantes sont graduellement réinterprétées par les dirigeants politiques, ou encore soumises aux critiques des commentateurs. Elles évoluent aussi au rythme de la société, dont les valeurs ou la composition évoluent. Mais les idées dominantes peuvent aussi changer de façon plus rapide, à la suite de bouleversements brutaux et dramatiques au pays et dans le système international, comme une guerre ou l’effondrement d’une grande puissance. Ainsi, un ensemble d’idées qui dominent la politique étrangère d’un État peut se révéler inapproprié pour guider le gouvernement dans un environnement radicalement différent, et donc commander l’émergence d’une nouvelle vision. Cette propension au changement peut expliquer pourquoi des dirigeants se trouvant dans à une situation semblable, mais survenant à des époques différentes, peuvent adopter des comportements opposés.

10Si les facteurs socioculturels, politiques et économiques internes jouent un rôle important dans ce processus évolutif, les éléments externes semblent avoir une influence prépondérante. Ainsi, ce sont les bouleversements engendrés par chacune des deux guerres mondiales, ainsi que par la fin de la Guerre froide, qui expliquent la remise en question d’idées anciennes et l’émergence de nouvelles. Tous ces événements ont été autant d’occasions de réévaluer la place du Canada dans le monde et de tirer les leçons de l’influence que peut exercer le pays sur son environnement. L’organisation de ce chapitre reflète bien l’importance des facteurs externes, puisque l’on peut associer chaque idée dominante à une période spécifique dans l’évolution du système international : l’entre-deux-guerres, la Guerre froide et l’après-Guerre froide.

11Toutefois, les idées n’apparaissent et ne disparaissent pas d’un coup ; elles suivent plutôt un long cycle d’émergence, de prédominance et de déclin, si bien que deux d’entre elles peuvent coexister, l’une en phase de déclin, l’autre en émergence. L’imperceptibilité de ce cycle, combinée à l’état le plus souvent latent des idées dominantes, complique sérieusement, surtout en période d’ascension et de déclin, l’observation, la tâche des chercheurs désireux d’établir une distinction claire entre différents discours. Ainsi, une idée que l’on croyait disparue pourrait subitement se manifester à nouveau, si sa phase de déclin n’était pas terminée. Comme nous le verrons plus loin, le gouvernement de Louis Saint-Laurent découvrit au lendemain de la crise de Suez (1956) que l’attachement affectif à l’Angleterre était encore bien ancré au Canada anglais. De même, il est impossible, pour ceux qui notent l’émergence d’une idée, de déterminer si elle deviendra effectivement dominante.

12Enfin, une troisième difficulté réside dans le sens à donner au terme « dominante », qui désigne un constat selon lequel une idée est largement répandue parmi l’élite politique et la population. Ceci ne signifie pas pour autant qu’elle recueille l’unanimité. Il y a toujours eu et il y aura toujours – heureusement – des voix dissidentes qui s’élèvent pour critiquer ou remettre en question ces idées dominantes, et parfois pour proposer des solutions de rechange. Par exemple, le mouvement pacifiste canadien a souvent posé un regard critique sur certaines politiques associées à l’internationalisme, comme la participation à l’OTAN. En fait, chacune de ces idées a engendré son contraire, et c’est le choc entre les idées dominantes et leur antithèse qui rend le processus politique dynamique.

13Les idées dominantes étudiées ici concernent essentiellement les éléments sur lesquels le gouvernement devrait s’appuyer pour conduire les relations du Canada avec le reste du monde. Trois ensembles de valeurs, de croyances et de principes opérationnels peuvent mériter le titre d’idées dominantes au XXe siècle. Tout d’abord, l’impérialisme, largement répandu avant la Première Guerre mondiale, est un mélange d’attachement sentimental, économique et juridique à l’Empire britannique. Ensuite, l’isolationnisme, qui s’impose après la Première Guerre mondiale, suppose que les intérêts nationaux sont mieux servis par une politique de non-engagement ou de repli, qui consiste à éviter toute obligation internationale. Ce concept est généralement associé aux politiques adoptées par les États-Unis pendant l’entre-deux-guerres, mais l’isolationnisme pratiqué par le Canada présente certains traits distinctifs. Enfin, l’internationalisme, l’antithèse de l’idée précédente, repose sur le postulat selon lequel les intérêts de l’État sont mieux servis quand celui-ci joue un rôle actif à l’étranger, et tout particulièrement lorsqu’il contribue à l’établissement et au maintien de l’ordre international – ce qui signifie accepter plus de responsabilités et d’engagements. L’internationalisme a largement teinté la politique du Canada tout au long de la Guerre froide, et a même su s’adapter au nouvel environnement créé par la disparition des régimes socialistes d’Europe de l’Est en 1989-1991. La fin de la Guerre froide a certainement permis l’émergence de nouvelles idées, comme le concept de sécurité humaine ou les projets régionalistes, mais le véritable rival de l’internationalisme semble aujourd’hui être le continentalisme. Celui-ci, qui a pris corps au cours du débat sur le libre-échange dans la seconde moitié des années 1980, est, selon certains, le guide le plus sûr dans le contexte créé par les attentats du 11 septembre 2001.

RÉSUMÉ DES QUATRE PRINCIPALES IDÉES DOMINANTES
A. IMPERIALISME
Postulats
• Le Canada est membre de l’Empire britannique.
• Les Canadiens (anglais) appartiennent à la même civilisation que les Bri tanniques.
• La sécurité du Canada est assurée par son appartenance à l’Empire.
Aspects normatifs
• Le Canada doit contribuer aux guerres menées par l’Empire.
• Le Canada doit soutenir l’Empire.
• Le Canada doit éviter les engagements internationaux qui risquent d’affaiblir ses liens avec l’Empire.
B. ISOLATIONNISME
Postulats
• Le Canada est un État indépendant.
• Les engagements internationaux risquent de contraindre le Canada à participer à des guerres outre-mer contre son gré.
• Le Canada et les États-Unis ne poursuivent pas le même type de politique que les États européens.
Aspects normatifs
• Le Canada doit rester à l’écart des conflits internationaux.
• Le Canada doit refuser les engagements contraignants.
• La politique étrangère ne doit pas mettre en péril l’unité nationale.
• Le Canada doit se démarquer de l’Angleterre.
C. INTERNATIONALISME
Postulats
• Les valeurs libérales doivent guider l’action politique internationale.
• Le Canada est une puissance moyenne qui a des intérêts internationaux à promouvoir.
• Le Canada est membre de grands ensembles, comme l’Occident, ou même citoyen du monde.
• Promotion des valeurs libérales : démocratie, justice sociale, paix, égalité.
Aspects normatifs
• Responsabilité.
• Contribution aux institutions internationales multilatérales.
• Diplomatie très active.
• Primauté du droit international.
• Rôle de médiateur, de bridge-builder, de champion du maintien de la paix.
• Affirmation de l’indépendance et du caractère distinctif du Canada et recherche d’un contrepoids aux États-Unis.
D. CONTINENTALISME
Postulats
• Le Canada est une puissance majeure (ou prépondérante).
• Les États-Unis sont, sur presque tous les plans, le principal partenaire du Canada.
• La prospérité du Canada passe par le maintien de l’accès au marché américain.
Aspects normatifs
• Mettre en place des institutions permettant de gérer le commerce avec les États-Unis.
• Éviter que d’éventuelles faiblesses du Canada ne mettent en péril la sécurité des États-Unis.
• Le Canada doit soutenir les engagements internationaux des États-Unis.

L’IMPÉRIALISME

14Les grands empires, en tant que modèles d’organisation politique rassemblant sous l’autorité d’une métropole des nations diversifiées tant sur le plan culturel que géographique, ont graduellement disparu au cours du XXe siècle, alors que s’affirmait le principe d’autodétermination des peuples. Cependant, au XIXe siècle, ce modèle, largement répandu, était perçu comme légitime. Beaucoup, à cette époque, estimaient que ce type de gouvernement pouvait répondre à la fois aux principes d’autodétermination et de maintien d’une unité politique centralisée ayant autorité par-delà les limites des continents et des nations, et agissant comme un bloc monolithique dans la conduite des relations avec les autres autorités souveraines.

15Au XIXe siècle, l’impérialisme était l’élément central de la relation entre le Canada et l’Angleterre. Le premier n’était qu’une composante d’une organisation politique et économique plus vaste au centre de laquelle se trouvait la seconde. Il avait toute latitude pour se gouverner lui-même en matière de politique intérieure, mais, sur le plan extérieur, il était – en théorie, mais pas toujours en pratique – soumis à l’autorité du gouvernement impérial de Londres. L’allégeance politique formelle était donc toujours double : la loyauté au Canada en tant que communauté politique distincte allait de pair avec la loyauté à la Couronne et à l’Empire.

  • 7 Carl Berger, The Sense of Power. Studies in the Ideas of Canadian Imperialism 1867-1914, Toronto, (...)
  • 8 S. F. Wise et Robert Craig Brown, Canada Views the United States. Nineteenth-Century Political Att (...)

16Comme nous l’avons vu au chapitre 3, pour beaucoup de Canadiens, la loyauté à l’Empire allait bien au-delà de cette allégeance juridique à la Couronne. C’était aussi une question de sentiment – un attachement au pays natal, que les Canadiens d’origine britannique aimaient qualifier de « mère patrie ». Cependant, cette fierté, cet amour pour l’Angleterre et pour tout ce qui était britannique n’étaient pas simplement une affaire de patriotisme, puisque ceux qui montraient tant d’attachement à l’Empire se révélaient parfois être aussi d’ardents nationalistes canadiens7. L’impérialisme était plutôt un « amour de l’Empire » (avec un E majuscule), un attachement affectif aux formes différentes : l’esprit évangéliste associé au « fardeau de l’homme blanc » de Rudyard Kipling ; une loyauté au peuple anglo-saxon, souvent exprimée de façon ouvertement raciste, notamment à l’endroit des Canadiens français ; un attachement à l’idéologie politique et aux institutions britanniques, souvent en réaction aux valeurs dominantes aux États-Unis8 ; ou encore un sentiment militariste et belliciste, dans la tradition populaire du chauvinisme britannique, teinté de la fierté d’appartenir à une communauté puissante et si étendue que le soleil ne s’y couchait jamais. En fait, c’était à la fois un mélange de tous ces éléments, sans en être aucun en particulier.

  • 9 Cité dans Desmond Morton, Une histoire militaire du Canada 1608-1991, Montréal, Septentrion, 1992, (...)

17L’impérialisme, en tant qu’idée dominante de la politique étrangère canadienne, a connu une ascension rapide, pour atteindre son apogée au moment de la guerre des Boers, en Afrique du Sud (1899-1901). Pourtant, en 1885, l’idée n’était pas encore suffisamment ancrée pour forcer les décideurs politiques à s’y soumettre. Lorsque le gouvernement britannique dut affronter l’insurrection du Mahdi du Soudan, les colonies australiennes offrirent aussitôt d’envoyer leurs propres contingents. Mais Sir John A. Macdonald ne se sentit nullement obligé de se joindre à la réaction émotive suscitée par la mort du général Charles Gordon « Pacha » à Khartoum. Il écrivit au haut-commissaire représentant le Canada à Londres qu’il n’enverrait pas de troupes au Soudan : « Nous sacrifierions donc nos hommes et notre argent pour tirer Gladstone et compagnie de l’abîme où ils se sont enfoncés par leur propre imbécillité9. » Toutefois, quelque 400 Canadiens, dont plusieurs bûcherons francophones et amérindiens des environs de Montréal, furent finalement autorisés à servir dans la flottille qui remonta le cours du Nil en 1885.

  • 10 John W. Holmes, op. cit. (1966), p. 206.
  • 11 Carl Berger, op. cit. (1970), p. 120-127; James Eayrs, « The Round Table Movement in Canada, 1909- (...)

18Quatorze ans plus tard, lors de la guerre des Boers, Laurier ne put adopter une telle attitude. À cette époque, le sentiment au Canada anglais s’était durci, fouetté par les grands journaux et intoxiqué par ce que John W. Holmes a qualifié d’« hallucinations du jubilé de l’impérialisme10 ». Le projet d’institutionnalisation de l’Empire commençait à faire son chemin, stimulé par l’euphorie entourant les célébrations du 60e anniversaire du règne de la reine Victoria en 1897. Dans l’esprit de l’Imperial Federation League et de ses successeurs – la British Empire League et le Round Table Movement –, l’Empire pouvait être transformé en une fédération multinationale fondée sur les principes démocratiques libéraux et l’instauration d’un gouvernement responsable. Ces organisations proposèrent d’établir un gouvernement représentatif élu par les sujets de Sa Majesté outre-mer, ayant autorité pour prendre des décisions pour l’Empire dans son ensemble, mais responsables devant l’Empire tout entier11. Une telle idée était vouée à s’embourber dans les contradictions inhérentes à l’arrangement impérial, les Britanniques n’étant guère enthousiastes à l’idée de partager l’autorité politique avec une quelconque colonie autonome, et encore moins avec des peuples qui n’avaient rien de britanniques et qui étaient communément considérés comme incapables de se gouverner.

  • 12 Sur les politiques commerciales du Canada au temps de l’Empire, voir Michael Hart, A Trading Natio (...)

19Sur le plan économique, le lien avec la métropole britannique a longtemps signifié que les produits canadiens pouvaient facilement être écoulés sur les marchés à l’intérieur des limites de l’Empire, protégés de la concurrence des autres États par des mesures protectionnistes. Toutefois, au milieu du XIXe siècle, l’abandon des politiques mercantilistes par les Britanniques et leur conversion au libre-échange devaient priver les Canadiens de ce marché privilégié12. Dès cette époque, le commerce entre le Canada et les États-Unis se mit à croître au détriment de celui avec l’Angleterre. Ainsi, en termes économiques, l’impérialisme n’avait alors plus la signification ni les conséquences que l’on pourrait croire.

  • 13 Stéphane Roussel, The North American Democratic Peace : Absence of War and Security Institution-Bu (...)
  • 14 J. L Granatstein, « The Conservative Party and the Ogdensburg Agreement », International Journal, (...)

20Cependant, sur le plan politique et militaire, l’impérialisme était porteur d’un certain nombre de postulats et de principes normatifs. Ainsi, l’appartenance du Canada à l’Empire a longtemps été le principal garant de la sécurité canadienne. Il est possible d’affirmer, même si cela est contesté13, que c’est grâce à la puissance militaire britannique que le Canada n’a pas été absorbé par les États-Unis. Toutefois, cette garantie de sécurité comporte une contrepartie : si l’Empire protège le Canada, les Canadiens doivent aussi contribuer à la défense de l’Empire. C’est ainsi qu’ils seront aspirés dans la guerre des Boers (1899-1901) et la Première Guerre mondiale, et qu’ils seront appelés à constituer une marine destinée essentiellement à appuyer la Royal Navy (1904-1910). Enfin, l’impérialisme signifiait que les Canadiens devaient s’abstenir de toute initiative qui devait mettre en péril les liens privilégiés avec l’Angleterre. Par exemple, en 1940, alors que tout indiquait que l’Angleterre allait succomber sous les coups de l’armée allemande, le premier ministre Mackenzie King devait s’entendre avec le président américain Franklin D. Roosevelt pour créer la première institution de défense bilatérale canado-américaine. Malgré l’urgence de la situation, il n’en fallut pas plus pour que les conservateurs dénoncent l’entente, car elle signifiait que la sécurité du Canada allait désormais être liée à celle des États-Unis, et non plus à celle de l’Empire14.

21Au tournant du XXe siècle, le sentiment impérialiste, alors à son zénith, commence à se heurter à deux obstacles. Tout d’abord, cette idée était fondamentalement incompatible avec la dualité politique canadienne. S’il était relativement facile aux Canadiens d’origine britannique de s’accommoder du paradoxe de la double allégeance, celle-ci ne convenait pas à l’ensemble de la société canadienne, déjà divisée par des querelles linguistiques, raciales et religieuses. L’impérialisme n’éveillait que peu d’échos chez les Canadiens français, comme l’exprimait Bourassa en 1917.

  • 15 H. Bourassa, cité dans Joseph Levitt (dir.), Henri Bourassa on Imperialism and Biculturalism, 1900 (...)

Les Canadiens français sont loyaux envers la Grande-Bretagne et ont de l’amitié pour la France ; mais ils ne reconnaissent à aucun de ces pays ce qui, dans d’autres pays, est considéré comme le devoir national fondamental : l’obligation de prendre les armes et de se battre [...]. Le seul problème avec les Canadiens français est qu’ils sont les seuls vrais Canadiens « sans trait d’union ». Les Canadiens d’origine britannique, sous l’emprise de l’impérialisme britannique, sont devenus plutôt perturbés dans leur allégeance [...] Les Canadiens français sont restés, et veulent rester, exclusivement des Canadiens15.

  • 16 Mgr Bégin, cité par Robert J. D. Page (dir.), Imperialism and Canada, 1895-1903, Toronto, Holt, Ri (...)

22Ceci ne signifiait pas pour autant que les élites canadiennes françaises rejetaient catégoriquement l’appartenance à l’Empire, ni la fidélité que cela impliquait. En fait, il est clair que ces élites locales, et tout particulièrement l’Église catholique, ont joué un rôle clé dans le maintien de l’allégeance à l’Angleterre. « La loyauté pour les enfants de l’Église du Christ n’est pas affaire de sentiment, écrivait l’archevêque de Québec aux fidèles de Montréal en 1900, c’est un devoir sérieux et strict de la conscience, dérivé d’un principe sacré. » Écrivant ces mots au moment de la guerre des Boers, Mgr Bégin se sentit obligé d’ajouter : « Il serait impossible de trouver [...] une succession d’hommes, qui ont démontré plus de loyauté que les évêques, [et] le clergé du Québec16. » Mais, comme le laissait entendre Bourassa, de tels mots étaient dictés par des sentiments bien différents à l’égard de l’Empire ; en fait, il s’agissait beaucoup plus de protéger un ordre social et politique qui permettait la mainmise du clergé sur la société canadienne française.

  • 17 Cité dans Joseph Levitt, op. cit., p. 64.

23L’impérialisme recélait une seconde contradiction : l’adhésion à l’Empire se heurtait au désir de constituer un gouvernement autonome, désir partagé tant par les anglophones que les francophones. De manière formelle, ni le gouvernement ni le peuple n’avaient leur mot à dire dans la décision la plus importante que puisse prendre une communauté : celle d’entrer en guerre. En 1912, Bourassa s’adressait au Canadian Club en ces termes : « Les sept millions de Canadiens ont moins de poids dans les décisions de l’Empire, légalement et dans les faits, qu’un simple balayeur de rue de Liverpool. [...] [Lui], au moins, a le privilège de voter pour ou contre l’administration de cet Empire17. »

24Aussi longtemps que l’Empire – et par conséquent le Canada – était en paix, ces contradictions ne posaient pas de problème. Mais en temps de guerre, elles éclataient au grand jour. La guerre des Boers fut la première occasion d’observer l’attitude des Canadiens lorsque vint le temps de contribuer effectivement à la défense de l’Empire – même si les intérêts en jeu étaient si lointains qu’ils n’affectaient en rien le Canada. Mais ces événements furent surtout l’occasion de démontrer le poids des contradictions que faisait naître l’impérialisme.

  • 18 Desmond Morton, Une histoire militaire du Canada 1608-1991, Montréal, Septentrion, 1992, p. 168-17 (...)
  • 19 Carman Miller, Painting the Map in Red : Canada and the South African War, 1899-1902, Montréal/Kin (...)
  • 20 Cité dans C. P. Stacey, Canada and the Age of Conflict. A History of Canadian External Policies (v (...)
  • 21 Voir James I. W. Corcoran, « Henri Bourassa et la guerre sud-africaine », Revue d’histoire de l’Am (...)

25En 1899, le gouvernement de Sir Wilfrid Laurier autorisa à contrecœur l’envoi de volontaires en Afrique du Sud, en réponse à une demande d’aide implicite du gouvernement impérial de Londres18. Les esprits étaient surchauffés : au Canada anglais, le chauvinisme était porté à son paroxysme et les jeunes gens se pressaient aux centres de recrutement pour se porter volontaires. Comme l’a démontré Carman Miller, cette ferveur a été fouettée par une campagne de presse bien orchestrée dans les journaux anglophones, qui regorgeaient d’articles enthousiastes et pompeux exhortant à l’action19. John Willison, l’éditeur du Globe, un journal libéral, signifia à Laurier que le choix du gouvernement était simple : « Soit envoyer des troupes, soit perdre le pouvoir20. » Henri Bourassa, alors député, osa critiquer la politique belliciste du gouvernement britannique en Afrique du Sud, ce qui lui valut d’être hué au Parlement et qualifié de traître par la presse21. Les Canadiens français réagirent avec colère, en tenant des manifestations violentes dans les rues et en profanant symboliquement l’Union Jack. Malheureusement pour le gouvernement canadien, cet épisode ne constituait qu’une répétition sans envergure en comparaison de ce qui devait se passer une quinzaine d’années plus tard, au cours de la Première Guerre mondiale, et qui allait précipiter la phase de déclin de l’impérialisme au Canada.

26L’attachement sentimental à l’Empire britannique explique, en partie, la volonté des Canadiens d’entrer en guerre en août 1914. Il est vrai que ce fut le roi, conseillé par ses ministres à Londres, et non pas Ottawa, qui déclara la guerre à l’Allemagne. Comme l’avait dit Bourassa, le Canada n’avait pas voix au chapitre. Lorsque l’Angleterre entra en guerre, l’Empire tout entier, ipso facto, entra en guerre. Mais la grande majorité des Canadiens anglais ne se souciaient pas de ce genre de subtilité, et, eurent-ils été consultés, le résultat aurait été le même : ils se seraient rangés du côté de la mère patrie – contrairement aux Canadiens français qui ne voyaient pas d’intérêt à participer à cette guerre européenne.

  • 22 Cité dans Donald G. Creighton, Canada’s First Century, Toronto, Macmillan, 1970, p. 145.

27Cette guerre était sans précédent. Au bout de quelques mois, les adversaires occupaient une ligne de tranchées qui s’étendait de la Suisse à la Manche, s’échangeant autant d’obus que la production de munitions le leur permettait, et lançant de nombreuses offensives afin d’arriver à percer les lignes ennemies – sans grand résultat, mais au prix de pertes catastrophiques. Le problème, pour les Dominions, venait de ce que Londres leur demandait de contribuer à l’effort de guerre en fournissant hommes et argent, sans toutefois leur permettre de se prononcer sur la conduite des opérations, ce que David Lloyd George, le premier ministre britannique, devait reconnaître en décembre 1916 : « Les Dominions ont fait d’énormes sacrifices, mais nous n’avons tenu aucune conférence avec eux, ni sur les buts de la guerre, ni sur la façon de la mener. Ils peuvent difficilement avoir l’impression qu’ils ont été consultés22. » Plus la liste des victimes s’allongeait, plus l’enthousiasme de la fin de l’été 1914 s’évanouissait – ce que Robert Borden et son gouvernement de coalition unioniste devaient admettre en observant le résultat des élections de décembre 1917 : les unionistes avaient gagné les élections par une nette majorité, mais le vote populaire, surtout parmi les civils, montra des secteurs de dissension significatifs en Ontario, au Québec et dans les Maritimes.

  • 23 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la Co (...)

28La nature et la durée de cette guerre eurent une autre conséquence. À la fin de 1916, la guerre de tranchées avait décimé les effectifs de volontaires. Borden devait faire un choix entre réduire la contribution canadienne en s’en tenant à l’envoi de volontaires ou la maintenir en imposant la conscription. Les Canadiens français, dans l’ensemble, partageaient peu l’émotion qui avait suscité l’enrôlement volontaire au Canada anglais et sentaient leurs intérêts sérieusement menacés à l’idée d’être forcés d’aller combattre pour la cause des Anglais. Les conservateurs firent les frais de leur colère aux élections de décembre 1917 – une colère qui continua à se manifester dans de nombreuses élections subséquentes, jusqu’à la fin des années 195023. Ces intérêts divergents et sectaires provoquèrent des flambées de violence (particulièrement au Québec, au cours de la fin de semaine de Pâques 1918), et un long ressentiment. Ainsi, en plus de mettre à rude épreuve les relations entre l’Empire et le Dominion, la guerre révéla les profonds clivages qui existaient à l’intérieur du pays.

29Les tensions engendrées par la guerre entraînèrent le déclin de l’impérialisme et l’émergence de l’isolationnisme, qui constitue un autre ensemble d’idées sur la nature des relations que devrait entretenir le Canada avec l’étranger. Mais avant d’en arriver là, il convient de s’arrêter sur l’autonomisme, que l’on distinguait de l’idée d’indépendance qui semblait inappropriée dans le contexte canadien. L’autonomisme correspondait plutôt à un désir de contrôler tous les aspects de la politique du pays, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et constituait donc le prolongement naturel de l’autonomie en matière de politique intérieure obtenue avec la Confédération de 1867. Si cette idée semblait peu convaincante avant 1914, le désastre de la guerre devait la rendre très populaire. Au sein même du gouvernement, Borden insista pour que le Canada ait son mot à dire dans la conduite de la guerre, qu’il ait une représentation distincte à la Conférence de la paix, et qu’il dispose de sa propre délégation à la Société des Nations. Que de telles initiatives n’aient pas attiré les foudres des impérialistes témoigne bien de la transition en cours à cette époque.

30En fait, ce furent les demandes formulées par les gouvernements des Dominions – en particulier celles du Canada et de l’Afrique du Sud – pendant et après la Grande Guerre qui menèrent à la transformation de l’Empire en Commonwealth. En effet, la souveraineté de facto des Dominions entrait en contradiction avec la subordination constitutionnelle de jure que supposait le lien impérial. Une série de conférences aboutit, en 1926 à l’adoption du rapport du comité des relations interimpériales, présidé par le comte de Balfour. Selon ce texte, les Dominions

  • 24 Cité dans Jean-Charles Bonenfant, « Le développement du statut international du Canada », dans Pau (...)

sont des communautés autonomes dans l’Empire britannique, d’un statut égal, aucune n’étant subordonnée à l’autre sous aucun aspect de leurs affaires intérieures ou extérieures, bien qu’elles soient unies par une allégeance commune à la Couronne et librement associées comme membres de la communauté des nations britanniques24.

31L’essentiel du rapport du comité Balfour fut enchâssé dans le Statut de Westminster de 1931, qui mettait officiellement fin au lien impérial.

  • 25 Donald Page, « The Institute’s “Popular” Arm : The League of Nations Society in Canada », Internat (...)

32Il faut cependant noter que l’autonomisme grandissant des années 1920 n’a pas fait subitement disparaître les sentiments qui avaient attisé l’enthousiasme pour la guerre en 1914. Le sentiment impérialiste persistait, en particulier en Colombie-Britannique, dans le sud de l’Ontario et dans les Maritimes. Les quotidiens se faisaient l’écho de ces idées et contribuaient ainsi à leur diffusion25. Ainsi, à la fin des années 1930, les sentiments d’attachement à l’Angleterre étaient encore très vifs en dépit de la liberté constitutionnelle consacrée par le Statut de Westminster. Pour la majorité des Canadiens, le soutien à l’Angleterre pendant la Deuxième Guerre mondiale allait de soi. Comme l’ont fait remarquer J. L. Granatstein et Robert Bothwell, ce soutien « relevait avant tout d’un devoir moral et, éventuellement d’un devoir politique, s’il en était un. [...] Une fois acquise, l’autonomie devenait comme le libre arbitre : elle ne servait qu’à mettre en valeur la vertu du choix. » Et les auteurs rappellent la célèbre boutade de Stephen Leacock, qui écrivait en juin 1939 :

  • 26 Leacock, cité dans J. L. Granatstein et Robert Bothwell, « “A Self-Evident Duty” : Canadian Foreig (...)

Si vous demandez à un Canadien : « Devez-vous entrer en guerre si la Grande-Bretagne entre en guerre ? », il va vous répondre sans hésiter : « Bien sûr que non. » Si vous lui demandez ensuite : « Entrerez-vous en guerre si la Grande-Bretagne entre en guerre ? », il va répondre : « Bien sûr que oui. » Et si vous lui demandez pourquoi, il répondra, d’un air songeur : « Bien, vous savez, parce qu’il le faut »26.

  • 27 Sur la crise de Suez, voir Robert W. Reford, « Peacekeeping at Suez, 1956 », dans Don Munton et Jo (...)
  • 28 Cité dans James Eayrs, Canada in the World Affairs, vol. 9: October 1955 to June 1957, Toronto, Ox (...)

33On peut mesurer la persistance de l’attachement des Canadiens à l’Angleterre, bien qu’il se soit atténué, lors de la crise de Suez de 1956. Après la nationalisation du canal de Suez par le président Gamel Abdel Nasser, en juillet, Israël lança une offensive contre l’Égypte le 29 octobre. Deux jours plus tard, les Britanniques et les Français menèrent des attaques conjointes, ce qui jeta un froid entre Washington et ses deux plus grands alliés européens, et consterna Ottawa27. Pearson tenta de négocier une solution de compromis à l’ONU et finit par obtenir l’adoption de résolutions qui permirent à la Force d’urgence des Nations Unies (FUNU I) de s’interposer entre les belligérants. Au cours d’un débat d’urgence à la Chambre des communes, Saint-Laurent se déclara « scandalisé » par ceux qu’il appelait sarcastiquement « les surhommes de l’Europe », tandis que Pearson rappelait que le Canada n’était pas « un enfant de chœur colonial qui court en tous sens en criant : Ready, aye, ready28 ».

  • 29 Cité dans C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 30.
  • 30 Chambre des communes, Débats, 4e session, 12e législature (session spéciale), 19 août 1914, p. 10.
  • 31 « C’est le droit et le devoir de l’Angleterre, et de chacune de ses colonies d’être prêtes, oui, p (...)

34Le choix des mots et le ton sarcastique de Pearson ne sont pas innocents. L’expression Ready, aye, ready (souvent traduite en français par « Prêts, oui, prêts », elle perd l’essentiel de sa saveur...) était utilisée depuis longtemps pour exprimer le soutien à l’Empire. L’expression fut popularisée par Arthur Meighen en 1922. Le gouvernement libéral de Mackenzie King avait refusé de promettre un appui aux Britanniques alors engagés dans la crise de Tchanak en Turquie, et Meighen, le chef de l’opposition conservatrice, avait critiqué l’attitude de King en affirmant que « lorsque le message est arrivé de l’Angleterre, le Canada aurait dû répondre : Ready, aye, ready ! Nous sommes avec vous29 », ce qu’allaient lui reprocher bien des gens. L’expression fut par la suite associée à la tendance des conservateurs à placer les intérêts de l’Angleterre et de l’Empire au-dessus de ceux du Canada, même si les libéraux l’utilisaient eux-mêmes depuis longtemps. Les mots employés par Meighen en 1922 étaient pratiquement identiques à ceux utilisés en août 1914 par Laurier, alors qu’il était chef de l’opposition libérale, et qu’il exprima son appui à la déclaration de guerre faite à l’Allemagne : « Le Canada, rejeton de la vieille Angleterre, entend la défendre dans cette formidable lutte. Nous répondrons aussitôt à l’appel par la formule classique usitée en Angleterre : “Ready, Aye, Ready30. » En fait, Laurier s’était fait l’écho de Sir George E. Foster, un parlementaire conservateur qui avait employé l’expression en janvier 189631. Mais lorsque Pearson reprit ces mots en 1956, il les utilisait de façon péjorative, visaient directement les conservateurs et tous ceux qui voulaient définir la politique canadienne en fonction des intérêts britanniques.

  • 32 Dans Peter Stursberg (dir.), Lester Pearson and the American Dilemma, Toronto, Doubleday, 1980, p. (...)
  • 33 Voir James Eayrs, op. cit. (1959), p. 188, note no 50.

35Le refus du gouvernement Saint-Laurent de venir en aide à l’Angleterre lors de la crise de Suez – contrairement à l’Australie et à la Nouvelle-Zélande – gênait certains Canadiens anglais. Le Globe and Mail fit paraître une série d’éditoriaux dénonçant cette décision. Le député conservateur et futur ministre des Affaires extérieures sous le gouvernement Diefenbaker, Howard Green, attaqua Saint-Laurent pour avoir critiqué « nos deux mères patries », et avoir « poignardé dans le dos nos meilleurs amis32 ». Même le vénérable Arthur Meighen reprit brièvement du service pour donner une version actualisée de son célèbre discours de 192233. Quant à John Diefenbaker, il se servit de cet incident pour marquer des points durant la campagne électorale de 1957, particulièrement en Ontario et dans les Maritimes.

36La crise de Suez devait être l’ultime sursaut de l’impérialisme au Canada, et pour la dernière fois, la question de « l’appui à l’Angleterre » allait constituer un enjeu de la politique étrangère. Un vague sentiment probritannique devait persister, mais, en 1960, les relations avec Londres avaient perdu de leur intensité. Si bien que, lorsque Brian Mulroney croisa le fer avec Margaret Thatcher à propos des sanctions à appliquer contre l’Afrique du Sud au milieu des années 1980, il n’y eut aucune réaction positive envers l’Angleterre. L’impérialisme s’était bel et bien éteint.

L’ISOLATIONNISME

  • 34 Jean-Charles Bonenfant, op. cit.

37L’autonomisme n’a jamais été reconnu comme une idée dominante, car il a rapidement perdu sa raison d’être, victime de son propre succès. Avec la promulgation du Statut de Westminster, le Canada a acquis les principaux attributs juridiques de la souveraineté34. Il ne restait plus qu’à les exercer en élaborant une politique autonome. C’est dans ce contexte que s’impose l’isolationnisme, la seconde idée dominante dans l’évolution de la politique étrangère canadienne.

  • 35 Alexander de Conde, Entangling Alliance, Durham, Duke University Press, 1958.

38L’isolationnisme pratiqué par le Canada durant l’entre-deux-guerres s’inspire, sous certains aspects, du concept formulé aux États-Unis. Depuis 1789, l’isolationnisme était un principe solidement ancré dans la conduite de la politique étrangère américaine. Il consistait essentiellement à éviter de se mêler de ce qui se passait en Europe et à ne jamais contracter d’alliance. Il ne s’agissait pas tant de se replier en Amérique du Nord, mais de se tenir loin des rivalités entre grandes puissances européennes et des guerres qui en résultaient. En ce sens, l’isolationnisme n’a jamais empêché les États-Unis d’intervenir dans d’autres régions, notamment en Amérique latine, dans les Caraïbes ou en Asie ; il était surtout teinté d’une forte dose d’unilatéralisme. L’isolationnisme mettait en pratique l’avertissement donné par George Washington aux Américains dans son discours d’adieu en 1796 et consistait à éviter, comme le disait Thomas Jefferson, « de s’empêtrer dans des alliances », lesquelles ne manqueraient pas de plonger la jeune république dans le maelström des relations internationales, et de la dépouiller de sa toute nouvelle indépendance35. Ainsi, même s’ils étaient entrés en guerre en 1917, les Américains étaient vite revenus à leur attitude traditionnelle. En 1919-1920, le Sénat refusait de ratifier le traité de Versailles et empêchait ainsi les États-Unis de devenir membres de la SDN.

  • 36 Sur les traits de l’isolationnisme canadien, voir David G. Haglund, « Le Canada dans l’entre-deux- (...)
  • 37 Sir Wilfrid Laurier et Henri Bourassa, pourtant adversaires politiques, avaient coutume de faire r (...)
  • 38 David G. Haglund, op. cit. (2002-2003), p. 9-10 ; Haglund, op. cit. (2000), p. 737-738.

39L’isolationnisme qui se manifesta au Canada entre 1919 et 1939 présentait des points communs avec les idées en vogue aux États-Unis, malgré des fondements différents36. Il n’existait pas, à proprement parler, de tradition isolationniste au Canada, même si, avant la guerre, certains cultivaient des opinions semblables à celles des Américains à l’égard de la politique de puissance menée par les gouvernements européens37. Ainsi, après la Première Guerre mondiale, l’isolationnisme représentait encore quelque chose de nouveau dans la vie politique canadienne. Et, alors que les Américains refusaient en 1919 d’adhérer à la Société des Nations, le Canada insistait pour en être membre38.

  • 39 John Keegan, The First World War, Toronto, Key Porter Books, 1998, p. 6.
  • 40 Chiffres tirés de C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 192 et 235 ; et de Desmond Morton, Canada at W (...)

40Cette conversion des Canadiens est directement liée à leur participation à la guerre. Bien que les pertes subies par les troupes canadiennes et américaines furent moins importantes que celles des États européens39, elles étaient suffisamment lourdes pour frapper les esprits les plus endurcis. Les États-Unis déplorèrent plus de 90 000 morts en un an et demi de combat. Toutes proportions gardées, le Canada, qui combattait depuis 1914, subit des pertes neuf fois plus élevées. En 1916, la population du Canada se situait à environ 8 000 000 d’individus. De ce nombre, plus de 619 000 furent enrôlés, dont 446 000 volontaires. Et des 425 000 qui furent envoyés en Europe, 230 000 furent inscrits sur la liste des victimes, soit un quart des hommes en âge de servir. De ce nombre, 60 661, soit près de 0,8 % de la population, furent tués au combat. Et parmi les survivants, 34 000 durent recevoir des membres artificiels, tandis que 60 000 eurent droit à des pensions d’invalidité40.

41Ce carnage devait inciter les Canadiens à ressentir à leur tour ce qu’était le fondement de l’isolationnisme américain : une aversion profonde pour la politique européenne. Cette similitude apparaît clairement dans le discours de certains politiciens, comme celui du député québécois C. G. « Chubby » Power, qui déclara, lors d’un débat sur le traité de Versailles, en septembre 1919 :

  • 41 Chambre des Communes, Débats, 3e session, 13e législature, 11 septembre 1919, p. 234.

Notre attitude d’ici à un siècle doit être celle-là même dictée par George Washington aux États-Unis pour la gouverne de ses compatriotes : renoncer entièrement à toute immixtion dans les affaires de l’Europe [...] Je crois que le peuple canadien approuverait cette ligne de conduite, c’est-à-dire de laisser l’Europe être l’arbitre de ses propres destinées, pendant que nous, en Canada, consacrant nos forces à nos propres affaires, entreprendrons paisiblement notre développement41.

42Le ton pouvait parfois être brutal ; en 1920, à la toute première conférence de la Société des Nations, le représentant du Canada, N. W. Rowell, fulminait contre les Européens :

  • 42 Cité dans James Eayrs, « “A Low Dishonest Decade” : Aspects of Canadian External Policy, 1931-1939 (...)

C’est la politique européenne, la diplomatie européenne, l’ambition européenne, qui ont plongé le monde dans un bain de sang. 50 000 Canadiens gisant sous la terre de France et des Flandres, voilà le prix que le Canada a payé à la diplomatie européenne, pour tenter de résoudre les problèmes européens42.

43Le mécontentement se concentra en grande partie sur la Société des Nations, à Genève. Ce sentiment trouvait sa source dans les dispositions sur la sécurité collective, et en particulier l’article X de la Convention, qui stipulait que :

Les membres de la Société s’engagent à respecter et à maintenir, contre toute agression extérieure, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de tous les membres de la Société. En cas d’agression, de menace ou de danger d’agression, le Conseil avisera par quels moyens assurer l’exécution de cette obligation.

  • 43 Chambre des communes, Débats, 3e session, 13e législature, 9 septembre 1919, p. 149.
  • 44 Ibid., p. 143.
  • 45 Chambre des communes, Débats, 3e session, 13e législature, 10 septembre 1919, p. 160.

44Afin que la sécurité collective puisse fonctionner, l’article X entraînait comme recours ultime l’obligation de déclarer la guerre à tout agresseur, ce qui était considéré par plusieurs comme le meilleur moyen de replonger le Canada dans la tourmente – une crainte que résuma le député libéral C. A. Gauvreau : « Je vois dans cette Société des Nations [...] une source de troubles, de complications et de menaces internationales d’autant plus à craindre, qu’à l’heure actuelle, il y a en Europe trop de blessures que le temps ne pourra jamais cicatriser43. » Pendant le débat sur le traité de Versailles, plus d’un orateur reprit le thème soulevé par Lucien Cannon : « Je ne tiens pas à ce que l’Angleterre gouverne ce pays, mais j’aimerais mieux encore être gouverné par l’Angleterre que par Genève44. » Le lendemain, un autre député libéral, Rodolphe Lemieux, affirmait qu’« en matière militaire, nous sommes gouvernés d’ici même à Ottawa et non pas par Londres ; nous ne voulons pas que Genève nous gouverne45 ».

  • 46 Voir « The Geneva Protocol (Dandurand, 2 October 1924) », dans Walter A. Riddell (dir.), Documents (...)

45Loin des zones de conflit, les Nord-Américains percevaient les dispositions de la Société des Nations sur la sécurité collective comme une assurance fonctionnant au seul profit des Européens. Ce qui fut exprimé sous forme de métaphore par le sénateur Raoul Dandurand, lorsqu’il représentait le Canada à l’assemblée de la SDN, en 1924 : « Dans cette association d’assurance mutuelle contre le feu, les risques assumés par les différents États ne sont pas égaux. Nous habitons dans une maison à l’épreuve du feu, bien loin des matériaux inflammables46. » S’il n’y avait que peu de chances que les Européens soient appelés au secours du Canada, les Canadiens, eux, avaient toutes les raisons de croire qu’ils pourraient être forcés de retourner se battre en Europe.

  • 47 Stéphane Roussel, op. cit. (2004); Sean M. Shore, « No Fences Make Good Neighbors : The Developmen (...)
  • 48 Donald Barry, « The Politics of “Exceptionalism” : Canada and the United States as a Distinctive I (...)

46Les Nord-Américains – et c’est là un autre facteur qui explique pourquoi l’isolationnisme faisait de plus en plus d’adeptes des deux côtés de la frontière – avaient renoncé depuis longtemps à l’usage de la force dans leurs relations mutuelles47. La période qui précède et suit immédiatement la Première Guerre mondiale marque l’apogée de ce que l’on a appelé le « nord-américanisme » ou encore « l’exceptionnalisme », cette impression, que cultivaient certains Nord-Américains, d’être différents des Européens, en particulier en ce qui a trait à la résolution des conflits48. Cependant, le fait de se distancier des problèmes de l’Europe ne devait pas s’accompagner, pour les Canadiens, d’un rapprochement politique avec les États-Unis.

  • 49 Cité dans P. B. Waite, « French-Canadian Isolationism and English Canada : An Elliptical Foreign P (...)

47L’isolationnisme canadien se distinguait de celui des États-Unis par le fait que cette politique visait à préserver l’ordre politique intérieur et l’unité nationale, que la crise de la conscription de 1917-1918 avait mis à dure épreuve. L’isolationnisme était un sentiment peut-être plus naturel pour les Canadiens français, compte tenu de leur indifférence à l’égard de l’impérialisme. P. B. Waite a démontré que l’éloignement affectif de la France a amené les francophones à se définir en tant que peuple nord-américain, et non comme peuple européen. « Laissons l’Europe à ses heurts d’idées, à ses chocs de régimes, à ses querelles racistes », disait l’éditorial du journal Le Devoir en 1938. « Enracinons-nous au sol d’Amérique49. » Comme l’écrivait Léon Mercier Gouin, un avocat québécois, en 1937 :

  • 50 Cité dans Robert Bothwell et Norman Hillmer (dir.), The In-Between Time : Canadian External Policy (...)

Les Canadiens français sont favorables à l’isolement sous une forme ou une autre [...] Partant de ce principe, nous ne voulons pas que le Canada devienne une des polices du monde. Charité bien ordonnée commence par soi-même, dit le proverbe, et nous en avons bien assez avec nos problèmes intérieurs50.

  • 51 Cité dans P. B. Waite, op. cit. (1983), p. 136.

48L’isolationnisme opiniâtre des francophones était patent dans leur attitude face à l’éventualité d’une guerre européenne. « Notre mot d’ordre est net », affirmait l’Action nationale, un journal nationaliste, après l’invasion de l’Éthiopie par l’Italie en 1935. « Pas un homme, pas un sou, pas un fusil, pas une cartouche pour les guerres de l’Angleterre51. » Ainsi, la politique suivie par le gouvernement canadien visait, en partie, à éviter de rouvrir les blessures de 1917 et de renvoyer dos à dos les deux principales communautés linguistiques du pays. À ce peu d’affinité avec l’impérialisme s’ajoutait un autre facteur plus diffus et encore matière à controverse aujourd’hui, mais qui pourrait expliquer les réserves de certains face aux engagements en Europe : la sympathie que pouvait entretenir une partie de l’élite québécoise à l’égard du régime de Mussolini, que les accords du Latran (1929) avaient réconcilié avec le Vatican.

  • 52 Ibid.; Brian J. C. McKercher, op. cit. (1996).
  • 53 C. P. Stacey, op. cit. (1981), p. 164-165.

49L’isolationnisme canadien était aussi différent de celui des Américains sur un autre plan : il servait à bien marquer l’identité canadienne, en approfondissant et en marquant l’autonomie, récemment acquise, du Canada par rapport à l’Angleterre. En fait, à Londres, durant les années 1920 et 1930, plusieurs iront même jusqu’à douter que le Canada se porte au secours des Britanniques si un nouveau conflit devait éclater en Europe52. Ce désir de renforcer l’autonomie explique l’une des différences entre le Canada et les États-Unis, et qui semble être une contradiction dans la politique canadienne, c’est-à-dire le maintien de son adhésion à la SDN. En effet, ni le gouvernement ni la population, tout isolationnistes qu’ils fussent, ne remettaient en question cette adhésion. Lorsqu’en 1934, un sénateur conservateur déposa une motion proposant le retrait du Canada de la Société, il fut désavoué par le premier ministre Bennett. Aucun membre du Sénat ne se prononça en faveur de la proposition, et la motion fut rejetée haut la main53. L’explication de cette apparente contradiction réside dans le fait que les dirigeants canadiens considéraient la participation à la SDN comme un précieux symbole de l’autonomie canadienne.

  • 54 R. A. Mackay et E. B. Rogers, Canada Looks Abroad, Toronto, Oxford University Press, 1938, p. 164- (...)

50À la fin des années 1930, la montée du nazisme, la remilitarisation de l’Allemagne et la politique irrédentiste d’Adolf Hitler laissaient entrevoir l’éclatement d’une nouvelle guerre. Frank Underhill, professeur à l’Université de Toronto, pouvait bien continuer à prêcher l’isolationnisme, en écrivant qu’en réponse aux rumeurs d’une guerre européenne, les Canadiens devraient « comme Ulysse et ses compagnons, s’éloigner des sirènes européennes, les oreilles bouchées avec nos déclarations de revenu54 ». Mais la population, tant anglophone que francophone, ne pouvait plus rester indifférente face à la menace que représentaient les ambitions nazies. Elle semblait déchirée entre son désir de se tenir loin de la guerre, sa crainte de l’Allemagne et ses sentiments pour l’Angleterre. O. D. Skelton, le sous-secrétaire d’État aux Affaires extérieures, présenta ainsi son analyse de l’opinion publique, au début de 1939 :

  • 55 Cité dans Norman Hillmer, « The Anglo-Canadian Neurosis : The Case of O. D. Skelton », dans Peter (...)

Il est indubitable, au regard des vingt dernières années, que les sentiments nationalistes et pacifistes se sont développés rapidement au Canada, et que les sentiments impérialistes et bellicistes ont décliné. Il est probable que ceux qui étaient opposés à la participation aux guerres britanniques constituent maintenant l’immense majorité au Canada. Mais il est clair également que la minorité impérialiste pèse plus lourd, en dépit de son nombre, parce qu’elle détient une plus grande part de richesses, d’influence, d’assurance et de postes dans la fonction publique ; la majorité des hommes occupant actuellement des hautes fonctions, dans les affaires ou au gouvernement, se sont formé une opinion à une époque où les idées impériales et coloniales étaient dominantes55.

  • 56 Le Canada devait aussi déclarer la guerre au Japon de façon tout à fait distincte de l’Angleterre. (...)

51Il avait cependant tort en ce qui concerne l’opinion de la majorité. Lorsque les troupes allemandes entrèrent en Pologne le 1er septembre 1939, l’immense majorité des Canadiens oublia aussitôt tout sentiment isolationniste. Le Parlement fut convoqué et déclara officiellement la guerre à l’Allemagne – une déclaration distincte, que le roi George VI annonça consciencieusement le 10 septembre, une semaine après celle de l’Angleterre56. Ce vote du Parlement indique que le pays s’engageait dans cette guerre de façon relativement unie. Le chef de la Fédération coopérative du Commonwealth (CCF), J. S. Woodsworth, d’orientation plutôt pacifiste, avait fait objection, mais il fut le seul dans son parti. Seuls trois nationalistes québécois exprimèrent leur dissidence : la promesse du gouvernement, le 9 septembre, de ne pas recourir à la conscription avait certainement contribué à étouffer les dernières réticences des parlementaires québécois. Les Québécois manifestèrent peu d’enthousiasme pour la guerre (encore qu’ils se soient enrôlés en plus grand nombre qu’en 1914-1918), et si la décision d’envoyer 16 000 conscrits en Europe en automne 1944 souleva bien des passions, elle ne devait pas donner lieu à des affrontements violents, comme en 1918. Il faut cependant noter que la guerre suscitait aussi un enthousiasme mitigé au Canada anglais. Les souvenirs du conflit précédent étaient encore trop présents pour voir renaître le zèle chauvin de 1914.

  • 57 Michel Fortmann, « L’atlantisme et le repli identitaire nord-américain. Faut-il craindre une vague (...)
  • 58 Par exemple, Canada 21. Le Canada et la sécurité commune au XXIe siècle, Toronto, Centre for Inter (...)
  • 59 Pierre Martin et Michel Fortmann, « Canadian Public Opinion and Peacekeeping in a Turbulent World  (...)

52Les engagements contractés par le Canada entre 1945 et 1949, et la poursuite d’une politique internationaliste durant toute la Guerre froide, semblent indiquer que la Deuxième Guerre mondiale a entraîné la fin de l’isolationnisme. Mais, comme l’illustrent les soubresauts de l’impérialisme jusque dans les années 1950, les idées agonisent parfois longtemps avant de disparaître. Au cours des années 1990, l’absence de point de repère clair, l’incertitude provoquée par la fin de la Guerre froide, ainsi que la lutte à finir contre le déficit des finances publiques semblaient avoir créé un climat propice à la réapparition des idées isolationnistes. Le fait que le Canada pouvait à nouveau être considéré comme une « maison à l’épreuve du feu », la réduction des effectifs des Forces canadiennes et la diminution des missions internationales, ainsi que l’adoption, par les États-Unis, d’une attitude parfois teintée d’unilatéralisme, ont amené plusieurs auteurs à évoquer un possible retour de cette politique au Canada57. Le spectre était d’autant plus difficile à conjurer que personne ne semblait professer ouvertement une telle approche. Ce sont plutôt les propositions d’engagements sélectifs ou de nouvelles diminutions du budget du ministère de la Défense nationale58, ainsi que l’attitude de l’opinion publique59, qui ont engendré de telles craintes.

53En réalité, les choses n’étaient pas aussi claires qu’on pouvait le croire. En 1996, la population canadienne, encore choquée par le génocide de 1994 au Rwanda, n’aurait pas toléré que le gouvernement canadien reste les bras croisés alors que s’accumulaient les signes avant-coureurs d’une reprise de la violence dans cette région. De même, l’appui de l’opinion publique à la participation du Canada aux opérations de l’OTAN au Kosovo au printemps 1999 indique que la population n’est pas isolationniste, surtout lorsqu’elle doit faire face à des événements aussi bouleversants que ceux qui se sont déroulés en Afrique des Grands Lacs ou dans les Balkans.

L’INTERNATIONALISME

54L’internationalisme est, sous bien des aspects, l’antithèse de l’isolationnisme. Ce dernier, qui s’apparente à une attitude de repli sur soi pour éviter à un pays d’être aspiré dans des conflits outre-mer, préconise le rejet de tout engagement formel visant à maintenir l’ordre international. Il se traduit donc par une forme d’hostilité ou de méfiance face aux institutions internationales. L’internationalisme, à l’inverse, est un corpus doctrinal qui suppose une attitude active face aux conflits internationaux et un engagement déterminé dans les organisations chargées de maintenir la paix.

55Le cataclysme provoqué par la Deuxième Guerre mondiale, moins d’une génération après la guerre qui devait être « la dernière des dernières », a transformé les perceptions des Canadiens sur la nature des liens que leur État doit entretenir avec le reste du monde. Entre 1939 et 1945, plus de 42 000 Canadiens sont morts au combat. Mais l’effet de ce nouveau choc sur les dirigeants et la population fut aux antipodes de celui qu’avait entraîné la Première Guerre mondiale. Loin de faire naître une attitude de repli, la guerre devait pousser les Canadiens à s’engager activement sur la scène internationale.

56Les idées internationalistes s’appuient à la fois sur un calcul stratégique et un engagement moral. D’une part, elles reposent sur le postulat selon lequel la paix est indivisible, au sens où le sort individuel des États et celui de l’ensemble du système international sont étroitement liés. Le déclenchement d’une guerre dans une contrée lointaine peut dégénérer en un conflit mondial. L’éloignement géographique ou l’isolement politique ne sont plus suffisants pour rester à l’abri des conséquences des conflits ou des rivalités entre les grandes puissances. Les progrès de la technologie et l’interdépendance économique croissante des sociétés ont rendu illusoires, sinon dangereuses, les velléités de repli sur soi. Bref, la notion de « maison à l’épreuve du feu » est périmée. D’autre part, les dirigeants canadiens de l’époque étaient sincèrement préoccupés par le problème de la guerre et de la paix. Les horreurs et les destructions engendrées par la Deuxième Guerre mondiale, ainsi que les atrocités perpétrées au nom d’idéologies totalitaires, ont ancré chez plusieurs d’entre eux des préoccupations éthiques touchant à l’application, sur le plan international, de principes comme la justice, la démocratie ou la liberté. L’internationalisme découle donc de cette volonté de contribuer à l’édification d’un monde plus pacifique et plus juste.

57L’émergence de l’internationalisme est étroitement liée à la formulation du concept de « puissance moyenne » vu au chapitre 2, dont il reprend la logique. En fait, cette approche correspond au programme politique d’un État qui a des intérêts internationaux importants, mais non la capacité de les promouvoir avec ses seules ressources.

  • 60 L’internationalisme est souvent défini comme une forme d’activisme international, avec ou sans réf (...)

58L’internationalisme est caractérisé par cinq éléments. Premièrement, il met l’accent sur la notion de responsabilité ; chaque État ayant intérêt à éviter la guerre se doit de jouer un rôle constructif dans la gestion des conflits qui surgissent inévitablement dans le système international. Deuxièmement, le multilatéralisme lui est essentiel afin que soient désamorcés des conflits qui pourraient dégénérer en un affrontement armé. Les États doivent être prêts à renoncer aux avantages de l’unilatéralisme au profit de l’établissement et du maintien d’un ordre international. Troisièmement, la participation aux institutions internationales est un principe cardinal, puisqu’elles favorisent les rapports multilatéraux et découragent les actions unilatérales. Quatrièmement, cet appui aux institutions doit se concrétiser par des engagements formels permettant l’utilisation des ressources de chaque État au profit du système international dans son ensemble – ce qui constitue un héritage direct du fonctionnalisme évoqué au chapitre 2. Enfin, cinquièmement, la stabilité du système mondial passe aussi par le renforcement et le respect du droit international60.

59L’internationalisme est parfois qualifié de libéral pour deux raisons. Tout d’abord, cette approche a été initialement formulée et mise en œuvre par des gouvernements libéraux (en particulier celui de Louis Saint-Laurent). Ensuite, l’internationalisme s’inspire du libéralisme politique. Non seulement est-il fondé sur des valeurs libérales (telles que la paix, la liberté, la justice et la démocratie), mais les moyens pour en faire la promotion sont aussi inspirés de cette philosophie politique : primauté du droit, renforcement des institutions comme mécanisme de gouvernance et de gestion des conflits, promotion du développement et des échanges économiques. Comme il s’agit de valeurs importantes aux yeux de la majorité des Canadiens, les politiques associées à l’internationalisme font plus facilement consensus.

  • 61 Sur le concept de contrepoids, voir David G. Haglund et Stéphane Roussel, « Escott Reid, the North (...)
  • 62 Stéphane Roussel et Chantal Robichaud, « L’État post-moderne par excellence ? Internationalisme et (...)

60L’internationalisme et l’isolationnisme remplissent aussi une fonction commune, soit la promotion, tant sur le plan national qu’international, de l’identité canadienne. D’une part, comme les valeurs libérales sur lesquelles se fondent les idées internationalistes reflètent une vision idéaliste des relations internationales, elles permettent au Canada de se distinguer des grandes puissances qui préfèrent une approche plus « réaliste ». Les Canadiens peuvent ainsi prétendre mener une politique distincte de celle des États-Unis et assumer des rôles que ceux-ci ne peuvent ou ne veulent pas jouer, comme celui de médiateur ou de champion du maintien de la paix. D’autre part, la logique multilatéraliste et institutionnaliste devait permettre au Canada d’éviter un dialogue en tête-à-tête avec les États-Unis, et ainsi d’échapper à leur trop grande influence. Cette idée de contrepoids a largement motivé le désir des Canadiens de participer aux organisations internationales61. En ce sens, l’internationalisme peut être perçu comme une expression de l’identité canadienne62.

61Il convient enfin de noter que cette approche est liée à une autre orientation fondamentale adoptée par le gouvernement canadien, soit son appartenance au camp occidental. De ce point de vue, l’internationalisme pratiqué par les Canadiens se distingue de celui d’un État neutre, comme la Suède. Cette approche a été adoptée dans le contexte des rivalités entre les superpuissances, rivalités qui ont émergé avant même la fin de la Deuxième Guerre mondiale. L’alignement de la politique de sécurité du Canada sur celle des États-Unis et des États d’Europe de l’Ouest, ainsi que l’engagement des Canadiens dans les institutions multilatérales du camp occidental, sont donc autant de manifestations de l’internationalisme.

  • 63 D’après le titre du chapitre 7 de son ouvrage The Forked Road : Canada 1939-1957, Toronto, McClell (...)
  • 64 Sur les principaux hauts fonctionnaires en poste à cette époque, voir J. L. Granatstein The Ottawa (...)

62Selon Donald Creighton, la guerre a suscité une « révolution diplomatique » au Canada63. L’expansion rapide des effectifs du gouvernement engendrée par la guerre a permis à plusieurs nouvelles figures, parmi lesquelles de nombreux jeunes récemment diplômés, d’y diffuser des idées nouvelles. C’est ainsi qu’un certain nombre d’« anticonformistes » firent leur entrée au sein du ministère des Affaires extérieures et dans le Cabinet de Mackenzie King, dont les plus connus étaient Louis Saint-Laurent (nommé ministre des Affaires extérieures en 1946, il devait par la suite devenir chef du Parti libéral en 1948) et Lester B. Pearson (nommé sous-secrétaire d’État aux Affaires extérieures en 1946, il en devint le ministre en 1948). D’autres diplomates, comme Dana Wilgress, Norman Robertson, Hume Wrong et Escott Reid, ont contribué, parfois de façon significative, à la reformulation de la politique étrangère canadienne64.

  • 65 Lester B. Pearson, « Forty Years On : Reflections on Our Foreign Policy », International Journal, (...)

63Saint-Laurent, Pearson et Reid étaient des internationalistes déclarés. Pearson avait fait son service à Londres et à Genève, à la fin des années 1930, d’où il avait suivi « avec impatience » les politiques prudentes de King pendant l’entre-deux-guerres65. En novembre 1938, Pearson remettait en question ses propres convictions isolationnistes. Dans une lettre adressée aux Affaires extérieures, il s’interrogeait :

  • 66 John English, Shadow of Heaven : The Life of Lester Pearson. vol. I 1897-1948, Toronto, Lester & O (...)

Est-ce qu’une isolation totale face aux événements qui se déroulent en Europe (si la chose était possible) nous mettrait à l’abri des conséquences d’une défaite britannique ? Et, même si cela se pouvait, pourrions-nous rester là à ne rien faire, à simplement contempler le triomphe du nazisme ? Quand je suis tenté d’être cynique et isolationniste, il me suffit de penser à Hitler en train de vociférer dans un micro, aux femmes et aux enfants juifs qui gisent dans des fossés, à la frontière de la Pologne66.

64Dès le début de 1942, Pearson plaidait publiquement en faveur de l’abandon de l’isolationnisme :

  • 67 Lester B. Pearson, Words and Occasions, Toronto, University of Toronto Press, 1970, p. 55.

En 1919, nous ne souhaitions que revenir en arrière. Nous savons maintenant où cela a mené. Nous devons maintenant garder nos yeux fixés sur ce qu’il y a en avant. [...] Cette fois-ci, nous devons, pour construire et faire régner la paix, maintenir l’esprit et la forme de la coopération internationale que nous sommes en train de forger dans les flammes de la guerre67.

  • 68 Denis Stairs, « Present in Moderation : Lester Pearson and the Craft of Diplomacy », International (...)

65Les préceptes internationalistes de Pearson – responsabilité, multilatéralisme, engagement et institutions internationales – découlaient de « ses préoccupations concernant la résolution pacifique des conflits68 ».

  • 69 Dale C. Thompson, Louis St-Laurent : Canadian, Toronto, Macmillan, 1967, p. 176.
  • 70 Louis Saint-Laurent, « The Foundation of Canadian Policy in World Affairs », Toronto (Gray Foundat (...)

66Louis Saint-Laurent en était tout aussi convaincu. En octobre 1945, lors des débats sur la Charte des Nations Unies, il déclara : « [L]e Canada est prêt à assumer tous les risques que comporte l’adhésion à cette organisation ; parce que l’autre risque, celui de ne pas avoir d’organisation internationale, serait d’une telle conséquence que l’on n’ose même pas l’envisager69. » Quatre mois après que King lui eut confié le portefeuille des Affaires extérieures, Saint-Laurent fit un discours qui, aujourd’hui encore, est considéré comme l’expression la plus achevée de l’internationalisme canadien d’après-guerre. Dans le cadre de la conférence Gray, tenue à l’Université de Toronto en janvier 1947, il exposa les cinq principes sur lesquels devrait être fondée la politique étrangère du Canada : le maintien de l’unité nationale, la liberté politique, le respect de la règle du droit dans les relations internationales, l’observation des valeurs de la civilisation chrétienne, et l’acceptation de la responsabilité internationale70.

  • 71 Sur ces différents événements, voir John W. Holmes et Jean-René Laroche, « Le Canada et la Guerre (...)

67Les transformations de la politique canadienne au cours des cinq années suivant la guerre n’étaient pas moins significatives que les changements d’attitude. L’internationalisme a donné lieu, en pratique, à des initiatives qui auraient été impensables une génération plus tôt : un soutien sans réserve, en 1945, à la création d’une nouvelle organisation destinée à maintenir la paix mondiale ; la poursuite, en temps de paix, de la coopération établie avec les États-Unis pendant la guerre en matière de sécurité (rendue formelle par une déclaration conjointe en 1947) ; la participation à la guerre de Corée (1950) ; un appui pour l’idée d’un Commonwealth multiracial après l’indépendance de l’Inde, du Pakistan et du Ceylan (maintenant le Sri Lanka) après 1947 ; et un soutien enthousiaste à la création, en 1949, d’une alliance qui devait, pour la première fois, entraîner le stationnement de troupes canadiennes à l’étranger en temps de paix71.

  • 72 J. L. Granatstein, op. cit. (1982). Voir aussi Escott Reid, Time of Fear and Hope : The Making of (...)

68Il est important de noter que l’internationalisme de l’après-guerre ne résultait pas de pressions de l’opinion publique. Si ce fut une révolution, elle fut déclenchée d’en haut, par les dirigeants eux-mêmes. Non seulement la vaste majorité d’entre eux ne s’y opposèrent pas, mais ils en étaient bien souvent à l’origine. Par exemple, Escott Reid, un haut fonctionnaire des Affaires extérieures, déploya un zèle impressionnant lors des différentes rencontres qui menèrent à la rédaction de la Charte des Nations Unies. Il fut aussi l’un des premiers à proposer la création d’une alliance des pays occidentaux (ce qui allait devenir, en 1949, l’Alliance atlantique) et il fut en grande partie, avec Pearson, à l’origine de l’Article II du traité de Washington, article qui prévoit le renforcement de la coopération non militaire entre les États membres. Les rares dirigeants qui s’accrochaient encore aux idées à saveur isolationniste, comme le premier ministre Mackenzie King, durent céder devant l’enthousiasme de la nouvelle génération72. Par ailleurs, Saint-Laurent et ses collègues multiplièrent les interventions publiques pour convaincre la population du bien-fondé de ces engagements internationaux.

  • 73 Denis Stairs, The Diplomacy of Constraint : Canada, the Korean War and the United States, Toronto, (...)
  • 74 Sur l’attitude de la presse et de la population québécoise face aux engagements militaires interna (...)

69Leurs efforts portèrent fruit. Les obligations contractées conformément aux principes de l’internationalisme devaient susciter peu d’opposition. Seuls cinq députés, tous du Québec, votèrent contre la Charte des Nations Unies en 1945. Il n’y eut que deux votes contre le Traité de l’Atlantique Nord – encore une fois, provenant du Québec, où le souvenir de la crise de la conscription de 1942-1944 nourrissait encore la méfiance face aux engagements militaires internationaux. En 1950, la participation canadienne à la guerre de Corée ne suscita pas de division comparable à celle survenue 10 ans plus tôt. Les journaux anglophones appuyaient totalement la participation du Canada ; on reprochait même au gouvernement de ne pas en faire assez. Au départ, la presse francophone ne se prononça pas sur le sujet, déchirée qu’elle était par ce que Denis Stairs a appelé les contraintes hybrides exercées par « un conflit entre la préférence traditionnelle pour l’isolationnisme et l’hostilité au communisme73 ». Lorsque Saint-Laurent annonça au mois d’août l’intention du gouvernement d’envoyer un contingent en Corée, seuls Le Devoir et le Montréal Matin se déclarèrent opposés à la participation canadienne74.

  • 75 John Holmes, op. cit. (1982), p. 119.

70L’internationalisme, écrivait John Holmes, « était pratiquement une religion, dans les dix premières années suivant la Deuxième Guerre mondiale75 ». Et ce dogme devait maintenir son emprise très longtemps. Le Canada participera à la plupart des missions de maintien de la paix organisées par les Nations Unies au cours de la Guerre froide. Les dirigeants canadiens initieront plusieurs tentatives pour résoudre des conflits.

  • 76 André P. Donneur, « La politique étrangère de Pearson à Trudeau : entre l’internationalisme et le (...)

71La ferveur de cette première décennie s’atténuera cependant, au fur et à mesure que diminuera le nombre d’occasions pour le Canada de mettre en pratique la diplomatie de « puissance moyenne ». Le monde des années 1960 n’était plus celui du début des années 1950. Le processus de décolonisation avait fait naître de nouveaux foyers de tensions, compliquant la tâche des Nations Unies. Celles-ci devaient d’ailleurs accumuler les échecs, que ce soit au Congo, au Viêt-nam ou au Proche-Orient. L’Europe se relevait du désastre de la guerre, entraînant ainsi une redéfinition des rapports à l’intérieur de l’Alliance atlantique : acteur central lors de la création de l’OTAN, le Canada devenait un allié marginal, dépourvu de toute influence. L’avènement de la Chine, en tant que puissance autonome, menaçait de transformer l’équilibre mondial. Avec la Détente, les tensions entre les États-Unis et l’Union soviétique s’amenuisaient, limitant ainsi les occasions pour les dirigeants canadiens de se poser en médiateurs. Si la « ferveur internationaliste » devait se mesurer à l’aune des activités de maintien de la paix et de médiation, on aurait pu croire, à la fin des années 1960, que les Canadiens étaient sur le point de « défroquer76 » !

  • 77 Gouvernement du Canada, Secrétaire d’État aux Affaires extérieures, Politique étrangère au service (...)
  • 78 Sur les droits de la personne, voir Robert O. Matthews et Cranford Pratt (dir.), Human Rights in C (...)
  • 79 Parlement du Canada, Indépendance et internationalisme. Rapport du Comité mixte spécial sur les re (...)

72Le coup de grâce sembla venir de Pierre Trudeau, qui s’élevait contre l’orthodoxie internationaliste. « Vient le temps du renouveau », pouvait-on lire dans le document d’orientation publié par son gouvernement en 197077. Ce document remettait en question bien des applications traditionnelles de l’internationalisme, et notamment la pertinence des forces de paix onusiennes, le rôle du Canada dans les affaires internationales, et même son adhésion à l’OTAN. Cependant, les institutions créées entre 1945 et 1950, en particulier les Nations Unies et l’Alliance atlantique, devaient rester au cœur de la politique étrangère canadienne. De même, les politiques internationalistes, comme la participation aux missions de maintien de la paix, l’aide au développement, les initiatives pour le respect des droits de la personne et les efforts en matière de contrôle des armements, demeuraient populaires78. Et malgré toutes ses critiques à l’endroit de l’internationalisme à la fin des années 1960, Trudeau n’en a jamais complètement abandonné les principes de base et a fait son ultime tournée internationale, en 1983 et 1984, dans le cadre d’une « initiative de paix » que son prédécesseur n’aurait pas reniée. L’appui du public aux institutions multilatérales n’a pas fléchi pendant plus d’une génération, de l’« internationalisme pearsonien » des années 1950 jusqu’à l’« internationalisme constructif » (appelé aussi « nouvel internationalisme ») du gouvernement Mulroney, à la fin des années 198079.

  • 80 Kim Richard Nossal, « Tous pour un, un pour tous ! », Paix et sécurité, vol. 4, no 1, p. 4-5.
  • 81 Stéphane Roussel (avec la coll. de Chantal Robichaud), « L’élargissement virtuel : un Québec souve (...)

73Le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti québécois (PQ) ont tenté, eux aussi, de désavouer la politique internationaliste d’après-guerre, et ont adopté, à la fin des années 1960, une politique de neutralité, chaque parti inscrivant le retrait de l’OTAN et de NORAD à son programme politique. Le fait que de telles propositions n’aient jamais rallié la majorité de la population est la preuve de la persistance et la dominance de l’idée internationaliste. De fait, le NPD ne réussit jamais à surmonter les obstacles soulevés par la promotion d’une neutralité que 85 % des Canadiens rejetaient. L’aile parlementaire a proposé d’adoucir cet article du programme du Parti (en particulier à la veille des élections de 1988, au moment où le NPD semblait avoir le vent dans les voiles), mais elle s’est toujours heurtée au refus de la base militante80. Le PQ a mieux réussi la réorientation. Entre 1977 et 1979, les dirigeants ont entrepris un long et prudent virage pour convaincre les militants de renoncer aux positions neutralistes qui figuraient dans le programme du PQ depuis 196981. En fait, le projet de politique étrangère pour un Québec indépendant était ironiquement très « pearsonien » : alignement militaire sur l’Ouest, incluant la participation à l’OTAN et au NORAD ; adhésion aux Nations Unies, à la francophonie, et même au Commonwealth ; et activisme diplomatique.

  • 82 Andrew Cohen, While Canada Slept. How We Lost our Place in the World, Toronto, McClelland & Stewar (...)
  • 83 John W. Holmes (dir.), No Other Way. Canada and International Security Institutions, Toronto, Univ (...)

74Ainsi, en dépit de toutes ces « morts annoncées », les principes associés à l’internationalisme ont continué de s’imposer aux dirigeants, parfois bien malgré eux. Si l’expression a presque disparu du vocabulaire des gouvernements Chrétien, Martin et Harper, les principes de base (responsabilité, multilatéralisme, engagement et institutions internationales) teintent toujours la politique étrangère canadienne. Certains cherchent dans les années marquant l’apogée de l’internationalisme (la période 1945-1957, appelée parfois « l’âge d’or de la politique étrangère canadienne ») une inspiration pour guider les relations internationales du Canada82, un peu comme si, pour reprendre le titre d’un ouvrage dirigé par John Holmes, « il n’y avait pas d’autre voie83 ».

RÉGIONALISME ET SÉCURITÉ HUMAINE : LES IDÉES EN MOUVANCE DE L’APRÈS-GUERRE FROIDE

75Lorsque des bouleversements politiques nationaux ou internationaux majeurs se produisent, il est normal de s’attendre à ce qu’une idée dominante soit remplacée par une autre, mieux adaptée à ce nouvel environnement. Ainsi, c’est en raison du traumatisme causé par la Première Guerre mondiale que l’isolationnisme est apparu et c’est à la faveur des transformations engendrées par l’autre guerre mondiale qu’est né l’internationalisme.

76En 1991, la fin de la Guerre froide semblait commander une réévaluation de fond des grandes orientations de la politique étrangère canadienne et l’émergence d’une nouvelle idée dominante. L’internationalisme et le concept de puissance moyenne, formulés dans le contexte d’un monde bipolaire qui disparaissait, ne semblaient plus constituer des guides aussi sûrs. Pourtant, ce n’est pas ce qui s’est produit. De la fin de la Guerre froide jusqu’aux attentats du 11 septembre (et même au-delà), la politique étrangère canadienne semble avoir cherché ses grandes orientations.

  • 84 Andrew F. Cooper, Richard Higgott et Kim Richard Nossal, Relocating Middle Powers : Australia and (...)
  • 85 Affaires extérieures et Commerce extérieur Canada, « Notes pour une allocution du secrétaire d’Éta (...)
  • 86 Myriam Gervais et Stéphane Roussel, « De la sécurité de l’État à celle de l’individu : l’évolution (...)

77Sous certains aspects, l’internationalisme était encore bien présent dans la politique canadienne d’après-Guerre froide. Par exemple, Brian Mulroney salua avec enthousiasme ce qui s’annonçait être une nouvelle ère de relations russo-américaines, marquée par la coopération des superpuissances lors de la guerre du Golfe de 1990-1991 et appuya de façon inconditionnelle les initiatives plus musclées des États-Unis dans les années subséquentes. En fait, bon nombre des initiatives diplomatiques des conservateurs s’inséraient nettement dans la tradition d’une diplomatie internationaliste de moyenne puissance, notamment en matière de gestion des conflits régionaux et de contrôle des armements84. Sur le plan conceptuel, la notion de « sécurité coopérative », énoncée par Joe Clark en septembre 199085, apparaît comme une tentative d’adaptation des principes fondamentaux de l’internationalisme (responsabilité et multilatéralisme) au nouvel environnement mondial86. Et nous avons vu, au chapitre 2, que la politique étrangère du gouvernement Chrétien présentait aussi des traits qui s’apparentaient à la diplomatie de puissance moyenne. Le Canada a continué à participer à toute une variété d’institutions internationales et a contribué aux forces de l’ONU et de l’OTAN en Bosnie, puis au Kosovo et au Timor oriental.

  • 87 Kim Richard Nossal, « Un pays européen ? L’histoire de l’atlantisme au Canada », dans La politique (...)
  • 88 André P. Donneur et Stéphane Roussel, « Le Canada : quand l’expertise et la crédibilité ne suffise (...)

78Mais les politiques de ces gouvernements présentaient aussi des éléments de rupture par rapport aux fondements de l’internationalisme. Le gouvernement Mulroney a ainsi rapatrié les Forces canadiennes cantonnées en Allemagne depuis 1951 dans le cadre de l’OTAN87 et a rappelé, en septembre 1993, les Casques bleus stationnés à Chypre, mettant ainsi fin à une longue participation à la force des Nations Unies à Chypre (UNFICYP). Le gouvernement Chrétien a maintenu la contribution du Canada aux forces de maintien de la paix, mais sans manifester l’enthousiasme de ses prédécesseurs. Il se montra plutôt prudent et méfiant lorsque les alliés de l’OTAN décidèrent de recourir aux frappes aériennes en Bosnie en 1994. Et même si le Canada a participé aux forces de maintien de la paix de l’OTAN en Bosnie (l’IFOR, puis la SFOR) pour mettre en œuvre les accords de Dayton de novembre 1995, cela n’a pas été sans se faire prier ; en fin de compte, il n’y affecta qu’un millier de soldats (plutôt que les 4 000 envisagés au départ)88.

  • 89 Ministère de la Défense nationale, Le livre blanc sur la Défense de 1994, Ottawa, Ministère des Ap (...)

79Bien souvent, il est difficile d’associer de façon catégorique une politique ou un gouvernement à une idée dominante. De 1991 à 2001, cet exercice l’était encore plus. Premièrement, il n’y a pas eu, en 1991, de cataclysme comparable à ceux de 1914 ou 1939. La Guerre froide prit fin presque sans heurt, avec l’ouverture du mur de Berlin (novembre 1989), la chute des régimes prosoviétiques d’Europe de l’Est, puis la dissolution de l’URSS (décembre 1991). Ces événements n’ont pas provoqué, contrairement à ce que l’on pourrait croire, de transformations radicales ou de prise de conscience dans la société canadienne d’une quelconque urgence de réviser les fondements des relations avec l’étranger. Deuxièmement, les données fondamentales de l’environnement international et des menaces qu’il génère sont restées floues, du moins jusqu’en 2001. Comme l’affirmait le Livre blanc sur la Défense de 1994, c’est l’incertitude qui constituait la principale caractéristique des relations internationales de cette époque89. Enfin, troisièmement, la politique étrangère et la politique de défense ont en grande partie était subordonnées à la lutte contre le déficit des finances du gouvernement fédéral, ce qui limitait les ressources pouvant être investies dans les engagements internationaux.

80Pourtant, au cours de cette période d’incertitude, deux idées se sont profilées dans le paysage intellectuel de la politique étrangère canadienne et semblaient de bonnes candidates au titre « d’idées dominantes » de l’après-Guerre froide : le régionalisme et la sécurité humaine. Elles méritent quelques mots, puisqu’elles reviennent périodiquement dans le discours sur la politique étrangère.

  • 90 Voir, par exemple, Guy Gosselin (dir.), La politique étrangère du Canada : approches bilatérales e (...)

81Le régionalisme est apparu dans le vocabulaire des observateurs de la politique étrangère canadienne au milieu des années 198090. Cette idée est fondée sur le postulat de la primauté de la région comme niveau d’analyse de la politique étrangère, par opposition à une perspective mondiale ou globale. Chaque région du globe présente des spécificités, que ce soit sur le plan politique (les liens particuliers qui unissent les États qui s’y trouvent, la dynamique des conflits, les rapports de force), institutionnel (les organisations de sécurité et les ententes économiques conclues à l’échelle de la région) ou culturel et historique. Ces particularités sont considérées comme suffisamment marquées pour supplanter les caractéristiques de chacun des États ou communautés qui composent la région, ce qui permet de considérer celleci comme un tout. Il faut donc tenir compte de ces particularités, tant dans le processus de formulation et de mise en œuvre de la politique étrangère que dans l’étude de cette politique. Le régionalisme se distingue ainsi des approches bilatérales et globales.

  • 91 Pour des exemples de cette vague d’études régionales, voir Louise Fawcett et Andrew Hurrell (dir.) (...)

82La popularité du régionalisme (tant comme guide pour la pratique de la politique étrangère que comme méthode d’analyse) est intimement liée au développement des institutions qui chapeautent les processus d’intégration régionale, en particulier en Europe. À la fin des années 1950 et au début des années 1960, les progrès dans l’intégration européenne ont attiré l’attention sur les spécificités de cette région. De même, ce sont des progrès similaires non seulement en Europe (avec les traités de Maastricht, d’Amsterdam ou de Nice), mais aussi en de la zone Asie-Pacifique (l’institutionnalisation du Forum de coopération économique Asie-Pacifique, l’APEC, au cours des années 1990) et, bien entendu, en Amérique (la signature des deux traités de libre-échange en 1988 et 1993) qui ont relancé l’intérêt pour le régionalisme. Au tournant des années 1990, on pouvait avoir l’impression que le monde se réorganisait autour de trois ou quatre grands blocs économiques régionaux91.

  • 92 Cité dans Peter C. Dobbell, Canada’s Search for New Roles. Foreign Policy in the Trudeau Era, Toro (...)
  • 93 David G. Haglund, op. cit. (2000), p. 52-75.

83Il ne fait aucun doute que, depuis 1985, la population et le gouvernement canadiens ont été affectés par cette mouvance, mais pour se heurter immédiatement à un problème de taille. Le Canada, pour reprendre les mots de Herman Kahn, « est une puissance régionale sans région92 ». Si les Canadiens doivent cibler une région, laquelle choisir ? Traditionnellement, le Canada a entretenu des relations étroites avec son voisin du sud et avec l’Europe. On peut interpréter le projet de création d’une « communauté nord-atlantique » défendu par Saint-Laurent, Pearson et Reid en 1947-1949 comme une forme de régionalisme européen, tout comme la signature de l’Accord de libre-échange canado-américain sous Mulroney peut être considérée comme l’expression d’un régionalisme nord-américain. Mais le nouveau régionalisme est, implicitement, une remise en question de ces axes traditionnels, comme si ceux-ci n’avaient plus rien de nouveau à offrir et que le développement des relations politiques et, surtout, commerciales du Canada devait passer par la découverte de nouveaux horizons. Plus encore, l’établissement de rapports avec les régions autres que l’Amérique du Nord est souvent perçu comme une façon de diversifier les relations du Canada, et donc d’échapper à un partenariat trop étroit avec les États-Unis. C’est une forme de lassitude vis-à-vis de l’Europe et des États-Unis qui serait à l’origine de ce que David Haglund a appelé le « jamboree géopolitique », la pléthore de propositions pour identifier et mettre en valeur ces nouveaux eldorados93. Si l’Afrique, l’Europe orientale ou la zone circumpolaire ont épisodiquement attiré l’attention, c’est surtout vers l’Amérique latine et l’Asie que se sont tournés les regards.

  • 94 Michael Hart, « Canada Discovers its Vocation as a Nation of the Americas », dans Fen Osler Hampso (...)

84Pour reprendre les mots de Michael Hart, le Canada devait se découvrir, à partir du milieu des années 1980, une vocation en tant que nation des Amériques : « Au fil des ans, les Canadiens se faisaient un devoir de [...] chercher à être une nation européenne, une nation du littoral atlantique, une nation du Pacifique, et même une nation arctique – tout, sauf ce que nous sommes, une nation des Amériques94. »

  • 95 Sur la dynamique d’intégration dans les Amériques et la place du Canada dans ce processus, voir le (...)
  • 96 Gordon Mace, « L’adhésion du Canada à l’OÉA : la primauté des facteurs externes », Études internat (...)
  • 97 Guy gosselin, Gordon Mace et Louis Bélanger, « La sécurité coopérative régionale dans les Amérique (...)

85Ce regain d’attention pour les Amériques s’est manifesté dans un certain nombre de domaines. Il était surtout associé au postulat selon lequel l’appartenance à un bloc commercial régional ne peut être que profitable à un État marchand comme le Canada. Ce postulat a fait naître un intérêt, au moins jusqu’en 2001, pour la création d’une zone de libre-échange appliqué dans les deux hémisphères95. Sur le plan politique, ce phénomène s’est traduit par l’adhésion à l’Organisation des États américains (OEA) en 198996, ainsi que par les initiatives touchant au respect des droits de la personne et au développement des institutions démocratiques97.

86L’Asie-Pacifique a fait l’objet d’un engouement semblable. Au début des années 1990, le gouvernement Mulroney a tenté de resserrer les liens politiques avec les États de la région, en particulier à travers les institutions multilatérales, l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et l’APEC. Comme on peut s’y attendre, l’intérêt premier est d’ordre commercial, puisqu’il s’agit de profiter de la manne que constitue ce marché apparemment en perpétuelle croissance. Mais il est plus étonnant de constater que les questions de sécurité retiennent aussi, à l’occasion, l’attention du gouvernement. Ainsi, en 1990, Joe Clark a créé, sur le modèle de la CSCE en Europe, le « Dialogue sur la sécurité coopérative dans le Pacifique du Nord », sans grand succès toutefois. Le gouvernement Chrétien a poursuivi les efforts des conservateurs, et a voulu souligner l’intérêt porté à cette région en décrétant que l’année 1997 était celle de l’Asie-Pacifique, marquée notamment par la tenue du Sommet de l’APEC à Vancouver.

87Malgré des efforts soutenus, le bilan exact du régionalisme demeure mitigé. En dépit de quelques percées épisodiques, le commerce avec ces régions cibles n’a augmenté que de façon marginale, et s’est avéré très vulnérable à certains chocs financiers, comme la crise du peso (en 1994-1995) ou la crise asiatique (en 1998). Rien ne semble pouvoir freiner l’approfondissement des échanges avec les États-Unis, et ces initiatives économiques régionales pourraient bien aboutir au même résultat que les tentatives de diversification entreprises par le gouvernement Trudeau en 1972. De même, les propositions visant à renforcer les liens institutionnels n’ont jamais donné de résultats probants. Tout ceci crée donc parfois l’impression que les liens établis avec ces régions sont artificiels.

88Par ailleurs, le régionalisme, à l’inverse de l’impérialisme ou de l’internationalisme, n’a jamais donné lieu à la formulation de principes clairs. Ses postulats demeurent flous et changeants, si bien qu’il est quelquefois difficile de percevoir, dans toutes ces initiatives, l’expression d’une « idée dominante » bien circonscrite. Ceci d’autant plus que les tendances au régionalisme que manifeste la politique étrangère et de sécurité du Canada s’inscrivent souvent dans un cadre multilatéral plus large. Le Canada s’est peut-être découvert une vocation panaméricaine, mais les Canadiens et leur gouvernement continuent à maintenir toute une série de liens dans d’autres parties du globe et dans le réseau mondial des organisations internationales, qui dépassent le cadre des régions.

  • 98 Parlement du Canada, La politique étrangère du Canada : principes et priorités pour l’avenir, Otta (...)

89L’autre « candidat » au titre d’idée dominante d’après-Guerre froide est le concept de sécurité humaine. Cette notion apparaît pour la première fois dans le rapport du Comité mixte spécial chargé de l’examen de la politique étrangère du Canada, puis est reprise dans l’énoncé de politique de février 199598. La sécurité humaine est le rejeton d’une série de concepts élaborés dans les dernières années de la Guerre froide : sécurité globale, sécurité commune et sécurité coopérative. Ceux-ci avaient en commun le fait de mettre l’accent sur une vaste gamme de menaces (non seulement militaires, mais aussi environnementales, sociopolitiques et économiques) dont la gestion nécessite une action concertée de la part des gouvernements et, parfois, des acteurs non gouvernementaux.

  • 99 Ministère des Affaires étrangères et Commerce international, La sécurité humaine : la sécurité des (...)

Selon la définition donnée par un document du ministère des Affaires étrangères, la sécurité humaine signifie la protection des individus contre les menaces, qu’elles s’accompagnent ou non de violence. Il s’agit d’une situation ou d’un état se caractérisant par l’absence d’atteinte aux droits fondamentaux des personnes, à leur sécurité, voire à leur vie99.

90La principale rupture par rapport aux concepts qui ont précédé la sécurité humaine tient au fait qu’il ne s’agit plus seulement d’assurer la sécurité de l’État mais aussi celle de l’individu et de la société civile. Depuis le XVIIe siècle, donc depuis l’apparition de l’État moderne, la sécurité des citoyens était assimilée à celle de l’État. Mais la plupart des menaces qui préoccupent les gouvernements et la population depuis la fin de la Guerre froide (problèmes environnementaux, criminalité transfrontalière, immigration illégale, terrorisme, violations massives des droits de la personne) visent plus directement la population que l’appareil gouvernemental.

91La sécurité humaine ne fait, en grande partie, que donner un sens nouveau à des activités que menait déjà, souvent depuis longtemps, le gouvernement canadien : prévention des conflits, maintien de la paix, aide humanitaire, reconstruction des infrastructures économiques et sociales, aide au processus de démocratisation ou encore protection des droits de la personne. Au mieux, il élargit quelque peu le spectre et l’ampleur de ces activités, comme la lutte contre les mines antipersonnel et les armes légères. La sécurité humaine constitue aussi une remise en question de la domination de l’État, au sens où la formulation et la mise en œuvre de politiques de sécurité humaine laissent nécessairement beaucoup de place aux acteurs non étatiques, comme les ONG. Le processus d’Ottawa sur les mines antipersonnel en est un bon exemple.

  • 100 Ministère des Affaires étrangères..., op. cit. (1999), p. 6.
  • 101 Paul Heinbecker, « La sécurité humaine : enjeux inéluctables », Revue militaire canadienne, vol. 1 (...)

92Mais l’État n’est pas exclu du cercle des acteurs visés par cette politique. D’une part, les menaces que tentent de circonscrire la sécurité humaine peuvent, si elles franchissent un certain niveau, mener à la déstabilisation d’un État, voire d’une région entière. D’autre part, l’une des principales sources de certaines de ces menaces est souvent l’État lui-même : « Lorsqu’un État est agressif à l’étranger, répressif à l’intérieur, ou trop faible pour gouverner efficacement, il menace la sécurité de la population100. » En d’autres termes, la mise en œuvre de ce concept exige des actions contre certains gouvernements (par exemple, contre celui de Belgrade, qui menaçait la sécurité des citoyens albanais du Kosovo) ou dans des zones où il y a absence d’autorité gouvernementale. Poussée à son extrême, cette logique signifie la négation d’un ordre international basé sur la souveraineté des États (une conséquence que le discours officiel sur la sécurité humaine cherche à minimiser, tant ses implications sont importantes101).

93La sécurité humaine est certainement une tentative louable pour ajuster la politique du Canada aux nouvelles réalités d’après-Guerre froide. Pour reprendre le langage de certains théoriciens des relations internationales, elle pourrait constituer un premier exemple de politique « postmoderne » ou « postwestphalienne », c’est-à-dire de mesures adaptées à un environnement international qui n’est plus fondé sur la souveraineté des États. Elle vise à répondre à des préoccupations bien réelles de la population, elle est conforme aux valeurs fondamentales de la société civile et elle s’appuie sur la crédibilité et l’expertise que le gouvernement a acquis dans plusieurs domaines (défense des droits de la personne, maintien de la paix, contrôle des armements, aide au développement) au cours des décennies précédentes.

  • 102 Gouvernement du Canada, Fierté et influence : notre rôle dans le monde (Énoncé de politique intern (...)
  • 103 Par exemple, Prosper Bernard Jr., « Canada and Human Security : From the Axworthy Doctrine to Midd (...)

94Mais cela en fait-il pour autant la base d’une nouvelle idée dominante en politique étrangère ? Il est encore trop tôt pour dire s’il ne s’agit que d’une mode qui ne survivra pas à son principal promoteur, le ministre Lloyd Axworthy (qui a démissionné à l’automne 2000), ou si les principes qui s’y rattachent marqueront, de façon durable, la politique étrangère et de sécurité du Canada. Dans son énoncé de politique internationale publié en avril 2005, le gouvernement Martin fait de la promotion de la sécurité humaine l’une de ses priorités pour l’édification d’un « monde plus sûr102 ». De même, plusieurs chercheurs continuent de faire référence au concept103.

  • 104 Voir, par exemple, Fen Hampson et Dean Oliver, « Pulpit Diplomacy : A Critical Assessment of the A (...)

95Le gouvernement Harper semble ambivalent face à ce concept, hésitant visiblement à s’en débarrasser, mais peu soucieux d’en faire une promotion aussi active que ses prédécesseurs. Si la notion de sécurité humaine est là pour rester, bien des problèmes et des contradictions subsistent encore, comme l’ont signalé les nombreuses critiques qui ont accueilli la formulation de ce concept et de son corollaire, le soft power104. Plus encore, comme son nom l’indique, cette notion n’est d’aucun secours pour guider la politique dans l’autre champ de préoccupation principale de la population canadienne, soit l’économie.

LE CONTINENTALISME COMME IDÉE DOMINANTE ?

96Le rival le plus sérieux de l’internationalisme est sans doute le continentalisme. Les deux ensembles d’idées ne sont peut-être pas aussi différents que l’étaient l’isolationnisme et l’internationalisme, mais il n’en demeure pas moins qu’ils reposent sur des visions du monde bien distinctes et que l’ordre des priorités politiques qui en découle est très différent.

  • 105 Sur l’évolution des idées continentalistes avant 1985, voir Richard Arteau, « Libreéchange et cont (...)

97On peut hésiter à ranger le continentalisme parmi les « idées dominantes » en politique étrangère canadienne, en grande partie parce qu’il a d’abord constitué une orientation pour la politique commerciale. L’origine du continentalisme se trouve en effet dans les projets d’intégration économique entre le Canada et les États-Unis. La version contemporaine apparaît dans les années 1980, lorsqu’un nombre croissant d’auteurs commencent à remettre en question les postulats qui ont, jusque-là, guidé la politique étrangère canadienne, notamment le recours aux institutions multilatérales et l’adoption, surtout sous le gouvernement Trudeau, de mesures protectionnistes destinées à « canadianiser » l’économie105. La principale conclusion de cette réflexion est que, face à l’intégration croissante des économies canadienne et américaine, il valait mieux tenter de gérer ce phénomène en adoptant une politique de libre-échange (et donc de maximiser les bénéfices) et en créant des institutions chargées de veiller à son fonctionnement, plutôt que de résister sans obtenir d’autres résultats que de froisser le partenaire américain. Ces idées sont directement à l’origine des accords de libre-échange bilatéral et trilatéral nord-américain signés par le gouvernement Mulroney en 1988 et 1992.

98Par extension, le terme peut avoir une application beaucoup plus large. Ainsi, il peut servir à désigner l’ensemble des politiques visant à encourager et à gérer l’intégration avec les États-Unis. Il peut donc s’appliquer à un domaine comme la défense, où le processus d’intégration a débuté en 1940. Mais il correspond aussi à toute une conception de la politique étrangère, aux ramifications très vastes et très différentes de celles de l’internationalisme.

99Cette conception repose tout d’abord sur le constat selon lequel la relation extérieure la plus importante pour le Canada est, de loin, celle qu’il entretient avec les États-Unis. Ceci est vrai sur le plan commercial, puisque ces derniers sont le point de chute d’une proportion déjà énorme (environ 87 %) et toujours grandissante des exportations canadiennes. Mais c’est également vrai dans tous les autres domaines d’activité du gouvernement canadien. Il importe donc de conserver de bonnes relations avec ce voisin. Toutefois, le continentalisme va plus loin, en fondant son évaluation des rapports canado-américains sur les autres types de liens qui unissent les deux sociétés, notamment leur proximité culturelle, idéologique et linguistique. Ces liens peuvent servir à expliquer non seulement l’absence de guerre entre les deux États depuis près de 200 ans, mais aussi la stabilité de leur relation et le fait que les querelles de personnalité ou les différends dans des secteurs bien précis ne dégénèrent pas en affrontements ouverts.

100Il n’est pas étonnant que les intervenants que l’on peut associer le plus étroitement à ce courant soient issus du monde des affaires, dont la prospérité dépend largement de l’accès, pour les produits canadiens, au vaste marché américain. Les plus ardents défenseurs des projets d’intégration se retrouvent donc parmi les économistes et les représentants des chambres de commerce. Mais depuis 1985, les idées continentalistes sont aussi largement répandues dans la classe politique gravitant autour du Parti conservateur. Ce fut (en partie du moins) le cas du gouvernement de Brian Mulroney, du Parti de la réforme, ainsi que du gouvernement de Steven Harper.

101Le continentalisme ne doit pas être confondu avec le régionalisme, même si le projet d’intégration au centre de cette approche est de nature régionale. En fait, la plupart des idées que l’on peut associer au régionalisme sont précisément des tentatives pour trouver une alternative à une trop grande intégration canado-américaine.

102Les continentalistes estiment généralement qu’un partenariat étroit avec les États-Unis est non seulement profitable, mais aussi bénin, au sens où il ne constitue pas une menace à la souveraineté et à l’identité canadiennes. Cette vision va donc à l’encontre des conceptions plus nationalistes de la politique étrangère, comme l’internationalisme. Cette attitude dénote probablement une grande confiance dans la capacité des entreprises canadiennes à faire face à la concurrence américaine, ainsi que dans l’affirmation de l’identité canadienne. En ce sens, les idées continentalistes peuvent être associées à l’image du Canada comme « puissance majeure » (exposée au chapitre 2), selon laquelle le Canada est suffisamment fort pour résister à l’influence des États-Unis et défendre ses propres intérêts. Il s’agit cependant là d’une des faiblesses du discours continentaliste, car ses défenseurs, trop souvent obnubilés par des priorités d’ordre commercial, parviennent rarement à rassurer ceux qui, parmi leurs interlocuteurs, craignent de voir l’identité canadienne emportée au profit des États-Unis.

103Les craintes concernant l’identité canadienne sont aussi renforcées par les politiques que dicte l’impératif de conserver de bonnes relations avec les États-Unis qui est au cœur de cette vision. Bien souvent, cet impératif semble conduire à une attitude qui ressemble à une « super loyauté » à l’égard des États-Unis dans des domaines autres que ceux relevant de l’économie. Ainsi, le désir de ménager les susceptibilités de Washington peut conduire les tenants du continentalisme à accepter d’importantes concessions dans le domaine de la sécurité ou de la défense, et à appuyer des initiatives américaines mal perçues par la majorité de la population canadienne.

  • 106 Stéphane Roussel, « Pearl Harbor et le World Trade Center. Le Canada face aux États-Unis en périod (...)

104Si la signature des deux traités de libre-échange a marqué le premier triomphe des idées continentalistes contemporaines, les attentats survenus à New York et Washington en 2001 ont certainement contribué à les renforcer, en particulier à travers ce qu’il est convenu d’appeler « l’effet 12 septembre ». En effet, l’une des premières conséquences de ces attaques aura été un brusque renforcement de la sécurité aux frontières, ce qui s’est traduit par la formation d’un immense goulot d’étranglement dans le commerce entre les deux pays. Le gouvernement libéral de Jean Chrétien, déjà engagé dans un processus de réforme de la frontière avec les États-Unis depuis 1995, a réagi rapidement, en concluant deux ententes majeures avec Washington dès décembre 2001, soit l’Entente de coopération sur la sécurité des frontières et le contrôle de la migration régionale et le Plan d’action pour la création d’une frontière intelligente Canada – États-Unis. Pour plusieurs cependant, ces mesures sont insuffisantes. L’une des leçons que tirent les continentalistes est qu’il faut que le processus d’intégration franchisse une nouvelle étape, de manière à réduire les risques que l’effet « 12 septembre » se répète106.

  • 107 Voir le numéro thématique de la revue Option politique d’avril 2003 (vol. 24, no 4) et en particul (...)
  • 108 Stéphane Roussel, op. cit. (2002). Voir aussi Stéphane Roussel, « Sécurité, souveraineté ou prospé (...)
  • 109 Par exemple, Stephen Clarkson, Locked in the Continental Ranks : Redrawing the American Perimeter (...)

105C’est ainsi que vont naître ce que l’on appelle les « grandes idées » (big ideas) et le concept de périmètre de sécurité. Les grandes idées sont des projets qui consistent à demander aux États-Unis d’approfondir l’intégration économique, que ce soit par la création d’une union douanière, d’un marché commun ou d’une union monétaire. En échange, le Canada accepterait de renforcer ses mesures de sécurité et, surtout, de les harmoniser avec celles en vigueur aux États-Unis. Ces grandes idées seront surtout le fait d’économistes107. Le périmètre de sécurité désigne plus particulièrement cette idée d’harmonisation des mesures en vigueur aux frontières. Il s’agit essentiellement d’adopter des standards et des procédures communes s’appliquant aux personnes et marchandises venant de l’extérieur de l’Amérique du Nord de manière à permettre une réduction des contrôles entre le Canada et les États-Unis. Si ce concept a d’abord été formulé par des fonctionnaires canadiens, il est devenu, en 2001-2002, un élément clef du discours des deux ambassadeurs qui ont représenté les États-Unis au cours de cette période. Par contre, le gouvernement de Jean Chrétien a rapidement pris ses distances face à cette notion de périmètre de sécurité, au point de bannir complètement le terme du vocabulaire officiel108. De plus, les promoteurs des deux concepts se sont, bien entendu, attiré les foudres des auteurs plus méfiants face au processus d’intégration avec les États-Unis, que ce soit sur le plan économique ou celui de la sécurité109.

  • 110 Certains font des distinctions entre le nationalisme civique, le nationalisme ethnique et l’ultran (...)
  • 111 Voir Kim Richard Nossal, « Le nationalisme économique et l’intégration continentale : hypothèses, (...)

106Le débat entourant les propositions de nature continentaliste soulève en fait une question délicate, de nature existentielle, dans la mesure où elle touche à l’identité du Canada. Il s’agit de la question de l’antiaméricanisme, qui revient épisodiquement en politique étrangère canadienne. Cette attitude est, en fait, un attribut fondamental d’un autre système de pensée incontournable en politique étrangère : le nationalisme. Celui-ci implique l’existence d’un rapport d’altérité face aux autres sociétés (ce qui fait la distinction entre « eux » et « nous »), rapport qui se transforme parfois en méfiance ou en hostilité. Les Canadiens n’en ont pas été exempts, même si on l’attribue plus facilement aux Québécois110. Bien qu’il soit de mise pour les nationalistes canadiens de se déclarer pro-Canadiens plutôt qu’anti-Américains111, il n’en demeure pas moins que l’existence du Canada est la négation même du projet national américain amorcé dans les années 1770. Le Canada est le résultat d’un acte antiaméricaniste – celui de tous ceux qui ont refusé de rallier les autres Nord-Américains qui voulaient fonder une nouvelle république, séparée de l’Empire britannique. À la limite, on pourrait dire que la politique étrangère est un acte perpétuel d’antiaméricanisme, puisque son principal objectif est de préserver l’identité et de veiller aux intérêts d’une entité politique distincte sur le continent nord-américain.

***

107L’impérialisme, l’isolationnisme, l’internationalisme et le continentalisme ont dominé le débat public sur la politique étrangère pendant presque tout le XXe siècle. Ces systèmes de pensée agissent comme des contraintes sur les dirigeants, en fixant les paramètres de leurs décisions et en réduisant l’éventail des options possibles. Les dirigeants peuvent difficilement aller à l’encontre des idées solidement ancrées dans la société, sinon en prenant des risques considérables : le gouvernement Laurier n’aurait pu rester indifférent lors de la guerre des Boers, pas plus que, près d’un siècle plus tard, le gouvernement Chrétien n’aurait pu fermer les yeux devant la violence dont étaient victimes les Kosovars d’origine albanaise.

  • 112 Pour Kim Richard Nossal, la sécurité humaine (comme les autres concepts de sécurité qui l’ont préc (...)

108La transition d’une idée dominante à une autre ne se fait pas d’une façon nette et précise. Certaines idées dominantes présentent parfois des traits communs avec celles qui les ont précédées, même si les fondements en sont différents. Il faut nécessairement du recul pour identifier une idée dominante et les observateurs contemporains sont les plus mal placés pour se prononcer. Une idée en émergence constitue-t-elle un feu de paille ou marque-t-elle une rupture réelle avec le passé ? L’interprétation diamétralement opposée que deux des auteurs de cet ouvrage ont fait de la sécurité humaine illustre bien cette difficulté112. Celle-ci est d’autant plus réelle que deux systèmes de pensée peuvent bien coexister sans que les contradictions soient trop apparentes. Par exemple, le gouvernement Mulroney a mené une politique d’inspiration nettement continentaliste en signant un traité de libre-échange avec les États-Unis, mais ses relations avec le reste du monde semblaient bien plus marquées par le sceau de l’internationalisme – un terme qu’il a d’ailleurs repris à son compte. On retrouve la même ambivalence dans l’Énoncé de politique internationale publié par le gouvernement Martin en 2005.

  • 113 Cité dans James Eayrs, In Defence of Canada, tome 4 : Growing Up Allied, Toronto, University of To (...)

109En guise de conclusion, il y a lieu de faire deux observations quant à l’impact des idées dominantes sur les rapports entre les dirigeants et la société civile. Tout d’abord, les idées dominantes dans la société et celles qui prévalent au sein de l’appareil d’État ne coïncident pas nécessairement. Alors que l’isolationnisme du début des années 1920 est un bon exemple d’une telle coïncidence, il arrive que le gouvernement devance l’opinion publique, comme ce fut le cas pour l’autonomisme qui a prévalu pendant la Première Guerre mondiale et au début des années 1920. En d’autres temps, les dirigeants peuvent traîner de l’arrière ; Mackenzie King (contrairement à son ministre Saint-Laurent) était resté si marqué par la crise de la conscription qu’en mars 1948, au moment de s’engager dans les négociations qui devaient mener à la conclusion de l’Alliance atlantique, il était rongé par la crainte que cela ne mène à une nouvelle conscription. « J’en transpirais d’anxiété », devait-il admettre113. Ensuite, les représentants du gouvernement peuvent parfois se faire les promoteurs d’une nouvelle idée, et utilisent leur autorité pour asseoir la légitimité de certains concepts au détriment des autres. Ce qui fut le cas pour l’autonomisme de Borden et de King, l’internationalisme de Saint-Laurent et de Pearson, ou encore la sécurité humaine de Lloyd Axworthy. Mais leur succès dépend largement de la réceptivité de la population. Pour être bien reçue, une idée nouvelle doit, à tout le moins, être en harmonie avec les valeurs fondamentales, l’expérience récente et les préoccupations de la société. Ceci explique peut-être la difficulté du continentalisme à faire consensus et à s’imposer comme idée dominante : cette vision du monde se heurte au besoin qu’éprouvent les Canadiens de renforcer leur identité nationale et de se distinguer des États-Unis – alors que le continentalisme semble précisément faire l’inverse. De même, cette harmonie avec les valeurs dominantes dans la société pourrait bien expliquer la longévité de l’internationalisme qui, encore aujourd’hui et peut-être par défaut, constitue le système de pensée dominant en politique étrangère canadienne.

Notes

1 Voir, par exemple, Yosef Lapid et Friedrich Kratochwil (dir.), The Return of Culture and Identity in IR Theory, Boulder, Lynne Rienner, 1996 ; Peter J. Katzenstein (dir.), The Culture of National Security : Norms and Identity in World Politics, New York, Columbia, 1996 ; Michael C. Desh, « Culture Clash : Assessing the Importance of Ideas in Security Studies », International Security, vol. 23, no 1, été 1998, p. 141-170. Pour un survol, Dario Battistella, Théories des relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2006, p. 283-317 ; Alex Macleod, « L’approche constructiviste de la politique étrangère », dans Frédéric Charillon (dir.), Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Science Po, 2002, p. 65-89.

2 G. Bruce Doern et Richard W. Phidd, Canadian Public Policy : Ideas, Structure and Process, Toronto, Methuen, 1983, p. 54-59.

3 Voir Stéphane Roussel et David Morin, « Les multiples incarnations de la culture stratégique et les débats qu’elles suscitent », dans Stéphane Roussel (dir.), Culture stratégique et politique de défense : l’expérience canadienne, Montréal, Athéna, 2007, p. 17-42.

4 Denis Stairs, « The Political Culture of Canadian Foreign Policy », Revue canadienne de science politique, vol. 15, no 4, décembre 1982, p. 667-690.

5 Pour des exemples de telles tentatives, voir David G. Haglund, The North Atlantic Triangle Revisited. Canadian Grand Strategy at Century’s End, Toronto, CIIA, 2000 ; voir aussi les auteurs réunis dans Stéphane Roussel (dir.), op. cit.

6 Par exemple, à propos de l’impact des valeurs démocratiques libérales sur la façon dont les dirigeants canadiens concevaient l’Alliance atlantique lors de sa création, voir Stéphane Roussel, « L’instant kantien : la contribution canadienne à la création de la “communauté nord-atlantique”, Ottawa, (1947-1949) », dans Greg Donaghy (dir.), Le Canada et la Guerre froide, 1943-1957, Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, 1999, p. 119-156.

7 Carl Berger, The Sense of Power. Studies in the Ideas of Canadian Imperialism 1867-1914, Toronto, University of Toronto Press, 1970, p. 259-265 ; voir aussi John W. Holmes, « Nationalism in Canadian Foreign Policy », dans Peter Russell (dir.), Nationalism in Canada, Toronto, McGraw-Hill Ryerson, 1966, p. 203-206.

8 S. F. Wise et Robert Craig Brown, Canada Views the United States. Nineteenth-Century Political Attitudes, Seattle, University of Washington Press, 1967 ; voir aussi Carl Berger, op. cit., (1970).

9 Cité dans Desmond Morton, Une histoire militaire du Canada 1608-1991, Montréal, Septentrion, 1992, p. 163 ; et dans George F. G. Stanley, Nos soldats. L’histoire militaire du Canada de 1604 à nos jours, Montréal, Éd. de l’Homme, 1980, p. 369.

10 John W. Holmes, op. cit. (1966), p. 206.

11 Carl Berger, op. cit. (1970), p. 120-127; James Eayrs, « The Round Table Movement in Canada, 1909-1920 », dans Carl Berger et al., op. cit. (1969), p. 61-80.

12 Sur les politiques commerciales du Canada au temps de l’Empire, voir Michael Hart, A Trading Nation. Canadian Trade Policy from Colonialism to Globalization, Vancouver, UBC Press, 2002, p. 25-44.

13 Stéphane Roussel, The North American Democratic Peace : Absence of War and Security Institution-Building in Canada-US Relations, 1867-1958, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press/School of Policy Studies, 2004, p. 111-117.

14 J. L Granatstein, « The Conservative Party and the Ogdensburg Agreement », International Journal, vol. 22, no 1, hiver 1966-1967, p. 73-76.

15 H. Bourassa, cité dans Joseph Levitt (dir.), Henri Bourassa on Imperialism and Biculturalism, 1900-1918, Toronto, Copp Clark, 1970, p. 174 [la citation originale est en anglais].

16 Mgr Bégin, cité par Robert J. D. Page (dir.), Imperialism and Canada, 1895-1903, Toronto, Holt, Rinehart and Winston, 1972. La citation originale est en anglais. Voir aussi, sur l’attitude du clergé québécois lors de la Première Guerre mondiale, René Durocher, « Henri Bourassa, les évêques et la guerre de 1914-1918 », dans Jean-Yves Gravel (dir.), Le Québec et la guerre, Montréal, Boréal, 1974, p. 47-75.

17 Cité dans Joseph Levitt, op. cit., p. 64.

18 Desmond Morton, Une histoire militaire du Canada 1608-1991, Montréal, Septentrion, 1992, p. 168-174.

19 Carman Miller, Painting the Map in Red : Canada and the South African War, 1899-1902, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1993. Des extraits des journaux de l’époque sont reproduits dans Robert J. D. Page, Imperialism and Canada, 1895-1903, Toronto, Holt, Rinehart and Winston, 1972, p. 61-91.

20 Cité dans C. P. Stacey, Canada and the Age of Conflict. A History of Canadian External Policies (vol. I : 1867-1921), Toronto, Macmillan Canada, 1977, p. 59-60.

21 Voir James I. W. Corcoran, « Henri Bourassa et la guerre sud-africaine », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 19, no 3, décembre 1965, p. 414-442 ; voir les citations de Bourassa dans Robert Lacour-Gayet, Histoire du Canada, Paris, Fayard, 1979, p. 458. C’est à l’occasion d’une discussion avec Bourassa sur ce sujet que Laurier eu cette réplique devenue le célèbre : Bourassa : « Avez vous pris en considération l’opinion de la province de Québec ? » Laurier : « La province de Québec n’a pas d’opinion, elle n’a que des sentiments. »

22 Cité dans Donald G. Creighton, Canada’s First Century, Toronto, Macmillan, 1970, p. 145.

23 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la Confédération à la crise, Montréal, Boréal Express, 1979, p. 597-598. À l’exception de l’élection de 1930, seule une poignée de députés conservateurs (de 2 à 9, selon les scrutins) parviendront à obtenir un siège au Québec entre 1918 et 1958. Ce n’est qu’avec Diefenbaker qu’une vague conservatrice déferlera sur la province et permettra l’élection de 50 députés.

24 Cité dans Jean-Charles Bonenfant, « Le développement du statut international du Canada », dans Paul Painchaud (dir.), Le Canada et le Québec sur la scène internationale, Québec, Presses de l’Université Laval/CQRI, 1977, p. 42.

25 Donald Page, « The Institute’s “Popular” Arm : The League of Nations Society in Canada », International Journal, vol. 33, hiver 1977-1978, p. 39-40 ; C. P. Stacey, Canada and the Age of Conflict. A History of Canadian External Policies (vol. II : 1921-1948 The Mackenzie King Era), Toronto, University of Toronto Press, 1981, p. 186.

26 Leacock, cité dans J. L. Granatstein et Robert Bothwell, « “A Self-Evident Duty” : Canadian Foreign Policy, 1935-1939 », dans Jack L. Granatstein (dir.), Canadian Foreign Policy. Historical Readings, Toronto, Copp Clark Pitman, 1986, p. 125.

27 Sur la crise de Suez, voir Robert W. Reford, « Peacekeeping at Suez, 1956 », dans Don Munton et John Kirton (dir.), Canadian Foreign Policy : Selected Cases, Scarborough, Prentice Hall Canada, 1992, p. 58-77 ; John W. Holmes, The Shaping of Peace : Canada and the Search for World Order 1943-1957; tome 2, Toronto, University of Toronto Press, 1982, p. 348-370.

28 Cité dans James Eayrs, Canada in the World Affairs, vol. 9: October 1955 to June 1957, Toronto, Oxford University Press, 1959, p. 188.

29 Cité dans C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 30.

30 Chambre des communes, Débats, 4e session, 12e législature (session spéciale), 19 août 1914, p. 10.

31 « C’est le droit et le devoir de l’Angleterre, et de chacune de ses colonies d’être prêtes, oui, prêtes, et en même temps fermes dans leur sentiment de loyauté et de dévouement à l’Empire en général », Chambre des communes, Débats, 6e session, 7e législature, 16 janvier 1896, p. 157.

32 Dans Peter Stursberg (dir.), Lester Pearson and the American Dilemma, Toronto, Doubleday, 1980, p. 156-157.

33 Voir James Eayrs, op. cit. (1959), p. 188, note no 50.

34 Jean-Charles Bonenfant, op. cit.

35 Alexander de Conde, Entangling Alliance, Durham, Duke University Press, 1958.

36 Sur les traits de l’isolationnisme canadien, voir David G. Haglund, « Le Canada dans l’entre-deux-guerres », Études internationales, vol. 31, no 4, décembre 2000, p. 727-743 ; David G. Haglund, « Are We the Isolationists? », International Journal, vol. 58, no 1, hiver 2002-2003, p. 1-23 ; Robert Bothwell, « The Canadian Isolationist Tradition », International Journal, vol. 54, no 1, hiver 1998-1999, p. 76-88 ; Gregory A. Johnson et David A. Lenarcic, « The Decade of Transition : The North Atlantic Triangle during the 1920s » et Brian J. C. McKercher, « World Power and Isolationism », dans B. J. C. McKercher et Lawrence Aronsen (dir.), The North Atlantic Triangle in a Changing World. Anglo-American-Canadian Relations, 1902-1956, Toronto, University of Toronto Press, 1996, p. 81-109 et 110-146.

37 Sir Wilfrid Laurier et Henri Bourassa, pourtant adversaires politiques, avaient coutume de faire référence à l’Europe comme un « tourbillon du militarisme » ; cités dans Desmond Morton, op. cit. (1992), p. 183.

38 David G. Haglund, op. cit. (2002-2003), p. 9-10 ; Haglund, op. cit. (2000), p. 737-738.

39 John Keegan, The First World War, Toronto, Key Porter Books, 1998, p. 6.

40 Chiffres tirés de C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 192 et 235 ; et de Desmond Morton, Canada at War : A Military and Political History, Toronto, Butterworths, 1981, p. 82 et 86.

41 Chambre des Communes, Débats, 3e session, 13e législature, 11 septembre 1919, p. 234.

42 Cité dans James Eayrs, « “A Low Dishonest Decade” : Aspects of Canadian External Policy, 1931-1939 », dans Hugh L. Keenleyside et al., The Growth of Canadian Policies in External Affairs, Durham, Duke University Press, 1960, p. 61.

43 Chambre des communes, Débats, 3e session, 13e législature, 9 septembre 1919, p. 149.

44 Ibid., p. 143.

45 Chambre des communes, Débats, 3e session, 13e législature, 10 septembre 1919, p. 160.

46 Voir « The Geneva Protocol (Dandurand, 2 October 1924) », dans Walter A. Riddell (dir.), Documents on Canadian Foreign Policy, 1917-1939, Toronto, Oxford University Press, 1962.

47 Stéphane Roussel, op. cit. (2004); Sean M. Shore, « No Fences Make Good Neighbors : The Development of the Canadian-American Security Community, 1871-1940 », dans Emanuel Adler et Michael Barnett (dir.), Security Communities, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 333-367.

48 Donald Barry, « The Politics of “Exceptionalism” : Canada and the United States as a Distinctive International Relationship », Dalhousie Review, vol. 60, no 10, printemps 1980, p. 114-137.

49 Cité dans P. B. Waite, « French-Canadian Isolationism and English Canada : An Elliptical Foreign Policy, 1935-1939 », Journal of Canadian Studies, vol. 18, no 2, été 1983, p. 141.

50 Cité dans Robert Bothwell et Norman Hillmer (dir.), The In-Between Time : Canadian External Policy in the 1930s, Toronto, Copp Clark, 1975, p. 20.

51 Cité dans P. B. Waite, op. cit. (1983), p. 136.

52 Ibid.; Brian J. C. McKercher, op. cit. (1996).

53 C. P. Stacey, op. cit. (1981), p. 164-165.

54 R. A. Mackay et E. B. Rogers, Canada Looks Abroad, Toronto, Oxford University Press, 1938, p. 164-165.

55 Cité dans Norman Hillmer, « The Anglo-Canadian Neurosis : The Case of O. D. Skelton », dans Peter Lyon (dir.), Britain and Canada : Survey of a Changing Relationship, Londres, Frank Cass, 1976, p. 77-78.

56 Le Canada devait aussi déclarer la guerre au Japon de façon tout à fait distincte de l’Angleterre. En fait, en raison d’un curieux jeu de circonstances et de date, le Canada fut le premier État occidental à entrer légalement en guerre avec le Japon, avant même les États-Unis et l’Angleterre, C. P. Stacey, op. cit. (1981), p. 322.

57 Michel Fortmann, « L’atlantisme et le repli identitaire nord-américain. Faut-il craindre une vague isolationniste aux États-Unis et au Canada ? », Les premières conférences stratégiques annuelles de l’IRIS, Paris, La documentation française, 1996, p. 87-96 ; Joseph T. Jockel et Joel J. Sokolsky, « Dandurand Revisited : Rethinking Canada’s Defence Policy in an Unstable World », International Journal, vol. 48, no 2, printemps 1993, p. 380-401 ; Jean-François Rioux et Robin Hay, « Canadian Foreign Policy : From Internationalism to Isolationism », International Journal, vol. 54, no 1, hiver 1998-1999, p. 57-75 ; Douglas Alan Ross, « Canada and the World at Risk : Depression, War, and Isolationism for the 21st Century ? », International Journal, vol. 52, no 1, hiver 1996-1997, p. 1-24.

58 Par exemple, Canada 21. Le Canada et la sécurité commune au XXIe siècle, Toronto, Centre for International Studies - University of Toronto, 1994.

59 Pierre Martin et Michel Fortmann, « Canadian Public Opinion and Peacekeeping in a Turbulent World », International Journal, vol. 50, no 2, printemps 1995, p. 370-400 ; J. S. Finan et S. B. Flemming, « Public Attitudes Toward Defence and Security in Canada », dans David B. Dewitt et David Leyton-Brown (dir.), Canada’s International Security Policy, Scarborough, Prentice-Hall, 1995, p. 295.

60 L’internationalisme est souvent défini comme une forme d’activisme international, avec ou sans référence à la notion de responsabilité. Voir Eugene R. Wittkopf, Charles W. Kegley Jr. et James M. Scott, American Foreign Policy : Pattern and Process, 6e édition, Belmont (CA), Thomson Wadsworth, 2003, p. 256-257 ; David B. Dewitt et John J. Kirton, Canada as a Principal Power, Toronto, John Wiley & Sons, 1983, p. 48-57.

61 Sur le concept de contrepoids, voir David G. Haglund et Stéphane Roussel, « Escott Reid, the North Atlantic Treaty, and Canadian Strategic Culture », dans Greg Donaghy et Stéphane Roussel (dir.), Escott Reid, Diplomat & Scholar, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, p. 44-66.

62 Stéphane Roussel et Chantal Robichaud, « L’État post-moderne par excellence ? Internationalisme et promotion de l’identité internationale du Canada », Études internationales, vol. 35, no 1, mars 2004, p. 149-170.

63 D’après le titre du chapitre 7 de son ouvrage The Forked Road : Canada 1939-1957, Toronto, McClelland & Stewart, 1976. Selon John W. Holmes, « le mot “révolution”[...] est peut-être exagéré. Il s’agissait plus d’un changement de volonté que de politique ». John W. Holmes, The Shaping of Peace : Canada and the Search for World Order 1943-1957, tome 1, Toronto, University of Toronto Press, 1979, p. 4.

64 Sur les principaux hauts fonctionnaires en poste à cette époque, voir J. L. Granatstein The Ottawa Men. The Civil Service Mandarins, 1935-1957, Toronto, Oxford University Press, 1982.

65 Lester B. Pearson, « Forty Years On : Reflections on Our Foreign Policy », International Journal, vol. 22, été 1967, p. 357.

66 John English, Shadow of Heaven : The Life of Lester Pearson. vol. I 1897-1948, Toronto, Lester & Orpen Dennys, 1989, p. 201-202.

67 Lester B. Pearson, Words and Occasions, Toronto, University of Toronto Press, 1970, p. 55.

68 Denis Stairs, « Present in Moderation : Lester Pearson and the Craft of Diplomacy », International Journal, vol. 29, no 1, hiver 1973-1974, p. 145.

69 Dale C. Thompson, Louis St-Laurent : Canadian, Toronto, Macmillan, 1967, p. 176.

70 Louis Saint-Laurent, « The Foundation of Canadian Policy in World Affairs », Toronto (Gray Foundation Lectureship), 13 janvier 1947, Statements and Speeches, vol. 47, no 2.

71 Sur ces différents événements, voir John W. Holmes et Jean-René Laroche, « Le Canada et la Guerre froide », dans Paul Painchaud (dir.), op. cit. (1977), p. 275-302 ; John Holmes, op. cit. (1982).

72 J. L. Granatstein, op. cit. (1982). Voir aussi Escott Reid, Time of Fear and Hope : The Making of North Atlantic Treaty 1947-1949, Toronto, McClelland and Stewart, 1977, Greg Donaghy et Stéphane Roussel (dir.).

73 Denis Stairs, The Diplomacy of Constraint : Canada, the Korean War and the United States, Toronto, University of Toronto Press, 1974, p. 58.

74 Sur l’attitude de la presse et de la population québécoise face aux engagements militaires internationaux, voir James Ian Gow, « Les Québécois, la guerre et la paix, 1945-1960 », Revue canadienne de science politique, vol. 3, no 1, mars 1970, p. 88-122.

75 John Holmes, op. cit. (1982), p. 119.

76 André P. Donneur, « La politique étrangère de Pearson à Trudeau : entre l’internationalisme et le réalisme », dans Yves Bélanger et Dorval Brunelle (dir.), L’ère des libéraux. Le pouvoir fédéral de 1963 à 1984, Montréal, PUQ, 1988, p. 37-53.

77 Gouvernement du Canada, Secrétaire d’État aux Affaires extérieures, Politique étrangère au service des Canadiens, Ottawa, Infomation Canada, 1970, p. 8.

78 Sur les droits de la personne, voir Robert O. Matthews et Cranford Pratt (dir.), Human Rights in Canadian Foreign Policy, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1988 ; sur le contrôle des armements, voir Albert Legault et Michel Fortmann, Une diplomatie de l’espoir. Le Canada et le désarmement 1945-1988, Québec, PUL/CQRI, 1989.

79 Parlement du Canada, Indépendance et internationalisme. Rapport du Comité mixte spécial sur les relations extérieures du Canada, Ottawa, 1986, p. 149-152. Voir aussi Joe Clark, « Canada’s New Internationalism », dans John W. Holmes et John Kirton (dir.), Canada and the New Internationalism, Toronto, CIIA, 1988.

80 Kim Richard Nossal, « Tous pour un, un pour tous ! », Paix et sécurité, vol. 4, no 1, p. 4-5.

81 Stéphane Roussel (avec la coll. de Chantal Robichaud), « L’élargissement virtuel : un Québec souverain face à l’OTAN (1968-1995) », Les cahiers d’histoire, vol. 20, no 2, hiver 2001, p. 147-193.

82 Andrew Cohen, While Canada Slept. How We Lost our Place in the World, Toronto, McClelland & Stewart, 2003.

83 John W. Holmes (dir.), No Other Way. Canada and International Security Institutions, Toronto, University of Toronto Press, 1986.

84 Andrew F. Cooper, Richard Higgott et Kim Richard Nossal, Relocating Middle Powers : Australia and Canada in a Changing World Order, Vancouver, University of British Columbia Press, 1993 ; Michel Fortmann et Manon Tessier, « Le maintien de la paix et les conservateurs : une nouvelle approche ? », Études internationales, vol. 31, no 2, juin 2000, p. 311-327.

85 Affaires extérieures et Commerce extérieur Canada, « Notes pour une allocution du secrétaire d’État aux Affaires extérieures, le très honorable Joe Clark, à la quarante-cinquième session de l’Assemblée générale des Nations Unies », Déclaration, vol. 90, no 55, 26 septembre 1990 ; Kim Richard Nossal, « Seeing Things ? The Adornment of “Security” in Canada and Australia », Australian Journal of International Affairs, vol. 49, no 1, mai 1995, p. 33-47.

86 Myriam Gervais et Stéphane Roussel, « De la sécurité de l’État à celle de l’individu : l’évolution du concept de sécurité au Canada (1990-1996) », Études internationales, vol. 29, no 1, mars 1998, p. 38-39.

87 Kim Richard Nossal, « Un pays européen ? L’histoire de l’atlantisme au Canada », dans La politique étrangère canadienne dans un ordre international en mutation. Une volonté de se démarquer ?, Québec, CQRI, 1992, p. 131-160 ; Stéphane Roussel, « Amère Amérique... L’OTAN et l’intérêt national du Canada », Revue canadienne de défense, vol. 22, no 4, février 1993, p. 35-42.

88 André P. Donneur et Stéphane Roussel, « Le Canada : quand l’expertise et la crédibilité ne suffisent plus », dans Alex Macleod et Stéphane Roussel (dir.), Intérêt national et responsabilités internationales : six États face au conflit en ex-Yougoslavie (1991-1995), Montréal, Guérin, 1996, p. 143-160.

89 Ministère de la Défense nationale, Le livre blanc sur la Défense de 1994, Ottawa, Ministère des Approvisionnements et Services Canada, 1994, p. 3.

90 Voir, par exemple, Guy Gosselin (dir.), La politique étrangère du Canada : approches bilatérales et régionale, Québec, CQRI, 1984.

91 Pour des exemples de cette vague d’études régionales, voir Louise Fawcett et Andrew Hurrell (dir.), Regionalism in World Politics. Regional Organization and International Order, Oxford, Oxford University Press, 1995 ; Frank Petiteville, « Les processus d’intégration régionale, vecteurs de recomposition du système international ? », Études internationales, vol. 28, no 3, septembre 1997, p. 511-533 ; Jean-François Thibault, « Le nouveau régionalisme : Un défi pour la théorie des relations internationales », Continentalisation, Cahier de recherche no 95-5, Montréal, UQAM, septembre 1995 ; pour un point de vue plus sceptique, Kenneth Waltz, « The Emerging Structure of International Politics », International Security, vol. 18, no 2, automne 1993, p. 44-79.

92 Cité dans Peter C. Dobbell, Canada’s Search for New Roles. Foreign Policy in the Trudeau Era, Toronto, Oxford University Press, 1972, p. 4.

93 David G. Haglund, op. cit. (2000), p. 52-75.

94 Michael Hart, « Canada Discovers its Vocation as a Nation of the Americas », dans Fen Osler Hampson et Christopher J. Maule (dir.), Canada Among Nations 1990-91. After the Cold War, Ottawa, Carleton University Press, 1991, p. 111.

95 Sur la dynamique d’intégration dans les Amériques et la place du Canada dans ce processus, voir les nombreux travaux de Christian Deblock et Dorval Brunelle, notamment le numéro spécial de la revue Études internationales faisant le bilan de la réflexion sur « le projet des Amériques » (vol. 32, no 4, décembre 2001).

96 Gordon Mace, « L’adhésion du Canada à l’OÉA : la primauté des facteurs externes », Études internationales, vol. 31, no 2, juin 2000, p. 291-310.

97 Guy gosselin, Gordon Mace et Louis Bélanger, « La sécurité coopérative régionale dans les Amériques : le cas des institutions démocratiques », dans Michel Fortmann, S. Neil MacFarlane et Stéphane Roussel (dir.), Tous pour un ou chacun pour soi. Promesses et limites de la coopération régionale en matière de sécurité, Québec, IQHEI, 1996, p. 337-359.

98 Parlement du Canada, La politique étrangère du Canada : principes et priorités pour l’avenir, Ottawa, Services des publications, Direction des publications parlementaires, 1994, p. 11 ; Gouvernement du Canada, Le Canada dans le monde. Énoncé du gouvernement, Ottawa, Gouvernement du Canada, 1995, p. 29.

99 Ministère des Affaires étrangères et Commerce international, La sécurité humaine : la sécurité des individus dans un monde en mutation, Ottawa, avril 1999, p. 5.

100 Ministère des Affaires étrangères..., op. cit. (1999), p. 6.

101 Paul Heinbecker, « La sécurité humaine : enjeux inéluctables », Revue militaire canadienne, vol. 1, no 1, printemps 2000, p. 11-16.

102 Gouvernement du Canada, Fierté et influence : notre rôle dans le monde (Énoncé de politique internationale du Canada), Ottawa, 19 avril 2005. Voir en particulier le fascicule sur la diplomatie, p. 14-15

103 Par exemple, Prosper Bernard Jr., « Canada and Human Security : From the Axworthy Doctrine to Middle Power Internationalism », The American Review of Canada Studies, vol. 36, no 2, été 2006, p. 233-261; Jutta Brunnee et Stephen Toope, « Canada and the Use of Force : Reclaiming Human Security », International Journal, vol. 59, no 2, printemps 2004, p. 247-260 ; Kyle Grayson, « Promoting Responsibility and Accountability : Human Security and Canadian Corporate Conduct », International Journal, vol. 61, no 2, printemps 2006, p. 479-494.

104 Voir, par exemple, Fen Hampson et Dean Oliver, « Pulpit Diplomacy : A Critical Assessment of the Axworthy Doctrine », International Journal, vol. 53, no 3, été 1998, p. 379-406 ; Kim Richard Nossal, « Pinchpenny Diplomacy. The Decline of “Good International Citizenship” in Canadian Foreign Policy », International Journal, vol. 54, no 1, hiver 1998-1999, p. 28-47 ; Dean Oliver, « Human Security and Canadian Foreign Policy », dans David Rudd, Jim Hanson et Jessica Blitt (dir.), Advance or Retreat ? Canadian Defence in the 21st Century, Toronto, CISS, 2000, p. 5-14. Le concept de soft power vient de Joseph Nye, Bound to lead : The Changing Nature of American Power, New York, Basic Books, 1990.

105 Sur l’évolution des idées continentalistes avant 1985, voir Richard Arteau, « Libreéchange et continentalisme : récapitulations », dans Christian Deblock et Richard Arteau (dir.), La politique économique canadienne à l’épreuve du continentalisme, Montréal, GRETSE-ACFAS, 1988, p. 169-195 ; Louis Balthazar, « Les relations canado-américaines : nationalisme et continentalisme », Études internationales, vol. 14, no 1, mars 1983, p. 23-37 ; Michael K. Hawes, Principal Power, Middle Power, or Satellite ?, Toronto, York Research Programme in Strategic Studies, 1984, p. 27-32 ; Panayotis Soldatos, « La revanche d’une logique régionale continentaliste : le libreéchange canado-américain », dans P. Soldatos et André P. Donneur, Le Canada entre les États-Unis et le monde, Captus Press, 1989, p. 115-143.

106 Stéphane Roussel, « Pearl Harbor et le World Trade Center. Le Canada face aux États-Unis en période de crise », Études internationales, vol. 33, no 4, décembre 2002, p. 667-695.

107 Voir le numéro thématique de la revue Option politique d’avril 2003 (vol. 24, no 4) et en particulier l’article de Daniel Schwanen, « Let’s Not Cut Corners : Unbundling the Canada-US Relationship », p. 12-19. Voir aussi Wendy Dobson, « Shaping the Future of the North American Economic Space. A Framework for Action », C.D. Howe Institute Commentary, no 162, avril 2002.

108 Stéphane Roussel, op. cit. (2002). Voir aussi Stéphane Roussel, « Sécurité, souveraineté ou prospérité ? Le Canada et le périmètre de sécurité nord-américain », Options politiques, vol. 23, no 3, avril 2002, p. 19-26 ; Stéphane Roussel, « The Blueprint of Fortress North America », dans David Rudd et Nicholas Furneaux (dir.), Fortress North America ? What “Continental Security” Means for Canada », Toronto, CISS, 2002, p. 12-19.

109 Par exemple, Stephen Clarkson, Locked in the Continental Ranks : Redrawing the American Perimeter after September 11th, Ottawa, Centre canadien de politiques alternatives, février 2002 ; Daniel Drache, L’illusion continentale. Sécurité et nordaméricanité, Montréal, Athéna Éditions, 2007 ; Jennifer Welsh, At Home in the World : Canada’s Global Vision for the 21st Century, Toronto, Harper Collins, 2004.

110 Certains font des distinctions entre le nationalisme civique, le nationalisme ethnique et l’ultranationalisme. Les Canadiens et les Québécois se rangent probablement dans la première catégorie, même si certains aiment bien classer les souverainistes québécois dans la seconde (voir, par exemple, l’argumentaire de l’historien américain James M. McPherson, Is Blood Thicker than Water ?, Toronto, Vintage Canada, 1998). Quant à l’ultranationalisme, qui a une connotation très négative, on le réserve aux extrémistes, tels que le Russe Vladimir Jerynovsky ou le Serbe Slobodan Milosevic.

111 Voir Kim Richard Nossal, « Le nationalisme économique et l’intégration continentale : hypothèses, arguments et causes », dans Denis Stairs et Gilbert R. Winham (dir.), Les dimensions politiques des rapports économiques entre le Canada et les États-Unis (Études, vol. 29), Ottawa, Commission royale sur l’union économique et les perspectives de développement du Canada, 1986 ; voir aussi J. L. Granatstein, Yankee Go Home ? Canadian and Anti-Americanism, Toronto, Harper Collins, 1996.

112 Pour Kim Richard Nossal, la sécurité humaine (comme les autres concepts de sécurité qui l’ont précédé) n’est qu’une forme d’enjolivement du concept de sécurité traditionnel, donc un changement purement cosmétique. À l’inverse, Stéphane Roussel et Myriam Gervais y perçoivent une rupture conceptuelle très nette avec le passé. Voir Kim Richard Nossal, (1995) ; Kim Richard Nossal, « Foreign Policy for Wimps », Ottawa Citizen, 23 avril 1998, p. A19 ; Myriam Gervais et Stéphane Roussel, op. cit. Le concept est analysé sous plusieurs angles dans Roland Paris, « Human Security : Paradigm Shift of Hot Air ? », International Security, vol. 26, no 2, automne 2001, p. 87-102.

113 Cité dans James Eayrs, In Defence of Canada, tome 4 : Growing Up Allied, Toronto, University of Toronto Press, 1980, p. 38.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search