Version classiqueVersion mobile

Politique internationale et défense au Canada et au Québec

 | 
Kim Richard Nossal
, 
Stéphane Roussel
, 
Stéphane Paquin

Première partie. Le contexte et les déterminants

3. La société civile et la politique étrangère

Texte intégral

1Pour les auteurs appartenant à l’école néoréaliste des relations internationales, les grandes orientations en politique étrangère sont essentiellement fonction de l’environnement externe d’un État et de la puissance relative dont celui-ci dispose. Mais, pour la plupart des auteurs qui analysent la politique étrangère, le comportement des dirigeants est aussi largement déterminé par l’environnement interne de leur État. Ces théoriciens accordent donc une grande importance aux variables liées à la politique intérieure et aux relations entre le gouvernement et les citoyens.

2Ce constat n’est pas nouveau : il y a plus de 2 000 ans, Sun Tzu affirmait que le développement de relations extérieures fructueuses reposait sur un rapport « harmonieux » entre le peuple et son souverain. À la même époque, Périclès, un général athénien, subissait les conséquences du mécontentement populaire suscité par les déboires de la guerre du Péloponnèse. Les préceptes taoïstes de Sun Tzu en matière de stratégie et le récit que fait Thucydide de la guerre entre les cités grecques de l’Antiquité évoquent donc la même idée : les relations entre gouvernants et gouvernés affectent la conduite des affaires de l’État, y compris dans ses rapports avec l’étranger.

3Les rapports entre l’État et la société civile semblent particulièrement importants pour comprendre la dynamique d’un système politique démocratique comme celui du Canada, dans la mesure où ses relations sont régies par les normes et les principes du libéralisme. Ceux-ci comprennent notamment le respect des droits individuels, le consentement des citoyens à être gouvernés, la souveraineté du peuple, l’existence d’institutions représentatives qui garantissent l’imputabilité des dirigeants, la primauté de la constitution et de la règle de droit. Les préceptes du libéralisme supposent que le comportement du gouvernement devrait être déterminé par les préférences et les intérêts des groupes et des individus qui composent la société civile. Ceci s’applique aussi à la politique étrangère.

4Ce chapitre vise à déterminer comment, et dans quelle mesure, ces individus et ces groupes (communautés culturelles, syndicats, entreprises, médias, etc.) façonnent la politique extérieure canadienne. Il convient donc de passer en revue les intérêts et les activités de quelques-uns de ces groupes, puis d’examiner comment ceux-ci peuvent influencer les décisions politiques.

LES INTÉRÊTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

  • 1 En fait, la grande majorité des théoriciens reconnaît l’importance des jeux politiques et des dive (...)
  • 2 André-J. Bélanger et Vincent Lemieux, Introduction à l’analyse politique, Montréal, Presses de l’U (...)
  • 3 Les citoyens doivent aussi surmonter ce que l’on appelle le « dilemme de l’action collective ». Ce (...)

5L’idée selon laquelle la politique intérieure a un effet déterminant sur la conduite de la politique étrangère est surtout associée à la théorie libérale1. Celle-ci présuppose que tous les individus tentent de maximiser leurs préférences et leurs intérêts, c’est-à-dire tout « ce qui est désirable pour l’acteur2 ». Ceci ne signifie pas pour autant que tous ces individus vont s’engager dans une activité politique pour défendre leurs intérêts. En fait, la plupart sont passifs. Certains sont persuadés que leurs intérêts sont plus ou moins bien servis par le système politique en place, et beaucoup de ceux qui estiment que leurs intérêts ne sont pas adéquatement représentés ne se lancent pas dans l’action politique pour essayer de changer cette situation. D’autres prétendent que la maximisation de leurs intérêts passe justement par un non-engagement dans les activités à caractère politique. Ce faible niveau d’engagement n’est pas dû à un manque de volonté de la part des citoyens, mais plutôt à un manque de moyens, et au sentiment d’impuissance qui en découle (« mon engagement ne ferait aucune différence »)3.

Intérêts et action politique

6Bon nombre d’individus refusent cependant de se cantonner dans l’inaction et n’hésitent pas à se lancer dans des activités politiques s’ils ont le sentiment que leurs intérêts ne sont pas défendus de façon adéquate. Comment y parviennent-ils ? Puisque l’action individuelle est peu susceptible de donner des résultats, ces personnes ont tendance à s’identifier, s’associer et s’organiser avec d’autres qui partagent leurs intérêts et leurs valeurs, ou qui ont des intérêts complémentaires. Les groupes ainsi constitués chercheront ensuite des appuis ailleurs dans la société, et tout particulièrement au sein de l’État, en utilisant certains moyens pour exprimer leurs revendications.

7Les concepts d’intérêts et de préférence soulèvent un grand nombre de questions. D’abord, la notion d’intérêt est presque systématiquement associée à l’idée de rationalité, puisqu’elle désigne la capacité de l’acteur de faire des calculs coûts-bénéfices pour maximiser cet intérêt. Ensuite, pour certains, la constitution des intérêts et des préférences est plutôt une affaire individuelle, et peut être le fruit d’innombrables facteurs qui vont de la psychologie à la condition économique. D’autres diront que les intérêts et préférences sont innés et fixes. Par exemple, l’appartenance à une classe sociale, à un genre ou à un groupe ethnique ou linguistique détermine les intérêts d’un individu, même si celui-ci n’en est pas pleinement conscient. S’il n’est pas possible de trancher dans ce débat, il faut néanmoins reconnaître que les groupes ont, comme les individus, des intérêts. Dans certains cas, ces intérêts sont explicites et clairement identifiables, tels ceux pour la défense ou la promotion desquels se sont justement constitués des groupes de pression. Dans d’autres cas cependant, on attribue à un groupe des intérêts communs, mais en fait ce groupe formé pour une tout autre raison (par exemple, la citoyenneté, l’ethnie, le genre, la langue ou encore la religion). Ainsi, il serait périlleux d’affirmer que tous les Canadiens ont intérêt à ce que la frontière avec les États-Unis reste ouverte, ou encore que le maintien de bonnes relations avec la France est une préférence partagée par tous les Québécois. Il faut donc utiliser avec prudence cette notion d’intérêt commun.

8Enfin, les intérêts peuvent être de différentes natures, selon qu’ils sont concrets ou symboliques. Les intérêts qui touchent directement au bienêtre physique ou matériel des individus sont des intérêts concrets, alors que ceux qui relèvent des valeurs, des idées ou des croyances sont symboliques. Il ne faut pas minimiser l’importance de la charge émotive des intérêts symboliques, car, bien entendu, ceux-ci sont directement affectés par les choix politiques du gouvernement. Cette distinction est importante, car la nature des intérêts en jeu aura un effet non seulement sur le niveau et la nature de l’activité politique, mais aussi sur l’impact qu’aura cette activité sur les dirigeants.

9Malgré toutes ces nuances et mises en garde, les préceptes libéraux constituent un point de départ intéressant, puisqu’ils orientent l’analyse autour de deux questions fondamentales : quels sont les intérêts des diverses composantes de la société civile ? Et comment celles-ci peuvent-elles promouvoir ou protéger ces intérêts ? Les réponses à ces questions permettent d’évaluer comment et jusqu’à quel point les citoyens canadiens parviennent à influencer les décisions de leur gouvernement en matière de politique étrangère et de défense.

L’éventail des intérêts des Canadiens

  • 4 Cité dans Donald Page, « The Institute’s “Popular Arm” : The League of Nations Society in Canada » (...)
  • 5 Canada, Chambre des communes, Débats de la Chambre des communes, 30e législature, 2e session, vol. (...)

10Il faut commencer par se demander jusqu’à quel point les citoyens canadiens sont intéressés par les questions de politique étrangère et de défense. Si certains se sentent directement concernés, il est difficile d’évaluer quel pourcentage n’éprouve aucun intérêt pour la politique étrangère de leur pays. En général, on présume que les Canadiens sont peu intéressés par les relations internationales – une opinion davantage basée plus sur l’intuition que sur des observations solides –, qu’ils sont coupés du monde extérieur, repliés sur eux-mêmes et plutôt préoccupés par les problèmes intérieurs. « Le public a démontré peu d’intérêt pour le conflit – ou alors en restant dans l’expectative », disait un mémorandum du ministère des Affaires extérieures adressé au premier ministre Mackenzie King en octobre 1935, lors de la conquête de l’Abyssinie (l’actuelle Éthiopie) par l’Italie. « Les gens s’intéressent énormément plus à l’Alberta qu’à l’Abyssinie4. » Quarante et un ans plus tard, cette perception demeurait inchangée ; le conservateur Claude Wagner, critique de l’opposition en matière d’affaires extérieures, déclara à la Chambre des communes en 1976 : « Les Canadiens s’intéressent plus aux questions pratiques, à l’inflation et au chômage, qu’à la politique étrangère5. » L’une des conséquences de cette attitude est le peu d’empressement de la population à réclamer une augmentation des budgets des ministères des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi que de l’Agence canadienne de développement international (ACDI). De même, il est relativement rare que des élections se gagnent ou se perdent sur des questions de politique étrangère ou de défense.

  • 6 J. S. Finan et S. B. Flemming, « Public Attitudes Toward Defence and Security in Canada », dans Da (...)
  • 7 P. H. Chapman, « The Canadian Public and Foreign Policy », International Perspective, janvier-févr (...)
  • 8 Michel Fortmann, « L’atlantisme et le repli identitaire nord-américain. Faut-il craindre une vague (...)

11Curieusement, les sondages d’opinion indiquent le contraire. Quand on leur demande s’ils éprouvent de l’intérêt pour le rôle de leur pays sur la scène internationale, les Canadiens sont généralement enclins à exprimer un haut niveau d’intérêt, comme le démontre un sondage CROP effectué en 1992 pour le compte du ministère de la Défense nationale6. Les sondages réalisés tout au long des années 1980 arrivent à des résultats semblables, ce qui a amené un haut responsable du ministère des Affaires extérieures à conclure que « l’image qui s’en dégage est celle d’une société dans laquelle une vaste majorité exprime un intérêt pour les événements internationaux [...] et s’attend à ce que le gouvernement s’active pour trouver des solutions aux problèmes internationaux7 ». De même, la crainte selon laquelle la population canadienne aurait pu, à la suite de la fin de la Guerre froide, retirer son appui aux principes internationalistes qui guidaient la politique étrangère depuis 1945, s’est avérée dénuée de fondement8.

  • 9 Elizabeth Riddell-Dixon propose une typologie différente des intérêts et des groupes qui se sont c (...)

12Il est raisonnable de croire que la population canadienne s’intéresse à toute une variété de sujets qui relèvent des relations internationales et de la politique étrangère, même si elle ne considère pas toujours qu’il s’agit de priorités ni que ce sont les premiers postes de dépenses dans lesquels le gouvernement devrait investir. En fait, ces intérêts deviennent surtout apparents lorsque des crises les remettent en question. Il est possible d’identifier trois types principaux d’intérêts fondés sur les liens ethniques, les préoccupations individualistes (ou « égoïstes ») touchant au bien-être matériel et physique, ou l’empathie pour les moins fortunés ou les victimes de conflits ou de catastrophes9.

Les intérêts ethniques

13Le Canada, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et les États-Unis, est un amalgame sociopolitique relativement récent, composé d’immigrants et de colons qui ont forgé un système politique inspiré de la tradition occidentale (plutôt que de s’intégrer aux communautés politiques déjà existantes des peuples autochtones). La société canadienne a été façonnée par des vagues successives d’immigrants – les tout premiers étant français et anglais – qui fondèrent des établissements de fortune à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Entre 1600 et 1800, lorsque tous les établissements nord-américains à l’est du Mississippi furent soumis, par la force, à la Couronne britannique (à l’exception des îles Saint-Pierre-et-Miquelon), l’immigration en provenance de France et des Pays-Bas se réduisit substantiellement. Si la communauté canadienne-française, relativement importante au moment de la Conquête, s’est accrue graduellement par la suite, c’est essentiellement grâce à un fort taux de natalité. La communauté anglophone, par contre, a connu une expansion très rapide, alimentée par les vagues d’immigrants en provenance des îles britanniques.

  • 10 Chiffres tirés de C. P. Stacey, Canada and the Age of Conflict. vol. I : 1867-1921, Toronto, Macmi (...)

14Au moment de la Confédération, la composition ethnique de la nation était sensiblement homogène ; au premier recensement de 1871, 60 % des 3 485 761 citoyens du nouveau Dominion ont déclaré être originaires du Royaume-Uni (le groupe le plus important provenant d’Irlande) ; 31 % étaient des Canadiens français ; le dernier groupe ethnique représentatif étant formés des Allemands (6 %)10. Les différents courants d’immigration du siècle suivant ont quelque peu modifié les origines ethniques de la population, sans pour autant remettre en question la prédominance de ce que l’on appelle les « deux solitudes ». Au flot continu d’immigrants en provenance du Royaume-Uni s’ajoutèrent les Asiatiques, venus travailler sur le chemin de fer transcontinental ; puis les immigrants en provenance d’Europe centrale, de l’Europe du Nord et de l’Est, et qui ont contribué à la colonisation des Prairies au cours des premières décennies du XXe siècle ; et aussi un certain nombre d’Américains.

15Les sources d’immigration se diversifient encore plus après la Deuxième Guerre mondiale, en raison des nombreux déplacements de population causés par ce conflit et le début de la Guerre froide. Fin 1960, avec l’assouplissement des procédures d’immigration, la diversité ethnique s’intensifie encore : les immigrants viennent des Caraïbes, d’Afrique, du Moyen-Orient, du sous-continent indien et d’Asie orientale. Les crises politiques internationales de l’après-guerre ont aussi un effet sur l’immigration au Canada : la répression de l’insurrection hongroise par l’Union soviétique en 1956 ; l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie en 1968 ; l’expulsion des Ougandais d’origine asiatique par le président autoproclamé Idi Amin Dada, en 1972 ; et l’expulsion par le Viêt-nam des Hoas (les Vietnamiens d’origine chinoise), en 1978 et 1979 ; sans oublier les milliers d’Américains venus se réfugier au Canada pendant la guerre du Viêt-nam, à la fin des années 1960, pour échapper à la conscription ou après avoir déserté. D’autres émigrent au Canada pour fuir l’agitation ou l’incertitude politiques de leur pays natal ; ils arrivent d’Afrique du Sud, tout particulièrement à la fin des années 1970 et au début des années 1980 ; des pays d’Amérique centrale, en proie à l’oppression et à la guerre civile ; du Chili, à la suite du renversement du gouvernement Allende en 1973 ; d’Haïti, dirigé par la main de fer des Duvalier jusqu’en 1986 ; et de Hong-Kong, au cours des années 1980 et 1990, surtout après le massacre de la place Tiananmen, en juin 1989.

16Le clivage traditionnel entre anglophones et francophones, ainsi que la diversité ethnique résultant des vagues successives d’immigration, vont tous deux avoir un impact sur la politique extérieure du Canada.

La dualité historique

  • 11 On peut le constater dans les débats à la Chambre des communes lors de la déclaration de guerre à (...)
  • 12 Gérard Filteau, Le Québec, le Canada et la guerre 1914-1918, Montréal, Éd. de l’Aurore, 1977, p. 1 (...)

17Les Canadiens français et les Canadiens anglais ont toujours eu une vision du monde différente et des conceptions divergentes sur le rôle international de leur pays. En conséquence, chacun tend à faire valoir ses intérêts en la matière en fonction de son appartenance à l’une ou l’autre des communautés linguistiques : les Canadiens d’origine britannique se préoccupent du sort de l’Empire britannique, auquel ils s’identifient, et de leur terre natale, l’Angleterre, que les tribuns politiques qualifient de « mère patrie » dans leur discours11. Les Canadiens français, au contraire, sont peu attachés à l’Angleterre, encore moins à l’Empire britannique, et ne perçoivent pas la France comme leur mère patrie, puisqu’ils considèrent que cette dernière les a abandonnés. Leur attitude au cours de la Première Guerre mondiale est donc plus conditionnée par des considérations de politique intérieure, et en particulier par leurs rapports avec le Canada anglais (par exemple, le tristement célèbre « règlement 17 » qui restreint l’enseignement du français dans les écoles ontariennes), que par des facteurs internationaux12.

18De plus, ni l’une ni l’autre des communautés ne considère comme légitime la vision du monde de l’autre. Dans un contexte de tensions nourries par les divisions entre « impérialistes » et « nationalistes » (exposées au chapitre 4), les Canadiens anglais ont vite fait de qualifier de « trahison » le fait que certains de leurs compatriotes francophones refusent de participer aux guerres qui ne concernent pas directement les intérêts canadiens. Ces perpétuelles divergences d’opinions entre les deux collectivités marqueront la politique étrangère canadienne de façon profonde et virulente pendant près d’un demi-siècle, des premiers pas du Canada sur la scène internationale au cours la guerre de Boers jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

  • 13 Ibid., p. 158-163 ; Voir Robert Comeau, « L’opposition à la conscription au Québec », dans Roch Le (...)

19Le point culminant de ces tensions entre les communautés francophone et anglophone survient lors de la crise de la conscription de 1917-1918, un événement qui ne trouve d’équivalent que dans la pendaison de Louis Riel, 30 ans plus tôt. Contrairement à une croyance répandue, les Québécois (y compris les « nationalistes ») ne s’opposent pas alors à la participation du Canada à la Grande Guerre – pourvu que les individus appelés sous les armes soient des volontaires – et appuient les mesures destinées à défendre le territoire du Canada. Ils refusent cependant d’être enrôlés de force pour se battre sur le théâtre européen, contrairement à leurs compatriotes anglophones qui jugent les mesures de conscription à la fois légitimes et essentielles. Plusieurs francophones en âge de porter les armes fuient les patrouilles de recrutement tandis que l’opposition politique s’organise. Des émeutes éclatent à Montréal et à Québec, et le lundi de Pâques 1918, les troupes tirent sur la foule, tuant 4 passants et blessant des dizaines de manifestants13.

  • 14 Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert et François Ricard, Histoire du Québec conte (...)
  • 15 Chiffres tirés de C. P. Stacey, op. cit. (1970), p. 525 et 527. De ce nombre, 313 conscrits furent (...)

20Ces événements mettent à si rude épreuve l’unité nationale que le premier ministre King (qui va diriger le pays pendant près de 22 ans, entre 1921 et 1948) cherchera toujours à éviter de se retrouver dans la même position que Robert Borden, le malheureux premier ministre conservateur qui dirigea le Canada au cours de la Première Guerre mondiale. Cette préoccupation explique d’ailleurs en partie l’attitude isolationniste d’Ottawa au cours de l’entre-deux-guerres (voir le chapitre suivant). King ne peut cependant se soustraire aux exigences imposées par la Deuxième Guerre mondiale et doit demander à la population de le libérer de la promesse – faite pour permettre aux libéraux du Québec de défaire Duplessis lors des élections provinciales de 1939 – de ne pas imposer de conscription. Le plébiscite qui a lieu en 1942 permet de mesurer l’ampleur du fossé qui sépare alors les deux communautés. Alors que 80 % du Canada anglais accepte les demandes du gouvernement fédéral, 85 % des Québécois francophones s’y opposent14. Ce n’est toutefois qu’en 1944 que King se résoudra à appliquer cette mesure, alors que la bataille de Normandie dévore les hommes à un rythme alarmant. La victoire intervient toutefois avant que les choses ne dégénèrent au pays et à peine 12 908 conscrits sont partis vers l’Europe15.

  • 16 C. P. Stacey, Canada and the Age of Conflict. A History of Canadian External Policies (vol. 2 : 19 (...)
  • 17 James Ian Gow, « Les Québécois, la guerre et la paix, 1945-1960 », Revue canadienne de science pol (...)

21À la fin de la Deuxième Guerre seulement, ces dissensions commencent à s’estomper. En 1949, le nouveau premier ministre Louis Saint-Laurent doit cependant mener une « croisade » pour convaincre la population, en particulier celle du Québec toujours méfiante à l’égard des engagements militaires internationaux, de soutenir l’adhésion du Canada à l’Alliance atlantique16. Ce clivage réapparaît par la suite, quoique de façon plus ou moins prononcée, au cours de la guerre de Corée (1950-1953), de la guerre du Golfe (1991) et de l’Afghanistan (depuis 2001). Seules l’intervention de l’OTAN en ex-Yougoslavie en 1999 et les missions de maintien de la paix semblent avoir recueilli un appui similaire au Canada anglais et au Québec17.

Le Canada cosmopolite du XXe siècle

  • 18 Paul Buteux, Michel Fortmann et Pierre Martin, « Canada and the Expansion of NATO : A Study in Éli (...)

22Le taux d’immigration élevé a modifié la composition ethnique initiale de la société canadienne. Certains chercheurs estiment d’ailleurs que la décroissance de la fraction de la population d’origine ouest-européenne pourrait se traduire par un désintérêt graduel de l’opinion publique pour les liens établis avec cette région, et donc signifier, à plus ou moins court terme, la « fin de l’atlantisme » au Canada. Si cette idée semble erronée18, il n’en demeure pas moins que les transformations du tissu socioculturel de la population canadienne ont un impact direct sur la conduite de la politique étrangère.

  • 19 David Taras et David H. Goldberg (dir.), The Domestic Battleground : Canada and the Arab-Israeli C (...)

23À l’instar des immigrants anglais qui les ont précédés, beaucoup de Néo-Canadiens définissent en termes ethniques leurs intérêts à l’égard de la politique étrangère. Ces intérêts sont variés : la plupart du temps, les groupes ethniques se montrent particulièrement concernés par le maintien de bonnes relations entre leur pays d’adoption et leur pays natal, et ils ont souvent des objectifs d’ordre pratique, comme la négociation d’ententes commerciales ou l’établissement de vols directs entre les deux pays. Mais il arrive aussi que ces intérêts soient de nature politique. Par exemple, le comité Canada-Israël – une coalition regroupant le Congrès juif canadien, le B’nai B’rith et la Fédération sioniste canadienne – a pour principal objectif d’inciter le gouvernement du Canada à considérer avec sympathie les positions défendues par Israël, en particulier en ce qui a trait au conflit au Moyen-Orient. Bien entendu, la Fédération arabe canadienne ou l’Arab Palestine Association cherchent tout le contraire19.

24Pour cette raison, le conflit au Proche-Orient a toujours constitué un guêpier pour le gouvernement canadien. La controverse suscitée par la participation de représentants de l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) à une conférence de l’ONU sur la prévention du crime devant avoir lieu à Toronto (1975), ou celle entourant le déménagement avorté de l’ambassade canadienne de Tel-Aviv à Jérusalem (1979), illustrent bien cette difficulté. Plus récemment, au cours de l’été 2006, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a, à son tour, été vivement critiqué pour avoir trop ostensiblement appuyé le gouvernement israélien dont les troupes avaient bombardé le Liban.

  • 20 Kim Richard Nossal, Rain Dancing : Sanctions in Canadian and Australian Foreign Policy, Toronto, T (...)

25Certaines communautés sont propulsées dans l’arène politique canadienne à la suite d’événements dramatiques survenus dans leur pays d’origine. Ce fut le cas pour de nombreux Canadiens d’origine chinoise et des milliers de Chinois venus au Canada avec un visa étudiant, qui ne pouvaient rester indifférents devant le massacre de la place Tiananmen (4 juin 1989). Des associations bien établies, tels la Federation of Chinese Canadians et le Chinese Canadian National Council, se sont jointes à des groupes ad hoc formés un peu partout au Canada. Toutes ces associations ont organisé des manifestations dans la plupart des grandes villes canadiennes. Un groupe d’étudiants chinois de Montréal a même utilisé une forme de résistance tout à fait originale : lorsque le gouvernement chinois a mis en place une tribune téléphonique pour inciter les gens à dénoncer les manifestants, les étudiants de Montréal ont occupé la tribune 24 heures sur 24. La facture de téléphone de l’opération, probablement faramineuse, fut réglée par un homme d’affaires chinois20. De même, lorsque des appareils canadiens participèrent aux opérations de l’OTAN contre les troupes de la République fédérale de Yougoslavie en 1999, la communauté serbo-canadienne se mobilisa pour dénoncer l’« agression » commise par l’Alliance atlantique.

  • 21 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985).

26Les communautés ethniques du Canada connaissent parfois des dissensions internes, qui sont le reflet des clivages politiques de leur pays d’origine : en décembre 1982, à son arrivée à Ottawa, le président du Pakistan, Zia ul-Haq, fut accueilli par des manifestants d’origine pakistanaise, dont certains brandissaient des pancartes de bienvenue, et d’autres – comme le Council of Concerned Pakistanis Abroad – protestaient bruyamment contre la violation des droits de la personne par le régime d’Islamabad21. Ce fut aussi le cas lors de la visite au Canada du premier ministre chinois Li Peng, en octobre 1995 ; des petites annonces furent alors publiées dans les journaux lui reprochant son rôle dans le massacre de la place Tiananmen, alors que d’autres Canadiens d’origine chinoise assistaient volontiers aux réceptions données en son honneur.

  • 22 Trudeau admet d’ailleurs, dans ses Mémoires politiques portant sur la politique étrangère, que ce (...)

27Dans certains cas, les intérêts de politique étrangère exprimés par les communautés ethniques seront centrés sur un inextinguible désir d’indépendance pour leur terre d’origine. Tel fut le cas de bien des membres des communautés arménienne, balte, palestinienne, sikhe, tamoule et ukrainienne, qui ont fait pression sur Ottawa pour que le gouvernement tienne compte de leurs demandes dans la conduite de ses relations avec « l’occupant ». La plupart de ces démarches furent vaines, ce qui n’est guère surprenant, dans la mesure où le gouvernement canadien ne peut cautionner des causes séparatistes pour ne pas donner de munitions au mouvement souverainiste québécois. Pierre Elliott Trudeau fut probablement un champion de cette politique de négation. Il fit d’ailleurs scandale lorsque, interrogé sur la politique du Canada envers le Biafra (un État ayant fait sécession du Nigeria alors plongé dans la guerre civile), il répondit sarcastiquement : « C’est où, le Biafra ? » Ce que pratiquement tous les journalistes ont taxé d’indifférence pour la situation désespérée des Biafrais était, en fait, une façon, pour le premier ministre, d’exprimer son mépris pour les causes séparatistes22.

  • 23 Samuel J. Nesdoly, « Changing Perspectives: The Ukranian-Canadian Role in Canadian Soviet Relation (...)
  • 24 Kim Richard Nossal, « The Politics of Circumspection: Canadian Policy Towards the Soviet Union », (...)

28Pendant la Guerre froide, les Canadiens d’origine ukrainienne ont vainement tenté d’inciter Ottawa à reconnaître l’Ukraine comme un pays « occupé » par l’Union soviétique, au même titre que les États baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie)23. Le gouvernement canadien a en effet maintenu que l’Ukraine était partie intégrante de l’Union soviétique, et ce, jusqu’en août 1991. Après le putsch contre Mikhaïl Gorbatchev, le premier ministre Brian Mulroney allait modifier d’un seul coup la position du Canada. Après avoir déclaré vouloir respecter « la volonté librement exprimée du peuple ukrainien », Mulroney promit que si celui-ci se prononçait en faveur de l’indépendance lors du référendum prévu pour le 1er décembre 1991, le Canada allait aussitôt reconnaître le nouvel État, ce qu’il a effectivement fait, avant de s’empresser d’ouvrir une ambassade à Kiev24.

29Les activités de certains représentants des communautés ethniques pour défendre la cause politique de leur pays d’origine peuvent parfois prendre une forme violente. En fait, depuis les actes terroristes du Front de libération du Québec (FLQ) au cours des années 1960, les seuls attentats ou assassinats politiques perpétrés au Canada sont imputables à des indépendantistes arméniens ou sikhs. Ainsi, en 1982, des terroristes arméniens s’en sont pris, à deux reprises, à des diplomates turcs en poste à Ottawa, un fut blessé et un autre tué, puis un attentat contre l’ambassade turque, en mars 1985, a entraîné la mort d’une sentinelle canadienne.

30C’est en juin 1985 qu’ont été commis les pires actes de terrorisme étranger qu’ait connus le Canada. Dans les deux cas, les attentats contre des avions ont été perpétrés par les partisans de la création d’un État sikh indépendant. Le 23 juin, un avion des lignes aériennes Canadien Pacifique en provenance de Vancouver atterrit à l’aéroport Narita de Tokyo, avec à son bord une bombe cachée dans une valise enregistrée à l’escale de Bombay. La bombe explose dans l’aéroport, tuant deux bagagistes. À peu près au même moment, le vol Air India 182, qui assure la liaison entre Toronto et Londres (après avoir embarqué des passagers en provenance de Vancouver), explose au-dessus de l’océan Atlantique. Les 329 passagers, dont 278 Canadiens, sont tués. L’explosion de l’avion laisse peu de traces, mais les preuves recueillies sur les lieux de l’attentat de Narita permettent de retracer trois suspects, dont l’un au Canada. Les tribunaux ne sont cependant jamais parvenus à établir la culpabilité des accusés.

31Le Canada semble aussi parfois servir de sanctuaire ou de base d’opérations à des terroristes étrangers. En décembre 1999, un ressortissant algérien, Ahmed Ressam, est arrêté à la frontière américaine en possession d’une bonne quantité de matériel servant à fabriquer des explosifs. L’affaire, qui devait beaucoup inquiéter les autorités américaines – déjà rongées par la crainte de voir des terroristes profiter des fêtes du nouvel an pour commettre un attentat – mène à l’arrestation de plusieurs autres Algériens qui vivent dans la région de Montréal. En mai 2006, une douzaine de personnes issues de la communauté musulmane sont arrêtées à Toronto dans le cadre d’une opération antiterroriste.

  • 25 Samuel J. Nesdoly, op. cit., p. 116.
  • 26 Kim Richard Nossal, Rain Dancing..., op. cit. (1994), chap. 3 et 4.

32Il arrive parfois que des membres de communautés ethniques, contraints à l’exil pour cause de bouleversements politiques, tentent de miner les relations entre le Canada et leur pays d’origine. Ce fut le cas pour beaucoup d’Ukrainiens vivant au Canada qui, pendant plus de cinquante ans, ont tenu à ce qu’Ottawa conserve une attitude ferme vis-à-vis de l’URSS, puisque de bonnes relations avec Moscou auraient sous-entendu la reconnaissance, par le Canada, de la légitimité de l’« occupation » soviétique en Europe de l’Est25. Pour leur part, les Canadiens d’origine vietnamienne, expulsés de force de leur pays à la fin des années 1970, se sont montrés satisfaits de la ligne politique adoptée par le gouvernement canadien envers Hanoi, après l’invasion du Cambodge en décembre 197826. Les Canadiens d’origine haïtienne établis à Montréal ont aussi pressé Ottawa d’imposer des sanctions contre le régime militaire qui a renversé Jean-Bertrand Aristide. Et un grand nombre de Canadiens appartenant à la communauté chinoise, révoltés par le massacre de la place Tiananmen en 1989, se sont opposés à la normalisation des relations sino-canadiennes souhaitée par le gouvernement de Jean Chrétien après 1993.

Les intérêts individuels

33Les intérêts dits « individuels » ou « égoïstes » désignent les préoccupations d’un individu ou d’un groupe pour son propre bien-être matériel et physique. Dans le contexte de cet ouvrage, ces intérêts désignent essentiellement le bien-être économique et la sécurité individuelle – le fait, pour un individu membre d’une collectivité, d’être protégé contre toute menace provenant de l’extérieur de cette communauté, qu’il s’agisse d’une diminution de son bien-être matériel, d’une agression physique, ou encore d’une atteinte à des valeurs personnelles.

Les intérêts matériels et économiques

  • 27 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit., (1985).

34Les individus, naturellement soucieux de préserver leur bien-être matériel, cherchent à protéger et à élargir les sources de leur richesse, qu’il s’agisse de la rentabilité de leurs capitaux ou du maintien de leur emploi. Comme nous l’avons souligné au chapitre 1, la prospérité de la société canadienne repose en grande partie sur les exportations. Le gouvernement est donc, dans la poursuite de sa politique étrangère, soumis aux pressions de nombreux individus et de groupes (professionnels, corporatifs, organisationnels) qui cherchent à maximiser leurs intérêts économiques. Ceux-ci sont très larges, variés, et même parfois contradictoires. L’examen des intérêts de trois de ces groupes parmi les plus importants – le milieu des affaires, les syndicats et les producteurs agricoles – permettra d’illustrer cette diversité27.

35Les intérêts de ceux qui possèdent ou contrôlent des entreprises commerciales au Canada sont presque toujours multinationaux. Ceci est particulièrement flagrant en ce qui concerne les filiales de firmes américaines, européennes ou japonaises installées au Canada. C’est aussi le cas pour bon nombre de compagnies canadiennes qui ont des filiales à l’étranger. La protection et la promotion de ces intérêts relèvent principalement des entreprises elles-mêmes et des associations regroupant des firmes œuvrant dans un même secteur d’activité. Les sociétés, leurs actionnaires et leurs dirigeants sont affectés par ce qui se passe sur la scène internationale ou par les changements de politique des gouvernements, et cherchent donc à maximiser leurs intérêts en intervenant directement auprès de l’État. L’objectif de ces interventions peut varier considérablement. Certaines d’entre elles visent à sécuriser et à stabiliser l’environnement économique global dans lequel évoluent ces firmes. Par exemple, au cours des années 1980 et 1990, plusieurs entreprises et associations ont milité en faveur de la conclusion d’un accord de libre-échange avec les États-Unis, puis de son élargissement aux États latino-américains. D’autres interventions ont un caractère plus spécifique, comme celles du lobby d’une société cherchant à s’assurer que les produits qu’elle exporte sont effectivement couverts par ce traité de libre-échange.

36Les associations sectorielles sont très actives au Canada et suivent de près l’évolution de la politique étrangère et de la politique de défense qui les concerne, qu’il s’agisse de l’acquisition de matériel militaire, des politiques commerciales, des tarifs douaniers sur les importations, de l’aide à l’exportation des ressources naturelles et des produits manufacturés, ou d’autres sujets connexes tels que les normes industrielles internationales, les politiques sur l’emploi, la protection de l’environnement et l’aide au développement international.

  • 28 Bien qu’en décroissance marquée depuis la fin de la Guerre froide, l’industrie de la défense occup (...)
  • 29 John Kirton et Blair Dimock, « Domestic Access to Government in the Canadian Foreign Policy Proces (...)

37Les associations dont le but est de promouvoir les intérêts du milieu des affaires en général, et non ceux d’une industrie ou d’un secteur en particulier, sont d’une importance considérable. Le Conseil canadien des chefs d’entreprise et le Canadian Business and Industry International Advisory Committee (CBIIAC) en sont de bons exemples. Fondé en 1977, le CBIIAC représente, auprès du gouvernement, les intérêts internationaux du milieu des affaires, et regroupe un certain nombre d’associations influentes telles que la Chambre de commerce canadienne et l’Association canadienne des manufacturiers. D’autres organisations ont des intérêts uniquement régionaux ; comme la Canadian Association-Latin America ou encore le Comité canadien du Conseil économique de la zone Asie-Pacifique. Il existe aussi des groupes sectoriels – comme l’Alliance des manufacturiers et des exportateurs du Canada et la Canadian Importers Association, ou encore l’Association canadienne des industries de défense28. Ces associations sont bien pourvues grâce à leurs adhérents, fortement institutionnalisées et solidement ancrées dans le paysage politique29.

38Les représentants du milieu des affaires s’unissent parfois pour réagir à des événements ponctuels. En 1987 et 1988, en plein débat sur le traité de libre-échange, un certain nombre d’entreprises et de gens d’affaires ont constitué une coalition pro-libre-échange. La Canadian Alliance for Trade and Job Opportunities a recruté Peter Lougheed et Donald Macdonald comme présidents, deux personnalités publiques bien en vue. Lougheed, un progressiste-conservateur, premier ministre de l’Alberta jusqu’en novembre 1985, était connu pour ses convictions libre-échangistes. Macdonald, quant à lui, avait été ministre dans le gouvernement libéral. Il devait d’ailleurs quitter cette formation après que John Turner, le successeur de Pierre Trudeau et chef du Parti lors des élections de 1984, se fut opposé à la signature d’un accord de libre-échange avec les États-Unis. Il fut bientôt nommé président de la Commission royale sur l’union économique et les perspectives de développement du Canada, dont le rapport final, déposé en septembre 1985, épousait clairement des convictions libre-échangistes. Il passa alors huit mois à sillonner le pays pour donner des conférences en faveur de l’entente, rendant ainsi un service inestimable au premier ministre Mulroney (qui le récompensa en août 1988 en le nommant à un poste diplomatique, à Londres).

  • 30 Sur les réformes des systèmes frontaliers avant l’automne 2001, voir Christopher Sands, « Fading P (...)

39Depuis la fin des années 1990, l’un des sujets de préoccupation de la communauté des affaires canadienne est le maintien de la fluidité des échanges entre le Canada et les États-Unis. Elle a ainsi appuyé les réformes entreprises par le gouvernement Chrétien à partir de 1995 pour réduire les goulots d’étranglement, lors du passage des transporteurs aux frontières30. Toutefois, après les attentats de septembre 2001 et le choc causé par les importants embouteillages aux frontières dans les semaines qui ont suivi, les associations de gens d’affaires ont multiplié les représentations et les études pour inciter le gouvernement à mettre en place des mesures de sécurité destinées à la fois à rassurer les dirigeants américains et à assurer la libre circulation des biens et des personnes.

40Les syndicats ont aussi des intérêts en politique étrangère, d’abord définis en fonction du bien-être de leurs membres. Contrairement à ce que l’on trouve dans d’autres États (par exemple, en Australie), où les syndicats se prononcent sur un vaste éventail de sujets relevant de la politique étrangère, les centrales canadiennes interviennent principalement pour défendre des intérêts locaux (protection de l’emploi et des industries, accès aux marchés étrangers) et internationaux (promotion du syndicalisme, établissement de normes internationales du travail et avancement de la paix, du désarmement et de la justice sociale).

  • 31 Sur la formation de coalitions nationales en fonction d’enjeux commerciaux, voir James E. Alt et M (...)

41Les syndicats n’hésitent pas à dénoncer les initiatives qui peuvent aller à l’encontre des intérêts de leurs membres, en particulier dans les domaines commerciaux et tarifaires, et ce, même quand ces intérêts contredisent les valeurs internationales dont ils font par ailleurs la promotion. Les politiques de libéralisation des marchés, qui peuvent parfois entraîner des rajustements difficiles dans les secteurs en perte de vitesse ou peu compétitifs, constituent souvent une cible privilégiée pour les organisations syndicales31. Par exemple, le Congrès du travail du Canada (CTC) plaida pour le maintien de tarifs douaniers et de quotas pour juguler l’importation massive de textiles et de chaussures en provenance des États du Sud ; le Congrès tenta de nuancer le caractère protectionniste de sa position en prétextant que ces produits étaient fabriqués par une main-d’œuvre sous-payée, et qu’en accepter l’importation équivalait à encourager l’exploitation des travailleurs du Tiers-Monde. Par ailleurs, craignant qu’une ouverture des marchés ne fasse croître le taux de chômage, surtout chez les travailleurs des filiales étrangères de l’industrie manufacturière, le CTC s’opposa dès le début au projet de libre-échange, allant même jusqu’à rejeter l’offre de participer à un groupe de discussion consultatif sur la question.

42Les syndicats canadiens considèrent aussi généralement avec méfiance les accords multilatéraux qui peuvent avoir un effet sur les programmes sociaux et les subventions aux secteurs en difficulté. Ainsi, à la fin des années 1990, bon nombre de centrales ont émis des réserves face aux positions défendues par la délégation canadienne lors des négociations avortées sur l’Accord multilatéral sur les investissements (AMI) et celles menées dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

  • 32 Jean-Guy Vaillancourt, « Deux nouveaux mouvements sociaux québécois : le mouvement pour la paix et (...)
  • 33 Jocelyn Coulon, La dernière croisade. La guerre du Golfe et le rôle caché du Canada, Montréal, Mér (...)
  • 34 Sur la reconversion de l’industrie militaire et le rôle des syndicats, voir les travaux d’Yves Bél (...)

43Enfin, les syndicats interviennent aussi fréquemment sur des sujets qui touchent à la politique de défense et de sécurité. D’une part, certaines de ces organisations, très liées aux mouvements sociaux et communautaires – c’est le cas des trois grandes centrales québécoises, soit la Centrale des enseignants du Québec (CEQ – devenue aujourd’hui le Centre des syndicats du Québec), la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) –, se sont jointes aux mouvements pacifistes au cours des années 198032. La CEQ, en particulier, a joué un rôle important dans les efforts de mobilisation de l’opinion publique contre la participation canadienne à la guerre du Golfe en 199133. D’autre part, les syndicats gardent, comme leurs vis-à-vis du monde des affaires, un œil sur les programmes d’acquisition de matériel de défense, dont dépendent un certain nombre (décroissant, il est vrai) d’emplois au Canada. Ils ont, à ce propos, pris l’initiative dans la réflexion sur la reconversion de cette industrie, initiative rendue nécessaire à la fois par la fin de la Guerre froide et les prises de position pacifistes de ces organisations34.

44Le secteur agricole constitue un autre groupe dont les intérêts sont intimement liés à certaines dimensions de la politique étrangère. Il englobe les entreprises agroalimentaires, les propriétaires de fermes familiales et les travailleurs agricoles. Les producteurs agricoles ont des intérêts qui relèvent à la fois des micro et des macroaspects de la politique commerciale du Canada – et tout particulièrement lorsque celle-ci favorise les exportations ou qu’elle limite les importations. Mais, en raison de la diversité de l’industrie agricole canadienne, les intérêts des producteurs ne sont pas uniformes.

45Les producteurs agricoles canadiens peuvent être divisés en deux groupes distincts : d’un côté, ceux dont les produits sont compétitifs sur le plan international – le grain et le bœuf –, soit, principalement, les producteurs de l’Ouest, qui sont en faveur d’une plus grande libéralisation des marchés internationaux ; et de l’autre, les producteurs laitiers et maraîchers – concentrés en Ontario et au Québec – qui ne sont pas aussi compétitifs et dont les prix élevés sont maintenus par les commissions de mise en marché et par des contrôles protectionnistes sur les importations à meilleur marché.

  • 35 Bruce W. Wilkinson et M. Shabany Ghazvini, « Agriculture in a Free Trade Agreement », dans Maureen(...)
  • 36 Theodore H. Cohn, « Canada and the Ongoing Impasse Over Agricultural Protection », dans Claire A. (...)

46Dans ces conditions, il était presque inévitable que le traité de libre-échange Canada/États-Unis divise ces deux groupes35. La Canadian Cattlemen’s Association (qui représente les intérêts de 100 000 producteurs bovins) et les producteurs de céréales de l’Ouest accueillirent l’accord avec enthousiasme, car il était pour eux synonyme d’expansion et d’une plus grande ouverture sur le plan international. Les aviculteurs sont soulagés de voir que l’entente ne compromettait pas leurs privilèges. Les producteurs de fruits et de légumes de la Colombie-Britannique et de l’Ontario s’inquiétèrent de leur survie, menacée par l’affluence des produits américains. L’industrie agroalimentaire exprima, elle aussi, ses inquiétudes quant à sa compétitivité face à la concurrence36. Les viticulteurs, l’industrie vinicole et d’autres associations comme l’Union des producteurs agricoles (UPA) du Québec s’opposèrent carrément au traité.

  • 37 John G. Diefenbaker, One Canada : Memoirs of the Right Honourable John G. Diefenbaker (vol. 2 : Th (...)
  • 38 Patrick Kyba, « Alvin Hamilton and Sino-Canadian Relations », dans Paul M. Evans et B. Michael Fro (...)
  • 39 Carl C. McMillan, « Canada’s Postwar Economic Relations with the USSR - An Appraisal », dans Aloys (...)

47Les hauts et les bas des relations entre grandes puissances ont souvent eu un impact sur les intérêts des producteurs de céréales. Au début des années 1960, la structure des exportations de céréales canadiennes s’est graduellement modifiée, sous l’impulsion du gouvernement conservateur de John Diefenbaker. En dépit d’un discours farouchement anticommuniste37 et de son opposition notoire, depuis les années 1950, aux ventes de denrées alimentaires à des États communistes, le premier ministre annonça, en février 1961, que son gouvernement avait signé une ouverture de crédit avec la République populaire de Chine pour l’achat de céréales canadiennes. La Chine était alors plongée dans le chaos causé par « le Grand Bond en avant » – la politique économique de Mao Zedong visant à accélérer l’industrialisation du pays – et par trois récoltes désastreuses successives. Alors qu’elles n’étaient que de 8 700 000 $ en 1960, les exportations vers la Chine sont passées à 125 400 000 $ en 1961 et à 147 400 000 $ en 196238. À la même époque, d’autres pays communistes commencèrent aussi à acheter des céréales du Canada : de 1963 à 1979, environ 20 % de la production céréalière annuelle canadienne était exportée vers l’Union soviétique et les pays d’Europe de l’Est39. À la fin des années 1970, le Canada avait conquis une part si importante du marché international des céréales que les autres grands producteurs comme l’Argentine, l’Australie, et même les États-Unis, ne pouvaient lui faire concurrence.

  • 40 Robert L. Paarlberg, « The 1980-81 US Grain Embargo : Consequences for the Participants », dans Da (...)

48Les intérêts des fermiers canadiens dépendent énormément de l’état des relations entre les grandes puissances. Cette ouverture du Canada sur le marché chinois avait été rendue possible par les relations hostiles entre Beijing et Washington, et par l’aversion du gouvernement de Canberra pour le régime communiste de la République populaire de Chine. Mais sitôt que les relations avec la Chine se furent normalisées (au cours des années 1970), les États-Unis et l’Australie redevinrent des concurrents féroces sur le marché chinois. Dans le même ordre d’idées, la détérioration des relations Est-Ouest, à la fin des années 1970, incita les gouvernements occidentaux à utiliser les exportations de céréales comme moyen de pression. Le premier ministre Joe Clark – un autre conservateur – tenta d’enrayer toute augmentation des exportations de céréales vers l’Union soviétique en participant à l’embargo proposé par le président Jimmy Carter en janvier 1980, peu après l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS. Heureusement pour les producteurs de céréales canadiens, l’embargo a fait long feu, puisque les Américains, les Australiens et les Canadiens réalisèrent que l’Argentine en profitait pour décupler ses exportations à destination de l’URSS. De plus, les Canadiens étaient conscients que les États-Unis essayaient de détourner vers la Chine les céréales originellement destinées à l’URSS. Fin 1980, l’Australie et le Canada avaient renoncé à l’embargo, et Ronald Reagan, qui avait promis aux fermiers américains d’y mettre fin, fut élu président. Dès son arrivée au pouvoir, l’embargo fut levé40.

  • 41 Kim Richard Nossal, Rain Dancing..., op. cit., p. 199-200.

49Les intérêts des producteurs de céréales ont aussi été affectés par les sanctions économiques contre des pays moins puissants, comme ce fut le cas après l’invasion du Koweït par l’Irak en août 1990. Le gouvernement canadien n’était pas très enthousiaste à l’idée d’appliquer un embargo sur les céréales, en plus des autres sanctions déjà envisagées contre Bagdad. Cette mesure signifiait la perte d’un marché très lucratif : pour les huit premiers mois de 1990, les exportations de blé et d’orge vers l’Irak représentaient à elles seules 10 % des exportations canadiennes. Si bien que, lorsque le Conseil de Sécurité demanda d’ajouter les exportations de céréales aux sanctions, les responsables canadiens purent se féliciter secrètement du fait que d’énormes cargaisons de céréales à destination de l’Irak étaient déjà au large, et impossibles à rappeler au port41.

Les intérêts de sécurité

50La seconde catégorie d’intérêts « égoïstes » qu’il convient d’aborder ici touche au désir que cultive chaque individu d’assurer sa sécurité contre les risques de violence physique.

  • 42 Pour une réflexion sur la notion de sécurité « traditionnelle » en relations internationales, voir (...)
  • 43 Sur les études « critiques » de sécurité, Alex Macleod (dir.), Approches critiques de la sécurité. (...)

51Depuis la fin des années 1980, la définition de la notion de « sécurité » fait l’objet d’un débat très animé parmi les chercheurs en relations internationales. Définie de façon traditionnelle, l’étude proprement dite de la sécurité désigne essentiellement l’examen des activités militaires des États et les questions qui y sont directement liées (les causes des guerres, le contrôle des armements, la stratégie militaire, etc.)42. Avec la diminution des conflits interétatiques et la multiplication des guerres civiles, qui comptent pour la majorité des conflits survenus depuis 1990, plusieurs chercheurs ont proposé d’élargir la notion de sécurité, pour y inclure une variété de menaces qui peuvent mettre en péril la sécurité physique des individus : les problèmes environnementaux, les violations massives des droits de la personne, la criminalité transfrontalière, etc. Certains chercheurs, associés aux théories dites « critiques », poussent le raisonnement plus loin : la « sécurité » doit englober tout ce qui constitue une entrave au développement du potentiel de l’individu (son « émancipation »). Paradoxalement, le principal obstacle à ce processus d’émancipation est, selon eux, l’État qui, en vertu du principe de non-ingérence – lié à la notion de souveraineté –, peut menacer impunément ses citoyens43.

52Les préoccupations de sécurité exprimées par les représentants de la société civile canadienne ont évolué de façon semblable. Au cours de l’essentiel de leur histoire, les inquiétudes des citoyens suscitées par des menaces pour leur sécurité physique provenant de l’extérieur – lorsqu’ils les exprimaient – concernaient essentiellement le problème de la guerre et de la paix. Ce n’est que récemment que la société et le gouvernement canadiens ont commencé à élargir le spectre des « menaces ».

  • 44 On ne peut que sourire aujourd’hui en contemplant une affiche de recrutement proclamant « Canadien (...)

53Comme nous l’avons mentionné brièvement au chapitre précédent, la population canadienne s’est rarement sentie menacée par une agression militaire. La dernière tentative d’invasion étrangère sérieuse remonte à 1812 et, à la fin du XIXe siècle, la possibilité d’une nouvelle agression en provenance des États-Unis était de moins en moins plausible. En dépit de la propagande utilisée par le gouvernement fédéral au cours des deux guerres mondiales44, bien peu de citoyens canadiens redoutaient autre chose que les incursions épisodiques des U-boats allemands dans les eaux du Saint-Laurent.

54La société canadienne n’est cependant pas immunisée contre la peur et l’horreur de la guerre. Les citoyens canadiens ont parfois fait part de leurs craintes à leur gouvernement et tenté d’influencer les politiques étrangères et de défense en ce sens. De façon générale, deux catégories d’intervenants (hormis les militaires, les représentants de l’industrie de la défense et les syndicats) se sont, chacun à sa façon, posés en porte-parole de la société canadienne en matière de défense et de sécurité : les groupes pacifistes et les membres de la « communauté des études de sécurité », c’est-à-dire les experts, universitaires et journalistes spécialisés dans les questions de sécurité.

  • 45 Pour un aperçu du phénomène pacifiste à cette époque, voir James Eayrs, In Defence of Canada (t. 1(...)
  • 46 Débat de la Chambre des communes, 1926-1927, 9 avril 1927, p. 2193. Voir aussi James Eayrs, op. ci (...)
  • 47 Donald Page, op. cit. (1977-1978), p. 49.
  • 48 C. P. Stacey, op. cit. (1981), p. 97-103.
  • 49 James Eayrs, op. cit. (1964), p. 110-111.

55Les mouvements canadiens pour la paix ont évolué de façon sinueuse, au gré des conflits internationaux, des tensions entre les grandes puissances et des courants intellectuels qui ont balayé le monde occidental. Comme presque partout ailleurs en Occident, la Première Guerre mondiale a traumatisé bon nombre de Canadiens, traumatisme qui s’est traduit, pendant toute la période de l’entre-deux-guerres, par l’émergence d’un mouvement pacifiste45. J. S. Woodsworth et Agnès Macphail ont plaidé à la Chambre des communes en faveur de ce sentiment pacifiste, en demandant l’abolition du ministère de la Défense nationale et en s’attaquant à l’embrigadement des enfants dans les « bataillons scolaires » (les cadets) financés à même les fonds de ce ministère, bataillons qui, selon Macphail, créaient « un esprit de fanfaronnade militaire caractéristique du soldat de parade46 ». L’Association de la Société des Nations du Canada (League of Nations Society) travailla à l’avancement de la cause pacifiste en organisant tout un éventail d’activités visant à l’éducation du public, en parrainant des conférenciers, en distribuant des tracts et des affiches, allant même jusqu’à s’assurer que soient obligatoirement enseignés les préceptes de la Société dans les écoles secondaires de tout le pays – à l’exception de l’Ontario et du Québec, où les commissions scolaires locales devaient approuver l’utilisation du matériel didactique de l’Association47. On conseilla au gouvernement d’Ottawa de se conformer au pacte Briand-Kellogg d’août 1928, pacte par lequel 57 États déclaraient renoncer à la guerre comme instrument de politique étrangère48. Les conférences sur le désarmement mondial du début des années 1930 gagnèrent la faveur du public. Et, lors de débats à l’Université McGill et à l’Université de Toronto, les étudiants se prononcèrent aussi en faveur du pacifisme, comme leurs confrères d’Oxford49.

  • 50 Sur la logique de la dissuasion, voir Albert Legault et Georges Lindsey, Le feu nucléaire, Paris, (...)
  • 51 Margaret Laurence, « Foreword », dans Ernie Regher et Simon Rosenblum (dir.), Canada and the Nucle (...)

56L’apparition des armes nucléaires, après 1945, a fait naître un nouveau sentiment d’insécurité. Certains estimaient que l’équilibre de la terreur et la logique de la destruction mutuelle assurée (désignée par l’acronyme anglais MAD – Mutual Assured Destruction) garantissaient la sécurité, puisque chacun des belligérants devait savoir que, s’il recourait aux armes nucléaires, il serait annihilé comme son adversaire50. Pour d’autres, ces armes n’offraient aucune garantie. Au contraire, elles tendaient à les priver de sécurité, en faisant planer une menace constante sur l’ensemble de la planète. En fait, cette logique est truffée de paradoxes : la guerre nucléaire étant hors de question, le recours à de telles armes devient impossible ; par conséquent, en stocker est plutôt illogique, ce qu’a très bien exprimé Margaret Laurence en 1983 : « Pourquoi continuer à accumuler des armes nucléaires ? Il y a bien longtemps qu’elles ont cessé d’être “dissuasives”, si elles ne l’ont jamais été ; leur simple existence constitue une menace monstrueuse51. » Beaucoup redoutaient qu’une guerre nucléaire ne soit déclenchée accidentellement, à la suite d’une défaillance technique ou d’un conflit local. Enfin, certains étaient convaincus que la logique de la dissuasion ne pourrait pas durer infiniment. En définitive, seule l’élimination des armes nucléaires pourrait garantir la sécurité des citoyens.

  • 52 Jean-Guy Vaillancourt, op. cit. (1992) ; Jean-Guy Vaillancourt, « Le mouvement de la paix face à l (...)

57Pendant la Guerre froide, ce sentiment d’insécurité a amené bon nombre de gens, au Canada et ailleurs, à faire pression pour que se produise un changement fondamental dans la manière d’assurer leur sécurité. Trois grandes vagues de pacifisme ont déferlé sur le Canada : la première s’étend de la fin de 1950 jusqu’en 1963, date de la signature des premiers accords de contrôle des armements ; la deuxième a lieu dans les années 1960, stimulée par la guerre du Viêt-nam ; enfin, la troisième, qui dure de 1979 à 1986, suit la crise des euromissiles et la relance de la course aux armements par le gouvernement Reagan52. Tout au début de la Guerre froide, il existait au Canada quatre organisations pacifistes : la Commission canadienne pour le contrôle des risques de radiations (devenue plus tard la Commission canadienne pour le désarmement nucléaire [CCND]) et la Campagne des universités unies pour le désarmement nucléaire – deux organisations créées en 1959 à la suite de la Campagne pour le désarmement nucléaire (CND) en Angleterre – ; la Voix des femmes, créée en 1960 ; et l’Institut canadien de recherche pour la paix, constitué en 1961. Ces organisations ont tenté de persuader le gouvernement Diefenbaker de renoncer à équiper d’ogives nucléaires certains systèmes de défense achetés des États-Unis (les missiles sol-sol Honest John, les missiles sol-air Bomarc et les avions de combat CF-104 Starfighter).

  • 53 Kenneth McNaught, « From Colony to Satellite », dans Stephen Clarkson (dir.), An Independent Forei (...)
  • 54 Stéphane Roussel (avec la coll. de Chantal Robichaud), « L’élargissement virtuel : un Québec souve (...)

58La deuxième vague, celle de la fin des années 1960 et du début des années 1970, est un prolongement du mouvement contestataire qui balaie l’Occident à cette époque. Sous certains aspects, le pacifisme de l’époque puise aux mêmes sources intellectuelles que les tenants de l’approche de la « dépendance périphérique » (qui, comme nous l’avons vu au chapitre 2, soutiennent que le Canada n’est qu’un « satellite » des États-Unis). Les armes nucléaires ne sont plus les seules cibles des groupes pacifistes, qui remettent aussi en question la pertinence de la participation canadienne à l’OTAN et au NORAD, perçus comme des institutions qui contribuent à assujettir le Canada à l’impérialisme américain53. Au Québec, ce mouvement a une profonde influence sur le projet souverainiste qui, jusqu’à la veille du référendum de 1980, défend des positions résolument neutralistes54.

  • 55 Bien qu’on ne puisse l’associer à aucun groupe pacifiste en particulier, l’un des principaux tenan (...)

59La troisième vague pacifiste s’amorce en Europe en 1979 avec l’annonce du projet américain de déploiement de missiles à portée intermédiaire. Il faut cependant attendre 1982 et 1983 pour qu’elle frappe le Canada, à la faveur du débat sur les essais du nouveau missile de croisière, que l’US Air Force désirait tester au-dessus du territoire canadien. En mars 1983, les inquiétudes redoublèrent, lorsque le président Reagan délaissa les missiles de croisière pour l’Initiative de défense stratégique (IDS). Cette période fut marquée par des discours enflammés, des manifestations, de gigantesques marches pour la paix (bien plus qu’au début des années 1960), et par la mobilisation intense de groupes de défense et de coalitions de citoyens en faveur de la paix, comme l’Alliance canadienne pour la paix, le Centre de ressources sur la non-violence, les Artistes pour la Paix, le Project Ploughshares et la Science pour la Paix. C’est également à cette époque que refont surface les propositions visant à faire du Canada un pays neutre55.

  • 56 Claireandrée Cauchy, « La plus grosse manifestation de l’histoire du Québec », Le Devoir, 17 févri (...)
  • 57 Don MacPherson, « It’s safe to support terrorists again », The Gazette, 8 août 2006, p. A-19 ; Bar (...)

60Les mouvements pacifistes ont perdu de leur popularité avec la fin de la Guerre froide, en grande partie en raison de l’atténuation de la menace nucléaire. Toutefois, ils ressurgissent de façon épisodique, lorsque le gouvernement canadien prend une position impopulaire face à un conflit international. Ainsi, à la mi-février 2003, 150 000 Québécois sont descendus dans les rues de Montréal pour manifester leur opposition à l’éventuelle participation du Canada à la guerre que s’apprêtaient à déclencher les États-Unis et le Royaume-Uni contre l’Irak56. À une bien moindre échelle, au cours de l’été 2006, plusieurs manifestations sont organisées pour protester contre les bombardements israéliens au Liban, et contre l’appui du premier ministre Stephen Harper à ces opérations. Au début août, l’une de ces manifestations, à laquelle participent plusieurs députés québécois, suscite la controverse en raison de la présence de sympathisants du Hezbollah, le groupe terroriste contre qui les opérations israéliennes étaient dirigées. Certains commentateurs du Canada anglais y lisent un appui des Québécois au terrorisme, ce qui suscitera de vives réactions au Québec57.

  • 58 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985), p. 59.

61Il convient de noter que les différents mouvements pacifistes sont loin de former un ensemble homogène. Selon Elizabeth Riddell-Dixon, on comptait plus de 250 groupes pacifistes dans les seules régions de Toronto et Vancouver au milieu des années 198058. Et comme le souligne Jean-Guy Vaillancourt, ce mouvement était

  • 59 Jean-Guy Vaillancourt, op. cit. (1988), p. 254.

un vaste réseau très diversifié et passablement décentralisé de groupes nationaux, régionaux et locaux [...] Chaque groupe qui fait partie de ce mouvement centre son attention sur des facettes différentes des questions de paix, de contrôle des armements et de désarmement, selon les préoccupations régionales ou politiques des individus qui sont membres de ces groupes59.

  • 60 Jean-Guy Vaillancourt, op. cit. (1992), p. 795. La typologie proposée par l’auteur s’applique esse (...)

62Ces derniers sont également hétérogènes sur le plan idéologique. Certains d’entre eux adoptaient des positions pro-Soviétiques, proches « du marxisme soviétique brejnévien, à savoir l’opposition à la guerre des étoiles, à la militarisation de l’Arctique et à la collusion entre le Canada et les États-Unis ». D’autres, non alignés et de loin les plus nombreux et les plus visibles, « s’inspiraient plutôt du groupe européen pour le désarmement nucléaire END et des verts européens »60.

63Bien que l’évolution des systèmes d’armes ait souvent contribué à cristalliser les revendications des groupes pacifistes autour de certains enjeux (les euromissiles, l’initiative de défense stratégique, les essais du missile de croisière, le système de défense antimissile), elle ne constitue pas le principal facteur expliquant les phases d’activisme et de déclin du mouvement. Les fluctuations dans le degré d’insécurité de la population, qui alimentent le militantisme pacifiste, semblent plutôt liées à deux autres facteurs, soit la perméabilité de la société canadienne aux idées venues d’ailleurs en Occident, et l’alternance des périodes de tension et de détente entre les grandes puissances.

  • 61 La notion d’hiver nucléaire doit une partie de sa notoriété à la popularité personnelle de l’un de (...)

64Les inquiétudes exprimées par la population canadienne en ce qui a trait à la sécurité sont rarement nées de préoccupations touchant spécifiquement le Canada ; les campagnes contre la nucléarisation des Forces canadiennes au début des années 1960 ou contre les essais du missile de croisière font ici exception. Elles semblent plutôt participer d’un mouvement plus large, apparu dans d’autres sociétés occidentales. Les mouvements contestataires canadiens se sont généralement créés à la suite de croisades semblables en Europe de l’Ouest (la campagne contre la bombe atomique de la fin des années 1950, celle contre les euromissiles du début des années 1980, ou encore contre l’invasion de l’Irak en 2003) ou aux États-Unis (les manifestations contre la guerre du Viêt-nam dans les années 1960, ou le débat lancé par la problématique de l’hiver nucléaire dans les années 198061).

65Le second facteur est lié à la recrudescence périodique des tensions entre les grandes puissances, et à la crainte qu’elles ont fait naître parmi la population. Entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, les épreuves de force entre Nikita Khrouchtchev et les gouvernements Eisenhower et Kennedy (l’incident du U-2, la construction du mur de Berlin, et surtout, la crise des missiles de Cuba) ont entretenu la peur d’un affrontement nucléaire entre l’Union soviétique et les États-Unis. De même, les percées soviétiques en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Afghanistan à la fin des années 1970 ont mené à la relance de la Guerre froide et de la course aux armements en 1980-1986. Les tensions qui en ont résulté expliquent en grande partie la réémergence du mouvement pacifiste à cette époque.

  • 62 Jocelyn Coulon, op. cit., p. 106-107 ; Charlotte Gray, « Le Canada et la guerre : joutes intestine (...)
  • 63 Canada, Chambre des Communes, Débats, 34e législature, 2e session, vol. 13, 16 janvier 1991, p. 17 (...)
  • 64 Kim Richard Nossal et Stéphane Roussel, « Canada and the Kosovo War : the Happy Follower », dans P (...)

66Le mouvement, pratiquement disparu avec la fin de la Guerre froide, devait resurgir brièvement dans les semaines précédant le début de la guerre du Golfe, en janvier 1991, sous forme de veillées silencieuses à la chandelle et de manifestations publiques ponctuées de slogans provenant des États-Unis – « pas de sang pour le pétrole » – et du refrain de la chanson de John Lennon Give Peace a Chance. Toutefois, le mouvement, parfois divisé, perdit rapidement de sa vigueur62. À la veille de l’opération Tempête du Désert, même l’opposition libérale à la Chambre des communes, après plusieurs cafouillages et valses-hésitations, devait appuyer le recours à la force, par solidarité pour les troupes canadiennes engagées dans les combats. « Nous sommes en guerre et nous devons être unis parce que des Canadiens se battent actuellement », déclara sans trop d’élégance Jean Chrétien, alors chef de l’opposition63. Il est significatif de constater que, près de dix ans plus tard, la participation canadienne aux opérations de l’Alliance atlantique au Kosovo n’a suscité à peu près aucune opposition sérieuse, ni parmi la population ni parmi l’élite politique64.

67L’autre groupe émanant de la société civile et concerné par la sécurité physique du Canada est constitué de la « communauté des études de sécurité ». Il existe un grand nombre d’organisations non gouvernementales vouées à la recherche et à la diffusion d’information touchant aux questions de sécurité nationale et internationale. Certaines sont nées d’une initiative gouvernementale, tel l’Institut canadien pour la paix et la sécurité internationales (ICPSI), créé en 1984, puis dissous en 1992 ; d’autres sont le fruit d’une collaboration entre les universités et le gouvernement, comme les centres de recherche universitaires financés par le Forum sur la sécurité et la défense (FSD) du ministère de la Défense nationale ; enfin, quelques-uns ont été créés par des particuliers (quoique bénéficiant parfois aussi d’un soutien ponctuel des gouvernements fédéraux et provinciaux), parfois dans un cadre universitaire, comme le Centre for International Studies – Peace and Conflict Studies Program de l’Université de Toronto, parfois hors des institutions d’enseignement, comme l’Institut canadien d’études stratégiques (ICES, mieux connu sous son appellation anglaise Canadian Institute for Strategic Studies – CISS), le Centre canadien international Lester B. Pearson en formation pour le maintien de la paix, ou le Conseil atlantique du Canada.

  • 65 Paul Buteux, « L’état de la discipline. Strategic and Security Studies », Bulletin de l’Associatio (...)
  • 66 Jane Boulden, « Independent Policy Research and the Canadian Foreign Policy Community », Internati (...)

68Si la communauté canadienne des études de sécurité est relativement bien développée et bien intégrée65, il n’en va pas de même pour celle qui se consacre à l’étude des politiques étrangères en général. Le réseau des chercheurs en ce domaine demeure embryonnaire et très hétérogène66, malgré l’existence d’institutions établies de longue date, comme l’Institut canadien des Affaires internationales (ICAI) et l’Institut québécois des hautes études internationales (IQHEI), et en dépit de la création, en 1994, du Centre canadien pour le développement de la politique étrangère, dont l’un des mandats était précisément de stimuler la formation d’un tel réseau. Le Centre a cependant été dissous en 2004.

69Comme les mouvements pacifistes, la plupart des institutions composant la communauté des études de sécurité sont apparues dans les périodes de tension ou d’incertitude internationales (par exemple, l’ICPSI a été créé à la suite de « l’initiative de paix » du premier ministre Trudeau en 1983), alors que le gouvernement et la population ressentaient un besoin de disposer de sources d’information diversifiées sur les questions de sécurité. C’est d’ailleurs encore aujourd’hui leur principale fonction, bien que la plupart des institutions consacrent une grande partie de leurs activités à la recherche théorique. Leur rôle consiste aussi à informer le public sur les enjeux de la sécurité. Ces centres d’expertise, qui constituent des think tanks auxquels peuvent se référer le gouvernement et les médias, exercent certainement une influence indirecte sur la formulation des politiques étrangère et de défense, mais la nature et l’importance de cette influence sont difficiles à mesurer. Même s’ils proposent souvent des orientations politiques, ils ne constituent pas des « groupes de pression » au même sens que les mouvements pacifistes, puisqu’ils ne sont pas voués à la défense d’intérêts spécifiques.

  • 67 John J. Mearsheimer, « Back to the Future. Instability in Europe After the Cold War », Internation (...)
  • 68 Myriam Gervais et Stéphane Roussel, « De la sécurité de l’État à celle de l’individu : l’évolution (...)
  • 69 J. S. Finan et S. B. Flemming, op. cit. (1995), p. 295-298.

70En 1994, les États-Unis et la Russie ont cessé de se prendre mutuellement pour cible, et ont entamé un programme à long terme, dans le cadre des traités START I et II, pour démanteler et réduire leurs arsenaux nucléaires. Malgré les sombres prédictions de quelques Cassandre (les John Mearsheimer, Samuel Huntington ou Benjamin Barber67), le spectre d’une nouvelle guerre à grande échelle semble exorcisé. Cette évolution a eu un effet non seulement sur les mouvements pacifistes – qui a perdu une grande partie de sa vitalité – et sur la communauté des études de sécurité – longtemps déstabilisée et forcée d’entrer dans un processus d’introspection68 –, mais aussi sur l’attitude de l’ensemble de la population canadienne. À l’instar de ce que l’on a pu observer dans d’autres pays occidentaux, les craintes de la population canadienne devaient s’estomper, comme le démontrent les sondages d’opinion menés dans les années qui ont suivi la fin de la Guerre froide69.

71Il est vrai que les attentats commis aux États-Unis en automne 2001 ont fait renaître la crainte de voir le territoire canadien devenir une cible, mais la peur ne semble pas aussi viscérale que celle qu’inspirait la possibilité d’une guerre nucléaire. Cette crainte est suffisante pour que la population accepte les mesures de sécurité prises par le gouvernement depuis, mais le terrorisme ne sème pas les mêmes inquiétudes au Canada qu’aux États-Unis, et les Canadiens conservent un sens critique. Ainsi, la participation des Forces canadiennes à la guerre en Afghanistan, souvent présentée comme la principale contribution du Canada à la lutte armée contre le terrorisme, soulève des questions et ne recueille pas un appui inconditionnel parmi la population. Visiblement, pour bien des citoyens, la prévention du terrorisme passe plus par des mesures de justice sociale et de lutte contre la pauvreté que par l’usage de la force armée – ce qui semble donc être un prolongement de la notion de « sécurité humaine ». De ce point de vue, les préoccupations de sécurité émanant de la société civile semblent désormais être autant de nature « altruiste » qu’« égoïste », au sens où les Canadiens tendent à s’intéresser à la sécurité des autres populations.

Les intérêts altruistes

72Au cours de l’histoire, les Canadiens ont toujours manifesté de l’intérêt pour les conditions de vie des populations des autres pays. La tendance des groupes ethniques à se préoccuper de ce qui se passe dans leur pays d’origine, exposée plus haut, en est une manifestation. Il convient maintenant d’examiner l’intérêt que portent les citoyens canadiens au sort des autres populations, intérêt qui ne repose sur aucun lien ethnique ni sur aucune possibilité de gain matériel. Les intérêts « altruistes », tout comme les intérêts « égoïstes », peuvent être divisés en deux grandes catégories, soit ceux qui ont rapport au bien-être matériel des individus, et ceux qui se rapportent à leur sécurité. Ces intérêts se manifestent principalement par un activisme dans des domaines tels que le développement international et la promotion des droits de la personne.

Le développement international

  • 70 John W. Holmes, Canada : A Middle Aged Power, Toronto, McClelland & Stewart, 1976, p. 61.
  • 71 Voir David M. Morrison, Aid and Ebb Tide : A History of CIDA Canadian Development Assistance, Wate (...)

73L’intérêt pour le développement international est en grande partie lié au fait que la population canadienne reconnaît son statut de bien nanti70. Face à la souffrance humaine dans d’autres parties du monde – faim, malnutrition ou maladie – et, dans l’ensemble relativement bien nourris et en bonne santé par rapport au reste de l’humanité, les Canadiens sont généralement enclins à apporter leur soutien pour essayer d’améliorer les conditions de vie des habitants des pays défavorisés71.

  • 72 Jean-Philippe Thérien et Alain Noël, « Welfare Institutions and Foreign Aid : Domestic Foundations (...)

74Mais il ne faudrait pas exagérer le caractère désintéressé de cet altruisme. Ainsi, d’une part, Jean-Philippe Thérien et Alain Noël ont démontré qu’il existe un lien étroit entre les politiques d’aide au développement du Canada et les institutions de l’État-providence, et que les à-coups de cette assistance sont fonction des fluctuations dans l’appui à cet État-providence72. D’autre part, les Canadiens, comme tous les humains, ne sont pas altruistes dans le vrai sens du terme, excepté lorsqu’il s’agit d’un parent. La plupart vont être touchés par la souffrance humaine et éprouver une réelle sympathie pour les victimes, mais ne passeront pas à l’action pour autant. Les images d’estomacs hypertrophiés et d’yeux recouverts de mouches des enfants réfugiés dans un camp du désert soudanais, de corps mutilés dans une église du Rwanda, ou encore de Bosniaques enfermés dans un camp de concentration serbe, disparaissent trop facilement de la mémoire (ou dérangent trop) pour que l’on s’y arrête. Tout cela finit par se résumer à un geste symbolique, ou à l’inaction totale.

75Néanmoins, bon nombre de Canadiens tiennent à exprimer leur empathie, souvent de manière passive, en se contentant d’accorder leur appui aux programmes d’aide au développement international du gouvernement dans les sondages. Parfois, l’altruisme s’exprime très souvent de façon active, à en juger par le nombre impressionnant d’organisations non gouvernementales (ONG), de groupes de pression en faveur du développement international et d’individus qui donnent temps et argent pour soulager la souffrance des défavorisés ailleurs dans le monde. Certaines ONG se consacrent uniquement au développement. Elles sont la plupart du temps constituées de bénévoles, comme le Service universitaire canadien outre-mer (SUCO), Inter Pares, Oxfam Canada et Oxfam Québec, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF Canada), la Fondation Paul Gérin-Lajoie, Vision mondiale Canada ou le Young Men’s Christian Association of Canada (YMCA).

  • 73 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985), p. 37-42; Robert Matthews, « The Churches and Foreign Po (...)
  • 74 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985), p. 35-37.

76On doit ajouter à cette liste les nombreuses autres institutions qui, comme les Églises, ont créé des organisations consacrées à l’aide au développement : l’organisation catholique Développement et Paix ; le Primate’s World Relief and Development Fund of Anglican Church, le Service international de développement de l’Église presbytérienne du Canada et le Comité central mennonite73. Quelques associations féminines ont aussi créé leur propre programme de développement : la Young Women’s Christian Association of Canada (YWCA Canada), le Conseil national des femmes, la Fédération canadienne des clubs de femmes de carrières commerciales et professionnelles, et Match, une association féminine qui finance directement le développement de projets initiés et exécutés par les femmes du Tiers Monde74. Cette prolifération d’organisations a été regroupée sous des institutions parapluie, dont le Conseil des Églises protestantes canadiennes et la Conférence canadienne des évêques catholiques. De leur côté, le Conseil canadien pour la coopération internationale et son homologue québécois, l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), chapeautent les organismes bénévoles.

  • 75 Sur le partenariat gouvernement-ONG-entreprises, voir Andrea Martinez, « Du rôle des affaires dans (...)

77Enfin, depuis quelques années, le monde des affaires est également mis à contribution, notamment grâce aux programmes de partenariats gouvernement-ONG-secteur privé. Des entreprises canadiennes, dont l’expertise est utile pour développer les structures économiques des États les plus pauvres, sont ainsi mises à contribution75. Par exemple, certaines institutions financières, comme Desjardins international, ont mis en place des programmes de « microcrédit » destinés à aider les petits entrepreneurs des pays en développement.

  • 76 International Canada, octobre-novembre 1984, p. 5-7 ; avril-mai 1985, p. 15.

78L’expression des intérêts empathiques peut prendre d’autres formes. L’une des manifestations de solidarité internationale les plus spectaculaires s’est produite en 1984, lors de la famine en Éthiopie. Le monde entier découvrit l’ampleur et l’horreur de cette famine par les reportages télévisés et l’effet, au Canada et ailleurs, fut sans précédent. Certaines initiatives privées, comme la chanson Tears Are not Enough qui rejoignit We Are the World au palmarès, eurent un grand retentissement. Mais l’essentiel de l’aide vint de la population, lorsque des organisations se constituèrent un peu partout pour recevoir des dons en argent et en nourriture. Devant cet afflux sans précédent, les ONG et le gouvernement furent contraints d’emboîter le pas. Début novembre 1984, Joe Clark, alors ministre des Affaires étrangères, allouait 50 000 000 $ à un fonds spécial pour l’Afrique destiné à égaler les dons privés. Les dons affluant sans discontinuer, le 13 février 1985, Clark se voyait dans l’obligation de verser 15 000 000 $ de plus. En fait, les dons recueillis étaient de 300 % supérieurs à la contribution du gouvernement76. On peut observer des mouvements de solidarité semblables lorsque se produisent des catastrophes naturelles à l’étranger, comme lors du terrible tsunami qui devait dévaster les côtes de nombreux pays asiatiques en décembre 2004. Cette fois encore, l’aide offerte par les gouvernements fédéral et provinciaux fut rapidement dépassée par celle de la population. Dans de telles circonstances, l’initiative vient non seulement des organismes d’aide comme la Croix-Rouge ou Oxfam, mais aussi des représentants les communautés ethniques provenant de la région touchée.

  • 77 Pour plusieurs représentants des gouvernements et des organisations internationales, le déplacemen (...)

79La guerre au Kosovo en 1999 a vu l’émergence d’une nouvelle forme d’expression de solidarité. Fin mars, des dizaines de milliers de Kosovars d’origine albanaise fuyaient la répression serbe, accélérée par les bombardements de l’OTAN. Devant l’impossibilité pour les États limitrophes (Albanie, Macédoine) de recevoir un tel flot de réfugiés, les gouvernements occidentaux, dont celui du Canada, acceptèrent, parfois avec réticences77, d’en accueillir un certain nombre. Le gouvernement canadien reçut alors des centaines d’offres provenant d’organismes communautaires, de familles et d’individus disposés à héberger des réfugiés chez eux ! La brièveté du séjour de la plupart des Kosovars n’a cependant pas permis de donner suite à toutes ces offres.

80Ici aussi, il faut rester prudent, et considérer ces cas spécifiques comme des idiosyncrasies provoquées par des facteurs extérieurs particuliers, car les Canadiens ne manifestent pas toujours autant de zèle. La souffrance humaine ailleurs dans le monde peut laisser indifférent, surtout si l’attention de la population est accaparée par d’autres problèmes. Ce fut le cas lors de la famine de 1991 dans les pays de la corne de l’Afrique, et tout particulièrement au Soudan et en Somalie. Portée à son paroxysme par la sécheresse et la guerre civile qui faisait rage, cette famine a fait des milliers de victimes, et pourtant elle ne suscita pas de mouvement d’aide collectif, comme cela s’était produit sept ans plus tôt pour l’Éthiopie. De même, le cas pathétique du Darfour (Soudan) où la population locale est soumise à une forme inavouée de génocide depuis 2003, ne suscite qu’une réaction mitigée, probablement en raison d’un sentiment d’impuissance, malgré les appels et les mises en garde répétés des organismes humanitaires.

Les droits de la personne

  • 78 Robert J. Page (dir.), Imperialism and Canada, 1895-1903, Toronto, Holt, Rinehardt and Winston of (...)
  • 79 C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 258.
  • 80 H. F. Angus, Canada and the Far East, 1940-1953, Toronto, University of Toronto Press, 1953, p. 12

81Les citoyens canadiens sont sensibles aux violations des droits de la personne ailleurs dans le monde. Comme c’est le cas pour le développement international, cet intérêt n’est ni constant ni généralisé, mais il est bien réel et il s’est manifesté à plusieurs reprises depuis que le Canada a fait ses premiers pas sur la scène internationale. Ainsi, au début du XXe siècle, le traitement réservé aux Boers par les troupes britanniques a fait naître des protestations dans tout le Canada78, tout comme les atrocités commises par les Turcs envers les Arméniens après 191579, et la répression sanglante des nationalistes coréens par les Japonais en 1919. En outre, de nombreux Canadiens ont exprimé leur crainte face à l’expansionnisme des puissances de l’Axe dans les années 1930 ; ils ont protesté contre le massacre des Éthiopiens par l’envahisseur italien, contre les exactions commises par les forces japonaises en Chine en 1937, et aussi contre le traitement réservé aux Juifs en Allemagne nazie dans les années 1930. Ces campagnes de protestation ont eu peu d’effet sur l’attitude du gouvernement – malgré les appels au boycottage commercial, le Canada a continué et même augmenté ses ventes de métaux stratégiques au Japon à la fin des années 1930, et pendant une bonne partie de 194180 –, mais elles sont instructives. Elles illustrent à la fois l’expression d’une sympathie pour d’autres populations victimes de persécution, et le dilemme qui va hanter périodiquement les défenseurs des droits de la personne, c’est-à-dire le choix entre les intérêts commerciaux et la défense des opprimés.

  • 81 Cette remarque ne s’applique cependant pas à certaines communautés ethniques qui, comme les Canadi (...)

82Avant 1945, l’intérêt des Canadiens pour le bien-être d’autrui était suscité non pas lorsque les droits des citoyens étaient spoliés par leur propre gouvernement, mais lorsqu’ils étaient victimes de l’agression d’une puissance étrangère81. En général, la population canadienne acceptait implicitement la primauté du principe de la souveraineté – ce qui se passe à l’intérieur d’un État souverain, incluant la manière dont le gouvernement traite ses propres ressortissants, ne regarde que cet État.

  • 82 Pour un survol de la problématique des droits de la personne dans la politique étrangère canadienn (...)

83La Deuxième Guerre mondiale a changé ce rapport au principe de la souveraineté. La reconnaissance, par les Nations Unies, du caractère universel des droits de la personne (enchâssés dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme adoptée en 1948) et les révélations sur le traitement inhumain réservé aux Juifs et à d’autres ressortissants européens dans les camps d’extermination nazis ont eu un impact direct sur l’attitude de la population en ce domaine. Depuis, la société canadienne est beaucoup plus sensible à la façon dont les autres gouvernements traitent leurs citoyens et elle s’est mobilisée à plusieurs reprises pour dénoncer certains des abus les plus criants. Et c’est en grande partie grâce aux pressions de l’opinion publique que les droits de la personne occupent, depuis le début des années 1970, une place significative dans l’ordre des priorités du gouvernement canadien82.

  • 83 David Black, « La politique du gouvernement Mulroney à l’égard de l’Afrique du Sud : précurseur de (...)

84Il n’en reste pas moins que l’intérêt du public se manifeste de façon épisodique et non systématique. Certains cas de violation ne font qu’effleurer les consciences. Tel fut le cas pour l’Afrique du Sud : pendant les 40 années d’apartheid pratiqué dans ce pays, l’intérêt des Canadiens atteignait des sommets en temps de crise – le massacre de Sharpeville en mars 1960, la révolte de Soweto en juin 1976, et l’agitation des townships qui débuta au printemps austral de 1984 – pour ensuite disparaître83.

  • 84 Sur la réaction du Canada face au massacre de la place Tiananmen, voir Kim Richard Nossal, Rain Da (...)

85Certaines violations des droits de la personne attirent l’attention, alors que d’autres passent presque inaperçues. Ainsi, pendant la nuit du 4 juin 1989, la répression sanglante du mouvement pour la démocratisation à Beijing a mobilisé la communauté internationale et a déclenché un mouvement massif de protestation, y compris au Canada84. Par contre, le génocide perpétré par les Khmers rouges au Cambodge au milieu des années 1970, qui a fait environ 3 000 000 de morts, n’a suscité que peu d’intérêt.

86Quels facteurs peuvent expliquer l’attention que suscite un cas et l’indifférence qu’en inspire un autre ? Comme le sont les intérêts « égoïstes » de sécurité, ces fluctuations sont peut-être dues à l’état des relations internationales (notamment l’absence de problème qui touche plus directement la population canadienne) et aux mouvements d’opinion dans d’autres pays occidentaux (les dénonciations faites ailleurs ont un impact au Canada). Mais deux autres facteurs peuvent aussi jouer un rôle : le passé de l’accusé et l’activisme des ONG.

  • 85 Kim Richard Nossal, « Les droits de la personne et la politique étrangère canadienne : le cas de l (...)

87L’attention du public est, en général, mobilisée lorsqu’un événement auquel est mêlé le violateur – la visite d’un chef d’État ou une éruption de violence – rafraîchit la mémoire de la population et fournit une tribune aux critiques. Dans les années 1970, le Canada est resté pratiquement silencieux sur les violations des droits de la personne par le gouvernement du général Suharto, et ce, même si Amnistie internationale et le Congrès américain avaient dénoncé Djakarta comme l’un des pires gouvernements à cet égard, et que l’Indonésie avait entrepris une campagne de répression au Timor oriental après avoir envahi l’île en décembre 1975. La visite prévue du premier ministre Pierre Trudeau en Indonésie, en janvier 1983, déclencha un tollé de critiques publiques dirigées à la fois contre le régime Suharto et la politique du Canada85. Quelque 15 ans plus tard, en novembre 1997, l’histoire devait se répéter : invité à Vancouver lors du Sommet de l’APEC (le Forum de coopération économique du Pacifique), le président indonésien fut hué par des étudiants, lesquels furent brutalement dispersés par la police. L’image d’un agent aspergeant copieusement les manifestants (et un cadreur de Radio-Canada !) de poivre de Cayenne a poursuivi le gouvernement Chrétien pendant plusieurs années.

  • 86 Plusieurs commentaires émis par les parlementaires et les éditorialistes pour justifier leur appui (...)

88Les événements tragiques au Rwanda en avril et mai 1994 (alors que près de 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés) n’ont pas, au moment même de leur déroulement, suscité de mouvement spontané parmi la population canadienne, peut-être plus en raison d’un sentiment d’impuissance et d’incompréhension que par indifférence. Mais cet épisode est revenu hanter périodiquement l’opinion publique, en partie parce que le commandant des forces des Nations Unies alors en poste au Rwanda, le général Roméo Dallaire, était un Canadien, et que de nombreux coopérants canadiens ont œuvré dans ce pays. Si bien qu’à l’automne 1996, lorsque les signes précurseurs d’une nouvelle flambée de violence apparurent, le gouvernement canadien se sentit dans l’obligation de prendre l’initiative et de proposer l’envoi d’une force internationale. Dans le même ordre d’idées, il est possible que l’appui significatif de la population canadienne aux bombardements de l’OTAN en ex-Yougoslavie au printemps 1999 soit lié au souvenir des exactions commises par les forces serbes en Bosnie quelques années plus tôt, exactions parfois perpétrées sous les yeux de soldats canadiens86.

89Ce survol permet dans une certaine mesure d’évaluer la diversité de ces intérêts et des circonstances dans lesquelles ils peuvent s’exprimer. Il convient maintenant d’examiner comment l’expression de ces intérêts affecte la politique extérieure.

L’INFLUENCE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SUR LES DÉCISIONS GOUVERNEMENTALES

  • 87 Maxwell A. Cameron, « Democratization of Foreign Policy: The Ottawa Process as a Model », Canadian (...)

90La politique étrangère et, a fortiori, la politique de défense, ont longtemps été considérées comme des chasses gardées de l’État, au sujet desquels la société civile n’avait pas son mot à dire et à peu près rien à faire. Depuis le début des années 1970, cette situation a évolué, d’abord lentement, lorsque le gouvernement s’est mis à consulter les experts et les représentants des ONG sur des questions très spécifiques. Puis les choses se sont accélérées au milieu des années 1990, lorsque les acteurs privés se sont mis à participer à la mise en œuvre de la politique étrangère. L’apogée de cette évolution semble être le processus d’Ottawa qui, en décembre 1997, a permis la conclusion du Traité d’interdiction des mines antipersonnel. Celui-ci résulte en effet d’une action concertée des gouvernements et d’une très vaste coalition d’ONG87.

La démocratisation de la politique étrangère

91La participation croissante d’acteurs non gouvernementaux soulève un certain nombre de questions et a provoqué, au cours des dernières années, un débat sur le phénomène qu’il est convenu d’appeler la « démocratisation de la politique étrangère ». Ce débat est né des accusations portées par les députés libéraux contre le gouvernement conservateur entre 1988 et 1993. Selon l’opposition, le gouvernement avait la fâcheuse habitude de prendre ses décisions derrière « des portes closes » et de ne pas consulter la population sur les questions de politique étrangère. Parvenus au pouvoir, les libéraux ont tenté de combler ce qu’ils considéraient comme un « déficit démocratique » en mettant en place une série de mécanismes de consultation.

  • 88 Tim Draimin et Betty Plewes, « Civil Society and the Democratization of Foreign Policy », dans Max (...)

92Selon certains, la participation de la société civile à la formulation et à la mise en œuvre de la politique extérieure est à la fois souhaitable et inévitable, pour plusieurs raisons : la revitalisation des institutions politiques, l’inclusion des acteurs non gouvernementaux qui jouent déjà un rôle important dans les relations internationales, le renforcement de la cohésion sociale et l’atténuation des aspects négatifs de la mondialisation88.

  • 89 Kim Richard Nossal, « The Democratization of Canadian Foreign Policy : The Elusive Ideal », dans M (...)
  • 90 Mark Neufeld, « Democratization in/of Canadian Foreign Policy : Critical Reflections », Studies in (...)

93Selon d’autres chercheurs, la démocratisation de la politique étrangère pose des problèmes. Pour certains, elle ne profite qu’à une minorité et le processus risque de mettre le gouvernement à la merci de groupes spécifiques dont les intérêts ne coïncident pas avec ceux de la majorité de la population89. À l’inverse, d’autres craignent que les représentants de la société civile soient cooptés par le gouvernement et qu’ils ne servent plus qu’à légitimer l’ordre politique que celui-ci représente90. Enfin, on peut soutenir que la participation des parlementaires – qui sont censés représenter les intérêts de leurs commettants – assure déjà le caractère démocratique de la prise de décision.

  • 91 Denis Stairs, « Public Opinion and External Affairs: Reflections on the Domestication of Canadian (...)

94Sans chercher à s’aventurer plus avant dans ce débat, il convient de voir comment, dans l’état actuel des choses, la société civile peut tenter de faire valoir ses intérêts auprès du gouvernement. Dans un système politique comme celui du Canada, les individus et les groupes peuvent influencer la politique étrangère de deux façons. D’une part, les représentants de la société civile peuvent chercher à structurer l’environnement de la prise de décision, en posant des balises à l’intérieur desquelles le gouvernement doit opérer. Il s’agit donc, pour reprendre la terminologie proposée par Denis Stairs91, de déterminer la définition de l’ordre du jour et l’ordre des priorités (agenda setting) et de spécifier les paramètres de ce qui est considéré comme des options acceptables (parameter setting). Il s’agit des formes les plus anciennes et peut-être les plus efficaces d’exercer une influence sur la politique étrangère. D’autre part, les acteurs non gouvernementaux peuvent aussi tenter d’influencer le processus de prise de décision proprement dit. Il s’agit, plus précisément, d’influencer soit les décisions spécifiques et les orientations politiques qu’adopte le gouvernement en matière de politique étrangère (policy setting), soit la gestion de ces politiques (administration setting).

95Cette distinction entre le processus et l’environnement de la prise de décision est évidemment artificielle. En réalité, ni les dirigeants politiques ni les acteurs provenant de la société civile ne pensent en ces termes. Cette distinction analytique permet cependant d’explorer les différentes façons dont la société civile peut exercer une influence sur la politique étrangère et la politique de défense, et permet aussi d’évaluer avec plus de précision l’impact de la société sur le contenu de ces politiques.

96Dans les pages qui suivent, nous examinerons d’abord comment les acteurs émanant de la société civile peuvent exercer une influence sur l’agenda gouvernemental en politique étrangère. Puis nous verrons pourquoi leur rôle est plus limité lorsqu’il s’agit de déterminer le contenu et la gestion de politiques spécifiques. L’étude des limites et des paramètres que la société impose à ses dirigeants fera l’objet du chapitre suivant.

L’environnement de la prise de décision

97La définition de l’ordre du jour est l’étape au cours de laquelle sont déterminés les questions et les problèmes jugés suffisamment importants pour requérir l’attention du gouvernement. Pour paraphraser Karl Marx, l’État peut décider de son propre ordre du jour, mais il ne peut le faire entièrement à son gré. Même si les dirigeants arrivent au pouvoir avec, dans leur mallette, de grands projets ou des préoccupations bien précises qui devraient, selon eux, constituer des priorités, ils doivent inévitablement composer avec une série de facteurs qu’ils ne contrôlent pas.

98Les événements extérieurs occupent, évidemment, une place prépondérante dans la définition de l’ordre du jour. Certains sont prévisibles, car la diplomatie a son propre cycle saisonnier. Les sommets auxquels participe le premier ministre du Canada sont fixés d’avance : le sommet du G8 (annuel) ; la conférence annuelle des chefs de gouvernement de pays membres du Forum de coopération économique du Pacifique (APEC) ; les rencontres biennales des chefs de gouvernement du Commonwealth ; et les sommets de la francophonie (tous les deux ans). Les rencontres des ministres de la Défense des pays membres de l’OTAN ont généralement lieu en décembre, tandis que celles des ministres des Affaires étrangères ont lieu au printemps. En automne, le premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères participe habituellement à la session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, tandis que le ministre des Finances se rend à Washington pour la rencontre annuelle du Fonds monétaire international (FMI). Certaines rencontres nécessitent une longue préparation, en particulier lorsque le Canada est le pays hôte du sommet du G8 une fois tous les sept ans (à Montebello en 1981, à Toronto en 1988, à Halifax en 1995 et à Kananaskis en 2002).

99À l’inverse, des événements extérieurs imprévisibles peuvent subitement bousculer l’ordre du jour des gouvernements : l’invasion d’un État par un autre, l’assassinat d’un dirigeant étranger, un attentat terroriste, la destruction d’un avion de ligne, l’explosion d’un obus de mortier sur un marché public, l’imposition soudaine de tarifs douaniers ou l’exécution d’un militant des droits de la personne. Ainsi, à son arrivée au pouvoir, le gouvernement Harper se serait bien passé d’avoir à traiter de certaines questions épineuses de politique étrangère. Mais il ne pouvait se soustraire aux nombreux sujets qui se sont imposés à l’ordre du jour après janvier 2006, comme la détérioration de la situation en Afghanistan ou les bombardements israéliens au Liban.

100Mais l’ordre du jour peut aussi être déterminé par certains représentants de la société civile. Leur capacité à attirer l’attention du gouvernement sur un problème spécifique et à l’obliger à agir dépend généralement du degré d’appui dont ils jouissent parmi la population. Or, susciter un tel appui n’est pas toujours une tâche facile. La cause défendue doit, de préférence, être conforme aux valeurs de la société et suffisamment intéressante pour faire la manchette dans les médias. Et les chances d’être entendu par le gouvernement sont encore plus grandes si les revendications peuvent se greffer (parfois de façon artificielle, il est vrai) à quelques priorités déjà existantes.

101Tous les groupes de pression évoqués plus haut sont susceptibles d’inscrire leurs préoccupations à l’ordre du jour. Par exemple, une cause soutenue par un groupe ethnique peut être mise à l’ordre du jour lorsque le gouvernement est disposé à y répondre, comme ce fut le cas pour les communautés haïtiennes, de Hong-Kong, du Sri Lanka et de l’ex-Yougoslavie, qui ont milité pour que soient pris en considération les problèmes affectant leur pays d’origine.

  • 92 Globe and Mail, 5 mars 1996.

102L’importance acquise subitement par les relations avec Haïti dans l’ordre du jour du gouvernement Chrétien, en février 1996, s’explique principalement par la tenue d’une élection partielle dans la circonscription de Papineau – St-Michel, qui regroupe la plus forte concentration d’électeurs d’origine haïtienne au Canada. La lutte serrée entre le candidat souverainiste du Bloc québécois, Daniel Turp, et Pierre Pettigrew, que Jean Chrétien avait nommé ministre d’État à la coopération internationale avant même qu’il n’obtienne un siège à la Chambre des communes, contribua à donner une importance subite aux relations canado-haïtiennes92. Par contre, dix ans plus tard, les querelles politiques en Haïti devaient revenir hanter Pettigrew, devenu ministre des Affaires étrangères dans le Cabinet de Paul Martin, lors des élections de janvier 2006, et ont certainement contribué à lui faire perdre son siège.

103La façon dont les médias présentent un problème détermine largement le degré d’attention qu’y porte l’opinion publique. Les choix des rédacteurs de journaux et des producteurs d’émissions quant aux sujets « d’importance » reposent, d’une part, sur une volonté de refléter ce qui est important, et, d’autre part, sur une estimation de ce que leurs lecteurs ou leurs auditeurs voudront savoir. Ce procédé aura toujours de possibles répercussions politiques, puisque les individus ont tendance à attacher beaucoup d’importance aux informations que leur donnent les médias.

  • 93 B. E. Burton, W. C. Sutherland et T. A. Keenleyside, « The Press and Canadian Foreign Policy : A R (...)
  • 94 Denis Stairs, « The Press and Foreign Policy in Canada », International Journal, vol. 31, printemp (...)

104Le rôle des médias dans la présentation des nouvelles a un impact sur la politique étrangère, particulièrement en ce qui a trait aux questions mises à l’ordre du jour93. Comme le note Denis Stairs, si les médias n’ont pas une influence importante sur le fond en politique étrangère, ils ont « un impact très significatif sur les activités quotidiennes » des dirigeants94. Ceux-ci sont sensibles aux sujets qui font la manchette des journaux comme Le Devoir ou le Globe and Mail, ou des médias électroniques, sachant très bien que ces questions sont susceptibles d’être soulevées à la Chambre des communes pendant la période de questions, ou encore lors d’une conférence de presse. Les fonctionnaires le sont tout autant, car les politiciens se tournent vers eux pour obtenir une réponse adéquate, et parce que le traitement que font les médias de la performance du Canada dans un dossier donné constitue souvent une évaluation implicite de leur propre performance.

  • 95 Voir Denis Stairs, « The Media and the Military in Canada », International Journal, vol. 53, no 3, (...)

105Les militaires, habitués à régler leurs problèmes internes loin des regards des civils, comptent peut-être parmi ceux qui, au gouvernement, entretiennent le plus de méfiance à l’égard des médias. Ils ont ainsi été pris de court lorsque les révélations concernant le comportement répréhensible de certains soldats en Somalie ont, en 1995-1996, attiré l’attention des médias sur certaines pratiques douteuses au sein de l’establishment militaire (carriérisme à outrance, sexisme, rites d’initiation dégradants, etc.). Cette série de crises a obligé le ministère de la Défense à revoir la nature de ses relations avec les représentants des médias et à faire preuve de plus de transparence95.

  • 96 Par exemple, en 1999, le forum portait sur la participation du Canada au Conseil de sécurité de l’ (...)
  • 97 Ministère des Affaires étrangères et Commerce international, Un dialogue sur la politique étrangèr (...)
  • 98 Par exemple, en 2007, la discussion virtuelle portait sur la promotion de la démocratie.

106Enfin, il arrive de plus en plus fréquemment que le gouvernement incite lui-même la société civile à lui faire part de ses préoccupations et à lui suggérer des sujets qui pourront être inscrits à l’ordre du jour. Traditionnellement, de telles consultations s’effectuaient dans le cadre des travaux réguliers des comités parlementaires sur les Affaires étrangères ou sur la Défense nationale. De temps à autre – généralement à l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement, lorsque celui-ci tente d’imprimer une nouvelle marque dans la politique étrangère ou de défense en publiant un livre blanc –, des consultations itinérantes beaucoup plus vastes sont organisées. Nous y reviendrons au chapitre 9 consacré au rôle du Parlement. Pendant quelques années, dans la foulée du débat sur la démocratisation de la politique étrangère, le gouvernement Chrétien parrainait, chaque année, les consultations extraparlementaires du Forum sur les relations internationales du Canada. Si la première réunion, tenue en 1994, a eu une portée générale, les suivantes ont porté sur un thème d’intérêt immédiat pour le ministre des Affaires étrangères96. Ces rencontres servaient non seulement à recueillir des opinions, mais aussi à inciter les organismes privés (en particulier les ONG) à participer davantage au processus de formulation de la politique étrangère. À partir de 1998, le ministère de la Défense nationale s’est aussi mis à tenir de telles consultations thématiques, bien que de façon plus discrète. En 2003, le ministre Bill Graham s’est lancé dans une vaste consultation pancanadienne intitulée Un dialogue sur la politique étrangère canadienne97. Le rapport qui en découla fut cependant presque oublié lorsque Paul Martin remplaça Jean Chrétien quelques mois après sa parution. Dans le même ordre d’idées, en février 1996, Lloyd Axworthy proposa une discussion publique sur Internet à propos du commandement de la mission des Nations Unies en Haïti. La pratique est devenue courante et, aujourd’hui, la population est régulièrement conviée à faire valoir ses vues sur le site du Ministère98.

  • 99 Myriam Gervais et Stéphane Roussel, op. cit. (1998), p. 45-46.
  • 100 Steven Lee, « Beyond Consultations : Public Contributions to Making Foreign Policy », dans Fen Osl (...)

107Ces consultations présentent, en théorie du moins, plusieurs avantages. Elles offrent une tribune supplémentaire aux représentants de la société civile et attirent l’attention sur des sujets qui, autrement, resteraient dans l’ombre. Par ailleurs, elles constituent une occasion de formuler des idées, des concepts ou des projets qui pourront peut-être être repris par le gouvernement. Par exemple, la notion de « sécurité humaine », qui était le maître mot du ministre Lloyd Axworthy, a été formulée pour la première fois lors du Forum national de 199499. De même, le ministre reconnaît avoir puisé plusieurs idées dans les rapports émanant des forums subséquents100.

  • 101 Ces arguments sont présentés en détail dans Kim Richard Nossal, op. cit. (1995).

108Mais il faut évaluer avec prudence l’utilité réelle de ces tentatives faites par les gouvernements pour mettre en place des mécanismes pouvant donner au processus politique l’apparence d’une consultation à grande échelle avec les représentants de la société civile. Ces mécanismes font, somme toute, bien peu pour démocratiser la politique étrangère101. Ils sont destinés à l’élite, et non aux masses. Ils constituent une excellente occasion de lancer des idées, mais on peut difficilement dire qu’ils s’adressent réellement au plus grand nombre. Les organisateurs de ces événements ont d’ailleurs parfois bien des difficultés à recruter des participants en dehors du cercle de certains habitués, en grande majorité des universitaires.

109Lorsque les organisateurs parviennent tant bien que mal à réunir un groupe hétérogène – qui devrait comprendre idéalement non seulement des universitaires et des fonctionnaires, mais aussi des représentants des ONG, des communautés ethniques et groupes communautaires, des journalistes, des députés et de simples citoyens parlant en leur propre nom –, c’est pour se heurter à un autre problème : l’extrême diversité des opinions. Dans de telles conditions, rédiger un rapport à la fois cohérent, représentatif des idées exprimées, qui va au-delà des platitudes et qui constitue le plus grand dénominateur commun entre les participants est un tour de force. Mais pour les représentants du gouvernement, c’est un résultat idéal, puisqu’ils sont toujours en mesure de découvrir, dans cette cacophonie d’opinions, une voix qui justifie leurs politiques. Ce qu’a exprimé avec franchise le sous-ministre aux Affaires extérieures, De Montigny Marchand, en 1983 :

  • 102 De Montigny Marchand, « Foreign Policy and Public Interest », International Perspectives, juillet- (...)

Nous pouvons écouter et nous pouvons nous adapter ; nous pouvons même, jusqu’à un certain point, accepter certaines contradictions, mais nous ne pouvons pas nous soustraire au besoin d’une politique qui est la synthèse cohérente des intérêts et des priorités nationales [...] Il vient parfois un moment où le gouvernement doit exercer son leadership en devançant l’opinion publique102.

110En outre, si on peut estimer que le recours à Internet pour les débats publics est un moyen démocratique innovateur, il ne faut pas en exagérer la portée ; bien peu de gens prennent le temps de consulter les pages Web du ministère des Affaires étrangères ou de la Défense et d’écrire au ministre.

111Si elles présentent quelques avantages, ces consultations semblent plutôt légitimer les initiatives gouvernementales et leur donner un vernis « démocratique » que permettre aux représentants de la société civile de faire inscrire leurs préoccupations à l’ordre du jour. Il est cependant difficile de déterminer à qui incombe la responsabilité de ce résultat : aux formules de consultation retenues par le gouvernement ou à la population qui ne saisit pas les occasions de s’exprimer qui lui sont offertes.

Le processus de prise de décision

112Les acteurs provenant de la société civile peuvent, en principe, influencer la gestion et la mise en œuvre de la politique étrangère, comme c’est le cas dans certains domaines de politique intérieure. L’autogestion des corps médicaux (le Collège des médecins) et légaux (le Barreau) est un bon exemple de gestion de la politique officielle par des associations privées.

La gestion des politiques

113Une des formes de gestion de la politique étrangère consiste à inviter les acteurs non gouvernementaux à participer aux négociations internationales. Depuis les années 1970, le gouvernement a souvent invité les représentants des groupes et des industries affectées par le résultat de négociations à se joindre aux délégations canadiennes, et à participer à certaines discussions (notamment sur les pêches, l’exploitation minière des grands fonds, les tarifs douaniers, le traité bannissant les mines antipersonnel, la protection de l’environnement ou encore le respect des droits de la personne). Toutefois, ces invitations ne sont pas automatiques et ces groupes sont en général exclus des négociations, surtout quand elles relèvent de la politique de sécurité et de défense.

114Les acteurs non gouvernementaux peuvent participer à la mise en œuvre de certains aspects périphériques de la politique étrangère, principalement dans le domaine des services, tels que les sondages d’opinion ou l’organisation de conférences. Longtemps, le gouvernement a requis les services du Centre parlementaire sur les Affaires extérieures et le Commerce extérieur pour assurer le personnel et les services de recherche attachés aux comités parlementaires chargés de la politique étrangère et de défense (voir le chapitre 9). Le Centre parlementaire était un centre privé fondé par un ancien fonctionnaire du MAECI.

  • 103 Sur le processus d’Ottawa, voir Maxwell A. Cameron, Robert J. Lawson et Brian Tomlin, dir., To Wal (...)

115Les ONG ont traditionnellement joué un rôle plus direct dans la mise en œuvre de la politique étrangère. Dans le cas de l’aide au développement, il n’est pas rare de voir les ONG coopérer étroitement avec l’ACDI sur la mise en œuvre d’un projet, comme ce fut le cas pour le Secours d’urgence à l’Afrique, administré par des ONG. Au cours des années 1980, les organisations non gouvernementales ont élargi leur champ d’activités et ont été de plus en plus fréquemment mises à contribution pour la gestion des politiques dans des domaines tels que l’environnement ou les droits de la personne. Elles ont ainsi participé à la préparation de la réunion d’experts sur les droits de la personne tenue à Ottawa en 1985 dans le cadre de la CSCE. Mais, comme nous l’avons signalé, c’est avec le Traité d’interdiction des mines antipersonnel que les ONG ont connu leur heure de gloire, alors qu’elles ont été appelées à participer à toutes les étapes qui ont mené à la conclusion de l’accord103.

  • 104 Paul M. Evans, « Canada and Taiwan : A Forty-Year Survey », Transactions of the Royal Society of C (...)

116En une occasion au moins, le gouvernement a fait appel au secteur privé pour gérer ses relations avec un État étranger. Après avoir reconnu la République populaire de Chine, le Canada ne pouvait plus entretenir de relations formelles avec Taiwan. Mais comme les échanges commerciaux avec la Chine nationaliste se faisaient de plus en plus importants, le gouvernement canadien conclut, en 1986, une entente avec la Chambre de commerce du Canada pour ouvrir et gérer un bureau canadien du commerce dans la capitale taiwanaise, Taipei. Sans en avoir le nom, ce bureau n’en est pas moins une mission diplomatique, avec des représentants du service extérieur venus appuyer ceux de la Chambre de commerce dans leur mission104.

117Ces exemples de gestion de politique par des acteurs non gouvernementaux sont plutôt des exceptions à la règle, car, dans la plupart des domaines de la politique étrangère, le gouvernement canadien a conservé pour lui seul la gestion de ses politiques et de ses programmes. Ceux-ci sont confiés à une bureaucratie professionnelle, que les représentants de la société civile ne peuvent infiltrer facilement.

118Selon Denis Stairs, cette exclusion est en partie due au secret qui a toujours entouré la mise en œuvre de la politique étrangère. Le mystère qui plane sur les délibérations du Cabinet et le statut confidentiel des communications en provenance des autres gouvernements ne permettent pas facilement la délégation des tâches de gestion à des acteurs non gouvernementaux. La nature de l’art de gouverner un État y est aussi pour beaucoup : les mécanismes de la diplomatie et de la négociation, qui sont au cœur des activités internationales d’un État, ne permettent pas de séparer la prise de décision de la mise en œuvre des politiques. Dans le domaine des affaires étrangères, la gestion et l’orientation d’une politique sont, à proprement parler, un tout.

L’orientation et le contenu des politiques

  • 105 Canada, Chambre des communes, Débats, session 1938, vol. 1, 11 février 1938, p. 391.

119Hormis quelques rares exceptions, les tentatives visant à inciter le gouvernement à adopter une position donnée ou à modifier une décision déjà prise sont généralement infructueuses. C’est ce qu’apprirent les membres des différents groupes qui militaient en faveur de l’adoption d’une politique plus musclée à l’égard du Japon en 1937 en raison des crimes commis au cours de la guerre contre la Chine. Le gouvernement de Mackenzie King avait de nombreuses raisons de ne pas laisser le Canada s’enfoncer dans le conflit en Extrême-Orient – ni dans aucun autre conflit d’ailleurs, comme nous le verrons au chapitre suivant. King n’avait non plus aucun intérêt à croiser le fer avec les entreprises canadiennes qui, elles, souhaitaient maintenir leurs relations commerciales très fructueuses avec le Japon. Le premier ministre résista à la pression populaire, et opta pour l’inaction sous prétexte que le Canada ne devait pas prendre position en faveur de l’un ou l’autre des belligérants dans ce conflit. Il ajouta que, si son « gouvernement était [...] soucieux du bienêtre des femmes et des enfants d’Extrême-Orient, d’Espagne ou de toute autre partie du monde, [il] est surtout soucieux du bien-être de la population canadienne105 ».

  • 106 Adam Bromke et Kim Richard Nossal, « Tensions in Canada’s Foreign Policy », Foreign Affairs, vol.  (...)
  • 107 Canada, Chambre des communes, Débats, 32e législature, 1re session, vol. 23, 2 mai 1983, p. 25043.

120Le débat entourant les essais du missile de croisière, au début des années 1980, est une autre illustration de cette capacité de résistance du gouvernement. En 1982, le gouvernement Trudeau annonçait qu’il entendait autoriser l’armée de l’air américaine à tester le système de guidage interne des missiles de croisière aéroportés au-dessus du territoire canadien. Le gouvernement se trouva bientôt en butte à une série de pressions destinées à le faire changer d’avis : au cours de l’automne 1982 et du printemps 1983, de grands rassemblements populaires s’organisèrent (à Vancouver seulement, 65 000 personnes, menées par le maire, défilèrent dans les rues de la ville) ; les pétitions et les lettres de protestations affluaient à Ottawa ; un camp de la paix fut érigé sur la colline du Parlement ; groupes pacifistes, scientifiques, prélats, chefs syndicaux, universitaires et écrivains notoires se rallièrent au mouvement ; les sondages confirmaient que la majorité des Canadiens s’opposaient aux essais106. Le député libéral Paul McRae exprima ouvertement ses inquiétudes quant aux retombées possibles du mouvement contestataire : « Est-ce qu’on peut douter que les Canadiens jugeront sévèrement les politiciens qui ne montrent aucun sérieux pour le contrôle des armes nucléaires107 ? » (Fait intéressant, McRae ne s’est pas représenté comme candidat aux élections de 1984, préférant attendre celles de 1988.)

  • 108 Ministère des Affaires extérieures, Déclarations et Discours, vol. 83, no 8, 9 mai 1983.
  • 109 Canada, Chambre des communes, Débats, 32e législature, 1re session, vol. 23, 14 juin 1983, p. 2631 (...)
  • 110 Sur les péripéties entourant cette décision et les arguments utilisés par le gouvernement, voir Jo (...)

121Malgré tout, le gouvernement maintint le cap. Le 9 mai 1983, le premier ministre Trudeau fit paraître une lettre ouverte aux Canadiens, dans laquelle il expliquait sa décision108. Le 14 juin, le gouvernement profitait de sa majorité en chambre pour battre, par 213 voix contre 34, une motion déposée par le Nouveau Parti démocratique dénonçant les essais109. La décision sans appel fut annoncée au moment où elle était le plus susceptible de passer inaperçue, un vendredi soir de juillet, après la suspension des travaux du Parlement pour les vacances d’été. Et les premiers tests débutèrent en mars 1984. Ainsi, malgré des pressions énormes et des tentatives de justification maladroites et confuses, le gouvernement arriva à ses fins sans subir trop de dommages110.

122Le débat sur les essais du missile de croisière démontre comment et pourquoi le gouvernement peut écarter les tentatives de la société civile visant à déterminer le contenu et l’orientation des politiques. Tout d’abord, le gouvernement peut s’offrir le luxe d’entendre ce qu’il veut entendre sur les questions controversées de politique étrangère, en sachant que, en presque toute circonstance, la population canadienne s’exprime rarement d’une seule voix. Et les sondages – comme les consultations évoquées plus haut – lui donnent généralement raison.

La sanction électorale ?

123Les élections sont généralement considérées, dans un système démocratique, comme le principal moyen de pression que peut utiliser la population pour forcer ses dirigeants politiques à se plier à sa volonté. On estime donc que les politiciens gardent toujours un œil sur les sondages et effectuent leurs calculs politiques en fonction du prochain scrutin. Plus l’échéance électorale se rapproche, plus ils sont à l’écoute de leurs électeurs. Ce principe, qui semble évident, n’est pas toujours suivi, en particulier lorsqu’il s’agit de décisions de politique étrangère.

124Les questions précises de politique étrangère se prêtent, en effet, plutôt mal à des représailles de la part de l’électorat. L’impact sur l’électorat d’une décision spécifique (par exemple, accepter de signer un accord plus ou moins avantageux avec les États-Unis à propos du commerce du bois d’œuvre) sera probablement très diffus et ne sera pas géographiquement concentré. Dans un système parlementaire britannique comme celui du Canada, une opposition très diffuse de la population n’est pas problématique, car seul le nombre de votes dans chaque comté détermine le résultat, non le nombre total de voix à l’échelle nationale. À l’inverse, l’opposition à une décision concernant une région en particulier, comme un moratoire sur les pêches ou la fermeture d’une base militaire, est plus susceptible d’être concentrée géographiquement et de créer un problème électoral régional, sinon national.

  • 111 Richard Johnston, André Blais, Henry E. Brady et Jean Crête, Letting the People Decide. Dynamics o (...)

125De façon générale, en temps de paix, la politique étrangère est rarement un enjeu électoral. Quelques élections cependant ont été marquées par de tels débats, en particulier celles de 1891, de 1911, 1935, 1963 et 1988. Toutes, à l’exception de celle de 1963, ont tourné autour de la question des rapports commerciaux avec les États-Unis. Il s’agit en fait d’un sujet qui, avec les clivages linguistiques et la dualité État-providence – laissez-faire, constitue régulièrement un enjeu électoral111. Ils ont en commun de soulever un aspect fondamental de ce qui constitue l’identité canadienne. Lorsqu’ils s’imposent comme enjeux électoraux, ces trois sujets sont rarement isolés et ont plutôt tendance à se superposer dans les débats.

126On estime généralement que les problèmes de politique étrangère ont joué un rôle décisif dans le résultat d’au moins trois des cinq élections où ils ont été soulevés (1911, 1963 et 1988). Néanmoins, il convient d’apporter certaines nuances qui illustrent comment les questions de politique étrangère ne peuvent être totalement isolées des autres facteurs et enjeux.

  • 112 Cité dans C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 147.

127L’élection générale de 1911 est habituellement interprétée comme la répudiation de la politique de libre-échange, ou de réciprocité comme on l’appelait à cette époque, menée par le gouvernement libéral de Sir Wilfrid Laurier. Mais le vote de 1911 constitue plus qu’un simple rejet du traité de réciprocité négocié avec les États-Unis. La politique de Laurier sur la contribution du Canada à la marine britannique et, de façon plus générale, la participation canadienne aux guerres de l’Empire (deux autres problèmes de politique extérieure) étaient aussi en jeu. On peut certainement interpréter le résultat de l’élection de 1911 comme une simple combinaison de ces enjeux, ce qu’a fait Mackenzie King en déclarant que la défaite était le résultat « d’une alliance contre nature entre les nationalistes (québécois) et les Tories des autres provinces112 ». Mais ces enjeux étaient aussi intimement liés à des divergences de points de vue qui correspondaient aux clivages linguistiques.

  • 113 Peyton V. Lyon, Canada in World Affairs, vol. 12, 1961-1963, Toronto, Oxford University Press, 196 (...)

128Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Tommy Douglas, a décrit l’élection de 1963 comme un référendum sur les armes nucléaires113 et la chute du gouvernement conservateur est souvent perçue comme un désaveu de sa politique sur ce sujet. En fait, la défaite de Diefenbaker n’était pas simplement liée à son refus d’armer les missiles Honest John et Bomarc et les avions Starfighter d’ogives nucléaires. D’autres facteurs, dont l’effritement de ses appuis à l’intérieur même du Cabinet, l’état de l’économie et la détérioration de son leadership ont contribué à son échec.

  • 114 Richard Johnston, André Blais, Henry E. Brady et Jean Crête, op. cit. (1992).

129Le thème du libre-échange a largement dominé les débats au cours de la campagne de 1988, au point où la plupart des autres sujets ont été écartés. Mais il ne constitue pas le seul facteur expliquant la victoire de Brian Mulroney. L’électorat ne semble pas avoir été très fixé sur cette question, jusqu’à la veille du scrutin. Même si, pour des raisons stratégiques, les principaux partis ont évité d’aborder le thème de la réintégration du Québec dans le giron constitutionnel (l’accord du lac Meech ayant été signé un peu plus d’un an plus tôt), les clivages linguistiques et la personnalité des chefs ont aussi joué un rôle114.

130De façon générale, la politique étrangère n’offre pas de bonnes munitions pour les joutes électorales. Le premier ministre Paul Martin l’a appris lors de la campagne de l’hiver 2005-2006, lorsqu’il s’est mis à critiquer certaines politiques du gouvernement George W. Bush et à chercher à y associer le chef conservateur Stephen Harper. Cette tactique, qui visait à effaroucher les électeurs et à les détourner des conservateurs, n’a pas permis au chef libéral de faire de gains significatifs dans les sondages – mais elle lui a par ailleurs attiré les foudres de l’ambassadeur américain à Ottawa.

***

131Pour des fins de clarté, nous avons établi une distinction entre le processus et l’environnement de la prise de décision. L’influence de la société civile sur le processus est relativement faible. Les individus et les groupes de pression peuvent déployer une grande activité pour tenter d’influencer le contenu des politiques spécifiques adoptées par le gouvernement, mais, en fin de compte, leur influence réelle demeure marginale. Ils ont un peu plus de latitude en ce qui a trait à la gestion et à la mise en œuvre de ces mêmes politiques – et il s’agit là d’un phénomène relativement récent, encore difficile à mesurer. Mais même sur ce plan, l’État conserve l’essentiel de ses prérogatives : la mise en œuvre des politiques est d’abord le fait de la bureaucratie ou des représentants élus. Bref, en ce qui a trait au processus de prise de décision en politique étrangère, l’État, au Canada, est relativement autonome. Le contenu de la politique étrangère reflète ce que les dirigeants définissent comme étant les intérêts nationaux, plutôt que les intérêts d’un groupe ou d’une classe en particulier.

132L’État n’exerce pas le même contrôle sur l’environnement de la prise de décision. Ce chapitre nous a permis de démontrer comment et en quelles circonstances les acteurs provenant de la société civile peuvent déterminer le contenu de l’ordre du jour gouvernemental. Mais l’influence de la société civile est perceptible sur un autre plan, celui de la définition des paramètres. Il s’agit d’une dimension plus diffuse de l’environnement de la prise de décision, et qui désigne en fait la frontière entre ce qui, en politique étrangère, est acceptable et ce qui ne l’est pas. Elle détermine les limites de ce que les dirigeants peuvent faire, ce qui revient à circonscrire l’éventail des options et des possibilités. Sur ce plan, l’État doit se conformer à ce que l’on peut appeler des choix de société ou des valeurs fondamentales. Les contraintes qu’elles imposent sont essentiellement négatives par nature : elles servent plus à écarter certaines options qu’à déterminer comment le gouvernement doit agir dans une situation donnée. En outre, les paramètres établis par la société sont très larges, et il est peu probable que les représentants du gouvernement s’entendent unanimement pour établir une politique qui transgresse ces paramètres.

133C’est sans doute sur ce plan que la société civile a le plus d’influence potentielle sur la conduite de la politique extérieure d’un État. Le prochain chapitre est consacré à un examen de ces paramètres. Il vise à démontrer comment la société civile définit les limites d’une politique acceptable et à quel point ces paramètres ont influencé la politique étrangère canadienne tout au long du XXe siècle.

Notes

1 En fait, la grande majorité des théoriciens reconnaît l’importance des jeux politiques et des divergences internes pour expliquer l’action internationale de l’État, même s’ils divergent sur le degré de cette importance. Sur la théorie libérale des relations internationales, voir Dario Battistella, Théories des relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2006 (2e éd.), p. 155-186 ; Stéphane Roussel et Dan O’Meara, « La constellation diffuse des théories libérales », dans Alex Macleod et Dan O’Meara (dir.), Contestations et résistances : la théorie des relations internationales depuis la fin de la Guerre froide, Montréal, 2007, p. 89-110. Pour un exemple de modèle qui considère qu’il s’agit d’une variable secondaire, voir Gideon Rose, « Neoclassical Realism and Theories of Foreign Policy », World Politics, vol. 51, no 1, octobre 1998, p. 144-172.

2 André-J. Bélanger et Vincent Lemieux, Introduction à l’analyse politique, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1996, p. 41.

3 Les citoyens doivent aussi surmonter ce que l’on appelle le « dilemme de l’action collective ». Celui-ci constitue un obstacle à l’action politique : pourquoi un acteur rationnel gaspillerait-il son temps et ses énergies en se joignant à un mouvement de revendication si d’autres le font déjà et que sa propre participation n’apporterait à peu près rien de plus ? Le dilemme réside bien entendu dans le fait que si tous les individus faisaient le même calcul, il n’existerait pas de mouvement de masse. Voir Mancur Olson, Logique de l’action collective, Paris, Presses universitaires de France, 1978 (1965). Voir aussi André-J. Bélanger et Vincent Lemieux, op. cit., p. 224-227.

4 Cité dans Donald Page, « The Institute’s “Popular Arm” : The League of Nations Society in Canada », International Journal, vol. 33, no 1, hiver 1977-1978, p. 59.

5 Canada, Chambre des communes, Débats de la Chambre des communes, 30e législature, 2e session, vol. 1, 21 octobre 1976, p. 303.

6 J. S. Finan et S. B. Flemming, « Public Attitudes Toward Defence and Security in Canada », dans David B. Dewitt et David Leyton-Brown (dir.), Canada’s International Security Policy, Scarborough, Prentice-Hall, 1995, p. 296.

7 P. H. Chapman, « The Canadian Public and Foreign Policy », International Perspective, janvier-février 1986, p. 14 ; Institut Nord-Sud, Review’87/Outlook’88, Ottawa, Institut Nord-Sud, p. 2.

8 Michel Fortmann, « L’atlantisme et le repli identitaire nord-américain. Faut-il craindre une vague isolationniste aux États-Unis et au Canada ? », Les premières conférences stratégiques annuelles de l’IRIS, Paris, La documentation française, 1996, p. 87-96 ; Michel Fortmann et Pierre Martin, « The End of Internationalism ? Public Opinion and Canada’s Foreign Commitments in the 1990s », communication présentée à la Conference on Internationalism and Retrenchment in Canadian Foreign Policy, Canadian Committee of the International Institute for Strategic Studies, Toronto, 24-25 avril 1998.

9 Elizabeth Riddell-Dixon propose une typologie différente des intérêts et des groupes qui se sont constitués pour les défendre et les promouvoir. Elle établit une distinction entre les intérêts économiques et non économiques, et subdivise les groupes sur une base fonctionnelle. Elle identifie ainsi cinq sous-catégories économiques, soit le milieu des affaires, de l’agriculture, du travail, les associations professionnelles et les consommateurs. Sous la rubrique « non économique », elle range les anciens combattants et les militaires, les groupes de femmes, les groupes religieux, les communautés ethniques, les citoyens et les « groupes spéciaux », Elizabeth Riddell-Dixon, The Domestic Mosaic : Domestic Groups and Canadian Foreign Policy, Toronto, Canadian Institute of International Affairs, 1985.

10 Chiffres tirés de C. P. Stacey, Canada and the Age of Conflict. vol. I : 1867-1921, Toronto, Macmillan Canada, 1977, p. 4-5.

11 On peut le constater dans les débats à la Chambre des communes lors de la déclaration de guerre à l’Allemagne en 1914, ou la signature du traité de Versailles en 1919. Voir C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 288-294.

12 Gérard Filteau, Le Québec, le Canada et la guerre 1914-1918, Montréal, Éd. de l’Aurore, 1977, p. 19-25.

13 Ibid., p. 158-163 ; Voir Robert Comeau, « L’opposition à la conscription au Québec », dans Roch Legault et Jean Lamarre (dir.), La Première Guerre mondiale et le Canada, Montréal, Méridien, 1999, p. 91-109.

14 Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert et François Ricard, Histoire du Québec contemporain. Le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p. 138. Pour l’ensemble du Canada, 2 943 514 « oui » contre 1 643 006 « non », tandis qu’au Québec, le résultat fut de 993 663 « non » (essentiellement parmi les francophones) contre 376 188 « oui » ; chiffres tirés de C. P. Stacey, Armes, hommes et gouvernements. Les politiques de guerre du Canada, 1939-1945, Ottawa, Ministère de la Défense nationale, 1970, p. 441.

15 Chiffres tirés de C. P. Stacey, op. cit. (1970), p. 525 et 527. De ce nombre, 313 conscrits furent blessés et 69 tués.

16 C. P. Stacey, Canada and the Age of Conflict. A History of Canadian External Policies (vol. 2 : 1921-1948 The Mackenzie King Era), Toronto, University of Toronto Press, 1981, p. 416-417.

17 James Ian Gow, « Les Québécois, la guerre et la paix, 1945-1960 », Revue canadienne de science politique, vol. 3, no 1, mars 1970, p. 88-122. Voir aussi Stéphane Roussel et Jean-Christophe Boucher, « From Anti-Militarism to Internationalism ? The Evolution of Quebec’s Public Opinion Regarding the Use of Military Force », communication présentée à la réunion de la Middle Atlantic and New England Council for Canadian Studies (MANECCS) Montréal, 21-24 septembre 2006.

18 Paul Buteux, Michel Fortmann et Pierre Martin, « Canada and the Expansion of NATO : A Study in Élite Attitudes and Public Opinion », dans David G. Haglund (dir.), Will NATO Go East ? The Debate Over Enlarging the Atlantic Alliance, Kingston, QCIR, 1996, p. 147-179 ; David G. Haglund, The North Atlantic Triangle Revisited. Canadian Grand Strategy at Century’s End, Toronto, CIIA, 2000, p. 74-75.

19 David Taras et David H. Goldberg (dir.), The Domestic Battleground : Canada and the Arab-Israeli Conflict, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1989; David H. Goldberg, Foreign Policy and Ethnic Interest Groups : American and Canadian Jews Lobby for Israel, Westport, Greenwood Press, 1990.

20 Kim Richard Nossal, Rain Dancing : Sanctions in Canadian and Australian Foreign Policy, Toronto, Toronto University Press, 1994, chap. 8.

21 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985).

22 Trudeau admet d’ailleurs, dans ses Mémoires politiques portant sur la politique étrangère, que ce sarcasme était plutôt « futile » (unhelpful). Ivan L. Head et Pierre Elliott Trudeau, The Canadian Way : Shaping Canada’s Foreign Policy 1968-1984, Toronto, McClelland & Stewart, 1995, p. 103 ; J. L. Granatstein et Robert Bothwell, Pirouette. Pierre Trudeau and Canadian Foreign Policy, Toronto, University of Toronto Press, 1990, p. 277.

23 Samuel J. Nesdoly, « Changing Perspectives: The Ukranian-Canadian Role in Canadian Soviet Relations », dans Aloysius Balawyder (dir.), Canadian-Soviet Relations, 1939-1980, Oakville, Mosaic Press, 1981, p. 107-127.

24 Kim Richard Nossal, « The Politics of Circumspection: Canadian Policy Towards the Soviet Union », International Journal of Canadian Studies, vol. 9, printemps 1994, p. 27-45.

25 Samuel J. Nesdoly, op. cit., p. 116.

26 Kim Richard Nossal, Rain Dancing..., op. cit. (1994), chap. 3 et 4.

27 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit., (1985).

28 Bien qu’en décroissance marquée depuis la fin de la Guerre froide, l’industrie de la défense occupe toujours une place importante dans l’économie canadienne, Yves Bélanger (avec la collaboration d’Aude Fleurant), « Intégration continentale et base industrielle de défense : retour sur le dilemme canadien », dans Albert Legault (dir.), Le Canada dans l’orbite américaine, Québec, PUL, 2004, p. 127-152.

29 John Kirton et Blair Dimock, « Domestic Access to Government in the Canadian Foreign Policy Process, 1968-1982 », International Journal, vol. 39, hiver 1983-1984, p. 95.

30 Sur les réformes des systèmes frontaliers avant l’automne 2001, voir Christopher Sands, « Fading Power or Rising Power : 11 September and Lessons from the Section 110 Experience », dans Norman Hillmer et Maureen Appel Molot (dir.), Canada Among Nations 2002 : A Fading Power, Don Mills (On.), Oxford University Press, 2002, p. 49-74 ; Stéphane Roussel, « Pearl Harbor et le World Trade Center. Le Canada face aux États-Unis en période de crise », Études internationales, vol. 33, no 4, décembre 2002, p. 680-685.

31 Sur la formation de coalitions nationales en fonction d’enjeux commerciaux, voir James E. Alt et Michael Gilligan, « The Political Economy of Trading States : Factor Specificity, Collective Action Problems, and Domestic Political Institutions », Journal of Political Philosophy, vol. 2, no 2, 1994, p. 165-192.

32 Jean-Guy Vaillancourt, « Deux nouveaux mouvements sociaux québécois : le mouvement pour la paix et le mouvement vert », dans Gérard Daigle et Guy Rocher (dir.), Le Québec en jeu, comprendre les grands défis, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1992, p. 791-807.

33 Jocelyn Coulon, La dernière croisade. La guerre du Golfe et le rôle caché du Canada, Montréal, Méridien, 1992, p. 106-107.

34 Sur la reconversion de l’industrie militaire et le rôle des syndicats, voir les travaux d’Yves Bélanger, op. cit. (1996 et 2000) ; « La reconversion des entreprises militaires : quel rôle pour l’État et comment le Canada peut-il aborder la question ? », Revue canadienne de science politique, vol. 30, no 4, décembre 1997, p. 697-709 ; ainsi que Le Québec militaire. Les dessous de l’industrie militaire québécoise, Montréal, Québec/Amérique, 1989 (avec Pierre Fournier).

35 Bruce W. Wilkinson et M. Shabany Ghazvini, « Agriculture in a Free Trade Agreement », dans Maureen Appel Molot et Brian W. Tomlin (dir.), Canada Among Nations 1985 : The Conservative Agenda, Toronto, Lorimer, 1986, p. 194-196. Pour une perspective historique plus large des relations canado-américaines dans le domaine de l’agroalimentaire, voir Gregory P. Marchildon, « Canadian-American Agricultural Relations : A Brief History », American Review of Canadian Studies, vol. 28, no 3, automne 1998, p. 233-251.

36 Theodore H. Cohn, « Canada and the Ongoing Impasse Over Agricultural Protection », dans Claire A. Cutler et Mark W. Zacher (dir.), Canadian Foreign Policy and International Economic Regimes, Vancouver, University of British Columbia Press, 1992, p. 75.

37 John G. Diefenbaker, One Canada : Memoirs of the Right Honourable John G. Diefenbaker (vol. 2 : The Years of Achievement, 1956 to 1962), Toronto, Macmillan, 1976, p. 108-110.

38 Patrick Kyba, « Alvin Hamilton and Sino-Canadian Relations », dans Paul M. Evans et B. Michael Frolic (dir.), Reluctant Adversaries : Canada and the People’s Republic of China, 1949-1970, Toronto, University of Toronto Press, 1991, p. 169; Peter Strusberg, Diefenbaker : Leadership Gained, Toronto, University of Toronto Press, 1965, p. 134-139.

39 Carl C. McMillan, « Canada’s Postwar Economic Relations with the USSR - An Appraisal », dans Aloysius Balawyder (dir.), op. cit., p. 145, tableau 4.

40 Robert L. Paarlberg, « The 1980-81 US Grain Embargo : Consequences for the Participants », dans David Leyton-Brown (dir.), The Utility of International Economic Sanctions, Londres, Croom Helm, 1987 ; John Kirton, « Economic Sanctions and Alliance Consultations : Canada, the United States and the Strains of 1979-1982 », dans ibid.

41 Kim Richard Nossal, Rain Dancing..., op. cit., p. 199-200.

42 Pour une réflexion sur la notion de sécurité « traditionnelle » en relations internationales, voir Barry Buzan, People, States and Fear. An Agenda for International Studies in the Post-Cold War Era, Boulder, Lynne Rienner, 1991 ; David G. Haglund, « Changing Concepts and Trends in International Security », dans David B. Dewitt et David Leyton-Brown (dir.), Canada’s International Security Policy, Scarborough, Prentice-Hall, 1995, p. 31-50.

43 Sur les études « critiques » de sécurité, Alex Macleod (dir.), Approches critiques de la sécurité. Une perspective canadienne, Paris, Cultures & Conflits – L’Harmattan, 2004.

44 On ne peut que sourire aujourd’hui en contemplant une affiche de recrutement proclamant « Canadiens, c’est le moment d’agir. N’attendez pas que les Boches viennent mettre tout à feu et à sang au Canada » et montrant une femme et un enfant abattus par des soldats allemands... visiblement dans la rue principale d’un village québécois. Affiche reproduite dans Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la Confédération à la crise, Montréal, Boréal Express, 1979, p. 596.

45 Pour un aperçu du phénomène pacifiste à cette époque, voir James Eayrs, In Defence of Canada (t. 1 From the Great War to the Great Depression), Toronto, University of Toronto Press, 1964, p. 104-109.

46 Débat de la Chambre des communes, 1926-1927, 9 avril 1927, p. 2193. Voir aussi James Eayrs, op. cit. (1964), p. 306.

47 Donald Page, op. cit. (1977-1978), p. 49.

48 C. P. Stacey, op. cit. (1981), p. 97-103.

49 James Eayrs, op. cit. (1964), p. 110-111.

50 Sur la logique de la dissuasion, voir Albert Legault et Georges Lindsey, Le feu nucléaire, Paris, Seuil, 1973 ; voir également les extraits des « classiques » d’Arnold Wolfers et d’Albert Wohlstetter reproduits dans Gérard Chaliand (dir.), Anthologie de la stratégie, des origines au nucléaire, Paris, Laffont, 1990, p. 1286-1297 et 1304-1310.

51 Margaret Laurence, « Foreword », dans Ernie Regher et Simon Rosenblum (dir.), Canada and the Nuclear Arms Race, Toronto, James Lorimer, 1983, p. xi.

52 Jean-Guy Vaillancourt, op. cit. (1992) ; Jean-Guy Vaillancourt, « Le mouvement de la paix face à la neutralité canadienne », dans Claude Bergeron, Charles-Philippe David, Michel Fortmann et William George (dir.), Les choix géopolitiques du Canada. L’enjeu de la neutralité, Montréal, Méridien, 1988, p. 243-264.

53 Kenneth McNaught, « From Colony to Satellite », dans Stephen Clarkson (dir.), An Independent Foreign Policy for Canada, Toronto, McClelland & Stewart, 1968, p. 173-183 ; Philip Resnick, « Canadian Defence Policy and the American Empire », dans Ian Lumsden (dir.), Close the 49th Parallel, etc. The Americanization of Canada, Toronto, University of Toronto Press, 1970, p. 93-115 ; Lewis Hertzman, John Warnock et Thomas Hockin, Alliances and Illusions. Canada and the NATO-NORAD Question, Edmonton, M. G. Hurtig Ltd., 1969.

54 Stéphane Roussel (avec la coll. de Chantal Robichaud), « L’élargissement virtuel : un Québec souverain face à l’OTAN (1968-1995) », Les cahiers d’histoire, vol. 20, no 2, hiver 2001, p. 147-193.

55 Bien qu’on ne puisse l’associer à aucun groupe pacifiste en particulier, l’un des principaux tenants de ce projet était le chroniqueur Gwynne Dyer. Il écrivit, en collaboration avec Tina Viljoen, une série télévisée intitulée « La défense du Canada » (1986), dans laquelle il proposait l’adoption d’une politique de neutralité comparable à celle de la Finlande. Voir Gwynne Dyer, « The Possibility of Canadian Neutrality », dans The True North Strong & Free, Vancouver, Soules, 1987, p. 123-132. Pour un aperçu du débat sur la neutralité au Canada au cours des années 1980, voir Claude Bergeron, Charles-Philippe David, Michel Fortmann et William George (dir.), op. cit. (1988).

56 Claireandrée Cauchy, « La plus grosse manifestation de l’histoire du Québec », Le Devoir, 17 février 2003, p. A1

57 Don MacPherson, « It’s safe to support terrorists again », The Gazette, 8 août 2006, p. A-19 ; Barbara Kay, « The Rise of Quebecistan », National Post, 9 août 2006, p. A18 ; Andre Pratte, « The Myth of “Quebecistan” : Counterpoint », National Post, 16 août 2006, p. A14 ; Yves Boisvert, « Writer’s “Quebecistan” label a cheap shot ; Anti-Semitic current in province no worse than rest of Canada », 20 août 2006, The Toronto Star, p. A17.

58 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985), p. 59.

59 Jean-Guy Vaillancourt, op. cit. (1988), p. 254.

60 Jean-Guy Vaillancourt, op. cit. (1992), p. 795. La typologie proposée par l’auteur s’applique essentiellement aux mouvements québécois.

61 La notion d’hiver nucléaire doit une partie de sa notoriété à la popularité personnelle de l’un des cinq scientifiques américains qui l’a formulée, l’astronome Carl Sagan, auteur de nombreux ouvrages et d’une série télévisée, Cosmos, largement diffusée au début des années 1980. Sur le concept d’hiver nucléaire, voir Carl Sagan et Richard Turco, L’hiver nucléaire, Paris, Seuil, 1991.

62 Jocelyn Coulon, op. cit., p. 106-107 ; Charlotte Gray, « Le Canada et la guerre : joutes intestines », Paix et sécurité, vol. 6, no 3, automne 1991, p. 8-9.

63 Canada, Chambre des Communes, Débats, 34e législature, 2e session, vol. 13, 16 janvier 1991, p. 17166. Voir aussi Jocelyn Coulon, op. cit., p. 89-100.

64 Kim Richard Nossal et Stéphane Roussel, « Canada and the Kosovo War : the Happy Follower », dans Pierre Martin et Mark Brawley (dir.), Alliance Politics, Kosovo, and NATO’s War : Allied Force or Forced Allies ?, New York, Palgrave, 2000, p. 181-199.

65 Paul Buteux, « L’état de la discipline. Strategic and Security Studies », Bulletin de l’Association canadienne de science politique, janvier 1994, p. 78-81.

66 Jane Boulden, « Independent Policy Research and the Canadian Foreign Policy Community », International Journal, vol. 54, no 4, automne 1999, p. 625-647 ; Norman Paterson School of International Affairs, « The State of Canada’s Foreign Policy Research Capacity. Summary Report », Policy Options Paper, Centre canadien pour le développement de la politique étrangère, 1996, p. 10.

67 John J. Mearsheimer, « Back to the Future. Instability in Europe After the Cold War », International Security, été 1990, vol. 15, no 1, p. 5-56 ; Samuel Huntington, Le Choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997; Benjamin Barber, Djihad versus McWorld, Paris, Desclée de Brouwer, 1996.

68 Myriam Gervais et Stéphane Roussel, « De la sécurité de l’État à celle de l’individu : l’évolution du concept de sécurité au Canada (1990-1996) », Études internationales, vol. 29, no 1, mars 1998, p. 25-52.

69 J. S. Finan et S. B. Flemming, op. cit. (1995), p. 295-298.

70 John W. Holmes, Canada : A Middle Aged Power, Toronto, McClelland & Stewart, 1976, p. 61.

71 Voir David M. Morrison, Aid and Ebb Tide : A History of CIDA Canadian Development Assistance, Waterloo, Wilfrid Laurier University Press, 1998 ; Cranford Pratt (dir.), Canadian Assistance Development Policies : An Appraisal, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1994.

72 Jean-Philippe Thérien et Alain Noël, « Welfare Institutions and Foreign Aid : Domestic Foundations of Canadian Foreign Policy », Revue canadienne de science politique, vol. 27, no 3, septembre 1994, p. 529-558.

73 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985), p. 37-42; Robert Matthews, « The Churches and Foreign Policy », International Perspectives, janvier-février 1983, p. 18-21.

74 Elizabeth Riddell-Dixon, op. cit. (1985), p. 35-37.

75 Sur le partenariat gouvernement-ONG-entreprises, voir Andrea Martinez, « Du rôle des affaires dans la politique canadienne d’aide au développement : le cas des télécommunications », Études internationales, vol. 25, no 2, juin 1994, p. 259-293 ; Martin Rudner, « Le Canada et le monde en développement : l’aide et le commerce dans le cadre de la nouvelle politique étrangère canadienne », Études internationales, vol. 27, no 2, juin 1996, p. 381-395.

76 International Canada, octobre-novembre 1984, p. 5-7 ; avril-mai 1985, p. 15.

77 Pour plusieurs représentants des gouvernements et des organisations internationales, le déplacement des réfugiés kosovars loin de leurs terres risquait simplement d’avaliser la politique d’épuration ethnique du gouvernement serbe.

78 Robert J. Page (dir.), Imperialism and Canada, 1895-1903, Toronto, Holt, Rinehardt and Winston of Canada, 1972 ; Joseph Levitt (dir.), Henri Bourassa on Imperialism and Biculturalism, 1900-1918, Toronto, Copp Clark Publishing, 1970, p. 35-43.

79 C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 258.

80 H. F. Angus, Canada and the Far East, 1940-1953, Toronto, University of Toronto Press, 1953, p. 12.

81 Cette remarque ne s’applique cependant pas à certaines communautés ethniques qui, comme les Canadiens d’origine ukrainienne à la fin des années 1930, ont fait régulièrement campagne pour dénoncer le traitement de leurs compatriotes par leur gouvernement.

82 Pour un survol de la problématique des droits de la personne dans la politique étrangère canadienne, Leslie E. Norton, « L’incidence de la violation flagrante et systématique des droits de la personne sur les relations bilatérales du Canada », Études internationales, vol. 24, no 4, décembre 1993, p. 787-811.

83 David Black, « La politique du gouvernement Mulroney à l’égard de l’Afrique du Sud : précurseur de la sécurité humaine durable », Études internationales, vol. 31, no 2, juin 2000, p. 291-310 ; aussi Linda Freeman, The Ambiguous Champion : Canada and South Africa in the Trudeau and Mulroney Years, Toronto, University of Toronto Press, 1997.

84 Sur la réaction du Canada face au massacre de la place Tiananmen, voir Kim Richard Nossal, Rain Dancing..., op. cit. (1994), chap. 8 ; Leslie E. Norton, op. cit. (1993), p. 808-810 ; Paul Gecelovsky et T. A. Keenleyside, « Canada’s International Human Right Policy in Practice : Tiananmen Square », International Journal, vol. 50, no 3, été 1995, p. 564-593.

85 Kim Richard Nossal, « Les droits de la personne et la politique étrangère canadienne : le cas de l’Indonésie », Études internationales, vol. 11, no 2, juin 1980, p. 223-238 ; Leslie E. Norton, op. cit. (1993), p. 808-810.

86 Plusieurs commentaires émis par les parlementaires et les éditorialistes pour justifier leur appui aux opérations de l’Alliance atlantique faisaient, en effet, référence au comportement passé du président serbe Slobodan Milosevic. Voir Kim Richard Nossal et Stéphane Roussel, op. cit. (2000).

87 Maxwell A. Cameron, « Democratization of Foreign Policy: The Ottawa Process as a Model », Canadian Foreign Policy, vol. 5, no 3, printemps 1998, p. 147-165.

88 Tim Draimin et Betty Plewes, « Civil Society and the Democratization of Foreign Policy », dans Maxwell A. Cameron et Maureen Appel Molot (dir.), Canada Among Nations 1995. Democracy and Foreign Policy, Ottawa, Carleton University Press, 1995, p. 63-82.

89 Kim Richard Nossal, « The Democratization of Canadian Foreign Policy : The Elusive Ideal », dans Maxwell A. Cameron et Maureen Appel Molot (dir.), op. cit. (1995), p. 63-82 ; voir aussi Maxwell A. Cameron, op. cit. (1998), p. 150-151.

90 Mark Neufeld, « Democratization in/of Canadian Foreign Policy : Critical Reflections », Studies in Political Economy, vol. 58, printemps 1999, p. 97-119.

91 Denis Stairs, « Public Opinion and External Affairs: Reflections on the Domestication of Canadian Foreign Policy », International Journal, vol. 33, hiver 1977-1978, p. 130-138. Stairs ordonne ses catégories de façon différente de celle employée ici. À ce propos, il convient de noter que le découpage des différentes étapes de la prise de décision, de même que la terminologie utilisée pour les désigner, peut varier grandement d’un auteur à l’autre. Voir, par exemple, Pierre Muller, Les politiques publiques, Paris, Presses universitaires de France, 1994.

92 Globe and Mail, 5 mars 1996.

93 B. E. Burton, W. C. Sutherland et T. A. Keenleyside, « The Press and Canadian Foreign Policy : A Re-Examination Ten Years On », Canadian Foreign Policy, vol. 3, automne 1995, p. 51-69 ; T. A. Keenleyside, B. E. Burton et W. C. Sutherland, « The Press and Canadian Foreign Policy », International Journal, vol. 41, hiver 1985-1986, p. 189-220. Sur l’impact des médias dans le processus de mise à l’agenda dans l’opinion publique, voir Shanto Lyengar et Donald R. Kinder, News That Matters. Television and American Opinion, Chicago, University of Chicago Press, 1987.

94 Denis Stairs, « The Press and Foreign Policy in Canada », International Journal, vol. 31, printemps 1976, p. 238.

95 Voir Denis Stairs, « The Media and the Military in Canada », International Journal, vol. 53, no 3, été 1998, p. 544-553. On trouvera les rapports et les études de la commission d’enquête chargée de cette affaire sur le site <http://www.dnd.ca/somalia/somaliaf.htm>.

96 Par exemple, en 1999, le forum portait sur la participation du Canada au Conseil de sécurité de l’ONU ; en 1998, il portait sur les relations circumpolaires, tandis qu’en 1997, il traitait de l’Asie-Pacifique.

97 Ministère des Affaires étrangères et Commerce international, Un dialogue sur la politique étrangère. Rapport à la population canadienne, Ottawa, juin 2003.

98 Par exemple, en 2007, la discussion virtuelle portait sur la promotion de la démocratie.

99 Myriam Gervais et Stéphane Roussel, op. cit. (1998), p. 45-46.

100 Steven Lee, « Beyond Consultations : Public Contributions to Making Foreign Policy », dans Fen Osler Hampson et Maureen Appel Molot (dir.), Canada Among Nations 1998. Leadership and Dialogue, Ottawa, Carleton University Press, 1998, p. 65.

101 Ces arguments sont présentés en détail dans Kim Richard Nossal, op. cit. (1995).

102 De Montigny Marchand, « Foreign Policy and Public Interest », International Perspectives, juillet-août 1983, p. 9.

103 Sur le processus d’Ottawa, voir Maxwell A. Cameron, Robert J. Lawson et Brian Tomlin, dir., To Walk Without Fear : The Global Movement to Ban Landmines, Toronto, Oxford University Press, 1998. Voir aussi Adam Chapnick, « The Ottawa Process Revisited », International Journal, vol. 58, no 3, été 2003, p. 281-293.

104 Paul M. Evans, « Canada and Taiwan : A Forty-Year Survey », Transactions of the Royal Society of Canada, série 1, vol. 1, 1990, p. 165-188.

105 Canada, Chambre des communes, Débats, session 1938, vol. 1, 11 février 1938, p. 391.

106 Adam Bromke et Kim Richard Nossal, « Tensions in Canada’s Foreign Policy », Foreign Affairs, vol. 62, hiver 1983-1984, p. 341.

107 Canada, Chambre des communes, Débats, 32e législature, 1re session, vol. 23, 2 mai 1983, p. 25043.

108 Ministère des Affaires extérieures, Déclarations et Discours, vol. 83, no 8, 9 mai 1983.

109 Canada, Chambre des communes, Débats, 32e législature, 1re session, vol. 23, 14 juin 1983, p. 26315-26329 et 26343-26363,

110 Sur les péripéties entourant cette décision et les arguments utilisés par le gouvernement, voir Jocelyn Coulon, En première ligne. Grandeurs et misères du système militaire canadien, Montréal, Le jour, 1991, chap. 9.

111 Richard Johnston, André Blais, Henry E. Brady et Jean Crête, Letting the People Decide. Dynamics of a Canadian Election, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1992, p. 6-7.

112 Cité dans C. P. Stacey, op. cit. (1977), p. 147.

113 Peyton V. Lyon, Canada in World Affairs, vol. 12, 1961-1963, Toronto, Oxford University Press, 1968, p. 199. L’auteur décrit bien la chute du gouvernement Diefenbaker le 4 février 1963 (p. 176-222).

114 Richard Johnston, André Blais, Henry E. Brady et Jean Crête, op. cit. (1992).

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search