Version classiqueVersion mobile

Politique internationale et défense au Canada et au Québec

 | 
Kim Richard Nossal
, 
Stéphane Roussel
, 
Stéphane Paquin

Première partie. Le contexte et les déterminants

Le contexte et les déterminants

Texte intégral

1La politique extérieure est le produit d’un ensemble de conflits d’intérêts, d’objectifs contradictoires, de perceptions divergentes et de multiples recommandations sur la marche à suivre. Cette « alchimie politique » intervient sur deux plans distincts, mais étroitement liés : sur le plan interne (entre les différents acteurs qui interagissent sur l’État ou en son sein) et sur le plan externe (entre gouvernements). Les dirigeants canadiens doivent donc naviguer entre les contraintes et poussées qu’exercent ces deux milieux.

2Cette première partie a donc pour objet d’examiner le contexte dans lequel sont élaborées la politique extérieure et la politique de défense du Canada. En d’autres termes, elle vise à définir les paramètres qui définissent la marge de manœuvre des responsables politiques canadiens.

3Le chapitre 1 porte sur certaines constantes de la politique étrangère canadienne, c’est-à-dire des facteurs qui structurent le processus de prise de décision, mais sur lesquelles le gouvernement n’a que très peu de prise. Ces constantes se traduisent généralement en matière de contraintes, d’obligations, d’interdictions ou d’opportunités. Le chapitre 1 commence par une analyse de la situation géographique du Canada. La géographie d’un État — les données physiques et géopolitiques — impose des paramètres rigides et presque impossibles à modifier. La section suivante est consacrée à l’étude de la structure économique du Canada. La façon dont l’économie d’un État s’inscrit dans le tissu politico-économique international a, en effet, un impact significatif sur la plupart des aspects de sa politique étrangère. La troisième partie porte sur l’impact des institutions internationales sur la diplomatie et la politique de sécurité du Canada. Enfin, la dernière section est une brève évaluation des ressources sur lesquels peut s’appuyer le gouvernement canadien.

4Ces facteurs contribuent à déterminer la position du Canada dans la hiérarchie internationale. Ce qui nous mène à la notion de « puissance », à laquelle est consacré le chapitre 2. Depuis la Deuxième Guerre mondiale (qui marque véritablement l’entrée du Canada sur la scène internationale), les chercheurs, comme les dirigeants politiques et les diplomates, ne sont jamais parvenus à se faire une idée claire de la place du Canada dans la hiérarchie internationale : le Canada est-il une grande, une moyenne ou une petite puissance ? Un tour d’horizon du débat sur la question permet surtout d’établir la futilité de l’application d’une telle forme de taxinomie au cas canadien. Il convient donc d’aborder la question différemment. Par le biais de l’analyse de puissance, nous examinerons les différents mécanismes d’exercice du pouvoir à la disposition des responsables politiques, et, ce faisant, nous ferons une évaluation différente de la puissance canadienne.

5Il faut également évaluer l’impact de la politique intérieure sur les relations extérieures du Canada. Les dirigeants politiques sont influencés par les interactions et les luttes d’intérêts entre les acteurs sociaux. Les Canadiens s’intéressent aux questions de politique étrangère et, invariablement, cherchent à faire valoir leurs opinions pour influer sur la politique. Nous étudierons dans le chapitre 3 ces intérêts et l’influence que les acteurs sociaux peuvent exercer sur les questions de politique extérieure, en faisant une distinction entre le processus et le contexte décisionnel.

6Le contexte décisionnel est sans doute celui qui exerce la plus grande influence sur les dirigeants politiques. Ceux-ci subissent tout particulièrement l’effet des idées dominantes — c’est-à-dire l’idée que se font les Canadiens de ce que doit être la politique étrangère de leur pays et de la place que celui-ci devrait occuper dans le monde. Au chapitre 4, nous explorerons plus d’un siècle d’idées dominantes sur la politique extérieure : la politique impérialiste d’avant la Première Guerre mondiale, la politique isolationniste de l’entre-deux-guerres, et l’internationalisme qui prévalait pendant la Guerre froide et le continentalisme qui émerge depuis quelques années.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search