Version classiqueVersion mobile

Politique internationale et défense au Canada et au Québec

 | 
Kim Richard Nossal
, 
Stéphane Roussel
, 
Stéphane Paquin

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage est la poursuite de la tâche entreprise par Kim Richard Nossal au début des années 1980, et qui consistait à offrir aux étudiants et à ceux qui désirent comprendre les rouages et le contexte de la politique étrangère canadienne un survol général de cet objet d’étude. L’ouvrage original a fort bien traversé l’épreuve du temps, donnant lieu à deux éditions subséquentes, comportant chaque fois d’importantes mises à jour. Il n’était que temps d’en mettre une version à la disposition d’un public francophone de plus en plus intéressé par l’activité internationale du Canada et du Québec.

2Ce livre tient à la fois de la traduction, de la mise à jour et de l’adaptation. Nous avons conservé l’essentiel de la structure originale et les grandes lignes de l’exposé. Toutefois, le contenu a été substantiellement modifié, de manière à atteindre trois objectifs. Le premier est, évidemment, de tenir compte de l’évolution de la politique étrangère canadienne et des changements dans l’environnement au sein duquel cet État évolue – les attentats commis à New York et Washington un matin de septembre 2001 n’étant pas les moindres. Le deuxième est de refondre le texte pour que les thèmes abordés et les exemples utilisés soient le plus près possible de l’expérience particulière des francophones à l’égard de la politique étrangère. Enfin, le troisième est de faire référence à des documents en français, le plus souvent possible tout en respectant les sources consultées lors de la préparation de l’édition originale. Cette dimension du processus d’adaptation est importante, non seulement parce que nous souhaitons que cet ouvrage puisse servir de texte d’introduction au lecteur francophone dont la documentation sur la politique étrangère et de sécurité du Canada lui est peu familière, mais aussi pour rendre justice aux chercheurs qui ont œuvré dans le domaine. Au lecteur de juger si nous avons atteint ces objectifs. Enfin, lorsqu’elle existe, nous avons retracé la traduction officielle des citations figurant dans l’ouvrage original. Toutefois, lorsque la référence à une citation renvoie à une source en anglais, le texte a été traduit par nos soins.

***

3La deuxième édition en langue anglaise de cet ouvrage a été publiée en 1989, et la troisième en 1997. À chaque fois, le contexte international auquel devaient faire face les dirigeants canadiens différait radicalement. Ainsi, quelques mois après la publication de la deuxième édition, ils devaient s’adapter au plus important bouleversement du système international advenu depuis la Deuxième Guerre mondiale. Au début des années 1990, la plupart des points de repère hérités de la Guerre froide se sont désintégrés, volatilisés ou, à tout le moins, profondément modifiés. Ce processus a débuté en novembre 1989 lorsque le mur de Berlin – sans doute le plus grand symbole de la division entre l’Est et l’Ouest – s’est effondré sans que l’Union soviétique n’intervienne comme elle le fit en Hongrie (1956) et en Tchécoslovaquie (1968). En conséquence, les régimes communistes d’Europe centrale et orientale ont été balayés les uns après les autres, et celui de l’Union soviétique a fini par se saborder en décembre 1991.

4Ailleurs dans le monde, les changements se succédaient tout aussi rapidement : l’apartheid était finalement aboli en Afrique du Sud ; le Canada, les États-Unis et le Mexique signaient un accord de libre-échange ; et la Chine, en dépit du massacre de la place Tiananmen, continuait d’affirmer sa présence et son statut de puissance montante. Les transformations ont été aussi évidentes sur le plan institutionnel, alors que les Nations Unies entraient dans une phase d’activité sans précédent, que l’OTAN était forcée de repenser sa raison d’être, que la « diplomatie des sommets » s’intensifiait et que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) remplaçait le système commercial du General Agreement on Tariffs and Trade (GATT). C’est ce monde que décrivait l’édition de 1997, à un moment où l’on pouvait croire qu’une nouvelle stabilité s’installait, même si de nombreuses questions demeuraient en suspens : les États-Unis allaient-ils rester seuls encore longtemps au sommet de la pyramide des nations ? Les institutions internationales allaient-elles finalement acquérir suffisamment de maturité pour gérer efficacement des drames comme celui du Rwanda en 1994 ? Les grands blocs économiques allaient-ils se stabiliser avant de s’affronter dans une nouvelle compétition ? La démocratie libérale allait-elle finir par s’imposer comme la seule idéologie finalement viable, et apporter paix, stabilité et prospérité ? Ou le monde allait-il sombrer dans une suite de « chocs des civilisations » ?

5La politique étrangère et de défense du Canada a subi les contrecoups des événements internationaux et nationaux. Le maintien de la paix et la gestion des crises se sont substitués à la sécurité européenne et au désarmement comme priorité de la politique de défense. L’opinion publique s’est émue de drames pourtant lointains, comme ceux de l’ex-Yougoslavie, du Rwanda ou du Zaïre. Le long combat contre le déficit, qui s’est engagé à la fin des années 1980, a aussi largement conditionné la réaction canadienne face aux pressions de l’environnement mondial, que ce soit en matière de sécurité, d’aide ou de commerce. Enfin, les débats autour de la question de l’unité nationale, qui ont atteint leur paroxysme lors du référendum d’octobre 1995, ont coloré plusieurs des activités à l’étranger, menées par Ottawa ou Québec.

6Puis le monde a de nouveau basculé. Si les attaques perpétrés le 11 septembre 2001 à New York et Washington n’ont pas affecté la structure du système international comme l’avaient fait les événements qui ont suivi l’effondrement du mur de Berlin, ces attentats constituent néanmoins un choc dont quelques années plus tard, on mesure encore mal l’ampleur. Ils constituent ainsi un jalon majeur dans l’évolution des préoccupations des acteurs internationaux et dans la reconfiguration des alliances et des lignes de fracture. La coopération avec les États-Unis en matière de défense, de sécurité et de gestion des frontières est devenue, en quelques jours, la principale priorité du gouvernement. Lutter contre le terrorisme, telle a été la nouvelle formule tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Dès décembre 2001, le Canada se joignait à la coalition qui allait renverser le régime des Talibans en Afghanistan, et se battre pendant de longues années pour stabiliser le pays – au prix de la vie de nombreux militaires canadiens. Les institutions internationales, qui constituent l’un des piliers de la politique étrangère canadienne, sont entrées dans une nouvelle crise lorsque les États-Unis ont attaqué l’Irak sans l’approbation du Conseil de sécurité et malgré l’opposition virulente de la France, de l’Allemagne et de la Russie. Cinq ans après l’effondrement des deux tours du World Trade Center, la situation en Afghanistan, en Irak et au Proche-Orient est toujours aussi instable et les manifestations de violence y sont quotidiennes.

7Et pourtant, en dépit de tous ces changements, on peut se demander si la nature de la tâche qui incombe à ceux qui dirigent (et ceux qui étudient) la politique étrangère et de sécurité du Canada a changé du tout au tout. Même si l’environnement s’est transformé, si les priorités ont évolué, si les gouvernements se sont succédé, les tâches des responsables de la politique étrangère canadienne demeurent identiques sur bien des plans. Ces tâches consistent à préserver et à promouvoir les intérêts du Canada dans un milieu international fondamentalement anarchique (c’est-à-dire un système dénué d’autorité centrale capable d’imposer sa volonté aux différents acteurs qui le composent) ; à contenir l’influence des autres États plus puissants, et tout particulièrement des États-Unis ; à protéger la communauté contre les menaces externes ; à répondre le plus adéquatement possible aux pressions et aux demandes souvent simultanées, généralement concurrentes et parfois contradictoires, des diverses composantes de la société canadienne ; et à promouvoir l’identité et l’unité nationales. Ces éléments constituent le noyau de toute politique étrangère, quelle que soit la conjoncture internationale.

LES FONDEMENTS THÉORIQUES

8Le but de cet ouvrage n’est pas de construire un cadre théorique pour étudier la politique étrangère canadienne, et l’analyse qui y est proposée n’est pas formellement guidée par une approche théorique explicite, bien qu’elle ne soit pas exempte de toute considération de cette nature. Toute analyse implique un ensemble de choix – ne serait-ce que pour distinguer les facteurs importants des éléments accessoires, les variables significatives des épiphénomènes – qui constituent, en soi, un exercice théorique, sinon idéologique. Il est impossible de se livrer à un tel exercice sans s’appuyer sur un certain nombre de postulats.

  • 1 Frédéric Charillon (dir.), Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, 2 (...)

9L’approche retenue dans cet ouvrage place l’État au centre de l’analyse. La critique de l’étato-centrisme, souvent adressée aux théories traditionnelles en relations internationales, n’a pas lieu d’être ici, car après tout, c’est le comportement international de l’État qui est au cœur de l’étude de la politique étrangère. Toutefois, il ne saurait être question de réduire l’État à un acteur unitaire et rationnel, aux intérêts fixes, comme le font certaines approches systémiques en relations internationales. Au contraire, pour comprendre les décisions et le comportement d’un gouvernement, il faut examiner ses relations non seulement avec les autres gouvernements, mais aussi avec les acteurs nationaux et internationaux, comme la société civile, les entreprises transnationales et les organisations non gouvernementales. Comme le rappelle Frédéric Charillon, la politique étrangère est « l’instrument par lequel un État tente de façonner son environnement politique international, [ceci même si] elle n’est plus seulement affaire de relations entre des gouvernements1 ».

  • 2 Pour un aperçu de l’émergence et du déclin de l’approche de la prise de décision, voir Kim Richard(...)

10L’influence des travaux sur la prise de décision en politique étrangère est évidente dans l’organisation de cet ouvrage2. Celui-ci se penche tant sur les déterminants de la politique étrangère canadienne que sur les processus de prise de décision et le rôle des différents acteurs qui y participent. Par déterminants, on entend généralement les facteurs internes (démographie, tissu économique, type de régime politique, culture, etc.) ou externes à l’État (géographie, puissance des États voisins), qui constituent autant de contraintes dont tous les dirigeants doivent tenir compte, quels que soient leur parti pris idéologique et leur opinion personnelle, et qui ont donc nécessairement un impact sur les grandes orientations politiques d’un État. C’est à l’étude de ces déterminants qu’est consacrée la première partie de cet ouvrage. Quant au processus de prise de décision, il désigne plutôt les différentes étapes qui conduisent à la formulation d’une politique et à sa mise en œuvre, ainsi que les facteurs (institutionnels, culturels, psychologiques et autres) qui peuvent intervenir dans la manière dont les dirigeants sont portés à prendre une décision. Enfin, l’étude des acteurs désigne ici l’identification des intérêts et des pouvoirs qu’un poste apportera à son détenteur. Ainsi, la deuxième partie de cet ouvrage passe en revue les principaux acteurs qui participent à la prise de décision au Canada : le premier ministre, le Cabinet, le ministre des Affaires étrangères et celui de la Défense, la bureaucratie et le Parlement. La troisième partie, quant à elle, porte sur l’impact du système politique fédéral canadien et sur la contribution des provinces, en particulier le Québec.

  • 3 Parmi les rares travaux qui appliquent une approche féministe à la politique étrangère canadienne, (...)

11Le type d’analyse adopté dans cet ouvrage laisse de côté certaines approches parfois utilisées pour l’étude de la politique étrangère. Ainsi, bien qu’on ne puisse analyser la politique d’un État comme le Canada sans faire référence aux questions économiques, l’étude proposée ici ne relève pas du domaine de l’économie politique internationale. De même, elle demeure éloignée des propositions formulées par les théories critiques (comme le postmodernisme), même si ces approches ont le mérite de forcer une réflexion sur la façon dont on conçoit l’étude des relations internationales et dont on construit les ouvrages et les collectifs qui portent sur cet objet. Comme l’a noté Deborah Stienstra, les éditions précédentes de cet ouvrage, comme bon nombre de contributions à l’étude de la politique étrangère canadienne, n’abordent pas la problématique féministe. « Rompre ce silence », pour reprendre ses termes, devrait commencer par une plus grande reconnaissance du rôle des femmes dans la prise de décision en politique étrangère. Une telle étude est désormais plus facile à mener : depuis que Flora MacDonald a occupé le poste de secrétaire d’État aux Affaires extérieures en 1979, de plus en plus de femmes ont pu accéder aux postes de direction dans la conduite de la politique extérieure et de la défense, que ce soit au Québec ou au Canada : Kim Campbell, Louise Fréchette, Monique Landry, Barbara McDougall, Sylvia Ostry, Mary May Simon, Monique Vézina, Peggy Mason, Louise Beaudoin, Thérèse Sevigny, pour ne nommer que les figures les plus connues. Bien d’autres occupent (ou ont occupé) des postes moins en vue au ministère des Affaires étrangères, à la Défense, à l’ACDI ou dans les autres agences fédérales et provinciales chargées de mettre en œuvre les relations extérieures. Mais, comme le souligne Stienstra, nommer simplement les individus ne suffit pas. L’approche féministe consiste en fait à revoir l’ensemble de la perspective et à éliminer les barrières structurelles qui conduisent à gommer systématiquement le point de vue des femmes3.

12L’absence de référence à ces approches est pleinement assumée. Un livre fondé sur une approche d’économie politique, postmoderne ou féministe prendrait, inévitablement, une orientation bien différente : l’analyse serait articulée autour d’une problématique très éloignée de celle qui nous préoccupe ici, et s’appuierait sur des postulats tout autres. Bref, ce ne sont pas des approches que l’on peut simplement ajouter et mêler à une analyse traditionnelle, du moins pas si l’on souhaite leur rendre justice. Au contraire, (re)construire le projet en fonction de ces approches équivaudrait ni plus ni moins à le reprendre à zéro.

L’ÉTAT DE LA RÉFLEXION SUR LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE CANADIENNE

  • 4 John Herd Thompson et Stephen J. Randall, Canada and the United States : Ambivalent Allies, Montré (...)
  • 5 Martin Shadwick, « Research Guide and Further Reading », dans David B. Dewitt et David Leyton-Brow (...)

13C’est une tradition, dans un tel ouvrage, d’indiquer au lecteur quelques lectures supplémentaires qui lui permettent de poursuivre ou d’approfondir sa réflexion. Les spécialistes de la politique extérieure et de sécurité canadienne peuvent, aujourd’hui, s’appuyer sur un vaste corpus documentaire, tant sur le plan des sources primaires que secondaires. Cette richesse découle, en grande partie, de l’intérêt croissant pour cet objet d’étude, et de l’expansion du système universitaire canadien au cours des années 1960. Toutefois, la prédominance de l’anglais pose un très sérieux problème. Par exemple, lorsque Stephen J. Randall et John Herd Thompson compilent une liste des sources pour leur étude sur les relations canado-américaines, ils obtiennent un essai bibliographique de plus de vingt pages, qui traite de plus de 300 documents4. De même, David Dewitt et David Leyton-Brown terminent leur ouvrage collectif sur la politique de sécurité du Canada par un appendice d’une cinquantaine de pages qui comprend une excellente bibliographie et un survol impressionnant des sources primaires et secondaires5. Toutefois, le lecteur qui cherchera des sources en français dans ces études bibliographiques risque d’être déçu, puisque presque aucune n’y figure.

  • 6 Paul Painchaud, « L’étude de la politique étrangère canadienne et des relations internationales du (...)

14Lorsqu’on aborde la documentation en langue française, force est de constater que le champ est encore largement laissé en friche. Il s’agit d’ailleurs d’une des principales raisons qui nous ont incité à entreprendre la préparation de cet ouvrage. Paul Painchaud a attribué cette lacune au retard qu’a pris le Québec dans l’étude de la science politique, retard qui n’a été partiellement comblé que dans les années 1960. Toutefois, pour un ensemble de raisons, la politique étrangère canadienne ne s’est pas imposée comme l’une des priorités de la science politique québécoise naissante et, au milieu des années 1970, cet objet d’étude était encore marginal6. Depuis les années 1980 seulement, les francophones ont su joindre la quantité à la qualité et ont apporté une contribution réellement significative (en ce qui concerne le nombre de publications) à l’étude de la politique étrangère canadienne.

  • 7 Paul Painchaud (dir.), De Mackenzie King à Pierre Trudeau, quarante ans de diplomatie canadienne ( (...)
  • 8 Claude Basset (responsable l’édition française), La politique étrangère canadienne dans un ordre i (...)
  • 9 Albert Legault et Michel Fortmann, Une diplomatie de l’espoir. Le Canada et le désarmement 1945-19 (...)
  • 10 Yves Bélanger (avec la collaboration d’Aude Fleurant et de Céline Métivier), L’industrie de défens (...)
  • 11 Louis Balthazar, Louis Bélanger et Gordon Mace, Trente ans de politique extérieure du Québec (1960 (...)
  • 12 Stéphane Paquin et Louise Beaudoin (dir.), Histoire des relations internationales du Québec, Montr (...)
  • 13 Par exemple, André Donneur (dir.), Le Canada, les États-Unis et le monde. La marge de manœuvre can (...)

15La documentation reflète cet intérêt tardif. Au cours des années 1980, les étudiants pouvaient compter sur les collectifs publiés sous la direction de Paul Painchaud7. Dans les années 1990, trois nouveaux ouvrages généraux susceptibles de servir de manuels ou de textes d’introduction au sujet ont été publiés8. À la même époque, de nombreux autres textes, portant sur des aspects spécifiques du sujet, ont permis d’apporter des points de vue originaux à l’étude de la politique étrangère canadienne et à certaines de ses dimensions connexes. Qu’il suffise de mentionner ici les travaux d’Albert Legault et de Michel Fortmann sur la contribution canadienne aux négociations sur le désarmement9, ceux de Yves Bélanger et Pierre Fournier10 sur l’industrie militaire et sa reconversion, ceux de Christian Deblock et Dorval Brunelle sur la dynamique du continentalisme, ou encore ceux de Louis Balthazar, Louis Bélanger et Gordon Mace11, d’une part, et Stéphane Paquin et de Louise Beaudoin, de l’autre, sur la politique extérieure du Québec12. À la suite des événements de septembre 2001, de nombreux ouvrages en français ont été consacrés aux relations canado-américaines13. Malgré ces contributions substantielles, la liste des ouvrages, des chapitres et des articles publiés en français depuis 1990 tiendrait, à ce jour, en une quinzaine de pages. Plus encore, une telle liste ne permettrait certainement pas de couvrir toutes les dimensions du sujet.

  • 14 Sur les premiers pas des études stratégiques au Canada et au Québec, voir Philippe Garigue, « La p (...)
  • 15 Pour une historiographie, voir Jean-Pierre Gagnon, « Dix ans de recherche, dix ans de travail en h (...)

16En ce qui a trait à l’étude des politiques de défense du Canada, la situation a longtemps été comparable, sinon pire. Les études de sécurité (auparavant appelées « études stratégiques ») ne sont apparues au Québec qu’au cours des années 1970, lorsque les universités francophones se sont graduellement jointes au programme d’Études militaires et stratégiques du ministère de la Défense nationale14. Trois d’entre elles (Université Laval, Université de Montréal et Université du Québec à Montréal) accueillent des groupes de recherche membres du réseau de la Défense nationale, appelé aujourd’hui Forum sur la sécurité et la défense (FSD). Si cette prolifération des centres de recherche a permis le développement d’une expertise bien réelle dans le domaine de la défense, les chercheurs francophones semblent encore peu attirés par les questions relatives aux politiques de sécurité canadiennes, comme en témoigne le nombre relativement faible d’ouvrages et d’articles publiés sur ce sujet. Une des percées étonnantes s’est cependant produite en histoire militaire, alors que les ouvrages sur l’expérience historique des francophones face à la guerre se multiplient15.

17Cette situation est, nous l’espérons, appelée à changer. Si l’explosion des inscriptions dans les cours de relations internationales et la popularité grandissante des programmes d’études internationales offerts par la plupart des universités québécoises est une indication fiable, il est à prévoir que le bassin de spécialistes francophones en politique étrangère canadienne, et donc la réflexion sur ce sujet, suivra aussi une courbe presque exponentielle. Nous souhaitons que cet ouvrage contribue, à sa façon, à ce phénomène.

18Un grand nombre de personnes ont participé à la préparation de cet ouvrage. Sur le plan de la recherche, nous tenons à souligner la contribution d’Anne-Marie Durocher et Louis Blaise Dumais-Lévesque qui ont minutieusement relu le manuscrit et fait de nombreuses suggestions très pertinentes ; celle d’Émilie Potvin et Jean-Sébastien Rioux pour la préparation de certains encadrés ; et celle de Michel Rossignol (de la Bibliothèque du Parlement) et de Douglas Bland (de Queen’s University), qui nous ont fourni des précisions importantes. La traduction originale de ce manuscrit a été assurée par Lydie Vanner, ce qui nous aura grandement facilité le travail d’adaptation subséquent. Dans notre quête de renseignements et d’appuis, nous avons reçu le soutien de plusieurs représentants du gouvernement, dont Mark Whittingham, Martin Benjamin et David Vigneault. Par ailleurs, la réalisation de cet ouvrage n’aurait pas été possible sans le soutien financier du ministère de la Défense nationale et de Patrimoine Canada. Enfin, nous tenons à remercier toute l’équipe des Presses de l’Université de Montréal qui a investi tant de travail dans notre manuscrit.

Notes

1 Frédéric Charillon (dir.), Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, 2002, p. 13.

2 Pour un aperçu de l’émergence et du déclin de l’approche de la prise de décision, voir Kim Richard Nossal, « Opening up the Black Box : The Decision-Making Approach to International Politics », dans David G. Haglund et Michael K. Hawes, World Politics. Power, Interdependence and Dependence, Toronto, Harcourt Brace Jovanovich, 1990, p. 531-552.

3 Parmi les rares travaux qui appliquent une approche féministe à la politique étrangère canadienne, voir Claire Turenne Sjolander, Heather A. Smith et Deborah Stienstra (dir.), Feminist Perspectives on Canada Foreign Policy, Toronto, Oxford University Press, 2003.

4 John Herd Thompson et Stephen J. Randall, Canada and the United States : Ambivalent Allies, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1994, p. 351-370.

5 Martin Shadwick, « Research Guide and Further Reading », dans David B. Dewitt et David Leyton-Brown (dir.), Canada’s International Security Policy, Scarborough, Prentice-Hall, 1995, p. 455-504.

6 Paul Painchaud, « L’étude de la politique étrangère canadienne et des relations internationales du Québec », dans Paul Painchaud (dir.), Le Canada et le Québec sur la scène internationale, Québec, CQRI-PUL, 1977, p. 3-27.

7 Paul Painchaud (dir.), De Mackenzie King à Pierre Trudeau, quarante ans de diplomatie canadienne (1945-1985), Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1989 ; Paul Painchaud (dir.), op. cit., 1977.

8 Claude Basset (responsable l’édition française), La politique étrangère canadienne dans un ordre international en mutation. Une volonté de se démarquer ?, Québec, CQRI, 1992 ; André Donneur et Panayotis Soldatos (dir.), Le Canada à l’ère de l’après-guerre froide et des blocs régionaux : une politique étrangère de transition, North York, Captus Press, 1993 ; André Donneur, Politique étrangère canadienne, Montréal, Guérin, 1994.

9 Albert Legault et Michel Fortmann, Une diplomatie de l’espoir. Le Canada et le désarmement 1945-1988, Québec, Les Presses de l’Université Laval-CQRI, 1989.

10 Yves Bélanger (avec la collaboration d’Aude Fleurant et de Céline Métivier), L’industrie de défense du Québec : Dynamique et enjeux, Montréal, Méridien, 1996 ; Yves Bélanger et Pierre Fournier, Le Québec militaire. Les dessous de l’industrie militaire québécoise, Montréal, Québec/Amérique, 1989.

11 Louis Balthazar, Louis Bélanger et Gordon Mace, Trente ans de politique extérieure du Québec (1960-1990), Québec, Septentrion/CQRI, 1993.

12 Stéphane Paquin et Louise Beaudoin (dir.), Histoire des relations internationales du Québec, Montréal, VLB éditeurs, 2006.

13 Par exemple, André Donneur (dir.), Le Canada, les États-Unis et le monde. La marge de manœuvre canadienne, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2005 ; Albert Legault (dir.), Le Canada dans l’orbite américaine, Ste-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 2004 ; Michel Fortmann, Alex Macleod et Stéphane Roussel (dir.), Vers des périmètres de sécurité ? La gestion des espaces continentaux en Amérique du Nord et en Europe, Montréal, Athéna, 2003.

14 Sur les premiers pas des études stratégiques au Canada et au Québec, voir Philippe Garigue, « La pratique canadienne des études stratégiques », dans Charles-Philippe David (dir.), Les études stratégiques, approches et concepts, Montréal, Méridien/CQRI/FEDN, 1989, p. 437-460 et 461-473 ; Rod B. Byers, « L’état de la recherche sur la paix et des études stratégiques au Canada », Anthropologie et sociétés, vol. 7, no 1, 1983, p. 193-212.

15 Pour une historiographie, voir Jean-Pierre Gagnon, « Dix ans de recherche, dix ans de travail en histoire militaire ! Que peut-on dire de ces dix ans ? », dans Dix ans d’histoire militaire en français au Québec, actes du 10e colloque en histoire militaire, Montréal, Chaire Hector-Fabre, 2005, p. 7-20.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search