Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Conclusion

Texte intégral

1Comme tous les secteurs des télécommunications, la radio a connu des changements techniques incroyables au cours des 20 dernières années. Ce média, qui laissait si peu de traces dans les mémoires, se prolonge aujourd’hui dans les archives audio et sur Internet. Cette centenaire dont on a annoncé la disparition à chaque nouvelle découverte dans le monde des télécommunications entre dans une nouvelle ère et plus aucun spécialiste ne se risquera à prévoir sa fin.

2Le journalisme aussi subit des pressions importantes. Qu’il suffise de penser aux débats autour de l’infodivertissement, à la convergence des entreprises de presse, l’embauche de vedettes du monde des arts ou de la politique à l’animation d’émissions d’information, ou encore du star-system du monde de l’information… Et beaucoup d’autres encore, notamment la rapidité de production exigée aujourd’hui des journalistes. Par ailleurs, des blogues naissent aussi à la vitesse grand V sur Internet. Certains informent avec les mêmes outils et la même rigueur que des journalistes professionnels. D’autres, non. Certains servent des communautés en alimentant des débats sociaux sans défendre d’intérêts particuliers. D’autres ne tiennent que des propos insignifiants ou se spécialisent dans des envolées de propagande haineuse. Il est encore trop tôt pour savoir comment tout ce monde évoluera et si certains de ces blogues seront assimilés éventuellement à des stations de radio et régis selon les mêmes règles qu’elles, mais une chose est sûre, on ne retournera pas en arrière. Ces nouveaux développements sont là pour rester et les journalistes composeront avec eux.

3La radio a aussi connu des dérapages importants ces dernières années en attirant des auditoires par la stimulation des préjugés et en accentuant les ruptures sociales au Québec comme ailleurs en Amérique du Nord et dans le monde. Y aura-t-il un effet de balancier et les auditeurs atteindront-ils un niveau de dégoût suffisant pour se détourner de ces racolages ? Les récentes décisions judiciaires freineront-elles l’essor de ces radios en mettant en danger leur situation financière ? De nombreuses questions restent en suspens et il faudra bien les résoudre.

4Ailleurs dans le monde aussi, l’évolution de la situation de la radio est intéressante à suivre à plusieurs égards. La libéralisation des ondes dans de nombreux pays africains contribuera-t-elle au progrès social ou les stations de radio se contenteront-elles de servir d’exutoire aux frustrations ? Les communautés des pays en développement pourront-elles s’approprier ce formidable outil d’éducation et de développement ou devront-elles subir une radio importée, dirigée de loin, et souvent avec des objectifs commerciaux ou religieux primaires ? La radio de demain en Amérique latine ou en Afrique sera-t-elle une radio de prêcheurs, de propagandistes ou de journalistes ?

5La transmission par satellite des programmations radiophoniques ouvre aussi la voie dès maintenant à des radios transnationales. Quelle sera, dans ce portrait, la place réservée à des radios de service public ou à des radios locales de proximité ? Des radios parlées essentielles en période de crise ou d’incertitude sociale ? Des radios dont les objectifs ne sont pas commerciaux, mais civiques, et dont nous sommes tous ensemble les propriétaires ? Trouveront-elles leur place dans ce monde pour qui la radio n’est qu’un gros juke-box ?

6Et puis, partout dans le monde, les sociétés interpellent les journalistes. Quel journalisme souhaitons-nous voir pratiquer ? Constamment, les journalistes sont rappelés à la vigilance. En tout premier lieu, et c’est sans aucun doute bien dommage, il faut se rappeler au moment de conclure ces pages que le mensonge est encore le procédé le plus répandu pour manipuler les médias, c’est-à-dire affirmer le contraire de la vérité en toute connaissance de cause et en espérant que le journaliste s’arrêtera là. Ce qu’il ne doit évidemment pas faire puisque la poursuite de la vérité est sa seule raison d’être.

7Ainsi, quand un candidat à une élection répond : « Non » à la question : « Avez-vous un dossier judiciaire ? » et qu’il en a un, il ment. Il ment même s’il n’a plus de démêlés avec la justice depuis longtemps. Même s’il se considère totalement réhabilité. Il ment même s’il nie le fait pour des raisons sérieuses comme celle de protéger sa propre famille qu’il a gardée dans l’ignorance des événements. Il ment parce que la réalité est déplaisante et qu’il aime mieux la modifier. Et le journaliste doit savoir que plus la vérité dérange, plus le mensonge est répandu.

8Il n’y a pas d’autres défenses, dans un cas comme celui-ci, que de vérifier les faits selon différentes sources et de s’y fier. On n’a rien trouvé de mieux jusqu’à présent que cette technique journalistique de base, élémentaire.

9Mais lorsque le mensonge vient du haut de la hiérarchie gouvernementale ou d’importants groupes de pression dont les moyens sont parfois colossaux, l’exercice est encore plus difficile. Lorsqu’un chef d’État affirme aller en guerre en attaquant un pays étranger à cause de la présence de caches d’armes de destruction massive dans ce pays, il n’est pas facile de vérifier ou d’infirmer les faits. C’est néanmoins la tâche qu’il incombe à une presse libre et indépendante de poursuivre. Les journalistes doivent se rappeler que les mensonges peuvent être très gros et venir de très haut. Les seules bonnes défenses pour un journaliste : la vigilance et le scepticisme. On se souviendra qu’une version officielle n’est pas toujours vraie parce qu’elle est officielle. Il convient de toujours se demander quel intérêt une source tirera du fait que l’on rapporte ou non ses propos. Cette indication détermine le mieux la méfiance avec laquelle on traitera du sujet. Là non plus, on n’a pas encore trouvé mieux que ces techniques de journalisme 101. Sinon, le risque est élevé que cet instrument formidable qu’est la radio ne serve qu’à propager stéréotypes et idées convenues.

10Les journalistes sont aussi piégés parfois par des arguments mal ficelés. Par exemple, il convient d’être très méfiant lorsqu’on établit des liens de cause à effet. Ce lien entre deux événements n’est pas toujours évident. Dire, par exemple, que « la brutale répression des criminels en Chine entraîne une baisse de la criminalité » est une interprétation des faits. Il peut y avoir beaucoup d’autres explications au faible taux de criminalité qui prévaut dans certaines grandes villes chinoises et peut-être pas un lien aussi direct que le journaliste le laisse croire. Ce sont des raccourcis qu’il vaut mieux éviter, des conclusions hâtives. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est préférable de se contenter souvent d’établir les faits.

11En cette période charnière de l’histoire des médias, de nombreuses questions se posent, mais restent encore sans réponses. Néanmoins, rien ne laisse penser que l’aventure radiophonique à venir sera moins fabuleuse pour ceux qui sauteront dans le train qu’elle ne l’a été au cours des 30 dernières années. Le lien si intime entre la voix de la radio et chacun de ses auditeurs est inestimable et précieux. Ces auditeurs ont, eux aussi, la responsabilité de maintenir une radio de qualité et, pour y parvenir, exercer des choix d’écoute avisés et soutenir, par leur écoute, d’excellentes productions radiophoniques. Les journalistes et les autres employés des stations de radio ne peuvent faire qu’une partie de la tâche. Les auditeurs peuvent aussi faire beaucoup.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search