Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Deuxième partie. Faire de l'information radio

11. Structurer un reportage d’actualité

Texte intégral

1Disposer d’un peu de temps d’antenne pour approfondir un sujet, une idée, un thème est un privilège extraordinaire pour des journalistes radio. Le temps en radio est en effet une denrée rare. Il faut se rappeler que la caractéristique principale de ce média réside dans la grande liberté de l’auditeur de suivre ou non les propos à l’antenne. Le reportage long en radio doit donc être captivant à la fois par son propos et par sa forme pour que l’auditoire maintienne son attention pendant une période plus ou moins longue.

2On peut recourir à des techniques avancées de production pour réaliser un reportage ou un documentaire qui suscitera cet intérêt soutenu. On recourra notamment au montage multipiste pour mixer de la musique et des sons ambiants ou reproduits. On soignera la qualité de l’écriture de la narration, qui est aussi essentielle que la manière de dire ce texte.

LE MATÉRIEL

3La durée du reportage est un élément capital de sa planification. Six, quinze ou trente minutes ? La difficulté sera soit de choisir pour sélectionner les meilleurs éléments, soit, au contraire, de trouver suffisamment d’éléments intéressants.

4On n’attend évidemment pas les mêmes résultats d’un document s’il dure 15 minutes ou une heure sur quelque sujet que ce soit. Prenons par exemple la peine de mort. En 15 minutes, ce sera un reportage sur le sujet ; en une heure, un dossier. Le reportage peut privilégier un seul angle du sujet comme, par exemple, le point de vue des familles des victimes sur le sort réservé aux assassins. Dans un dossier, on ratissera plus large et l’on devra tenir compte de l’ensemble des points de vue sur la question et tenter d’en cerner les tenants et les aboutissants : criminologue, policier, famille de la victime, criminel lui-même, etc. On pourra aussi inclure des rappels historiques ou des comparaisons entre différents pays, par exemple. Le dossier doit tendre à faire le tour du sujet. Il faut néanmoins éviter de se perdre et de poursuivre trop de pistes à la fois. Revenir de temps à autre à l’essentiel permet d’éviter de s’égarer. Il faut en tout temps pouvoir répondre à la question : quel est le sujet exact de ce document ? Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas changer de cap en cours de route, mais cela permet d’éviter que ce changement s’effectue en dehors de sa propre volonté.

5De la même manière, dans le choix final du matériel, au montage, il ne faut pas se perdre. Ainsi, le grand cinéaste québécois Pierre Perreault – qui avait fait ses débuts à la radio – disait : « Le montage, c’est comme sculpter un éléphant. Je dois enlever tout ce qui n’est pas l’éléphant. » C’est parfois difficile. On doit parfois renoncer à de bons extraits sonores – c’est-à-dire bien tournés, percutants et bien sentis – parce qu’ils ne sont pas pertinents. Ils ne contribuent pas à construire mon éléphant.

LA NARRATION

6On peut concevoir la narration comme le tronc d’un arbre sur lequel, telles des branches, les extraits d’interviews ou d’archives sonores, par exemple, viennent s’insérer. La narration est un récit et, comme telle, doit être vivante, directe et simple. En fait, les procédés d’écriture de la narration d’un document radiophonique sont toujours les mêmes et correspondent aux mêmes règles que l’écriture des nouvelles des médias électroniques. Les phrases sont courtes. Une seule idée par phrase. On utilisera de préférence l’indicatif présent ou le futur. On privilégiera la forme active et affirmative.

7C’est également par la narration qu’on établira les liens et qu’on présentera les différents intervenants en tentant de bien expliquer le rôle de chacun dans le récit. Pourquoi est-ce si important que nous écoutions les propos de Monsieur Untel sur ce sujet ? En quoi ce que pense Madame Unetelle peut-il alimenter la réflexion ? Répondre à ces questions permet de bien présenter les extraits sonores qu’on retiendra. Au lieu de « Monsieur Untel est criminologue », on dira plutôt : « Monsieur Untel est criminologue. Il a participé à telle commission d’enquête sur l’application des sentences pénales. » Un peu plus loin, alors que nous le réentendrons, on pourra dire cette fois : « Les recherches de Monsieur Untel ont porté sur tel aspect de cette question. » L’important étant toujours de faire comprendre pourquoi cette personne prend la parole sur ce sujet ou encore pourquoi cette source est importante sur cet aspect de la question. Un reportage gagne ainsi en impact et en crédibilité.

8Il faut se rappeler aussi que l’on accorde plus de crédibilité aux témoignages qui sont le plus près d’un événement. Un témoin oculaire, un responsable directement concerné, un individu personnellement touché par le sujet, des documents originaux sous forme d’archives sonores, par exemple. Cet aspect humain de la question qu’on traite doit tenir une grande place dans un document radio. Par ailleurs, la tendance actuelle dans les médias électroniques de privilégier souvent le « Moi, je pense que… » – donc l’opinion personnelle au détriment d’une réflexion spécialisée – peut amener les journalistes à se cantonner à la surface des choses. La profondeur passe encore souvent par l’analyse et la recherche effectuées par des spécialistes. Les sciences sociales ont développé des méthodes de recherche que le journalisme gagnerait à s’approprier.

9Pour commencer à écrire la narration, il est utile de se mettre en situation, de raconter une histoire et de la résumer. De quoi parlons-nous ? Quel est le sujet central de ce reportage ? Quelles sont les idées essentielles mises de l’avant ? Pourquoi cette histoire est-elle intéressante ? Pourquoi nous a-t-elle intéressé, de prime abord ? À qui s’adresse-t-elle principalement ? Qu’est-ce que les auditeurs doivent en retenir ? Imaginons les réponses à nos questions. Dans la manière de raconter une histoire, on peut trouver l’attaque d’une bonne narration. À l’inverse, un sujet qu’on ne peut pas raconter ou résumer en quelques phrases simples risque d’être difficile à produire.

10Il est possible de réaliser un document radiophonique, même assez long, en n’utilisant pas de narration. Chaque extrait d’interview donne alors l’impression de poursuivre l’extrait précédent pour lui répondre, le contredire ou le compléter. S’il s’agit du plan de montage que l’on a en tête, il faut s’assurer que les invités se présentent eux-mêmes lors des enregistrements des interviews ou qu’on utilise la narration strictement pour le faire. Généralement, dans un document monté avec une narration, on éliminera les questions des interviews pour ne garder que les réponses des interviewés. La narration servira à présenter les extraits d’interview et, parfois, à reprendre la question qu’on aura supprimée si cela s’avérait nécessaire pour que l’extrait soit facile à comprendre.

11On n’ouvrira pas forcément un reportage sur la narration. On peut attaquer avec des sons ambiants explicites, de la musique ou même un extrait d’interview. Néanmoins, après quelques secondes, au maximum une trentaine, l’auditeur doit pouvoir se situer : Où sommes-nous ? De quoi est-il question ici ? Pourquoi devrais-je rester à l’écoute ?

LE MONTAGE MULTIPISTE

12Le montage multipiste permet de mettre ensemble plusieurs « épaisseurs » de sons et d’établir une priorité alternée dans ces sons. Ainsi, c’est parfois la musique qui prendra toute la place dans un plein son, parfois la narration, parfois des sons ambiants qui viendront recréer l’atmosphère que l’on cherche à décrire. Parfois, la musique se poursuivra sous la narration et viendra ponctuer certaines interviews ou servira de transition comme si l’on changeait de chapitre. Avec le montage multipiste, tout est possible, même de trop en faire. Attention à la cacophonie ou à la dilution du propos dans un enrobage trop intense. Certains logiciels de montage permettent en effet de mixer un nombre presque infini de sources sonores différentes. De quoi rendre justice à un orchestre symphonique en concert, mais pour un document d’information, on se contentera généralement de trois, quatre ou cinq pistes, c’est-à-dire de trois, quatre ou cinq sources sonores différentes : la voix, la musique, les sons ambiants ou un thème récurrent qui sera associé à un personnage du document, par exemple une pièce musicale qu’on entendra du début à la fin et qui servira d’intro, de ponctuation et de finale. Dans certains cas, en fonction des sujets et de leur gravité, un certain dépouillement est même plutôt de mise pour que le document soit efficace.

Montage multipiste : chaque bande visuelle est une source sonore distincte

Image 100000000000026A00000180F3148063.jpg

13Gardons aussi en tête que l’oreille humaine ne peut entendre et comprendre qu’une seule phrase à la fois, pas deux superposées. Ainsi, il est assez risqué d’utiliser en même temps un texte narratif et de garder en dessous une chanson dont l’auditeur cherchera vraisemblablement à capter les paroles. Il le fera au détriment de la compréhension du texte de la narration qu’il ne pourra alors plus percevoir en priorité. Dommage, après tout le mal qu’on se sera donné pour l’écrire.

LA SONORISATION DES DOCUMENTS RADIOPHONIQUES

14Au-delà des questions esthétiques – un reportage bien sonorisé est plus beau et plus attrayant –, on utilise les sons pour deux raisons principales : aider à la compréhension du reportage à la première écoute et créer ou recréer une atmosphère appropriée dont l’auditeur subira l’influence. On dispose de sons ambiants, enregistrés pendant les interviews par exemple ou à part, de la musique et des sons synthétisés, aujourd’hui offerts sur CD ou, gratuitement, sur de nombreux sites Internet.

La musique et son rôle

15On croit souvent, à tort, que la musique instrumentale est neutre. Ce n’est pas le cas. Il convient donc de trouver la musique parfaitement adaptée au sujet que l’on traite pour qu’elle s’associe au sens général du reportage. On commet parfois l’erreur de se laisser guider par son goût personnel. Les auditeurs ne veulent pas savoir quel genre de musique préfère le journaliste ou le réalisateur qui produit le reportage. Il faut une musique qui donnera au contenu une autre dimension, une dimension symbolique.

16Anthropologues et sémiologues se penchent depuis longtemps sur la portée symbolique de la musique. Elle est un langage universel, donc compris par tous, mais en même temps interprété par tous, comme si elle était traduite dans sa propre langue en fonction de ses références culturelles personnelles. La musique est très évocatrice. Elle repose sur l’imagination et la sensibilité. On voit facilement à quel point elle peut être utile et enrichissante dans un reportage radio qui fait appel, justement, à l’imagination et à la sensibilité de l’auditoire. Mais n’oublions pas, ici aussi, la puissance du silence. Un silence qui survient après de longs moments sonorisés donne une grande intensité dramatique au contenu. On gagne souvent à limiter l’usage de la musique. Trop de musique peut donner à un reportage un ton lourd et pompeux.

17Dans tous les cas, on vérifie la politique des droits d’auteur, mais, généralement, on n’utilise pas assez longtemps des extraits musicaux, ni assez souvent en plein son dans des reportages d’actualité pour donner lieu aux versements des droits d’auteur, selon les ententes actuellement en vigueur avec les représentants des musiciens.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
On évite les airs trop connus. La 5e symphonie de Beethoven n’apportera pas grand-chose à un reportage d’information. On se méfie aussi des airs à la mode. Elle passe vite.
Attention également à ne pas trop dramatiser. Que penser en effet d’un journaliste qui utilise la musique du film La liste de Schindler pour illustrer un reportage sur la fermeture d’un organisme communautaire ?
Si elles ne sont pas trop connues, les musiques de film sont cependant parfois d’un grand secours. La bande sonore du film Trainspotting, par exemple, sera la bienvenue dans un reportage sur le monde de la drogue. Certaines trames sonores illustreront aussi très bien un suspens.
On peut faire également de formidables découvertes dans le courant de la musique actuelle ou contemporaine. Certaines pièces musicales à la frontière de la musique et des sons peuvent enrichir de manière très profitable des reportages. Des instruments grinçants, des musiques à la limite des aigus peuvent illustrer un certain chaos.
Des pièces musicales interprétées par un seul instrument peuvent aussi faire des merveilles. Un interviewé présenté par un air au violoncelle, un autre au piano ou au violon, par exemple. Un air et un instrument qui les suit pendant tout le reportage. Voilà une technique qui permet aux auditeurs de savoir rapidement qui prend la parole.
La musique techno a aussi sa force symbolique. Elle permet de traduire un monde rapide, moderne, un peu inhumain.
Les chansons sont à utiliser avec prudence. Bien qu’on y recoure moins aujourd’hui, elles donnent un look ancien à un reportage d’information. On a aussi le sentiment que le journaliste se sert des paroles des autres un peu par crainte de l’éditorial ou parce que lui-même ne sait pas dire la même chose aussi bien… Les chansons sont parfois utiles lorsque le document qu’on produit a un caractère historique. Dans ce cas, une chanson d’époque rendra bien l’idée de cette dimension.

Les sons naturels ou ambiants

18Le monde des sons est d’une très grande richesse, mais, pour le percevoir, il faut un certain entraînement. Imaginons un moment que la vue et l’ouïe sont des rivales. Pour privilégier l’ouïe, il faut un peu atténuer la vue. Le journaliste radiophonique doit se rendre d’abord sensible à l’univers des sons. Il faut écouter attentivement. Il y a des sons naturels spécifiques à toute situation. Bien enregistrés, ils serviront de décor à une production radiophonique et recréeront l’atmosphère des événements. Les sons ambiants naturels transportent l’auditeur sur les lieux de l’enregistrement.

19Il faut se rendre sensible « auditivement » à l’environnement dans lequel on se trouve. Quels sont les bruits naturels d’une ferme ? selon l’heure du jour ? Qu’est-ce qu’on entend dans un port de mer ? Quels sont les bruits caractéristiques d’une ville par rapport à une autre ? les cloches des églises ou les appels des muezzins ? Quels sons entend-on dans le désert et la chaleur torride ? les cigales, les criquets, le vent ? Au contraire, quel bruit fait le froid ? la neige qui craque sous les pas ? Quels sont les bruits d’une cour d’école et de la fin de la récréation ? D’une chambre d’hôpital ? Tous ces sons pourront être mis à profit pour recréer l’ambiance réelle des lieux des enregistrements et forger ce caractère d’authenticité qui donnera du poids et de l’autorité au document radio. Les sons doivent permettre de dire des choses d’une manière plus rapide que ne le ferait une simple narration. On peut gagner du temps et s’épargner des mots. Les sons servent aussi à créer ou recréer une atmosphère précise qui facilite la compréhension du document à la première écoute. Et, après tout, voilà bien ce que l’on cherche. On n’utilise pas de sons ambiants seulement parce qu’ils sont disponibles ni sans avoir la conviction qu’ils remplissent un rôle précis. Mieux vaut trop peu de sons que trop.

La postsonorisation

20Il est toujours possible d’utiliser des sons préenregistrés dans le cours du montage d’une production radiophonique, mais leur usage en information est encore sujet à discussion. Deux raisons principales justifient ces hésitations : Pouvons-nous mêler le vrai et le faux ? Des interviews véritables et des sons fabriqués ? Les journalistes ne doivent pas créer de confusion au profit d’un effet. Ainsi, on ne pourra en aucun cas utiliser des enregistrements de bruits d’émeute ou de manifestation violente qu’on n’aura pas enregistrés soi-même pour illustrer un reportage sur une manifestation. Même quand on est arrivé après les événements violents que l’on veut raconter ! Et qu’en est-il de la crédibilité générale des contenus quand l’auditeur entend qu’on a un peu trafiqué le son ? Tous les bruits possibles et imaginables sont aujourd’hui disponibles. L’ennui, c’est qu’on arrive rarement au même degré de vérité qu’avec des sons naturels. Les sons de synthèse ne créent pas le même sentiment d’authenticité.

  • 1 Documentaire réalisé par l’auteure pour la radio de Radio-Canada.

21Cela ne veut pas dire qu’on ne doive jamais s’en servir. Dans certains cadres, un documentaire radiophonique personnel, par exemple, certains sons de synthèse peuvent jouer un rôle formidable. Ainsi, lors d’une interview1 de l’écrivain anglophone de Québec, Neil Bissoondath, on a noté une phrase importante qui illustrait bien sa façon de voir la vie : « Il faut suivre son propre tambour », disait-il. « To follow your own drummer », dit l’expression anglaise. Quel plaisir d’utiliser un petit roulement de tambour à l’ouverture et occasionnellement pendant le documentaire d’une heure qui dressait son portrait. Cela lui allait très bien.

22En résumé, l’intention derrière l’utilisation des sons préfabriqués ne doit pas être de tromper l’auditeur, mais d’enrichir le contenu sonore. Et de contribuer à la meilleure compréhension possible à la première écoute. On peut utiliser certains sons dont la convention indexicale est forte. Le chant du coq, par exemple, représente l’aube. Au contraire, le hibou symbolise la nuit et des climats un peu occultes ou encore une atmosphère d’Halloween. Ces sons préenregistrés fournissent à l’auditeur des impressions immédiates, beaucoup plus rapidement et plus efficacement que des mots qui décriraient la même chose. Ces sons deviennent une sorte d’ancrage du document.

Le plan de montage et l’assemblage final

23S’il est assez facile de se fier à sa mémoire pour monter un court document radio, il en va tout autrement dès qu’on dépasse une dizaine de minutes de contenu. Il faut alors s’imposer de mettre le document par écrit de manière à le « voir » pour pouvoir presque l’entendre à l’avance. On verra alors clairement comment se répartira le temps alloué aux différents éléments – la narration, les extraits d’interviews, les archives sonores éventuelles, la musique, les sons ambiants en plein son ou en sourdine –, et l’équilibre général de la production. Un rigoureux plan de montage permet d’en faire l’assemblage et d’anticiper le produit final.

24Avec un plan de montage bien fait, on doit pouvoir monter un document qu’on n’a pas fait soi-même à partir des seules indications qui y figurent.

Plan de montage

a

Sourceb

Descriptionc

Duréed

Totale

1

2

3

etc.

  1. Chaque élément est numéroté. Cela permet à toute l’équipe d’identifier facilement de quoi l’on parle. « Inversons les éléments 6 et 7 du plan de montage », sera une phrase comprise par tous plus facilement que si on tentait de décrire l’élément que l’on souhaite déplacer quand on ne travaille pas seul sur un montage.

  2. La source identifie l’origine de l’extrait sonore. S’agit-il d’un enregistrement musical sur l’un des CD qu’on utilise et qu’on a pris soin de numéroter ou d’un extrait d’interview sur un minidisque, par exemple, ou bien d’un son ambiant que l’on a enregistré soi-même et auquel on entend donner la priorité en le plaçant en plein son dans le montage, ou encore d’un extrait de la narration ?

  3. La description dira de quoi est constitué l’élément et comment l’introduire. Par exemple, un extrait d’interview doit comporter les cue in et cue out de l’extrait, c’est-à-dire les premiers et derniers mots. S’il s’agit d’un extrait assez long et important, on résumera le contenu. S’il s’agit d’une partie de la narration, il est utile également de résumer le contenu. Pour un extrait musical, on devra indiquer comment on introduit cet extrait : un plein son, une entrée en sourdine (fade in), et si l’extrait se prolonge sous l’extrait suivant en pont musical ou cesse – brusquement ou en sourdine (fade out) –, dès l’arrivée de l’élément suivant. Ces indications doivent figurer sur le plan. Elles aident à « entendre » le document à sa simple lecture.

  4. La durée est celle de l’élément identifié. Connaître la durée précise de chaque élément permet de savoir rapidement quand couper ou allonger si la durée totale diffère de celle que l’on doit obtenir. Cela permet de voir aussi s’il y a des extraits trop longs ou disproportionnés. On a ainsi, d’un simple coup d’œil, une bonne idée du rythme général du document. De longs extraits donneront un rythme lent au document. S’ils sont plus courts, ce sera plus rythmé, plus facile à écouter avec attention.

  5. La durée totale permet de suivre le montage au fur et à mesure et de connaître à la fin d’un premier jet la durée exacte de la production.

DES EXEMPLES D’OUVERTURE

25Dans le premier montage, on privilégie la narration pour expliquer où on se trouve et pourquoi. Dans le second, on donne à entendre ces éléments. Ce procédé est plus riche sur le plan radiophonique.

Exemple 1. Plan de montage

Image 100000000000029100000215B6440676.jpg

Exemple 2. Plan de montage

Image 1000000000000292000002C0A70A566C.jpg

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
Clore un reportage comporte certaines difficultés. Il faut savoir choisir parmi un nombre presque illimité d’options. En voici quelques-unes :
– Résumer en narration l’essentiel des propos.
– Reprendre certains extraits marquants du reportage.
– Fermer avec les mêmes éléments que l’ouverture.
– Développer sur de nouveaux éléments qui n’ont pas été abordés, mais qui sont liés au sujet qu’on traite.
De manière générale, il est recommandé de ne pas finir sur un extrait sonore d’interview, mais de s’approprier les dernières secondes pour laisser l’impression désirée.

Plan de montage d’un reportage de la journaliste Chantal Lavigne de l’émission Dimanche Magazine de la Première chaîne de Radio-Canada

PLAN PENTECOTISTES

Pentecôtisme considéré comme le mouvement dans te monde qui prend le plus d'expansion, particulièrement dans pays du Tiers-Monde Mais maintenant dans le Grand Nord aussi

Dire ou se trouve Salluit. Quand j'y suis allée. Parler dans nouvelles cette semaine.

Nunavik et Nunavut, ce nouveau territoire inuit qui appartenait avant aux territoires du Nord-Ouest.

101-102 PENTMIX DEBUT

FADE IN

UPETUNDER 15 sec.

MICRO : En cette Un du mois d'octobre, le village entier semble s’être donné rendez-vous au centre communautaire. Depuis deux jours, Salluit vit au rythme du Festival Pull Gospel, un grand rassemblement de chrétiens évangéliques. Des avions nolisés ont emmené des croyants d’autres communautés du Grand Nord canadien. Même l'école commence plus tard, pour accommoder les croyants qui chantent et prient jusqu'aux petites heures du matin. Paulusle Saviadjuk, le gérant de la municipalité, est l’un des organisateurs du Festival.

45 Sec.

103 PENT CLIP PALOUS1E EXPANSION

IN : C’est la septième année...

OUT : plus grand que toutes les autres années....ouin....

DUREE : 21 sec.

1 :05

104 PENT CHANTS ET CRIS OK

FADE IN

UP ETUNDER 18 sec

DUREE: 1:39

1 :20

MICRO : Vers la fin de la journée, la ferveur est à son comble. Des fidèles pleurent, crient. Plusieurs sont allonges par terre, en transe. Il y a même eu une guérison, dit Dora Koperqualuk. Elle et son mari, Lucassie, sont venus du village de Puvurnituq pour participa à cc Festival Full Gospel.

1 :40

[…]

117 PENT PLAINTES ET CHANTS QUI COMMENCENT..

FADE IN

UP ET UNDER 10 sec.

DUREE : 3 :36 sec.

10 :45

MICRO : Le christianisme évangélique, nouvelle planche de salut d'un peuple en désarroi ?
Certains, comme le gérant de la ville de Salluit, Palausie Saviadjuk, y croient.

11 :00

118 CLIP PALOUSIE MEILLEURE VIE

IN : Est-ce que change quelque chose ?

OUT : va être correct après

DUREE : 26 sec.

11 :25

117 PENT PLAINTES ET CHANTS

UP ET UNDER

11 :30

MICRO : Lisa Koperqualuk, elle, demeure sceptique. Mais le doute, dit-elle, semble de moins en moins permis.

11 :40

120 PENT CLIP LISA RESULTATS

IN : Si ça resoude vraiment....

OUT : très mal vu...oui.

DUREE : 50 sec.

12 :30

121 PENT SON FIN OK

FADE IN

UP ET UNDER

DUREE: 52 sec.

12 :40

Notes

1 Documentaire réalisé par l’auteure pour la radio de Radio-Canada.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search