Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Deuxième partie. Faire de l'information radio

10. Le montage assisté par ordinateur

Texte intégral

1L’informatique a pris d’assaut les stations de radio comme le reste du monde. C’est un univers qui peut sembler intimidant de prime abord à certains. Les grandes chaînes de radio relient toutes leurs opérations par un système informatique. Il est possible de transporter des fichiers audio d’un bout à l’autre du pays presque instantanément ou de faire parvenir une émission pour diffusion directement de son bureau à la régie centrale d’où elle sera mise en ondes.

2Nous verrons cependant dans ce chapitre que les tâches informatiques que l’on attend généralement des journalistes radiophoniques dans une station de radio sont assez simples. En plus de comprendre le fonctionnement général du système informatique de sa station, il faut être en mesure d’utiliser l’équipement de montage audio, c’est-à-dire réarranger, corriger et assembler du matériel radiophonique enregistré, ce qui est en soi tout un art. Il y a aujourd’hui de nombreux logiciels de montage audio offerts pour l’environnement PC ou MacIntosh. On cherchera ici à comprendre le fonctionnement général de ce genre d’équipement. Lorsqu’on a bien assimilé les principes de base et qu’on s’est familiarisé avec l’un d’entre eux, il est assez simple de comprendre les autres.

3Au cours de ce chapitre, on se limitera d’ailleurs au montage de base, c’est-à-dire aux opérations courantes qu’on attend des journalistes radio, soit monter par le biais de « coupures » (splicings) ou monter avec des « transferts ou des repiquages sonores » (dubbings). Plus loin, au chapitre 11, nous verrons l’éventail des possibilités que le montage assisté par ordinateur ouvre au journalisme radiophonique pour des reportages ou des documents plus longs et des productions riches en sons.

4Toutes ces expressions sont héritées des anciennes techniques de montage alors qu’on coupait vraiment un ruban ou qu’on transférait vraiment du son d’un ruban à un autre. Aujourd’hui, les termes sont identiques, mais les opérations ne se font plus de manière manuelle. L’avantage principal réside dans le fait que le matériel audio enregistré n’est jamais détruit par une manipulation technique, contrairement aux anciennes méthodes. Sur un ruban magnétique, une mauvaise coupure était difficile à réparer. Un journaliste qui procédait au montage de son matériel audio ne pouvait se permettre qu’un nombre limité d’erreurs au-delà desquelles le document enregistré de base était en danger. Impossible de couper plusieurs fois à des endroits très rapprochés. Difficile de changer d’idée si on n’aimait pas le résultat final. Aujourd’hui, le matériel audio de base n’est pas touché par la manipulation, à moins qu’on choisisse de l’effacer. Tous les essais sont permis et toutes les erreurs se corrigent facilement. Le montage audio n’a plus le caractère artisanal qu’il avait autrefois, mais il exige encore d’avoir une oreille exercée et attentive, d’aimer le travail bien fait et d’avoir un peu de patience.

LA PROCÉDURE GÉNÉRALE DU MONTAGE ASSISTÉ PAR ORDINATEUR

5Avec les logiciels de montage, on ne se contente plus d’entendre le son, on le voit. Les mots se dessinent sur l’écran en une série de vagues ondoyantes qui défilent sous les yeux au fur et à mesure de l’écoute de l’enregistrement.

6La forme de la vague illustre l’intensité du son, son volume en somme, pas sa fréquence. Les parties fortes, au volume puissant, souvent les consonnes, sont représentées par les pics de la vague et les parties plus douces, notamment les voyelles, par les creux. Avec l’habitude, on peut facilement reconnaître les mots de l’enregistrement lorsqu’on les voit défiler. Lorsqu’on écoute plusieurs fois le même enregistrement, comme c’est souvent le cas au montage, les images créées par les mots ou les bruits, tous les sons, donc, apparaissent clairement. C’est ce qui permettra de choisir visuellement et auditivement les éléments qu’on souhaite garder et ceux dont on veut se défaire.

Bande visuelle de son

Image 100000000000027700000180BA11DF9D.jpg

La première étape

7Il est d’abord nécessaire de transférer le son de l’enregistrement sur le disque dur de l’ordinateur. Il suffit de brancher l’appareil d’enregistrement à l’ordinateur et d’alimenter la « carte son » selon la procédure spécifique du système. On crée ainsi un fichier sonore dans le disque dur. Le son y est entreposé. On n’a plus qu’à le nommer pour l’identifier. Lorsqu’on récupère ce fichier, on fait apparaître la bande visuelle de son. La plupart des logiciels permettent la création d’un grand nombre de pistes différentes permettant ainsi d’entendre en même temps, à des intensités diverses, différents éléments sonores. Par exemple, la sirène d’un camion de pompiers pourrait être sur une piste et la narration du reportage sur une autre. Pour l’instant, contentons-nous d’une seule piste sur laquelle un son cédera sa place au suivant.

Les outils du tableau de bord de manipulation du son

8Tous les logiciels de montage fournissent au moins quatre options de manipulation de base : la loupe, l’accrocheur (grabber), le surligneur et la barre de mouvement.

  • La loupe : elle permet de changer d’échelle et d’agrandir la section de la bande sonore sur laquelle on souhaite travailler. Par exemple, si la bande contient sur le même écran une minute de son, il est probable que les mots n’apparaîtront pas en détail. Si on changeait l’échelle, on pourrait ne garder à l’écran que 10 ou 20 secondes de l’enregistrement et voir plus clairement le dessin de chaque mot. C’est ce qu’on souhaite pour faciliter le travail.

  • Le surligneur : il permet de changer la couleur d’une partie de la bande sonore visuelle de manière à l’identifier pour la sélectionner.

  • L’accrocheur (grabber) : il permet de déplacer des sections plus ou moins longues de l’enregistrement à l’aide de la souris de l’ordinateur.

  • La barre de mouvement : elle est une marque verticale qui se déplace sur la bande sonore visuelle au fur et à mesure que défile l’enregistrement.

9Elle permet d’identifier où l’on en est exactement dans ce défilement.

La coupure (splicing)

10Modeste Journaliste, de retour à sa station de radio après une conférence de presse de la mairesse de la ville, choisit une citation sonore pour illustrer son reportage. La citation sonore est la suivante : « C’en est assez des nids-de-poule… Mon administration procédera à d’importants travaux de réfection des rues et des artères principales au cours des prochaines semaines. Vous, les journalistes, ne cessez de vous plaindre de ces nids-de-poule. Voici les premiers chantiers sur lesquels nous travaillerons : la rue X de tel endroit à tel endroit et la rue Y de tel coin de rue à tel coin de rue. »

11Modeste choisit de laisser la mairesse annoncer elle-même son premier chantier, mais il souhaite retirer la référence aux critiques des journalistes qu’il juge déplacée et destinée aux médias, pas à leur auditoire. Il n’aura qu’à retirer les mots : « Vous, les journalistes, ne cessez de vous plaindre de ces nids-de-poule » en les identifiant d’abord au surligneur. Ensuite, on déroule le menu pour choisir cut et la partie retirée disparaît de l’image et de l’enregistrement.

12Modeste peut ensuite choisir « coller » (paste) dans le menu dérouleur. Il réécoute son enregistrement ainsi modifié. S’il est conforme à ce qu’il voulait, c’est-à-dire si la coupure ne s’entend pas, parce qu’on aurait par exemple collé maladroitement deux respirations de la mairesse l’une après l’autre, il peut enregistrer la coupure ainsi réparée automatiquement.

13Il peut aussi effectuer l’opération avec l’accrocheur en utilisant la souris pour déplacer manuellement la section qui suit la coupure et la coller à celle qui la précède. L’accrocheur donne un peu plus de latitude puisqu’il permet de déterminer « où » l’on replacera la suite de la phrase. On peut choisir de la coller « tout près » auditivement et visuellement, ou un peu plus loin. L’idée générale est de garder à l’ensemble une allure naturelle.

14Si Modeste est mécontent du résultat, il n’a qu’à choisir « Undo » dans le menu dérouleur et recommencer l’opération autant de fois qu’il le souhaite sans que l’enregistrement de base ne soit altéré.

Le repiquage audio

15Le repiquage ou transfert sonore, en anglais dubbing, est une procédure un peu moins précise que le montage par coupure, mais plus rapide dans le cas de montages simples. Contrairement au montage par coupure où l’on retire ce qu’on ne veut pas garder, le repiquage consiste à ne transférer que les éléments que l’on conservera.

16Reprenons l’exemple précédent : « C’en est assez des nids-de-poule… Mon administration procédera à d’importants travaux de réfection des rues et des artères principales au cours des prochaines semaines. Vous, les journalistes, ne cessez de vous plaindre de ces nids-de-poule. Voici les premiers chantiers sur lesquels nous travaillerons : la rue X de tel endroit à tel endroit et la rue Y de tel coin de rue à tel coin de rue. » Cette fois, on arrêtera le lecteur de minidisques ou une autre source sonore sur la fin du mot semaines pendant le transfert sur le disque dur ou, peut-être, sur un autre minidisque. On reprendra le transfert au début du mot voici. Autrement dit, on réenregistre sur un autre support les sons que l’on garde sans réenregistrer ceux que l’on élimine et le tour est joué.

17Le montage risque cependant de ne pas être aussi précis qu’avec un logiciel de montage parce qu’il n’est pas aussi simple de trouver les indications d’entrée et de sortie ou cue in et cue out. C’est cependant une technique à connaître. Elle est souvent utilisée par les journalistes de radio pour envoyer rapidement une citation sonore à leur station avant d’avoir accès au logiciel de montage.

Les règles déontologiques du montage audio

18On utilise généralement le montage pour extraire une citation sonore, mais aussi pour éliminer les parties indésirables des extraits sonores qu’on veut garder. On ne doit pas perdre de vue, cependant, que le montage ne doit en aucun cas ni sous aucun prétexte dénaturer le contenu de l’enregistrement. La responsabilité professionnelle des journalistes radiophoniques est en jeu ici.

  • 1 <www.fpjq.org>.

19Il convient de garder à l’esprit que le Guide de déontologie de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec stipule à l’article 3f : « Les journalistes doivent respecter fidèlement le sens des propos qu’ils rapportent. Les citations, les rapprochements, les ajouts sonores, etc. ou leur séquence ne doivent pas dénaturer le sens de ces propos1. »

20La responsabilité première du journaliste est de rapporter les propos avec le plus de précision et d’exactitude possible, pas de chercher l’effet. L’obligation de faire court entraîne des risques parce qu’elle oblige les journalistes à choisir dans le contenu et à éliminer certains éléments parfois essentiels. Le choix du journaliste devrait toujours être dicté par sa volonté de servir la population et la vérité. Certains extraits, notamment s’ils sont trop courts, peuvent certes avoir du tonus, mais ils peuvent aussi mal représenter la complexité de la pensée de l’interviewé qui en ressentira, à juste titre, de la frustration. Une mauvaise interprétation du propos peut aussi nuire gravement à un interviewé et à sa réputation.

21En fait, on n’y coupe pas : monter, c’est choisir ! Mais sur quelle base le fait-on ? Doit-on faire disparaître les hésitations lors d’une interview ? Enlever un grand nombre de « euh… » qui gênent l’auditeur, mais qui ont peut-être un sens ? Que faire lorsque l’interviewé ne va pas au bout de sa pensée ? Lorsqu’il se contredit ? Évidemment, le montage ne réglera pas tous ces cas. Il faut d’abord être vigilant lors de l’enregistrement et poser parfois de nombreuses questions à son interlocuteur jusqu’à ce qu’on soit sûr de comprendre la réponse et de pouvoir l’utiliser.

22À l’inverse, certaines formules toutes faites semblent déjà prêtes à être utilisées telles quelles dans un reportage radio, du sur mesure en somme. Mais expriment-elles vraiment quelque chose d’utile ? ou résument-elles, au contraire, d’une manière simpliste un problème complexe ? Si c’est le cas, le journaliste radio devrait résister, ne pas les utiliser et donner lui-même une explication claire de l’événement ou de l’affaire qu’il couvre.

Image 10000000000000380000002A30BDE689.jpgSujet De Discussion
La pêche à la cut
Une bonne citation sonore constitue sans aucun doute un élément intéressant dans un reportage de nouvelles. Elle rend le récit plus vivant et diversifie les voix, ce qui aide à soutenir l’intérêt de l’auditeur. Mais des pressions importantes dans les salles de rédaction peuvent rendre les reporters obnubilés par la cut. Cela fait le jeu des relationnistes dont c’est le métier de préparer leurs clients à « fournir » ces extraits sonores sur mesure et certains personnages politiques ou leaders d’opinion font preuve d’une grande habileté. Les entendrons-nous davantage que les autres pour cette raison ? Quels sont les risques pour la démocratie de ce déséquilibre créé de toutes pièces par une technique journalistique ?
Que penser de ces reporters qui, à la fin d’un point de presse, demandent : « Redites-moi la même chose, mais en 15 secondes. J’ai besoin d’une cut, sinon ça ne passera pas » ? À quel point un journaliste peut-il agir sur le « formatage » de la nouvelle sans sortir des limites de sa fonction ?
Souvenons-nous de deux points essentiels : premièrement, l’importance d’une nouvelle n’est pas reliée à la qualité de la citation sonore, ni même à son existence. Et deuxièmement, les débats politiques et sociaux ne se réduisent jamais à un extrait de 15 secondes. Quoi qu’en pensent les relationnistes ! Rentrer bredouille de la pêche à la cut n’est pas un déshonneur.

23Certains cas relèvent directement de l’éthique journalistique. Par exemple, que faire si un candidat à une élection commet un nombre important de fautes de français ? Faut-il utiliser des citations sonores à la syntaxe fautive au risque de nuire au candidat ou au contraire « réparer » ses interventions au montage au risque de servir ce candidat ? Que faire si un extrait sonore suscite l’hilarité parce que l’accent du personnage, par exemple, le rapproche de la caricature à saveur raciste ? Chaque cas est unique, bien sûr, et doit être tranché comme tel. Notons cependant que le jugement des journalistes est toujours sollicité dans des cas comme ceux-là. Alors que le temps alloué à la réflexion est souvent court. Mais on peut dire à ce sujet qu’on ne risque jamais de se tromper en se laissant guider dans le travail de montage par ce sentiment que les Anglo-Saxons appellent fairness dont la traduction serait « le sens de l’équité ». Disons, plutôt, un sens « généreux » de l’équité. Il s’agit en fait de tenter de rendre la réalité de son mieux, et seulement la réalité, de ne tourner personne en dérision ni de soumettre personne à la moquerie, ce qui, de toute manière, ne sert pas l’intérêt public ni l’information juste auxquels sont en droit de s’attendre les auditeurs. Cela n’empêche pas l’humour, occasionnellement, mais cela lui impose évidemment des limites. Comme on le verra plus loin dans cet ouvrage, les tribunaux jugent d’ailleurs de plus en plus sévèrement ce qu’ils considèrent comme de la « malveillance » dans le traitement journalistique. Les plaintes sont souvent liés au montage des interviews et à la mise en contexte de ces montages.

Notes

1 <www.fpjq.org>.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search