Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Deuxième partie. Faire de l'information radio

8. L’interview

Texte intégral

1L’interview est l’outil principal des journalistes, et celui des journalistes de la radio aussi. Pour la radio, il peut s’agir de l’interview qu’on mettra éventuellement en ondes, intégralement ou en partie, mais aussi de toutes celles qu’on fera pour avancer dans la recherche et le cadrage de son sujet. Interroger le témoin d’un incendie ou poser des questions à l’attaché de presse d’un ministre sont des formes d’interviews que le journaliste radio peut être appelé à mener tous les jours.

2L’interview consiste évidemment à poser des questions pour obtenir des réponses qui informent et éclairent. Dans ce sens, l’interview est différente du simple entretien entre deux personnes, puisque l’une d’elles dirige la discussion. Ce n’est pas non plus une entrevue comme on en pratique dans le cadre du recrutement d’un employé dans une entreprise, par exemple, parce que le journaliste radio doit constamment garder en tête qu’il est un médiateur entre le sujet dont il traite et le public qu’il doit servir. Le journaliste doit demeurer conscient de cette double fonction qu’il remplit : il s’adresse verbalement à une seule personne – ou à quelques-unes, dans le cas d’un débat –, mais il destine cette conversation à un vaste public. La finalité de l’échange est l’auditoire.

3L’interview consiste donc à poser des questions, mais elle consiste d’abord et avant tout à écouter. Ce sont en premier lieu les qualités d’écoute qui serviront le mieux un intervieweur. Le principe d’ailleurs est universel. Qui d’entre nous a envie de parler à quelqu’un qui ne l’écoute pas ? Il faut donc être prêt à supporter les silences pour attendre la réponse que l’on cherche. L’intervieweur silencieux au bon moment met – discrètement – une forte pression sur son interviewé qui craint davantage les silences que le journaliste lui-même. La nervosité empêche parfois certains journalistes de patienter assez longtemps pour atteindre cet objectif. Les silences font peur. Il faut apprendre à contrôler cette peur qui pousse certains intervieweurs à poser question sur question pour combler le silence.

QUESTIONS OUVERTES OU FERMÉES

4On s’entend généralement pour dire qu’il y a grosso modo deux types de questions pour mener une interview : celles qui sont concrètes et entraînent une réponse courte, mais précise, sont dites fermées ; celles qui entraînent une réponse longue, mais plus imprécise, sont dites ouvertes. Les questions fermées permettent de bien collecter les faits : « Combien y a-t-il de victimes ? » ne laisse pas beaucoup de place à l’interprétation de la part de la personne que l’on interviewe. « Y a-t-il des victimes ? » permet déjà à la personne interviewée d’élaborer une réponse plus complète. « Que savons-nous des victimes ? » ouvre encore plus la porte pour une réponse longue et complète. Dans les interviews que l’on appelle « serrées », le journaliste utilisera beaucoup de questions fermées. Il évitera ainsi les réponses évasives. On court cependant le risque de mettre de l’avant un ton inquisiteur, comme celui d’un interrogatoire de police, ce qui peut dans certaines circonstances créer un malaise chez les auditeurs.

5À l’inverse, si l’on cherche à obtenir le plus possible de renseignements et mettre en confiance des interviewés peu habitués aux médias électroniques, on utilisera principalement des questions ouvertes. Elles susciteront la confidence et les réponses auront un caractère narratif.

Questions ouvertes ou fermées ?
« Est-ce que vous aimez ce que vous faites ? » ou « Qu’aimez-vous dans ce que vous faites ? »
« Serez-vous candidat aux prochaines élections ? » ou « Comment voyez-vous votre avenir politique ? »
« Quels sont vos plans en cas d’échec ? » ou « Tous les sondages vous donnent perdant. Pourquoi restez-vous dans la campagne ? »

6Il ne faut pas confondre les questions ouvertes avec les questions hésitantes ou timides. Une question vague ou hésitante entraîne une réponse similaire. « Qu’avez-vous vu exactement ? » est une bien meilleure question à poser au témoin d’un accident que : « Pouvez-vous me dire quelque chose de cet accident ? »

7Il est donc essentiel de savoir ce qu’on cherche à obtenir par une interview, ce qui permettra notamment de choisir la meilleure technique pour que le résultat corresponde aux attentes.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
Il est souvent utile de référer à des faits précis et de les attribuer avant de poser une question. Ainsi : « Monsieur le ministre, certaines personnes vous accusent de népotisme. Que répondez-vous ? » est une question trop ouverte pour une interview politique qui suppose une certaine confrontation.
« Monsieur le ministre, l’opposition affirme que la compagnie Plus propre qu’une autre a obtenu un contrat majeur de votre ministère sans aucun appel d’offre. Avez-vous, personnellement, des intérêts dans cette compagnie, ou des amis à vous en ont-ils ? » ne permet pas de tergiversation.

LA PRÉPARATION

8Il est assez évident que, si l’on ne sait rien d’un sujet, on ne saura pas quelles questions poser. Ainsi, il est très risqué de se lancer dans une interview sans rien connaître du sujet dont on va traiter. Même tenter d’obtenir une interview de quelqu’un sur un sujet dont on ignore tout est beaucoup plus difficile que si l’on dispose de quelques connaissances minimales. Un interviewé potentiel sera en effet beaucoup plus enclin à accepter l’interview si le journaliste semble savoir de quoi il parle. L’interviewé potentiel conclura que l’interview peut se révéler intéressante et utile et imaginera que le journaliste est susceptible de mettre de l’avant des questions pertinentes. La pression des salles de rédaction, l’obligation qu’ont les émissions quotidiennes de mettre en ondes rapidement, par exemple, sont des facteurs qui font qu’on prend parfois ce risque de se jeter à l’eau sans savoir bien nager. Parfois, on a de la chance. Parfois, on coule !

LE CADRAGE

9Une fois la recherche bien amorcée, et l’interviewé sélectionné, il est temps de cadrer le sujet et l’interview, c’est-à-dire de choisir l’angle de traitement. Selon le temps alloué, il faudra en arriver à une synthèse du sujet plus ou moins étoffée. Si le traitement du sujet est court, il faudra très rapidement aller à l’essentiel. On ne peut pas tout traiter. Interviewer, comme monter, c’est choisir. Sur quelles bases faire ce choix ? Il faut tenir compte de l’intérêt public, en tout premier lieu, bien sûr. Et du lien, plus ou moins étroit selon le type d’émission pour laquelle on travaille, avec l’actualité. Voilà pour le fond. Il l’importe aussi de ne pas négliger la forme : l’angle de traitement sera d’autant plus percutant qu’il conviendra à la radio, c’est-à-dire qu’il permettra de mettre en valeur les caractéristiques spécifiques du média. Il n’est pas interdit de plaire à ses auditeurs par un environnement sonore riche et varié. Bien au contraire.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZOOM
La honte
Dans Asking Questions, Paul McLaughlin raconte l’histoire suivante. Pour le 20e anniversaire du film Autant en emporte le vent, une cérémonie avait été organisée à Atlanta, en Georgie, en présence notamment de l’actrice principale du film, Vivien Leigh. À son arrivée, un brillant reporter lui demande : « Quel rôle avez-vous joué dans le film ? », et elle lui répond : « Va voir le film, fiston… » Il est devenu écarlate et Scarlett a tourné les talons.

10Le cadrage de l’interview se dessine à travers la première question que l’on souhaitera poser. Cette première question donne aussi souvent son sens à l’interview : pourquoi telle personne sur tel sujet ? Répondre à cette question toute simple permet généralement de bien lancer son interview. Certains sujets semblent difficiles à cerner parce que de nombreux angles de traitement peuvent s’imposer. Prenons l’exemple d’une interview portant sur les mauvais traitements dont les enfants sont victimes de la part de leur famille ou de leur entourage. De nombreuses questions viennent à l’esprit : qui sont les bourreaux d’enfants ? Pourquoi agissent-ils ainsi ? Ont-ils toujours été victimes eux-mêmes de mauvais traitements dans leur enfance ? La société accorde-t-elle assez d’importance au problème ? Cela se manifeste de quelle façon ? La police et les tribunaux sont-ils équipés pour agir ? Les lois sont-elles assez sévères ? Chacune de ces questions – et de nombreuses autres – peut constituer un sujet à elle seule ou, si on établit entre elles une certaine hiérarchie logique, représenter des thèmes et sous-thèmes à explorer.

11Selon la personne interviewée, on définira une certaine stratégie d’interview. S’agit-il d’une personne redevable devant la population ? S’agit-il d’un témoin ? S’agit-il d’un spécialiste de la question qui nous informe de nouvelles découvertes dans son domaine d’études ? L’attitude de l’intervieweur sera différente dans ces trois cas. L’objectif poursuivi par l’interview le sera aussi. On doit comprendre ici que ces éléments sont inextricablement liés : l’objectif de l’interview, la personne interviewée, la longueur du traitement du sujet, la complexité de l’histoire à raconter. Tous ces éléments entrent en ligne de compte dans le cadrage de l’interview. Il est important de les faire coïncider parfaitement bien.

L’ENTENTE OU LE CONTRAT D’INTERVIEW

12Une fois que l’on sait de quoi on souhaite parler et avec qui, il reste à négocier cette interview et à convaincre quelqu’un de la nécessité d’y consacrer un certain temps sans aucune autre rémunération que de contribuer à l’information de ses concitoyens et – peut-être – à sa propre notoriété.

Image 10000000000000380000002A30BDE689.jpgSujet De Discussion
Faut-il toujours tout dire ?
Selon certains journalistes, il peut être indispensable dans certains cas – rares – de voiler un peu l’essentiel du travail que l’on veut faire avec une interview pour réduire les risques de refus. Par exemple, si un comité de citoyens informe un journaliste de cas patents de corruption dans la gestion de la municipalité, il serait difficile de dire clairement qu’on enquête sur la gestion des fonds publics, mais, sans mentir, on pourra dire que l’on souhaite mettre de l’avant les préoccupations du comité de citoyens. D’autres croient au contraire que la vérité rapporte toujours plus. Même quand elle est difficile à énoncer.

13On peut compter autant de techniques d’approche que de journalistes ou de recherchistes à la radio, mais la règle d’or consiste généralement à faire parler l’interviewé potentiel pendant quelques minutes pour l’amener à répondre à une série de questions de préinterview avant d’annoncer vraiment l’intention qu’on a de l’interviewer en ondes. On vérifie ainsi qu’il s’agit de la bonne personne qui pourra répondre à nos objectifs. On observe sa capacité de s’exprimer simplement et correctement et on teste également l’étendue de sa connaissance du sujet.

14Au cours de cette première discussion, il est impératif que le journaliste s’identifie clairement ainsi que le média pour lequel il travaille. Il est très important aussi d’expliquer le sujet dont on veut traiter et, sans jamais fournir les questions d’avance, on peut énumérer les champs d’intérêt qu’on aimerait couvrir. Personne n’est tenu d’accorder une interview à un journaliste. À cette étape-ci, le journaliste est clairement en demande. Il peut être souvent utile de le dire à l’interviewé potentiel : on a besoin de lui.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZOOM
Ne présumez pas que l’Ayatollah ne parlera pas…
La recherche exige une bonne dose de détermination. Comme avait l’habitude de le dire le journaliste Jean Dussault de la radio de Radio-Canada : « Si on ne l’appelle pas, il ne nous appellera pas… » Une bonne façon de résumer que la recherche ne peut pas être passive.
Dans le même ordre d’idées, Paul McLaughlin raconte l’anecdote suivante, survenue lors de la prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran en 1979 après la révolution islamique dont l’Ayatollah Khomeyni était la figure emblématique. Avi Cohen, le recherchiste de l’émission Daybreak à la radio de la CBC, suggéra à l’équipe d’essayer d’interviewer l’Ayatollah au lendemain de la prise d’otages. Il était 6 heures du matin à Montréal. « Bien sûr, bien sûr », répondit-on autour de lui. Quelques minutes avant la fin de l’émission, il était près de 9 heures, Avi Cohen eut en ligne une personne qui parlait anglais. Elle était assise à côté de l’Ayatollah Khomeyni à Téhéran… Daybreak obtenait ainsi – par interprète interposé – la première interview de l’Ayatollah après la prise d’otages. Avi Cohen avait appelé en Iran un nombre incalculable de fois. Lorsque, finalement, il obtint une téléphoniste qui s’exprimait en français, il lui fit croire que la ligne téléphonique qu’il avait avec l’Ayatollah avait été coupée… Elle lui donna alors un numéro à composer. Celui de l’Ayatollah…

15Dans la plupart des cas, il convient de spécifier la durée de l’interview et les grandes lignes du projet. Cette interview s’inscrit-elle dans un projet plus large ? Qui sont les autres participants ? Combien de temps consacrera-t-on au sujet ? Et combien de temps prendra-t-on pour faire cette interview ? Tout interviewé potentiel est en droit d’avoir la réponse à ces questions. Et ces ententes que le journaliste conclut avec ses sources éventuelles, il doit les respecter. Cela constitue une sorte de contrat moral. Par exemple, si on s’entend pour que l’interview dure 10 minutes et qu’après ce temps, le journaliste souhaite continuer, il doit reformuler sa demande à l’interviewé. De la même manière, lorsque le journaliste souhaite aborder des thèmes qu’il n’a pas annoncés d’avance, il doit faire valider ce changement dans l’entente. Se conduire autrement, en braconnier, discrédite gravement la profession et par la suite complique le travail de tous les autres journalistes.

PRÉPARER LES QUESTIONS

16Le degré de préparation à une interview peut varier selon les journalistes. Certains croient nécessaire de préparer une liste de questions précises avec un point d’interrogation à la fin de chaque phrase. D’autres se contentent de noter les champs d’intervention pour s’assurer de bien couvrir l’ensemble du sujet, mais gardent la formulation des questions pour le dernier moment, celui de l’interview elle-même. D’autres, enfin, n’ont rien d’écrit. Ce qui fait l’unanimité cependant, c’est la nécessité de ne jamais lire les questions que l’on a rédigées et, surtout, d’être capable d’improviser des sous-questions pertinentes au fur et à mesure du déroulement de l’interview. Le fait d’avoir trop de questions devant lui peut empêcher un intervieweur de développer une bonne écoute et lui faire rater de précieuses occasions d’intervenir sur un mode plus spontané, bref de réagir aux propos de l’invité.

MENER L’INTERVIEW

17Interviewer quelqu’un exige une attitude dynamique de la part du journaliste. Ce dynamisme sera contagieux et l’interview y gagnera en rythme et en intérêt. Les questions seront aussi intéressantes que possible et donneront le goût d’entendre la réponse. Inutile d’essayer d’intéresser quelqu’un d’autre si l’on s’ennuie soi-même en posant des questions ! On n’y échappe pas : il n’y a pas de mauvais interviewés, il n’y a que de mauvais intervieweurs. C’est sur les épaules du journaliste que repose la responsabilité d’obtenir une bonne interview. Pas l’inverse.

18Dans une interview, il n’y a ni gagnant ni perdant. Il est important de maintenir un rapport égalitaire, sans arrogance et sans mépris.

19Néanmoins, l’intervieweur doit mener le jeu. On s’efforce de rester calme en toutes circonstances et on développe la conviction que chaque question posée est pertinente et mérite une réponse.

20Maintenir un contact visuel en tout temps avec la personne que l’on interviewe est la meilleure manière de garder le contrôle. Le regard fuyant du journaliste risque de provoquer une réaction semblable chez l’interviewé. Le contact visuel témoigne aussi d’une marque d’intérêt pour les propos que l’on tient, ce qui devrait entraîner une communication plus riche et dense.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
« Le divan, la chaise et la sellette »
Dans le livre Faire dire, Claude Sauvé développe une typologie intéressante de l’interview qu’il regroupe selon trois catégories : le divan, la chaise et la sellette. Selon les objectifs que l’on poursuit, on se comportera comme si l’interviewé était confortablement assis sur un sofa : il possède l’information que l’on cherche à obtenir. Ou encore comme si l’interviewé était assis sur une chaise, pour confronter l’information dont disposent les deux parties. Ou, enfin, comme si l’invité était assis sur une sellette, ce petit siège de bois sur lequel on faisait asseoir un accusé devant un tribunal : le journaliste mène une démarche d’enquête, de mise au point, de critique ou de controverse. Cette réflexion expose bien la posture dans laquelle l’intervieweur se trouve au moment d’amorcer son interview. Toute l’interview en sera teintée : questions plus ou moins fermées, question d’ouverture plus ou moins serrée, ton plus ou moins empathique.

LA QUESTION D’OUVERTURE

21Elle est importante parce qu’elle donne le ton général. Elle servira selon le cas à réchauffer l’atmosphère pendant l’interview si elle est empathique, ou à donner le ton d’une interview serrée si elle est directe et qu’elle met l’interviewé sur la sellette d’entrée de jeu. Poser des questions embarrassantes est une tâche difficile. Elle répugne à beaucoup d’intervieweurs. Après tout, personne n’a envie de se faire détester ! Néanmoins, certaines questions difficiles doivent être posées. Le journaliste radio doit se rappeler qu’il n’est pas là pour se faire aimer. Il peut être utile de formuler d’avance les questions difficiles que l’on doit poser pour se les mettre en bouche, pourrait-on dire. Elles seront formulées plus facilement et avec plus de naturel.

CLORE L’INTERVIEW

22On a souvent envie de boucler rapidement une interview que l’on estime terminée pour revenir à un mode normal d’échange ou, plus rarement, pour se libérer de l’interviewé. Il est préférable de prendre son temps à la fin de l’interview. Il faut remercier l’interviewé avant de partir, et il est conseillé de prendre quelques minutes à la fin pour demander aux personnes que l’on interviewe si elles sont satisfaites de ce qui vient de se passer. Ou, mieux encore, si elles ont quelque chose à ajouter ; s’il y a un élément important que l’on n’a pas traité au cours de l’interview ; si elles souhaitent ajouter quelque chose. Ce sont de petites attentions qui viennent boucler le contrat d’interview. Tout s’est bien passé. Le document sonore que l’on a entre les mains nous appartient. On peut désormais le rendre public.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
Dans les échanges courants entre individus, il est fréquent – pour stimuler la communication – d’opiner aux propos de son interlocuteur. On hoche la tête, on sourit. Ce sont des marques d’intérêt, de politesse. Au cours d’une interview, il faut renoncer à ces expressions non verbales et plus encore à des manifestations sonores d’approbation comme : « Hum… Hum… » ou « Ah ! bon ! » L’interviewé n’a pas à attendre votre appréciation. Ultimement, on peut être mal à l’aise de donner l’impression d’approuver les propos de l’interviewé. Il faut prendre conscience aussi que la tentation de commenter les propos est encore plus forte lors d’une interview téléphonique. Lorsque l’on se parle sans se voir, on a encore plus tendance à utiliser ces signes d’approbation.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search