Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Deuxième partie. Faire de l'information radio

7. La recherche

Texte intégral

1La recherche prend en radio une place si importante que des journalistes consacrent toute leur carrière à cette fonction dans les médias électroniques. Parfois par choix, mais parfois au hasard d’un poste finalement disponible quelque part. Ces recherchistes professionnels sont souvent rattachés à une émission ou à un type d’émissions. Certains – certaines surtout, encore bien plus souvent – sont plus à l’aise en coulisse que derrière le micro, mais il faut les entendre négocier des interviews avec une aisance et une conviction sans limites au téléphone. Après quelques années, le carnet d’adresses de courriel et de numéros de téléphone des meilleurs d’entre eux est rempli de contacts alléchants et ils sont en mesure de joindre des personnalités importantes en quelques minutes y compris, parfois, dans leur voiture ou à leur maison de campagne. C’est un travail qui demande cependant une certaine abnégation. C’est souvent l’animateur ou l’animatrice qui profitera de la reconnaissance du travail accompli par les recherchistes. Du moins dans le public, parce que, à l’interne, en revanche, on sait bien à qui revient le mérite et les bons recherchistes bénéficient d’un respect réel de leurs collègues.

2Quelle que soit la fonction du journaliste, la recherche est importante – sinon fondamentale. Dans les médias électroniques, elle permet de cerner correctement un sujet et de poser des questions pertinentes tout en évitant la routine des questions « fétiches » sur lesquelles se rabattent des journalistes mal informés au début d’une interview et elle permet de bien « challenger » un interviewé intéressant. On comprendra mieux ce qui est dit et ce qui reste à dire parce qu’on aura un niveau profond de compréhension du sujet. Être au fait de ce qu’un interviewé sait est aussi une bonne manière de créer avec lui un rapport de confiance qui donnera une interview conviviale.

3Enfin, la recherche permet de choisir les sources auxquelles on s’adressera pour obtenir plus d’information et celles qu’on diffusera. Ces derniers éléments indiquent bien à quel point la recherche est au cœur du processus de construction des émissions d’information dans une perspective démocratique et citoyenne.

LA RECHERCHE ET INTERNET

4L’apparition des moteurs de recherche sur Internet est venue modifier considérablement le travail de recherche des journalistes. Plusieurs ouvrages traitent en profondeur de ces nouveaux moyens de trouver de l’information sur tous les sujets et sur presque tout le monde. Retrouver tout ce qui a été dit ou fait autour d’un événement est aujourd’hui un jeu d’enfant. Confronter un personnage à ses déclarations antérieures est beaucoup plus facile avec l’arrivée de nouvelles techniques d’archivage du son et de l’image. Loin le temps où l’on devait se contenter d’un épais dossier de coupures de presse monté au centre de documentation de sa station de radio ou à la bibliothèque.

5Internet ouvre aussi de formidables portes sur l’information partout dans le monde. Certains sites électroniques de médias écrits ou audiovisuels donnent ainsi accès à une information de premier ordre et fiable. Des journaux en ligne, qui correspondent aux normes généralement exigées du journalisme dans les pays occidentaux, sont aujourd’hui diffusés par Internet en provenance de nombreux pays en développement d’où l’information sort rarement. Des internautes peuvent aussi devenir de véritables sources d’information sur ce qui se passe chez eux et informer rapidement la presse étrangère de changements politiques ou d’événements imprévus. Ce nouvel outil – même s’il est encore beaucoup moins présent dans les pays en développement que dans le reste du monde – pourrait permettre d’inverser un peu le cours de l’information et aider les journalistes occidentaux à tenir compte davantage de ce qui se passe ailleurs que dans les pays riches. Ainsi, il est possible aussi – grâce à Internet – de préparer un reportage à l’étranger en contactant à l’avance de nombreuses sources potentielles autour du sujet que l’on souhaite développer sur place.

6Néanmoins, il faut se prémunir contre une certaine tendance à la facilité. Internet, c’est bien, mais ce n’est pas tout. S’en contenter, c’est s’empêcher dans une large mesure de se créer un réseau de contacts, de sources et de connaissances personnelles. Se priver de parler directement à des personnes concernées de près ou de loin par le sujet qu’on traite revient à s’imposer un handicap parce que, de chaque conversation, un journaliste tirera quelque chose. De nouveaux angles de traitement du sujet, ou bien de nouveaux noms de personnes à contacter, par exemple, ou même, auprès de certains, l’autorisation très utile d’appeler quelqu’un d’autre en disant : « C’est monsieur Untel qui m’a donné vos coordonnées. » Ces vrais échanges autour d’un sujet sont généralement très productifs.

7Et puis, il convient toujours de se rappeler que toutes les sources d’Internet ne répondent pas aux mêmes exigences de vérité et d’intégrité que l’on attend des journalistes. Des groupes d’intérêt sont très actifs sur Internet, et la propagande et les tentatives de manipulation des médias sont là aussi fréquentes.

CERNER LE SUJET

8La recherche est également importante non seulement pour éviter le ridicule qui, s’il ne tue pas, peut quand même faire très mal, mais aussi pour savoir ce que l’interviewé dit et ce qu’il ne dit pas. Elle doit permettre – à mesure qu’elle se déroule – de cerner le sujet et ses angles de traitement. Les champs qu’on trouve intéressants se dessinent aussi et les questions susceptibles de les couvrir se présentent d’elles-mêmes. La recherche permet également de donner à des événements une perspective historique. Si l’on discute de la même question depuis 20 ans, ce n’est pas anodin. Cela fait partie de l’histoire à raconter et le journaliste doit le savoir.

9Une interview mal préparée fait souvent perdre beaucoup de temps. À la personne interviewée comme au journaliste. On pose trop de questions inutiles ; certaines sont fréquentes et le journaliste devrait les connaître. Par exemple, il n’est pas acceptable de commencer une interview en demandant à un président d’association : « Combien y a-t-il de membres dans votre association ? » ou « Quel est le mandat de votre groupe ? » Ce sont des questions inintéressantes et paresseuses. Elles dénotent en plus un manque flagrant de considération de l’intervieweur pour son interviewé.

10La recherche bien menée permet en revanche au journaliste de mieux comprendre les enjeux de son sujet. Ainsi, pourquoi telle personne accepterait-elle de parler publiquement ? Quel est son intérêt à le faire ou, au contraire, quels risques cela lui fait-elle courir ? Le journaliste a intérêt à connaître les réponses. Elles seront utiles pour négocier l’interview, d’abord, mais aussi pour comprendre l’état d’esprit de la personne qu’on s’apprête à interviewer et, de cette manière, pour anticiper adéquatement le déroulement de l’interview.

À QUI LA PAROLE ?

11Les journalistes des médias électroniques doivent mesurer l’impact social de leurs décisions de donner ou non la parole à l’antenne. Être entendu à la radio ou à la télé peut donner un immense prestige, et partant, un immense pouvoir. Être reconnu par les médias comme une sommité dans son domaine ou comme une personne incontournable sur un sujet confère une très grande légitimité aux sources ainsi mises en valeur. Ces décisions, des choix éditoriaux en somme, doivent reposer sur une réflexion approfondie de ce que l’on veut faire, pas sur la paresse de toujours donner la parole aux mêmes sources que l’on sait habiles en ondes ou faciles à joindre et généralement disponibles… Ni se contenter de donner la parole aux mêmes sources que les autres médias par effet de mimétisme ou par manque d’assurance. Encore moins se satisfaire d’interviewer des personnes connues parce que la cote d’écoute s’en ressentira ou succomber aux efforts des relationnistes et accepter, de facto, leurs suggestions.

12La première règle devrait être de chercher à donner la parole, en tout premier lieu, aux personnes le plus près d’un événement que l’on cherche à décrire. On privilégie toujours la source primaire, c’est-à-dire celle dont le journaliste sait avec certitude qu’elle est en prise directe avec l’événement ou dont il a lui-même connaissance sans intermédiaire.

  • 1 Voir à ce sujet Brent Cunningham, rédacteur en chef de la revue Columbia Journalism Review qui publ (...)

13Parfois, le choix va de soi. Dans le cas d’un témoignage, par exemple, le témoin s’impose de lui-même. Mais le meilleur témoin ne peut témoigner que de ce qu’il a vu. Pour le reste, les journalistes doivent être garants de la diversité des opinions. Cela ne signifie pas devoir « donner les deux versions » d’une même histoire. Souvent, il n’y en a qu’une seule qui soit vraie. C’est celle-là que l’on doit transmettre. La tradition de rapporter que : « Monsieur Untel prétend telle chose et madame Unetelle telle autre » n’a plus cours en journalisme radio dans les stations de radio. Il est du devoir des journalistes de s’assurer de la véracité des faits qu’ils rapportent. Plusieurs universitaires mettent en garde les journalistes contre une approche primaire et sans nuance de l’objectivité1.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
Comment se sortir d’une situation comme celle-ci ? Voici deux candidats dans une élection municipale. Le premier, le maire sortant, affirme que chaque employé municipal représente une charge financière de X dollars par an. Le second candidat affirme quant à lui que la somme est bien supérieure à ce qu’admet le maire sortant. Le journaliste doit-il se contenter de rapporter ces divergences en donnant la parole à tour de rôle aux deux candidats, et en allouant le même temps à chacun ?
Non, bien sûr, cela n’est plus la façon de faire de nos jours même si, pendant longtemps, cette technique était perçue comme la seule vraiment « objective ». Le journaliste doit plutôt expliquer d’où vient la divergence, s’il le peut, mais surtout vérifier lui-même le montant dans l’échelle salariale qui figure à la convention collective des employés municipaux et en faire part à ses auditeurs même si, agissant ainsi, il peut donner l’impression de prendre parti. Ce n’est pas le cas. Il est le seul de ces trois joueurs à ne défendre aucun intérêt.

L’INFLUENCE

14Les médias donnent souvent davantage la parole aux organismes qu’ils jugent importants en fonction de critères largement discutables. Certains organismes communautaires ou sans but lucratif se sentent souvent délaissés par les médias qui semblent leur préférer des organisations plus riches, avec plus de moyens pour faire valoir leur point de vue grâce au travail de relationnistes professionnels spécifiquement chargés de cette tâche.

15Il est clair aussi qu’il y a des effets de mode. Certains organismes sont sollicités à des moments stratégiques parce qu’ils semblent « avoir le vent dans les voiles », parce que leurs porte-parole ont un bon sens du spectacle ou parce que l’effet de répétition des médias finit par les présenter comme des ressources incontournables sur un sujet donné même s’ils ne représentent qu’un courant social marginal. La vigilance et le jugement des journalistes sont ici requis.

16Il convient aussi de mettre en parallèle, si c’est ce qu’on veut faire, des organisations qui le sont vraiment, et, notamment, parce qu’elles peuvent revendiquer un nombre comparable de membres, ou une influence de même nature, ou encore des objectifs qui se ressemblent d’une manière ou d’une autre. Il est trop facile de mettre face à face des organisations sans aucune commune mesure. Un regroupement ad hoc d’une poignée d’individus face à une organisation largement représentée et dont les représentants sont démocratiquement élus, par exemple. Il ne faut pas perdre de vue que presque tous les traitements médiatiques donnent une grande légitimité à ceux qu’ils mettent en ondes. Une recherche approfondie est nécessaire pour prendre, en toute connaissance de cause, ces décisions importantes tout en dépassant le stade de ses propres préjugés.

17Avec le temps, les auditeurs deviennent également des sources intéressantes pour les journalistes radiophoniques vers lesquels ils se tournent parce qu’ils les écoutent et estiment leur travail. Il y a souvent de bonnes histoires issues du public et une gratification certaine pour le journaliste choisi parmi ses collègues comme dépositaire de cette information.

L’homme de paille

18Certaines situations exigent une grande vigilance de la part des journalistes. Ils peuvent ainsi être confrontés aux propos prétendument tenus par une personne, mais interprétés par d’autres, souvent des opposants. Par exemple, des étudiants diront : « La direction du collège s’oppose sûrement à notre idée X. La dernière fois, elle n’était pas d’accord avec notre idée Y. » Il s’agit là d’un argument fallacieux, celui de l’« homme de paille ». Ici, les journalistes ont l’obligation de vérifier les faits auprès des personnes concernées. On peut voir aussi un argument « homme de paille » dans l’énoncé suivant : « Il est pour la peine de mort, puisqu’il est opposé à l’avortement… » L’objectif ici est d’attribuer un argument, une opinion, à un adversaire pour le démonter. On associe un opposant à des opinions qu’il n’a pas émises.

L’appel à l’autorité

19Les journalistes doivent être particulièrement attentifs devant un autre procédé : toutes les causes ont leur expert, toutes les idées ont leurs « autorités en la matière ». L’appel à l’autorité consiste donc à défendre un argument, non pas à son mérite, mais parce qu’il est soutenu par une personne savante ou célèbre ou puissante.

20Ainsi, certains médias semblent même croire que le fait de jouer un rôle dans un film rend l’acteur plus compétent pour parler d’un sujet que les autres citoyens lorsqu’ils lui demandent de commenter une décision en rapport avec le sujet du film. Les groupes de pression qui utilisent les services de personnes connues comme porte-parole d’un événement ou d’une cause utilisent aussi ce procédé. Par exemple, devrions-nous être contre le harnachement hydroélectrique d’une rivière parce qu’un comédien célèbre l’est ? Dans le même esprit, vendre des milliers de livres ne rend pas leur auteur plus compétent à discuter de la société dans laquelle on vit. Le fait d’être très riche n’est pas non plus une indication de l’expertise d’un chef d’entreprise sur les relations de travail, par exemple, et son vote n’a pas plus de poids qu’un autre dans l’urne.

LE JOURNALISME D’ENQUÊTE

21On ne s’entend pas toujours sur la définition à donner au journalisme d’enquête ou investigateur. En principe, toute forme de journalisme est un journalisme d’enquête au sens où il ne tient pas la vérité ni pour acquise ni pour immédiate. Néanmoins, on considère généralement que le journalisme d’investigation proprement dit concerne l’examen approfondi des institutions et des activités politiques qui touchent une grande partie de la population.

22Le journalisme d’enquête ou d’investigation n’a pas toujours la part belle dans les stations de radio. Pourtant, les journalistes radio sont d’abord des journalistes et à ce titre peuvent très bien se démarquer du travail quotidien en menant des recherches approfondies sur différents sujets pendant une période plus longue que celle qu’exige leur travail habituel. Pour y arriver, il faut évidemment une volonté de l’entreprise de presse de permettre ce genre de travail en libérant certains employés assez longtemps pour qu’ils puissent y arriver. Les effectifs en radio sont souvent trop réduits pour que certains journalistes aient le loisir de le faire sans surcharger leurs collègues.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZOOM
Une vraie pro !
La journaliste de la radio de Radio-Canada, Johanne McDuff, a fait la preuve, au début des années 1990, que la radio pouvait fort bien jouer un rôle important en journalisme d’investigation. En juillet 1993, la journaliste a mis au jour des informations mettant en cause la Croix rouge canadienne sur la contamination de personnes hémophiles par le virus du sida. Elle a démontré que la Croix rouge continuait de faire des transfusions qu’elle savait dangereuses alors que des produits sécuritaires étaient déjà disponibles. Son enquête mènera à la mise sur pied de la commission Krever pour faire la lumière sur cette affaire. Johanne McDuff a mené cette enquête au grand jour et sans déroger aux pratiques professionnelles généralement admises.
Source : <http://archives.cbc.ca/IDC-0-13-850-4937/desastres_tragedies/sang_contamine/clip>.

23Le journalisme d’enquête autorise-t-il les journalistes à déroger à certaines règles déontologiques au nom du résultat ? On attend généralement des journalistes qu’ils collectent l’information de façon ouverte et par des moyens honnêtes, sans tromperie ni tricherie. Il existe cependant des situations où la fin justifiera les moyens. La règle générale dans ces cas-là ne s’applique plus, mais comment prendre cette décision de déroger aux pratiques acceptées ? Le professeur Marc-François Bernier suggère que les journalistes se demandent s’ils pourront justifier publiquement ce comportement professionnel et quels changements positifs on est en droit d’attendre comme résultat de leur travail. En fait, il est important que ces décisions soient prises pour les bonnes raisons, c’est-à-dire pour faire progresser la communauté desservie par cette radio. Il faut évidemment résister à l’idée de déroger aux normes pour des motifs liés à la concurrence et à l’accroissement de la part de marché malgré les pressions subies.

Notes

1 Voir à ce sujet Brent Cunningham, rédacteur en chef de la revue Columbia Journalism Review qui publiait un texte sur le sujet en 2003, intitulé « Re-thinking Objectivity ». On peut le lire à d’adresse suivante : <cjr.org/issues/2003/4/objective-cunningham.asp>.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search