Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Deuxième partie. Faire de l'information radio

6. Le choix des sujets dans les émissions d’affaires publiques

Texte intégral

1L’information à la radio peut déborder très largement du cadre spécifique assez strict des bulletins de nouvelles. Les radios parlées disposent d’outils remarquables pour contribuer à l’information des citoyens de leur communauté. Ce que l’on nomme au Canada « les affaires publiques », selon le modèle des émissions de public affairs hérité des médias électroniques britanniques, sont constituées d’une grande variété d’émissions de type « magazine ». Leur mission est d’aller au-delà de l’information événementielle caractéristique des nouvelles pour donner à cette information une nouvelle dimension par l’analyse, la mise en contexte ou les rappels historiques, par exemple, autour d’un événement. Ces différentes manières d’appréhender et de décrire l’actualité réclament l’utilisation de nouveaux outils en radio comme le débat en table ronde, le reportage ou l’interview, qui prend aussi de nouvelles formes, spécifiques au projet entrepris.

DES NOUVELLES AUX AFFAIRES PUBLIQUES : DÉMONTER L’ÉVÉNEMENT

2La démarche intellectuelle pour construire une émission d’affaires publiques à la suite d’un événement présenté dans un bulletin de nouvelles est à la fois simple et complexe. Simple parce qu’il s’agit uniquement de répondre à quelques questions que cet événement soulève. Complexe parce que l’on doit prendre la juste mesure de l’intérêt de ses concitoyens pour l’événement et, surtout, parce qu’il faut choisir, donc exercer un jugement sur l’importance de l’événement et sur la nature du traitement à lui accorder.

3Tous les sujets justifiés dans un bulletin de nouvelles le sont-ils dans une émission d’affaires publiques ? Probablement, sous une forme ou une autre. Prenons l’exemple extrême d’un simple fait divers : un piéton a été heurté par une voiture et il est mort au cours de son transport à l’hôpital. Quelles questions cet événement soulève-t-il ? En voici quelques-unes : est-ce le premier accident du genre à survenir à cet endroit, ou, au contraire, est-ce un accident de plus dans une série ? Y a-t-il souvent des accidents qui impliquent des piétons ? Le conducteur de la voiture était-il en état d’ébriété ? S’agit-il d’un jeune conducteur inexpérimenté ou, au contraire, d’un conducteur très âgé ? Les secours sont-ils arrivés rapidement sur les lieux ? Les soins ont-ils été prodigués rapidement à l’urgence de l’hôpital ? Toutes ces questions consistent à démonter l’événement et son déroulement, et les réponses positives ou négatives qu’elles entraînent contiennent peut-être des éléments suffisants pour justifier de pousser plus loin la réflexion sur ce simple accident de la route dans le cadre d’une émission d’affaires publiques.

ANALYSER ET METTRE EN CONTEXTE POUR POURSUIVRE LA RÉFLEXION

4L’essentiel de la démarche d’information en affaires publiques consiste à poursuivre la réflexion autour d’un événement, d’un fait de société ou d’un aspect de cette vie en société. La démarche analytique permet aux journalistes de discerner les différentes parties de cet événement et de faire découvrir les liens qui les unissent. On peut aussi choisir de mettre en contexte ou en perspective un événement ou un fait de société. C’està-dire qu’on choisira alors de donner une vue d’ensemble d’événements apparemment isolés. Le reportage analytique qui décortique en quelque sorte une nouvelle ou un événement de notre vie collective permet à l’auditoire de comprendre le contexte et de situer les enjeux. Bref, de bien fonder son opinion, une fois éclairé par cette réflexion. Le rôle du journaliste est ici de comprendre les questions que la population est susceptible de se poser sur un sujet donné et de trouver les réponses.

5Pour y parvenir, différentes options s’offrent au journaliste radio : il peut illustrer les forces en présence dans un conflit, ou encore tenter de prévoir les conséquences d’une décision politique ou administrative. On peut aussi chercher à fournir une dimension historique à un événement qui semble ponctuel. Dans certains cas, il sera utile et opportun de rappeler les enjeux collectifs de certaines décisions ou encore de spécialiser le débat pour certains types d’émissions particulières comme les émissions d’affaires publiques à contenu économique ou scientifique.

6La majorité des journalistes continuent de penser qu’ils doivent alimenter la réflexion de leurs concitoyens en expliquant les événements par le recours aux faits. C’est une erreur de reprendre une opinion sans l’attribuer, comme si elle était le fait du journaliste lui-même. Néanmoins, il n’est pas toujours facile de distinguer les faits. Le journaliste prudent doit être bien conscient de ce qui peut empêcher de connaître les faits.

« Un homme âgé de 70 ans est mort dans l’incendie de son appartement dans le quartier Saint-Roch à Québec. » C’est un fait. Il n’est pas nécessaire d’attribuer la nouvelle.
Par contre : « Un homme âgé de 70 ans est mort dans l’incendie de son appartement dans le quartier Saint-Roch à Québec. Le feu semble s’être déclaré parce que la victime s’est endormie avec une cigarette » doit être attribué ainsi : « Un homme âgé de 70 ans est mort dans l’incendie de son appartement dans le quartier Saint-Roch. La police croit que le feu s’est déclaré parce que la victime s’est endormie avec une cigarette. »

LE TYPE DE TRAITEMENT : INTERVIEW, DÉBAT, REPORTAGE

7C’est souvent l’actualité du sujet, le type d’émission d’information et le temps dont on dispose pour réaliser sa production qui déterminent le traitement qu’on donnera à un sujet. Certains sujets doivent être traités immédiatement. Sinon, ils perdent beaucoup de leur intérêt. Par ailleurs, certaines émissions ont un format qui privilégie l’interview, le reportage long, le dossier ou même le documentaire audio. Enfin, un sujet qu’on attaque à 8 heures le matin pour le livrer dans une émission d’analyse à 12 h 30 le même jour n’aura pas le même format qu’un sujet semblable traité le mardi matin pour une émission diffusée le dimanche suivant.

L’interview d’actualité

8Certains traitements sont évidemment plus rapides que d’autres. Le plus rapide et le plus simple est sans conteste l’interview. La règle d’or aujourd’hui est de toujours tenter d’obtenir une interview avec une personne aussi près que possible de l’événement dont on traite. On s’est éloigné aujourd’hui des pratiques de journalisme radiophonique où l’on interviewait un spécialiste d’une question que l’on considérait – souvent à tort – comme un analyste neutre. L’expérience a démontré – notamment en ce qui concerne les analystes des questions constitutionnelles dont plusieurs ont fait le saut en politique active ! – que les analystes logent presque toujours quelque part et que leurs opinions se reflètent évidemment dans leurs analyses.

Le débat

9Le débat est un peu plus long à organiser et à produire, mais il est parfois l’occasion d’approfondir un sujet en abordant différents angles à la fois. Il convient toutefois à la radio de limiter le nombre de personnes invitées à participer au débat parce qu’il peut être difficile pour les auditeurs d’identifier clairement qui prend la parole au fur et à mesure même si le journaliste s’efforce de toujours identifier par son nom l’intervenant. On considère aujourd’hui que les débats les plus intéressants sont ceux dont les invités sont complémentaires plutôt que ceux où l’on cherche systématiquement l’affrontement. Ils permettent ainsi d’éclairer divers aspects d’un même sujet. Si elles sont parfois distrayantes, les altercations entre invités sont rarement informatives et ne contribuent pas à la meilleure compréhension d’un sujet.

10Le journaliste doit fixer le cadre du débat, déterminer son déroulement et faire accepter les règles par les participants. On peut s’entendre, par exemple, sur un premier tour de table au cours duquel chaque invité prend la parole pendant une durée déterminée d’avance, la même pour tous. Chacun pourra ensuite prendre la parole quand il le jugera opportun. Le journaliste qui anime ce débat devra en tout temps aider la prise de parole de chacun et rester équitable dans cette attribution du droit de parole. Le journaliste est ici non seulement la personne qui alimente le débat par ses questions pertinentes et bien senties, mais aussi l’arbitre auquel les invités doivent pouvoir faire confiance. Ce n’est pas un rôle facile. L’auditoire veut sentir que l’animateur – sans être désincarné – est capable d’ouverture face à toutes les idées qui sont exprimées dans le débat. On ne tient pas à entendre l’animateur soutenir un invité plutôt qu’un autre. L’équilibre d’un débat est difficile à maintenir. Certains animateurs radiophoniques en ont fait leur spécialité.

Le reportage d’affaires publiques

11Le reportage d’affaires publiques, ou dossier, ou documentaire audio est une catégorie à part dans le monde de l’information. Il est ce que la radio peut offrir de mieux à ses auditeurs et il est regrettable que les stations de radio y consacrent aussi peu de temps et de ressources. Le reportage d’affaires publiques se distingue du reportage de nouvelles principalement par sa durée. Alors que, dans un reportage de nouvelles, le journaliste doit s’en tenir généralement à 1 minute 30 ou 2 minutes, un reportage d’affaires publiques pourra durer 5 ou 6 minutes ou davantage en fonction du sujet et de l’émission dans laquelle il sera diffusé. La durée allouée au journaliste pour son travail est généralement fixée par le réalisateur de l’émission qui dispose d’une vue d’ensemble du travail des journalistes de son équipe. On verra au chapitre 11 l’art de structurer un reportage d’actualité ou d’affaires publiques de qualité.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search