Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Deuxième partie. Faire de l'information radio

5. La fabrication d’un bulletin de nouvelles

Texte intégral

1Des règles générales permettent de structurer un bulletin de nouvelles. Mais il est difficile de construire un bon bulletin de nouvelles sans avoir en tête une image plus ou moins précise de son auditoire. Il est aussi difficile de présenter des nouvelles locales à une communauté que l’on connaît mal. Pourtant, les journalistes radiophoniques sont souvent appelés à se déplacer au cours de leur carrière. Ils doivent donc être en mesure de s’adapter à ces changements pour comprendre la société qu’ils sont appelés à servir.

LES LOIS DE PROXIMITÉ

2On s’entend généralement pour dire que la radio locale – dont le nombre a malheureusement beaucoup diminué avec l’arrivée récente de grands conglomérats – est un média de proximité. Ses journalistes doivent d’abord se préoccuper de la vie autour d’eux. D’une manière cynique, on présente parfois ces lois de proximité comme immuables. Elles ne le sont pas. Le journaliste peut également s’efforcer d’intéresser ses auditeurs à un événement qui lui semble important, mais qui s’éloigne de ces lois.

3Ainsi, un auditeur de la radio est en principe plus intéressé – dans l’ordre – par quelque chose de nouveau ; plus encore si ce qui se passe se déroule maintenant ; son intérêt se maintient encore pour l’avenir rapproché ou un passé récent ; enfin dans un avenir et un passé lointains. L’écriture radio, on l’a vu, tient compte de cet élément caractéristique de l’auditoire radio. On considère aussi généralement que les auditeurs sont plus intéressés par ce qui se passe près de chez eux, c’est la loi de proximité géographique. Le quartier, la ville, la région sont les premiers centres d’intérêt.

4On sait également que certains facteurs affectifs interviennent dans l’intérêt plus ou moins soutenu de l’auditoire. Ainsi, les sujets qui traitent des enfants, d’argent, de sexe, les questions de vie et de mort sont des thèmes de prédilection des auditoires. Dans la lutte acharnée pour les cotes d’écoute, il n’est pas rare de voir des stations de radio et de télévision utiliser systématiquement ces lois de proximité pour fidéliser et accroître leur auditoire. Les journalistes devraient rester à l’écart de ces manipulations. Un événement survenu loin et hier, qui ne traite ni des enfants ni d’argent, peut évidemment avoir plus d’importance qu’un autre qui répond parfaitement aux lois de proximité… De la même manière, on ne peut pas se contenter de décrire des événements qui se déroulent seulement dans le quartier et qui concernent des enfants ou de l’argent !

5Néanmoins, les journalistes doivent être au courant de ces lois, ne seraitce que parce que leur travail consiste aussi à créer ce sentiment de proximité, même si les événements sont lointains et semblent ne pas concerner cet auditoire de prime abord. À eux le défi de prouver le contraire.

L’ORDRE DES NOUVELLES

6Le bulletin de nouvelles s’ouvre sur les nouvelles les plus importantes. Mais comment distinguer une nouvelle plus importante qu’une autre ? Une nouvelle est plus importante si elle est récente, si elle concerne un grand nombre de personnes, si l’événement dont elle parle se déroule près de chez soi et si elle a un grand impact sur la vie de la collectivité. La nouvelle qui répond à tous ces critères est la plus importante. Les suivantes se déclinent selon le nombre de critères auxquels elles satisfont.

7Le son ou l’extrait sonore ainsi que la présence ou l’absence d’un reporter en direct sur les lieux de l’événement jouent aussi un rôle important. Les premières nouvelles des bulletins sont généralement rapportées, quand c’est possible, par un reporter sur place et en direct. Cette hiérarchie permet de construire le line-up ou l’ordo du bulletin, c’est-à-dire l’ordre dans lequel les nouvelles sont présentées.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc de Pros
Quand on arrive quelque part…
Exploration 101 : ce que l’on devrait découvrir rapidement
1. Histoire
Quand, comment et pourquoi est née cette ville ?
Sa fondation a-t-elle été facile ? Repose-t-elle sur un travail de pionniers ?
Sur une grande compagnie forestière ou minière ? Y a-t-il eu des événements marquants : catastrophes naturelles, conflits de travail, période de chômage et fermetures d’usines ? A-t-elle connu des vagues particulières d’immigration ? Ou un déclin démographique ?
2. Géographie
Les noms des rues principales et des quartiers. Les rivières, les lacs, les attractions touristiques. Les problèmes de transport et le transport en commun. L’accent local de la langue parlée et certaines expressions caractéristiques.
3. Vie politique
Les noms des représentants politiques à tous les ordres de gouvernement et les partis dont ils sont issus. Les options politiques traditionnelles locales. Les représentants des regroupements syndicaux. Les responsables des services de police et des pompiers. Les associations de militants et les groupes de femmes ou maisons d’hébergement. Les controverses politiques et les grands projets collectifs de développement.
4. Communauté
Les principaux employeurs. Les arts, la culture, les festivals. Les sports et les activités populaires. Les meilleurs restaurants. Les lieux de regroupement des jeunes. Les écoles du coin et leur direction. Les médias locaux. La sécurité civile et les plans d’urgence. Les endroits à risque ou carrément dangereux. Les vedettes locales, et citoyens ou ex-citoyens célèbres.
Et tout ce qui permettra de mieux comprendre cette population que l’on sert.

LES TITRES OU MANCHETTES

8Les manchettes précèdent le bulletin proprement dit et leur rôle consiste à résumer une nouvelle très brièvement pour susciter l’attention de l’auditeur. Elles correspondent aux titres d’un journal. Alors que les jeux de mots prennent de l’expansion dans les titres des médias écrits, l’humour tient encore peu de place dans les manchettes radio. L’originalité et la créativité y ont leur place, mais l’information ne doit pas être déformée au profit d’une manchette inventive.

9Dans plusieurs cas, la manchette reprend l’amorce de la nouvelle, mais, si possible, encore plus brièvement, c’est-à-dire avec rarement plus de 10 mots. On tolère dans les manchettes l’absence de verbes, mais ils ne sont pas interdits pour autant.

« L’ours polaire menacé » introduira une nouvelle sur la volonté exprimée de protéger les ours polaires, comme une espèce menacée devant être protégée.
« Le lait bio de plus en plus populaire » présentera une nouvelle faisant état de la production de lait d’appellation biologique deux fois plus importante qu’il y a cinq ans.
« Washington condamne de nouveau l’Iran » annoncera une nouvelle sur le bras de fer entre les deux pays concernant l’usage de l’énergie nucléaire.
Ou « Démission-surprise du député Untel soupçonné de fraude »...

10Certains secrétaires de rédaction ont développé avec le temps des habiletés surprenantes dans l’écriture des manchettes. Et, s’il est vrai que, plus on fait de titres, plus on développe ses capacités à les rédiger facilement, des dispositions à la synthèse et à la phrase-choc seront utiles pour remplir cette fonction.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search