Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Deuxième partie. Faire de l'information radio

4. L’écriture radio

Texte intégral

LES RÈGLES GÉNÉRALES DE LISIBILITÉ : ÉCRIRE POUR L’OREILLE

1L’écriture des médias électroniques est d’un type très particulier. Contrairement à la presse écrite où le lecteur peut revenir sur le texte, l’auditeur n’a pas de deuxième chance pour comprendre le propos. Il n’en a qu’une seule. Il faut donc privilégier un vocabulaire usuel et simple sans toutefois tomber dans le simplisme. Les jargons administratifs, les clichés et les phrases toutes faites n’y ont pas leur place. Ces règles de lisibilité s’appliquent non seulement à la rédaction des bulletins de nouvelles, mais aussi à toute intervention radiophonique générale ainsi qu’aux narrations des reportages et des documentaires.

2La concision est aussi fondamentale. On va droit à l’essentiel, sans fioriture. L’écriture radio est directe et sobre. L’habileté dans l’écriture radiophonique se mesure aux capacités de dire clairement les choses, avec une économie de mots, tout en développant un style concret, mais évocateur, précis et imagé. Rien n’empêchera de développer un style personnel, mais il faut passer par l’étape obligée du dépouillement de sa propre écriture et de ses techniques de rédaction. L’écriture des médias électroniques est loin de la littérature. De prime abord, elle ne compte pas d’effets de style.

Faire court

3Comme dans la langue parlée dont s’inspire l’écriture des médias électroniques, il faut s’assurer d’aller à l’essentiel et créer des phrases courtes. Une seule façon de savoir si on y est parvenu : lire la phrase à haute voix. C’est aussi la meilleure façon de surveiller la consonance des mots écrits, leur sonorité. Nous écrivons pour l’oreille. Pas pour l’œil.

4Il est aussi toujours préférable de se limiter à une idée par phrase et de ne pas recourir aux incises et aux subordonnées. L’écriture des médias électroniques se contente fort bien d’un sujet, d’un verbe et d’un complément. Pourvu qu’ils soient bien choisis. L’idéal est d’ailleurs de leur donner cet ordre-là. Les inversions grammaticales compliquent le texte et rendent la compréhension difficile. Si l’auditeur rate le début de la phrase ou n’est pas assez attentif, il perdra tout le sens du texte.

• « Répondant ainsi aux critiques de l’opposition, le gouvernement fédéral modifie le projet de loi X » s’énoncerait mieux ainsi : « Le gouvernement fédéral modifie le projet de loi X. Les conservateurs répondent ainsi aux critiques de l’opposition. »
« Le gouvernement fédéral, qui répond ainsi aux critiques de l’opposition, modifie le projet de loi X » introduit inutilement une subordonnée relative qui a pour effet d’alourdir le texte.
• « Hier, au cours d’une conférence de presse tenue à l’hôtel Lepluschic de Saguenay, le premier ministre a annoncé aux agents de voyages en congrès un nouvel investissement immédiat de 150 000 $ pour venir en aide au secteur touristique… » ne s’entend pas à la radio où l’on se contente de l’essentiel : « Le tourisme à Saguenay s’enrichit de 150 000 $. C’est la promesse faite par le premier ministre aux agents de voyages… »

Les nombres

5Les nombres présentent aussi une difficulté particulière dans l’écriture radiophonique. La première question à se poser est certainement celle-ci : « Ce chiffre est-il vraiment nécessaire ? » Il est bien possible que la réponse soit non. Certains journalistes, influencés par le scientisme ambiant, ont la fâcheuse habitude d’utiliser des chiffres pour donner du poids à leurs propos. Pour montrer qu’ils sont vraiment au fait du dossier. C’est une erreur. Les chiffres n’ont pas un bon taux de rétention dans l’auditoire. On les utilise lorsqu’ils sont essentiels à la compréhension du propos et l’on soignera particulièrement la forme dans laquelle on les présentera. Contrairement à la télévision, la radio ne dispose pas de support pour les présenter en même temps qu’on les lit.

6Ainsi, on considère généralement que la meilleure manière de permettre aux auditeurs de se souvenir de ces données consiste à les présenter sous une forme littéraire parlée, c’est-à-dire que l’on évitera d’écrire « 25 pour cent », encore moins « 25,82 pour cent » pour préférer, selon le cas, « un quart » ou encore « un sur quatre » ou même « un peu plus du quart ». Les fractions sont de meilleures alliées que les chiffres absolus. Les multiples aussi. Utiliser « trois fois moins » ou « cinq fois plus », par exemple, permet à l’auditoire de prendre rapidement la bonne mesure des données.

7On évitera aussi au maximum – c’est-à-dire dans les limites du raisonnable – de traîner des décimales. À moins qu’elles ne soient essentielles au propos, ce qui peut être le cas dans un résultat d’élection. Il est plus efficace d’arrondir les chiffres. Il est utile aussi de faire les calculs pour l’auditeur.

Dans un résultat électoral, par exemple, il peut être plus intéressant d’écrire : « Un peu plus de 100 votes séparent les deux candidats en lice » plutôt que « Madame Unetelle mène avec quatre-mille-huit-cent-trente votes. Monsieur Untel suit avec quatre-mille-sept-cents votes. »
Notons ici que l’écriture radio se permet parfois des entorses aux règles de la langue par souci de clarté. C’est le cas lorsqu’on utilise des traits d’union dans l’écriture des grands chiffres, ce que le français normal ne fait pas.

8Finalement, certaines données exigent que l’on fournisse parallèlement des références pour une compréhension approfondie. Certains chiffres astronomiques, notamment, sont difficiles à apprécier si l’on ne fournit pas d’unité de comparaison. À quoi correspondent cent milliards de dollars ? Il s’agit évidemment d’une somme dont bien peu de personnes disposent : comment alors en prendre la mesure exacte ? Il est souvent souhaitable d’établir des comparaisons pour l’auditeur. Par exemple, la surface d’un pays peu connu : à quoi se compare-t-elle ? La population d’une ville : trois fois celle de Montréal ? ou l’équivalent de Québec ? On cherchera dans les références usuelles de l’auditeur des références simples pour donner le bon ordre de grandeur à certaines données chiffrées.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
Attention aux termes ambigus. Les « gens », par exemple, n’existent pas vraiment pour des journalistes. Le terme est trop vague. Les « gens » ont tous une fonction sociale : électeurs, citoyens, contribuables, auditeurs, population, communauté, société, nation …
On peut aussi déplorer l’usage inapproprié du terme « public ». Si en anglais le mot est presque synonyme de population, ce n’est pas le cas en français ; en français, on ne s’adresse au public que par le biais d’un spectacle. Que les politiciens se le tiennent pour dit !

Noms, titres et fonctions

9Que devrait-on privilégier ? Le nom ou la fonction d’une personne dont on parle ? Cela dépend de la situation. S’il s’agit d’une personne très connue, le nom précédera la fonction. Si la fonction est plus connue que la personne qui l’occupe, on fera l’inverse.

Ainsi, nous aurions intérêt à parler du « président de la république du Kazakhstan, monsieur Nazarbaïev » plutôt que de « monsieur Nazarbaïev, le président de la république du Kazakhstan ». Mais si l’on est journaliste au Kazakhstan, il sera possible de commencer indifféremment par « le président de la république » ou « monsieur Nazarbaïev ». On pourra donc dire au Canada : « Jean Chrétien, l’ex-premier ministre du Canada… » ou « l’ex-premier ministre du Canada, Jean Chrétien ».

10Dans certains cas, la fonction seule pourra être mentionnée lorsque le nom de la personne qui l’occupe n’est pas pertinent. Ainsi, connaître le nom du gagnant d’un énorme montant d’argent dans une loterie n’est généralement pas nécessaire. Il est plus intéressant de savoir que le gagnant est une personne au chômage ayant de lourdes responsabilités familiales…

11Plus rarement, le nom seul peut être employé lorsque la renommée de la personne qui le porte est quasi universelle. Céline Dion ne demande pas de longues présentations. Néanmoins, il vaut mieux ne pas courir de risque et, en cas d’incertitude, prendre le temps de présenter un personnage qui n’est peut-être pas aussi célèbre qu’on l’imagine. N’oublions pas non plus que, dans une société à forte immigration, certaines références qui nous paraissent universelles ne sont peut-être pas aussi partagées qu’on l’imagine. Évitons à l’auditeur la frustration et le sentiment d’exclusion qui viennent de références qu’on ne comprend pas dans un média qui s’adresse, rappelons-le, au grand public.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
Que veut dire ce dire ? C’est peu dire…
Bien sûr, le verbe « dire » est correct en français… Mais pour des journalistes, il est insuffisant. Que signifie-t-il exactement ? Lorsque notre protagoniste « dit », cela signifie-t-il qu’il estime, considère, allègue, affirme, remarque, note, relève, souligne, accuse, admet, proteste, révèle, suggère, évalue, reconnaît, admet, nie… ?

Gérer le temps de la nouvelle

12Le temps mène la radio de nombreuses manières. Dans plusieurs stations de radio, le bulletin de nouvelles revient chaque heure. Ponctuellement. Il est important dans un tel contexte qu’une nouvelle puisse « survivre » un certain temps, qu’elle puisse être diffusée plusieurs fois dans la journée sans qu’on ait l’impression qu’elle est périmée. Dans cet esprit et parce que la radio aime la nouveauté, l’instantanéité même, on s’arrangera pour ne pas dater la nouvelle. On cherchera à rendre le sentiment que « c’est en train d’arriver maintenant ».

Ainsi, on ne dira pas :
« Le ministre de la Santé a effectué hier la première pelletée de terre de la construction du nouvel hôpital universitaire. »
On dira plutôt :
« La construction du nouvel hôpital universitaire est en marche. »
C’était vrai hier. Ça l’est encore aujourd’hui…

13Pour les mêmes raisons, on choisira de préférence l’indicatif présent à tout autre temps de conjugaison, sauf le futur s’il s’impose. C’est un exercice qui demande une certaine habileté pour aller jusqu’aux limites du raisonnable sans les dépasser. Il vaut la peine, tant qu’on n’a pas développé le réflexe du présent, de prendre quelques minutes, chaque fois, pour chercher la tournure de phrase qui en permettra l’usage au moins dans l’amorce.

On peut être tenu à certains moments de remettre la nouvelle à jour, de l’actualiser d’heure en heure. Cette manière de « déployer » la nouvelle d’heure en heure est l’une des grandes forces de la radio par rapport aux autres médias. Par exemple :
« La police procède à une descente majeure dans un entrepôt de recel de biens volés dans la banlieue X. On estime à plus d’un million la valeur de la marchandise. »
Une heure plus tard, il faut aller de l’avant avec cette nouvelle sinon elle ne sera plus diffusable :
« Une douzaine de personnes sont arrêtées à la suite d’une descente policière dans un entrepôt de la banlieue X contenant des biens volés. La police estime à plus d’un million la valeur de la marchandise. » Le seul élément modifié : l’amorce.
Un peu plus tard : « Une descente policière permet de retrouver dans un entrepôt de la banlieue X plus d’un million de dollars de biens volés. Une douzaine de personnes sont sous les verrous. C’est l’affaire la plus importante mise au jour cette année. »

14On s’efforcera également d’écrire à la forme active qui convient mieux au français que la forme passive.

Il vaut mieux, en français, que le chat mange la souris plutôt que la souris soit mangée par le chat … Même si cela ne change rien pour la souris ! Une banque peut évidemment être attaquée par des bandits, mais c’est mieux quand des bandits attaquent une banque. La forme active exprime l’action avec plus de force.

15On recommande d’éviter les formes grammaticales négatives parce qu’elles sont parfois difficiles à comprendre à la première écoute. Ici encore, les limites sont celles du raisonnable et il peut être impossible d’éviter la négation, mais moins souvent qu’on ne le pense généralement.

S’il est vrai que « Le ministre ne rejette pas le projet… » n’est pas l’équivalent de « Le ministre admet le projet… », on peut s’entendre sur la formule « Le ministre juge le projet recevable… » Nous ne perdrons pas la nuance, mais nous utiliserons la forme affirmative.

 

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
Pour des raisons de clarté, les pronoms sont à surveiller.
Ainsi, si l’on écrit :
« Le conseiller municipal Untel, un ancien journaliste, se plaint d’être mal cité par un ex-collègue de la station WXYZ. Il estime inadéquat le cadre dans lequel l’interview a eu lieu. » Qui est « il » ? En êtes-vous sûr ?
Profitons plutôt du remplacement des pronoms pour donner quelques précisions sur le sujet principal.
« Le conseiller municipal Untel se plaint d’être mal cité par un journaliste de la station WXYZ. Ce représentant du quartier Z estime inadéquat le cadre dans lequel l’interview a eu lieu. Monsieur Untel est lui-même un ancien journaliste de cette station. »

L’UNITÉ DRAMATIQUE COMME STRUCTURE GÉNÉRALE D’UNE NOUVELLE

16La construction d’un texte destiné à la radio s’éloigne considérablement de la structure traditionnelle d’un article de presse écrite qui est bâti sur le modèle dit de la pyramide inversée. Le premier paragraphe de l’article donne à ses lecteurs l’essentiel de la nouvelle. La suite de l’article la développe. On raconte que cette structure est née de la nécessité de couper parfois dans un texte de presse écrite pour faire de la place à d’autres événements urgents de l’actualité, ce qui pouvait aller jusqu’à réduire le texte à sa plus simple expression, c’est-à-dire au premier paragraphe. Il faut avoir alors la certitude que le lecteur ne perdra rien de l’essentiel formulé dans les premières phrases.

17Dans l’écriture des médias électroniques, on choisira plutôt la technique dite de l’unité dramatique. Elle est conçue en trois parties : le lead ou l’amorce, la cause et l’effet.

18Pour comprendre cette technique, essayons de nous placer dans la situation suivante : nous voulons annoncer à notre meilleur ami une nouvelle importante qui nous concerne. Comment allons-nous nous y prendre ? Il y a de bonnes chances que nous commencions ainsi :

« Tu connais la nouvelle ?
– Non, mais je sens que je vais l’apprendre …
– Je viens enfin d’être admis en journalisme à l’université. C’est la deuxième tentative que je faisais. Ça veut dire que dans trois ans, je pourrai devenir journaliste à la radio. »
Comme nous le verrons, la plupart des nouvelles d’actualité peuvent et doivent se présenter sous cette forme, soit celle de la conversation et du style oral relevé. La radio recherche ce caractère spontané et naturel qui reproduit la vie.
C’est une conversation plus réaliste que celle-ci :
« Je tenais à te dire que j’ai reçu hier, par courrier, directement dans ma boîte à lettres, postée par le bureau du registraire, la nouvelle que j’attendais que l’on me signifie depuis longtemps : mon admission à plein temps au programme régulier de baccalauréat en communication, profil journalisme. Voilà bien la preuve que la détermination mène à bon port. En effet, il s’agit de ma deuxième candidature à ce programme dont je rêve depuis longtemps et, si tout va bien et que je continue de travailler avec assiduité, il est probable que je pourrai devenir journaliste à la fin du programme, soit généralement après trois ans d’études… »
Les bulletins de nouvelles utilisent cette manière directe d’annoncer une nouvelle, comme dans l’exemple suivant :
« Le pape Jean-Paul II est décédé ce matin à Rome. » La radio pourrait se satisfaire également d’une nouvelle rédigée ainsi :
« Les fidèles de l’Église catholique sont en deuil. Le pape Jean-Paul II est mort ce matin à Rome. »
Voici un contre-exemple rempli de circonvolutions à éviter absolument :
« Succombant après plusieurs jours d’agonie et entouré de ses plus proches collaborateurs, pendant qu’une foule de fidèles rassemblés se recueillaient en silence, le pape Jean-Paul II s’est éteint doucement aujourd’hui à Rome. »

L’AMORCE OU LEAD

19L’amorce constitue la première des trois parties de la structure de l’« unité dramatique » qu’on utilise pour rédiger un texte de nouvelle brève dans les médias électroniques. Son objectif, bien sûr, est de nous annoncer quelque chose, sur un mode qui nous force à l’écouter. Il faut se rappeler ici que les auditeurs ne choisissent pas nécessairement de se concentrer sur un bulletin de nouvelles à la radio. Les règles de lisibilité doivent s’appliquer impérativement à l’amorce.

20On n’en sort pas : identifier l’amorce d’une nouvelle, c’est choisir. Plusieurs éléments peuvent convenir pour susciter l’intérêt de l’auditoire. Lequel devons-nous privilégier ? Il s’agit souvent d’une décision difficile à prendre d’autant plus que la technique d’écriture des médias électroniques laisse peu de place à l’erreur. Le texte est court. Les phrases et le style sont directs. Les marges de manœuvre sont étroites dans les cas où l’on hésiterait sur la nature de la nouvelle elle-même. Et le plus difficile, évidemment, c’est l’amorce. Il faut donc, en conséquence, bien comprendre ce qu’est une nouvelle pour la cibler sans hésitation au milieu d’un texte parfois touffu ou général, destiné, comme le sont les textes des agences de presse, à tous les médias quels qu’ils soient.

21Il existe plusieurs types d’amorce. On pourrait même dire que chaque nouvelle recèle sa propre amorce que le journaliste de radio doit faire apparaître comme si elle émergeait naturellement. Pour la trouver, on doit répondre à deux questions. La première : que me raconte cette histoire ? La réponse nous permettra de cibler l’angle principal à développer. La seconde : en quoi cette histoire est-elle d’intérêt public ? Cela nous permettra de savoir à qui s’adresse principalement cette information.

22Encore une fois, pour s’aider, il est souvent utile d’envisager comment on résumerait cette nouvelle à un collègue ou un ami. On garde la même idée principale, mais on l’exprime dans un style un peu plus formel.

Trouver l’amorce

23Voici l’exemple d’un sujet de nouvelle. Hier soir s’est tenue la réunion hebdomadaire du conseil municipal de la localité où vous travaillez. On y a adopté à l’unanimité la proposition de verser des montants forfaitaires aux cols bleus avant leurs vacances pour les récompenser des efforts considérables déployés pour mieux servir les citoyens.

24Que raconte cette histoire ? Que les employés municipaux vont recevoir de l’argent. Pourquoi est-ce d’intérêt public ? Parce qu’il s’agit de l’argent des contribuables, d’un service public, d’une décision à caractère politique, et, sans doute, d’un fait inusité. Quelle sera notre amorce ?

« À la réunion hebdomadaire du conseil municipal, hier soir… » est un très mauvais choix. Rien de nouveau ici, ni rien de significatif.
« Bonne nouvelle pour les cols bleus à la veille des vacances… » est beaucoup plus approprié comme amorce. Que l’on soit col bleu ou simple citoyen, cette première phrase incite à écouter le reste de la nouvelle. C’est l’objectif que nous poursuivons.
« Ça sent les élections au conseil municipal… » est peut-être une bonne amorce s’il est possible d’appuyer ce propos autrement que par cette décision du conseil. Celui-ci a-t-il pris d’autres décisions de ce genre au cours des dernières semaines ? Semble-t-il distribuer l’argent à des fins électoralistes ? Peut-on le démontrer ? Si la démonstration est impossible, cette amorce est mesquine. Si des données vérifiables peuvent l’appuyer, c’est la bonne amorce et il faut l’utiliser.

25L’amorce doit être signifiante. Elle donne son sens à la nouvelle et doit susciter l’intérêt du plus grand nombre. Elle doit résonner. Bien sûr, ici comme ailleurs, le travail d’un journaliste efficace doit permettre de répondre aux fameuses questions : qui ? quand ? quoi ? où ? comment ? Mais on ne cherchera pas à répondre à toutes ces questions par une seule phrase, surtout pas par la première phase du texte.

Des cas particuliers : le conditionnel et l’attribution

26L’utilisation du conditionnel dans la rédaction d’un texte journalistique est l’indice d’un problème. Si l’on doit écrire : « Cinq personnes seraient mortes dans l’accident », quelque chose ne tourne pas rond. Pourquoi cette hésitation ? S’agit-il d’un manque d’assurance du journaliste ? Si l’accident a effectivement causé la mort de cinq personnes, il faut l’écrire. Si l’on sait que l’accident a causé la mort d’un certain nombre de personnes, sans savoir combien, il faut le dire aussi : « Un nombre encore indéterminé de personnes sont mortes dans l’accident » et ne pas se contenter du conditionnel. Et si on ne sait rien avec assez de certitude, cela signifie probablement que l’on ne devrait pas l’écrire sans l’avoir mieux vérifié. Cela signifie sans doute que cette nouvelle, parvenue au journaliste d’une manière très indirecte, comme d’une source secondaire, ne bénéficie pas d’une crédibilité suffisante pour être transmise directement. Il faut parfois savoir résister aux pressions de la production plutôt que de courir le risque d’aller en ondes avec une histoire incomplète ou mal ficelée.

Dans le même esprit, que faire si une source crédible affirme quelque chose que l’on ne peut pas vérifier ? On doit lui attribuer l’information à cette source. Ainsi : « Amnistie Internationale affirme que le nombre des réfugiés dans la zone X de tel pays atteint maintenant plusieurs centaines de milliers. » En presse électronique, il n’est pas acceptable d’écrire ceci : « Le nombre de réfugiés dans la zone X de tel pays atteint maintenant les centaines de milliers. C’est ce qu’affirme Amnistie Internationale. » Néanmoins, il est possible d’écrire : « Selon Amnistie Internationale, le nombre de réfugiés atteint plusieurs centaines de milliers. » La source fait alors partie de l’amorce.

27En presse écrite, on a le loisir d’écrire : « “Ceci est le pire exemple de brutalité policière qu’il m’ait été donné de rencontrer. ” C’est de cette manière que le juge a commenté la cause devant lui au moment de rendre la sentence. » Comment traduire cela pour la presse électronique ? Il n’y a pas vraiment de solution de rechange à : « Le juge décrit la cause comme “la pire brutalité policière” qu’il ait jamais vue. »

28L’amorce d’un texte destiné aux médias électroniques doit impérativement être véridique. Par exemple, pourrions-nous entendre ceci : « La fin du monde est pour bientôt. C’est du moins ce qu’affirme l’organisme ABC préoccupé du réchauffement planétaire » ? Évidemment non. Ou encore : « L’indépendance du Québec est impossible. Selon un rapport du Parti libéral du Québec, cette question… » ? On ne peut écrire cette nouvelle qu’ainsi : « Le Parti libéral du Québec estime impossible l’indépendance du Québec. Un rapport en ce sens circule… » L’amorce ne peut en aucun cas exprimer une opinion ni même inclure une citation. N’oublions pas qu’à la radio, les guillemets ne s’entendent pas.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
Le cas particulier des affaires judiciaires
La loi canadienne est régie par la présomption d’innocence, c’est-à-dire qu’un individu accusé devant les tribunaux est considéré innocent jusqu’à ce que le contraire soit prouvé, donc jusqu’à sa condamnation par un juge. C’est cette règle du droit qui oblige les journalistes à utiliser le conditionnel pour décrire les accusations portées contre un individu. Ainsi, « l’assassin présumé aurait attaqué sa victime » ou « la victime présumée de monsieur Untel aurait été attaquée ».

Types d’amorce

29Deux types d’amorce dominent dans l’univers rédactionnel des médias électroniques. Celui qu’on peut qualifier de dur puisqu’on le traduit de hard en anglais et le doux que les Anglo-Saxons nomment soft. La différence entre les deux est facile à noter. Le dur va directement au fait principal de l’événement que l’on rapporte, comme dans : « Au moins 30 per sonnes perdent la vie dans l’effondrement d’un immeuble du centre de la ville X. » Le doux, lui, crée une attente : « Effondrement d’un édifice du centre de la ville X. Au moins 30 personnes perdent la vie. » Le doux peut sembler rendre la nouvelle moins dramatique, moins importante. Il a cependant comme intérêt de capter vraiment l’attention des auditeurs avant d’aller au cœur de la nouvelle.

Exemples DAmorces
Le bulletin s’ouvre avec des manchettes qui soulignent l’importance ou l’intérêt de certaines nouvelles par rapport à d’autres.
Manchette 1 : Le juge à la retraite Bernard Grenier dépose son rapport tant attendu sur les activités d’Option Canada.
Manchette 2 : Le Parti libéral réussira-t-il à s’entendre avec le Parti québécois pour dénouer l’impasse budgétaire ?
Manchette 3 : Les États-Unis dévoilent deux nouvelles sanctions contre le Soudan.
***
Amorce du sujet 1 : « C’est cet après-midi que sera rendu public le rapport Grenier sur les activités d’Option Canada pendant la campagne référendaire de 1995. »
Amorce du sujet 2 : « Le rapport Grenier tombe à un bien mauvais moment pour le gouvernement Charest. Il risque d’être renversé vendredi par la crise qu’a provoquée son budget la semaine dernière. »
Amorce du sujet 3 : « Le président Georges Bush annonce ce matin de nouvelles sanctions unilatérales contre le Soudan. »
Source : Un bulletin de nouvelles (Radio de Radio-Canada, 29 mai 2007, 8 h).

30On trouve également des amorces de type parapluie. Si l’on reprend l’exemple du conseil municipal, imaginons que les conseillers ont, non seulement accordé une prime aux cols bleus, mais qu’ils ont aussi entériné la proposition de distribuer des fleurs aux jardiniers amateurs de la ville et de construire des pataugeuses pour les enfants. Que faire ? Que choisir ? Le lead parapluie pourrait résoudre la question puisqu’il permet d’inclure plusieurs éléments en même temps. On pourrait le formuler ainsi : « Le conseil municipal fait de nombreux heureux… De l’argent pour les cols bleus, des fleurs pour les jardiniers, des pataugeuses pour les enfants… » Le reste de la nouvelle pourra ensuite en quelques lignes traiter de chacun des projets.

31En général, l’amorce doit faire état du plus neuf, du plus intéressant, du plus grave, du plus inusité. Elle doit aussi considérer en priorité les personnes et les vies humaines.

Ainsi, il est malhabile d’écrire : « Un avion de type monomoteur vient de s’écraser en tentant d’atterrir d’urgence à l’aéroport de Saint-Hubert. Le pilote et le passager sont morts sur le coup. » Cette amorce-ci est préférable : « Deux personnes perdent la vie dans l’écrasement d’un monomoteur à l’aéroport de Saint-Hubert, le pilote et le passager. Le pilote tentait un atterrissage d’urgence. »

RACONTER L’HISTOIRE

32On aime des textes radiophoniques dans lesquels les phrases se suivent comme si elles coulaient de source. Elles semblent alors adopter une logique parfaite : celle de l’auditeur. Le lead, l’amorce, donne le ton et la couleur de l’histoire. Il ne reste plus qu’à enchaîner. C’est généralement la cause de l’événement qui suivra immédiatement. Ainsi, dans l’exemple ci-dessus, le fait que l’appareil ait tenté un atterrissage d’urgence suit logiquement l’annonce de l’accident. On pourrait ajouter que le petit appareil manquait d’essence parce qu’il s’était détourné de sa route à cause du mauvais temps. Voilà qui aidera à comprendre l’accident.

33Une bonne technique pour trouver la séquence logique d’une histoire consiste à concevoir cette écriture comme un dialogue avec l’auditoire. Quelle question se posera mon auditoire après avoir entendu l’amorce ? Il faut y répondre. Cette réponse entraînera à son tour une autre question. Quelle sera-t-elle et comment y répondrons-nous ? L’histoire se déploiera ainsi presque toute seule.

Notons ce qui ne fonctionne pas dans le texte suivant. Tout est là, mais dans le désordre.
La mairesse de la ville, Madame Unetelle, réclame une enquête publique pour comprendre pourquoi les gicleurs anti-incendie n’ont pas fonctionné correctement dans l’édifice Untel. La rue Sainte-Bidule a été fermée pendant cinq heures hier pendant que les pompiers s’acharnaient à éteindre le brasier. L’un d’eux a d’ailleurs risqué sa vie et sauvé deux personnes réfugiées sur le toit de l’immeuble. Le chef des pompiers a déclaré que la faute revenait aux gicleurs qui n’ont pas fonctionné. C’était une alerte générale. Quatre personnes sont mortes et six ont été blessées. Certaines gravement.
Tentons de le remettre à l’endroit. Plusieurs options existent, voici une proposition qui permet de suivre plus facilement l’histoire de cette nouvelle :
« Quatre personnes sont mortes et six ont été blessées. Certaines gravement. C’était une alerte générale. La rue Sainte-Bidule a été fermée pendant cinq heures hier pendant que les pompiers s’acharnaient à éteindre le brasier. L’un d’eux a d’ailleurs risqué sa vie et sauvé deux personnes réfugiées sur le toit de l’immeuble. Le chef des pompiers a déclaré que la faute revenait aux gicleurs qui n’ont pas fonctionné. La mairesse de la ville, Madame Unetelle, réclame une enquête publique pour comprendre pourquoi les gicleurs anti-incendie n’ont pas fonctionné correctement dans l’édifice Untel. »

34La durée de la nouvelle est décidée par le chef de pupitre, aussi appelé secrétaire de rédaction, qui assume la responsabilité d’un bulletin. Le nombre de lignes est parfois négociable, selon ce que l’on pense avoir à raconter, mais, une fois la longueur et le nombre de lignes déterminés par le secrétaire de rédaction, il faut s’y tenir. Tout le temps qu’un journaliste prend en plus de celui qui lui est accordé, il le prend à l’un de ses collègues.

FINIR L’HISTOIRE : LA CHUTE

35Dans la troisième partie d’un texte radiophonique, on traite généralement de l’effet de la nouvelle. On tente de l’ouvrir sur l’avenir comme dans : « Les opposants au projet de loi promettent de continuer à se battre malgré son adoption. » On peut aussi lui donner une autre dimension pour induire une réflexion. Par exemple, dans la nouvelle qui plus haut décrivait un accident de monomoteur, la dernière phrase pourrait être : « Une enquête du coroner déterminera les causes exactes de l’accident » ou encore « Le pilote avait plus de 20 ans d’expérience à bord de ces appareils » ou bien, peut-être : « C’est le troisième accident du genre à survenir cette année sur ce type d’appareil. »

36Dans certains cas, il est recommandé de faire une sorte de résumé ou de sommaire de la nouvelle à la fin, surtout si elle est relativement complexe. Par exemple : « Il faut s’attendre à ce que les taux d’intérêt restent encore élevés. » Ou bien, carrément : « Ce que cela signifie, c’est… » Ce qui suivra devra être une application concrète du contenu abstrait de la nouvelle.

ÉCRIRE POUR ÊTRE DIT

37Avec le même souci d’efficacité que lors de l’écriture, la mise en pages d’un texte radiophonique doit tout mettre en œuvre pour que le lecteur n’hésite jamais dans sa lecture, même s’il n’a pas écrit le texte lui-même ou s’il doit le lire en ondes sans en avoir pris connaissance au préalable. Cela peut être le cas, par exemple, lorsqu’une nouvelle arrive à la dernière minute ou alors que la lecture du bulletin de nouvelles a déjà commencé. C’est souvent le cas lors des bulletins spéciaux d’information pour lesquels on interrompt la programmation régulière.

38La plupart des stations de radio ont des règles précises de mise en pages et d’en-têtes. Le formatage du texte est généralement à double interligne et les paragraphes sont en retrait. Le style et les marges peuvent faire varier la durée de lecture, mais on calcule approximativement trois ou quatre secondes pour lire une ligne. Ainsi, la consigne de rédiger une nouvelle de huit lignes donnera une nouvelle de moins de 30 secondes.

Une page d’un bulletin de nouvelles radiophoniques

Image 100000000000027F000001FA6AECAA48.jpg

Réduction : 50 %

39À la lumière de ce qui précède, on comprendra aisément qu’on doit éviter d’ajouter des corrections à un texte écrit. S’il faut absolument faire une correction à la main avant d’entrer en ondes, on s’arrangera pour corriger un mot en entier de manière à ce que la correction soit facile à lire. Pour la même raison, on évitera les césures de fin de phrase parce qu’elles peuvent faire hésiter le lecteur.

40On doit aussi considérer avec prudence l’utilisation de symboles et d’abréviations. En fait, la règle devrait être de ne pas utiliser de symboles – % et $, par exemple – mais d’écrire tout au long « X pour cent » et « 5-millions de dollars ». Il y a deux explications à cet usage. D’une part, le lecteur doit « traduire » le symbole pour le lire. On veut lui éviter cet effort distrayant. D’autre part, écrire le symbole au long permet aussi une meilleure approximation du temps de lecture.

41Dans le cas des abréviations, on devrait se contenter d’utiliser celles qui sont archiconnues de la population. Si on a le moindre doute, on commence le texte par l’appellation en entier suivie de son abréviation.

Image 10000000000000260000002AF0886569.jpgTruc De Pros
On dira par exemple : « L’Agence canadienne de développement international, l’ACDI », lorsque l’abréviation est un acronyme ou encore « le Service canadien du renseignement de sécurité, le S-C-R-S », lorsque le lecteur doit épeler les lettres de l’abréviation.
Les lecteurs de bulletin de nouvelles marquent également leurs textes en soulignant les éléments sur lesquels mettre l’accent. Ils utilisent des barres verticales pour indiquer les pauses.

42Les chiffres ont aussi leurs règles de formatage, qui varient parfois d’une station de radio à l’autre.

Forme littéraire

43Les chiffres de un à neuf : un, deux, trois, quatre…

44Les noms « mille », « million », « milliard », etc.

45Les adjectifs numéraux ordinaux : deuxième, troisième, etc.

46Les chiffres plus petits que un (0,6 = six-dixième d’un pour cent)

Forme numérique

47Les nombres de 10 à 999

48Les années (ex. : 2001)

49Les résultats sportifs (ex. : 16 à 14)

ARRIMER LA PRÉSENTATION AU TEXTE PRINCIPAL

50Il n’est pas toujours facile de faire la part entre le contenu informatif dont on confiera la lecture au présentateur du bulletin et le contenu principal de l’histoire que le reporter racontera. Il est très important qu’il n’y ait pas de répétition, pas de redoublement entre ces deux aspects d’une même nouvelle. Ainsi, le « chapeau » qui précède un reportage, qu’on appelle en Europe francophone un lancement, n’est pas un simple résumé de la nouvelle. On doit y trouver des informations de nature à susciter l’intérêt et à mettre la table, en quelque sorte, pour le contenu principal. La présentation doit donc, s’il y a lieu, fournir les informations nécessaires à la compréhension du texte principal. On s’entend généralement pour dire que le « chapeau » doit répondre aux questions : qui ? quand ? quoi ? où ? alors que le corps du texte doit développer des réponses autour des questions : comment ? et pourquoi ?

Cas no 1 : le journaliste est en direct et converse avec le présentateur, Paul Vedette
a) Présentation : « Un incendie ravage le quartier X de la ville. On dénombre jusqu’à maintenant quatre morts. Plusieurs dizaines de personnes ont dû évacuer leur logement. Le feu s’est déclaré en pleine nuit. Une centaine de pompiers sont encore sur les lieux. Notre reporter, Modeste Journaliste, est également sur place. Est-ce qu’on connaît les causes de l’incendie, Modeste ?
b) Intro du reporter : « Pas encore officiellement, Paul, mais on soupçonne un incendie criminel à cause de la vitesse à laquelle les flammes se sont propagées. Les enquêteurs s’attendent à trouver de l’accélérant dans les débris. »
Et le reste de l’histoire suit sous forme d’échanges formés des questions du présentateur et des réponses du reporter. Les questions sont généralement préparées à l’avance. Le reporter les a fournies à un rédacteur à la station qui les a remises au présentateur.
Cas no 2 : le journaliste a enregistré un reportage présenté par le lecteur
a) Paul vedette : « Un incendie fait quatre morts dans le quartier X. Le feu s’est propagé très rapidement la nuit dernière. La centaine de pompiers appelés sur les lieux a procédé à l’évacuation de plusieurs dizaines de personnes. On croit que le feu aurait pu être allumé intentionnellement. Voici le reportage de Modeste Journaliste. »
b) Intro du reportage : « Il est 3 heures du matin quand les sirènes des camions de pompiers retentissent dans le quartier X. Deux immeubles anciens sont la proie des flammes. Les pompiers arrivés sur les lieux tentent sans succès d’y entrer. Ils devront se contenter de contenir les flammes en créant un périmètre de sécurité. On l’apprendra plus tard, quatre personnes sont restées prisonnières de leur logement. La vitesse à laquelle les flammes se sont propagées laisse croire d’ailleurs que l’incendie a pu être allumé volontairement. Les enquêteurs s’attendent à trouver de l’accélérant dans les débris. » Et le reste de l’histoire suit sous forme de narration qui se termine généralement par la signature du reporter : « Ici Modeste Journaliste à tel endroit. »

 

Image 10000000000000380000002A30BDE689.jpgSUJET DE DISCUSSION
Pour ou contre la chasse à l’épithète ?
Dans le langage radiophonique, on va droit au but pour être bien compris, certes, mais aussi pour éviter que son opinion n’interfère avec le contenu et les faits que l’on rapporte. Ainsi, on peut décrire un incendie comme sérieux, grave, sévère… ou requérant une alerte générale. Mais peut-on le qualifier d’horrible, sinistre, épouvantable ou terrifiant ? À quel moment une épithète devient-elle l’expression d’une opinion plutôt qu’une manière de qualifier un fait ? Si elle devient l’expression d’une opinion, sur quoi repose-t-elle ? A-t-on assisté à de nombreux incendies ? Suffisamment pour faire la différence entre ceux qui sont terrifiants et ceux qui ne le seraient pas ? Ne déclenche-t-on pas plutôt une certaine inflation du langage pour susciter l’intérêt ? Comment devrait-on qualifier le prochain incendie ? Avec des épithètes encore un peu plus dramatiques ?

51Nous verrons plus loin que ces règles demeurent, quels que soient la longueur du texte radiophonique et son usage : reportage, narration, documentaire. Seules les stratégies pour maintenir l’intérêt se complexifieront. L’écriture des médias électroniques – toutes plates-formes confondues – doit répondre à ces exigences et donner à l’auditoire l’impression d’une langue parlée et non écrite et lue. À la fois simple et nuancée, directe et évocatrice.

RAPPEL DES RÈGLES D’ÉCRITURE
Être compris à la première écoute
• Première règle : la concision. On ne dit que l’essentiel.
• Ici et maintenant : éviter de dater la nouvelle par l’utilisation de termes comme « hier » ou « ce matin ».
• Temps : privilégier le plus possible le présent de l’indicatif ou, selon le cas, le futur simple.
• Utiliser la forme active : « Le chat mange la souris » plutôt que « La souris est mangée par le chat ».
• Utiliser la forme affirmative : la forme négative entretient la confusion.
• Éviter le conditionnel : à l’exception du cas des affaires judiciaires avant condamnation.
• Remplacer le conditionnel par l’attribution de la nouvelle à sa source si nécessaire.
• Éviter les inversions grammaticales.
• Éviter les incises et les subordonnées : une idée par phrase.
• Entre la fonction et le nom, on privilégie la fonction si le nom est peu connu.
Arrondir les chiffres dans la mesure du raisonnable.
• Utiliser les multiples comme « cinq fois plus » ou « trois fois moins ».
• Utiliser les fractions plutôt que les chiffres absolus comme « le quart » ou « le tiers ».
• Se méfier des pronoms parfois difficiles à identifier.
Les règles typographiques de lisibilité
• Ne pas utiliser de symboles comme % ou $. Écrire plutôt en toutes lettres.
• Utiliser seulement les abréviations très connues.
• Écrire une fois le nom complet d’une organisation avant d’utiliser son abréviation.
• Utiliser des références connues comme « population », « surface », « sommes astronomiques ».
• Écrire sous forme littéraire :
• les chiffres de un à neuf ;
• les noms mille, million, milliard ;
• les adjectifs numéraux ordinaux comme « deuxième », « troisième » ;
• les chiffres plus petits que un comme « six dixièmes de un pour cent ».
• Écrire sous forme numérique :
• les nombres de 10 à 99 ;
• les années ;
• les résultats sportifs.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search