Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Première partie. Comprendre la radio

3. L’information radio

Texte intégral

LES NOUVELLES

1On dit fréquemment et à juste titre que la salle des nouvelles est le cœur d’une station de radio. Le reste de la programmation semble en effet souvent vivre de ses battements et tourner autour d’elle. C’est elle qui donne le rythme à toute la programmation en marquant chaque heure – parfois chaque demi-heure d’un nouveau bulletin. Elle a la priorité absolue en cas d’événement grave qui justifie l’interruption immédiate de la programmation régulière et la présentation d’un bulletin spécial d’information.

2C’est pendant la Seconde Guerre mondiale que le journalisme radiophonique – qui préparait et diffusait alors essentiellement des bulletins de nouvelles – a gagné ses galons. Par la radio, la guerre sur les différents fronts entrait dans tous les salons d’Amérique et maintenait un lien entre les troupes alliées en Europe et les familles à l’arrière. Par la suite, dans les années 1950, les nouvelles ont largement trouvé leur place à l’antenne de la radio et se sont spécialisées rapidement dans les contenus locaux ou régionaux.

3Depuis cette époque, de très nombreuses nouvelles sont parvenues à la population grâce à la radio. Bien sûr, les développements techniques des 20 dernières années ont permis à la télévision de talonner parfois la radio sur le plan de la vitesse : plus besoin d’attendre le développement du film ni le retour du journaliste télé à la station. La vidéo et les cars de reportage qui permettent le direct in situ ont changé beaucoup de choses, mais, en cas de crise, de panne d’électricité, par exemple, seule la radio – sur piles – est encore capable de desservir une population privée de courant et de maintenir un lien communautaire. Les auditeurs le savent bien et les habitudes d’écoute en période de crise le démontrent aussi amplement. On écoute la radio quand on a besoin de connaître des nouvelles importantes, rapidement et intégralement.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
Le média des situations d’urgence
La radio parlée, notamment la radio publique au Canada, reprend tous ses droits dans les situations de crise pendant lesquelles la population ressent profondément un besoin d’information fiable. On a pu le constater lors de plusieurs événements récents, dont la panne d’électricité survenue en Ontario le jeudi 14 août 2003. Cette journée était incluse dans le sondage radio BBM de l’été, ce qui permet des comparaisons précises.
À 16 h 14, une panne générale paralyse donc la majeure partie de l’est de l’Ontario ainsi que plusieurs États du nord-est des États-Unis. Ce jour-là, la moyenne de temps passé à écouter la radio a augmenté de 94 % comparativement à la moyenne des trois autres jeudis étudiés par BBM. L’étude démontre également que ce sont les stations de format nouvelles ou à prépondérance verbale ainsi que les quatre stations de CBC dans les marchés de Toronto, Hamilton et Ottawa qui ont bénéficié de cette augmentation de l’écoute.
Source : L’écoute de la radio lors de la panne d’électricité survenue en Ontario le 14 août 2003, Service de la recherche de sondages BBM, septembre 2003.

4Par ailleurs, la radio reste encore imbattable dans la vitesse de livraison d’une nouvelle : il suffit d’un journaliste, n’importe où dans le monde, d’un téléphone et d’une intervention en direct dans n’importe quelle circonstance. On n’a pas encore inventé mieux.

5Le travail dans une salle de nouvelles est stressant. La fébrilité qu’exerce le rythme rapide des heures de tombée est très grande et s’amplifie à mesure que l’heure du bulletin approche. La tension est presque palpable. Certains journalistes adorent cette sensation souvent grisante et seraient difficilement capables de s’en passer. D’autres, non. Une inscription dans la salle de réunion des nouvelles de la radio de Radio-Canada dans les années 1970 reprenait cette citation de Winston Churchill : « If you can’t stand the heat, don’t stay in the kitchen… » (Si vous ne tolérez pas la chaleur, ne restez pas dans la cuisine). On se réfère ici au rythme auquel on est forcé de travailler parfois dans une salle de nouvelles, à la responsabilité de la tâche et à la pression créée par ces deux éléments réunis.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
On l’apprend par la radio
Au Canada et à travers le monde, on a abondamment vu et revu les images des avions s’enfonçant dans les tours du World Trade Centre à New York le 11 septembre 2001. Pourtant, il est fort probable que vous avez d’abord pris connaissance de la nouvelle à la radio. À 8 h 45, le matin du 11 septembre, 25 % de la population canadienne écoutait la radio. Un peu moins de 10 % regardait la télévision. Au cours des heures qui ont suivi, l’auditoire et le nombre d’heures d’écoute des stations parlées canadiennes ont augmenté en moyenne de 181 %. De 168 % à la station CKAC de Montréal, par exemple, jusqu’à 380 % à la station CKWX de Vancouver.
Pour sa part, le nombre d’heures d’écoute de la télévision a augmenté le 11 sep tembre de 55 %. Le tirage des journaux a plus que doublé le 12 septembre 2001 et, pendant quatre jours, il est resté beaucoup plus haut que d’habitude. Mais c’est de loin la radio qu’on a choisie le plus souvent comme première source d’information.
Source: Bennett, Bill, Radio Listening in a Time of Crisis, How Canadians Listened to Radio, BBM Canada.

6Serait-il possible de faire la même chose avec moins de pression ? C’est probable. Serait-il possible de faire mieux avec moins de pression ? C’est probable également. Néanmoins, appartient en partie à la culture de la profession, ce sentiment qu’on doit toujours faire vite si on veut y arriver. C’était ainsi avant même la création des chaînes d’information continue à la télé, mais, évidemment, leur arrivée est venue ajouter de la pression et accélérer encore davantage le rythme de travail des journalistes, à la radio comme ailleurs.

7Dans une petite station de radio ou encore dans une station locale ou régionale affiliée à un plus grand réseau, la production de bulletins de nouvelles locales exige une grande polyvalence. Deux journalistes se partagent parfois le travail. Collecte de l’information, rédaction, mise en forme du bulletin, choix des nouvelles, insertions sonores, manchettes, montage, mise en ondes… Le travail est imposant. Il est aussi, parfois, très satisfaisant. Notamment parce que le journaliste accomplit toute la tâche, de la collecte de l’information, jusqu’à la livraison en ondes de la nouvelle.

8Dans une salle de nouvelles plus imposante, le travail journalistique est réparti entre plusieurs fonctions. L’affectateur établit les priorités de la couverture du jour sur les plans local, régional, comme national et international. Le chef de pupitre, ou secrétaire de rédaction, détermine principalement l’ordre des nouvelles et distribue les tâches de rédaction. Dans les salles plus petites, les fonctions sont souvent occupées par les mêmes personnes. Ainsi, le lecteur du bulletin de nouvelles locales d’une petite station de radio est souvent son propre secrétaire de rédaction et parfois même le rédacteur unique de son bulletin.

LES AFFAIRES PUBLIQUES ET LES ÉMISSIONS SPÉCIALISÉES

9L’information à la radio ne se limite pas à la salle des nouvelles. On traite aussi des questions d’actualité dans le cadre de la programmation régulière d’une station de radio dans des émissions spécialisées. Rendez-vous quotidiens ou hebdomadaires, les émissions dites d’affaires publiques prolongent la réflexion au-delà de ce que la durée, forcément limitée, d’un bulletin de nouvelles permet de consacrer à un seul événement. Les nouvelles survolent beaucoup d’événements. Les émissions d’actualité, d’affaires publiques ou spécialisées les reprennent dans une autre perspective.

10Les stations de radio privées ont généralement renoncé à cette partie de l’information dans leur programmation pour se concentrer sur des émissions animées par des journalistes ou des animateurs vedettes. Ces émissions répondent parfois aux exigences de la profession journalistique, parfois non. À l’inverse, le réseau public développe désormais une programmation de plus en plus axée sur l’information générale, y compris dans des émissions destinées au grand public aujourd’hui moins consacrées au divertissement qu’à la réflexion sur des questions politiques et citoyennes.

11Les émissions spécialisées portent sur différents thèmes : questions économiques, scientifiques, environnementales… Elles pourraient d’ailleurs être beaucoup plus nombreuses et aborder les secteurs de la santé, ou les relations de travail, ou traiter de la condition des femmes ou des minorités et de l’immigration. Les choix de programmation sont exercés à la fois en fonction de l’intérêt de l’auditoire et de ses habitudes, et avec l’objectif de ne pas trop morceler cet intérêt.

LES ÉMISSIONS DE SERVICE

12Vedette incontestée des programmations radio, l’émission de services fournit à l’auditoire les renseignements nécessaires au bon déroulement de sa journée. Au menu, en bonne place, des informations brèves, fréquentes et surtout locales, notamment la circulation et les embouteillages sur la route, et la météo, plus les arts et spectacles, et les résultats sportifs. L’animation a un caractère léger et convivial. L’équipe à l’antenne se dit qu’elle aide ses auditeurs à partir du bon pied. Émission dite aussi généraliste, elle a des heures de programmation appropriées aux périodes traditionnelles de grande écoute de la radio : notamment le matin et en fin d’après-midi.

13De plus en plus, la tendance est d’intégrer à ces émissions un contenu d’actualité. Les manchettes de la journée, les événements importants ou mettant en scène des personnalités connues sont des sujets d’information qui font maintenant partie de ces émissions jusque-là plus légères. Ce sont généralement les animateurs qui assument cette fonction : l’interview du jour, la nouvelle incontournable, ce qui sera le sujet de discussion au bureau autour de la machine à café. On trouve aussi en bonne place une revue de presse : grands titres, éditoriaux, chroniques, caricatures. On apprend la teneur des journaux quotidiens ou hebdos avec son premier café.

LES TRIBUNES TÉLÉPHONIQUES

14Ce sont des émissions dans lesquelles on diffuse les commentaires des auditeurs ou leurs réflexions en réponse à une question ou un thème lancés par un animateur. On peut aussi bien traiter de sports que de la nouvelle du jour. Les tribunes téléphoniques sont souvent critiquées et pour différentes raisons. Par exemple : comment se rendre compte du moment où une station de radio est manipulée par les auditeurs ? Certains groupes de pression sont devenus très habiles à infiltrer les émissions de tribunes au détriment d’un fragile équilibre impartial.

15Il est bien difficile aussi de faire un compte équitable des points de vue au fur et à mesure que l’émission se déroule. Après tout, le direct est par définition imprévisible. Comment éviter aussi de faire passer ces appels pour un sondage scientifique auprès de l’auditoire ? En écoutant, on éprouve forcément le sentiment – difficile à contrer – qu’on écoute l’expression du point de vue dominant ou majoritaire sur un sujet donné. C’est peut-être vrai, peut-être pas. Et puis, qui sait si le point de vue minoritaire ne serait pas plus intéressant, plus enrichissant ? Enfin, de nombreux animateurs en rajoutent en commentant les propos par : « Voilà donc ce que la population pense du sujet en question. » C’est tout à fait inexact. On ne peut que conclure : « Voilà ce que pensent les auditeurs auxquels nous avons donné la parole. » Par ailleurs, lorsque des propos diffamatoires sont lancés en ondes, il est souvent trop tard pour les rattraper. L’animateur peut toujours dire qu’il est désolé, navré même, et que ces propos sont inacceptables. Ils ont été tenus.

16Il est possible de diffuser des émissions de tribunes téléphoniques intéressantes, informatives et bien articulées. Elles supposent quelques exigences de base : il est impératif que les auditeurs au téléphone soient identifiés par leurs nom et prénom de manière à ce qu’ils assument minimalement les propos qu’ils tiennent. Il est nécessaire que des journalistes à la recherche évaluent – avant d’entrer en ondes –, le contenu des commentaires. Et que les animateurs soient très habiles pour tirer de ces appels un contenu informatif d’intérêt public. Le défi est immense, mais la tâche est possible. Techniquement, les animateurs peuvent se prévaloir d’un compresseur qui permet à leur voix de dominer la voix des auditeurs qui appellent. On peut ainsi complètement couvrir les propos indus. Toutes les stations de radio sont ainsi équipées. Toutes ne s’en servent pas dans ce dessein. Lorsqu’on sait que l’on traite de sujets particulièrement délicats, on peut aussi équiper le studio radio d’un « délai », c’est-à-dire que les propos en direct sont différés en réalité de quelques secondes. Ce contrôle n’est sans doute pas toujours nécessaire et il est essentiel que les auditeurs puissent se faire entendre. Mais les tribunes téléphoniques doivent-elles être différentes des lettres des lecteurs dans un quotidien ? C’est-à-dire que dans un quotidien les lettres sont sélectionnées pour l’intérêt public qu’elles présentent sans pour autant qu’on attende d’elles un complément d’information. En choisissant les appels que l’on diffuse en ondes, on ne fait qu’imposer un traitement journalistique qui fait partie de la responsabilité du diffuseur.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search