Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Première partie. Comprendre la radio

2. Les métiers de la radio

Texte intégral

1Une caractéristique importante du travail en journalisme radio consiste à devoir s’adapter et pratiquer son métier de deux manières diamétralement opposées : il faut, selon les circonstances, travailler complètement seul, ou, au contraire, entouré d’une importante équipe.

2On attend aujourd’hui du journaliste radio une polyvalence suffisante pour procéder seul à ses enregistrements, montages, mixages simples et même parfois à sa propre mise en ondes. Contrairement à son collègue de la télévision, toujours accompagné au moins d’un caméraman et parfois d’un réalisateur, le journaliste radio est souvent seul sur les lieux des événements, à l’étranger par exemple. Il doit donc prendre souvent des décisions en se fiant à son seul jugement puisqu’il n’a pas toujours la possibilité d’échanger avec des collègues pour confirmer ou infirmer ses impressions. Le sentiment de responsabilité qu’on éprouve alors est parfois énorme et soumet le journaliste à un stress puissant qu’il doit pouvoir contrôler. Il lui faudra en effet assumer seul ses erreurs. Mais, en contrepartie, les réussites aussi peuvent souvent être célébrées sans partage. À d’autres moments, le journaliste radio doit au contraire s’insérer dans une importante équipe lorsqu’il travaille, par exemple, pour une émission d’affaires publiques produite par un grand réseau.

3Les rôles et fonctions de chacun ne sont pas toujours étanches ni toujours bien définis. Comme dans beaucoup d’autres milieux de travail, la dynamique des équipes peut varier. Beaucoup d’éléments entrent en ligne de compte, notamment, bien sûr, la personnalité de chacun. Il est possible néanmoins de cerner ces différents types d’emplois de la radio dans leurs grandes lignes tout en gardant en tête que ces descriptions ne sont pas figées définitivement.

L’ANTENNE

4Les métiers de la radio à l’antenne sont l’animation des émissions, la lecture de bulletins de nouvelles, ainsi que le reportage pour des bulletins de nouvelles ou des émissions d’affaires publiques. Comme pour un iceberg cependant, il s’agit là des fonctions qui constituent la partie émergée d’une émission de radio et d’une programmation, celle qu’on entend. Et celles qui font l’objet, plus spécifiquement, de ce livre. Bien souvent, la partie immergée, quoique plus anonyme, est cependant plus importante et, aujourd’hui, ces fonctions connexes sont fréquemment occupées par des personnes formées en communication ou en journalisme, particulièrement en journalisme radiophonique.

LA PRODUCTION

5Les fonctions liées à la production, principalement dans le secteur public, incluent la réalisation, les tâches de l’adjoint – plus souvent l’adjointe – à la réalisation et à la recherche. Dans le secteur privé, on attend souvent de l’animateur d’une émission qu’il se mette en ondes lui-même, ou, dans le meilleur des cas, qu’il travaille avec un opérateur de mise en ondes. Cette pratique se répand aussi dans le secteur public, notamment dans les petites stations de radio régionales et souvent en dehors des heures normales de travail. Un animateur radio d’une émission très matinale peut s’attendre, par exemple, à travailler seul pendant quelques heures avant d’être rejoint par le reste de l’équipe. Il est donc important de concevoir la technique indispensable à la radio comme une alliée, plutôt qu’une ennemie, et de l’apprivoiser rapidement sans se laisser impressionner.

6L’ordinateur a beaucoup balisé le travail de la production radiophonique depuis les années 1990. L’espace où régnaient un certain artisanat et une légère anarchie est dominé aujourd’hui, dans la radio numérique, par la machine et la froideur de l’écran de l’ordinateur. Toutes les tâches liées à la production d’une émission : la construction de la feuille de route ou plan de l’émission, le calcul des minutages, la répartition des droits d’auteur des musiques diffusées, même la compilation des heures travaillées sont désormais des tâches assistées par des logiciels conçus spécifiquement pour ce travail.

7Les éléments enregistrés à l’avance dans une émission se trouvent aujourd’hui sur l’un ou l’autre de deux supports : sur disque compact ou dans la régie centrale. S’il est gravé sur disque compact, l’élément enregistré – ce peut être une interview ou un reportage déjà prêt – sera diffusé de la régie du studio comme le serait une chanson ou une pièce musicale. Si l’élément est dans l’ordinateur de la régie centrale, le metteur en ondes – technicien, opérateur, réalisateur ou animateur, selon les circonstances – le lancera du studio par un clic de souris. Finis les rubans enroulés sur les magnétophones géants et les cartouches magnétiques empilées sur le bord de la console de la régie attendant d’être insérées dans le lecteur. La radio d’aujourd’hui peut diffuser sans qu’on n’ait jamais entre les mains un seul objet.

La réalisation

8Le réalisateur d’une émission est un véritable chef d’orchestre. Il doit donc avoir une vue générale de l’émission et s’assurer ainsi de la construction, c’est-à-dire de l’équilibre et de la répartition des temps d’antenne, par exemple si plusieurs personnes sont en ondes. Il doit veiller en même temps à la maximisation des divers éléments constitutifs. Il faut être à l’écoute du jeu de tout l’orchestre et du jeu de chaque instrument ou groupe d’instruments. Règle générale, la vision de l’émission doit être partagée par l’animateur. Le lien animation/réalisation doit être étroit et clair. On a tout intérêt à aller dans la même direction. Des malaises importants au sein de l’équipe de production se répercutent facilement en ondes. L’harmonie, aussi. Et c’est ce qui est souhaitable.

9La réalisation est aussi une fonction qui exige une certaine modestie. Les meilleurs réalisateurs sont bien connus dans le milieu de la radio, mais leur notoriété ne dépasse généralement pas les murs de l’institution pour laquelle ils travaillent. Pour devenir l’un des meilleurs, il est impératif d’arriver à être comblé par son travail en aidant les autres à s’accomplir et en les laissant prendre le devant de la scène. Ce sont les personnes à l’antenne que le public identifie. Il est essentiel aussi que le réalisateur développe un bon leadership de manière à amener chaque personne de l’équipe à donner le maximum, à se dépasser. Il faut aussi rester critique face à la performance de sa propre émission de manière à pouvoir l’améliorer. Le réalisateur peut être appelé à se prononcer sur l’embauche des recherchistes. Comme un chef d’orchestre, il doit savoir s’il faut encore quelqu’un du côté des cuivres ou plutôt des cordes ou, pour développer une autre analogie, comme l’entraîneur d’une équipe de sport, il doit savoir s’il doit améliorer son offensive ou sa défense.

10Pour les émissions d’information, la tendance dominante aujourd’hui est d’accorder la priorité à des journalistes dans le recrutement des réalisateurs.

L’adjoint à la réalisation

11C’est à l’adjoint à la réalisation qu’incombent les tâches de bureau sous la responsabilité du réalisateur : préparation de la feuille de route, préparation des contrats des invités le cas échéant, rapport de diffusion pour la distribution des droits d’auteur, etc. C’est également son rôle, lors des diffusions en direct, de « tenir le temps », de veiller à chronométrer les différents éléments de l’émission pour s’assurer qu’il y aura de la place pour tout le monde. À une certaine époque, être adjointe à la réalisation, c’était véritablement se retrouver dans un ghetto d’emploi féminin, et il fallait, en plus des autres tâches, préparer le café et « materner » le reste de l’équipe. À moins de tomber sur quelque dinosaure survivant, c’est une époque révolue. Les fonctions professionnelles dévolues à l’adjoint à la réalisation l’occupent déjà bien assez et les progrès accomplis dans la situation générale des femmes au travail sont venus modifier la vision qu’on avait du travail de ces dernières en production radio. Les fonctions sont aussi plus spécifiques qu’autrefois et l’on attend aujourd’hui des adjoints à la réalisation une spécialisation importante. L’essentiel du travail s’effectue à l’ordinateur et exige la connaissance de nombreux programmes et logiciels utilisés en radio.

La recherche

12La recherche est l’un des éléments clés d’une émission de radio. Les recherchistes suggèrent des sujets, des invités, des angles de traitement.

13Ce sont les recherchistes qui établissent les contacts avec les invités, effectuent parfois des préinterviews et préparent des dossiers de recherche pour les animateurs ou les autres journalistes de l’émission. Leurs qualités principales sont l’originalité, la créativité et leur capacité à faire face à l’aspect go getter de la fonction. Ils doivent pouvoir convaincre les meilleurs invités de participer à l’émission, respecter les échéances parfois serrées pour y arriver et signer le contrat moral, en quelque sorte, qui lie l’intervieweur et l’interviewé. C’est aux recherchistes qu’incombe en effet la responsabilité d’expliquer de quoi l’interview sera constituée, quels seront les thèmes abordés et les objectifs poursuivis. Notons qu’on attend souvent des journalistes radiophoniques qu’ils soient aptes à remplir toutes ces fonctions puisque, dans plusieurs émissions, les journalistes assurent leur propre recherche.

La technique

14Travailler avec un très bon technicien est un magnifique cadeau pour un journaliste radiophonique. Un cadeau de plus en plus rare. Pas parce que les techniciens sont moins bons, au contraire leur compétence est remarquable, mais la polyvalence à laquelle sont parvenus les journalistes radio limite le besoin en soutien technique. Leur travail est pourtant encore indispensable pour certains longs documents où les insertions musicales en douceur sont une spécialité. En studio aussi, bien sûr, où le technicien est responsable des niveaux sonores et doit procéder à l’enchaînement des différents segments de l’émission. Les consoles derrière lesquelles travaille le technicien ressemblent souvent au poste de pilotage d’un gros-porteur. Du côté des techniciens aussi, la polyvalence aujourd’hui est accrue. Les techniciens radio sont plus autonomes qu’avant et, dans de petites équipes où l’on se partage les tâches, le technicien devient facilement adjoint à la réalisation ou recherchiste musical.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search