Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Première partie. Comprendre la radio

1. La radio

Texte intégral

LES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES

1La radio est un fabuleux média de masse. Elle est d’une puissance colossale. Elle rejoint un grand nombre de personnes et chacune d’elles éprouve le sentiment d’être en lien direct et unique avec la voix de la radio. C’est un rapport intime et chaleureux qui s’établit entre la radio et son auditoire. De plus, la radio est accessible absolument partout. Pas une seule petite parcelle de territoire, ni la plus petite surface d’un océan qui ne reçoive un signal électromagnétique émis par une radio quelque part. Ce peut être sur la bande AM, FM ou sur ondes courtes. La Terre est tout entière reliée par la radio.

2La radio est également un média simple. De partout dans le monde, sans préavis, instantanément, sans autre outil qu’un téléphone, quelqu’un peut entrer en ondes et diffuser immédiatement sur l’ensemble d’un réseau. Les téléphones cellulaires et satellitaires permettent même aujourd’hui ce contact direct dans des zones complètement coupées du monde, qu’elles soient au fin fond d’un désert ou dans des zones sinistrées. Cette propriété fait de la radio le média numéro 1 des situations de crise.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
Radio-verglas : un rôle unique et essentiel
Janvier 1998 – Une tempête de verglas provoque une panne d’électricité majeure au Québec, particulièrement dans les régions de la Montérégie, l’île de Montréal et l’Outaouais. On l’appellera la « crise du verglas ». En plus du froid, les sinistrés doivent faire face aux problèmes de l’absence de nouvelles et de contacts avec l’extérieur. La radio a démontré ses qualités extraordinaires dans ce genre de situation et joué un rôle fondamental pour les milliers de sinistrés.
Tout au long de cette crise, Radio Services Montérégie, mise sur pied par Radio-Canada, a produit des centaines d’heures d’émissions d’information pour rassurer la population, donner des conseils concrets, diffuser les dernières nouvelles et ouvrir les tribunes téléphoniques qui permettent aux auditeurs de poser des questions, exprimer leur désarroi ou encore pour échanger simplement avec les journalistes. Proximité et responsabilité sont les grandes leçons à tirer de cette expérience qui souligne le rôle unique de la radio tant publique que privée.
Voici un extrait de l’article du journaliste du Devoir, Paul Cauchon, qui écrivait dans l’édition de février 1998 du magazine Le 30 :
Ici Radio Verglas : une voix dans le noir
Le temps d’une crise, la radio a été propulsée à l’avant-scène de l’information. La petite histoire d’une (brève ?) résurrection.
Ce sont les plus anciens qui l’affirment : « On n’a jamais été aussi présents et aussi occupés depuis la crise d’octobre 70. » L’affirmation est considérable. La Crise d’octobre, c’était quand même la belle époque où les felquistes appelaient CKAC pour révéler l’emplacement de leurs communiqués, non ? Mais Michel Vincent, directeur de l’information à CKAC, maintient son affirmation, se fiant à l’opinion des anciens. La radio a joué un rôle crucial pendant la « crise du verglas », c’est évident. Et pour les artisans de la radio, cette crise marquera peut-être un tournant, car ils se sont sentis utiles comme jamais. « C’est devenu très valorisant pour nous, ajoute Michel Vincent. Il faut comprendre que, par rapport à la télévision, les journalistes de la radio travaillent beaucoup dans l’ombre. Par rapport aux journaux aussi, puisque l’écrit reste et se conserve. Mais à l’occasion de cette crise, les “gars” se sont sentis beaucoup plus valorisés. » Dès le début de la tempête, les stations de radio devenaient des ressources indispensables. Pour des raisons techniques évidentes, bien sûr : dans les régions privées d’électricité, les radios étaient souvent le seul lien avec le monde environnant. Le besoin d’information était énorme, les nombreux organismes publics cherchaient par tous les moyens à diffuser conseils et informations. « Notre rôle a vraiment changé, ajoute Michel Vincent. Nous étions devenus la courroie de transmission entre les pouvoirs publics et les sinistrés. »
Tiré des archives du magazine Le 30, < www.le30.org>.

3La radio ne coûte pas très cher. Si on la compare à la télévision, notamment, on constate que, une fois assumés les frais d’installation, les dépenses principales sont constituées des salaires du personnel. Voilà un avantage formidable pour les pays en développement. C’est vrai aussi dans le réseau des radios communautaires des pays développés qui font régulièrement la preuve qu’on peut jouer un rôle social très actif, rayonner dans sa communauté et susciter la participation citoyenne sans investissements colossaux.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
Les radios communautaires du Québec
Fondée en 1979, l’Association des radiodiffuseurs communautaires (ARCQ) regroupe 30 stations à travers le Québec, dont 8 radios urbaines et 22 radios régionales. La radio communautaire est un acteur-clé de l’information locale et de la découverte artistique de la relève. Gérée et animée par des salariés et des bénévoles, elle accorde une large place aux enjeux sociaux et économiques locaux et régionaux, contribuant ainsi à la vitalité d’une collectivité. Certaines radios communautaires s’adressent à des communautés culturelles, avec des programmations dans d’autres langues que le français ou l’anglais.
La radio communautaire est ouverte, les citoyens peuvent en devenir membres et proposer des projets d’émissions. En 2005, les radios communautaires comptaient plus de 22 000 membres, 1 000 bénévoles et près de 230 employés salariés. À l’heure de la convergence des contenus des grands réseaux nationaux, la radio communautaire offre un espace de création et de nouvelles pratiques et contribue à la diversité des sources d’information pour la population.
Source : Association des radios communautaires du Québec, <www.radiovision.ca>.

4La radio ne coûte pas cher non plus à ses auditeurs. Le développement de la miniaturisation, par exemple, la fabrication de baladeurs, également, ont fait faire un boom énorme à la radio. Elle est disponible à tous. Facilement. Équitablement.

5La radio est également un merveilleux mode de communication. Grâce à elle, on peut s’adresser à la fois à l’intelligence et à la sensibilité des auditeurs. Comme la presse écrite, elle permet un contenu complexe et comme la télévision, elle autorise un contenu émotif. Elle n’a pas le côté parfois rebutant de la presse écrite ni le côté sensationnel de la télévision. Elle dispose du meilleur des deux. Bien que fréquemment menacée de disparaître, elle revient toujours en force et continue de s’imposer malgré le développement de nouvelles techniques qui, loin de lui nuire, lui donnent au contraire aujourd’hui une nouvelle dimension.

6L’arrivée du numérique, associé à la production et la diffusion des émissions de radio, a considérablement modifié le paysage de la radio traditionnelle. C’est vrai également d’Internet qui, entre autres choses, prolonge aujourd’hui la vie d’une production radio jusqu’ici condamnée à une existence très éphémère et permet en même temps une diffusion sans limites géographiques.

7Contrairement à la communication interpersonnelle, le propre des médias de masse est de rejoindre le plus grand nombre de personnes en même temps et, comme les autres médias de masse, la radio se définit également par l’absence de rétroaction.

8Cela est vrai même si le développement d’Internet permet aujourd’hui aux auditeurs de commenter fort rapidement – et parfois sans beaucoup de distance ni de précautions – les contenus entendus. Les tribunes téléphoniques représentent aussi une forme de rétroaction, un peu comme le courrier des lecteurs d’un quotidien.

9On dit que c’est une séquence communicationnelle unidirectionnelle, contrairement à un échange entre deux personnes qui, lui, constitue une séquence bidirectionnelle au cours de laquelle il est toujours possible de vérifier si le sens du propos est bien compris. La compréhension est parfois implicite, parce que les antécédents de chacun permettent de la tenir pour acquise, elle est parfois explicite à travers des expressions comme : « Comprends-tu ? », ou d’autres conventions de langage, ou encore des expressions non verbales comme le hochement de tête qui vient ponctuer la compréhension.

10En radio, il faut se passer de tels procédés et s’assurer le plus possible d’être compris instantanément, à la première écoute et pour le mieux. C’est une caractéristique dont il est important de tenir compte pour développer des techniques efficaces de communication radiophonique.

11La radio peut sembler désavantagée par rapport aux autres médias de masse comme la presse écrite ou la télévision. La presse écrite est très impersonnelle par rapport aux médias électroniques, mais elle permet à ses lecteurs de revenir sur un article autant de fois qu’ils le souhaitent pour s’assurer de la bonne interprétation du texte. Les lecteurs peuvent mettre le journal de côté pendant un certain temps et le relire quand ils le souhaitent. Le texte s’inscrit dans l’espace. La radio, dans le temps.

12La télévision est aussi un média inscrit dans le « temps », mais elle dispose du support de l’image pour renforcer le propos. D’ailleurs, dans le journalisme télévisuel qui se développe depuis l’arrivée des chaînes d’information continue, le journaliste de télévision devient un simple témoin de l’événement qu’il se contente de décrire sans l’analyser et chercher à le comprendre. L’idée mérite nuances et explications, mais il est clair que l’image prend aujourd’hui la part la plus importante du contenu télévisé.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
« Radio Machettes »
Parmi les illustrations récentes et les plus dramatiques de cette utilisation de la puissance de la radio à des fins de manipulation, le cas de la Radio-Télévision libre des Mille Collines, la RTML, au Rwanda, vient immédiatement à l’esprit. Les deux cofondateurs de cette radio, qui émit du 8 juillet 1993 au 31 juillet 1994, Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayagwiza ont été condamnés respectivement à la prison à vie et à 35 ans de prison par le Tribunal pénal international pour le Rwanda, le TPIR, en décembre 2003. Ils ont été reconnus coupables de génocide et d’incitation directe et publique à commettre le génocide.
Au moment du déclenchement du génocide, la RTML a rapidement été surnommée « Radio Machettes » à cause des propos incendiaires et racistes à l’endroit de l’une des deux communautés du Rwanda, les Tutsis, principales cibles de ce génocide qui a fait près d’un million de morts en 1994. Entre deux morceaux de musique congolaise, très populaire parmi les jeunes, la RTML indiquait les endroits où se trouvaient les Tutsis, les nommait en ondes, donnait des adresses et appelait notamment la population hutue à « exterminer les cafards ».
La juge a conclu ainsi sa décision lors du procès de Ferdinand Nahimana : « Vous étiez très conscient du pouvoir des mots et vous avez utilisé la radio, moyen de communication le plus répandu, pour disséminer la haine et la violence. Sans arme à feu, machette ou arme de poing, vous avez causé la mort de milliers de civils innocents. »
Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, un média porte la responsabilité directe de la perpétration d’un immense massacre par son incitation systématique à la haine et au meurtre.
Sources : <http://69.94.11.53/FRENCH/cases/Nahimana/index.htm>.
<http://69.94.11.53/FRENCH/cases/Barayagwiza/index.htm>.

13Sans image et sans espace, la radio peut sembler le parent pauvre des médias de masse, mais c’est oublier sa caractéristique fondamentale : la radio est un formidable outil d’imagination et cette fonction n’a pas de limites. Les sons de la radio, les voix, les visages qu’on imagine, les silences qu’on interprète, la musique qui vient ouvrir et fermer des émissions comme les chapitres d’un livre… Autant de suggestions à imaginer. Si elle sait bien faire entendre, la radio donne à voir.

14Ces propriétés peuvent aussi servir à des fins de manipulation. Des exemples démontrent qu’on peut déplacer des foules par la seule puissance de la radio et pousser des populations entières à commettre des actes insensés.

L’AUDITOIRE

15L’auditoire de la radio est libre. Libre de rester à l’écoute, de cesser d’écouter, de syntoniser une autre chaîne… Libre aussi de passer l’aspirateur, de discuter dans la voiture pendant la diffusion de votre émission ou de votre fabuleux reportage, ou de faire la vaisselle en famille. L’essentiel de la démarche de production radiophonique est de conquérir cet auditoire. Il faut aller le chercher, le convaincre de rester et s’assurer d’un minimum de rétention de contenu de sa part. Pour obtenir cette rétention du contenu, il est important de toujours se souvenir que l’on n’a qu’une seule chance d’être entendu et compris. Le propos doit être dit pour être compris à la première écoute. Du premier coup. Sans appel. Cette caractéristique fondamentale de l’auditoire de la radio aura de nombreuses conséquences sur l’écriture dans ce média, sur la façon de l’aborder, de raconter les histoires et d’utiliser les sons pour en faciliter la compréhension.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
Évaluation des auditoires
BBM, Bureau of Broadcast Measurements, existe depuis 1944, l’année du premier sondage destiné à connaître les habitudes d’écoute des Canadiens. L’organisme a été mis sur pied à la suite d’une entente entre l’Association des diffuseurs canadiens (Canadian Association of Broadcasters) et l’Association des publicitaires (Association of Canadian Advertisers). Les représentants de ces deux groupes voulaient obtenir de l’information impartiale et fiable sur le nombre d’auditeurs à l’écoute des émissions radiophoniques. On cherchait ainsi à établir des tarifs publicitaires équitables correspondant vraiment au volume d’écoute. Aujourd’hui, BBM évalue les auditoires de la radio trois fois par année : au printemps, à l’été et à l’automne.
Source : <www.bbm.ca>.

16L’auditoire de la radio fluctue beaucoup au cours d’une journée, mais on peut dégager des constantes dans les sondages qui visent à mesurer ce taux d’écoute qu’on nomme la cote. BBM est le principal organisme de mesure du volume d’écoute de la radio au Canada.

17C’est le matin, dès le point du jour, que les auditeurs sont les plus nombreux à écouter la radio. La radio accompagne bien le début de journée. Les émissions dites de services remportent la palme. On a besoin de savoir de quoi la journée sera faite. Que prévoit la météo ? Que dois-je savoir du monde qui m’entoure pour sentir que j’en fais partie ? Quel est le résultat du match d’hier dont je n’ai pas vu la fin ? En combien de temps me rendrai-je au travail ?

18L’auditoire se maintient pendant quelques heures entre le jogging, la cuisine, la voiture – jusqu’à l’arrivée au travail – pour diminuer ensuite sensiblement pendant la journée avec néanmoins une pointe à l’heure du repas du midi, surtout dans les petites villes où les gens retournent manger à la maison. Les cotes baissent de nouveau au cours de l’après-midi, mais connaissent une autre pointe lors du retour à la maison en fin d’après-midi, avant de diminuer ensuite systématiquement jusqu’au lendemain matin.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
Les jeunes écoutent moins
Selon Statistique Canada, le Canadien moyen âgé de 12 ans et plus consacre environ 20 heures par semaine à l’écoute de la radio. Le nombre moyen d’heures d’écoute par auditeur a d’ailleurs très peu varié au cours des 15 dernières années.
On constate cependant que les adolescents forment le groupe le moins intéressé par la radio. Le nombre d’heures d’écoute de ce groupe représente moins de la moitié de celui des adultes. Cette tendance était la même depuis 15 ans, mais les données les plus récentes de Statistique Canada indiquent que le phénomène s’amplifie. En 2006, les adolescents ont écouté la radio à peine 7,6 heures par semaine, comparativement aux 8,6 heures en 2005 et aux 11,3 heures enregistrées en 1996. Même si ces données doivent être interprétées avec prudence parce que le taux de retour de l’enquête est bas par rapport aux normes habituelles de Statistique Canada, elles indiquent tout de même que les lecteurs de musique numérique et les services de musique en ligne deviennent de véritables rivaux pour la radio auprès des jeunes adultes.
Sources : Lotfi, Chahdi, « La radio conserve son public », Bulletin trimestriel du Programme de la statistique culturelle, vol. 13, no 2, été 2001, p. 1-5.
Statistique Canada, Le Quotidien, le 26 juin 2007, Écoute de la radio, <http://www.statcan.ca/Daily/Français/070626/q070626b.htm>.

19Qui écoute la radio ? Tout le monde, peut-on répondre, à peu près sans exception. Que ce soit d’une oreille attentive ou distraite, pour une musique de fond ou un intérêt soutenu, tout le monde écoute la radio à un moment ou à un autre de la journée, quand ce ne serait que dans l’ascenseur ou chez le dentiste.

20Évidemment, tout le monde n’écoute pas la même chose et parce que la radio est d’abord une industrie, chaque station de radio vise une clientèle particulière. Les stations privées doivent donc définir une couleur musicale, un type d’émissions, des sujets d’intérêt divers tels les sports ou la santé, et cibler un auditoire particulier. L’auditeur type doit se reconnaître dans sa station de radio. Il faut notamment que le choix musical corresponde à ses goûts et ne s’en éloigne pas trop. La radio privée à vocation strictement commerciale cherchera à fidéliser cet auditoire principalement par sa programmation musicale. Mais la radio est beaucoup plus qu’un juke-box.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
La musique donne le ton
On estime à environ une douzaine le nombre de formules de station de radio au Canada identifiées par le type de musique que diffuse principalement – parfois uniquement – la station.
La « musique contemporaine pour adultes » remporte généralement la palme, suivie des « succès souvenirs » et de la musique « country ». Cependant, si l’on additionne la part des stations dites « à prédominance verbale » et celle de la Société Radio-Canada, on atteint plus de 20 % de la répartition des heures d ‘ écoute de la radio canadienne. Avec cette dernière formule, cependant, on atteint le plus difficilement les jeunes de 18 ans et moins.
Les stations américaines sont écoutées dans trois provinces : l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique, à hauteur d’environ 5 % des heures d’écoute. Ailleurs, leur volume d’écoute est négligeable, sauf chez les jeunes de moins de 18 ans.
Sources : Lotfi, Chahdi, op. cit.
Statistique Canada
, Écoute de la radio selon le format et le groupe d’âge, automne 2003.

21La radio privée est orientée vers les profits. Plus encore, selon toute apparence, depuis la réduction du nombre de propriétaires et la création de grands consortiums. Ce sont des empires financiers qui contrôlent aujourd’hui au Québec et au Canada toute l’industrie de la radio. Comment croire que ces stations étaient, il n’y a pas si longtemps, entre les mains de propriétaires indépendants ? En 1970, près de 50 % des stations de radio appartenaient à un propriétaire unique. En 2000, leur nombre est tombé à environ 5 %.

22Plusieurs stations de radio ont aussi changé de propriétaire ces dernières années à la suite de l’entrée en vigueur en janvier 1999 des nouvelles règles du CRTC en matière de propriété. Le paysage radiophonique est transformé.

Image 100000000000002D000000318A3CBCA0.jpgZoom
Deux groupes puissants
Deux groupes principaux se partagent désormais le marché canadien : Astral et Corus Entertainment. Astral Media est propriétaire de 29 stations. Elle détient 21 stations FM francophones au Québec. L’entreprise est également propriétaire de sept stations FM et d’une station AM de langue anglaise dans les provinces atlantiques. Corus Entertainment est propriétaire de 15 stations. L’ensemble de ses propriétés englobe également tous les marchés majeurs au Canada, dont les plus importants marchés urbains en Colombie-Britannique, au Manitoba, en Ontario et au Québec. Ensemble, Astral et Corus possèdent 36 % des 103 stations de radio privées au Québec. Au Canada, ces deux groupes sont propriétaires de 73 % des stations francophones.
Le phénomène de concentration se poursuit toujours. En avril 2007, Astral Media inc. a annoncé qu’elle se portait acquéreuse de presque tous les actifs de Standard Radio inc. Ces actifs incluent 52 stations de radio, qui diffusent dans cinq provinces canadiennes. Les stations CHOM FM, MIX 96 et CJAD de Montréal font partie de la transaction. Cette acquisition est assujettie à un examen du Bureau de la concurrence et à l’approbation du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Elle devrait être conclue en 2008 et entraînera ainsi la création du plus important groupe dans le secteur de la radio au Canada.
Source :<ww.crtc.ca>, à « organigrammes de propriété ».

23Des journalistes et des groupes sociaux se sont opposés à ce virage dans l’industrie de la radio privée dont l’information locale est la première victime. Les salles de nouvelles ont en effet souvent disparu ou se sont concentrées dans une seule localité d’où elles desservent un grand territoire. Les stations font de plus en plus appel aux agences d’information électronique, reproduisent ainsi les mêmes nouvelles partout et réduisent le nombre de sources d’information. Ces changements ne sont pas sans conséquences sociales. Il est amplement démontré que l’information locale et régionale contribue au premier engagement politique démocratique des citoyens d’une communauté. La radio, dont l’objectif sera clairement et uniquement de faire des profits, ne jouera plus ce rôle auprès de ses auditeurs.

L’ÉVOLUTION : INTERNET ET LA RADIO, L’AVENIR ?

24Depuis ses débuts, la radio a été condamnée à mort un grand nombre de fois par tous les observateurs. Condamnée à une disparition imminente à l’arrivée de la télévision en particulier, certains diraient que, tel le phénix, la radio renaît toujours de ses cendres. En réalité, et plus simplement, la radio a toujours su intégrer les nouvelles technologies à son profit. Sa capacité de s’adresser à chacun, en toute intimité, en fait un média d’une très grande souplesse. Sa force d’adaptation, peut-être liée à sa simplicité, est immense. Toujours est-il que les techniques nouvelles semblent bien plus lui profiter que lui nuire. Ainsi, Internet, loin de nuire à la radio telle que nous la connaissons, lui offre un nouveau souffle. Il est même à parier que cette porte ouverte sur le monde entier donnera à la radio un pouvoir énorme pour atteindre d’un seul coup toute la planète. Les sites des stations de radio permettent désormais une diffusion sans limites géographiques. Jusqu’à tout récemment, un permis d’émettre à une fréquence donnée et avec une puissance déterminée fixait les frontières de l’écoute de la radio. Aujourd’hui, les émissions de Radio France International sont diffusées en direct sur Internet et les émissions de la Première Chaîne de Radio-Canada sont accessibles en même temps sur les cinq continents. L’époque du « a beau mentir qui vient de loin » sera peut-être bientôt révolue.

25Par ailleurs, l’archivage des émissions prolonge considérablement leur durée de vie. Il faut parfois de nombreuses heures pour arriver à un résultat satisfaisant dans un reportage radio ou un documentaire audio qui sont l’objet d’un montage multipiste avec beaucoup d’éléments sonores. Le fait que les documents restent longtemps accessibles aux auditeurs intéressés – grâce à l’archivage électronique – donne aux journalistes radiophoniques le désir de se dépasser. Jusque-là, le caractère éphémère de la radio – la radio d’une seule diffusion – exigeait le même travail pour bien moins de satisfaction liée à la longévité.

26Maintenant la radio est aussi parfois diffusée entièrement sur Internet. Les blogues commencent à se tailler dans certains cas une vraie place dans le monde de l’information. Leur mode d’écriture privilégié s’apparente beaucoup à celui des médias électroniques : on écrit pour être dit. De multiples façons, Internet est inscrit dans l’avenir de la radiodiffusion et fait taire les prophètes de malheur. La cause est entendue. La radio ne disparaîtra pas.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search