Version classiqueVersion mobile

Le journalisme radiophonique

 | 
Dominique Payette
, 
Anne-Marie Brunelle

Introduction

Texte intégral

1Écrire ce livre sur le journalisme radiophonique est un grand plaisir. C’est l’occasion de faire partager la passion d’un métier, d’en exposer les outils et certaines ficelles développées avec le temps. Tout cela avec l’intention non dissimulée de susciter également une réflexion sur ce que la population est en droit d’attendre de ce média d’une force exceptionnelle et des journalistes qui le choisissent.

2Il n’y a pas qu’une seule manière de pratiquer le journalisme radiophonique. Il y en a plusieurs. Des journalistes remarquables y tracent constamment de nouvelles voies. Le développement fulgurant de la technique, ces dernières années, ouvre aussi des pistes insoupçonnées aux futurs journalistes radio. Ce livre veut appuyer toutes ces démarches visant à faire de la radio un outil encore plus fort et performant au service de l’auditoire. Il fait la synthèse de nombreuses années d’enseignement du journalisme et du journalisme radiophonique et de 30 ans d’expérience professionnelle au service des auditeurs de la radio publique canadienne. On y trouvera donc l’expression de ma conception de la radio et du journalisme.

3La première partie, Comprendre la radio, aidera à se faire une bonne idée de l’état actuel de ce média au Canada et de son auditoire. Les meilleures heures et les grands moments aussi puisqu’on se tourne toujours vers la radio quand surviennent de grands événements. L’histoire récente le démontre encore.

4On verra également que la radio est aussi le fruit du travail d’un grand nombre de personnes qu’on n’entend pas et qui sont peu connues du public, mais qui occupent des fonctions diverses indispensables à la réussite de la programmation en information, dont on découvrira par ailleurs l’organisation générale.

5S’il n’y a pas qu’une seule manière de pratiquer le journalisme radio, il existe des règles de base très largement répandues et généralement admises par les stations de radio et qui concernent les techniques par lesquelles on s’adresse à l’auditoire : règles d’écriture, faites pour l’oreille, règles dans la structure et l’organisation des textes destinés à l’antenne radio. On les abordera dans la deuxième partie. Ainsi, le choix des nouvelles ou des thèmes des émissions d’information est-il aussi sujet à débats, mais on verra ici comment on procède le plus souvent et sur quelles bases on le fait. Cela ne va pas sans réflexion sur les choix éditoriaux de donner la parole à quelqu’un plutôt qu’à quelqu’un d’autre. Tout comme l’information dans les autres médias, l’information radiophonique est, avant toute autre chose, au service de la démocratie.

6Plusieurs excellents ouvrages traitent déjà de l’interview destinée aux médias électroniques, mais il est essentiel ici de brosser un tableau de cet instrument fondamental entre les mains des journalistes radiophoniques. De la même manière, ce livre serait incomplet s’il ne faisait pas une large part à la technique, soit l’enregistrement sonore et le montage assisté par ordinateur, les autres outils de base que les journalistes d’aujourd’hui doivent posséder et dont ils doivent connaître les règles déontologiques spécifiques s’y rattachant.

7Dans la troisième partie, on discutera des lois canadiennes entourant la radiodiffusion et couvrant des domaines comme l’enregistrement des voix des personnes et la diffusion des propos. La radio utilise les ondes publiques. Elle est régie par des règles particulières que les journalistes doivent connaître. De récentes décisions judiciaires sont aussi venues ces dernières années recadrer la façon de travailler dans les médias électroniques, et à la radio en particulier. Ces décisions judiciaires font maintenant partie intégrante des pratiques professionnelles des journalistes de la radio au Canada.

8Il a bien fallu faire des choix. Cet ouvrage ne constitue pas un traité sur l’expression orale et la communication verbale, même si ce sont des éléments très importants de la prestation radiophonique. On se contente ici de survoler certaines notions liées à la diction et à la prononciation. De même, la qualité relationnelle nécessaire aux métiers de la radio et au travail en studio comme les pratiquent les animateurs des émissions radiophoniques est rapidement évoquée. Ce sont des thèmes qui justifieraient à eux seuls des ouvrages complets.

9Plusieurs personnes ont contribué à cet ouvrage. Elles ont toute ma reconnaissance. Un remerciement particulier au service des communications de la radio de Radio-Canada pour la liberté qu’on m’a donnée d’utiliser pour cet ouvrage des documents produits par ses journalistes et réalisateurs en information.

10Un grand merci à Alain Chénier, technicien à la prise de son à Radio-Canada et complice radiophonique pendant plusieurs années, qui a relu les pages consacrées au montage audio numérique et suggéré d’intéressantes modifications.

11Enfin, un merci tout spécial à tous les étudiants en journalisme de l’Université de Montréal d’abord, puis de l’Université Laval, qui m’ont aidée, bien plus qu’ils ne le savent, à devenir professeure.

12Soyez les bienvenus, donc, dans cet univers de l’information radiophonique. J’espère permettre à un plus grand nombre d’en comprendre mieux les rouages et de l’apprécier encore davantage.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search