Version classiqueVersion mobile

La sociocriminologie

 | 
Stéphane Leman-Langlois

3. Conflit et consensus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’ici, nous avons surtout parlé d’un environnement social défini par ce qu’ont en commun les individus qui y évoluent. L’ethnométhodologie nous a appris que nos connaissances sont plutôt localisées et, dans certains cas, essentiellement personnelles –, donc que la culture dans son ensemble ressemble davantage à une mosaïque infiniment redécoupable qu’à un immense bloc homogène tel que l’avait imaginé Durkheim (et que la plupart des gens imaginent aussi). Qu’on s’y attaque au niveau micro ou macro, les comportements des gens sont essentiellement des histoires de conformité ou de déviance face aux règles sociales. C’est ce qu’on appelle un « consensus ». Dans ces versions de la société, les conflits sont des dysfonctions et la criminalité est une déviance plus grave que les autres.

Il existe une façon opposée de comprendre les structures sociales : celle du conflit. Pour les théoriciens du conflit, la société telle que nous la connaissons n’est pas le résultat d’un accord généralis...

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search