Version classiqueVersion mobile

La psychologie environnementale

 | 
Jean Morval

Conclusion

Avancées et limites de la psychologie environnementale

Texte intégral

Le temps est l’image mobile de l’éternité.
Platon

1En guise de conclusion, il nous paraît important de rappeler que l’ambition de ce livre est de rendre compte de l’évolution de la psychologie environnementale et des mécanismes psychosociaux à l’œuvre dans nos transactions avec l’environnement. Ce texte, rappelons-le, a été construit selon trois axes : un récapitulatif des notions de base, une présentation des recherches classiques sur les stresseurs environnementaux et des exemples de recherches récentes sur un concept en pleine évolution : l’appropriation de l’espace. Pour ce dernier axe, l’intention était de ne pas s’attarder sur le passé, mais d’illustrer l’évolution des idées par des exemples de recherche en cours. Ce cheminement parcouru, nous pouvons compléter la définition de la psychologie environnementale dans ce qu’elle possède de plus spécifique : la prise en compte de l’espace naturel, l’espace social et l’espace construit comme indissociables. C’est une perspective qui s’attache à l’étude des transactions de la personne avec son cadre de vie, du plan local jusqu’à l’écosystème global. Ce courant d’idées est, rappelons-le, la branche cadette de la psychologie (4 décennies d’existence par rapport à plus de 10 décennies pour la psychologie générale). Cette donnée prise en considération permet d’évaluer correctement l’état d’avancement du domaine et explique le fait que les psychologues environnementaux constituent un groupe encore très minoritaire par rapport à l’ensemble de leurs collègues. Il convient également d’insister sur le chemin parcouru depuis les pionniers qui ont travaillé d’abord avec des concepts importés des disciplines voisines. Gibson propose ainsi une théorie écologique de la perception qui prend le relais des modèles issus de l’architecture ou la géographie. Altman développe une théorie de la régulation de l’intimité qui puise son inspiration dans l’œuvre de l’anthropologue Hall. De même, G. Moser étudie les stresseurs urbains en s’inspirant du travail en biologie de Seyle. On pourrait prolonger cette liste d’exemples pour démontrer combien ce champ du savoir s’est progressivement doté en propre de concepts et modèles plus adéquats. En particulier, les chercheurs ont valorisé dans leurs travaux le respect du critère fondamental de validité écologique. On peut affirmer que la psychologie dans son ensemble bénéficie déjà de l’apport de la psychologie environnementale. En d’autres mots, la psychologie a besoin de la perspective environnementale pour un renouvellement de perspective. A fortiori, ce changement de cap s’impose si l’on souhaite obtenir une compréhension plus globale du comportement humain dans l’environnement réel.

2Au terme de ce livre, il nous paraît également opportun de redire à quel point celui-ci a été écrit dans un esprit bien différent de l’Introduction à la psychologie de l’environnement publié en 1981. À l’époque, ce champ d’études était presque vierge et les premières recherches étaient aussi foisonnantes que disparates. Il semble que cet ouvrage ait paru utile à plusieurs collègues qui y ont vu une première transposition, pour le lecteur francophone, d’idées formulées par des pionniers américains, idées peu connues à l’époque en France, à l’exception des travaux de Claude Lévy-Leboyer et de ses collaborateurs.

3Aujourd’hui, le champ interdisciplinaire des transactions personnesenvironnement bénéficie d’une plus grande audience et, tandis qu’il connaît une relative stabilisation aux États-Unis, on assiste à une véritable émergence de la psychologie environnementale en Europe. C’est le cas de la France, du Royaume-Uni, de l’Espagne, de la Suède et plus récemment de l’Allemagne. Le présent ouvrage a tenté de tenir compte de ce déplacement de leadership intellectuel pour faire davantage place à des chercheurs comme E. Pol, G. Moser et leur équipe, Rioux et aux contributions de la relève.

4Bien entendu, la contribution purement américaine demeure toujours importante et il n’est pas inutile de rappeler qu’elle fut la pierre angulaire de ce vaste champ d’études, notamment à travers l’American Psychological Association (APA) ou encore avec des regroupements comme l’Environmental Design Research Association (EDRA) ou l’International Association for People-Environment Studies (IAPS). Le champ se développe aussi en intégrant les contributions de différentes aires géographiques et culturelles qui enrichissent les théories comme les pratiques. Les revues majeures comme Environment and Behavior et Journal of Environmental Psychology accueillent des articles émanant de chercheurs de tous les coins du monde. À côté des organisations formelles, il convient de ne pas sous-estimer le rôle joué par des collèges invisibles, selon l’expression de P. Dansereau (communication personnelle), qui, par et dans leurs échanges, exercent souvent une influence décisive sur le développement du domaine.

5On pourrait tenter de schématiser ces exemples en partant du graphique en annexe sur les cohortes successives de chercheurs et en traçant une espèce de sociogramme. Il serait possible de figurer les fréquents échanges informels qui nourrissent en fait des spécialistes comme G. Moser, E. Pol, Perla Serfaty, D. Uzzell, ou J.-G. Vaillancourt ou encore l’auteur de ces lignes, par exemple, et ce, en marge des congrès structurés. Enfin, il est réjouissant de penser que la percée encore relativement modeste de la psychologie environnementale contribue à renouveler la pratique et la manière de comprendre le comportement.

6On sait combien Freud a permis d’aller plus en profondeur dans la lecture des mécanismes inconscients, combien Lewin et ses élèves ont donné un coup d’envoi à une compréhension plus complète de nos comportements sociaux. Aujourd’hui, grâce à la psychologie environnementale, en prenant en compte l’espace et le temps et en privilégiant des recherches où la validité écologique est satisfaisante (rappelons que ce critère de validité écologique a été introduit par les travaux de U. Bronfenbrenner en 1979 et qu’il demeure difficile à respecter pleinement dans la recherche empirique), on progresse tout autant dans le savoir psychologique.

7Par ailleurs, il devient possible de faire un pas en avant, en imaginant progressivement des modèles où l’impact de l’environnement, ses propriétés physiques comme symboliques, jouent un rôle de variable modératrice. Concrètement, étudier le vécu urbain ou les relations entre l’environnement et les conduites est possible aujourd’hui avec des cadres théoriques plus conformes à la réalité, des instruments de mesure plus adaptés, ainsi que des plans de recherche où les progrès des méthodes statistiques sont employés.

8Sur le plan des connaissances, beaucoup de chemin a été parcouru depuis 1957, l’année où Bachelard publiait aux Presses universitaires de France La poétique de l’espace. Sur le plan de l’intervention, il en va de même. La psychologie environnementale a largement contribué à améliorer les stratégies de support aux personnes âgées en perte d’autonomie. Les applications d’une notion comme l’appropriation de l’espace permettent de mieux comprendre les besoins des personnes dans une entreprise ou ceux des résidents d’un quartier de la ville. Le secteur de la psychologie de la santé, qui est actuellement en plein essor, puise largement dans les enseignements issus de la perspective environnementale, tout spécialement en ce qui concerne les recherches sur l’adaptation aux besoins exprimés par les usagers du système. Finalement, ce n’est plus exclusivement la psychiatrie ou la sociologie, mais l’architecture, l’urbanisme, la gestion environnementale de l’espace qui deviendront les partenaires incontournables des nouveaux spécialistes en psychologie environnementale.

9Nous espérons que ce texte contribuera à susciter l’intérêt de celles et ceux qui veulent mieux comprendre l’impact de l’environnement sur les comportements de chacun et qui souhaitent peut-être influencer au passage quelques décideurs ou gestionnaires dans le sens d’une optimisation de la qualité de vie des femmes et des hommes sur cette planète. L’avenir dira dans quelle mesure ces espoirs ont pu être tenus dans la réalité.

10Comme dans les autres sphères du savoir, il importe de garder en mémoire ce que nous devons aux précurseurs et pionniers. Le présent de la psychologie environnementale est dans les mains de collègues actifs capables de stimuler une collaboration créatrice par delà les nations, les disciplines et leurs efforts vont ouvrir des pistes nouvelles pour celles et ceux qui prendront la relève. Plus concrètement, on peut imaginer que ce champ de spécialisation antérieurement centré sur l’individu se déplace vers une vision plus sociale des transactions environnement/comportement. Dans le futur, on peut envisager que des modèles de gestion environnementale se mettront en place avec d’autant plus de succès et d’efficacité pratique que seront pris en compte les véritables besoins et priorités des êtres humains immergés dans un environnement planétaire commun.

11Ce volume synthétique, rédigé en termes accessibles, est destiné à un public de lecteurs d’une rare diversité. Rendre compte à la fois des contributions des pionniers, des consolidations de leurs successeurs, tout en sensibilisant à l’évolution du domaine depuis quatre décennies, le défi était considérable. Nous souhaitons que ce texte permette d’éclairer l’essence de ce cheminement et surtout donne le goût d’aller plus loin dans la compréhension des relations subtiles entre environnement et comportement.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search