Version classiqueVersion mobile

La psychologie environnementale

 | 
Jean Morval

3. L’appropriation de l’espace

Texte intégral

1Jusqu’à présent, nous avons porté notre regard sur l’ensemble des connaissances, des expérimentations et des modèles qui ont été à la base de la psychologie environnementale. Il est temps maintenant de porter notre attention sur les avancées récentes et les développements futurs dans le domaine. Dans ce chapitre, nous avons choisi de présenter trois exemples qui touchent la question de l’appropriation de l’espace, un concept primordial et en pleine évolution.

Les origines du concept

  • 1 À l’époque, Perla Serfaty enseignait à l’Université de Strasbourg, elle vit aujourd’hui à Montréal (...)

2Ce concept a fait l’objet d’un colloque international qui a marqué l’histoire de la perspective environnementale. Ce colloque, tenu à Strasbourg en 1976, a constitué un tournant dans la recherche sur l’appropriation de l’espace. Comme le note Perla Serfaty1, qui était présente à cet événement, ce colloque a été l’occasion d’une rencontre véritablement interdisciplinaire entre des psychologues et des architectes de la première heure et de nombreux représentants de plusieurs disciplines : sociologie, ethnologie, philosophie ou médecine. Si, à l’époque, compte tenu de la diversité des participants, on ne pouvait pas s’attendre à la formulation d’une définition univoque des processus d’appropriation de l’espace, avec le recul du temps, on peut dire que les principales positions émises par des chercheurs tels que Canter, Graumann, Kruse et Proshansky ont permis le développement d’un nouvel axe de recherche en psychologie environnementale.

  • 2 Le lecteur intéressé à approfondir le jeu des multiples influences qui ont façonné ce concept et a (...)

3Nous allons maintenant évoquer les différents angles d’approche du processus d’appropriation de l’espace. Pour Chombart de Lauwe (1959), s’approprier un espace construit consiste à pouvoir ajuster l’espace objet et l’espace représenté : ceci donne une impression de familiarité cognitive. De plus, pouvoir associer le désir et la représentation à l’utilisation des objets dans l’espace produit une impression de familiarité affective, car les objets sont porteurs de symboles et l’appropriation de l’espace construit est dotée d’une dimension esthétique. Une palette de couleurs peut attirer une personne comme l’harmonie de formes, l’association de bruits et d’odeurs peuvent communiquer une impression de plénitude, de possession ou alors, au contraire, un malaise résultant de rapprochements désagréables et suscitant un sentiment d’exclusion. Cette question de la généalogie des idées a été particulièrement développée par E. Pol2.

4En 1976, au cours de la Conférence internationale de l’espace, H. Proshansky a soumis le concept d’appropriation de l’espace à une analyse théorique en considérant que ce processus s’étend dans le temps, s’établit sur une base à long terme et a lieu dans des endroits singuliers. Une dimension évaluative est soulignée en mentionnant que l’appropriation peut réussir ou échouer dans la mesure où l’on ne réussit pas à atteindre les buts fixés pour l’organisation de l’espace. Les propos de Graumann vont dans un autre sens : explorer l’origine marxiste du concept d’appropriation à partir de sa formulation générale. Pour lui, le processus d’appropriation de l’espace désigne l’acquisition individuelle d’une expérience historiquement accumulée et socialement médiatisée. Ce ne sont plus des lieux, mais des significations objectives, ce ne sont pas des choses, mais des modes de relation que l’on s’approprie. Puisque chaque appropriation d’un endroit implique une réalisation de soi et un développement, le simple fait d’en être propriétaire ne réaliserait aucun potentiel et pourrait être considéré comme une appropriation nulle. Autrement dit, posséder un espace disponible, une propriété privée sans l’utiliser, ce n’est pas se l’approprier. On constatera aussi, dans les discussions entre plusieurs de ces importants chercheurs, un intérêt commun pour le concept et son application aux sciences humaines ainsi qu’une diversité de points de vue.

5Cette conférence de Strasbourg a été et demeure une source d’inspiration pour de très nombreuses recherches en psychologie environnementale. On peut difficilement imaginer, encore aujourd’hui, une étude sur l’appropriation de l’espace qui ne s’alimente pas à la pensée fondamentale des principaux protagonistes de 1976. Il n’est pas interdit de penser que la notion de place attachment développée par H. Proshansky ait généré des sources d’inspiration pour de nombreux chercheurs américains venant après lui.

6Depuis lors, le cadre théorique de Pol semble prédominer sur les autres même si plusieurs auteurs sont demeurés attachés à la nuance introduite par leur point de vue initial. C’est donc avant tout sur les travaux de Pol que nous allons revenir dans l’exemple de recherche qui suit.

Application du concept à l’espace construit

7Le premier exemple que nous avons retenu concerne l’exploration de l’espace construit ou bâti. La préexpérimentation a consisté à élaborer une mesure de l’appropriation de l’espace d’un édifice. Comment opérationnaliser cette notion et l’évaluer ? Pour ce faire, nous avons élaboré une échelle de mesure à partir des éléments suivants : la libre circulation dans l’édifice, la connaissance des lieux (sur le plan des ressources disponibles) et le caractère stimulant du bâtiment en question.

8Notre recherche s’est appuyée sur les travaux de plusieurs chercheurs, notamment ceux de Sivadon (1965), qui avaient déjà souligné à l’époque qu’aucune appropriation de l’espace n’est possible sans la libre circulation dans un bâtiment. Son observation approfondie du comportement de patients psychiatrisés dans leur environnement asilaire l’en avait convaincu. Ce premier aspect a été retenu dans la construction de l’échelle de mesure. Pour cette recherche, nous nous sommes également inspiré des travaux de DeWaele et de ses collaborateurs sur les facettes cognitive, affective et comportementale de l’appropriation. Une cinquième dimension a priori a été également considérée relativement au degré de stimulation généré par l’environnement.

9Enfin, pour compléter nos sources, nous avons tenu compte de l’analyse classique de Jeffrey Pfeffer (1982) qui proposait d’évaluer six caractéristiques d’un édifice construit :

  1. la taille du bâtiment ;
  2. la qualité de l’espace sur le plan de la propreté, de la sécurité, de la décoration ;
  3. la flexibilité, soit la possibilité d’aménager l’espace de manière souple ;
  4. la structuration proprement dite de l’espace, soit la distance entre départements, personnes et services ;
  5. le niveau d’intimité évalué en fonction de la portion d’espace dont on dispose personnellement par rapport à celui partagé avec autrui ;
  6. la localisation de l’édifice lui-même, soit le prestige du site, la qualité du quartier où l’édifice est implanté, les facilités d’accès par les transports en commun et la présence de parcs de stationnement à proximité.

10Ces propositions et le modèle de Pfeffer ont été exploités pour mesurer la qualité de l’environnement dans sa relation à l’appropriation de l’espace.

11Dans ce qui suit, nous présentons les éléments de notre recherche. À l’occasion du déménagement de l’École des Hautes Études Commerciales (HEC) de Montréal, en 1997, dans un nouvel édifice, nous avons soumis à l’étude 298 étudiants francophones des HEC Montréal dont la moyenne d’âge était de 21 ans et 5 mois (la sélection des répondants se limitant aux étudiants canadiens qui avaient fréquenté les deux édifices, l’ancien et le nouveau, depuis plus d’un an). La sélection attentive des sujets semblait indispensable pour garder une population homogène ayant à la fois une bonne connaissance des lieux et une pratique aisée du français. Le questionnaire initial comportait 25 items répartis en cinq thèmes : utilisation de l’espace, connaissance de l’espace (capacité de se le représenter et de localiser les services), réponse affective à l’environnement (lieu centripète ou centrifuge), caractère stimulant du nouvel édifice et enfin libre circulation (peu ou pas de locaux interdits d’accès).

  • 3 Pour prendre connaissance du détail de cette recherche, on peut consulter Morval, J. et Corbière, (...)

12Sans entrer ici dans le détail des analyses statistiques de cette recherche exploratoire3, nous avons pu formuler quelques conclusions intéressantes à partir des éléments d’échelle suivants : le caractère stimulant de l’environnement construit, la connaissance de l’édifice et la libre circulation dans les locaux de l’école. Les résultats indiquent ceci : plus l’étudiant est stimulé par l’environnement, plus il s’approprie l’espace et cherche à augmenter sa compétence environnementale sur le plan de l’utilisation des lieux où il étudie. On constate également que plus une personne de notre échantillon perçoit les qualités de son lieu de travail, plus elle connaît l’édifice et plus elle ressent l’environnement comme stimulant, plus elle circule librement à la découverte des locaux qu’elle ne connaît pas encore. Cette expérimentation nous a conduits à explorer les relations entre appropriation de l’espace et motivation au travail.

Appropriation de l’espace et motivation au travail (Recherche 1)

13Certains se souviennent peut-être de l’interrogation de Rom Harré (1981) : « Qu’est-ce qui est réel en psychologie ? » Il est vrai que dans plusieurs champs de la discipline, certains chercheurs ont préféré le confort méthodologique en s’attaquant à ce qui est aisément mesurable, car la complexité du réel, et en particulier du vécu par rapport à l’environnement, pose souvent un défi insurmontable. Rappelons tout de même qu’il n’est pas d’avancée sans prise de risque et de tentative d’opérationnalisation. À propos de l’appropriation de l’espace, il nous a semblé utile de proposer un questionnaire visant à mieux cerner le processus. Notre point de départ est la définition que l’auteur de ces lignes avait proposée dans la recherche de De Waele et al. (1986). Cette définition décrit le processus d’appropriation comme une activité ininterrompue conduisant, à travers des stades successifs d’apprentissage et de prise de conscience, à la constitution de repères permettant de nous situer dans l’espace et de se l’approprier. Il est clair que ce processus peut se comprendre comme un schéma spécifique de conduite développé par l’humain dans toute transaction avec l’environnement.

Ce schéma illustre la relation de circularité entre le processus d’entrée, la perception du milieu de travail, le niveau d’appropriation de cet espace et ses conséquences possibles sur le comportement organisationnel. L’appropriation peut être réussie ou manquée et donc l’adaptation au milieu du travail.
Dans le volume de De Waele, M., Morval, J. et Sheitoyan, R., La gestion de soi (1986), nous avions évoqué la relation existant entre le processus d’entrée (la perception) et l’appropriation de l’espace de travail dans le contexte des organisations. Ainsi la personne perçoit son environnement de travail d’une certaine manière qui entraîne un type de transaction avec l’organisation. Se crée alors une carte cognitive qui va conduire à des interactions avec autrui et la délimitation d’un territoire donné (le bureau, l’atelier, la cantine, etc.). Ce faisant, des marqueurs qui permettent ou non l’attachement aux lieux de travail sont définis. On peut parler d’appropriation de l’espace de travail avec ses conséquences.
FIGURE 3.1 APPROPRIATION DE L’ESPACE DE TRAVAIL (De Waele et al., 1986)

14G.-N. Fischer (1997) a complété l’énoncé ci-dessus en considérant, par exemple, les différentes formes d’occupation d’un lieu de travail. Le style d’appropriation de l’espace répond alors à trois critères : le type d’emprise ou de contrôle exercé ; les types de transformations et d’aménagement ; et enfin l’expression de l’identité. On peut ainsi contrôler l’accès à un local, modifier la disposition des lieux, produire des changements de décor. Ainsi, l’ensemble de ces caractéristiques énumérées va contribuer à exprimer la personnalité du sujet et donc, par voie de conséquence, personnaliser son appropriation de l’espace.

15Dans le contexte des organisations, presque aucun chercheur n’a pris le risque jusqu’ici d’étudier les liens possibles entre le degré d’appropriation de l’espace et la motivation au travail.

Relation entre appropriation de l’espace et motivation au travail

16Dans la littérature produite par les spécialistes des espaces de travail, l’idée a certes été formulée, mais sans s’appuyer sur des travaux portant sur des répondants précis dans des organisations concrètes. En somme, le lien entre appropriation des lieux de travail et motivation n’a pas été testé par la recherche empirique. Dans l’étude exploratoire présentée ici, nous utilisons l’échelle d’appropriation dont il vient d’être question. Cet exemple nous permet d’illustrer une application nouvelle en psychologie environnementale.

17Dans l’optique de cet ouvrage, il est entendu que l’espace sera toujours considéré comme un lieu physique porteur de valeurs matérielles auxquelles sont rattachées des valeurs affectives et psychosociales. Pour cette recherche, deux écoles de gestion appartenant à deux universités francophones d’une même ville ont été comparées. Les coûts de construction relatifs à l’édifice le plus récent et sa qualité exceptionnelle dépassent de beaucoup la qualité fonctionnelle de l’autre édifice qui répond à des normes de base et demeure totalement dépourvu de standing. La valeur symbolique de ces deux écoles de gestion n’est sans doute pas la même, mais, dans les deux cas, ce sont les utilisateurs de chacun des édifices qui sont désignés pour répondre aux différents critères psychosociaux à l’œuvre, pour leur propre lieu de travail.

FIGURE 3.2 SCHÉMA DE L’APPROCHE ENVIRONNEMENTALE

18Dans notre perspective, sur un plan psychologique, l’espace détermine les conduites professionnelles et personnelles et donc la motivation au travail en particulier. En nous inspirant d’Altman, nous avons considéré qu’une recherche appartient au champ de la psychologie environnementale dès qu’on étudie les processus qui permettent aux utilisateurs de l’espace de se comporter de manière optimale dans leur environnement. La Figure 3.2 reprend les trois axes dont il est toujours question en explicitant à la fois les processus à l’œuvre dans les transactions avec l’environnement naturel, social et construit et les lieux qui, selon la terminologie de U. Bronfenbrenner (1979), comprennent quatre niveaux : le micro-, l’exo-, le méso- et le macrosystème, et en dernier lieu, les catégories d’utilisateurs de l’espace en question.

19Concrètement, l’étude porte donc sur les édifices de deux écoles de gestion de Montréal : l’École des Hautes Études Commerciales (HEC) et l’École de gestion de l’UQAM), et inclut les trois catégories d’utilisateurs suivantes : les professeurs, les étudiants et le personnel administratif. L’échantillon total se compose de 342 étudiants dont l’âge varie de 18 à 54 ans, et de 84 personnes (professeurs et personnel administratif) dont l’âge moyen est de 37 ans et 7 mois.

20Au sujet du processus d’appropriation, la Figure 3.1 désigne notre choix de définition du processus dans le cadre des organisations. Selon cette définition, l’espace construit en particulier peut exercer une influence sur les utilisateurs et donc sur leur motivation au travail.

La motivation au travail dans ce contexte

21L’hypothèse selon laquelle plus les personnes sont motivées au travail, plus elles s’approprient les lieux de travail, et réciproquement, n’a pas été testée jusqu’ici dans la littérature et encore moins sur le plan d’une recherche sur le terrain. En vue de mesurer le niveau de motivation des répondants, nous avons adopté le cadre théorique de Vallerand (1997) dans le prolongement des travaux de Deci et Ryan (1985). Vallerand et ses collaborateurs ont construit des questionnaires à partir d’une population québécoise aux caractéristiques très voisines de nos échantillons de répondants. Ce choix méthodologique présente plusieurs avantages. En effet, le modèle théorique (Figure 3.2) s’applique aussi bien à la motivation aux études pour les étudiants qu’à la motivation au travail des professeurs et du personnel administratif.

22Il n’a pas été possible de confirmer l’hypothèse suivant laquelle plus les personnes de notre échantillon sont motivées au travail, plus elles s’approprient leurs espaces de travail. En revanche, la comparaison des deux institutions universitaires a permis d’émettre plusieurs conclusions significatives. En ce qui concerne le groupe étudiant, nous avons noté que ce sont les étudiants de l’École de gestion de l’UQAM qui ont exprimé une motivation plus élevée pour leurs études. Pour les professeurs, aucune différence importante n’a pu être dégagée. Sur le plan du personnel administratif, nous avons relevé que ce sont les membres du personnel des HEC qui ont manifesté nettement plus de motivation au travail, plus de satisfaction et plus d’initiative dans l’appropriation de leurs nouveaux locaux.

23En résumé, cette recherche exploratoire permet de formuler plusieurs hypothèses importantes sur le lien entre appropriation de l’espace et motivation au travail. Tout d’abord, on note que, les étudiants étant de passage, leur pratique des lieux correspond à une période relativement courte d’utilisation de l’édifice. Les professeurs des deux institutions, quant à eux, ont un comportement très différent même si le volume de travail est le même dans les deux écoles de gestion. Le personnel administratif des HEC est, de son côté, très présent à l’intérieur des locaux et des bureaux. Le restaurant et les autres services ainsi que la qualité des lieux favorisent les opportunités de collaboration. Il n’en va pas de même à l’UQAM où certains professeurs travaillent beaucoup chez eux et ne fréquentent le campus que minimalement, pour les cours et les assemblées départementales. Bien sûr, plusieurs collègues collaborent au sein d’équipes de recherche ou de comités de programme. L’appropriation des lieux est dans leur cas assez réduite ; le comportement du personnel administratif est également assez différencié alors que les membres de ce personnel aux HEC manifestent beaucoup d’intérêt pour leurs locaux. Ce n’est guère le cas à l’École de gestion de l’UQAM.

24Bien sûr, aux HEC, l’expérimentation a eu lieu, après un déménagement dans un nouvel édifice assez remarquable et imposant dont le coût de construction a dépassé les 100 000 $. Il n’est dès lors pas étonnant que le personnel des HEC ait pris plusieurs initiatives et mesures (par exemple : montrer son nouveau bureau à des proches pendant le week-end et faire visiter l’édifice) que l’on n’a pas retrouvées à l’UQAM. Notons que le niveau de satisfaction des employés des HEC était plus élevé lors de la finition des bureaux, par exemple, car les intéressés ont été consultés pour l’aménagement des lieux.

25En conclusion, le concept d’appropriation de l’espace construit peut certainement être une variable à explorer davantage, car, si on s’en réfère à l’exemple donné, on a constaté que cette dimension joue un rôle médiateur entre le comportement au travail et les qualités de l’environnement construit. Si la motivation au travail n’est qu’une des variables à étudier en relation avec l’appropriation de l’espace, des recherches futures devraient aussi mieux cerner le rôle des comportements d’emprise ou de contrôle sur les lieux de travail sans oublier la facette symbolique des processus à l’œuvre. Il convient aussi de mentionner les conflits qui peuvent venir perturber le processus d’appropriation de l’espace. En effet, les conflits entourant le partage de l’espace représentent une difficulté récurrente dans toutes les organisations. L’utilisation conflictuelle des lieux est d’ailleurs un problème permanent qu’il faut résoudre sur tous les plans : l’habitation, le quartier aussi bien que les édifices ou même l’espace public extérieur.

26Aujourd’hui, dans le monde, plusieurs conflits armés ravagent des contrées entières où les différents clans ne s’entendent pas sur la légitimité des frontières et sur l’usage du sol. Il ne serait pas déplacé ou malvenu que les médiateurs qui tentent d’intervenir dans ces dossiers soient davantage sensibilisés aux mécanismes d’emprise, de contrôle et d’appropriation de l’espace dans toutes ses variantes culturelles et ethniques.

Appropriation de l’espace et identité urbaine (Recherche 2)

27Dans ce deuxième exemple d’application du concept d’appropriation de l’espace, une recherche en cours qui s’inscrit dans un vaste programme de recherche internationale (Moser, Pol et Uzzell) sera évoquée. Elle approfondit les relations entre environnement urbain et comportement sur une base comparative. Il s’agit d’examiner l’espace suivant une échelle plus large, le tissu urbain et son impact sur les conduites d’appropriation de ses habitants. Dans le prolongement de la méthodologie utilisée au laboratoire de Paris V, une collecte de données analogue a été réalisée à Montréal sur un échantillon ciblé de résidents au centre de la ville ou en périphérie. Dans un premier temps, notre objectif a visé exclusivement les relations entre l’appropriation de l’espace des citadins, leur identité topologique et leurs préférences environnementales.

  • 4 Plusieurs articles d’un numéro de janvier 2002 d’Environment and Behavior rendent compte de ces tr (...)

28Il y a longtemps que la psychologie environnementale s’est attaquée à différents aspects de la problématique urbaine avec sa cohorte d’auteurs, notamment Bonnes, Moser, Pol et Canter4. Notre but étant de mieux comprendre l’identité urbaine par le biais de l’appropriation de l’espace, revenons à la conception de Pol qui la définit de la manière suivante : processus résultant d’un usage habituel (ou encore par identification) qui correspond au sentiment d’être presque propriétaire d’un lieu, indépendamment du fait de l’être légalement. Le modèle proposé prend ses racines conceptuelles dans la façon dont Henri Lefebvre (1972) concevait la construction sociale de l’espace et les théories psychosociales de l’identification issues des travaux de Tajfel et Turner (1986).

29Comme l’indique la Figure 3.4, le laboratoire de Barcelone, après avoir distingué les deux facettes du processus – aspect comportemental sur le plan de l’action et de la transformation de l’espace et aspect symbolique –, propose de différencier, à l’intérieur du symbolisme de l’espace, le symbolisme a priori et le symbolisme a posteriori.

  • 5 Pour se faire une idée plus complète de la théorie d’Enric Pol et de ses collaborateurs, nous invi (...)

30La relation avec l’identité sociale fait intervenir un imbroglio de concepts qu’il faut tenter de délier : identité du quartier et de la ville, communauté symbolique et identité sociale urbaine, cette dernière entraînant la hiérarchisation sociale de la communauté et faisant suite au jeu de la cohésion, selon le modèle classique ou par identification5.

31Ce modèle théorique a inspiré l’élaboration du projet conjoint de Moser et de Pol désigné sous l’appellation suivante : « Proximités et identités urbaines ». La contribution de l’équipe de Paris V, quant à elle, a inscrit la démarche dans la problématique plus générale de la transformation du rapport du sujet à l’environnement urbain et aux personnes qu’il côtoie. L’objectif du groupe de recherche était d’identifier les modalités de régulation des proximités urbaines perçues ayant pour but la spatialisation d’une identité urbaine positive et cohérente. L’identité urbaine est abordée par l’intermédiaire du processus d’appropriation envisagé sous ses trois facettes : cognitive, affective et comportementale. Sur le plan méthodologique, les chercheurs ont eu recours à une multi-méthodologie et l’identité topologique est abordée par le biais des cartes mentales (Félonneau, 1999) ; modèles que nous n’avons pas repris dans notre propre recherche à Montréal, car cette technique semble donner lieu à des données difficiles à interpréter sur le plan collectif. Ainsi, l’échelle d’évaluation de l’espace résidentiel adoptée reprend celle de Bonnes et al. (1973).

FIGURE 3.3 APPROPRIATION DE L’ESPACE ET IDENTITÉ SELON ENRIC POL (1987, 1996)

  • 6 De toute manière, nous renvoyons le lecteur désireux de connaître les résultats de cette démarche (...)

32Une analyse de plusieurs types d’unités écologiques (sites urbains versus périphériques), Paris versus Bordeaux ou Nantes (soit des métropoles régionales), etc., a été féconde même si une différence d’interprétation de la capacité stratégique des répondants a pu nuire à la comparaison de certains résultats, à Paris et Barcelone par exemple. En effet, en plus d’une grille budget/temps, l’échantillon interrogé avait été construit en fonction de la position sociétale des répondants, entendue comme leur capacité stratégique de rapports à la dimension urbaine. Il semble que l’équipe de Barcelone ait davantage utilisé de concepts en termes de capacité stratégique du lieu plutôt que des personnes6.

33Pour la recherche en cours à Montréal, il a été décidé de joindre, au protocole de Moser et de Pol, le questionnaire de McKechnie (1977) sur les préférences environnementales. Cet instrument, élaboré après de multiples analyses, même s’il est d’une rigueur exemplaire, est curieusement peu utilisé dans les recherches. Rappelons que cet inventaire de 184 items comporte huit dimensions significatives : attrait pour la campagne, attrait pour la ville, adaptation de l’environnement, recherche de stimulation, confiance environnementale, intérêt pour les choses anciennes, besoin d’intimité et orientation mécanique. Il est possible d’établir un profil pour chaque répondant qui traduit donc ses préférences par rapport à son environnement et la collecte des données a été simplifiée avec l’aide des collègues Lamarche et Vaillancourt (voir la Figure 3.5 sur la spatialisation de l’identité urbaine). L’échantillon était constitué de personnes résidant soit sur l’île de Montréal ou en banlieue (sur la Rive-Nord ou la Rive-Sud). Pour permettre de futures comparaisons avec Paris et Barcelone, notre échantillon respecte rigoureusement l’échantillon « idéal » du protocole français.

34À Montréal, on voulait par ailleurs explorer les raisons qui sous-tendent le choix du lieu de résidence, dimension qui explique en partie la satisfaction résidentielle. Les premiers résultats concourent, sans l’ombre d’un doute, à paraphraser ce constat. En effet, plus les sujets sont conscients de leurs préférences environnementales, les connaissent et, conformément à leurs préférences, choisissent de demeurer soit en périphérie, soit au centre d’une grande ville comme Montréal, plus ils expriment de satisfaction résidentielle. Quand la localisation est conforme aux préférences environnementales, le répondant manifeste de la stabilité et n’envisage pas de déménager ailleurs. Bien sûr, il ne faut pas sous-estimer les dimensions économiques qui encadrent le choix de résider au centre ou en banlieue, mais les préférences environnementales interviennent comme variables médiatrices, variables qu’il ne faut pas occulter ou déprécier.

35Le psychologue demeure toujours intrigué par la grande créativité de chacun pour rationaliser les avantages de la localisation de son habitat et par le fait que les inconvénients ou limites des options respectives de chacun apparaissent être gommés de la conscience des répondants quand on les interroge à ce sujet.

36Une hypothèse qui mériterait d’être testée ultérieurement fait référence à une sorte de compensation : les personnes nées en ville semblent fréquemment préférer s’établir à la campagne et vice-versa pour les personnes nées à la campagne, phénomène similaire à ce qui est observable dans une autre sphère : les enfants de famille nombreuse qui, devenus parents, se limitent à un nombre restreint d’enfants et le contraire. Ces questions de localisation peuvent donc constituer un autre point d’application de la perspective environnementale. Des recherches futures pourraient par exemple associer à la démarche envisagée le rôle de l’estime de soi des répondants. Quel lien existe-t-il entre cette caractéristique psychologique et le degré de valorisation symbolique du lieu habité ? Ainsi, nul besoin de renchérir sur l’évidence que l’intégralité de ce champ qu’est la satisfaction résidentielle requiert une étude plus approfondie de l’appropriation de l’espace.

37Si cet exemple de recherches en cours a été introduit, c’est dans le sens d’une illustration de l’évolution théorique et méthodologique de l’appropriation de l’espace. On est loin des travaux de laboratoire et pourtant le souci de la rigueur, le soin avec lequel le chercheur travaille sur des échantillons ciblés, est semblable. Ce qui est bien différent, c’est la nécessité d’élaborer, à partir de travaux antérieurs réalisés sur le terrain, des concepts spécifiques plus adaptés aux réalités environnementales. Un autre défi à relever concerne le respect de ce critère un peu idéal de validité écologique, mais l’évolution du type d’analyses statistiques accessibles aide toutefois à respecter ce critère exigeant. Abordons maintenant la troisième illustration, présentée dans la section suivante et qui concerne cette fois la désappropriation de l’espace.

FIGURE 3.4 SCHÉMA DE L’APPROCHE ENVIRONNEMENTALE

Vieillissement et désappropriation de l’espace (Recherche 3)

38On a rappelé précédemment que H. Proshansky, dès 1979, avait souligné le fait que l’appropriation de l’espace pouvait réussir aussi bien qu’échouer. Il nous est apparu que la notion de désappropriation de l’espace (son contraire, donc) avait intérêt à être plus utilisée dans la recherche relative à la psychologie environnementale. En particulier, cette notion pouvait s’appliquer de façon efficace à la manière dont les personnes âgées utilisaient et se représentaient l’espace. Les gérontologues ont indiqué que le vieillard était normalement aux prises avec des deuils successifs, y compris sur le plan de l’environnement. La plupart d’entre nous auront à faire face à ces limitations de plus en plus importantes concernant la mobilité, d’abord dans la ville, puis dans le quartier, et enfin dans la maison ou le lieu de résidence. Réfléchir sur l’espace et le vieillissement est singulièrement riche en matière de recherche expérimentale, car on sait à quel point l’environnement est une donnée importante à reconsidérer à un âge avancé.

39Même pour la personne demeurée lucide, la question centrale sur la désappropriation de l’espace qui se pose inévitablement au long de la vieillesse est la suivante : que choisir ? Rester ou partir ? Abandonner, au moment adéquat, son logis, sa niche écologique et glisser dans un univers collectif souvent peu stimulant qui noie les identités dans un indifférencié confus ? Que penser des conditions qui permettent un processus de désappropriation, débouchant sur une réappropriation d’une nature sans doute différente ? Ce début de réflexion sur un thème qui s’imposera de plus en plus permet d’illustrer une troisième application de l’optique environnementale. C’est l’introduction de la dimension temporelle en examinant ce que l’évolution des cycles de vie modifie dans les relations des personnes à l’espace. En psychologie environnementale, un des premiers auteurs à se pencher sur la problématique des personnes du troisième âge (voire du quatrième) est M. P. Lawton (1983). Sur le plan de l’appropriation de l’espace, Pol a bien mis en évidence l’évolution du type d’appropriation en fonction du cycle de vie.

40C’est dire aussi que, plus la personne vieillit, plus elle est dépendante de son environnement immédiat à mesure que grandissent ses limitations de mobilité. Ces restrictions progressives ont des conséquences néfastes pour le maintien de la santé. Il devient plus difficile de combattre la sédentarité et son cortège d’effets nocifs quand la sénilité commence à gagner du terrain : obésité pouvant notamment entraîner des complications cardiovasculaires, du diabète et un isolement excessif qui peut mener à des états dépressifs répétés ou continus.

41À ce tableau plutôt sombre et qui est produit par la restriction de l’espace autour de la personne, il convient d’opposer les progrès considérables non seulement d’une médication mieux adaptée, mais aussi du perfectionnement de prothèses, du développement de services préventifs à domicile comme à la résidence pour aînés. Il n’en demeure pas moins que seront mieux protégées du handicap les personnes dont le budget autorise la possibilité de se prévaloir de ces aides multiples présentes sur le marché.

42Une évidence peut être rappelée d’ailleurs, l’allongement de notre espérance de vie signifie à la fois plus d’années encore actives et plus d’années d’inévitable dépendance. Une autre dimension qui caractérise souvent la personne en perte d’autonomie s’apparente à la notion d’insécurité environnementale. À l’intérieur du logis, l’aîné peut craindre les chutes, à l’extérieur, il doit modifier son appropriation de l’espace. Au lieu de continuer à se promener dans le parc le plus proche, les gens âgés ne vont souvent privilégier que de nouveaux lieux d’identification et de rassemblement, en particulier le centre commercial, ceci s’expliquant simplement par la présence rassurante d’agents de sécurité qui communiquent un sentiment de plus grande sécurité.

43En terminant, revenons sur la question principale que le vieillard se pose par rapport à l’appropriation de l’espace en reprenant les conclusions de quelques recherches récentes. En France, Rioux (2005) s’est penchée sur la qualité de vie des aînés qui ont décidé de demeurer dans leur maison. L’échantillon était composé de femmes âgées de 72 à 86 ans résidant dans la région du Centre. Les principales conclusions à tirer de cet échantillon sont les suivantes :

  • Le niveau de bien-être ne décroît pas avec l’âge, même si des limitations apparaissent. Ces dernières ne sont pas perçues comme des empêchements dans la vie quotidienne, contrairement à la perception de l’entourage.
  • Sur le plan des contacts sociaux, à l’exception de 8 % d’entre elles, elles conservent des contacts avec autrui, et en gardent le contrôle davantage en restant dans leur maison.
  • Sur le plan de l’espace du logement, seulement 21 % ont adapté leur domicile à la réduction de leurs capacités physiques. Plusieurs d’entre elles pensent être trop âgées pour supporter les problèmes liés à une telle reconversion. Certaines n’entretiennent d’ailleurs plus de projets à moyen ou long terme. Ceci est singulièrement vrai pour les déplacements à l’extérieur, les voyages, les vacances.
  • En ce qui concerne les activités quotidiennes en solitaire, on constate peu de choses, en dehors de la lecture et de la télévision. Quant aux activités partagées avec autrui, elles sont de toute manière préférées à celles sans témoin.
  • Plus la pression est forte pour quitter la maison, plus elles éprouvent du bien-être dans leur maison, c’est du moins ce qu’elles déclarent.
  • Plus la personne âgée projette dans le futur de demeurer dans sa maison, plus elle ressent de la satisfaction à pouvoir agir encore comme hôtesse. On retrouve ici le sentiment de pouvoir recevoir sur son terrain et donc d’exercer un certain contrôle dans les relations avec ses invités, ce qui favorise également l’estime de soi.

FIGURE 3.5 RÉPARTITION DE L’ÉCHANTILLON MONTRÉALAIS (RECHERCHE 3)
a) Répondants Centre (Saint-Michel [12], Rosemont [13], Plateau Mont-Royal [12]) ; b) Répondants Rive-Nord (Laval [25]) ; c) Répondants Rive-Sud (Brossard [13], Saint-Lambert [12], Longueuil [13], Boucherville [12]).

44Une étude de Ballesteros en 2001 s’est intéressée aux personnes ayant choisi l’autre option, soit la résidence pour aînés. La sécurité, la propreté et la tranquillité des lieux apparaissaient comme des critères importants dans l’évaluation positive de l’environnement. Un facteur spatial jouait également un rôle important, soit la distance par rapport aux services (hôpitaux, centres commerciaux, gares d’autobus ou métro). Une observation de ce groupe semble indiquer qu’en général les personnes en résidence tendent à être moins autonomes, participent moins aux décisions et manifestent moins de bien-être. Celles qui restent dans leur logis, qu’elles soient davantage résilientes ou qu’elles soient handicapées, attachent beaucoup d’importance à la préservation de leur autonomie, ont plus de relations avec autrui et un contrôle acceptable de leur environnement.

45En Suède, Iwarsson et Isacsson (1997) ont étudié les relations entre le bien-être subjectif, le flux des activités quotidiennes et l’accessibilité de la maison. La cohorte analysée provient d’un district rural du sud du pays et se compose de personnes entre 75 et 84 ans. Trois facettes de la qualité de vie sont mesurées : physique (sommeil) ; mentale (pertes cognitives) ; et sociale (isolement). Quels en sont les principaux résultats ?

46La compétence environnementale est une variable centrale dans la problématique de la personne âgée face à son espace privé, sa niche écologique et nous avons pu constater que le manque d’accessibilité de la maison ou des lieux fréquentés peut rapidement occasionner des problèmes de santé.

47Une autre recherche de Parker et al. (1999) s’est concentrée sur les fonctions du corps, la probabilité de chutes, la vitesse de marche, la mesure des distances parcourues pour les activités journalières. Ils ont élaboré un modèle Life Space Approach qui ne manque pas d’intérêt. À ce propos, il faut savoir qu’aux États-Unis seulement, 250 000 fractures de la hanche par an sont répertoriées. Le tiers des patients seront placés et une forte proportion décédera dans l’année qui suit.

  • 7 Pour une réflexion approfondie sur ce thème, signalons l’ouvrage de P. Brunel et al. (2006), Pense (...)
  • 8 Pour ceux que la gérontologie intéresse, mentionnons l’ouvrage de George E. Vaillant (2002), Aging (...)

48Mobilité et autonomie apparaissent donc comme des leitmotive de base quand on réfléchit à l’espace et au vieillissement. Heureusement, des équipes se penchent sur la congruence entre, par exemple, les attentes des personnes âgées et celles des aidants, car il va de soi que l’aide d’intervenants compétents est cruciale pour la qualité de vie des aînés7. L’amorce de cette réflexion qui s’impose compte tenu de l’évolution démographique de nos sociétés, devra se prolonger et l’optique de la psychologie environnementale, sa recherche sur l’espace en particulier, peut se révéler très féconde dans la formulation de nouvelles pistes de recherche concernant l’âge avancé8.

Notes

1 À l’époque, Perla Serfaty enseignait à l’Université de Strasbourg, elle vit aujourd’hui à Montréal. Même si elle n’occupe pas de poste universitaire, Perla Serfaty, continue de publier régulièrement sur les thèmes de la maison, du chezsoi, du chez-soi chez les immigrés, etc.

2 Le lecteur intéressé à approfondir le jeu des multiples influences qui ont façonné ce concept et autres notions de bases pourra consulter l’ouvrage de E. Pol publié en 1993 et intitulé Environmental Psychology in Europe. From Architectural Psychology to Green Psychology.

3 Pour prendre connaissance du détail de cette recherche, on peut consulter Morval, J. et Corbière, M. (2000), « L’appropriation de l’espace : un concept à la recherche d’une définition opérationnelle ».

4 Plusieurs articles d’un numéro de janvier 2002 d’Environment and Behavior rendent compte de ces travaux de recherche (numéro spécial « City-Identity-Sustainability », vol. 34, no 1.

5 Pour se faire une idée plus complète de la théorie d’Enric Pol et de ses collaborateurs, nous invitons le lecteur à consulter Moreno, E. et Pol, E. (1999), Nociones psicosociales para la intervencion y la gestion ambiental, Barcelone, Les Publicacions de la Universitat de Barcelona.

6 De toute manière, nous renvoyons le lecteur désireux de connaître les résultats de cette démarche au numéro spécial d’Environment and Behavior (2002), ainsi qu’au Symposium 23 de la 18th IAPS Conference Identity, Proximity and Connectivity (Barcelone, Paris), Vienne, 2004.

7 Pour une réflexion approfondie sur ce thème, signalons l’ouvrage de P. Brunel et al. (2006), Penser l’espace pour lire la vieillesse, Paris, Presses universitaires de France.

8 Pour ceux que la gérontologie intéresse, mentionnons l’ouvrage de George E. Vaillant (2002), Aging Well. Surprising Guideposts to a Happier Life from the Landmark Harvard Study of Adult Development, Boston, Little, Brown.

Table des illustrations

Légende Ce schéma illustre la relation de circularité entre le processus d’entrée, la perception du milieu de travail, le niveau d’appropriation de cet espace et ses conséquences possibles sur le comportement organisationnel. L’appropriation peut être réussie ou manquée et donc l’adaptation au milieu du travail.Dans le volume de De Waele, M., Morval, J. et Sheitoyan, R., La gestion de soi (1986), nous avions évoqué la relation existant entre le processus d’entrée (la perception) et l’appropriation de l’espace de travail dans le contexte des organisations. Ainsi la personne perçoit son environnement de travail d’une certaine manière qui entraîne un type de transaction avec l’organisation. Se crée alors une carte cognitive qui va conduire à des interactions avec autrui et la délimitation d’un territoire donné (le bureau, l’atelier, la cantine, etc.). Ce faisant, des marqueurs qui permettent ou non l’attachement aux lieux de travail sont définis. On peut parler d’appropriation de l’espace de travail avec ses conséquences.FIGURE 3.1 APPROPRIATION DE L’ESPACE DE TRAVAIL (De Waele et al., 1986)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIGURE 3.2 SCHÉMA DE L’APPROCHE ENVIRONNEMENTALE
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIGURE 3.3 APPROPRIATION DE L’ESPACE ET IDENTITÉ SELON ENRIC POL (1987, 1996)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIGURE 3.4 SCHÉMA DE L’APPROCHE ENVIRONNEMENTALE
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10109/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIGURE 3.5 RÉPARTITION DE L’ÉCHANTILLON MONTRÉALAIS (RECHERCHE 3)a) Répondants Centre (Saint-Michel [12], Rosemont [13], Plateau Mont-Royal [12]) ; b) Répondants Rive-Nord (Laval [25]) ; c) Répondants Rive-Sud (Brossard [13], Saint-Lambert [12], Longueuil [13], Boucherville [12]).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10109/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search